<%BANNER%>
HIDE
 Cover
 Title Page
 Front Matter
 Front Matter
 Chapitre I
 Chapitre II
 Chapitre III
 Chapitre IV
 Chapitre V
 Chapitre VI
 Chapitre VII
 Chapitre VIII
 Chapitre IX
 Chapitre X
 Conclusion
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover


DLOC UCF UFLAC



La medecine en Haiti
CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/CA01200007/00001
 Material Information
Title: La medecine en Haiti
Physical Description: Book
Language: English
Creator: Pressoir, Catts
The William L. Bryant Foundation - West Indies Collection ( Contributor )
Publisher: Port-au-Prince (Haiti) Impreimerie modele, 1927
Publication Date: 1927
 Subjects
Subjects / Keywords: Caribbean
Spatial Coverage: Caribbean
 Notes
Funding: Digitized with funding from the Digital Library of the Caribbean grant awarded by TICFIA.
 Record Information
Source Institution: University of Central Florida Libraries ( SOBEK page | external link )
Holding Location: University of Central Florida ( SOBEK page | external link )
Rights Management: All rights to images are held by the respective holding institution. This image is posted publicly for non-profit educational uses, excluding printed publication. For permission to reproduce images and/or for copyright information contact Special Collections & University Archives, University of Central Florida Libraries, Orlando, FL 32816 phone (407) 823-2576, email: speccoll@mail.ucf.edu
Resource Identifier: lc - R475.H2P75
System ID: CA01200007:00001

Table of Contents
    Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
    Front Matter
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Front Matter
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Chapitre I
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Chapitre II
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Chapitre III
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
    Chapitre IV
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Chapitre V
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    Chapitre VI
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Chapitre VII
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
    Chapitre VIII
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
    Chapitre IX
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
    Chapitre X
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
    Conclusion
        Page 271
        Page 272
    Table of Contents
        Page 273
    Back Matter
        Page 274
        Page 275
        Page 276
    Back Cover
        Page 277
Full Text



IIi---------~~~---- --- -. 11


The
William L. Bryant
Foundation


West Indies


i Collection





I

;
-


LA MEDICINE



EN



HAITI


IMPRINIER'IE MODEL E '
1940. Arigledes Rues Courbe& Mfacrjouz
PORT-AU.PRINCE, I HAITI i.


1927


D) C. PRESSOIR




- Nr


4













4

g












A CLAIRE PRESSOIR ma femme


A Mr & M-" J. CHARLES PRESSOIR


mes pire et mere






Au Dr FRANCOIS DALENCOUR



qui a accueilli avec empressement, dans le JOURNAL

MEDICAL IAITIEN les etudes qui ont former ce volume










POUR COMMENCER LA LECTURE :


. Haiti est le premier pays oi un contact permanent a
commence entire la race noire et la civilisation m6-
ditteraneenne, 18 siecles apr6s la romanisation de la
Gaule, 11 siecles apr6s les victoires de Charlemagne qui
ont force les Teutons A vivre de la vie civilis6e, trois
siecles apr6s les riformes de Pierre le Grand et 1'entr6e
des Slaves dans la grande histoire.
Chaque contact entire Greco-romains et Barbares a
6tC heureux,a enrichi la civilisation de sentiments et de
pensers nouveaux.
Qu'on se rappelle Bacon, Locke et Newton chez les
Anglo-Saxons ; Descartes, Pascal, Pasteur, chez les
Francais; Galil6e et Giordano Bruno chez les Italiens ;
Leibniz, Kant, Goethe, Beethoven, chez les Allemands;
Tolstoi, Lobatschevsky, chez les Russes ; Bolyai, chez
le people Hongrois issu du m6tissage des Blancs et
des Touraniens.
On peut pr6sumer qu'il en sera de m6me des Noirs;
qu'ils donneront aussi des penseurs et des savants ori-
ginaux; et il y abeaucoupde chances que ces derniers
naissent premierement sur cette terre d'Haiti, si f6-
conde en experiences de vie; d6ja illustree par le g6nie
de Toussaint Louverture, de Dessalines et de P6tion.
II faut pour cela que le jeune haitien aie confiance
en lui-m6me et sache oser, d&s le college.
Puisse ce livre l'y aider. (1)
(1) La matiere de ce livre a paru tout d'abord dans le ((Journal
MAdical Haitien ) : No de Mars-Avril 1924.-Un siecle de m6decine en
Haiti ; Nos de Mai 1924 et Juin-Juillet 1924.-La m6decine a St. Do-
rningue; No de Decembre 1924. La medecine en Haiti depuis 1915;
No0 de Mai 1925, Juin-Juillet 1925, Aout-Septembre 1925.-Analyse
des travaux de 1'Ecole haitienne ; NO de DIcembre 1925.-La Pharmacie
en Haiti.
-- Voir aussi < La Presse M6dicale > Paris No. 74 du 15 Septembre
1926.--D" C. Pressoir : L'Ecole de Medecine haitienne.







-- s-











A propos de l'Histoire de la Medecine IHaitienne

par le Dr CATTS PREssomR


L'histoire de la medecine haitienne du docteur Pres-
soir que je voudrais presenter au public de cette atta-
chante Revue est de ces belles personnel qui volontiers
se passent d'introducteur et d'introduction: Sit6t parues
elles s'attirent le suffrage des plus difficiles. Je m'en
voudrais done do ciceroner longuement, maladroite-
ment mes lecteurs et par des commentaires intempes-
tifs de retarder ou d'amoindrir leur plaisir. Des chapi-
tres detaches parus dans le ( Journal M6dical Haitienw
que dirige avec honneur notre confrere Francois Da-
lencour out donn6 un avant gott qui a permis d'appr6-
cier le talent probe et sobre de l'auteur et fait d6sirer
de renouveler le contact avec un esprit de cette quality
en une conversation plus longue.
Des entretiens Iamiliers sur ces sujets d'histoire et de
m6decine qui nous passionnalent tous deux, quelques
incursions dans cette m6decine d'autrefois d'of je suis
revenue persuade de la suite discontinue du pass vi-
vant don't nous repr6sentons un moment, m'ont int&-
r6ssI tout le premier aux travaux et recherches de no-
tre ami et m'ont vain de penetrer avant d'autres dans
ce parterre choisi.
Mon dessein sera jiig6 sans doute ambitieux, j'essaie-
rai pour ceux don't j'ai l'audience, qui me font I'amiti6
de me lire de d6gager la signification, la portte social
du livre, sa philosophic, I'Ame de verit6, la lecon de sa-
gesse, le message de bonne foi qu'il apporte.
Vous vous souvenez tous de ce tableau si vivant et
combien actuel de l'Agora alh&nien bross6 par Demos-
1hne; le people des hadauds, les bourgeois s'intcrro-








geant: c quoi de neuf), come nos modernes oisifs et
les propos utiles ou subtils de courir sur leurs 16vres,
1'indignation genereuse de l'orateur: quoi de neufle
quand Philipe est A nos portes. Nous sommes comme
ce people d'Athines i un tournant perilleux, i une pe-
riode d'incertitudes et d'angoisses, nous assis'ons aux
spectables quotidiens de semblables inconsciences et
de pareilles rivalites; nul n'ose se resoudre A dire:
Voici la bonne voie, la voice qu'il fault suivre : on
doute de tout, mOme de soi. La conscience collecti-
ve tiraille par les sophismes ne sait plus choisir n'ose
se d6cider; comment rompre le cycle des oscillations,
affirmer.
Une voix s'61eve, ce n'es pias celle de l'orateur Alhd-
nien, du politique Demosthenes, qui parole, c'est un
jeune home qui parle, il est sincere, on dolt I'ccouter
on l'6coute.
II dit les origines de la patrie hailienne, les efforts
patients et sagices d'ancelres avises, les lentes adapta-
tions successives des homes au milieu, la fusion des
allusions h6terogenes jusqu'a la constitution (d'!ne race
nouvelle; I'elaboration lente, p6nible, cerlaine. ('un or-
dre, d'une civilisation. Comment, ce[ id(Ial meiur-e est
contrarid, comment le retrouiver.
Je suis atnen6 ici A evoquer un chapile die nos vies
de jeunes haitiens du temps present. Nous somnmes nts
au souffle des tenmptes. Notre orgucil 'tit pipeline I)ar
la botte lourde des envahisseurs. Nous :ions subi se.:
fatalit6s et je dirai lune autre fois ce qu'il 1inous en coutla.
Nous avons essa d'organiser logiquemcntt nolie uni-
vers. On nous avait affirm&.- les soirs d'orage les cor-
beaux coassent, les oiseaux de imuvais aiugure jettent
de mauvais sorts semeurs de dcsarrois et de paniques-
la faillite des efforts des anc6tres condamn6s i I'avance
par l'inf6riorit6 inn6e de notre race, par des directives
mauvaises volontairement suivies; ideal latin perimn,
apanage de races l6clinantes, civilisntion frnnqaise oeu-








vre d'artiste d6cadents, h6r6dit6s lourdes, poids north
d'un passe accablant. Tout 6tait perdu, irr6emdiable-
ment, il n'y avait plus rien A faire. Notre jeunesse s'in-
surgea contre de telles condamnations qui tombaient
de l6vres parfois illustres, souvent savantes. Nous re-
pondions en nous, et ce fut notre mystique, le sens ca-
che de nos actions les plus humbles: ce n'est pas vrai
que l'haitien soil inferieur, il faut dans toutes circons-
tances agir de telle sorte que nous le pouvions, il taut
mrriter. il faut nous sup6rioriser afin de devenir des
individualists puissantes, des centres de ralliements,
des professionnels comp6tents, des hommes de savoir,
modestes, des hommes de m6tier relevant le prestige
de leurs 6tats et redonnant un cadre h la cit6e recons-
truire.
Nous acceptons d'abord notre condition d'haitien,
sans accepter de restriction on de diminution A ce con-
cept, ne nous consid6rant ni sup6rieurs A notre milieu,
ni comme des strangers de passage, mais comme les
fils du territoire, descendants d'ancitres qui y peine-
rent el v moururent nous transmettant un heritage de
fiert6 et de dignity tranquille A laisser un jour intact A
ceux qui nous continueront. Nous avons voulu pren-
(Ire rang dans la suite de ceux qui voulurent une Hai-
ti. Une Patrie est une creation continue; avant quo s'6-
difient et se fondent en un ensemble harmonieux les
l6nmcnts disparate h6t6rog6nes, les cerveaux puis-
sants, la p[ensee hardie, l'imagination passionnee de
quelques philosophes Ia realisent souvent seule.
L'Allemnagne moderne fut longtemps penste, aimce,
rcev&e,par Gethe,Hgel,Fichte,Kant.Le bras fort et l'esprit
puissant des realisations de Bismark, Moltke devaient
concreliser, rendre mat6rielle et vivante cette patrie Al-
lemande qu'ils avaient longtemps cherie et cr66e en
puissance. Si l'on peut ici employer le language de la
micanique ils firent passer de l'6tat slatique a 1'6tat dv-
namique des id(es-forces.








Au congr6s d'Agram une simple question philologi-
que r6unit assembles des professeurs, des philosophes,
des historians, et de leur langue historiquc retrouv6e,
des etudes de leur pass h6roique, de l'entrainement
syst6matique et m6thodique de leurs Sokols devait re-
nattre la patrie tcheque.
Ce ne fut pas une creation artificielle due A la fanfai-
sie des diplomats mais une reality vivante. De la
poussiere des livres, de F'Ame des savants qui l'avaient
aim6e dans son pass, et rev6 de la ressuciter, autant
que du courage de ses fils peut surgir une nation de
longtemps assure. C'est notre maniere d'6tre haltien;
sans consentir aucune augmentation a cette nation,
nous acceptons. nous r6clamons tout son pass, meme
ses antec6dents lointains, ses fautes m6mes, car si elles
n'excusent pas celles d'aujourd'hui, elles expliquent le
temps present, !toute parties de sa physionomie, que le
temps et les circonstances modifient sans doute dans le
sens d'une realisation plus complete de ses qualities
originales pour lui permettre de remplir pleinement sa
destine un jour.
Nous avons voulu avant de rien enlreprendre reali-
ser les efforts anterieurs; d'of celte enqu&te dans le
Pass6; nous ensommes revenues regaillardis,riconforths.
Nous y avons trouv6 une m6thode, des enseignements
pr6cieux. Nous avons trouv6 la preuve que dans tous
les champs de l'activit6 haitienne, dans l'oeuvre de la
civilisation entreprise, on s'est genereusement, utile-
ment d6pens6; si l'Mdifice 6tait encore A pied d'oeuvre,
ni la conception, ni l'ex6cution ne nous d6passait. La
modicit6 de nos budgets seule coupable emp6chait tou-
te entreprise de quelqu'envergure, 6triquait les concep-
tions.
On avait proclam6 grands cris la faillite de l'intel-
ligence haitienne; A I'etude des faits passes, A la lumiere
qu'elle projette 6clate le contraire, une magnifique
glorification du savoir probe et modest en est result~;







Avant de reconstruire nous avons examine les mald-
riaux pour utiliser ceux qui m6ritaicnt de durer. Le
pass. n'avait pas t6c ce long tissu d'erreurs et d'inco-
hlrences qu'on nous representait.
Nous sommnes remontks aux sources premieres ; a
colonisation franCaise, magnifique canevas d'une Haiti
A venir. Tout avait Wte pens&, bien pense, tout avait 6et
essay et bien commence. II suffisait de continue. Une
solution de continuity au debut de 'ere haitienne justi-
fiUe par la plus monstrucuse des iniquites humaines et
des injustices sociales: l'esclavage, laissait une serie de
lacunes A combler, un ordre nouveau A raaliser don't
experience se poursuivait. Iien qui soit 1i honteux et
inavouable.
Ces recherches, l'exercice de notre art, nous out fait
aimer les r6alit6s. Un sens positif du possible'qui econo-
mise 1'Fnergie, fait porter l'effort dans l'axe voulu au
point of la resistance flechit, of il a le plus de chance de
donner son plein rendement, sans deperdition de force,
ou gaspillage inutile. C'est ce r6alisme, cet amour du
concrete et de 1'utile qui applique A ces etudes d6sint6-
ressees nous a montr6 la lumineuse application des ef-
forts dejA r6alis6s; une m6thode g6nerale d'action hai-
tienne : rentrer daus la voie tracee, coloniser nous-
memes notre pays, marcher dans les pas des colons
franpais, ceci dans tons les domaines.
Les hydrauliciens de Saint-Domingue, les m6decins
du Roy pays de sa cassette personnelle et du budget
de la marine, on n'insiste pas assez sur ce point, 0taient
des specialistes (ininents. parmi les plus grandes com-
p6tences de leur cpoque, jouissant de credits considera-
bles. Leur travail souvent meriterait seulement une mi-
se au point, une adaptation aux id6es nouvelles, aux
progres r6cents. Ces iddes et ces progres nous les trou-
verons realises dans les pays A climate semblable au n6-
tre-par climate j'entends aussi bien le climate moral,
I'atmosphere des idees.
Je crois qu'il y a chez nos hommes d'6tat trop sou-
vent une erreur de points de vue qui les porte sans cri-








tique pr6alable a essayer d'appliquer a notre jenne de-
mocratie les id6es et les mceurs de contr6es depuis long-
temps adapts par une longue education et de lentes et
et sages tapes a toutes les realisations sociates quel-
que audacieuses qu'en puisse paraitre l'enonc( ; les fac-
teurs d'application sont diff6rents, diff6rente doit 6tre la
m6thode. Les pays neufs, nouvellement mis en valeur,
peupl6s de races n'ayant pas encore adopt la civilisa-
tion occidental voilA ou nous pouvons suivre des expe-
riences,prendre examples utiles; non en Europe dans les
vieux pays de races et de climats absolument dissem-
blables.
En m6decine cela est aussi vrai, la medecine est la
m6me partout,mais la g6ographie de certaines maladies
ou plut6t certaines conditions font que tells on telles
maladies soient plus fr6quentes dans des zones donnees
et de ce faith on peut oser une approximation sulfisam-
ment exacte en parlant de mddecine tropical, qui signi-
fie seulement que les tropiques sont le terroir d'dlection
de certaines maladies. Nous nous entendons cela suffit.
Eh bien dans notre domaine, dans nos recherches, nous
aurions advantage A suivre les travaux des ecoles tropi-
cales francaise, anglaise, am6ricaine, hollandaise, Bom-
bay, Calcutta, Java, Batavia, Indo-Chine, Afriquc I'ran-
caise, Madagascar, et les travaux de l'Inslitut Rockfeller,
et ceux non moins int6ressants de l'ecole bresiliennc et
des autres 6coles latines d'Am6rique.
L'on excusera ces digressions don't s'est sans doute
lassde et attention et la patience du lecteur, don't le
moindre defaut est d'6tre longue et sans doute aussi
superflue ; mais je ne crois pas avoir trahi Pressoir ei
je ne lui prite nullement des intentions gratuiles 6tant
de la m6me 6quipe, de la generation qui come colle
des jcunes frangais devenus homes en 70 pent re-
vendiquer le triste privilege et la gloire funeste d'6tre
marquee du signe d'un grand malheur collectif, d'dtre :
La Sacrifice. Elle ne v:udra d'ailleurs qu'en acceptant
son sacrifice.








Cette enqudle nous mena si naturellenent d'un par-
ticularisme professionnel a la notion d'intlrte general,
nos points de vue s'accrurent si spontandment qu'en
v&rite il ne m'a semble ni artificial, nullement inutile
d'en souligner ici le d6veloppemcnt.
De i'dpoque pr6colombienne de la m6decine des In-
diens nous n'avons que des donndes contronvables on
d'un int6r4t scientifique de pure cnriosilt.
Sur la m6decine des nigres et la midecine A Saint-
Domingue les ouvrages ne manquent pas. L'obligeance
aimable du Pere Christ, bibliothecaire du Petit Semi-
naire Coll&ge Saint-Martial nous a pernis de consul-
ter et d'utiliser le Dazille. ((Observations sur les mala- V'
dies des Negresn (1) mais ce que Pressoir y apporta
y ajouta, c'est son sens clinique personnel, un esprit de
clart6 qui lui a permis pour l'intelligence de notre nm-
decine de d6gager du clair obscurdes theories lesgran-
des lois que le bon sens et l'observation exacte avaient
des lors fixes.
Les maladies observes sont les mmees, telles des-
criptions cliniques denmeurent; les trailements, 1'expli-
cation des phenom&nes, l'agent causal, acquisitions
neuves sans doute, mais A cela pr6s nous n'avons guere
devance les ancien maitres; telles d6couvertes ne sont
souvent que des ouvrages retrouvIs qu'une mise au
rancart injusle avail fait oublier; je vois des 6paules
qui s'agilenl.je ne nic pas que la bactdriologie, la mi-
crobiologie, n'aient donned plus de rigueur au diagnos-
tic, que les notions relatives aux fievres de nos pays
n'aient regu un coup de ponce definitif par la classifica-
tion rigoureuse de notre maitre Audain. Y atteint-il lui-
m6me d'uncoup,sous le coup d'une revelation, ou d'une
inspiration gkndrale? Ce furent des annees, de travail as-
sidu, des rechercles continuelles, patients et sans cesse
renouvelees,des nises au point successives modifiant ses
conceptions jusqu'i fixer leur aspect dernier. L'historien
rend compete dn travail de cet esprit puissant aux prises
(1) C'est en effect le Dr Sylvain qui nous avait prgte ce volume lA.
(Note de 1'auteur )








avec le mystere de la maladie; la lutte en est passion-
nante. II ne se content pas de fire l'histoire de la re-
cherche scientifique chez nous, il montre la persistence
de certaines id(es, d'une tradition clinique qu donnait
son caract&re v notre m6decine d'autrcfois q ti n'etait
pas si improvise, si empirique qu'on le croit ct le r&-
p6te volontiers.
I1 en est r6sult6 un acre de foi inagnifique. Si dans un
seul domaine de l'activit6 haitiene tant de g6n6rcux en-
thousiasme, de d6vouement s'est d6pens6, il est impos-
sible qu'il ne l~ve unjour que nous souhaitons proche
en de superbes moissons.
Pressoir a donn6 un etat civil a notre m6decine hai-
tienne, a 6crit le premier chapitre de ce bilan de notre
ere haitienne que je crus devoir r6aliser un jour, qui
fasse preuvedans tous les domaines qu'avec des moyens
pr6caires nous n'avons cess6 d'apporter notre petite
contribution au grand Oeuvre qu'accomplit l'humanit6
dans le Progrcs; que se crait un type original,une civi-
lisation personnelle, franco ou huimano-haitienne qui
alliait le vieil ideal latin aux modaliles que peuvent y
apyorter notre milieu et notre race.
Pour ceux d'aujourd'hui il a circonscrit le champ des
recherches, mis A point les travaux des aines, identifii
les formes nouvelles pr6sentees par les types morbides
chez nous; enfin la voie Rtant trouv6e, la bonne voie re-
trouv6e, encourage se lancer A la d6couverte come
les premiers pionniers.
En faisant cela il a accompli une oeuvre de politique.
dans le meilleur, le seul sens du mot, qui se souvient
de polis, I'homme de la cite, celui qui construct la citi
de demain; le round point on doivent en definitive se
rencontrer et se reconnaltre ceux qui persistent et s'a-
charnent A vouloir que dure une Patrie haitienne.(1)
D' NORMAL GEORGES SYLVAIN
(1)Les Annales de Mddecine Haitienne no de Mai-Juin 1926.










CI..\I'lPTiE I


LA MEDECINE A SAINT-DOMINGUE


C ELUI qui m6dite sur 'histoire de notre patrie ne
manque pas d'etre frappe de la persistence des
mceurs et des id6es de l'ancienne m6tropole dans notre
vie national. Nos goits, nos pr6jug6s, nos traditions
sont come d'un petit coin de la France du dix-hui-
lieme siecle, kgar6 dans l'Am6rique du xinglimre. Les
institutions coloniales expliquent celles de la R6publi-
que hanIlienne, et l'on comprend mieux le movement
sanilaire en Haiti, quand on a 6tudie l'organisation
des h6pilnux et la pratique mndicale du vieux Saint
Dominiguite.
On sailt que les flibustiers commencerent a fr6quenter
Hispaniolades 1630 et que les 6tablissements des Fran-
cais, pritent en moins d'un sikcle, un magnifique essor,
qui fit, de la c6te occidentale, d6serte et delaiss6e de la
colonic espagnole,unsucces economique qui nele cdait
en rien aux plus brillantcs reussites des Anglo-Saxons.
I.horrucir que nous inspire un 6tat social fond
sur le Iravail servile, ne doit pas nous faire oublier la
prodigieuse 6nergie que les blancs ont diploybe sur ce
sol arros6 du sang de nos p6res. Pen'dant 175 ans,
commercants. planteurs, industries, m6decins, chirur-
iens. apothicaires, employs d'administration, religieux,
religieuses, intendants et gouverneurs, tous ont cou-
rageuscrnent lutti pour cr.er une petite France qui
ne devait pourtant pas durer, parceque les assises en
etnient branlantes.










Dans ces regions eloignees ofi le Normand, le Brclon,
l'Angevin, le Provencal, venaient chercher fortune. il
fallait s'occuper des malades que terrassaient la fatigue
et les infections; il fallait creer des ttablissements
Shospitaliers, et recruter des m6decins et des infirmiers.
SOn y pensa un peu tard.
Les h6pitaux et les hospices
Le premier h6pital construit par les Franpais A Saint-
Domingue se trouvait au fond du Cul de Sac, pres de
I'habitation Turgeau, A une demi lieue de la position de
la future ville de Port-au-Prince, au flanc d'une hau-
teur qui en garda le nom de Morne de l'H6pital. II
etait dit a initiative m6me des flibustiers. Cet 6tablisse-
ment disparut vers 1708 par suite des dim6l6s entire les
fondateurs et le comte de Choiseul Beaupr6,
Le deuxi6me h6pital que les historians mentionnent
fut fond6 au Cap par la confr6rie de la Misericorde pour
le soulagement des malheureux Francais chassis de
Saint Christophe, en 1690, par les Anglais.
L'h6pital de la Misericorde change de destination en
1719; il servit de local a l'orphelinat fond6 par le P.
Boutin.
Cependant le d6veloppement des services hospitaliers
ne fut pas une oeuvre de la pr6voyance, mais une
consequence de la n6cessit6. (( En se rendant L Saint
Domingue, en 1691, dit le P. Cabon, Ducasse passa par
la Martinique. Ses equipages y prirent les germes d'une
fievre pestilentielle qui sevissait sur des navires venus
du royaume de Siam et qui fut appeal mal de Siam
ou matelote. Ils la communiquerent d'abord aux habi-
tants de Saint Christophe, r6fugies a Port-de-Paix ; il
en mourut la moiti6 du fl6au. Pendant 60 ans, c'est-A-
dire jusque vers 1750, cette fievre fit chaque ann6e, des
milliers de victims aux Antilles; enfin, elle n'attaqua








- 3-


plus que les nouveaux arrives. On I'a assimilee a la
fievre jaune.w (1)
Selon Moreau de Saint MNlry c'est I'effroi cause par
ce terrible mal qui poussa les colons francais a orga-
niser serieusement des 6lablissements d'assistance me-
dicale. 11 dit en effect dans la a Description ) : Ce
ne fut qu'environ 70 ans apres qu'on eut vu les pre-
miers franqais dispute le territoire aux Espagnols qu'il
y cut des h6pitaux. Rien ne d6termina plus puissam-
ment I en former que les effects d6sastreux de la
maladie du Siam. > (2)
H6pilaux militaires
Le gouvernement royal s'entendit avec les religieux
de la Charite en 1694 pour la foundation d'un h6pital
a Saint Domingue. Le project ne fut pas execut6 de
suile. Ce n'est qu'en 1698 que les concessionnaires parti-
rent sur le vaisseau le Faucon et la flMte la Gloutonne.
Ils emmenaient des instruments de chirurgie, des plan-
ches, des briques, des tuiles devant servir a la cons-
truction d'un h6pital au Cap et d'un autre a Leogane.
L'H6pital de la Charit6 du Cap fut ouvert sur la place
d'armes, dans le magasin du roi, avec 49 lits.
Le gouverneur Jean Baptiste Ducasse fit de son mieux
pour favoriser le nouvel 6tablissement hospitalier.
En mars 1719, les religieux de la Charit6 recurent
des lettres patentes Yes autorisant a exercer l'hospi-
talil6 envers les personnel malades, du sexe inasculin,
les trailer, panser et m6dicamenter et leur faire toutes
les operations de chirurgien6cessaires pour leur entire
et parfaite gu6rison ; leur administer les sacrements,
faire le service divin, enterrer les morts.)
(I) Rev. P. Cabon.- Histoire d'Haiti, page 63. 1925.
(2) Moreaude Saint Mdry. Description de la parties frangaise de Saint
Pomingue tome I Philadelphie 1797.








-4-


Le roi ayant d6clar6 prendre l'h6pital sous sa sauve-
garde, les religieux de la Charit6 pr6tendirent que leur
enceinte etait inviolable et qu'on ne pouvait y saisir
aucun d6biteur, aucun d6linquant.
En 1734, l'intendant Duclos ordonna la formation de
quatre nouveaux h6pitaux militaires; au Fort Dauphin,
au Petit Goave, et Saint Louis dans les casernes. A Saint
Marc, oii iln'y avait point de caserne, on se content
d'une chambre louse. Duclos 6tait t frapp6 de l'incon-
vdnient de transporter les soldats malades des garni-
sons aux deux seuls h6pitaux du Cap et de Leogane,
transport qui 6tait la cause de la mort de la plupart
de ces malades.) ( M. de St MWry). Dans les villes habi-
tees par les medecins du roi, le soin des interns
leur revint ; dans les autres localities on se content des
chirurgiens majors.
C'6tait une measure sage et humanitaire qui a df ame-
liorer le sort du soldat, puisque s'il faut en croire
Moreau de Saint MWry, ( le d6faut de communications
entire les diff6rentes parties de la colonies et m6me
quelquefois d'une paroisse A l'autre, retrecissait tous les
rapports, toutes les connaissances... On parlait au Cap
de Jacmel et du cap Tiburon come des montagnes du
Chily et des terres de 'Magellan.
Le project de Duclos ni'cut pas une complle appro-
bation du ministry de la marine. Au lieu d'un h6pital
le Fort Dauphin n'eut qu'une ambulance. L'etablissc-
ment projet6 pour cette ville fut install A Ouanaminthe
de pr6f6rence, a cause de la salubrit6 de I'air du can-
ton. Mais il ne se d6veloppa guere. L'h6pital de Saint
Louis fut mis A l'entreprise. Pour celui de Petit Goave-
h6pital de la Purgerie- on 6leva un batiment de cent
pieds de long sur vingt quatre de large. Un h6pital fut
aussi fond6 au Trou, par les religieux de la Charit6,
aprs l'arrivie de Belzunce dans la colonies. Le gouver-









ineiiienlci it career encore deux autres; A Port-au-Prince
et aux Caves. Ce derniar fut donned A 1'entreprise A par-
tir de 1786. Les plus important de ces ktablissements
militaires furent ceux du Cap et de Port-auPrince.
L'h6pilal de la Charit du( Cap place sur la route du
Haut-du-Cap, fut destiny aux officers, aux soldats et
aux matelots. II 6tait assujetti aux reglements des h6pi-
taux de France et soumis a 'inspection du mndecin du
roi et d'un chirurgien major. Le reglement obligeait les
midecins et les chirurgiens A faire quatre visits par se-
maine, les frais de voiture 6tant A la charge des reli-
gieux. Lajourn6e de malade 6tait fix6e A quarante sous.
Les frais de 'h6pital montaient en 1787 A 184.595
livres ce qui correspond sans tenir compete du pouvoir
d'achat, A 37.000 dollars environ puisque la livre tour-
nois \alait 0 franc, 987 (1).
Au compete des recettes, nous trouvons 40.000 lives
pa'yes par administration colonial et revenues par
douzi-me sur les 6tats de chaque mois. Les aum6niers
et les m6decins 6taient pays par 1'Etat. De plus, les re-
ligieux jouissaient de divers privileges: le roi leur
avait fait don (( des 6glises couvens et h6pitaux du Cap
et de Ldogane, bAtimens, terrains, habitations, manu-
factures, n6gres, meubles, ustensiles et generalement de
tous les biens de ces h6pitaux...i Le Conseil du Cap les
aultrisa en 1719 A mettre un tronc dans les 6glises du
district et a quieter aux portes, A la charge de rece-
voir les indigents; et leur permit aussi de s'appro-
prier la moitie des dons et des legs qui seraient faits
aux pauvres.
Les comestibles, les mddicaments, les 6toffes, les meu-
bles, les ustensiles et les marchandises necessaires pour
les religieux, leurs malades et leurs serviteurs avaient
lI I.. Deplanque La tenue des livreq. p. 760 Garnier frtres 1879.
I e sou valait: 1 sou=4 centimes 938 de franc
1 denier=0 f,41.152


- 5 -








-6-
la franchise tant des droits de sortie en France que
des droits d'entrde A Saint Domingue. Le passage des
bateaux leur 6tait accord gratuitement.
En retour de ces b6n6fices le gouvernement royal
obligeait le sup6rieur A presenter le compete annual
de la recette et de la d6pense a l'intendant et celui-ci
devait A son tour le soumettre au minist&re de la
marine avec un rapport sur l'6tat des h6pitaux. (1)
L'h6pital de la Charit6 pouvait recevoir 800 malades.
Le r6glement accordait A chaque officer malade, par
jor, (( une livre et demie de vianie de boucherie, une
bonne volaille, de deux en deux jours, grille ou r6tie;
une c6telette de mouton et un plat de legumes ou
de poisson, avec des confitures du pays, suivant les
saisons. Un matelas, une paillasse de feuilles de maTs,
une couverture de laine ou de coton, un traversin, un
oreiller de plumes d'oie, des draps de toile blanche
qu'on change tous les huit jours... des serviettes tous
les deux jours, une chandelle de six A la livre par
jour, et des lampes de nuit au besoin.)
( Une chose des religieux de l'h6pital de la Charite
qui est tres louee dit Moreau de Saint MWry, c'est leur
bonne ch6re.- Autrefois, les officers malades man-
geaient A leur table d6s qu'ils pouvaient s'y rendre, et
ce regime leur paraissait si bon... qu'on prenait par
parties de plaisir un billet d'h6pital.i
A chaque soldat, matelot, ou autre malade entretenu
on donnait par jour vingt six onces de viande de
boucherie de la meilleure quality, vingt onces de pain
blanc bien cuit, et une chopine de vin de Bordeaux.
Quand on voulait varier le menu on mettait une forte
volaille pour quatre rations et demie de viande, et du
vin blanc au lieu de vin rouge. Dans les infirmeries,
on servait ,tous les jours, a 7 heures du matin, un
[1] Moreau de Saint Mery loc. cit. pages 567 t8.










bouillon maigrc aux herbes, fait au beurre oil A la
manlegue ; a 10 heures un bouillon gras; de la viande,
du vin. Le soir mnme ordonnance. A 4 heures, les ma-
lades laillaieni eux m6mes leur soupe dans des 6cuelles.
Le midecin prescrivait parfois des regimes compre-
nant les ceurs, les bananes, le riz, les pruneaux, les
purses, le gruau, le lait. On servait le repas dans de
la vaisselle en ferblanc. Le r6glement prescrivait de
faire coucher chaque malade seul.
Les prescriptions dtaient replies par un religieux,
infirmier -gneral, assist de trois religieux, chirurgiens,
et d'un apolhicaire. Ils avaient sous leurs ordres des
aides, i raison d'un religieux chirurgien ou aide chi-
rurgien Ipoui 40 maladies et d'un religieux pour 15
blesses.
Le bitiment principal de l'h6pital de la Charit6
avail 132 piedls de facade. On y avait mis un 6tage
des 1786. On v voyait un beau jardin que Moreau de
Saint Mdryv ous remet sous les yeux: une jolie piece
d'eau a'ec un jet r6pond a la porte int6rieure du
salon el forme Ic milieu d'un bon potager... le terrain
qui cst la descent d'une colline est divis6 en terrasses
successives. De petits canaux de briques, des bas-
sins de brains, des reservoirs couverts de bosquets,
tout rend ce local riant. Des plants alimentaires ou
m6dicamenteuses lui servent d'ornement ainsi que des
abrisseaux el des plants curieuses et ktrangeres. L'air
y est doux. Ic murmure de I'eau parole A l'Ame et la dis-
pose au calme et au repos... ) (1)
Cctte belle apparence exterieure masque pourtant un
fonctionnement d(fectueux qwi nous est rvl616 par M.
de S' MWry lui-mnme:(Les rehligieux sont en nombre in-
suffisant ; on est oblige d'y employer des negres don't
I'indolente indifference et la dangereuse complaisance
( 1 ) M de St .\!rv. loc. cit. page 589.








-8-


laissent les malades sans soins et leur procurent des
aliments et des boissons funestes A leur 6tat. ) Beau-
coup de patients, priv6s de force, p6rissent d'inani-
tion, ) parce que le march a dit qu'ils devaient tailler
leur soupe eux-memes et n'a pas su pr6voir qu'ils se-
raient hors d'6tat de prendre ce soin, et qu'il arrive
tres souvent qu'un malade enleve de force la portion
d'un autre malade plus faible que lui.)
Ce sont les religieux, insuffisamment instruits de
la medecine, qui prennent les 'observations des mala-
dies et appliquent les traitements ; le m6decin ne fait
la visit quune seule fois par jour ; il ne sejourne pas
A l'h6pital; il n'y fait pas des course a des 61eves; il
n'est pas assez inddpendant des religieux qui le trou-
vent tracassier s'il a de la fermet6, et peuvent arriver
a faire partager leur opinion a qui de droit.- L'heure
de routes les distributions est incertaine et le contract
qui fait des religieux A la fois des entrepreneurs Et
des contr6leurs, est d6savantageux pour les maladies.
Aussi Moreau de S' MWry le condamne : ( Administra-
teurs qui stipulez froidement les conditions d'un pareil
march, qui croyez qu'il faut plaire aux religieux de la
Charity, comme si leur plaire 6tait le but qu'on doit
se proposer, allez dans ces h6pitaux ct 6coutez les im-
pr6cations de ceux pour qui vous pensez avoir tout
fait... Je sais qu'on criera: mais la ddlicatesse des entre-
preneurs I- La crainte de la mort d'un seul homme
qu'on doit sauver, voilA tout ce que j'apercois...)
Le m6decin du roi, Dazille est aussi cat6gorique. Le
soldat et le matelot ont contre eux hopitaux, la mauvaise quality des eaux, la corruption
de l'air et surtout la cupidit6 inseparable de l'entreprise.
Le m6decin qui fait le sacrifice de sa sant6 et de sa
vie, ne peut voir l'ordre du service interverti.. il a.
recours a l'autorit6 superieure : on l'6coute une pre-
miere fois et on avertit les entrepreneurs qui n'exfcu-








-9-


tent rieni. il rdit6re ses representations ; Messieurs les
Adminislrateurs g6niraux que -1 multiplicity des affai-
res emprche de voir par eux memes, 6coutent quelque-
fois les entrepreneurs qui ne manquent jamais de se
rejeler sur la n6cessit6 des circonstances ; ils excitent
adroilement par leurs murmures des soupcons sur les
talents du midecin... alors celui-ci n'est plus 6cout6 que
faiblement son zeie est ridiculis6... Enfin le m6decin
veut parler plus haut. mais il n'est m6me pas requ A
I'audience... tout va de pis en pis... le m6decin perd
son Mtat. les malades leur appui; mais l'entrepre-
neur fait une fortune enorme.i (1)
Ces remarques ne s'adressent pas aux seuls religieux,
mais i; tous les entrepreneurs d'h6pitaux et d'hospices
a Saint Domingue. Quant aux premiers, il faut le dire,
il serail impossible d'avoir raison d'eux. Un historien
de la pharmacie, Andr6-Pontier nous montre leur pou-
voir en France m6me : << les soeurs et toutes les commu-
nautts religieuses d'hommes et de femmes ont toujours
su se mettre au-dessus de la loi, du gouvernement, des
ministries et meme des 6v6ques en ce qui concern
I'exercice de la pharmacie et de la m6decine, en vue
des bhn6fices et de l'influence politique A en retirer) (2)
Les critiques de Dazille ne s'arretent pas A I'6conomie
des h6pitaux ; elles visent aussi leur position. Tous
les elablissements de la colonies sont situ6s dans les
lieux las et humides oi les colons out fond6 les villes.
1 On aurait peine a croire, dit Dazille, que de toutes
les nations la Francoise soit la seule qui ne tienne pas
ses troupes cantonn6es dans les montagnes... Pendant
la derni6re guerre, en 1781-82-83, la mortality devint
excessive dans les h6pitaux de file de Saint Domin-
gue... Tout eut et6 d6truit, si l'on n'eut disperse les
(1) Dazille- Observations gdnerales suir les maladies des climate chauds.
pat.es 35-37 Paris 1785.
(21 L. Andr6-Pontier Histoire de la pharmacie Paris. 1900 p. 92.








- I1) -


soldats FranCois et Espagnols dans les campagnes, sur
des habitations bien ktablies... Cette mortality cut pour
principles causes la situation des h6pitaux pres des
marais, leurs vices de construction, de distribution, et
surtout les abus d'une administration aussi desastreuse
et aussi d6vorante que l'est l'entreprise... (1)
Frapp6 de ces faits, le consciencieux m6decin re-
commande au gouvernement m6tropolitain la creation
d'un h6pital au Dondon, d'une altitude blevee, et Ia
surveillance des eaux de boisson, des eaux de puits
surtout, trop souvent employees dans les h6pitaux
oft elles out un effet meurtrier, et aussi la cessation
du regime de l'entreprise. On retrouvera dans les h6-
pitaux haYtiens les abus signals par Moreau de St
Mdry et par Dazille. Insouciance, incurie, respect su-
perstitieux des religieuses, mauvaise administration,
tout cela est un legs des colons du XVIIIe sifcle aux
Haitiens du siecle suivant.
Nous ne parlerons que pour nmdmoire de I'h6pilal
de Port-au-Prince qui fut 6tabli sur l'emplacement des
anciennes casernes et qui fut donn6 L I'entreprise dis
1771. En 1772 il ne pouvait recevoir que 150 maladies.
Jamais il n'arriva, pendant la p6riode colonial, au dlc:rn
de d6veloppement de celui du Cap.
Assistance privec et hospices
La ville du Cap qui 6tait la plus populeuse de la co-
lonie fut aussi la mieux service quant aux h6pitaux ct ;i
l'assistance medical.
Elle eut une Providence des femmes, fondue en
1739 par le maitre macon Francois Dolioules, qui
offrait vingt lits. Tout y montrait I'ordre et la pro-
pret6.
Elle eut encore une Providence des homnmes, 6eablie
par Louis Ture de Castelveyre qui lui consacra sa vie.
(1) Dazille Loc. citat. page 9.








- 11 -


CastelveyJc iltit nd a Martigue, en Provence. 11 alla
d'abord au Canada pour y prendre soin d'un hos-
pice lond, par M. Charron. II devint superieur des
Hospitaliers de la Croix de Saint Joseph. Aprcs diff4-
rentes prgcrinations il se fixa a LUogane, puis au Cap.
La Providelcr.e des homes fut ouverte en 1740.
Castelveyre et ses successeurs obtinrent pour elle de
nonmbreux pri\lleges : furniture de tous les cerceuils
de la paroise : exemption g6ndrale des corvyes et des
Iravaux publics pour les negres au service de l'6tablis-
sement ; commission exclusive de tambours publics
pour hl'le( lcs publications civiles; concession du
nello.ige dt.-s rues du Cap; privilege exclusifde faire
porler e Ic i mols aux enterrements ; benefice de la re-
presentlllinii du mardi du car6me au theatre du Cap;
conccs.-iori tie 30.000 livres par an sur la caisse des
liber[cs, :mlorisde par MM.d'Ennery et de Vaivre; r6tri-
bution de 10.1000 lives par an payees par le ge6lier du
Cal). Vers 1775 ces diff6rents be&nfices donnaient un
chiffre i'cnviron 90.000 livres par an aux deux Provi-
dences, qui a;:\:ient 6t& r6unies par la suite en un seul
tlablii.n-ieent. ( environ 18.000 dollars. ) Castelveyre
inournt le 31 Imars 1755.
La; \illc d i Cap cut aussi une miaison de sante
I'lMdtIe i 'r IL chirurgien major Durand, dans un but
!mluln:;ni;lr.:. pmIr le traitement des esclaves malades,
I!lrliii!u* t diL- navires n&gricrs. Elle cut enfin une
Proviideinice les hoinmes de couleur die A l'initiative
d(u Inir' l'rI;ii Aloou Kinson, originaire de la C6te
d'Or. alfl'ranniL par son maitre, et connu sous le nom
de .Iinn Ja~sinl. Pendant plus de quarante ans, aid6 de
s;a leimni C.(:herine, une africaine, Jasmin entretint A
ses frais cet hospice destiny aux personnel de sa con-
ditlon. M. Ie S'. M6ry, qui avait pour lui une profonde
ven-raUlion, lui promit, en 1788 d'obtenir du minister
Line n'loris:.ti-in express pour son hospice: < Je ne








- 12 -


puis me rappeler dit-il, sans que des larmes d'atten-
drissement ne soient encore pr6ts de s'6chapper de
mes yeux, de la joie qu'il en eut. Je questionnai les
personnel les plus estimables du Cap, toutes furent
unanimes sur le compete du bon Jasmin presque octo-
g6naire, et qui 6tait r6solu d'assurer apr6s lui une par-
tie de sa fortune A I'hospice. Je parties, admirant cet
autre Castelveyre, qui voulait m6me que j'acceptasse
une some pour les d6penses qu'il croyait que les
sollicitations me feraient faire... Je donna un me-
moire au ministry, M. de la Luzerne qui me charge
de faire un project de lettre patente que j'ai dresse...
Au moment of je croyais que tout allait se terminer,
le ministry pensa que cet objet 6tait de nature Ai tre
pr6alablement communique aux administrateurs de
la colonies. > Mais on jugea dangereux pour l'6tat politi-
que de Saint Domingue d'accorder une telle faveur a
un pauvre affranchi. On etait d'ailleurs en 1789. Aucune
suite ne fut donn6e A cette affaire.
La ville de Port-au-Prince eut aussi une Provi-
dence don't le cr6ateur fut I'abb6 Moreau, un creole
de l'Artibonite, cure de Port-au-Prince. Cet 6tablisse-
ment recut des dons de MM. le Remboure; Pierre
Foucauld, marchand ; et Le Franc de Saint Hauld. On
avait aussi projet6 la creation de Providences A Jre6mie
et a Port de Paix. On n'en eut pas le temps.
Certes, I'hygiene et la m6decine 6taient encore tr&s
en retard a Saint Domingne ; on doit avouer cependant
que l'effort d6ploy6 dans la creation et 1'entretien des
6tablissements hospitaliers fait honneur aux colons de
Saint Domingue. Les batisses memes furent l'objet de
beaucoup de soins, et Malentant avoue que ces dernie-
res 6taient fort belles. (1)


(1) Malenfant Des Colonies page 277







-13 -

birection el administration de la medeeine colonial
i La indecine inilitaire frangaise ne fut vraiment orga-
isee que par Richelieu. Ses efforts pour la creation
les ambulances lui turent tres profitable pendant le
Mige de La Rochelle. (1)
a En 1642, date du r6glement le plus ancient connu
Scomnandeur de La Porte, intendant de la navi-
ation, ordonnait aux capitaines d'embarquer et de
mire choix d'un tres hon chirurgien bien entendu et
rt lidele. t En 1675 et en 1679, Louis XIV cr6a pour
Marine les postes de premier m6decin et de pre-
Inier chirtwgien pour les ports de Rochefort et de
rest, pareils -i ceux qui existaient depuis 1667 pour
"t port de Toulon. En 1684, Colbert appela les filles
,de la Charite, dites de Saint Vincent de Paul A des-
,ervir 'lihpilal de la marine de Rochefort. Plus tard,
gn 1691, rlles 'furent remplacees par les freres de la
iCharile de Saint Jean de Dieu.
En 1722. les efforts de Mr. Dupuy aboutirent a la cr&-
lation d'un enseignement de la chirurgie A l'usage des
jeuncs gens desireux de servir a la mer. Dupuy a de-
imanidail pour les chirurgiens une instruction gale a
Icelle des meidecins ; il preconisait surtout pour les chi-
;rurgiens 1',lulde approfondie de l'anatomie et de la
physiologie. -I 11 fit creer la premiere cole de sant6
conlnue en France. (Andre Pontier p 501 ). En 1763
ful crt~e la function d'inspecteur general de la mode-
cine, de In pharmacie et de la botanique dans les
ports el colonies, avec des appointments de 3000
livrcs. Le premier titulaire fut Poissonnier, m6decin
de la F:i.'cull de Paris, conseiller d'Etat, inspecteur
general des hnpitaux de la marine en France et me-
decin consultant du roi. II avait principalement pour
r6le de choisir et d'examiner les m6decins du roi
(1, L Anrid, P1I.lt;cr Loc. citat. p. 460








- 14 -


destines aux colonies. Son traitement fut 6lev6 ullt-
rieurement A 6000 livres, bien que cette function n'ait
eu aucune consequence utile pour I'hygiene sanitaire a
Saint Domingue.
Le gouvernemrent royal fonda une cole de mede-
cine de marine, a Brest qui fut reorganis6e en 1783.
Il y eut de bonne heure des medecins militaires A
Saint Domingue, et des m6decins civils. c On ne peut
douter, dit Moreau de Saint MAry qu'il n'y ait eu des
chirurgiens A Saint Domingue des I'origine de la colo-
me, mais les mddecins n'ont du arriver qu'apr6s, par-
ce que ces derniers, moins nombreux partout que les
chirurgiens, ne se rencontrent que dans les lieux ou
ily a dejA une civilisation marquee. ) Il dit encore:
( Le premier m6decin auquel on parait avoir accord
la confiance 'au Cap fut Mr. Dautun, qui y exercait en
1710, qui 6tait employ dans les actes publics et le-
gaux et qu'on appelait m6me mddecin du roi, quoique
le premier qui ait eu ce titre soit Mr. Fontaine, doc-
teur de la Facult6 de Montpellier... Apr6s lui vint Mr.
Du Valain, m6decin du HAvre de Grace, puis Mr.
Poup6e Desportes ; depuis il y a toujours eu un me-
decin du roi au Cap. On le consid6re comme le chef
des autres m6decins qui sont plus ou moins nom-
breux; c'est du moins lui qui examine les mddecins
qui se pr6sentent pour exercer dans la parlie du nord;
II y a eu au Cap, depuis longtemps qualre ou cinq me-
decins outre le m6decin du roi.)
Concernant les chirurgiens, M. de St Mery nous dit
qu'il y a toujours eu dans la colonies un chirurgien
major ou chirurgien du roi, depuis Mr Clerin Deslauriers,
nomm6 le premier par brevet en novembre 1720. I1 y
avait encore de nombreux chirurgiens de second ordre,
don't une vingtaine pour la seule ville du Cap. II y
avait aussi au Cap un apothicaire et douze autres
droguistes. En avril 1775 le roi nomma un midecin-








15 -
1,5-
accoucheur qui s'lablit au Cap el qui eut pour mis-
sion de former des sages-fenmmes. L'enseignement du
m6decin-accoucheur fut I'objet d'une ordonnance de
M. M. Reyr.aud el Le Irhasseur du 18 janvier 1781. La
ville du Cap \aviil aussi deux denlisles.
M. de S' MNry n'a pas grande conflance dais la va-
leur de ce corps de sante de S'. Domingue. 4 II est
douloureux, s'ecrie-1-il, de dire que eel essaim d'Es-
culapes n'est pas toujours armed conire la mort. A Dieu
ne plaise que je ne veuille refuser de justes 6loges
A quelques sujels qui les merilent... Mais je ne les
prodigue point assez pour les 6lendre i ces fraters
qui onl riv'~t dans une traversee qu'ils sont devenus
midecins.chirurgiens,chimnistes, pharmaciens, dentistes
et accoucheurs.
Les problems parlicullers qui se presentent dans
la mndecine des Antilles avaient frappe les administra-
teurs de S'. Domingue. Ils avaient prescrit d'6tablir A
I'h6pital de la Charit6 quatre places d'eleves chirur-
giens; el I. de S' Mry voulait que tous ceux qui se
deslineiit i la chirurgie fassent un stade de deux ans
dans uon hipital de la colonie, ( sans vouloir en excep-
ter IolIs Ies ignorants A parchemins qui arrivent. (1)
Ceui quli ;'eront vraiment instruits n'en auront que
plus de valeur apres ces ann6es de pratique locale.
);izille nous a laiss6 les r6flexions que voici: ( La
dilficTule d'avoir en mmie temps des m6decins et des
chirurgieiis. oblige ces derniers d'exercer toutes les
parlies de I'art de guerir, surtout dans les campagnes:
cependalnt, lors de leur reception, ils ne sont exami-
nes que sur I'anatomie et la chirurgie, ainsi que cela
se pratique dans tout le royaume. Ayant A traiter
les malatdics internes les plus graves, en attendant qu'il
%I sil t forin' des sujets, comme l'a propose Mr. de
LairnageL. le medecin du roi dolt les examiner sur la
(1 .\1 de m"t MWry Loc cit, page 50l.








- 16-


m6decine pratique proprement, qui enseigne a connli-
tre les maladies et les movens d'v remedier, et sur la
matiere m6dicale on science des medicaments, qui
donne la connaissance de leur nature, de leurs vertus,
de .leurs proprieles. (1) En effect, d&s 1735 Mr de
Larnage avait adress6 au gouvernement royal un m6-
moire sur < la n6cessitl de former dans les 6coleset
les h6pitaux de France des sujets pour les colonies,
de les instruire de toutes les parties de la m6decine...
de les engager a se mettre en etat de se faire recevoir
docteurs en m6decine et en chirurgie, afin qu'ils puis-
sent exercer cette derni&re parties sans deroger A la di-
gnit6 du doctorate ) Car, pour M'. de Larnage, I'exercice
s6pard des differentes parties de la m6decine 6tait une
des causes de la depopulation de la colonies. Opinion
que partage Dazille. (2)
Et M. de St Mery assure qu'il ne sera jamais tran-
quille sur le sort de l'h6pital du Cap tant que le md-
decin n'y s6journera pas < et ne pourra pas faire des
course utiles A lui-meme et A des eleves. > II faut dire
qu'une ordonnance du roi sur la chirurgie aux colo-
nies exigea que les chirurgiens eussent servi un an
dans les h6pitaux militaires de ces colonies avant de
pouvoir exercer leur profession. (3) II est done 6tabli
que vers la fin du dix-huitieme sickle, on ayait g6-
ndralement reconnu la ndcessit6 de former A S'.
Domingue m6me des sujets pour I'exercice de la me-
decine et de la chirurgie et d'obliger meme les m6de-
cins et les officers desante qui venaientd'Europe A fire
un stage dans les h6pitaux de la colonies.
Hygiene publique et privee a St Domingue
Malgr6 les progr6s que la raisonfaisait dans la sociel6
au XVIIIe sitcle, I'hygiene publique n'avait pas beaucoup
(1) Dazille- Maladies des climats chauds p. 245-46
(2) Dazille Loe. cit. p. 151-15,J!
(3) M. de St. Mery page 271.








- 17 -


charg'.. L hygiene privee 6tait meme en retard sur les
epoques antdrieures, s'il faut s'en rapporter a de nom-
breux auleurs. Le Dr Charles Fiessinger disait naguere
que I'hySgine du moyen Age n'a nullement i rougir de
ses preit. options en face du progres moderne et il ajou-
lail :. nos grands pares cultivaient des soins de propret6
que nous ignorons.) Selon lui, c'est avec la Renaissance
mnme qu'aurait commence le regne de la crasse.
I'n lait difftrents kcrivains nous ont laiss6 un tableau
peu flaltiCulr de la physionomie de Versailles, au temps
miume du roi Soleil. L'hygiene publique et privee a
Saint DIimingue devait se ressentir et dupeu d'attention
accord t p.irles Francais d'alors aux questions sanitaires
t(. (o I: a institution memie de la socidt& colonial.
Chez. Il, blancs et chez les noirs, pour des raisons
d ill ienci s, la mortality est excessivement Olevie.
STl'ous ceux qui passent a St Domingue, dit Poupee
Deslpoles, doivent s'attendre i y essuyer une maladie
IdangelIule.)) (5) Sur cent Francais dit-il encore a peine
m Itrouve-t-on un de soixante ans. ( p. 126).
L.s Ispagnols en general se portent mieux. Mais d'a-
)boIr Ii ibitent plutot les regions fraiches ; et puis ils
sonl pirevseux, tandisque les Francais sont actifs.
Ma.Ill.ulrecisement les Francais abusent des plaisirs ve-
nencies. L'nquietude et le chagrin apportent leur con-
Iri'ii uili [,athogenique. Et enfin la passion de l'argent :
t '-c uiJIton'- un peu le m6decin du roi : Pour l'ordi-
naire cii n!e parole en Europe de l'Am6rique que come
(I'uin i[:", oui la fortune semble prodiguer ses faveurs.
Les trl-sors don't cette parties du monde est d6positaire,
sont uLi appat si seduisant, qu'il semble fire m6priser
Ious Its dangers. Le desir de s'enrichir, qui fait partir,
et qui devient alors le moteur de toutes les actions,
6louTfe en quelque sorte tout autre sentiment. De l'
151 P ..-..'u Desportes, Mdecine domestique de Saint Domingue -in Manuel
de- H. .it .,,- de St Domingue Ducoeuyoly p. 129.








- 18 -


une indifference extrhme,non seulementpourles scien-
ces et pour tant de merveilles dela nature... maismeme
pour toutce qui ne parait pas devoircontribuer ce qu'on
appelle la fortune.) (pages 128-29) Ce trait de canr:clre
des colons Irancais est devenu haitien.
Parmi les militaires. la mortality est plus grande en-
core que parmi les civils : lonies de 1'Am6rique et A leurs productions, si l'habilail
faisait en n6gres la cinquiSme parties de la perte quie le
roi fait en soldats...) telle est l'opinion de Dazille. (1)
C'est que les troupes boivent des eaux de mauvaise
quality et qu'elles sont sur des terrains bas et huinides
ou regnent la fiUvre, les engorgemenls des visceres, el
I'an6mie.
Et pourtant la mortalile parmi les esclaves esl effrn-
yante. On lit dans l'ouvrage de Barr6 Saint Venant que
Sales naissances n'ontjamais surpass les mortaliles pen-
dant toute la p6riode colonial. (2) Cette population ser-
vile qui atteignait au chiffre de 405.528 ames d'aprs le
recensement fait en 1788 par l'intendant de Marbois (3)
tie se renouvelait que par la traite. L'ascendance des
HaYtiens, dit le Dr J. C. Dorsainvil, est faite de mil-
lions de morts < si on se rappelle que pour plus d'un
deii si6cle, le taux de In moyenne de la mortalil des
africains a 6t6 fixe6 20.000 individus par an. ) (4 )
La premiere cause de ces h6catombes est le surme-
nage. Les t6moignages des historians sont concordants:
D'apres Barr6 St Venant la roulaison des cannes com-
mence le lundi; elle ne s'arr6te que le samedi ia minuil.
Les ouvriers du moulin et ceux de la sucrerie v soul
attaches attaches vingt quatre heures de suite ; pareil
nombre de ceux qui sont aux champs vienneni les re-
(1) Dazille- Maladies des climats chauds p. 61.
(2) Barr6 Saint Venant- Des Colonies modernes sons la zone tornrde et
particulierement de celle de Saint Domingue. Paris 1802.
(3) B' St Venant.- Loe. cit. p. 53.
(4) Dr J. C. Dorsainville--lne explication philologique du Vodu- l'. 4p '








19 -
lever A Iminui. Lorsque l'atelier n'est pas nombreux, il
faut y irevenir un jour sur trois. ( page 378).
Les esclaves peinent dix huit heures sur vingt quatre
dit N. Dantes Bellegarde(1). Et il cite le P. Labat : Sur
les six heures qu'ils ont en deux fois pour dormir, il
faut quL'ils en 6tent le temps de leur souper et souvent
celui d'aller chercher des crabes pour se nourrir.)
SLa deuxi6me cause ce sont les fi6vres si fr6quentes
dans un pays A peine d6frich6, et les parasitoses.
La troisi6me cause, c'est le libertinage de ces hom-
mes quc l'esclavage a pouss6 hors de tout cadre fa-
milial el social.
La quntrieme cause, c'est l'insuffisance de I'alimenta-
lion.
Insuflisainle en quantity, la nourriture est encore de
miLuvaise quality. Ils se nourrissent continuellement, dit
Dazille, de manioc, (( nourriture pesante, indigeste, mal
blaborte, d6pourvue de principles salins, incapable en
un iot, de r6g6n6rer les humeurs, et de s'opposer A
leur pultrescence.)) (2)
La siI ation ne change qu'aux approaches de la Revo-
lution frlan caise. Jusqu'en 1784 le gouvernement royal in-
lerdit 'introduction des molasses des colonies sur le
lerritovie de la m6tropole. 11 ne permet pas non plus
aux ftIrangers d'aller les acheter. Les sucriers sont
obliges de les jeter.
Le 30 Aoit de cette ann6e lh un arret du conseil
d'l6at permet de les c6der aux marchands strangers, et
on en vend des lors pour 3 millions de livres, aux Am&-
(icains lout particuli6rement, qui les convertissent en
rhum et qui fournissent en retour du poisson sal6, de
la farine et d'autres approvisionnements.
La nourriture de la population haitienne compose
surlout de bananes, de racines et de poissons et vian-
(1) D. Bellegarde Pagesd'Histoire-- 1925 p. 40
i2i lDa3lle Observations sur les maladies des Negres-Paris 1776 p. 264







- 20'-


des sal6s est un heritage de l'dpoque-coloniale. Lhygie-
ne personnelle des esclaves pr6sente malgre tout un
trait qu'il est bon de noler : la propretd. e C'est,nous dit
M. de St M.'ry, un des caracteres des nigres et sin-
gulierement des femmes. Elles recherchent 1'eau sans
sans cesse; et lors mnme qu'elles sont r6duites A n'avoir
que des vetements malpropres, leur corps est fr'quem-
ment plong6 dans le bain d'une eau vive et courante.J
( On ne peut donner, dit encore M. de St M6ry, assez
de louanges au sentiment que l'amour maternel a place
dans le coeur des n6gresses. Jamais les enfants, ces fai-
bles creatures, n'eurent des soins plus assidus, et cetle
esclave qui trouve le temps de baigner chaque soir ses
enfants et de leur donner du line blanc,estun Mtre res-
pectable. Elle nourrissent longtemps et mCme, si on ne
eur iniposail pas l'obligation du sevrage, elles prolon-
geraient encore ce terme.)) (3)
On sait ce qu'tait Ie leogement des esclaves. Inutile de
s'y arreter. Quant A celui des blanks, Malouet, cil6 par
Vaissiere, nous dit que dans les villes, a la commodity,
la salubrit6 manquent en general aux locaux d'habila-
tion.) (4)
L'aspect de ces villes n'est pas engageant. Parlant
du Cap, le voyageur Dubuisson 6crit que (( les rues
sont infectkes par les eaux croupissantes des ruisseaux
qui les coupent transversalement... car quoique pave
la ville 1'est si mal....)) Quant au Port-au-Prince c'est
une agglomeration de 500 a 600 cases, la plupart
en terrasse et n'ayant que le rez de chaussee, perdues
dans une enceinte qui pourrait comprendre 20.000
maisons. S'il a plu la nuit, vous ne pouvez marcher le
martin dans les rues d'une immense larger qui res-
remblent A de grands chemins boueux et sont bordees
de foss6s oft I'on entend coasser les crapauds. Le vo-
(3) M. de St. M ry Loc. cit- pages 501 503
(4) Pierre de Vaissibre -Saint Domingue p. 330-31.







- 1-


yageur .,'lmpiflen troupe que Porl-au-Princc r;'sscinble
a un c.n:lp tartare: 11 est severe pour I'ddiLl capoise: /
1< II et pr.i de villes oif ii existed si peu de police. Les
rues v s.,t d!es cloaques; on v met tous les embarrass
qu'o' \'c '.t....) Vaissiere nous avertit que ce n'est pas
une cliarg'. : a Si l'on n'a point confiance dans pareilles
descriplicisl, qu'on se rapporte aux acres officials. En
parcourinta les decisions des Conseils superieurs de la
colonic, on pourra voir.... de perpt6tuelles defenses de
laisser croupir les itinondices dans les rues du Cap...
des interdictions sans cesse riterdes de laisser vaquer
dans In \hille des monlons, des cochons, des boucs, et
pour lie ',,rt-au-Priice, des instances faites a tout mo-
ment :.i, habitants de ne point laver leulr liii -:. Otein-
dre de I. chli.,u., fabriquer de l'indigo, treinper du
mianic c d is la seule source qui alimente la ville,
sourCC Ic insuffisante qu'A chaque instant I'on man-
que il'Ceii t qu'en 1761, les fontaines de Portl-au-Prince
cn.-lsislcl dans un ruisseau bourbeux don't ii est im-
pus'.ible de boire, les habitants ltant obliges d'envo-
\er c!;( h ller de l'can i une lieue et demnie de la ville;
des ri(.C cinm nations renouveldes faites aux citoyens
de lenilr li nuit leurs chiens it I'attache, car ils sont
iionmll '>l t '. et at'lir's par les ordures font un tel vacar-
Ile ii: il- -imp[chent la population de dormir.))
i..' i! ration dt'i-ailiens q,:i Z, :I ijourd'hni i Irenl e ans
Ii (_ill iii It vacarnile (des cihiens et I1 coassement des
crtpi': d's ldans les rigoles, mnais eile a hb6&ficic d'un
liien Inill.'ur Otat snnilaire.
II 1 i! progress de Iiai'i sur Saint Doninigue. On
(t '11'i.' -'I droit de s'6tonner de I'anathenme que nous
out p].'; !.:iit d'i crivains fr.:i'i..s d6daigneuxou railleurs.
Ils in.:'.ient peut itre que 1'Ftat sanitaire de la repu-
bliqui- iL':!tienie n'6tait que celui de Saint Domingue
francai,.-. insuffisuinm ent amnliore, mais quand mome
meill ii








Ce que les freres Verbruigghe vo'yaient au course de
leurs promenades et chassis, c'6tait un coin de la vieille
construction colonial ; et pour s'en convaincre on n'a
i,'P ,"rnn:,;cller des peintures de Dubuisson et Wimpf-
.c: ceie age de V. Meign,-i dcrite dans le dernier
quart du XIXe si&cle : < Les rues sont pleines de boue
et d'ordure. Et quelle rue ? II faudrait dire plut6t une
suite de londrinres assez escarpdes et assez creuses
pour qu'il soit dangereux de s'y aventurer la nuit...
Partout un melange repoussant de pousssiere et de detritus
et parfois des cadavres d'animaux en putr6faction don't
personnel ne songe a d6barrasser la voie publique. (1)
II faut bien reconnaitre que nos 6dilites 6taient
coupables, mais 11 n'y a rien IA qui puisse temoigner con-
tre notre race. Vers la inmme 6poque, a peu pres, les
blancs espagnols ne faisaient pas mieux a Cuba, et la
< Revue- Britannique disait de la Havane : ( ville la
plus sale du monde, cite de mauvaises odeurs et de
S bruits infernaux. (2)














(1) V. Mlc:nran : Aux Antilles
(2) Revue Britannique. Juin 1873 reproduction in L. Lanier.
Choix de lectures de Geographic Amrique. -Paris 1883.










(.CHAPI IURE II


LA ME'DEI-INE A SA.i7T-IH\.111NGUE



Les tludes de Hol'taiqiue.
L.e XVIP\' si 'Lcle ful I une .pIclquc patIrlcull-re menit fe-
conde en Iravaux tie Bolanique. Les nalluralsles euro-
peens parcocuralent le monde pour en -ludier les plants
et en fire la descriptionl. a(lque region fut I'objet de
monographies d (n savant. On peut ci-ler pour I'Ami-
rique du Nord, John IBanister, pour la .Jamaique, i'ls-
landais Sloane. don't le canl.il:e t rme e I'onds le plus
important dtu bllr ish Mlueunl: pour le, Antilles el la
c6te du MexNiqle. le minime Charles I'lumier; pour le
Perou et le Chili. L.ouis Flcnillet qui s'occupe speciale-
mient -des pl.ntes minedicin:iles exoliques ; pour I'Indous-
Ian, Nicola' Grimm el Adrien Van Rheede...; pour les
Moluc(iiuet. I-Edi.d IAIumpf... pour les Philippines, Joseph
Kamel ldoin le noi a L6 donned au canmlia ; pour In
Chine et I- .Ipini.ie inissioinaire pulonais Michel Bovn.
el Kaemplert. doul Ihlerblier est an British Museum ;
Sour M udiagI' scar. I.lieinI. de I:l'(l .... (1)
l.e XV'li" .sic le vil I .-s rauidtls ir;i\Iinx tie classilica-
tion desrans ra Adanstnm. Bei na, ( de .lissicu et du c6-
bre naturalisle sueduis .iinnL' ( 171i7-1773 ) Ie cr'ateur
de la nomenclature bin.:iiri..
Celi lins lolani Iles .Itall: %-i-.rLiIt I'cluide tid la flore
de Saintl )oininigu qui preseLilall u I intr1' special,
ainsi qu on, le v(it dtla s les ligiies suI'aniles de Camena
d'Almeida : l Bitn clue fo)rnimati cn anpparence un trail
I Pail ai r :nci in t..me V i I tll ,- G nr ''r I. e t Ram au.l
I 1' '









d'union intre le s deux gr s i scoinei.s i
Nouveau Ml-ondu les Antilles sont au nombre d,-s i!es
qui existent depuis longtemps a F'6at d'isolemncil. snns
lien avec les continents voisiis. Aussi leur In.ue -1
leur flore sont elles distinc!es de cells de I'Al:c.i-rue
continental : les Espagnols n'y trouverent que iiullIlc
esp6ces de mammifres ; cells qu'on y rencontre de-
puis la d6couverte ont 06 import6es par homee ... 1)
Le c6te pratique de ces investigations interes-ait le-,
planteurs. Barr6 Saint Venant, par example, aprlcs a ouil
montr6 1'urgence de la foundation d'un Institut collni-)al
6crivait: (( Nous foulons aux pieds des millivis de
plantesquenousne connaissonspas; queques une, d'en-
tre elles sont peut-etre precieuses pour la mI'i ccice
et pour les arts; quand on n'en dicouvrirait ole luel-,
ques unes ce serait une acquisition tres precieu'se (u:'
compenserait les frais d'un pareil 6tablissement., (-)
Notons ce fait que malgr6 de protondes dilli' :._c'.
entire la flore de la France et celle de In c(,!:nic il
y avait des ressemblances entire quelques esp l) e's i,
permirent d'assimiler les unes aux autres, et (: ,..:r
anx plants de Saint Domingue les nim~es I' .., il i
certaines plants de France. ( Ch( ne, am in,,i. r .'.I j
cotier.... ))
Ce sont les rel'ieti-; moins occupies, plus h:ul),ii:r,
l'observation et auxitudes, qui fi ent les premiern ti .. .::i,
de botanique; le P. Plumier, don't nous avon p:ri,- :i
le P. Nicolson, prefet apostolique, et le superiemlr i, la1
Mission des Dominicains, le P. le Pers. Ce derni,.r \I.o
determine son ami le P. Xavier de Charlevoi. :i ..'.-i i
une histoire de la colonies, sur des notes( qu'il ii i .
fournies. Quand < 1'Histoire de 'Isle Espagnole on (.
Saint Domingue (1730) eut paru, le P. le Pers lroi-
va que ia Botanique y avait 6t, tress negligie. Mum.
(1) Camena d'Almeida-La Terre, I'Amrnrique, I'Australasie 1911 -p -1.1 I
(2) Barri Saint Versant. Des col: m s ; ::odernes 1'802. p. 1- 1-42







:25-

d'un exei plhiire de l'ouvrage de Tournefort, (1656-1708)
11 se inil rrdiger ses observations, et il consacra des
lors tons ses loisirs A herboriser. 11 en oubliait de man-
ger. 11 11 mourut en 1743, dans sa 59e annie, laissant
une foule de mnmoires sur les planes de Saint Domin-
gue, que le midecin du roi, Poup6e Desportes qui se
trouva alupr's de lui a sa mort, recueillit, avec lagr&-
ment du superieur de la mission et sur la promesse
d'en fair usage dans ce qu'il publierait sur la botani-
Sque colonial ).
Le P. Nicolson rassembla, pendant les quatre annees
qu'il passa dans la colonie principalement A Leogane,
( 1769-1773 ) des notes qu'il publia dans 1' Essai sur
I'histoire nilurelle de l'Isle de Saint Domingue ) paru
en 1776. cdihe Gabrau sans nom d'auteur. Apres les pre-
miers chl:pilies, assez courts, qui traitent de la situa-
lion de Ia colonie en general, le P. Nicolson s'6tend lon-
guenuitl sur la Botanique dans le cinquieme chapitre
et sur li Zoologie dans le sixieme.
Apris les religieux nous voyons des m6decins come
le Dr Pup-(ie-Desportes et le Dr E. Descourtilz, enfin
de purse botaiiistes come Tussac, Turpin.
Le I)' lIoup)e Desportes mourut au Quartier-Morin
e-i 1748. iA i'ge de 43 ans, apres seize ann6es de prati-
que A Saint- Domingue.
11 laissa de nombreux manuscripts parmi lesquels on
trouva un pel it trait des plants de la colonie et un
essai sur la plharmacopee.
II ctIll 't ni Vitr6 en Bretagne, d'une famille de m6-
decins. En 71, on publia ses oeuvres, A Paris en trois
volumes in 12 sous le titre a Histoire des maladies de /
Saint Domingue.) On y trouve une etude sur les plants
mndicinales indigenes.
Cet ouvrange eut beaucoup de reputation et se r6pan-
dit dans routes les colonies francaises. (1) II a et6 re-
iI, \'ur [aiiil- Obs. sur les maladies des cl. hands p. 222







2! 5-
produit A la suite du ( Manuel des habitants de Saint-
omingue de Ducoeurjoly. Poupee Desportes. dii
Moreau de St MWry, a eu des apologistes et des delrac-
teurs. Les uns et les autres out trop abond6 dans leur
sens et peut-6tre que si les premiers voulaient coi-
sid6rer que les connaissances botaniques et chinliques
de M. Desportes qui avait quilt6 la Mdtropole en 1773
n'6taient pas et ne pouvaient pas Wtre tres profondes, on
s'6tonnerait moins de trouver dans ses recetles une pro-
fusion contradictoire qu'il n'est pas permis de vouloir
justifier de nos jours. Mais M. Desportes a eu le merite
d'avoir le premier donn6 quelques idWes sur la mndeci-
ne colonial ; il a faith des observations locales qu'on ne
peut s'empecher d'estimer, et si son livre n'est pas tou-
jours propre A etre un guide, il peut du moins nons ser-
vir de notes indicatives.), (2)
Nous avons dit plus haut que l'intdrdt pratique des
etudes d'histoire naturelle n'Wchappait pas aux colons.
Le Cercle des Philadelphes du Cap ouvrit un course de
botanique qui fut profess par son president Alexandre
Dubourg.
Mentionnons le prospectus d'un ouvrage public en
1788 par I'abb6 de la Haye, cure du Dondon sous
le titre de Florindies ou Histoire phisico-e onomi-
que des vegetaux de la Torride.i Cet ecclesiastique clail
aussi l'auteur d'un trait sur la panification des racini-s.
public au Cap en 1781 sous le titre de l1'Art de con-
vertir les vivres en pain sans melange de farines. (3)
De toutes ces publications la plus repandue, la plus
connue de nos jours est celle du Dr Descourtilz, nimCe-
cin de la FacultedeParis: Flore Medicale des Antillesu,
en huit volumes. On y trouve la description de 600 es-
p&ces v6gdtales divisees en 25 classes d'apres leurs effects
th&rapeutiques, accompagnee de planches en couleur
dues au fils de I'auteur Theodore.Descourlilz E. Des-
(2) M. de St MEry-Loc. cit. p. 541.
(3) M. de St Mery--p. 269







27 -
courtilz avail passe de nombreuses annies a Saint Do-
m.ngue. II avait &t6 prisonnier de Dessalines qui faillit
le faire tuer. Outre ses notes personnelles, il consult
les travaux de Plumier, Nicolson et Poupee Desportes.
Dans sa seance du 14 Mai 1821, 1'Acadmmie des Sciences
vota des encouragements A 1'auteur. Le rapport est
contresigne par Cuvier.
Descourlilz reconnalt avoir profit des travaux du
savant Tussac qui I'accompagna souvent dans ses ex-
peditions el de Turpin (1) pharmacien en chef de 1'ex-
pedition de Saint Domingue, en 1802, d'ou il apporta
une K Flore de Saint Domingue. (2) Ce fut ce meme
Turpin qui eut r( le merite, d6s 1835, d'6tudier au mi-
croscope les phenom6nes des fermentations vineuses et
acltenses, et aussi de porter ses recherches microscopi-
ques sur les laits de vaches malades pour reconnaitre la
nature de la inaladie.
Le jardin hotanique de Port-au-Prince.
Le naturaliste Thierry de Menonville fonda a Port-
au-Prince, devenue la capital de la colonie, le Jardin
royal des plants ) qui revivra plus tard dans le jardin
botanique de I'Ecole de midecine haitienne.
Thierrv de Menonville, originaire de Saint-Mihiel.
en Lorraine. etait etabli a Saint Domingue, quand il cut
I'id6e d'aller chercher au Mexique la cochenille mes-
tbque et de I'acclimater dans la colonie. Le ministry
Sarline. elant au courant de son project, 6crivit aux
adminislrateurs de lui accorder 6.000 livres pour son
voyage. II en rebut d'abord 4.000 avec lesquels il partit.
II ~tait de retour en Septembre 1777. II loua un
terrain a I'angle de la Grand rue et de la rue de Breta-
gne, y plant le nopal, le vanillier. l'ipecacuanha blanc,
le jalap et des cotonniers de Vera-Cruz ; et il y placa la
cochenille. Plus tard on y cultiva le quinquina qu'on
allail y cueillir jusque vers 1900.
(1) Dewcourtilz Flore Mddicale des Antilles, tome I p. 42.
(2) L Andr. P.oniier loc citato. p. 24








Thierry recut alors les 2001 livres qu'on restail lui
devoir : de plus on le rdcompensa en I'employanl dans
administration.
Sartine lui fit dl6ivrer le brevet de botaniste d( i ci
avec 3.000 livres d'appointements, recomnlandanit ux
administrateurs de le loger et de faiie les frais de Idca-
tion n6cessaires 'a ses cultures. Thierry requt encore
une gratification de 2000 livres. Mais deux ans apris il
mourut de la fievre. L'intendantLe Brasseurconfia alors:
le jardin au D' Joubert de la Motte,
La cochenille mexicaine avait peri. Joubert fil des
essais avec la cochenille indigine qui eurent un plein'
success et furent tr6s apprecies h la manufacture rovale"
des Gobelins. 11 recut en 1774 le brevet de botaniste du
roi, avec 3000 livres d'appointements.
A Joub'ert succ6da Nectoux, un botaniste venu de
Cayenne sur une corvette qui en avait ramen6 424 espe-
ces vegetales. C'est alors que le come de la Luzerne fit
transf6rerleJardin royal dans le voisinage de l'H6pital.
On y acclimata un grand nombre d'esp&ces amendeA
de la Chine, de l'Inde, de l'Egypte, de Madagascar.
La Science m6dicale au XVIIP siecle.
( Le XVIe sikcle avait introduit dans les Sciences m&-
dicales la notion chimique; le XVIIe v avait ajout6 la no-
tion ferment et la notion physique; Ic XVIIP va, tout au
moins dans ses premieres annecs, reprendre les m6mes
doctrines etles fixer telles que nous les retrouvons a la
fin du XIXe siecle.) (1)
Ces paroles du Dr L- Meunier nous donnent nne idWe
generale de la medecine au XVIIIe si6cle.
La synth6se des theories medicales de cetle epoque
a et6 faite par le m6decin hollandais Boerhave (1668-
1738) et d'une manidre plus syst6matique par I'alle-
mand Hofimann (1660-1742). Pour ce dernier. ((c'est la
(1) I, .ennier Histoire de ]a M. decine- 1924 p :.06






^ -29-
lecaniique qut est la cause, la source, la loi de toutes les
options ( L. Meunier. )
SLe siecle lout entier est domin l par la d6couverte de
la circulation du sang faite en 1628 par l'illustre Harvey
at qui s'est propag6e malgr& une vive resistance de cer-
tains milieu m6dicaux, grace un peu A Descartes qui la
fit adopter par ses disciples en 1'exposant dans le ce lbre
a Discours de la M6thode, (1637.)
Les iatro imcaniciens cherchent A expliquer tous les
phenomenes morbides par les alterations des solides
de I'organisme ou par les troubles hydrauliques de la
circulation.
Ce sont lIc id6es de Sanctorius et de W. Harvey qui
domincnlt dz;ns la physiologie du XVIIe siecle... dit
-Meunier. Les humeurs existent assur6ment; mais dans
les maladies ce ne sont pas elles qui souffrent, mais bien
les solides. la fibre. La fibre est pour les solidistes et les
*m6caniciens ine sorte d'616ment anatomique don't la
fibre cliarnue ou le muscle est le type. Cette fibre vit dans
:un milieu liquide, flutide... La sante va consister dans
i'6quilibre de la fibre et du fluide ou plus exactement des
slidess el des liquides. ) (1)
La inaladie 6tant un relAchement de la fibre, 'indica-
tion capitAlc c st de r6agir contre ce relAchement par les
stimulhintk.
St Le s;iinulant doit determiner dans les parties un
effort plus grand... qui am&nera une expression de liqui-
de, une sorte de derivation, puts une contraction des
fibres; agissant ainsi et sur les solides et sur les liqui-
des don't I'6quilibre sera r6tabli et partant la sante... La
contraction des fibres agit contre la tendance que le
sang peut avoir A se coaguler ou A s'epaissir en aug-
menlant la rapidity de la circulation, et par IA m6me en
,aidani A 1'expulsion des matieres nocives.) (2)
(1) L Me' jicr Loc. citato. p. 287
I(2) '- lr-iii p. 291






i.








Si nous quittons le terrain des tlhories pour cLiui dic
la Clinique, nous ne trouvons pas de nom crnmpirlible
A celui de l'anglais Sydenham par example, an XVIII'
siecle: Quant A la France, ( on ne peut div qu('il vy
eut djja une cole francaise, dit Paul Tannery... On en
reste toujours A Hippocrate et A Galien, c'est i'I dire sousi
ces grands noms, A la routine de I'enseignement livres-
que.) (1)
La th6rapeutique s'est enrichie cependant, depuis la
fin du XVIe siecle, de diff6rentes medications : m6dita-
tion acide, medication opiac6e de Sydenham, medication
vomitive, medication martial, saign6e.
Certaines preparations comme l'eau de R:bel et I'-
lixir de Garus, imagines alors, persisteront jusique d.nin
la pharmacopee contemporaine.
Les braves notions historiques rappelhes ci-dcsuLS
nous donnent une id6e du savoir des mdecins (ic
Saint Domingue et nous aident A comprendre Icurs ob-
servations.
L'analyse que nous allons fire des ouvrages de Pou-
p6e Desportes et de Dazille fera voir comment les ni-
decins coloniaux posaient le problkme medical de Sjint
Domingue.
Analyse des ouvrages de I'Po jII Dlesporles el de
Dazille.
Poup6e-Desportes est un vrai iatro-physicin ( i"ailoos-
m6decm )
Voici selon lui l'ediologie des maladies coloni;:les : Les
deux tiers de Saint Domingue sont est&res, e'es-1--dir
des salines tres boueuses et mar6cageuses... .mais Ie me-
lange de ces substances est comme le foyer el la maliere
des exhalaisons qui corrompent 1'air... La gr' n.ie ( lWIn-
titW de maringouins et de moustiques... est aussi une
(1) P. Tannery in tome VI de l'Histoire Gdndrale Lavoise et Ramb')ii d p 421








Lincommodilt presque continuelle dans les habitations
|voisines des este-res.
SCombien les corps des hommes 6puisks par l'ex-
cessive transpiration et 6tant en mnme temps ouverts
par I'humidilt qui les environne,ne doivent-ils pas pom-
per de ces vapeurs putrides, puisque M. Keil a d6montre
que les corps absorbent d'autant plus I'humiditM de 1'at-
mosphere que leur 6puisement est plus grand ?
La palhofli ie de Poup6e Iesportes fait appel surtout
aux lois du f'lrottement et de l'hydraulique: < On a conti-
nud de jeter 'epouvantedans les esprits sur les maladies
qui arrivc-nt nux iles.. En effet la quality de l'air qui est
tell que k's 'on iens nous la decrivent et selon les prin-
cipes phlisiciques. la plus propre A engendrer et a entre-
tenir la pulrliaction, la difference des aliments, plus
grossiers et moins succulents que ceux d'Europe, doit
former un tc Ihe et un sang 6pais, enduire les intestins
de mntieres gluantes, en ralentir les secre-
tions el enfin occasionner des engorgements et des obs-
tructions dans les visceres of la circulation est natu-
rellemenit ugment6e et la quality alt6rie par le travail
et les debluches.)
Le passage suivant donne une bonne idee de sa phy-
siolp(lhol.ffief :
i .Je suLI[ppo). par example, deux ou trois malades at-
taqucs (d'une fie\re accompagnee de sympt6mes qui an-
noncent tine m.iladie de Siam ou une double tierce vio-
lente : Je pense que si on est appeal le premier jour de
la maladie, on doit faire la premiere et m&me les deux
premieres saignees tres copieuses, ( une livre et demie
et meme deux livres de sang) parceque la circulation
n'etant point encore arretee dans l'extr6mit6 des vais-
seaux capillaires. la depression se communiquera faci-
lement des grands aux petits, qui par un movement
continue des colonnes du sang, doivent se d6semplir en
raison du peu de resistance que le vide des gros vais.








seaux occasionnera. Mais si le in.aladk a1 lia.c cCoulcr ull
temps un peu considerable, p.cr exempil v\ingt qualre
heures dans la maladie de Sian. il im scnmble qu'il taut
agir d'une autre facon parcequ. Il. .ong arrele dans les
vaisseaux capillaires peut ttreii,: ic Ic'.'C i'il iin aura
point d'branlement du sang dan- es mcn'. va\.SSCaux
par rapport a l'interception d'un I :,i!emcInl c'oninu.
Dans ce cas, les gros vaissco.ux lrop idseinplis doi-
vent s'affaisser et en s'affaissant onlrilJuer it f'cmbarras
et A une plus forte coagulation daus les pelils d'ou
s'ensuira un arret total de la circulation qui rendra
le pouls flasque ou fr6millanl. les exrcinilts froides.
la respiration court et embarrasscc. sympt',mcs ilt:i
annoncent une mort prochaine....
Ainsi, selon Poup&e-Desportes. Ic sang seo congule
dans les vaisseaux capillaires sons I'inlluence des ma-
ladies infectieuses, de 1I des troubles hvdrauliquci;
dans tout le systeme vasculaire rtlentissinit finalemci:t
sur le coeur, puis sur la respiration : d'(o la niicessite,
avant tout de regulariser le ours du sang par Ia sai-,
gnee, qui est done un agent th!i'rapcLuiq(lue de premin:ei
ordre.
( On doit s'attacher, dit-il. (i.riis Ic., I -aladies Ci
paraissent violenles des les piLir:miirl's i.'irsi ti moi-
fier les saign'es suivant le temps dl I. n maladie. d,nr,
les premieres vingt quatre heures les laire copicuses el
moms fr6quentes ; et lorsqu'on a nrglige d'en faire des
le commencement, les faire petie-, etl frquentl .AI, .l.nt
les dispositions qu'on d6couvrira dans les ticr- s dtu
malade, yjoindre le secours d(- iains (j ui. e'n :.;,o!-
lissant et d6layant, pourront e: ore i)lus c(ontribluc' qiue
les saign6es, A r6soudre et A liqijulier Ie s.iag gruii:c'.c'
arr6t.))
VoilA hien un joli example d,- i. isomneiment correct
partant de fausses premisses el aboulissant it des con-
clusions erron6es. II n'en est pas moins curieux de rap-
procher ces explications des theories mnoderne'- sur les






;* 33 -
Stroubles produits par la floculation. (.)
L'e.rperience clinique de Poupee-Desportes d6passe
sa doctrine. 1I est vrai qu'il accord de l'importance au
temperament et au pays d'origine des malades ; qu'il
recherche altentivement les jours fastes et n6fastes et
fait grand cas de la production de la crise, selon les
vieilles doctrines hippocratiques ; mais il a son tonds
d'observnlions personnelles
II met en ngrde centre les purgatifs drastiques ; 11 re-
commande pour se bien porter dans les iles d'y ddjeu-
ner el superr peu, de ne point boire ou de boire peu
de vin. dte i:.;nger de prdeirence les viandes douces
blanches el tendres, les 16gumes emollients, rafraichis-
sanis el t idiul6s.
I1 cI ,.!!;tl importance de la simiologie: < Dansquel-
ques !ljl ,i.-s aigfies que ce soient, dit-il, on ne peut
conmpiter .su la guerison du malade, ni le flatter d'tre
nieticx. q(1 '1 soit tombe par 1'eflet de quelques eva-
cuatiotns t r ~iues dans l'accablement et un deperisse-
men' (qui I .- :icnt toujours de expulsion des matieres
engn!:-,i i;: lrcies et incrustCes,.. J'ai vu des maladies
qui ie hmll ou le dix, paraissaient assez tranquilles pour
penscr (qui il, sscnt bien, le onze et le treize tomber
dans d(les, C !.l.t6ices consid6rables... il survenait une
grande min:Lgr.ur, le visage devenait dicharnd, les yeux
clnirs el siciIns. J'en ai vu qui attaques de fievres dou-
ble-liersct pa : nissaient le septi6me jour stre en danger,
avaienil tle crises, snivant les apparences, assez favora-
,bles p:ar Is sueurs et par les selles, et que neanmoins
je n .j;e:is gu6ris, pace que je n'apercevais pas ce

Puup e I)eportes avertit d'etre tries circonspect sur
lc pronosti'-. II fait grand cas des sentiments du malade:
w Dans tows ieux que le chagrin ou la peur a saisis, on
observe tii; d:.sordre, un arrit dans le course des esprits
:l)\',ir I .. ..... 're: Thorie collolale d- la Biologic et de la pathologic






34 -
animaux, qui diminue et arrtte toutes les secretions-
De I les dMlires, les convulsions, le sommeil 16thargi-
que...
On a une preuve bien convaincante des diff6rents
effects que la difference des passions est capable de
produire dans les maladies, quand on fait attention a
I'heureuse terminaison qui arrive A celles des matelois;
malgr6 la negligence qu'on a a leur regard, il en p6rit
beaucoup moins que des autres soit nouveaux venus,
soit habitant du pays. C'est qu'ils ignorent la eonse-
quence de leur maladie ils n'ont point d'inquidlude... )
La nosologie de Poupee Desportes est encore iinpre-
cise. II 6tudie la naladie de Siam (fievre jaune ), les
fitvres doubles-tieires, la cachexie ( lisez : les dyspep-
sies ), le scorbut et Fobstruction de la rate, I'affection
hypochondriaque scorbutique ( neurasth6nie ), les ma-
ladies v6ndriennes, le flux de venire et le flux chyleux,
la dysenterie, 'lhydropisie, les dvartrcs, les rhumcs. Ies
catarrhes, la fluxion de poitrine, la'pulmonie, ( tuber-
culose ), le spasme. ( ttanos)
Mais ce qui nous interesse le plus ISalgir- ses crrcurs
et ses pudrilitts, malgre les jusles et violentrs critiques
deDazille, c'est l'essai si original depharnmacole; indigene
de Poupde Desportes. Cettepharmacopde conimIrend 31
formules de tisanes, 15 de potions, 14 de bols. 3 de
bouillons, 9 de lavements, 4 de gargarismes, 3 de col-
lyres, 12 de cataplasmes et de poniindes, et 10 formu-
les d'onguents. II v a IA, certes, un empirisme grossier,
des formulas A faire sourire ; on les dirait d'un medecin
du theatre deMoliere, ii ya cependant I uine medication
pour l'avenir,un effort qui vaut mieux que les resultats.
Voici un sirop pectoral compose du medecin du roi :
Prenez du capillaire du Canada et de la langue de
bceuf couple par pe!its morceaux, de ('lcimn unec ioi-
gnee ; des fleurs de fraigipadc. de bois immlortel, de
giraumont, de gombo, de jnsmin d'Arabie ct d'oranger








sauvage. de chacun une demipoignee; faitesles macerer
pendant douze heures dans unequantit6 suffisante d'eau
bouillante : passez et exprimez l'infusion don't vous
ferez un sirop selon Iart. n
Voicl encore un remide centre la cachexie (dyspep-
sie ) : Prenez de vieux clous, une poign6e ; sel ammo-
nine, demi gros ; racines d'asperges, de chiendent,
6curce d'oranger et de citronnier, racine de verveine
blanche et de pois punt, de chacun une pinc6e : canne
de sure couple par morceaux, une poign6e ; grains
tie sapotille concassdes, une douzaine : faites bouillir
(deux p.inlcs d'eau jusqu'a la diminution du quart ; faites
inlfuscer line poign6e de cresson, et passez le tout.)
.Le-, b iomes femnies d'aujourd'hui preparent pour les
niiladles des sirops, des bouillons et des tisanes qui
rappjllent si bien les preparations de Poupee Desportes
(qui'o se emnandesi ellesont puis6 dans les vieux exem-
|l)ai iL" die son ouvrage rests dans le pays, on tout
sinipliiin liit la nin me source que le medecin Saint
doiii I nioi, la tradition populaire. Happelons en finissant
que 'lt iIp.e Desportes traitait dedji le pian par le mercury.
Dizilec est un dclectique, ayant I'avantage de poss6der
de hf! iciilses connaissances dans la chimie et la matiere
indlicale. Le raisonnenent medical est excellent chez
lui, el si idces sur les questions sanitaires annoncent
le \IX siecle. 11 a publiC deux ouvrages, fruit de ses
notes el de ses meditations : a Observations sur les ma-
ladies dies negres ( Paris 1776) et a Observations g6-
nerales sur les maladies des clinaltschauds (1) ( Paris
S1787,) La table des matieres du premier comprend: les
fi6vres iputrides; la diarrh6e et la dyssenterie des N&-
gres: les maladies vermineuses; les maladies de la poi-
I inc: la fausse peripneumonie, particuliere aux n6gres
la suppuration des poumons; les maladies v6ndriennes;
la gotwi!irhiie virulent; la chaudepisse tombee dans les
Ii s -. i n..ns eu le plaisir d'avoir cntre les mains un exemplaire avec didi-
cae I \.t.-'nsieur Corvisar. premier mt decin de S. M. l'empereur de la part
de o n .;r-. ,tur Dazille P.







bourses ; les ditnicultes d'uriner; les depots au pdrinee;
l'ophtalmie v6nerienne; le pian. )
Le second ouvrage Iraite suircout des, questions sani-
taires de Saint Iomingne et des eaux ineiirales. Dazille
a trouv6 la cause de l'effravante mortality qui frappe
certain h6pitaux de la colonic dans lemploi d'eaux de
puits qui ne sont pas potables, dans leur mauvaise posi-
tion sur des terrains bas et mar6cageux.
11 veut qu'on les install d6sormnis dans les hauteurs,
au Dondon par example, tant pour la puret6 que pour
la friic:lleir de l'air. Sa thdrapeutique estphysiologique et
de bon aloi. Voici ce qu'il pense des sp6cifiques : La
denomination imposontede specifique ne vient que de ce
qu'on atrop souvenf attribucaux remindes des effTts qui
n'6taient dosqu'A la nature; le grand art est d'en faire une
application raisonnde.... de saisir at premier coup d'eil
s'il faut les toniques on les relichans... absolument par-
lant il n'y a done point d'emme6nagogues, I)pusque dans
le premier cas ce sont les relichans, les !ni i:Il.
et les antispasmodiques qui rdtablisscnt les :' ,..' ;
et dans le second, cc sont les toniques, les s i
sont les vrais specifiques... D'apres celo. cest (donc ia
m6thode et le traitement que l'on pourrait appeler cm-
li.,img ,LguLes.J (1)
En physiologic il est solidiste convaincu ; il -..,
mnnme avoir sur ce terrain moins d'horizon que I .'""( '.
Desporles. Parlant de Ia fausse peripneumonie i! ,< ;,it
,La faiblesse do pouls, l'abattement des rnalades, ,.:,i,-1
bien ltAt n petn nmds, et rrc '.1:
dulitcr anix vaisseaix le ton. niocessi c ou 1'i ~ P ..
coction de l'humeur morbifii;:,... ., 2)
Le language de Dazille est plein de reminiscenc.. ; ''-
pocratiques, bien qu'il parie d.1'i1 come un ni- contemporain. Coela ne doit pas nous etonner : :, is
important de fire remarquer, dit le D)'Mcunicn i ;i:
(1) Daziile. Maladies des cliinars chauds p 17,6.'
(2) Dazille lI:ladt s ds N cgres p 122






37 -
c'esl le piliudisme qui domine la pathologie grecque au
V' si&cle.- Les midecins de cette 6poque exercaient
dans une irgion qui pour nous autres Europ6ens sep-
tenlrioniiux doit eIre consid6rbe come ce que nous
appelons i les pays chauds... Un m6decin contemporain
le Dr i'ampoukis, pretend qu'actuellement en Gr&ce le
liers des maladies est di au paludisme. ) (1)
Oin comprend done que la similitude des climates et
des maladies en Grece et aux Antilles ait permis aux
mnde.cins coloniaux d'appliquer avec de bons resultats
les methodes et les doctrines de l'ecole de Cos; de parler
sans anachronisme de case, de crises, de coction, de
phrilntls. ct de 16thargcs.
La mnddceine popii;:! re. Les Bocors
Le s.'\ir botanique des Africains est loin d'etre me-
prisa l)'- 'Iransportes en Haiti ils ont du, outre leurs
tonnL i i :i'es personnellesacquirirbeaucoiip de notions
uliles oh( tiaes des derniers des Indiens.
SLe(s lp lples indigenes, disent Caslellani et Chalmers
oitl g i:,railement lune honne confflissince des plants
m0in1 inl.ls et toxique tde leur voisinage. et il est bon
pour ILc ii!lecin qui vil sousles tropique.; de se rappeler
que Fet 'iee de cinchona fut tout d'abordi simplement
Sun rem. icl indigine de l'Equateur, et que d(s lors il
n'esi p.is r':isonnalle de m6priser entierenieiit les dro-
gues populaires.)) (2)
Nouts i'essaierons pasd (l'apjr'orondir le myvste're des
rel:iions cittre l'Afriique, 'Indousta et File de Ceylan;
1nouI ne i liercherons p s ai savoir si une bonne parlie
du s:i\ouii botanique et therapeutique des Africains n'est
pas on souvenir d'une civilisation avancee aujourd'hui
disparuc. Mais pour ceux qui s'6tonnent de voir la
masse dtu 1,euple haitien accorder encore tant ce con-
*1) L. '. uuiier. I oc. citat. p. 33-34
t-. .stll.niii et Chalmers Manual ofiTropical Medicine l.ondres 1919
I 'yr 1






38 -
fiance a ses empiriques, A ses rebouteurs, et i.. t .ii
s'empecher de traiter de barbares on de sat,.,i,, !s
gens de la bourgeoisie 6clairee qui imitent ,. ;,- i i...i
nous reproduirons ces lines de Castellani e '.iin.-is
qui apres avoir rappeli I'eclat et Ie d(clin de .: i :\ I.,.
tion Indouedisent :a lin'v a pas a douter que le, I 'l :ti
Indous aient 6t& bien verses non sculement d.., -,l I- c-
decine et la chirurgie, mais dans la proph;i:ie id:l
maladies et lobstetrique operatoire... Is p-. d(:lni.'l
une remarquable symptomalogie... 11s coiniii:a;aleti
aussi bien l di tiue laitiet toxicologic... L," I'rii i
qui travaille dans 'lnde et l (Cevlan ne doit pa-, ,';,-
ner de voir que le people a une lerme confi:inc. tli,'N
son propre systine medical et ses propres Illiri| .i-
tes.) (i) N'oublions done pas ce fait que 1la I;mi ia a 1
people haitien, coinme les Indous, coinim e les h!.bila n;l
del'ile de Ceylai, croit a son propre sy'stemriLe i!.il.til
et a ses propres imedicastres. N'oublions pa, i.,oi jluL-;
que cette foi peut s'expliquer peut tr'e par ai ri-aio!
que les connaissances mcdicales des Africains iL-ri\ent.
come celles des Indous, de civilisations ujiourdl'lnii
disparues, car, ainsique ledit Chantepie de la Sii-iye,:c.
tout ce qui est populaire ne vient pas pour col: (!1i pe.I1
ple.(2)
R6fl6chissant sur l'origine des simiples et dc, ..-n ..l;
haitiens, le lyrique Descourtilz a ecrit les ligne,, ,.u in-
tes: (( C fut probablemcentau milieu de ces r6du is c.lh:im-
p6tres que les premiers insulaires cherchhrenide-s se-
courscontre leurs maladies, dans des v6g6taux 'ers le.s-
quels une impulsion naturelle les dirigeait ; Its plus r1u-
ses d'entre euxs'arrog.rent untitre quilesblevail lau-des-,
sus de la foule. C'est ainsi que de pAtres ou hnlliers oni,
les traita de m6dicastres ou makandals, jusqu':i I'insltnt
ofi des voyageurs instruits s'emparerent de ce dolmaine
de la science., ( 2)
(1) Castellani et Chalnicts. Iococitato () azT r 7 et 8
(2) Chantepi de la Saussave Manuel d'Hiitoirede~ Relii.....
(3 c,,urt:!z ).:c \'i.de 1d:: Antile. -- Tuome I pgw, 1 1







I.:*.. .i:rtilz, inedecin dela Facult& deParis, naturalis-
le. Iha!;U.6 fi observation n'h6site pas iA 6crire que ( Ce
Wi'.est .: l' Itablissement d'aucune officine. ou d'aucu-
ne phai ,;acie, que le vieux et robust Africain doit sa
lorce c *a. sante ; c'cst A la d6couverle et a l'emploi des
simple-. qu'il a reconnus propres a detourner de lui toute
aelid ion mnorbifique. (((page 8) C'est encore lui qui dit
0 .i'YccuidLerais plus de confiance a certaines muldtresses
exerccuL par une longue pratique el beaucoup d'assidui-
les das ls es h6pitaux, qu'a certain m6dicastres imberbes
quite la ner vomit quelques Iois sur les plages de nos
coloniLe ( page 30 )
Quie h'ii s'6tonne alors que plus d'unde nosvieux presi-
dents aient pr6fer6 se fire soiguer par des bonnes-fem-
nmes pilult que par des medecins qualifies.
.\u-.,i les inmdicastres ha'tiens sont-ils assez conside-
ris cit i:it-ils souvent quelque aisance. Rappelons que
T'OLus.'iili Louverture remplit les functions de mddecin
dan-, l I.. bandes de Jean-Frangois.
Quei (c.- empiriques emploient souvent leurs connais-
saiu -. .. mial faire, c'est possible et mime probable:em-
poisolmnetments, lthargies provoquies peut-Otre ; mais
qu'ils I:',ent encore plus de bien a des populations qui
onl Il i de tout temps privees desecours m6dicaux,qu'ils
Wient ci.- unne providence pour les pauvres esclaves chez
(qui I,.-. maladies les plus relles etaient d6clar6es cas de
simulation par le commander blanc, cela est certain.
C'est po'ur les services rendus que les bocors ont gard6
un grand prestige aux yeux des Haitiens de tout rang.
De bonne heure, les mndecins francais de Saint-Do-
iingiue suc mirent a l'6cole de ces medicastres noirs. Des-
cotlrtilz nous montre bien l'estime qu'ils avaient pour
les renm-des populaires et il cite ces paroles du Dr Mey-
rat : I)ans l'6tat actuel de la m6decine un praticien
eclaire qui poss6derait bien sa matiere m6dicale indige-
ne, pourrait rigoureusement se passer des productions
lointnine.1 )






40 -
Et Descourtilz lui-nmme ajoute: Nul autre pays plus
que les Antilles n'offre A l'homme dans l'tat de santi
plus de plants et de fruits destin6s i la lui conserve,
ou quand il I'a perdue, plus propres a la lui rendre. Nul
pays par consequent n'est plus digne d'une flore m6di-
cafe particuli6re...
On sait qu'un bon nombre de m6dicaments de pre-
mi6re n6cessit6 ne sont connus quedepuis la d6couverte
du Nouveau Monde.
Les vall6es de la Colombie tout particulierement ont
fourni beaucoup d'especes utiles a la th6rapeutique. La
flore d'Haiti est peut-etre aussi riche, au point de vue
medical. Son etude bolanique a dejAdonn6de grandessur-
prises aux savants. Le baron Eggers a d&couvert a Cons-
tanza (Republique Dominicaine ) de nombreuse plan-
tes de Europe, non iiitroduites par acclimation, ldont
une esp6ce, le Trisetum, vit en Laponic. < Eggers a trou-
v6 aussi une grande quantity des especes d Ijai connues
des montagnes de l'Amerique du Sud et du Nord, mais
inconnues dans les autres Antilles. (1)
Dapr6s le savant allemand, le Pr Urban, :60/. des es-
pkces veg6tales de I'ile d'Haiti sont autochtones. On petit
accepter les temoignages nombreux qui affirment quc
lesempiriques de nos campagnes rnalisent des cures mer-
veilleuses si on pense aux propri~l1s pharmacodynami-
ques inconnues mais sans nul doute rvelles et nouvelles
que poss6dent des plates nouvelles.
( Combien de fois, s'6crie Descourtilz. j'ai vu dans
1'epid6mie meurtriere dela fievre jaune, des mulatresses
arracher B la mort tous ceux qu'elles traitaient par I'em-
ploides plants indigenes ou par les proced6s du pays. ,
Le m6decin militaire Gilbert, auteur d'une "Histoire
m6dicale del'exp6ditiondes Frangais aSaint-Domingue"
nous apporte un t6moignage concordant : < A l'poque
de cette grande catastrophe on vit... les femmes offrir
le spectacle des vertus les plustouch nles... Voyant Fin-
(1) I. I'rban Symhbolne An t';!me 1:: p t !9







sufflsani'e des remides ordinaires, elles en adminis-
traient ('autres, don't elles avaient apport6 le secret des
deserts de I'Alrique... Combien de soldats, de capitaines
et de generaux moururent dans les bras de ces femmes
compatissantes. ) (1)
Notons en passant une remarque de Gilbert. II nous
rend cel homage que les troupes frangaises ne furent
pas atlaquees pendant I'epid6mie et que les femmes in-
digenes se mulliplierent pour secourir des malades que
privait de soins la mort de sept cents medecins et
chirugiens militaires.
Gilhert qui fut parmi les survivants se preoccupa de
suhbsituer i rrlains products indigenes aux maI6riaux de
panscinele et aux medicaments de la mntropole. ( Le
mderin, dil-il, doit toujours s'occuper A Saint-Domin-
gue de Ia substitution des m6dicaments indig6nes aux
exontlques. ceux-ci parvenantfort rarement ou fort diffi-
tilement (d oans la colonies, en temps de guerre surtout ;i
esl dic important qu'il connaisse assez la botanique
usuelle. pour -tre en etat de fire fire des substitu-
tions hicen t. end(ties.))
Gill) l i.D: seille come vulneraires : l'herbe a bl6,
I'hiri-lie p,[lIl) ; come resoluils : le manioc rape ; la
\elr .Ieii ; c 'i,:me maturalifs : 1'oignon du lys indigene.
les t'iilles l-.- raquette ; pour le pansement des plaies :
le utic de lIKrnias,(Agavo ou Cceur mou); pour les rhu-
nuinlismni: la pommade desavon noir et de tafia, les
bins de -uildive. (2)
Desco irtilz a essavy lui aussi de poser les indications
des pl:ii e indigPnes et Irs premiers e16ments de leur
posologie. El c'est surtout cc qui rend interessant son
htraail qui a Pet largement d6passe plus tard, au point
de v'rte Iolnnique, notamment dans les Otudes du Direc-
Ieur du Museum de Berlin, Ignacio Urban, et qui a bien
moirs de \',lcur que les travaux du P. Charles Plumier.
(1 Cti' n nt.,.ne Mhtral: "Histoire del'expedition des Pranqais A
Saii I.. ne Tome I course p i e.
iU. \ .i. I"r...iarnlx Flore in d'ciele. Tomne I Discours pliininaire.






( I 'aut nous presser... Le deboisement, les bois neiufs
menacent 1'existence de beaucoup d'espaces vegetales
haitiennes. R. P. Baltenweck )
Descourtilz a laiss6 la relation d'une visit qu'il fit a
une de ces femmes de couleurqui se melaicnnt designer.
La voici : (( Rl66gude dans un rocher caverneux ou elle
donnait clandestinemcnt scs consulilions, dej)uis la
mort de sa miere, elle scrm!ait avoir h6ritP de sa routi-
ne et adopt son genre de vie: Elle ne sortait de son
antre qu'avec regret pour se glisser et furelerau travers
des lines qui recouvrcint les precipices afin d'y recueil-
lir les simples don't ile compcsait ses divers remedes.
Six petites chaudiercs, quelques vases d'argile, grossi6-
rement fails. formaient son modes:e laboratoire. DouPe
d'un tact natural qu'on ne peut acquerir, pas mmie par
1'6tude, qui ne fait que le diriger et le perfectionner, je
lui ai vu op6rer des cures mnerveilleuses : aussi discrete
que mdfiante je ne potvali oblCl irl d'elle "nu-uns rensei-
gnem.n'111i ; cepend n!It an moven du leger sacrifice de
dessins de plants de lArtibonile qu'elle convoitait, j'ob-
tins plusieurs formulas que je corrigeai et dot l'us2ge
fut couronn6 des irsultals les plus satisfaisants.
La cure thermal fi Saint-Domingue
De notre sol, convulse par la pouss6e orog6nique, in
grand nombrede sources thermnalesont jail ii.On compete
onze groups principaux dans le ter.luire acluel de la
Republique d'Haiti: l les eaux claudes de DImne-Marie
2 les eaux de 1'Anse d'Hainault 30 les eaux des Irois 4
les eaux de Tiburon 5 les eaux de Port-h-Piment du
Sud 6 les Sources Puantes, pros del'Arcahaie 7 lesSour-
ces de Balan ( propriet6 J. Geffrard ) 80 les sources de
Jacnel 90 les eaux de Mirebalais 10 les caux de Bovnes,
pr6s de Terre-Neuve 11les eaux delos Pozos(Cerca-la-
Source) (1) A cette inumoration faite par le Dr F. Da-
lencour, il faut ajouter les eaux du Dondon et de Sainte
(1) Voir le Journal MC.tliral HaitTtn --Janvier FPvrier 1923 page 429







se ( ji-rade Iiviere du Nord canton de la monta-
ne noiir' ic mentionunes par M de St R1my.
SCes ca'd'. herinales ont 0t6 toutes connues des colons
'francais el plus au nioins utilisees pareux, meme celles
|de los P!',,, qui ctaient en territoire espagnol. Ces der-
ini&i(s P1on1 c'et furent trWs fr6quentees par les Francais
slussi lien que les Espagnols. Le Senateur Bien-Aimb
;iJean lei nard a essays il y a quelque trente ans d'y r6-
oiuvrir 'anciienne station balneaire.
i: a Cerca l1: Source,dit-ilest un pittoresque village,fibre-
rment cainpL sur les boards de l'Artibonite... A 400m6tres
d'allilliIe, dans une large vallee que domine une chai-
e[elte die ilntnagnes toujours verdoyantes du haut des-
qiellte OI! le6couvre toules ces admirable planes de la
Ve -l .,al. qui peuvent produire, dit Charlevoixtoutes
Oes Ileuirs. Ions les fruits des lies de l'Amrique.)) C'est
Pu milieu lie cet Eden que,au nombre de cinq, jaillissent
:es soil Irrc I herlma les de Cerca qui donnent par jour plus
de 2)ls (l1i lifres d'eau.) (2) Les cinq sources sont ap-
peles (:I mline. Saint FrancisqueTaureau, Sainte Lucie
et Sannt i.'irnard. D)apr6s le nmnioire du S6nateur Jean
Bernaird. m, s'v rendait encore de tous les points du
lerritoil-.. Ses g6nereux efforts n'ont pas eu de succ6s.
Les %e nlI de Balan, qui appartiennent A M. Joseph
GeffirdI cronnaissent aujourd'hui une vogue legitime,
grace :mn\ efforts du propri6taire, qui n'a rien n6glig6
pouri IL, iteltre cn valeur, mais qui n'a pas reussi jus-
qu't'I C. -.;Lt trouver les capitaux necessairesA uneex-
loiliti(,n lerieuse. Elles ont ct connuesdepuistr6slong-
emps. ILe President J. P. Boyer qui y avait fait faire
Ides consIructions en briques allait souventy faire une
cure. ( Joseph Geffrard )
ILes sources punntes ont Wte l'objet de l'atlention du
D' Felix Armand et du Syndicat des MWdecins de Port-
uu-Prince. quui n'ont pas pu donner suite non plus a
teur's pro it.ls.
12; Mliin...r du S&nateur H Jean Bernard de 1895 Reproduit par It J-
:. Haitien du ler Dcemnbre 1935







Toutes ces eaux thermales sont sullureuses, ainsi que
celles de la Cahouanne, de Dame-Marie, des Irois.
Celles de Dame-Marie furent conchdtes en 1700 an
chirugien Martin, pour sept ans, a la charge d'y recevoir
les pauvres gratuitement ; et les soldats et les matelots,
aux m6mes conditions que dans les h6pitaux. II y a la
quatre sources, don't deux sont froides. Malgr6 la dif'i-
cult6 d'y arriver a cause duchemin, elles furent tres fr--
quentees.
L'acces des eaux thermales des Irois 6tait assezdiffi-
cile aussi : Pourtant, avant 1789, on v vovait souvent
jusqu' cent personnel ala fois. Comme celles de Dame-
Marie et de Cahouanne, elles avaient 6t6 decouvertes
vers 1756 et 6taient, come elles, reputees pour les hv-
dropisies et les ulceres.
Moreau de Saint Mry parole aussi des eaux de la Com-
mune de la Croix des Bouquets (Seraient-ce cells de
Balan ?) II rapporte qu'en 1759 le docteur Jacques Gu-
von de Chabanne expos aux Administrateurs < qu'il
etait parvenu A l'aide de plusieurs simples de la colonies
A gu6rir des maladies jug6es incurables, et qu'il avait
eu depuis un an l'ideede leurassocier 1'effet de ces eaux
qui avaient parfaitement reussi.)) Le 3 decembre, les Ad-
ministrateurs (1) en confirmant ce qui 6tait dit du suc-
ces de ces eaux, autoriserent exciusivement le docteur
Guyon A faire tout ce qui 6tait nIcessaire pour en faci-
liter l'usage et meme pour loger des malades.
Les eaux sulfureuses de Mirebalais furent analvsees
en 1737 par Poupee-Desportes. L'une des sources, celle
qui 6tait la plus frequent~e vers 1750, 6tait sujetle a ta-
rir A Ia suite des tremblements de terre.
L'eauferrugineuse de Sainte Rose fut l'objet d'une ana-
lyse publi6e dans les m6moires de la Socii6 des Sciences
et des Arts du Cap. Moreau de Saint Remy pensait que
(1) On designait de ce nom le gouverneur et I'intendant des finances.






I -45 -
W.es source h iln ales dui Dondon talentt ferrugincuses

L-s 11 I 1I. eurent le I] us doe vogue au icinps de ]a
Colo"111 Ii p ii celles de Por[t-A-Piment. IIes furent d6-
couveirIe culi 1_125 IMpar, Ul esclave dii nom d(le Capois qui
parc'll.11'.111. Ic., -aVaIICS pour rifL11 re 1 betail die son mai-
tre. 11 tout d coup daiiS tin bourbier. Lorsqu'il
put dectl ciler sii cheval, ii I rouva qu'une eau trts chaude
rein plissa l Ic, tIrous. Capois clui. avail en tendu parler
des eiu \ Ilricmlales de France, coml prit aussi WI I'irnpor-
1allanCe (IC 1ii (let ouverte.
II a "a It ti ll c.: 'naraO i pei 1k-ij us de rh ii1! ini Ismr e, qu'il you-
luII gutelic iAmit crcus, in p iiil ou il avalt fait sa d6-
COUVlC. till 11i011 de ix de .ur quatre de
larpe. ;1 iii o pr une hutItc. ii v transporta le
mialwide 1ii Iii ral 1diCdICHalemet gtu6i-i I)pr tine curedebaiiis
dle ix ml I('i nioluvel essai euti licu, soV uni incurabIe
de .1 ~ i- I l)ll q-ui iecouvra la samiIt apr1i trois mois.
D(,; mnalades afflucnt au. C\ mi tde Port-L-Pi-
meiii IL' V .-.l, 'axleS s'V n Initipliexit. Le terrain des sour-
ces 0,L11II d.--\ eiiim ]a piopriclte de Ni de Bkaleru, celui-ci
cii lit II. I I ii I f)O ii ia cr6al t)io ll (ii ixt I a 0 1)1issenrient pu-
blIi c. I '.,
011 I I! ILISYi h'It S:X C,'SCS pL (1', paySdi IWs, d~e
411 ,I'led t), ni. et six barns de III3V rie. Onoffirit
des cmin rz' (h danle bourg c ten bateau passage
(des.Clc \ II I (I@:lIcack (1 lt Iort-L'-l"imefIl.
Le:,i .\Amlx rateurs Mon laicher et Vallic're eilcoura-
~ir.:iil Iv lt leN riopjemcflt (hu hourg. Cari' grAce L Ia nou-
veIe xiw,:dlIwdtn c'est 40.000 livres. NY)Iwi dollars envi-
VOII. (tiL ri lo,)ns Iranoais cessri'ent de (icjenser dans
la v! c i-, ]e de 1'ile, aux sources theirinales de
1w; I Yizt.. I! les sources de Banica. eaux de Cerca la

Po(ul. 11iii i4 jsoO qIue nous ignorons, ces memes ad-
flhin~sll::I':L1~ tirent pi-&b-aloir d&is ia coiTspondance





.- At; -
oilicietle le nom de Eaux de Boynes. du norm d nil an
cien propri-taire des terrains oi se trouvent les .ullur
ces, Le Borgne de Boynes.(1)
C'6tait injuste, puisque 1'l6ablissement thermal n
s'estvraiment d6veloppe qu'apres le don fait pa:r I lieu
tenant de Rameru.
Le dernier entrepreneur, Gauch6 sut y allirer un'
nombre croissant de maladies.
Les eaux de Bovines ont une composition seilIlable
A celles de Barrege en France, d'aprs les anialy-,-ts qle
M. de St MWry a pu compare.
Le terrain des sources comprend plus e un kil intre
carre. II est situ6 sur la pente (d'le colline qui s'e leve
jusqu'i 20 imtres au-dessus de ia plane environnante.,
(S. Rouzier) On y voit sept jets : les sources Valliire,
la Ferronnays, de Vaivre. d'Andeville, lIameru, Mon-
tarcher, des Dames, avant une temperature de 470 A 52
centigrades.
Au temps de la colonies, les malades payaient ;, 0 lives
parjour, (6 dollars ) pour lelogement, la iourriture et
les soins. Ceux qui se fournissaient eux-nitnies ie pro-
visions ne payvient que 12 livres.
Les eaux thermales de Saint Domingue furent analy-
sees par de nom!treux chimistes, m6decins on pharn.;a-
ciens: Poupce l)ispi)rlls,D 1azille, 1)ubLri, Pololny, Chatard,
Gauche.
Les Maladies i Saint-DImninlluj!c
La plupart des maladies qui frappent aujourd'ihui la
population hai'tienne dtaicnt deja observees i\ Saint-
Domingue. On en connaissait probablement d'autres,
importees d'Afrique. qui semblent s'&tre d6tintes avec
la cessation de la traite.
(< Dans les mois chauds, dit Moreau de Saint MNry,
les plus communes sont les fievres intermiltenles, les
continues, les fievres putrides, les fievres nmuilignes et
les dysenteries. Dans les mois froids, ce sont les rhu-
(1) S. Rouzier Iictionnaire adi:nin,tratif Tome I. p. 143






47 -
les, les Iluxins de poitrine, les rhumatismes, les diar-
hees, les lic actions scorbutiques, les maux de gorge.
Les premni.'rs qui rcgnecnt d'une manibre plus marquee
Cepuis le mis Juin jusqu'a la fin du mois de Sep-
feiibre sont plus specialement le partage des nouveaux
arrivds.... les u;itres menacent les anciens colons, les
personnel l'une complexion faible...
SCes nm;lides semblent etre les vraies maladies autoch-
:tones de 'ile d'Hafti, car c'est un lait curicux A noter
tque les grainds 6pid6mies qui ont frapp6 Saint Domin-
lue et Ia ipInblique d'Hal'ti sont toujours venues de
J'exidrie ur.
SOn piLrtentl que les Europeens ont I fit connaissance
avee la s'yplilis, pour la premiere bois, en Haiti, cette
t:maladie .'lnil. (d'apres certain auteurs, opopre la race
.I-ndienue. I)e iispaniola les Castillans l'auraient pro-
Wpagee eln l'spanrne puis en Italie, oil les Frangais l'au-
'raient contiacl6e au siege de Naples. Ensuite le < mial
ides Ir:l'ly- .. se serait r6pandu sur toute 1'Europe. Les
|Fran: 'iis :; ni::-ient minine essay e le baptiser du noin
ide t in.il l.., N'gres ), apres avoir conlamine leurs con-
i: Uluhlll Il)il t;.S.
.A uj I, I!llii mnime, l'hypothese (de origine anmeri-
caille dI 1.1 s\i philis a un regain de lavour, depuis les
travaux des d(Irteiurs argieidins Jalregi et Lancelotti qui
onl I1non scu le ent mon lre la grande receptivite du lama
pour la lIil -s, mais ont cru reconnaiire celte maladie
dans les i.recwiptions de la period precolombienne
concernit-nl uiii mIaladie du lama transmissible Al'hom-
ime. (1 )
Itien ide. liu' cela n'est probant, el non seulement les
dales l'alIi'riiion de la syphilis en Italie et celle dela
decL \vet Ile dtu Nouveau-Monde ne semblent pas appu-
yer c'ile I(ypthese, mais en lisani les braves descrip-
iionls ds symnt6mes ressentis par les premiers Espa-
gnols alleintli par le o mal des Indiens ,comme cePedro
ill L In..:.ate.*.. MN.dical- ler Mars 1.' .






48 -
Margarita don't parole Oviedo, on est dans 1'inlmp..ibijtlle
de se prononcer, soit en faveur de la syphilis. i,'t en
faveur du pian. Or cette dernicre maladies est II,-. I,-
pandue dans nos campagnes.
La maladie de Siam, appel aussi maltelote,t:l a;rdille.
et de nos jours fievrejaune, voiito negro( I.'/,lospiro
icteroides, de Noguchi, d6couvert en 1919 en esi I'agLnl
fut particullerement severe pendant les anunes 1734,
174:;3, 1755, 1':;:;. Dans cette derniere annie, pendant la
guerre de l'Independance, des epidemies terribles frap-
p6rent les Franuais, et il semble que la fievre jaune ail
Wti un de nos grands allies, coine I'hiver. ( le general
Janvier devait Ptre celui des Russes pendant la cam-
pagne de Napoleon en 1812.
Voici A titre de documentation, quelques notes de
St Remy sur les sympt6mes du mal de l'annee 1803.
Le flNau se manifestait toujours par de ldgers f'rissons
une violent nevralgie et de lfrquentes envies de vomir.
Lorsque le malade approchait de sa fin, il tlnit pres(ue
toujours attaqud par un saignement de nez qi ne le
quittait qu'au moment de la mort; la circulation du sang
et des autres humeurs cessait dans les parties inferieu-
res, qui se trouvaient l)ient6tatteinles par la gangrene,
derni6re period de la maladie,. (1)
La petite virole fut inlroduile an Cap en 1772 par un
navire ndgrier. EIlle fit des ravages dans la Province
du Nord en 1782-83 et en 1788, Dans l'6pid6mie dr 1772,
1200 personnel p6rirent. D)s 1769, le docleur Joubert,
de Port-au-Prince, avait conseille les variolisations prd-
ventives. Mais cette mnthode ne fut s6rieusement appli-
quPe que par le crdole anglais Simeon Worlock. ongi-
naire d'Antigua.
Simeon Worlock avait une m6thode particuiliere d'ino-
culation qu'il tenait de son beau-t'rere Daniel Sutlon. 11
inocula des milliers de n6gres pour un prix modique.
( 1774) II fit aussi des recherches sur les 6pizootics de
Saint-Domingue.
(2) St Riitv ( des C'ayes ) Ption et iaiti tome III Page 5! -- 'aris 1855






S49-
Ioreiu de Saiit Mery parole d'cpidemies de rougeole
urlrieres qui visiterent la colonie,notamment la Pro-
ce du Nord pendant les anndes 1748-49 et 1782. Elles
t probableinnt frapp laa population infantile blanche
r, de nos jours, cette naladie est plut6t b6nigne chez
petits Hailiens.
En temps de guerre, la mortality par le tetanos, chez
blesses etait Ires grande. En avril 1782. sur 182 bles-
debarqus des vaisseauxde I'armnedu comtedeGrasse
Interiins dans un h6pital du Cap, 178 moururent de
e maladie (M. de St MWry. Tome I page 581).
art v6t6rinaire A Saint-Domingue
SLes 4pizoolies frappaient souvent le cheptel causant
is gros soucis aux colons. Pensez que les seules sucre-
*s employaient 120.000 mulets come force motrice.
gouvernement colonial dut penser aux besoins de
art v6Cirinaire.
SOn irouve nu Cap, dit M. de St-Mrvy, un artiste
vetiinaire. Mj de Boynes convaincu de futilitl don't
eraient pour les colonies des hommes occupies de con-
erver des ainiaux qu'on paie si cher et don't le rem-
placement est quelquefois impossible, charge l'4cole
Wterinaire d'Alfort de former des sujels aux depens
des colonies .i ils s'engageaient de rester pendant
deuze ans. C'est ainsi que Saint-Domingue en a eu
deux, IM Dltilleul qui y est mort et Mr G61in.
II y a longlemps que l'opinion publique reclame en
faveur de Mr la Pole un brevet de vetCrinaire pour
trecompenser les travaux constamment utiles de cet ar-
tiste. ,,
Parmi les maladies qui frappaient le b6tail et la vo-
laille, M. de St-hirv signal la morve connue depuis
1770 et devenue un flau ; le farcin ou mal des eaux,
Small de lagons; le carbon, qui exergait des 'ravages
sur les boeufs. II signal uec maladie de 1'estomac







des mulets pour laquelle une consultation fut deman-
d6e A Chabert, directeur de l'6cole vetdrinaire d'Alfort.'
Le pian de la volaille faisait des d6gAts dans les
basses-cours.

On voit le grand effort medical produit par la soci-
t6 de Saint-Domingue. Les esprits se portaient sur-
tout du 'c6td des sciences, dit Castonnet Des Fosses.
Des conferences avaicnt lieu au Cap et les sujets que
l'on traitait 6taient l'electricitd, la physique et la bota-
nique. En 1784 I'on aviit lancd au Cap un ballon ad
milieu d'un enthousiasme incrovable. (1) N'oublions
pas de mentionner 1'existence de la < Gazette de Mdde-
cine et d'hyppiatrique ) de Saint-Domingu'e.
Dieu allait changer la face des choses. < La demora-
lisation, nous dit le mc me auteur, 6tait g6ndrale, Les
moeurs des blancs diaient des plus dissolues... A la
veille de la Revolution les Franqais de 'Si-1omingu'
avaient cess6 d'etre chrltiens ou ne 1'6taient plus que de
nom. )
Mais en disparaissant dans la grande tourmente qui
de 1789 A 1804 renversa le vieux Saint-Domingue, arr6ta
le movement colonial medical et fit place a ]a mede-
cine haitienne, les colons nous leguerent un 6tat mental
et moral qui p6se apres plus d'un sicle, lourdement
sur nos destinies.
L'hygi6ne mental et morale .Saint-Doipingue
On se fera unejuste idWe de I'flgiene mehtale et mo-
rale dans la colonie par pat cette page de M. dc St-Me-
ry que nous nous contentons de reproduire.
q Toutts les passions y srit en jeu et dars une conti-
nuell 'agitation. On n"y coiialt pas les douceurs de la
socidt6, de cette reunion d'irdividus qui se conviennent
plils ou nioins, et. qui mettent en commun le desir de
(1) Castonnet Des Fo





-51-
re les uns aux autres et de charmer les heures de
ls loisirs.
Si l'on jout, c'est pour gagner; si l'on cause, c'est
fares ; si I'on va au spectacle, c'est pour faire as-
t de vanil6 : au bal, c'est pour s'ext6nuer; si l'on se
Iale, c'est I'orgueil qui le veut, et c'est pour avoir
.p cohue qui fait fuir la veritable joie, Et le dirai-
"? Cest au caract6re de la plupart des femmes qu'il
1t reprocher la perte d'une des plus delicieuses
muissances de la vie. Avec peu d'amabilit6 et de poli-
tse, elles onl mille protentions et se prodiguent entire
Rtes les marques du d6faut d'6ducation. Elles se dis-
utent les places au spectacle, elles competent les vi-
es et les invitations qu'elles se font... Jamais l'orgueil
a rien imagine de plus pueril, de plus capable d'em-
~cher toule liaison. II faut done vivre pour soi, etre
golste par n6cessit6 commc par calcul et ne songer
fua ]'or.
Tandis que ces dispositions morales nuisent a la
ent6, d'autres causes l'attaquent encore. La d6prava-
ion du goit produite par la chaleur porte A faire usage
les salaisons. Les jambons, les cuisses d'oies, le bceuf A
daube, la more sale, les saucissons sont des mets
lont on se lasse jamais et que le relAchement de l'es-
omac fait rechercher. On mange beaucoup parce quo
les assaisonnements sont piquants... ) (1)
u L'amour de I'or est tel, dit-il autre part, qu'il
emble qu'on craigne plus d'abandonner ses affairs
pue son existence. p (page 531)
La classes des Affranchis va se substituer A la classes
tes blancs et garder entire sea seules mains le pouvoir
jusqu'd 1849.
Habituee la pratique des petits m6tiers danssa grande
majority. ecartee des affaires, n'ayant reVu en general,
(11 M. de St.MA ry ir description. ;omel. page 531.






.52 -
que 1'6ducation militaire, depuis 1T73, elle va fl'uii d
grands efforts pour jouer le r61e de classes dirigeante
pour se libdrer de la gangue colonial, pour purifier se
moeurs dej* bien plus honnetes que celles des colons. (1
Elle fera bon accueil des 1816 au protestantisme. Ell
r6tablira la hierarchie catholique en 1860 pour &purer
son clergy. Mais ses efforts seront handicaps par l
persistence dans son sein des vices et des defauts de
la socidtA de Saint-Domingue.
Le genre de moeurs 16gu6 par les colons sera parli-
culibrement d6favorable A la genese du haut enseigne.
ment. Beaucoup d'Haitiens qui chercheront A s'v adon-
ner seront frapp6s de nevrose. Le problmie de I'hy-
gi6ne morale, mental et physique favorable A la haute
culture et A l'apparition du genie scientifique est un des
plus pressants pour la Nation haitienne.


(2) Castonnet Deu Foie. loco citato p. 2b,











CHAPITRE III


,LAMEDECINEEN HAITI


e 1" Janvier 1604. sur la place d'aries des Gonai-
s, le gdneial Dessalines, en presence du people et de
inre prononlait le serment (( de renoncer A jamais
a France. de inonrir plutot que de vivre sous sa do-
ination, cl dte combattre jusqu'au dernier soupir pour
nd6pend:ince. Le serment 6tnit pr6te aussi par les
6nr.iux de Iirmin-e. Le noni d'Haiti remplaca celui de
int-Domingue.
le 1" J:;ivier 1805 la cermonic etait renouvele.
Pendl;anl la lille. qui avail durd, avec une court
Pve. ( I)'oI r,; t;o(.ni de Toussaint Louverture ) de 1801
la fin te Ianun-e 1803, les plantations avaient et6 rava-
Ses. le. dci tres des colons abattues, le feu promene
une exireminl.* ,ie file a 1'autre. Les Haitiens avaient
,ainu les !,1'!- de Napoldon. Mais ils campaient sur
.des riinles.
L L'otnvrie ti reconstruction allait conmnencer.
11 re.-,!ail en IH!i environs 8000 blancsdes deux sexes,
hoincllt, fenllliie et et ellants. (1)
lMalgr' In iproitcction, que leur promettait Dessalines,
ils n'laient )as sans inquiitude,ainsi quecertainisaffran-
clis, de I;iux hitrcs, come les appelle Madiou.
An souc'n tl ds cruauLts tu Gindral Rochambeau
un fri-son ile liine remuait les Halliens. A la fin de
Janlvier I SI.. Dessalines entra A Port-au-Prince. Des
le lendcemain de nombreux citovens lui firent demander
(I :.BJI..i HI.,4i L;' ., aiti Tome III'i:!ge 122- 1824- 8.








de publier les noms de tous ceux qui, sous le gouvt-r-
nement de Rochambeau, avaient signed une adirss,
pour solliciter du gouvernement franuais le r6tablis -
ment official de l'esclavage. Parmi les signataires il v
avail plusieurs Fran'ais vivant encore eln Halli el de.,
HaYtiens aussi. Dessalines fit publier celte adresse iu
son des tambours et de Ia niusique. Djti une colei ie
qui environnait le g6iiral en chef des Iiai'iens .'iall
insinue A celui-ci qu'il lallail en ii irc avec Ies I i:11-
pais.
II scmble que le lib'rateur ait redoutl les sentimciiet
services d'une sociWte qui avait a pine vingt ans d'al-
franchissement, et qu'il ait craint de graves tiahisc'i.Os
de la part des concitovens qu'il venait d'appeler a I'n-
d(pendance, de sorte lui'ii eut I'affreuse pensee dc'uirl1
la jeune Nation a sa personnel dans une horrible scli-
darit6. Madiou rapporte qu'il dis>it": a Ce que I iius
faisons est bien cruel, il le faut cependant.., Je \'-u\
que le crime soit national ; que les foibles et les mcl. i .
que nous rendons heureux malgre eiu., ne puissenl 1.s1
dire un jour : Nous n'avons pas pris part a ces sc I,.--
tesses, c'est Dessalincs. Jean-Jacques, le brigand )>. I I
La population nimle blanche fut done sacrill..-:;
comme la mni-e res!n indiffereite on hostile A ,.lIte
measure ordonnde pir les militaires (2) beaucoui, de
blancs rdussirent a se sauver. La minnie coterie cm.-
gea alors le massacre des femmes et des enfants : Ce
conseil fit d'abord horneur A Dessalines, dit Mnadu I;
il repondit a ceux qui le lui donnaient qu'il varir.int
mieux que les blanches fusseit conserv&es; qu'cll.cs
s'ktabliraient avec les inoirs ct homnimes de coulieu. q'-
elles en auraient des sang meles, des llailiens enulim.
Mais il fut tellement excit6 A ce grand crime q'.! y
consentit tout en dclarilnt que celle fois ii n'en seon ill
pas la nfcessite. ) (3) On lui persuade que les e;.! i.:s
(1) St-Rmy ( des Caves ) Ptrion et H-1iti -- To;n_ IV p 5..
(2) St-MWry Loc. cit. tmie lvre IX z :-e 41-
(3) Madiou Loc. cit. Toi.e I' pa, g Ilio






55 -
us de ces blanches apprendraient de leurs meres A
Ir le nom l.ilien.
vr Au lendemiain de ces journCes nefastes, 6crit St-
imy, il cl-ilt diflicile de faire batir une maison, de se
re mime h lbiller : plus d'ouvriers, car tous ceux qui
taienl se trouvaient dans les emplois de l'arm6e ou
I'administration. On ne parvint I combler le vide
s arts, qu ;i I'zrrivee de quelques noirs etjaunes qui
vaient 'esciavage et les prejuges des iles du Vent (1)
Nous devnns condamner ces massacres qui ont inu-
ement augment6 contre la jeune nation haitienne et
haine et Ia mefiance, d'autant plus que le lib6rateur
issalines lui-m6me ne les avait pas tout d'abord ju-
S neccssairces.
Nous v avons surtout gagn6 d'avoir remplace les
pncs, dans Is metiers et les arts, par ces fourn6es
iffranchis venus des miles du Vent, de Cuba, de la Ja-
iqune. de la Martinique, de la Guadeloupe, qui n'ap-
irterent pris en HaY'ti un esprit de liberty, qui rest&-
at esclz\es dans l'Ame, soumis au blanc, convaincus
Isa suplrionrite innee et definitive ; qui trouv6rent en
lti unI silitliion social don't ils n'auraient jamais
ki dans lerm piavs d'origine, mais qui oublibrent leur
edition ;)Lcmniire pour ne plus se glorifier que
tre des suijo't, frnancais, anglais, espagnols, et celapour
happen ux\ devoirs du citoyen haltien. La nation
itienne rful s urdement minCe, d&s l'origine, par ces
ix frei. d.l'ailistes de la premiere heure.
Le massacre ne fut pas dirig6 contre les blancs en
t que rince ; ii n'atteignit que les Francais. Les autres
tnes ne fu lreit pas inquiet6s. Et meme parmi les pre-
ers, Dessn!iiies ordonna d'Ppargner les pr6tres, les
Idecins, 1.k iharmaciens, et certaines categories d'ar-
11S.
SPOrl-iu-IPrince, on lui amena le docteur Miram-
|u qui tremnblait de frayeur : Pourquoi as-tu peur ?
r. St.'J.. I citato linle IV p. 5-.








N'es-tu pas mndecin ? lui demnanda Dessalines -
rambeau lui repondit: La m6decine ne tournit pas
remede centre la peur I
-Mirambeau devint plus tard chirurgien en ch
des armies d'Haiti. (1)
< Un autre blanc, nommn Baillergeau. 'fut aussi sauv
II fut plus tard nominee pharmacies en chef d I'Et
d'Haiti. )
Le frangais Monnier reu'ut une commission die n
taire, et Andre Do)minique Sabourin. blanc francai
comme Monnier, devint quelqtues aundes plus ta
Grand Juge de la R6publique.
Plusieurs officers superieurs protegirent la fui
d'un grand nombre de proscrits. Beaucoup d'enfan
furent sauves par des femmes hallicnnes qui les ado
terent et affirmerent sous la foi du serment que c'.klie
des sang-mnlds.
El maintenant que nous avons condamnn6 le cr in
rappelons qu'il v a des circonstances att6nuantis \e
nant de l'attitude inmie des proscrits; et n'oublions pa
ces paroles du fameux Conventionnel Billaud Var'eine
qui vint sous P6tion finir ses jours en Haiti et qui ftil o
ficicusement un Conseiller de notre Cour de Cassation
a La plus grande fate que vous ayez conmmisc. dlan
le course de la revolution de ce pays. c'est de a ivoi
pas sacrifi6 tous les colons jusqu'au dernier. En -'i ance
nous avons fait la inm'me faute en ne faisant pas pI'rt
jusqu'au dernier des Bourbons. (2)
L'Ecole de Sant6 de Port-au-Prince
Done sous le regime militaire haitien de Il'iunl
1804, la nation etant snr le pied de guerre, ce sii deg
strangers qui professcnt la Mdecine cn H::i. ati
qui s'6tablissent comnme pharmaciens. Les uns souit des
francais, les autres des homes de couleur otl dies
(1) Madion Loc cit, tone IlI p. ':'3
(21 Ardourn Etudes sur I'Hiis.o:rr u'iiaiti toime VilI p. 54". N, -







57 -
.veiinu des ccntrees avoisinaunes de l'Amdrique.
o~lafrn h.llis les plus instruits, d'avant I7 S, sont
ou ( !1n ldserte Ie pays, on sont d6tenus en
e par :\. oldon.
:nienace e.- suericuse, dedj, pour le patriotisme haY-
et I'intvl li.-.ence haitienne, ('autant plus qu'll fau-
aire appel pour nos ccoles i(c de nombreux pro-
urs et iii.lltuleurs sang-nmdlIs, venus des colonies
re pli-tces sous le regime de i'esclavage.
point de \ ue medical et sanilaire la question vi-
:.lait la reorganisation des h6pitaux et des ambulan-
On n'eiil gutre le temps de s'en occuper pendant
mlinisIr:ilii.il de Dessalines tout entire consacrce
I Ir.n.l: .', cOrlifications.
e fut sf t os Ia prcsidence dre Peition, le 3 Mars 1808
Sle SenSt, ii la IbPpublique vota, sur le rapport de
n coinitLI iil r.i re, itne loi sur le service de sante des
ipiln iu n iit,.wes, en quinze titres.
cLa .iupiu',: h1aiiesmnne drcid:ail la creation d'h6pi-
ux mIlitnI i.e li e re dc ) 2e classes dans les villes
SPurt-a-i'l lnce, des Caves, de .acnmel, de J6rmnie,
de I'.A i- -:-\ 'eatn .
L'hi'p:i.tl '. P'orl-a -Prince devait avoir .400 lits et
as ai!r -'r' ::.'s. La loi creail rois classes d'officiers
e sant,- i''".r kl- service de ces lh'pilnux.
i I de phI-. tlle crdait des ecoles de sante annexes
ux '.I:l.,i.kIr : i;- ls hospitaliers ; elle ralisait une id ee
ouvenil en nis. le A Saint-Dlomingue, celle d'un ensei-
gnemencl miii n-lii al donn6 en Haiti m, me. ( voir plus
haL, p.Aige 14
L" lr-e N1V de la loi du 3 mars 1808 comprenait
.Ics di, s iti. ns suivantes : I1 sera etabli une Ecole de
Isan!e dws' Irs- l6pitaux de Port-au-Prince et des Cayes
souP Ii direcli.i et la surveillance de l'Officier de sante
en c!. Ili d.- :Irlement. Le nombre des aspirants sera
de di; i: doluze L'6tat d'officier de sant& exigeant pour
elre digiienic.'ii rempli des conditions essentielles, il







58-
faudra pour 6tre admis n'avoir pas moins de d uze an|
ni plus de seize ; savoir au moins lire et ecrire. fail
preuve de bones meurs, et t rereconnu d'un ( r:lr leI
docile. Le noviciat des aspirants seia de deux ais : i
seront nourris et entretenus aux frais de la Re1puliquI
logeront autant que faire se pourra dans 1'h6pit:-l, sol
la surveillance d'un officer desante instruct t raiisoi
nable... et seront pays i raison de trois gourles pi
mois.
A l'avenir tous les chirurgiens don't on aura besomi
seront choisis de pr6f6rence parmi les aspirants qui ai
ront rempli leurs deux annees de noviciat.n (1 )
La loi ne dit rien de Forganisation des coul..
Probablement que les lives reccvaienf un cinL-i1II
ment pratique en assistant aux operations et LI u pal
sementsfaits par les officers de cii ;c'cst dti Ii~ll
ce que laisse supposcr FIarticle 9 du tire XI\ : I
President d'llaiti demneure autoris6 a cccrder limne gri
tification au chi'rurgien de saint en chef, pour t litqi
O16ve chirurgien qu'il fera. II y a encore t'i I:: s;B
d'une d6p6che du secretaire d'IElat Imbert quit oiiiirn
cette opinion. Ellecstdalde du 14 aoft 1: i'.2' el airesl
a I'inspecteur en chef du service de sant : L( le goIv\e
nement conIpte str vous pour ce qui regarded F'iiislrui
tion i donner aux 61tves.)) (2)
Dans cette d6peche nous vovons citer le norm du i1oi
teur Cesvet et du pharmacien Thomas Madiou qui sol
employes par 1'Elat haitien. 11 est probable que di-s lo
le docteur Cesvet faiscit des course aux eleves de N'cac
de santd de Port-au-Prince.
Le nom d'6cole de medecine n'est officiellemnenl Lca
qu'en janvier 1830 dans un (reglement concceiiiaii I
616ves de 1'Ecole Nationale de M6decine et le; oficie
de sant6 de 1'Eccle militaire. (3) Le r6glemenl esl sii
1) S. Linstant-- Recueil gnfral des Iois et Actes du C.u'. .tr i e
d'Haiti. tome I. p. 410 Paris. 185il
i2) Linstant-Pradines LOC cit toI,,e Ill p. t6 7.
3) Linstant-Pradines -- Loc cit. tule V p 3,i)








-Cesvel, I). MI, professor directeur. On y voit des ins-
Aruclions, L iicernanl les officers de sante de 2e et 3e
classese Zaussi bien que les l6ves.
On1 lit a I'article 18 : II sera faith, tous les ans,
un cxaime; public des cl6ves de 1'Ecole Nationale de
Medicine. L:ct examen sera fai pe'r le jury medical,
eten pi 6ei eILe desmembres de la commission d'instruc-
tion piul.lique. Ceux d'entre les leaves qui se seront dis-
tingues :.cerent mentionnis lionorablement t S. Exc. le
President (I'laiti.
Les articles 20 et 21 mentionnent l'existence de pro-
resseui-: ,, Tous les ~~lvcs et officers de sante seront
subo lnoi nfs aux professeurs.
!.e., .-\es qui s'6carteraient di respect dti aux
profess irs etaux officers de sand des diffrents grades
seront pun1is des a.rrcls dans un des forts de la ville... n
1'iOge d'dminission elait porter a 14 ans. Les devoirs
des 6;eleves aient bien detinis: ( Les officers de sante
de 2- el 3' (lasse et les l66ves devront Olre rendus a
I'l'',pili I. I I sles jours six heures precise du martin pour
preol.iror Icurs appareils et les divers objets ndcessaires
DLIX liiniellients qui commelnceronlt a six hCeres et de-
mie. (Chlia;ic officierde sante de 2e classes aura avec lui,
et siu, in ,iirveillance sp6ciale un on plusieurs 6leves
pour l'assisler dans son service... La visit se fera lous
les jours i 7 heures. I.es diffrients course se front im-
indiatlcment aprss la visit. Les officers de sante de
2'".' etl 2"." classes seront lenus d'y ussister, et dans au-
cul (ns ne pouront s'en dispenser, a moins d'une per-
miisirii expresse du professeur chef de service... Tous
les ol'licirs de sant6 de 2eme et 3emeclasses et les 61d-
%\( derv-n!lt se rendre chaque jour A l'h6pital 3 heu-
res de l'a )i s-midi. ))
C'est diinc lA 'hhpital que se faisaient les course;
'-.I ,i ( qu'est ine 1'Ecole de medecine, transformation
de 1 Ecole Ide sant6 criee par la loi de mars 1808. Les
aure~, hI'pilaux n'en continent pas moins A preparer







60 -
des dl~ves de sante ainsi qu'on Ie voit dans la depi-chle
d'aofit 1823: ( Les d1lves qui se trouvent aux (7:ic s, e
Jacmel, etc. viendront bientlt ici pour 6tre e,: ,!lnI.lsi
Cette measure est indispensable pour stimuier I n,' Ii i.-
lion.
Le president Boyer availt ondL, ii est v,:i. iun
Academie d'Haiti en l7.23 don't il avail t.onli, lai
direction an docleur Fournier Pescia rdeimi:icii! ar-
rive de France. Elle devait nvoir une section l.'.,ur 1(6
tude de la medecine. D'apres 1'article II du ri cie-ment
intdrieur les course de m6decine thdorique idelient
avoir lieu les lundis, mardis, vendredis, de uni !huro
A deux heures de I'apr6s-midi. Les 6tudes deviienlii diu
rer quatre ans. Les exaiens Po:.,.s apres sr.::- ins-
criptions devaient rouler sur I'Fnaomic, la phI,.c.-I ,ie
la pathologic interne, les operation; chirurgi:.-le... I;
mati6re medical et phairmaceutiquc, nl midct e!i Ie1
gale, l'hygiid e et a!' cliiique. Le 5' ex:amen de .'itl ;i '.u
lieu moitid par &cri!, mooitie verlaleineni e rouler ussi
sur les quatre premiers. L'examen doinait i!". I
un diplime servn il de tire pour exercer la p:", .c1i1
medical. (1)
Malheureuscment l'Aca'd6mic d'!l::i'ti ne lfo;.,i.- i..
jamais. Celle Acndc!n6ie, nous dit 1)' Dl)cionu. r 1(61i
a mmre de produire des hienf'aiis. c('a- le docitc. I lP ,
cay 6tait digne de la diriger. Manqc;n -t-il de ji:'--.,_'
rance, ou les 61ments qui pou\aient le second ; ? i5
pondirent-ils pas a ses appeals ? ) (2)
Peut-6tre que l'cspri public n'elait pas encoc:' 1 .,
rd a une pareille creation. Ce iut une avent't .in
blable A celle de I'Athinde quc le Secriaiif, '!'la
Bonnet avait voulu fonder sous Pilion. I'. I I;e.
prise n'avait pas abouli parce que I les alentii.ai di
PNtion s'opposerent a sa crea'ion.- On n'a pa'. '. i'e
soin de tant de mvstere pour chasser lcs bl.,~;., s6
t1) ,.instn n' !'radine;'ci Lo cr "','"-: V p .'i:.1.-:',(i
;); Dr DIeho *x ':app,'!rt ;u n o '.rn-m .int p c4 (1'' I ;.







-64-
itent-ils. Faut-il un juge, un admiinistrateur, un
potable, le premier officer venu peut convenir A ces
tions ; ii se former dans les bureaux de 1'adminis-
bon. ) (1)
4ous ne connaissons pas le programme des course ar-
6 par le docteur Cesvet, mals nous ne doutons pas
il fut de beaucoup superieur acelui que la loi de mars
avait fixt, programme qui ne pourvoyait en some
A I'enseignement de ce que nous appelons la petite
rurgie ; la petite chirurgie de 1'6poque. Les articles 4
5 du titre XIV disaient: : On leur apprendra les
ves A preparer les pieces ordinaires d'appareils, A
re et A appliquer les bandages non m6caniques, A
nnallre et appliquer les vesicatoires. le moxa, les
ntouses. le s6ton et ouvrir un cautere ; on leur ap-
ndra extraire avec ndresse les dents.- On les ac-
utumeia a fire dans les diverse cavit6s, les injec-
.ns que certain cas exigent et A en extraire les corps
angers ; on leur apprendra A appliquer les tourni-
ets, A tenir le bistouri de toutes les manieres, A
en servir dans tous les sens, A faire m6thodiquement
Sincisions culaiines, et A pratiquer l'operation de la
ign6e. ,
Bover semble avoir eu quelque attention pour 1'Ecole
e mu'der ine. Pendant son administration nous voyons
gurer dans le maltriel de l'Ecole des modules d'anato-
ie clasi que c Ics premiers qui aient paru en ce pays
01 qui client de 1838, c'est-A-dire presque A la nais-
sance de 1'cuvre inaugurbe par M. Auzoux.< (2)
Les documents officials sont nuets sur 1'Ecole de M6-
decine de 1830 A 1838. Les esprits etait occups ailleurs.
SL'annbe 1825 avait marque, en effet, le commence-
nment de nos malheurs. J. P. Boyer, avec beaucoup de
jgerete, avait accepted, en indemnites aux colons, de
*: (1) Souvenirs historiques de Guy Joseph Bonnet p. 224.
(2) Dr J B. Dehoux Loc. cit. page 89







payer A la France une dette bien au-dessus ile nos
forces, alors qu'un emprunt nous eut 6t16 el Irc ne-
cessaire pour remettre en train notre commerce. notre
agriculture et notre industries.
Le gouvernement, dit Elie Dubois, u(sentant Ipeu i peu
la faute qu'il avait commiseen contractant un1 enga-
gement si fort au-dessus de ses resources se relaclha
bient6t. II fit des emprunts A inl6ret pour payer les
premieres 6ch6ances ; mais la restitution du capilt'l et
le paiement des int6r6ts suffirent pour lui fire com-
prendre qu'il ne parviendrait jamais A sortir d'ein-
barras et le peulle accabl6 sous le poids du prisenl,
desesp6ra de l'avenir.n (1)
La MWdecine dans le royaume de Christophe.
Peu apres la scission qui divisa le nord et le sud d'Haili,
Christophe s'dtait faith proclamer roidansles departments
qui lui 6taient rests fldeles. (1811).
Des le d6but de son regue, Henri Ier voulul fonder un
dtablissement d'enseignement medical oi0 des adllles
seraient instruits dans l'art de gu6rir. Mais ce project
prdsenta de grandes difficulties A cause de I'nsiilfitnile
preparation des candidates.
Le roi recourut alors aux Ol&ves les plus ,ies du
College royal du Cap-Henri. Ilconfia leur tednci .uc n il -
dicale au docteur Duncan Stewart, son mdecin Ilu;Ir i-
culier, qui fut assist de deux autres professLurs',les itoc-
teurs Turlin et Demiau, deux Francais 6pgargn's oirs
des proscriptions.
Mais cette tentative fut un insucces complIt. Le I-r-
teur Stewart Mtait absorb par ses devoirs profes,%,l>-
nels; le docteur Turlin etait premier nmdecin de la
maison du roi, et le docteur D6miau, m6deciii de quar-
tier. D'autre part, les 61eves 6taient absorbed par Iclers
6tudes classiques. Le roi decida alors d'en\Nxi r ;nux
Etats-Unis,pour continue leurs etudes mdiIicilles. reux
des eleves qui s'Ctaient le plus distingues. I naait desi-
(1) Elie Dubois-Revolution haitienne de 1843 -- [p .






6 le3 -
n enlre autres les jeunes (Clment Euzebe, Masse,
Charles Drsir et Saint Cloud.
SAvant l'cexcution de ce project, son regne finit tragi-
'queineni. Les jeunes gens qu'il avait choisis devinrent
plus tard olTiciers de sante en pratiquant a hospitall mi-
'li ireI dI Cap. (1)
Les Services Hospitaliers et le Service de Sante
de 1808 A 1847
Le gouvernement de Petion avait organism les h6pi-
taux militaires'; celui de son successeur entreprit de
cr6er I'assistance m6dicale aux indigents et aux infir-
mes.
Le 16 mai 1818, le president Boyer 6crivait laletire
suivante aui corps 16gislatif : Citoyens l6gislateurs, I'ar-
ticle 3 de la Constitution a 6tabli qu'il serait cr6 et
organism U1 i tablissement general de secours publics,
pour ele% er des enfants abandonn6s, soulager les pau-
vres infirnes et fournir du travail aux pauvres valides
qui n'aurdient pu s'en procurer: L'humanit6 r6clame la
promple 6x6cution de cet article de la Charte constitu-
tioniclle, car les villes sont encombrbes d'infirmes qui,
le plus sOuL ent, ne savent comment exister et qui par
Sales dilTerlnles maladies don't ils sont atteints peuvent y
toccasionner un air malsain et contagieux.
En consequence de ce que dessus, j'ai fait dresser
le piojel ie loi que renferme le present message,lequel
project, ciiovens lgislateurs, j'ai la faveur de soumettre
i2 la snge!;e de vos deliberations.))
Le pro!el de loi soumis par le president fut vote le
26 juin IS1. II ordonnait I'.tablissement d'un hospice
de cinrileet de bienfaisance dansle chef lieu de chaque
d1parlement dela R6publique, (( pour recevoir les pau-
ivres vulides et les infirmes des deux sexea et de tout
'Age ,, loin des villes et des grandes routes, A portee
!de quelque riviere, suffisamment Mtendus pour occuper
i (1) Me.more obligeamment fourni par M. Thales Manigat.








les pauvres valides a des travaux de culture. Uni olli
cier de sante devait 6tre attache A chaque hospice. (1)
Boyer fit commencer la construction d'un hospice 4
Gressier. Ardouin dit que (< un edifice considerable fu(
construit sur I'ancienne habitation Gressier a 5 lieuec
de Port-au-Prince, dans un milieu salubre, pour 6trl
'hospice du d6partementde I'Ouest, enattendant I'erec.
tion de celui du Sud. Mais aprs son achevenmenit
grands frais, le president ne donna plus suite a ce desi
sein ; aucun infirme n'y fut admis, et ces construction
finirent par tomber en ruines, apres avoir servi penie
dant quelques ainnes au logement de la cavalerie.
oD6s A present, ajoute Ardouin, il nous faut constAlen
ce manque de pers6v6rance quiet un des traits distinct
tits, l'un des d6fauls du caractere de Boyer. ) (2)
Le code rural de Christophe prescrivit l'lablissenent
d'un h6pital sur cheque habitation ; d'un autre dans le
jardins,pour les maladies contagieuses. Des officiees d
sant6 devaient signer les cultivateurs maladies. Mail
Ardouin assure que rien de tout cela ne fut exicult..(l
La police sanitaire fut tout d.abord coinfiee aux juge
de paix et aux commissaires de police par une loi du 1
avril 1807. Ces derniers notamment devaienit s' ccupe
de la propretl des rues, du contr6le des boulicrie
et des boulangeries, de Ia visible des fontaiiles, condui.
tes, tuyaux, quais, wharfs ; de la destruction des clhien
enrages.
La loi de mars 1808 dans son tilre II instiluait I
inspecteur du service de sant6, place imnim diale.-ii
sous les ordres du president d'Haiti, chargLt de I'ex
men descandidats aux places d'officiers de sant6 mililai'
res ; de la direction et de la surveillance de lout c
qui regarded le personnel et le materiel du service d.
sante ; de la redaction des instructions et observation
(1) Linstant Pradines. Receuil des Lois et Actes. Tome II I ages 1-4
(2) Ardouin itudes sur I'Histoire d'Haiti Tome 1 III. pages --3






65 -
I'art de guerir que les circonstances peuvent rendre
;esairs ; de l'analyse des remedes nouveaux sur les-
ls le president ou le Sdnat lui demanderait son
etc.
lus tard une loi du 21 juillet 1817 confia aux con-
is de notables, qui venaient d'6tre cr66s pour servir
conseils communaux, la plupart des attributions des
missaires de police et desjuges de paix en mdme

ps que le contr61e des registres de l'officier de 1'6tat
La loi du 2 Aoit 1820 charge les marguilliers de I'en-
tien de la cloture des cimeti6res.
Apr6s la revolution de 1843, un d6cr6t du gouverne-
nt provisoire du 9 mai 1843 abolit les conseils de no-
les doii les membres 0taient nommes par le prisi-
t de la Re.publique et les remplaga par des comi-
m uuicipaux issues du vote populaire. Les attribu-
s sanilaires des commissaires de police et des con-
Is de notables leur furent decernbes.
:;n 1847 une loi du 17 Juin institua un Jury medical
Ins clhaque chef lieu de department. Ce corps devait
mnprendre 5 membres a Port-au-Prince, 4 m6decins,
Spharmnacien. Le Jury medical de Port-au-Prince,
fvait, de concert avec le conseil de sante militaire
miner les candidates haltiens qui demandent A obte-
r le diplcime de m6decin ou de chirurgien, prendre
annaiss-i;ce des tires, brevets, dipl6mes et certificates
*s praticiens strangers. etc. L'article9 disait: a Toutes
p questions d'hygi4ne publique, de police medical et
[ medecine 16gale sont du resort du jury medical. Le
pry medical nomm6 pour deux ans devait assistance
Ux Tribunaux pour les questions de medicine 16gale.
Le Jury medical de Port-au-Prince fut design sons
e nom de Jury medical central. (2)
(2) Lea lois et actes de l'ann6e 1847 n'etant pas r6unis *n volu-
w, voir le Rapport du Dr Dehoux, pages 97 k 101.







Cette loi de 1847 donna une organisation definitive
ce qui avait 6t6 temporaire et occasionnel. Auparavaiu
ilyavaiteudes jurysd'occasionqui aidaientle GouCiverne
ment A delivrer les licences aux midecins et aux phar-
maciens (1).
Cette institution, quoique utile a plut6t v6gte jusqu'A
nos jours, parcequejamais l'Etat n'a voulu prdvoir les
credits necessaires A sa bonne marche et A l'organisa-
de ses services.
La vente des drogues et des m6dicaments ifl ritgl-e
ment6e par un avisdu Secrdtaire g6ndral Imberl, du II
Decembre 1818. II 6tait ainsi libell :
(( Les accidents qui sont survenus dans plusieurs com-
munes par des remndes mal appliquds et a la suite de
faux traitements par des personnel qui pr6tendent pos-
s6der I'art de guerir, ont porld Son Excellence le Pi -
sident d'Ha'iti A donner les ordres n6cessaires pour em-
p.cher qui que ce soit d'exercer la m6decine, aI chirur-
gie ou fairela vente des drogues medicinales suns (,!'1.n
pr6alable ils n'aient justifi6 y avoir 6tc aulorists ct ii\ Irl
rempli routes les conditions de la loi. (2)
Plus tard le Grand Juge intervint lui-mmee danis tne
circulaire du 22 Decembre 1821: (( Je vous informe ci-
toyens corimissaires, que pour meltre un termie aux
inconvenients, je veux dire aux ev6nements dcsaslreux
don't une foule d'empiriques sont les auteurs.... xc.
a decide que personnel ne pourra traiter les im2ali',es
du pays en quality de chirurgien ou m6decin, snns itie
muni d'une licence du gouvernementAceteftet, laquelle
ne sera delivree que sur l'exhibition d'un cerliicat en
b6nne forme de l'inspecteur en chef du service de satle
constatant que celui qui en est porteur possede Ics qua-
lites et les connaissances requises.

(1) J. B. Dehoux- Loc. cit. p. 94
(2) Linstant Pradines--Loc. cit. Tome III








SL'exeri Ie de la mtdecine fut riglement6 par une loi
iiU 12 mai 1826. Elle declarait que le minister des me-
'decins et chirurgiens est oblige; qu'A partir du le juillet
les sommnes sup6rieures A celles allouees par le tarif
annexr :i Li loi seraient restitu6es par les medecins qui
les a iraient percues, que les abonnernents avec les me-
decins nuxquelsles propri6taires des champagnes sont
assujellis par l'article 67 du code rural sont laiss6s A
I'accoul mutuel centre les parties; que dans les villes et
bourgs ofi ii y aura des pharmaciens patents les m6de-
cins el clirurgiens ne pourront fournir des remedes a
leurs maladies.
Pour leurs services aupres des Tribunaux, la loi ac-
icordait aux membres dujury : pour chaque requisition,
12 gourdes ; pour l'autopsie d'un corps faite par deux
!m6decins. avec rapport, 27 gourdes 1/2 A chacun d'eux;
pour l'ouverture d'un corps, avec examen du contenu
gastrique, 72 gourdes.
i)ans le larif on relieve les allocations suivantes:
II sera d4 Gourdes
Por,.r cha'-li e visit en ville a
d de jour 0,50 ct
) de unit 1,25
( En t.,uLelr circonstances, il
ne sera as pass? plus de
deux \iiies de jour. )
Pour I I,..i'.a visit hors de
la viII, :.'i une distance qui
ne dir.r ,s n a pas trois lieues 3.00
Pour une Lonsultation en ville 8 3.CO
S' hors de ville 6.00
Pour arrarher une dent D 0.50
P accou-hement simple 4.00
laborieux ) 16.00
Pour I''lr.':mLion de la fistule A I'anus 3 36.00
I. ir.i tna de la clavicule a 6.00
Quo(Iqu ne r6pondant plus aux conditions 6conomi-
ques de nos jours, aucune loi n'a encore change ce tarif
qui n'a du rest plus aucun rapport avec lea borde-







reaux des m6decins. A i'6poque m6me de sa promul-
gation il fut trouv6 injuste et la chronique rapport
que le president Boyer I'a concu dans un moment de
mauvaise humeur, apres avoir pay6 une note de son
m6decin.
Rappelons que I'article 67 du code rural faisait obli-
gation aux proprietaires etaux fermiers, sous peine d'a.
mende de s'abonner avec un officer de sant6 pour soigner
leurs agriculteurs. (1)

L'Ecole de Medecine de 1838 A 1859.
Le 26 Septembre 1838 un nouveau rglemnent pour
1'Ecole national de m6decine fut publiC par les mem-
bres de la Commission de l'Instruction publique de la
capital. Nous transcrivons ici ses principles disposi-
tions :
SL'Ecole national de medecine etablie d IlHpital mi-
litaire du Port-au-Prince est sous la surveillance in-
m6diate de la commission de I'Instruction publique...
Aucun 6elve ne pourra btre admis s'il n'a au inoins 14
ans; ildevraecrire correctementlalangue en usage d\ns
la R6publique; expliquer un auteurlatin qu'oi explique
en troisieme et savoir I'arithmulique. La commission de
'Instruction publique ne delivrcra l'ordre pour I'admis-
sion des ,16ves, qu'apres leur avoir fait subir un exa-
men. Les diff6rents course ont lieu tous les jours ( ex-
ceptd le jeudi et le dimancbe ) de huit a dix heures du
matin... Il y aura des r6eptitionslorsque les professeur'
lesjugeront utiles au progrcs des el6ves; elles se Ifroit
pardes 6elves r6petiteurs nommes par les professeurs... II
sera fait tous les ans un examen public des eleves de
l'Ecole national de medecine, en presence tde In Coin-
mission de l'Instruction publique qui se fera assisler a
cet eflet par les docteurs et praticiens dans F']rt de gue-
rir qu'elle jugera utile d'appeler .
(1)Linstant Pridines -- Loc. cit. Tome IV page 425. Pour le tant,
mgme tome : pages 477 & 479.







pres les examens,si les )preuves sont favorables,le
medical ftormi pour la circonstancedelivre un cer-
tat aix candidates apres quoi la Commission de 1'Ins-
ction publique done l'autorisation necessaire pour
tiiquer. ,
Voici uLI miodele de cerlificat delivrc come nous ve-
ns de le dirre.
Km DIPI.6in: DE MEDECIN.- Nous soussignes, Medecins
mposant lelury de la RiPUBLIQUE. Certifions que le ci-
en Lafar.ue (Michel),61eve en medecine, n6 en cette
lie, ig. de 25 ans, a subi les divers examens pres-
Is pourl'ccxercice dela medecine; dans lesquels actes
'obalonles, et qui ont eu lieu publiquement, le dit ci-
ycin...... avani fait preuve de savoir, nous le d6clarons
urvu de connaissances exigibles pour exercer I'art de
drrir: el .A (el effect nous lui delivrons le present di-
ine 1poutr Iim servir et valoir.,
SignO : Les imemnbrcs du Jur--- Lefevre, A. Marchand,
Crispin, Lucas.
I.e Directlrir de 1'Ecole de Medecine Paret- D. M-
Vu: L, I'rtsident de la Commission d'Instruction
I publique Bazelais
S'Vu: I.e Secrt-laire generalcharg6 de la surveillance de
I I'iistruction !niblique B. Inginac.
CeIle i p port le le nom de dipl'mee,et c'est bien cela,
culeiiieni ell ii'est pas delivree par une Facult6,c'est sans
loute .,rqu:.i on la considerait plut6t comme un cer-
ifical.
Quaiid on ldeeenlit Ccede piece on avait done le droit
de pr.ilquer !, mnldecine et la chirurgie; maisil yavait
Bine autre I'a(o aussi d'y arrived. On i)ouvait pratiquer
I'arl de gI,'tir en recevant une commission d'officier de
iaanle de :,; t sse delivrke par les autorilts comp6tentes
iur la demnanide de l'inspecteur du service de sante,
a d'apres le tImuoignage de capacity de I'officier en chef




1


du d6partement.) (1)(Art. 4- titre III de in loti
mars 1808 ).
Ainsi jusqu'a la suppression de la function d'il'le
de sant6 en 1906 on eut en Haiti deux cat6goiies ide
ticiens : ceux qui avaient reCu le diplome de miide
ceux qui avaient une commission d'officier de sant
3e classes ou do 2? chlsse.
II arrival nm6me souvent que des dipl6moes de 'E
de M6decine voulant s'eigager dans les h6pil;tx n
taires sollicitaient une commission d'oficier de sa
< Ainsi, le brevet d'officier de sanI6 de troisite-me cl
devenait un titre universitaire, tout en restant uLni g
militaire, adapt A la pratique de la medecinie.,, (2)
De 1838 A 1848, les documents officials lie r(v&l
rien de saillant sur la marche de I'Ecole de Mldec
En Decembre 1848, le gouvernement promulgu a
loi sur l'inslruction publique pr6voyant la cr(calln
cad6mies pour l'enseignement des letlres et det sci
ces, d'une Ecole de droit, t'Ecoles d'arts et iimili
d'une Ecole normal d'ins(ituteurs primai'es. I.a
maintenait < L'Ecole de mo decline et de chliitr .e
Port-au-Prince ) et ordonnait la creation d'uie c(ole
medicine aux Cayes et d'une autre an Cap. ille ajou
m6me qu'il pourrait en etroe tabli d'autres i l.inis
localit6s oui ii sera juge n6cessaire.)(3)
Ces prescriptions resterent sur le paper. .' e
avaient t executees on aurait eu unie r6n,\'valn!i
notre enseignement mPdical, d&s lors. car ia I', cxig
le dipl6mede bAchelierde quiconque voudrail I'aire
etudes m6dicales pour recevoir le tilre de doctlurr
medecine.
Les massacres du 16 avril 1818 avaient dtmori lisil
bourgeoisie. Des medecins furent lues, le doclcur NMe
(1) Voir Dehoux Loc. cit p. 56.
(2) Dehoux-Loc. c't p. 195.
(3) Stinio Vinceent et L. C. Lh6risson-L6gislation do I In.-truei
publique de la RWpublique d'Haiti (1804-1895)







example. d'autres s'ecarterent de la vie publique et
ole de inedecine en souffrit.
ulouliueL. devenu Fauslin I"r, s'int6ressa cependant a
Pt instilulion. On lit dans le (( Moniteur haitien ) du
|f6vrier 1857 la note suivante: Mr AdeLahens, baron
marech.ll de de camp, inspecteur general des h6pi-
ux de I'Empire nous price d'inserer ce qui suit: Sa Ma-
stt i'Empereur, accompagn6 d'une parties de son 6tat-
ajor, du comte tde Ptionville, gouverneur de la capi-
le, de 'lnspecteur genCral du service de sant6 des h6-
laux de 'einpire, a daign6 honorer de sa visit, landi
courant, a 8 heures du martin, l'h6pital militaire, ainsi
e 'Ecole imipiriale de midecine de cette ville.-S. M.
r'es \aoir visiil les diverse sales de malades,Ies bA-
ents de 1'Fcole de pharmacies, a promise d'y faire de
ombreciscs ameiliorations, et a encourage par de bien-
eillautes pIroles, le zele des 6levcs pour I'6tude de la
6decine., (1)
Les Ieudes i6mdicales n'en 6taient pas moins negligres:
rniiiislrI Salomon jeune 6crit les lignes suivantes
iis 'lEx\l,ose de la situation nux Chambres 1hgislatives
1our I'niini.e 1857: Les votes demands et obtenus
depuis dix inndes du rigne et de I'administration de
Einmperuir. sur I'instruclion publique. sonl la preuve
Inon c~qiln-aue (10 \Otlre loyal contours.
L'instuiction priinnireest g6n6raleencnt r6pandue ;mais.
nnus vou v Io\'uotcions, come nous 1'avons tait I'annee
lderniere. u'ill .i'en est pas de mine de l'istruction su-
perieure. imlgre les charges que s'impose l'Elt... Le
College Faustin ofh 'on s'occupera A l'avenir. avec plus
de fl uil.de 'enseignement des langues, des belles lettres,
,des sciences el des arts, continuera a Otre 'objet de
Ioute I'nalle lion du government qui se decide a faire
venir d'lurope un nombre suffisant dc professeurs d'un
merile dislin.gu6... Sans nmconnaitre les bienfails de
.I'inslruiilon et de l'6ducation que l'on va puiser en Eu-
(1i .MnIlIn't.rhaition du 21 f6vrier !" 7. N 11. '12e ann6e.







rope, au fover des lumieres, nous pensions que les jLcu, esi
gens ainsi dirigss et relevant ici sous les yeill du gou-,
vernement et des parents mmnes une education lih)riale,
national ct religieuse deviendront un jour des patr:oles,
des homes d'etat, des magistrats, des inlaliemali-
ciens...))(1)
Cette tacon de concevoir les besoins de Ienscigne-
ment secondaire et de les r6aliser est particuilere i
Salomon qui voulait r6aliser en grand une expriciice:
personnelle. Devenu president de la R6publique dans,
la suite, aide des Manigat, ses minislres, il fera veniif
une mission de professeurs francais au Lycee P'lion.i
Ce sont les haitiens qui ont etudid an Lvcee 1Plioii sous
ces professeurs qui donneront A de plus jcunes g6iicra-
tions un solide enseignement secondaire et prepareronn
avec les ecoles congreganistes ( Seminaire-College S-
Martial, Saint Louis de Gonzague), la renovaliion de
l'enseignement medical en Haiti.
Si le g6n6ral Salomon avait pu d6s 1857 reC:liker se
projects pour 1'irtstruction publique, les dcoles cniig rga
nistes dirigees par desreligieux strangers i':iia ric'il pa
pris plustardle developpementque I'on sait eti dautre part
le progris medical aurait avanc6 de quarante aiis.
Mais icoutons un fran-ais qui a v6cu en I t lli er
1886 : Le president actuel est, it mono a\ is. le plit
haYtien de tous les Ilafliens letl'rs et intelligv nis II a e
le bonheur ou le malheur cela depend dii Ioinl d(
vue auquel on se place- d'etre eleven en flali nii-me
dans sa ville natale des Cayes,sousla direction il es, vr:i
d'un maitre francais. Ce n'est point la fortune hal.u bi-il
de laplupartdesjeunes hoinmes que leur noii o eiiort
leurs habitudes destinent clairement a prendie Lne par
plus oumoins important dans la direction de ILur ipa;s
Les plus fortunes sontenvoyes en Europe des l'nirg de dit
ans.... Au sortir du college les jeunes Haitiencs int sai,
sis par les 6tudes du droit et de la miderici.... tous s
(1) Le c Moniteur haitien v 16 Mai 1657. No. 23








Inlit hm us le qmuatier des E'coles, lie retenan! de la
euio'iliien!! (fuc 1#s fiiohes de jeunesse dont ils sont
1 ns. I .. j netles certzuilns ii1'illJlet scrtLiu.'.duie'i pour
skitw..' d. hI vie reel Ic. De rctour. eu ii aili 'scpti-
I S D)1( It (_- avaiit nnii1ino de saiNoir la N,.e -cclto nou-
Oile e\IC s'iice u1n J tel-l-0 i tcire letir paraI t un far-
lru; ils scri digofiitent v-ite. Qelqucs--mis, pral iciens
~,Iiii'ws,1 i I~'cVU 1tclietqIe a14111 teill d olls 1 pratijitle de
i ined ci ~c el du droit ; its C6gissetlI uk] pe. Nlais les
Otres se u Iclit une vie ;a eux vie tactice qtni nest
ille iii thin ii IYtieii III (urn Frauna;Is. Us In crt~ent A
- ur uPvu:x.. Pen consenfent i rehire un novel appren-
risago. a mii..-her I la tete dO la nation. Conib:en, en
Itimiron pr-seii o du i pays, prj~felcre ceux-IA qui dts
jenrn* C'';c, deinanderent A Itour patric de se r661eor
heUX. !il 'Urc-rit tout loisi r poir I'l udier c i a coniiait ye;
rIiS sa iii it Id fos los bhesuins do(lt its se sofl I-end ii
n p o ll't, 1waliqiqn, vicienl ators demander it I'expe&
encc d In vieiloe E'urope los roniedes qlt sont trgeiits,
01 ion (VUX dont ]a nation lie satim-it ctue f~ire.', (1)
.Ceiic ls s l iie- lCs i(ct~s (jil ont 6l1 esl~pimlICs par
. IPaSLt 1. 1 L Ton vF ans (artS sn positionn (evailt I1
lm1iiiS-*. .n &enquete senaloriae, A \Vashin-ton : ((Les
fi vics Im i out requ I'M'&dcation des 6cotes et des coll&
es dit? I t it'\ tersl1 de Paris revierntnot dans Icur pays
Vec do- Iw '-.s tres (liffelcfntes de cells dti miieu, et
esw~p' i r~j I'-, 1 [) 1tCives. Ai~cnients de ha situation
bciale tl iiJI I tique d'1 lafti, (16sireux de ]a voir changer,
a dvici wwnI, grace A leur inexperience, ia proie d'hom-
ies d',lTfl ucs et6rangers, dont I s no conmprennent pas
ssez les 11.1s. et se taissent entrainer A provoquer des
'oubles ci des revolutions.)) (2)

(Q, Po, I'k I tie. Haiti en 1886. E. DentLi 1887 -- pages 221--23.
(i1 Dei-o- *ua -It pasteur Ton Evans. Inquiry into occupation and
IminiwratLun i Haiti aud Santo Domingo. Washington. Part 2 page
55. 19t21






74-
Nous comprenons maintenant l'une des grandes
reurs du gouvernement de Geffrard, l'une des grain
causesd'insuccesdescn ceuvrc plus brillante que sol
Ia constitution, apres la signature du Concordal,en 1I
d'un enseignement secondairelocal, refornii., perfectly
n6, dirig, par des etr'ngerssouvent mieux pr,1parRsI
les instituteurs haltiens, mais d'un enseigneiment
national, parceque dirige par des religieux. sans c
tr6le severe de l'Elat.
L'Ecole de MWdecine n'en a pns moins prepare p
dant l'Empire des jeunes gens qui se distingueront
tard, le Dr Aubry par example.
L'Ecole de MWdecine pendant la presideuce
de Geffr
En janvier 1859 le g6n6ral Fabre Geffrard renver
1'Empire et r6tablissail la R1publique. En mnnie ter
une autre revolution s'accomplissait: (( dit Frederic Marcelin oh les modes d'Europe coumn
Caient A s'implanter dans le pays., (1) La iia\igali
A vapeur avait raccourci les voyages et les nvail ien
plus surs.
Le gouvernement se d6cida A envover un buo noi
bre de jeunes gens en France pour y faire leurs clu(
secondaires.
Une note de la Secretairerie d'Etat de 'lnslh icti
publique publiee dans le (< Monileur Hailien du Iu
Aoit 1859 announce que < le packet du 22 Aolit a appoi
des nouvelles de onze enfants que le gouverileme
avait envoys en Europe pour y 6tre 6leves A ses frail
Ils avaient ete r6parlis entire le Lycee Saint Louis,]
Lyc6e Louis le Grand et le Lyche de Versailles.
Plusieurs families avaient dejA envoy leurs eiifanl
A leurs frais, depuis le regne de Soulouque, lIiiie d
etudes en France. Citons entire autre la famille Audal
don't un fils, le Dr LouisAudain p6re, fut externe du se
(1) F. Marcelin-Du.as Hippolyte. Son epoque, ses Pu% res,1878pl







Id Dr J. loissenet, Paris, de 1856 a 1858(1) etla
le DehoLx. Celte derniere envoya deux fils etudier
a medecine, I'autre la pharmacie. J. B. Dehoux qui
itjouer un r6le si f6cond dans notre enseignement
cal, alia Iompl6ter ses 6tudes A Rennes, en 1850.
evait le dipline de bachelier es lettres en 1853,
celui de buchelier es-sciences en 1854. 11 se rendit
A Paris oi il s'inscrivit A la Facult6 de Mide-
SI1 6tait requ docteur le 17 Aoit 1861, passait une
A Londres, apprenant I'anglais, visitant les h6pi-
Spuis renlrait en Haiti en 1862. Peu apres il 6tait
md professeur au Lyc6e, puis A 1'Ecole de Mdde-

gouvernement de Geffrard faisait un grand effort
r developper les trois ordres d'enseignement. Dans
raspporl du 21 mars 1860, leSecretaired'Elat de HIns-
|clion publique. Elie Dubois, ecrivait :
I L'Ecole de Mhdecine doit sbrieusement occuper
mention du gouvernement. Les616vesqui y travaillent
jourdthui sot tres faibles et ignorent, la plupart, les
imiers ementsl de Ia langue frangaise. Quand cet
hblissement sera definitivement organism, j'exigerai
Vceux qui demanderont a y vtre recus, certaines
tmnaissances indispensables pour I'etude d'une science
tssi imporlaile que celle de la medecine. En atten-
tI. on pourra.it 6tablir deux chairs : 'une de chi-
ie, raulre de holanique, afin d'initier les 6lIves A ces
iux sciences si uliles A ceux qui s'occupent de m6-
Icine.,
Ces apprecialions d'Elie Dubois montrent que les r6-
ements pour I'admission a 1'Ecole de Medecine ne tu-
nt pas observes sous 1'Empire. L'enseignement secon-
lire donned au I.vcte, sousFaustin l"e, avait pourtantdela
fleurcar le miii e islre lui-mmeparlant ducollgeFaustin
devenu le Lycee PItion, dit ; II y a tout A attendre
[1) Louis. Audain pere.-Quelques fragments in6dits de ntre histoire
Itemporaine 1[M03 page 33.
2) J. B Dehoux- Loc. cito. p. 224







de cet etablissemcnt qui compete plus die deux Len
616ves et qui est pourvu d'un personnel suflisant tl c
pable.) (1)
Elie Dubois signal, en passant, la nIcessile de rn
pl6ter le cabinet de physique et le laboratoire dce h
mie don't le president P'tion avait dold le ILcee ,a:li(
nal. Ce qui montre combien peu Boyer s'intlres-.ail
1'6tude des sciences.
Le 26 Septembre 1860 le Corps 6egislatif votail u,
loi promulguee le 7 Decembre sur l'Instruction l'ubll
que, << pile copie < (2) de la loi de 1848, oft on lisall
article 107 que ( I'Ecole de medecine, I'Ecole de droi
l'Ecole de musique, I'Ecole de peinture d(ja lundic
sont maintenues.))
Les progr6s realizes par Fenseignenent mindical pet
dant la presidency de Geftiard 'ont 6te surlout i.nir de
r6glements administratifs-
Le president appela A la direction de i'Ecole dte ni
decline, un hormme de valeur, n6 a la Guadeloupe. nla
depuis longtemps fix6 en I-!ai, le docleur Jcibel.
nimma comme professeurs le Dr Smith, un mrdnIt i
accoucheur anglais, t6abli dans le pays deJt..p:, le got
vernement de Bover ; les D1 J. 13. Dehoux elt l.ou
Audain p&re r6cemment revenues de Frantc clt iine
Dehoux, pharmacien de premiere classes de 1'Ec-le .su
p6rieure de de pharnacie de Paris.
Les r6glements, pour admissionn a I'Ecole de .\I, de
cine furent respects ; done on eut de meilleure- inoi
motions d'6tudiants. Le materiel fut amilior&. Des pie
ces d'anatomie clastique commandOes, entire auti v- ur
6corch6 d'Auzoux, datant de 1864 (3). Un jardin bLla
nique fut cr6e dans la cour de l'h6pital militaiire el
1864. Le gouvernement avait demand tout experts de II
Martinique, un jardinier expert, Alexandre Droi( poui
s'occuper de 1'Mtablir et d'en faire A la fois un jardlin bo
(1) S. Vincent et L. C. Lh6risson Loc. cit. page 442.
(2) S. Vincent et L. C. Lh6risson Loc. it. page 89.
(3) J.B. Dehoux. Loc. cit. p. 89,







Ate, uni jardii potager, et un jardin d'agrement.
st de Novembre 1876, dit le Dr Dehoux, que datent
remiers travaux de ce jardin.) ( page 71).
ien queI le gouvernement qualifia Mr Droit- de
inier otlaniste, dit le Dr Dehoux, il n'y avait rdelle-
t en Iui que les merites d'un jardinier. Si habitue
1 fulau metier qu'il avait toujours exerce, il 6tait
ffisanl en connaissances botaniques, il en ignorait
rocedes de mnthode et de classification. D'ailleurs,
6 A un travail p0nible, celui de remuer la terre
ir la retire meuble et productive, il ne se sentait pas
z retribu6, quandpeut 6tre il visit a la fortune pour
'end re ci France, son pays natal... Quoiqu'il en fMt
:ail merilant de constater que ses plants, ses fleurs,
fruili \ taient un aspect satistaisant : qui ne se rap-
le ses auibergines, ses betteraves, ses tabacs,ses roses
les bouquets que celles-ci ornaient avec d'autres
.rs el qui ont largement contribu6 a repandre le
td'ei faiire aussi artistenent dans d'autres jardins des
.to uts. ,,
inii l", cltudiantS inscrits a celte 6poque a 1'Ecole
.Mede, iiee nous trouvons Conslanlin V. Boyer, Roche
llier. ; id-den Iaron, Camille Joseph, Caslaigne,
r(el .I .1;)Ih, Ac oque, Mendoza.
Se '\ ic. de Sanle ct d'iiuii n sous Geifrard.
Une Ih i dit 22 Octobre 1863 reorganisa le service de
le. E.il.- mIain lint les h6pitaux de Port-au-Prince, du
p Hollie i. ]des Caves, de Jacmel ct de Saint Marc. 100
SPurl-nu-Prince. (0 lits au Cap, 50 lits A Jacmel et
SCave,;. 40 lits a Saint Marc.
Ces lliffres etaient reels et n'indiquaient pas un sim-
Svceu c,' lnue In loi de mars 1808. (1)
Celle Ii disnit quc : ( les h6pitaux militaircs dans
qtel' 11 sern ouvcrt des course pour I'enseignement
ts dlilfl ciles branches de I'art de gu6rir, prendront la
lnonimntlion ld'hpitaux d'instruction.i
I'1 DehoI '. -Loc. cit p. 197.







Mais elle ajoutait : L'l6pital militaire de Port-.m-
Prince seul est, quant a present drige en h6pilal d Ii:s-
truction.))
On lisait encore les dispositions suivantcs
< Le personnel du service de sanl6 des h6pitaux conm-
prend les officers de sante militaires, les officers d'nd-
ministration des h6pitaux et les infirmiers militaire:.-
Le personnel du service de sante dans les corps de
troupe et dans la marine comprcnd un on deux officieri
de santD par regiment selon la force du corps on du
batiment de guerre. Les officers de sante sont tous bre-
vet6s par le President de la t16publique, apris av~oi
obtenu le litre de Docteur en medecine ou de Plar-
macien, et sur la presentation du Secretaire (d'Elt de la
guerre.))
( Audessus de ce personnel, la m&me loi institnalt uil
conseil de sant6 et de surveillance compose de c membres... nommes par le Pr6sident d'IHaiti.) ( Deli ui;
p.201).
Le gouvernement se donnait encore 1a faculty d is-
tituer des bourses cc accorderau Cconours. uix jiezio,
gens de la province qui voudraient aller fair lenres t tu-
des a l'6cole de m(decine pour enlrcr cnsnite dans le
service de sant6. ( DehIoux pages 17(i-177.)
L'Eeole de Mlilc'inm, pendant
la presidence de Str]ii;\e
Pendant les trois anndes de la presidency de Saln: e
(Juin 1867 DEcembre 1869) la guerre civil fit p6rit li'.r
I'Ecole de Medecine. Plusieurs professeurs durent t- i-
ter de paraitre en public. Leurs besoins mnat6rii-l
Mtaient d'ailleurs pressanis. Leurs appointemenis de M'i
gourdes n'avaient plus qu'une infime valeur nimrchanide.
l'inflation avant amend la prime de I'or i 400)0 n rur
cent. Le D' Jobec! 61val mort ct aait 6t6 rempht( i;:r
le Dr Louis Audain p1re. C'est pendant cette piwide
que l Dr Dehoux se nultiplia pour remplacer les pro-







fesscurs absents, pour panser lesbless6s, soigner lesma-
ladets ~(ui aflluaient A. li'H6pital. On le vit essayer de
coin ml:tlie la pourriture d'hopital par F'emploi du cam-
phre, des oranges siires, des feuilles de pois congo et
de diferentes planes du pays. (1)
Les pralticiens ;liranl(jgrs en Haiti.
Pendant la p6riode d'avant 1870 les medecins et les
praliciens strangers continu6rent A affluer en Haiti, ve-
nant (ils Antilles avoisinantes on des Etats Unis d'Am6-
rique. En parcourant les collections du ( Moniteur of-
ficiel a et des quotidiens de 1'6poque on relive beaucoup
de Inoms aujourd'hui compiletoment oublis : le Dr
Descocrps ( des Facultes de Paris et ld'Ina ( qui done
des consultal ions chez MNle Ve Gentil (1854)le Dr Hennius,
venti de Jacmel, qui a son cabinet de consultations
check .I,;hn Hepburn ( 1861 ),Ml Tizon, grant de la phar-
macie Iacombc, qui a dirigh plusieurs ambulances a
Paris pendant 1'epid6mie de cholera de 1849 et qui
publlic p[nrfois des conseils sur 1'hygiene, dans les quc-
lidieni en temps d'6pidemie ; MI"" Carlet, accoucheuse
de I;a Iacult6 de Paris. (1855). Rappelons le nom de
I'americain Wilson, consul des Etats Unis au Cap
Hi-ai' iei. qui fonda au Cap, en 1852, un h6pilal qui ren-
dil de grand services aux iarins euiopdens.
L'Ect'e de de il 'eine de 1870 A 1880
L'(EuvBE Du Dr J. 1. DEHOUX
Le l'.i Mars 1870, Nissage Saget 6tait elu president de
la IKeputblique. Dls le 25 il appelail le )r Dehoux A la
diicct-in de I'Ecole de Mhdecine. Une p6riode f6conde
en ris ulats heureux s'ouvrait pour 'enseignement m(-
dic.il. Ie I~' Dehoux, etait un bon m6decin, un chirur-
gien de valeur. un esprit ouvert i toules les questions
scienli lques,plein d'initiative, et liberal; ce dernier trait
(de i. s nctere dIt petit 6ire A sonorigine protestanle. Haiti
lui doit de la reconnaissance pour la revolution qu'il a
(I N '^, s fournies par le D' Roche Gre'lier.l






YU -
op6ere dans la m6decine et dans les tLudes mIdailcs.
Le 21 Juillet 1871 le coiuitC de I'nstruction Publi)'!e
de la Chambre des lxepresentants, avant pour rapplr-
teur L. Audain pere, proposal au vote des Depul,& line
nouvellc loi modifiant lI6grement celle de 1863, inainte-
nant des bourses A I'Ecole de medeeine pour les jeunes
gens de la province. Celte loi fut votiee le 23 Stipltim-
bre de la m6me anine. Elle assurait aux boursiers. des
instruments, des lives et une allocation de quinze.:' gour-
des par mois.
Cherchant i fire une oeuvre vraiiient locale t utile.
le Dr Dehoux se resolut i oublier toules les tradillons
universitaires des pays strangers et t appliquer I'Ecole
de m6decine, pour le plus grand succes de son e!isei-
gnement, les nmthodes m6mes en usage dans l'en,-i"'ie-
ment secondaire. 11 proposal de transformer cetie e( ,'le
en un internal; (page 179 ) et pour stimluler le z- IL tlt's
e16ves, il institua des distributions de prix 5 la lin Id s
examens annuels. La premiere distribu tion de Ip1'\ tCL
lieu en 1872. (1) Le president de la BHpublique .: ,.s-
tait.
Aide par un iniiistre patriole. Octavius Riamn.-.m, i
Dr Dehoux enltreprit d'W'evoyer tls meiniurs e, d OP
l'Ecole de lcdeine a Paris pour v Fairee un ll(ill',.-
ment d'6tudes ( Deloux p. 54). Aprcs une coi' L.SJpo,-
dance avec le ministry Rameau, un accord intervint
entra le gouvernement et la direction de 'Ecole de Md-
decine, en 1873. Un credit fut volt par les Chamibrls
pour I'envoi de boursiers A Paris, (2) chaque bcursier
devant toucher 60 piastres c'est-a-dire 60 dollars par
mois. Au pr6alable le gouvernement, haItieon fit des d(-
marches pour obtenir I'assimilation des ceirtfica!s d'e-
tudes secondaires d&livres au Lycee de jPor't-au--Prince,
au dipl6me de bachelier d& la 1 'rislatioii fr'ar:caise. Ces
d6marches eurent du success grace l'iniitervention
(1) Dehoux Loc. cit p 184-1?5.
(2) Loc. cit. p. 189.







- 81.-
k Charge d'affaires de France, le comte de Lemont,
i.pres du niinistre de 'lInstruction publique frangais.
Le coun!e de LAmont d6clara que la France serait
bj ours dispose A aider au progres, en tout point du
lob e. (p)Ige 183.)
Alors le I) Dehoux essaya d'obtenir I'assimilation de
Ecole de M6decin e de Port-au. Prince aux 6coles pr6-
iarutoires de medecine de France. Le conte de Lemont
i rendant dans son pays, le ministry d'Haiti a Paris
4harles Lalorestrie, recut des instructions pour joindre
ks efforts a ceux du come tde Lmont. Ici on fut moins
1eureux ; mais le gouvernement francais accept tacite-
henl d'exempier lesboursiers qu'on enverrait des douze
iremieres inscriptions, qui seraient cependant payves,
le sorte que les boursiers hailiens ne prendraient que
is quaire derni6res inscriptions A la Facult6 de Paris.
. Le gouvernement haitien considdra qu'il etait n6ces-
iaire de dinner a ses boursiers un intervalle de trois
inl pour I, soutenance de leur these et I'obtention du
lipl6me. II d6cida que les boursiers se renouvelleraient
iar series de trois ans et que chaque boursier signerait,
ivant son depart, un contract avec le gouvernement
tailien. II devail revenir avec le titre de docteur ou de
,harinaicieni, on auW moins le litre d'oflicier de sante.
pacg 180)
CciX (Iqu reviendraient six inois avant 1'expiration du
Ilai oblienidaient une prime de cinq cents piastres.
Le TD H. Grellier seul toucha cette prime, Mtant seul
reveinu dans le ddlai fix6. Les six boursiers partirent et
irri\vrent A Paris en novembre 1873: Gddeon Baron,
instanlin Boyer, Zulmeus Choisil, Roche Grellier,
krchim6 le Desert de la section de m6decine ; et Durc6
)uplessis, de la section de pharmacie. La plupart de
:esjes euegens avaient d'jAt cinq ans d'dtudes m6dicales
At elaient r6petiteurs A l'Ecole de m6decine.
En Mai 1877, le gouvernement iccordait une bourse






82 -
A Louis Joseph, connu plus tard sous le nom de L Ouis
Joseph Janvier ; il prkit aiUsrit6t.
I,egouvernementsc dccida i uussi i donnerune bI, rse
au jeune dentiste Piron, et ie i tisait partir pour le P1hi-
ladelphia Dentrl Col( oge oi i il fut a Inns, grace oiu
dlmarches du minister d'HaiM ait W shington. Les den-
tistes haiticns ne deaieEt pas oub'icr Ic cheninu de 1'li-
ladelphie.
Mais tons les dleves ie pouvaieiit pus partir : I-',llait
il ne permettre dlsormais I'exercice de la medecine jqu'
ces seuls dtudiants qui avaient ainsi obtenu a l'ilr.~ii.er
des titres I la confiance publique.....? dit le Dr Deli. ,x.
Et il repond: C'eut 6t6 une criante injustice... au -i le.
gouvernement consacra-t-il par la loi td 15 Septc:iiire
1870 que tout 6e1ve de cette icole- de modeci:ei. de;
Port-au-Prince pouvnii aspirer, A la fin de ses 611.It.s
et apres examens, au tire civil de docteur en mnid. iLe
ou a celui de pharmacien...,) (1)( article !1 ).
Voici un modele des dipletmes delivr6s delpu;. lIrs
conform enet it rette loi : D)ijpl me de DIc(lc(( r i n
,kdrcin..-- l.e Secrdlaiie d DlaIst nui D)parieimc:. de.
instruction puiblique, v\u Ic cei iical d';plilvi ,- itI
grade de do leur en ni; ~ecine, acccord( vu sie, X,'
vu l'approbalion donnte a ce certifical par Ie J.ui inve-
dical et par la Coninission Centrale de Iinstr'.i 1-u
publique e Port-au-Prince.. done pi'r ces pre:. I es.
au dit sieur X le diplome de Doclcur en Mede i:ljt'
pour en jouir avec les droits et prerogatives qui 3 '-,0t
attaches par les r6glemen is.)) (2)
Le Dr Dehoux se mit A I'oeuvre pour faire donii. i un;
bonrendement A 1'Ecole de medecine de Port-au-IP I-ce,
11 enrichit le jardin d'un grand norbre d'espces nru-
velles. II confia un course de botanique an fils mC..l idttI
jardinier Jean Iroit qui 6tait Otudiant en mci decir.i. Co
(1) Dehoux. Loc. cit. p. 5 -55.
(2) Dehoux Loc. cit. page 55