<%BANNER%>
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Front Matter
 Title Page
 Agriculture et industrie rural...
 Commerce maritime
 Revenus et depenses
 Force armee de terre et de mer
 Table of Contents
 Population
 Back Cover


DLOC UCF



Package Processing Log
.logFileName { font-size:x-large; text-align:center; font-weight:bold; font-family:Arial }
.logEntry { color:black; font-family:Arial; font-size:15px; }
.errorLogEntry { color:red; font-family:Arial; font-size:15px; }
.completedLogEntry { color:blue; font-family:Arial; font-size:15px; }
Package Processing Log
10/4/2012 2:31:43 PM Error Log for CA01203506_00002 processed at: 10/4/2012 2:31:43 PM
10/4/2012 2:31:43 PM -
10/4/2012 2:31:43 PM The checksum for file: 472_386.jp2 does not match the checksum specified in the METS file!
10/4/2012 2:31:43 PM -


Histoire physique et politique de l'île de Cuba
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS DOWNLOADS PAGE TURNER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/CA01203506/00002
 Material Information
Title: Histoire physique et politique de l'île de Cuba
Series Title: West Indies Collection
Physical Description: 2 v. : tables, diagrs. ; 23 cm.
Creator: Sagra, Ramón de la 1798-1871
Publisher: Paris : A. Bertrand, éditeur,
 Subjects
Subjects / Keywords: Agriculture -- Cuba
Cuba
Cuba -- Commerce
 Notes
General Note: "Cet ouvrage n'est que l'abrégé de la partie historique de grand ouvrage de M. Ramon de la Sagra."
General Note: This item is part of the West Indies collection.
General Note: v. 1. Introduction. Géographie. Géologie et minéralogie. Climat. Population.--v. 2. Agriculture et industrie rurale. Commerce maritime. Revenus et dépenses. Force armée de terre et de mer.
 Record Information
Source Institution: University of Central Florida Libraries ( SOBEK page | external link )
Holding Location: University of Central Florida ( SOBEK page | external link )
Rights Management: All rights to images are held by the respective holding institution. This image is posted publicly for non-profit educational uses, excluding printed publication. For permission to reproduce images and/or for copyright information contact Special Collections & University Archives, University of Central Florida Libraries, Orlando, FL 32816 phone (407) 823-2576, email: speccoll@mail.ucf.edu
Resource Identifier: UCF Special Collections Bryant - 5th Floor -- QH109.C9S3
DP0003506
System ID: CA01203506:00002

Downloads

This item has the following downloads:

( HTML )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title
    Front Matter
        Front Matter
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Agriculture et industrie rurale
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
    Commerce maritime
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
        Page 635
        Page 636
        Page 637
        Page 638
        Page 639
        Page 640
        Page 641
        Page 642
        Page 643
        Page 644
        Page 645
        Page 646
        Page 647
        Page 648
        Page 649
        Page 650
        Page 651
        Page 652
        Page 653
        Page 654
        Page 655
        Page 656
        Page 657
        Page 658
        Page 659
        Page 660
        Page 661
        Page 662
        Page 663
        Page 664
        Page 665
        Page 666
        Page 667
        Page 668
        Page 669
        Page 670
        Page 671
        Page 672
        Page 673
        Page 674
        Page 675
        Page 676
        Page 677
        Page 678
        Page 679
        Page 680
        Page 681
        Page 682
    Revenus et depenses
        Page 683
        Page 684
        Page 685
        Page 686
        Page 687
        Page 688
        Page 689
        Page 690
        Page 691
        Page 692
        Page 693
        Page 694
        Page 695
        Page 696
        Page 697
        Page 698
        Page 699
        Page 700
        Page 701
        Page 702
        Page 703
        Page 704
        Page 705
        Page 706
        Page 707
        Page 708
        Page 709
        Page 710
        Page 711
        Page 712
        Page 713
        Page 714
        Page 715
        Page 716
        Page 717
        Page 718
        Page 719
        Page 720
        Page 721
        Page 722
        Page 723
        Page 724
        Page 725
        Page 726
        Page 727
        Page 728
        Page 729
        Page 730
        Page 731
        Page 732
        Page 733
        Page 734
        Page 735
        Page 736
        Page 737
        Page 738
        Page 739
        Page 740
        Page 741
        Page 742
        Page 743
        Page 744
        Page 745
        Page 746
        Page 747
        Page 748
        Page 749
        Page 750
        Page 751
        Page 752
        Page 753
        Page 754
    Force armee de terre et de mer
        Page 755
        Page 756
        Page 757
        Page 758
        Page 759
        Page 760
        Page 761
        Page 762
        Page 763
        Page 764
        Page 765
        Page 766
        Page 767
        Page 768
        Page 769
        Page 770
        Page 771
        Page 772
    Table of Contents
        Page 773
        Page 774
    Population
        Page 775
        Page 776
        Page 777
        Page 778
        Page 779
        Page 780
        Page 781
        Page 782
        Page 783
        Page 784
        Page 785
        Page 786
        Page 787
        Page 788
        Page 789
        Page 790
        Page 791
        Page 792
        Page 793
        Page 794
        Page 795
        Page 796
        Page 797
        Page 798
        Page 799
        Page 800
        Page 801
        Page 802
        Page 803
        Page 804
        Page 805
        Page 806
        Page 807
        Page 808
        Page 809
        Page 810
        Page 811
        Page 812
        Page 813
        Page 814
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text



.. .. .
.. ...
WNM
RKI
JT,

,wr
-2% ,.A R.
-k-, p '



ON/
I I *43
0000




The

William L. Bryant

Foundation



4 .
--- lorid - -- -- -





West Indies'


South
America


West Indies

Collection








.. *.4 K
..~~~ ~~~ ~ ~ ~~~~~ ~~~~~~ .. .." . .-. ... ... ... :: .!:,:... "'" ". ...... .



At. LLZ
all irk.i
.. .o .,. -. .. ~:. t1..:. .. .***






!A~: - w
-,... . .
Lgy.
." ". ia ' : .: ." : ." .




MW z : 'k --''I. ' :. -
B . .; ........... .... .. ...-..








/Y 7r.
~:.: : ....~~i .Ci: ?i '.; : :'. b' ,'" ".', :
*F';'." .. .: "". ,:. '?i" ... ... ... ,-
:.; ::..: -. ~~~t~~c: ~ ;:~:l::~~~~ fr o:l ! .,, .,








T 4
.:' ;;, .:. .. . :.-: ... . :. t :.

,... . , .. ;i :, ., ,.. b ..' ... .. .
5 :s I.+.: t A ri' .. :F-.: ... ..... -,. .,, : ,_ ..- . .% ...
: ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ . ..:,:L8 ~..:"; .. :; ..j,.', ; ,...,.;.....::;,........
~ ~ ~ ~ ~ ~ fil;.ji ":~t~";l'a. .., .., ,. ;:.",.;::-q. !; ..A.i .,',....:
y -'.':~~ " ..; * 'i~ / ,: :. E", "%:" ,'"

Q.l..... c.:. 4;'t,,':- ...* :.I.,... .. ...
:..:,",'".- ,'P ::.. .;ib: ~ .. ;.4f8': "': -- ,:

; 4 ',,,."" .~... ; .. .. ': '.... :i{ :, '!i:,:

cs.;..'"i: -P. "t"
, -;: r .; l-cr::; ,: . .~
..... ;' ....
s : :" dl" ,,`; :: - ~:
5 :." -"" "" " .w ".':.: :: :










HISTOIRE PHYSIQUE ET POLITIQUE


L'ILE DE CUBA.













1






ON TROUVE CHEZ LE MEME ]FDITEUR:

HISTOIRE PHYSIQUE, POLITIQUE ET NATURELLE DE
L'ILE DE CUBA, par M. Ramon de la Sagra; texte in-8,
planches in-folio.
L'ouvrage complete former soixante-quinze livraisons; cinquante et
une sent en vente: prix de chaque livraison, 12 fr.

On vend meparimnent:

HISTOIRE PHYSIQLE ET POLITIQUE, traduite par M. Berthelot; 2 vol.
in-8 paper grand raisin, accompagnes de 20 tableaux et d'un
atlas in-fP de onze planches et deux cares sur paper grand aigle:
prix 80 fr.
HISTOIRE NATURELLE DES MAIMMIFERES, traduite par M. S. Ber-
thelot.
ORNITHOLOGIE, par M. Alcide d'Orbigny.
Ces deux parties ne se sIparent pas; elles forment un volume in-8,
paper grand raisin, accompagn6 d'un atlas de 41 pinches in-4
tirees en couleur el relouchees au pinceau : prix, 150 fr.
FoI:AMINIFir.ES, par M. Alcide d'Orbigny; un volume in-8, pa-
pier grand raisin, accompagn6 d'un atlas de 12 planches in-f0
tirees en couleur et retouchees au pinceau : prix, 50 fr.
BOTANIQUE, PLATES CELLULAIRES, par M. Camille Alonlagne;
un volume in-8, paper grand raisin, accompagne d'un alias de
20 planches in-fo tires en couleur et relouchees au pineeau:
prix 80 fr.
REPTILES, par MM. Cocteau el Bibron; un volume in-8, paper
grand raisin, accompagnd d'un atlas de 31 planches in-f, tirees en
couleur et retouchees au pinceau: prix, 120 fr.

Sous press :

BOTANIQUE, IPLANTES VASC:LIAIRES, par M. Richard.
PoIssoNs, par M. BIibron.
INSECTES, par M. Guerin.
MtOLLSQUES, par M. /Ilcide d'Orbigny.

IMPRIMERIE DE M'"e Ve BOUCHARD-HUZARD,
rue de 'Eperon, 7.







HISTOIRE


PHYSIQUE


ET POLITIQUE


L'ILE DE CUBA


PAR

M. RAMON DE LA SAGRA,
DIRECTEUR DU JAKDIN BOTANIQUE DE LA HAVANE,
CORRESPONDANIT DR LNSTITUT ROYAL DE rRAKNCE, TC.


DEUXIEME PARTIES.


PARIS,

ARTHUS BERTRAND, EDITEUR,
LIIRaIsE Dn [A SOC Tri o DI GOGRAPIm
ET DE LA SOCIkTE ROYALE DES AnTIQUAIRES blU nOtED
RUE HAUTEFLUILI. '23.


181i.





1
























s







































r





































r I
1




















o













HISTOIRE


PHYSIQUE ET POLITIQUE


DE



L'ILE DE CUBA.


CHAPITRE V.




AGRICULTURE ET INDUSTRIES RURALE.




L'agriculture de 'ile de Cuba se presenIe a I'dude de

l'observateur come un objet d'un triple ini&rdl; c'esl-a-

dire par rapport au terrain et au climal, par rapport a son

organisation, et enfin par la nature de ses produils. Sous

le premier point de vue, cette ile se se montre parke de lous

eIs dons de a fcodi de la cdi t e a fertility prodigicuse que

les regions inleriropicales possedern, d6posilaires qu'elles

sont d'une vigucur' juvenile que le cicl d6veloppe; sons le

second, clle fail voir comment la nature sail, d'une ma-

niere surprenante, triompher d'une organisation vicieuse

et de lous les obstacles que lui oppose un art mal appli-

que ; quant au troisihme, ii nous apprend a connailre les


_~_


'ii



i'

I~L. '
ir";;;
I: ~
i
r.*
.5





I ;''
,

I








352 AGRICULTURE.
effects de celte mCme production sur existence politique et
commercial des nations qui dchangent les produits d'une
laborieuse indusirie contre les seules productions d'une
nature prodiguc, quoique mal seconded par le genie de
I'lomme. Chacun de ces aspects diff6rents fournit une am-
ple matiere a de profondes riNlexions, soit que Pon consi-
d&re cetle region en elle-meme, soil qu'on la compare aux
autres pays du globe; car, si les causes de progris et de
d6veloppement y sont actives et vigoureuses, leurs effects
y sont vastes ct transcendan s.
Les regions interlropicales semblent etre les labora-
loires de la nature, tandis que les pays temp6res et froids
sont les manufactures des arts: dans les premieres, 'es-
p|ce humane ne forme qu'une parties presque impercep-
tible de I'immense assemblage de productions spontan6es,
fruits de la vigueur qui caraclerise les agents naturels de
la vie du globe; dans les seconds, un sejour prolong de
I'homme sur le sol lui a procure un pouvoir qui lui assu-
jetlil completement ce sol, soumettant la nature a sa
volontc et les productions de la terre a ce qu'exigent ses
besoins sociaux. Dans les unes, la fertility et I'abondance,
joints A la douceur du cicl, ne demandent a I'homnmi que
peu d'efforts pour se conserve et se propager; dans les
autres, un sol appauvri ct un climate rigoureux exigent,
de Iactivile et de I'intelligence humaines, une plus grande
measure d'application et de perseverance. Or c'est de la dif-
ference de ces conditions que parait dependre la destiune
naturelle el respective des deux regions, don't I'une esi
ocullivatrice et productrice des maiieres premieres, ne-








AGRICULTURE. 353
cessaires I I'existence physique et social de I'espkce hu-
maine, et don't Iautre esl manulfacturiire; c'est-h-dire
qu'elle transformed ces maliercs premieres en products ar-
tificiels n6cessaires, dans I'~iat actual des sociie'ls, pour
souvenir la vie des peuples civilises.
La supcriorit6 de la nature sur I'art, dans les regions
intertropicales du globe, se reconnait aussi facilcment que
le contraire dans les regions froides; les pays tempers pa-
raissent offrir un Otal interm6diaire, oi6 la nature, encore
vigoureuse et active, regne alternativcment avec I'espce
humaine. Ce qui appelle le plus Paiten tion du voyageur lors-
qu'il parcourt ees vastes pays, ce sont les masses immecnses
de vegetation, toirjours vertes et fleuries, au point que
les habitations el les terrains cultives n'occupent qu'une
portion minime du terriloire. Le contraire a-lieu en Eu-
rope, oi les demeures des honmmes, leurs travaux, les
champs qu'ils arrosent de leurs sueurs forment la princi-
pale parties du theatre de leurs conquetes. Cette meme ine-
galite s'offre aussi, dans une proportion tres-remarquable,
entire la generation humaine et les moyens de subsistence
qu'elle trouve : proportion avantageuse pour les regions
intertropicales, oil ces moyens augmentent beaucoup plus
promptement que I'espcce; desavantageuse en Europe, oil
I'accroissement extreme de celc-ci rend cenx-la faibles et
insuffisauts. Considarant ainsi les proportions respeclives
dans les deux pays, il semble que leur prosp&rite reciproque
doive dtpendre du reablissemen I dans ls lois de l'equilibre
qui se montre trouble; mais, come il u'est pas possible,
vu la nature et la constitution de chacun, de changer le
ACRICLTURE. 23









course qu'ont pris la production de quelques objels en Eu-
rope et celle de certaines matieres en Amerique, la ten-
dance naturelle de cette production respective devra NLre
que l'un de ces pays, conservant et perfectionnant les
produits qui lui sont propres, en fournisse a Pautre tout
ce dont il aura besoin, et reciproquement. Or, en admet-
taut que les regions du nouveau monde se montrent aussi
superieures en productions agricoles que celles de i'Europe
cn products industries, P'echange respectif, facility par les
moyens de communication faciles que la science a decou-
verts, assurera la prosperity et la richesse des deux conti-
nents. De cette maniere, i'exces de la production de la
terre ne demeurera point perdu pour l'agriculteur, et P6-
norme produit des manufactures ne sera point une source
de misere pour les classes industrielles. Les deux excedants
scrvironi reciproquement a satisfaire aux besoins du peu-
pie americain qui manque d'industrie, et du people euro-
pen qui manque de subsistances.
Les dons naturels du sol intertropical, dontjouit I'ile
de Cuba, etonnerent avec raison ceux qui d'abord la d.-
couvrirent, et leurs descriptions, toutes po6tiques qu'elles
paraissent par le style qu'ils ont employS, ne suffisent cer-
lainement pas pour donner une idee exact du tableau
qu'ils ebaucheren t; et leur surprise dut augmenter encore,
quand ils eurent reconnu que cette vigueur spontanee de
la terre ne contrariait en rien les d6sirs du cultivateur,
mais qu'elle en rendait, au contraire, I'accomplissement
plus facile, puisqu'il lui suffisait de choisir des regions
plus ou mnoins levees pour recueillir toule la varil~i pos-


354


AGRICULTURE. .







AGRICULTURE. 355
sible de productions necessaires a l'existence de 1'homme.
Ce fut ainsi que, peu de temps apres la conqutle, les pre-
miers colons purent obtenir, sous la meme latitude, le
figuier d'lnde el la palate, la canne a sucre elle froment,
le maguey et la vigne, I'aloes pite et cl lin, I'acajou
et le pin. Les recoltes annuelles y sont doubles et triples, et
les bois ne manquent jamais de presenter, couveries -de
fruits meirs, les cimes des arbres qui ne suffiscnt pas pour
montrer la fRcondilt d'une terre pleine de vie; aussi
celle-ci pousse jusque dans les airs d'innombrables plants
parasites et grimpan tes qui, fortes et vigoureuses, ne de-
mandent au terrain qu'un appui, pour produire des fruits
delicats et succulents.
En re6fchissant a cette admirable fertility du sol inter-
tropical, on ne concoiL pas comment les premiers colons,
accoutums qu'ils elaient aux p6nibles travaux qui forment
le patrimoine de hommee en Europe, aient pu croire que
leurs forces ne suffiraient pas pour cultiver cette nouvelle
terre, et qu'ils soient allies mendier le secours d'une race
sausage, excitantainsiauxcrimes et alaguerre les habitants
d'une parties peu connue de l'ancien monde, pour peupler
une parties uouvelle qu'ils venaient de d6couvrir. Toule-
fois, cette pensee funeste cut aussi a quelques egards pour
origine un principle plus noble, savoir, Pesperance d'ame-
liorer la position morale de quelques peuples ignoranis des
Series du chrislianisme; mais le zele qui amena un pareil
resultat 6tait par trop aveugle, puisqu'ilemployait, pour
converlir et moraliser, un moyen reprouve par la religion
elle- mnme.








A










L'entr6c des niegres africains dans I'ile de Cuba 'coinci-
dant avec 1Ppoque oi agriculture commencait h y acque-"
rir une certain importance, Porganisation de ses travaux
se ressen it du system d'esclavage adopted h I' guard de ces
peuples. Ce principle, qui, au premier aspect, peut paraitre
s;ans importance pour les progress de Pagriculture, consti-
tue, au contraire, le fondement de I'etal arrierc dans le-
quel elle se trouve, et I'obstacle insurmountable qui s'est
de tout temps oppose a cc qu'elle se pr6sentat aux Antilles
sous les former d'une science, comme elle le faith en Europe.
D'ailleurs, c'est h I'Clment pernicieux de Pesclavage, qui
paralyse a la fois les forces naturelles du sol et les moyens
intellectuals de I'homme, qu'il fault attribuer la preponde-
rance que la production de certaines matieres propres aux
regions intertropicales a acquise en Europe par les efforts
de Pindustrie faisant ainsi souffrir A ces pays les effects
aussi nuisibles qu'inattendus d'une concurrence que leur
condition naturclle semblait rendre impossible. Enfin cc
meme 6elment antisocial, meltant en opposition Iexis-
tence de ces peuples avec les conditions sons lesquelles ils
sc sont constilues, rend incerlain et precaire un avenir
qui dcvrait Wtre prospere et gloricux, et force a les consi-
drrer sous un point de vue exceptionnel dans les socieles
politiques modernes.
Les fails et les reflexions que nous nous proposons de
presenter dans cc chapitre pourront etre rapportls aux trois
aspects principaux que nous avons indiqu&s, savoir : Por-
ganisalion de Pagriculture et de Pinduslrie rural dans
Pile de Cuba, la nature de ses productions et les circon-


356


AGRICULTURE.










stances propices par lesquelles le sol les favorite. Afiu de
faireconnaitre ces divers points, nous serious oblige de re-
p6ler les details que nous avons publi6s en 1831 (1), parce
qu'ils contiennenl les seules donnecs un pcu exacles quc
nous possedions, et, eu outre, de noustendre davantage
sur certaines considerations d'economie, qu'alors nous
in'avons fail qu'indiqucr, attend qu'a cete epoque il
c tait necessaire de les discuter avec reserve, la destine et
I'existencepolitiquc mrme de ces belles contrees dependent
de la solution du problem pose par la force imperieuse de
I'opinion et des circonstances. Nous appuicrons par des
fails nouveaux et nombreux la recommaudation sur ia-
quelle nous insislons au sujet de la necessile d'organiser
ilune imaniere difference Pindustrie et i'tconomic rural
cn ce pays, afin d'amencr un avenir qui puisse donner a la
propritce lerriloriale le caractlre de slabilite qu'clle doit
avoir parlout, qu'elle posscde en Europe, et don't elle
s'est % ue priv e dans les colonies & esclaves. Cette reforme
cxige du temps, de la prudence et surlout la franche coo-
peration de tous les intlresses qui s'y trouvent engages,
mais qui, Ires cerlainement, ne parviendront pas a ame-
liorer I'tlat social de ce people, s'ils ne prennent point a
coeur les inltrCls moraux de toules Its classes de la socite6,
puisque c'est sur eux que s'appuient ses rcilleurs ct scs
plus solides fondements.

(i) //islo.u econonico-politica, Itdl ana.


357


A GRICULTUR E.








AGRICULTURE.


FERTILITY DES TERRAINS; DEFRICHEMENTS;
VICE DU SYSTAME.


L'industrie agronomique de P'ile de Cuba peut Wtre rc-
gardec comme partag6e en deux systems que I'on a reu-
nis en Europe avec grand advantage, mais qui, dans ce
pays, sont rest6s separ&s depuis les premiers temps qui
suivirent sa decouverle. Ces deux systems sont I'eleve des
bestiaux et la culture des terres. Le premier n'exige au-
cun travail et, par consequent, n'emploie ni instru-
ments ni engrais, et ne suit aucune des regles qui ont
pour objet la production des v6getaux; le second systlme
repr6sente 'enfance de I'agriculture, tant par l'imperfec-
lion des instruments don't on se sert que par le Itrs-petit
nombre de principles qui constituent I'art du laboureur :
ces principles pourront se r&duire simplement a ceux
d'ensemencer et de recolter, laissant a la fertility du
terrain et h l'excellence du climax le soin de tout le rest.
Les nations d'Europe les plus avancees dans la science
de lagricullure reconnaissent comme base fondamentale
de cette science l'61hve de nombreux troupeaux, afin d'en
obtenir du fumier, et, come il n'est pas possible de se
procurer ces deux objets sans cultiver d'abondants pAtu-
rages, il s'eusuit que les prairies artificielles servent de
fondement au system agronomique de 'Europe, systnme
qui peut s'exprimer par la maxime suivante : Point de rd-
coltes riches eft bondantes sans engrais, point d'engrais sans
bestiaux, point debestiaux sanspaturages ; par consequent,


358










l'engrais, les bestiaux quile produisent et les plan tes don't
ces bestiaux se nourrissent forment les trois grands pivots
sur lesquels role toute bonne agriculture. Les Anglais
ont deja adoptl ce systlme dans leurs colonies des An-
tilles, de sore qu'a c6te de tout champ de cannes on cul-
tive une etendue beaucoup plus considerable d'herbe de
Guin6e pour nourrir les troupeaux que l'on fail stationner
dans des parcs mobiles. Ainsi, fertilisaut le sol, ils reti-
rent une double quantite de cannes de leurs terrains, qui
ne s'appauvrissent jamais. Dans Pile de Cuba, au con-
traire, on ne cullive nulle part les piturages necessaires
a la nourriture des bestiaux, on ne rassemble point leur
fumier, et ces animaux ne soul considers sous aucun
autre aspect que celui d'agents mecaniques; aussi o'a-l-on
eu 4gard qu't l'usage qu'on en peut faire, soil come
tells, soil pour tirer un aliment de leur chair, suit afin
d'eiployer leurs d6pouilles pour certaines industries.
L'abandon dans lequel on laisse la culture dans ces fermes
est arrive a un tel point, que 'on y a adoptl gen6ralement
I'absurde maxime que 'elecve des bestiaux rend impossible
la culture (crianza quita labranza); de sorte qu'il n'y a
que fort pen d'habitants qui possedent un petit jardin, el
que la plupart des fermes sont privees, pendant toute
i'annde, de fruits, de racines, et des 16gumes les plus sa-
lubres et les plus agr6ables au gout, tandis que la con-
sommation de viande qui se fail dans le pays est conside-
rable, ainsi que nous aurons occasion de le d6montrer
dans le course de cet outrage.
La distinction que nous avons tlablie et qu'offre, eu


359


AGRICULTURE.







36i) AGRICULTURE.
effel, Pindustrie rurale de Cuba influe indirectement sur
tout Ic systnie agricole, sur le peu de progr.s des con-
naissances et sur la decadence des fermes : car tant que
l'on ne parviendra pas a joindre I'el1ve des bestiaux i la
culture et riciproquement, il n'y a pas lieu d'espirer de
[rogr's important vers une agriculture perfectionnde (1).
Par suite de cette fatale separation et du mepris total avec
lequel on consider Ic fumier des animaux, que P'on rc-
igarde lout au plus come un produit d'une faible impor-
tance, la production des cannes diminue progressivement
dans les lerres quo I'on appelle vieilles; on abandonne
alors ces terres comme usees, et I'on deiruit des proprie-
t's apr's vingi ou Irene ans de culture, come s'il n'exis-
tail aucun nmogen de rparer les pertes que la vieg alion
fiiit souffrir au sol, de lui conserver une ferliit constant
ct meme de l'augmenter peu a peu. Malgre cela, la ferli-
lile des terrains dans lile de Cuba, priviligiic en ceci
comme en beaucoup d'autres choses sur le reste des An-
tilles, est telle, que les plants de cannes se conservent et
donnent des recoltcs pendant cette longue suite d'annees,
sans qu'il soil besoin de les transplanter ou de los fumer.
Pour donncr une id&e exact de I'organisation de I'a-
griculture dans Pile de Cuba, il faul retourner aux pre-
miers temps qui suivirent la conquete, lorsqu'on r6gla les
r6partitions ou concessions des terrcs appelhes graces


(i) Nusi nIuu servons dtt: cetlc expression dans le .erens qu'on lui
donne aujo.i,-rd'hul dipuii I'adoplion des rcoullcs par rI station et la
suppression des j.icl.rirc .








AGRICULTURE. 361
(mercedes), don't le system n'a pas manque d'influer sur
I'imperfection et sur l'etat stationnaire de la culture intro-
duite depuis lors. Les ordonnances municipales furent
redigees a la Havane le 15 janvier 1574 par I'oidor, don
Alonzo de Caceres, juge de residence et visiteur pour
I'audience royale; cette cour les examine et les approuva
par ordre du conseil, le 12 mai de la m6me annee. On
commenca, des ce moment, a les observer, et elles furent
plus lard confirmees par la cedule royale du 17 jan-
vier 1578 qui les resume (1). Mais dejh auparavant la
municipality avait use de la faculty de conceder des terres
sous la denomination de mercedes. Or, dans ces conces-
sions, on n'avait fail quc designer la region oiu elles taint
demandees, en attendant quc par la cedule royale du
11 fevrier on ordonnA d'en fixer I'etendue. A cet effect, Ic
licenci6 Gaspar deToro, gouverneurde Pile, commissionna
l'arpenteur Luis de la Pefia. On ne suivil point, pour la
repartition des terrains, le mode de division en peonias
spacee de terrain qu'un home peut cultiver en un jour
ou er, caballerias (autre inesure)], ordonn6 par la
loi I, titre 12, livre IV des Indes; mais celui de hatos ou
terres servant a l'l6eve du gros bMtail, de corrales pour les
pores, de terres pour etablir des laras, de lerres de labour
ct d'emplacements dans les villages. L'impbt territorial
qui devait etre acquittal' l'ayuntamiento fut fixt ii 6 du-


(j) Vo Iz l'Jvri, age intituld Coiiijpeiidt o de memIorias para la hist,'
ria de la isla Fcr'iairdn de Cuba, pi.r don Ignace tl'Urrlltia, lonl lai
premit're livraison a paru A la IHavane vers Ia liiin di -iclir pajIs .








362 AGRICULTURE.
cats par an pour chaque concession d'un hato, a 4 ducats
pour chaque corrale, a 3 pour les haras, A 2 pour les em-
placements dans les villages, a un ducat par caballeria de
terre de labour et un aussi par caballeria de terrain d'ar-
rosage (1). L'arpcnteur en question, Luis de la Pefia,
adopta la forme circulaire pour les grandes terres h bes-
tiaux, tant hatos que corrales, donnant aux premieres un
rayon de 2 lieues, de 5,000 varas, et aux secondesun rayon
d'une lieue, pregnant pour centre des unes le lieu ofi les
animaux doivent se rassembler au temps du rut, des autres
la porte de l'table. Mais, comme, par suite de Pl'paisseur
des bois et de la grande 6tendue des cercles, ii ne lui etait
pas possible d'en tracer les circonferences, il y substitua
des polygones circonscrils de soixante-quatre c6t6s, en
levant des perpendiculaires aux extr6mites d'autant de
rayons. La measure qu'il employa fut unecorde de 24 varas,
ce qui donne 41 cords pour le cot6 du polygone du hato
et 20 1/2 pour celui du corrale. La caballeria de terre fut
r6glee b 18 cordes par c6le et l'emplacement a un carre
long ou parallelogramme de 27 varas de large sur 40 de
long (2). Les spaces ou vides que laisserent entire eux ces


(t) C'est ce qui s'est constamment pratique dans la jurisdiction de la
Havane, comme on le voit par les resolutions de ix89 et de 1635, sans
que les proprietaires jouissent de plus de droits que les usufruitiers.
(2) Quoique, dans la Nouvelle-Espagne, la lieue soit calculte aussi de
5,ooo varas, la corde don't on se servait en avait 5o, et les concessions
talentt des carries don't le c6td etait d'une lieue pour ceux des gros
troupeaux et de 3,33i i/3 varas pour ceux des petits; la caballeria
pour la culture du ble 4tait un parallelogramme de x o4 varas de long
sur la moitie de large.










polygones presque circulaires furent considers come
propriety du domain royal, conformCment aux cedules
des 24 novembre 1735 et 15 octobre 1754.
Plusieurs professeurs d'anciennes mercedes, dans la
jurisdiction de la Havane, en conserverent la proprietl,
d'autres r6partirent les terrains avec autorisation royale et
a leur profit, except l'ayunlamiento de Guanabacoa, qui,
en vertu de cedules royales qu'elle obtint en faveur des
colons, reprit la propriety de plus de trente concessions de
terrains, et, faisant un nouveau plan de subdivision, elle
les repartit, en les consacrant h des cultures differences et
en y comprenant les vides que laisserent entire eux les
nouvelles fermes circulaires. Dans tout le reste de Pile,
ceux qui avaient acquis une parties de ces terres, par suile
deventeoud'heritage, furentregards comme simplesusu-
fruitiers, jusqu'. ce que la cedule royale du 30 aout 1815
permit aux possesseurs des terrains dits montes (ou bois)
d'en faire ce qu'ils jugeraient convenable, comme vrais et
legitimes proprietaires.
Pour ce qui regarded les terrains domaniaux provenant
des cedules royales susdites, on en laissa la tranquille pos-
session a tous ceux qui les tenaient avant Iannee 1700,
bien qu'ils fussent depourvus de titres de proprielt. Les
ventes et compositions qui se firent en vertu de la premiere
cedule royale (du 24 novembre 1735) eurent lieu pour de
Pargent comptant, qui se remeltait en Espagne; mais,
depuis la second cedule (du 15 octobre 1754), on 6tablit
I'ordre d'adjudication appel6 censo al quitar, d'apres lequel
le proprietairepayait 5 p. 0/0 par an du prix de la vente au


363


AGRICULTURE.











domaine royal. D'apres un manuscript que nous avons
trouve dans les archives de la cour des compiles de la Ha-
vane, et d'oii nous avons extrail ces details, it parait que
les rentes ou cens exislant dans toute 'ile en faveur du roi
ne depassaient pas 44,241 piastres fortes de principal, au
commencement du siecle actuel, plus 22,197 p. en faveur
du tr6sor particulier de I'ayuntamiento de la Havane.
41,831 pour le bourg de Guanabacoa et 26,342 pour la
ville do Santiago; ce south 14 les seuls revenues domaniaux
de la jurisdiction; A Santa Maria del Rosario, a San Felipe
y Santiago y San Antonio Abed, ii n'existe ni cens, iii
domaines royaux (1).
Les grades fermes ou mercedes, a la mort des posses-
seurs primitifs, passaient a leurs descendants, el, comme,
a cette 6poque, il n'6tait ni commode ni m6me possible de
partager le fonds, ii demeurait en common ou indivis,
les troupeaux se partageant par parties egales, et chaque
participant formant dans l'interieur de la meme terre,
avec la permission du conscil de la commune, un nouvel
clablissement. Par la suite du temps, Ic nombre de ces sub-
divisions augment, les ~tablisscnments se formnrent sans
la permission du conseil, et ils en furent meme dispenses


(i) Les autres rentes que possident les fonds de l'ile apparticntnein
a des particuliers et proviennent les lines tes rdp.rtitions de terres A
cens redervds, les autres sont pl;cdes sir des maisons ou emplacements
ct sont diles cens assi gnea, en f'eveur d(c Idndlices eccldsiastique., d'oen-
vres pies, de conul'rries, d'lipilaux, etc., dunt i s habitants, cn mnon-
rant, greverent Jeirs lpro-,i s fonds on don't ils l.issercut la valeir cn
argent, pour It player ci n f cu eu des peri ones rii'ils dtsiraicnt fiv -
riser.


364


AGRICULTURE.








AGRICULTURE.


par decret de la capitainerie gienrale (1). II en resulla des
milliers de disputes, de proems ruineux de dissensions
domestiques, ct tous les maux qui sont la suite d'un sys-
leme de communautC aussi vicieux, d6pourvu d'ailleurs
de rOgles ou de lois quelconques.
En meme temps les reclamations tant6t bicn, tantlot mal
fondues, que le domaine 6levait sur tel on tel terrain,
donnaient lieu de leur c6te a beaucoup de proc6s, jusqu'i
ce que, pour metire fin an dommage qu'eprouvaient les
propri6taires, qui, nonobstant les c6dules rendues en leur
faveur, 6taient sans cesse troubles dans la jouissance de
leur ancienne possession, 'intendant de la Havane, don
Alexandro Ramirez, desirant d6truire la source de tant de
discussions produites uniquement par le defaut d'energie
et d'exactitude dans i'ex6cution des ordonnances royales,
dCcrkta les dispositions qu'il fallait a I'avenir observer i
leur regard.
En dernier lieu, la forme donnee a ces vastes conces-
sions a et aussi I'origine des plus grands inconvenients,
plant par la difficult de conserver des limits formees de
(ant de lignes differentes que par la confusion qui en
resulta lorsqu'il fallout reconnaitre cells de chaque pro-
prielt au moyen des centres designs, qui ne se maintin-
rent pas toujours;. puis, come ces centres avaient Wtc
fixes isolkment, c'est-h-dire sans Cgard A leur distance


(i) Voyez les procedilres sur la reparlition des ttrr'cs indivises, en-
.ainil cs en 181 et impriinc es dans le un 'o de la lr1 mibre sq'rie tle,
1I, mnoires de Ia .ocileft patriotiqule i e la anrtane.


365







366 AGRICULTURE.
reciproque, ii s'ensuivit que les circonf6rences se coupaient,
chacune d'elles important dans son enceinte des portions
de deux ou d'un plus grand nombre de cercles voisins;
dans d'autres cas, le centre d'une concession se trouva
plac6 dans le cercle d'une autre, et bien souvent un ou
plusieurs corrales entiers furent compris dans un hato. II
se rencontrait encore d'autres cas extremement compli-
qu&s, comme ceux de concessions ayant plus d'un centre,
ou bien la reunion en un seul point des centres de deux
mercedes, concedes a des personnel differences. On con-
coit que cela devait necessairement avoir lieu dans un temps
oft Ion se bornait a designer aux colons la region ou leur
concession 6tait situ6e, tandis que ceux-ci, naturellement,
cherchaient a se rapprocher autant que possible des plus
anciens 6tablissements, ou a s'agglom6rer dans les meil-
leurs districts, sans considered lPtendue que devaient avoir
leurs concessions respective. Cette confusion, jointe aux
r6clamations du domaine, donna lieu & d'interminables
proc&s, auxquels on voulut remedier par les dispositions
susdites, confirm6es par Pordonnance royale du 16 juil-
let 1819. Cette ordonnance, entre autres choses, prohibe
formellement la measure circulaire; elle prescrit de respec-
ter, comme munies de tires de propriety 16gitimes, les
concessions faites par les conseils des communes jusqu'A
Pan 1729, et veut qu'a defaut d'autres litres on admette
la just prescription, regardant comme lelle la possession
quarantenaire legalement prouvee; enfn clie ordonne que
les segments ou vides qui n'auraient pas e61 occupies pen-
dant le temps necessaire pour former la prescription ou











pour admettre la composition a laquelle donne droit une
possession d6cennale se repartiront 6galement entire les
concessionaires limitrophes (1).
Avant d'aller plus loin, nous pensions que c'est ici le
lieu convenable pour faire une digression sur les measures
lincaires en usage dans Pile de Cuba, attend que, dans
le course de cc chapitre, il se prdsentera des calculs sur la
production du terrain, et qu'il est, par consequent, n6-
cessaire de connaltre d'avance la veritable 6tendue de la
surface appelie dans ce pays caballeria. Nous avons deja
dit que cette etendue fut fix6e, lors des premieres conces-
sions, h un carre dout les c6t6s avaient 18 cordes; et,
comme la corde se composait de 24 varas, cela faisait pour
la caballeria 186,624 varas carries ou plans, terms don't
on se sert communement dans Pile. Mais le vara employee
par les arpenteurs n'est ni celui de Burgos, ni celui don't
on se sert dans le commerce a la Havane, et, par conse-
quent, la caballeria ne content pas, comme on pourrait
le croire, le nombre de varas de Castille qu'elle indique,
mais celui de varas de Cuba; la difference entire eux for-
mera le sujet de la presente digression.
La measure don't se servent les arpenteurs est une corde
non tordue, forrne de bandes de l'Ncorce interieure du
liber de 'hibiscus tiliaceus (2); pour la graduer ou la divi-


(i) Voyez les procedures sur des terrains domaniaux et les rdclama-
tions a leur sujet, publides dans le n 22 de ]a premiere serie des md-
noircs ci-dessus, ainsi que dans le n" 3i et le n* 3 de la second sdrie.
(a) Qiielques arpenteurs pred6rent prendre, pour faire leurs cordes,
I'dcorce interieure des racines adriennes du figuier d'Inde, don't le sue


C" rrJI


AGRICULTURE.


367










ser en 24 varas, ils emploient un ancient baton, qui appar-
lenait a I'arpenteur don Bartolome Lorcnzo de Flores, et
que conservait, en 1831, don Jose Maria Oliva, pelit-fils
du precedent. Ce vara, compare a un talon m6trique, a
donned 848 millimetres. Or, des observations du savant
espagnol don Jos6 Rodriguez, il a results que le vara de
Burgos content 835 millimetres, et, par consequent, Ic
vara provincial de Cuba est plus long que celui-ci de
13 millimetres ou 6,72575 lines de Burgos. Le rapport
centre le vara de Cuba et celui de Castille est, par conse-
quent, come de 1,0156 a 1. Alors, reduisant la corde
et la caballeria en measures de Castille, nous trouvons les
dimensions suivantes:

La cordede 24varas de Cuba conlient 24 varas 13 pouces 5,418 li-
gnes de Castille.
Le cotd de la caballeria de 432 varas content 438 varas 26 pouccs
1,524 lignes de Castille.
La caballeria de 186,624 varas de Cuba content 191,844 varas
616 poouces 2,323 lignrs de Castille.

Pour les calculs de comparison que I'on pourrait vou-
loir fire enlre les measures de superficie d'aulres pays avec
cells de 'ile de Cuba, on devra se rappeler que la cabal-
leria est plus grande quecelle don't on a coutume de parler,
de 5,220 varas 676 pouces et 2,323 lignes de Castille,


laiteux conserve pendaint longlenps la sdve vcdgiale. On peut aussi se
servir de I''coice inttrieure du daphne nlgd'lto, Jus.; du longocarpus
pixidarius, DC.; de I'acacia, de I'urtica baccifera. On reunit les bandes
de ces ecorces, non pas en y faisanL des noeuds, mais en les liant forte-
inent par on cordon a de courts intervalles.


368


AGRICULTURE.







AGRICULTURE. 369
e'est-a-dire d'environ 2,8 pour 100 ou d'un trente-sixieme.
Quant au vara en usage a la Havane, et pour lequel ser-
vait d'etalon une mauvaise caisse qui passait successive-
ment aux divers v6rificateurs des poids et niesures, nous
favons trouve plus grand que celui do Burgos, mais
moindre que celui des arpenieurs. Ce vara, que nous
appellerons vara de la Havane ou du commerce, content
.S4 millinmetres, c'est-a-dire 9 millimetres de plus que
I'autre, et cette fraction correspond A 46,563 lignes, me-
sure de Castille.
Arrivant maintenant aux biens ruraux, nous ferons
remarquer qu'il faut dislinguer les haloset les corrales, ou
concessions de gros et de menu betail, des haras. Ceux ci,
qui sont entoures de mnurs de pierres non cimentees ou de
haiesvives, contienncnt un plus grand nombre d'animaux
que les autres, en proportion de leur dlendue, et leurs
pAlurages sont plus abondants, parce que I'on destine i
cclle nature de proprietes des terres difrichecs, soil encore
vierges, soit apres avoir ltB cultivies, et qui produisent
beaucoup de planes pouvant servir a la nourriture des
animaux. C'est dans ces haras que non-seulement on en-
graisse les troupeaux'des grandes fermes que I'on destine
a la table, mais encore que I'on nourrit les boeufs extenues
par le rude travail des sucreries et les chevaux qui se
trouvent dans le m6me Mlat, moyennanl une some fixe
ou une retribution mensuellc, a moins qu'ils ne soient ,
en outre, destines a la nourriture de ces derniers, ou a la
production de la race hybride des mulets. Une caballeria
destinee a former un haras peut nourrir vingt-cinq ani-
AGRICULTUIE. 24







A









370


AGRICULTURE E.


maux, term moyen. Des personnel qui connaissent le
pays nous ont dit quo 'Itendue indiqu&e peut nourrir qua-
rante (aureaux, ou trente vaches, ou vingt bceufs, parce
que les seconds mangent plus que les premiers, et les
troisiemes plus que les deux autres. Le terrain etani en-
clos et d'une 6tendue moins considerable, les animaux
peuvent y eire mieiix soignes el ne sont pas exposes &
autant d'accidents que dans les immense fermes ouverles;
dans colles-ci, on laisse errer les troupeaux dans de vasles
savanes ou plains, et dans des bois touffus. La, les plants
ct fruits sauvages leur offrent une nourriture tant6t rare,
Lanl6t abondan e, selon les saisons, landis que les rivieres,
les ruisseaux, les teangs leur fournissent une eau qui n'est
pas toujours pure et limpide, et est souvent meme stag-
nance et corrompue. Chaque soir, les savaniers et les
monteros ().parcourent la proprile pour voir s'il n'y a
pas quelque femelle qui ail mis bas, quelque btle more ou
malade du gusano (2), ou mordue par des chiens jiba-

(i) On appelle, dans les hanos, savanier (sabaneio) I'homme qui
parcourt iI cleval les savanes oi pait le bMtail, et ment'ero celui qui
faith 6 pied le mume service dans les bois que, ainsi que nous favons
dit, les naturels du pays appellent monies.
(2) Legusano esl une maladie cause, clez les animaux de route
.spece, par deux insects du genre mrisca, qui ddposent leurs innom-
brables oenfs sur les places, blessures oii ecoi chures des animaux, les-
quels deviennent victims des vers qui en niissent sur-le-champ. Un
autre insect apteld piojo (Hcematopinus sui5) s'approjlhe aussi des co-
chons niaigres et leur fail des blessiires qui deviennent mortelles si on
ne les soigne pas. I.es autres maladies que souffrent les troupeaux sont
connues, dans le pays, sous les noms de cangrena, abogo, zajumaya,
iiruela et lumbriz, sans computer les accidents causes par les chiens,
la suffocation qu'occasionne le volume considerable des oranges, des










ros (1), et pour s'informer de la situation des pores. Les
vaches qui ont v416 suiveni les veaux, que 'Pn garden h la
maison pendant quinze jours; mais les (ruies se nour-
rissent dans les bois avec leurs petits, ce qui faith quc IPon
est oblige de les visiter tous les jours. L'eLendue de ces
proprietis ne permit pas aux employes de les parcourir
chaque jour, et ii est moins possible encore aux monteros
et aux savanicrs de voir et d'examiner tous les animaux
dans cet space de temps, puisque I'on a calcule qu'un sa-
vanier ne peul verifier par jour que cent betes, et un
monlero cinquante cochons. Ajoutez a cette observation
que ces homes sont salaries, que I'ou, rage don't ils sont
(barges est extremement penible et minuticux, qu'ils n'ont
aucun inl(rl t le bien executerr et qu'aucune responsa-
bilit6 ne pese sur eux s'ils le font mal; qu'il leur est Ires-
facile de cacher les perles que leur negligence occasion ne,
et enfin que la chaleur et I'humidite qui regnent dans les
savanes et les bois, portent presque invinciblement au som-
meil dans ces vastes solitudes; de routes ces causes reunies
on pourra conclure a la negligence avec laquelle on soigne
les animaux. D'une autre part, nonobstant la fertilite du
sol, les pAlurages manquent totalement dans la saison
seche. ( Voyez le chapitre Climat.) A la veril6, I'ile de Cuba
produit plusieurs arbres don't les branches nulrilives peu-
vent supplier a P'herbe; mais comme, dans ces propri'les,

jaguas (Genipa anericana), que mangent les lhtes s cornes, et plusieurs
autres don't il est inutile de parler dans cet ouvrage.
(i) On appelle ainsi les chiens qui sont devenus sauvages et vivern
dans les bois.


371


AGRICUIL'I'URE.








3;7T2 AGIICULLTLRiE.
rien ne sc fait avec prevoyance, on n6glige la culture et Ic
soin de ces utiles espices. On nc song pas que cette mime
vegetation vigoureuse qui se fail remarqucr dans les
plantesligneuses, produit aussi les espkces dMl16tres, landis
que les jeunes pousses qui s'616vent rapidement, aux pre-
mieres ond6es qui tombent apr6s les grande scheresses,
ne sont guere moins funestes que celles-la I'a conomie
animal. II suit de ces diverse causes que la mortality est
grande et les epizooties fr6quenles dans ces fermes, qui
subissent parfois une perle de moili6 ou meme des deux
tiers des animaux, tant dans le gros que dans le menu
h6tail.
Dans les autres Antilles, les memes effels doivent 6tre
attribu6s a des causes semblables; toutefois, en plusicurs
l'enlre elles, ct notamment dans les iles franchises, la
mortality des troupeaux a 6CW attribute a la pralique fu-
neste des empoisonnements, laquelle, dans P'opinion d'un
auteur moderne qui a &crit sur ces contr6es, doit Mire re-
gard6e, en quelque sore, comme un systime organism
centre les animaux, et qu'il appelle pour celle raison
un product de l'esclavage (1). a Dans ces lies, dit-il, on
a parole du poison, comme en Europe de la peste ou du
c cholera; c'est une maladie des pays d'esclaves qui rkgne
, dans Pair : car la servitude en imprrgne lalmosphere
, des colonies, de m6me que les riasmes pestilentiels la
, chargent de la fire jaune....... ,


(i) M. Victor Schoelcher, Des colonies franchises, abolition de l'es-
clavage, 1p. 12J, Paris, 1i8%.











Peut-etre aurons-nous quelque jour Ioccasion de re-
futer compldlement celte terrible accusaliou centre la
malheureuse race africaine, don't la corruption morale
est bien loin de correspondre i la degradation physique
et intellecuelle don't elle a 616 victim : pour le moment,
nous nous contenterons de dire que, dans Pile de Cuba,
les habitants n'ont heureusement aucun motif d'attribuer
SF'usage du poison, armed lache el vile, la grande morta-
lit6 des troupeaux qui est commune a touts les Antilles,
oii elle est la consequence inevitable des causes que nous
avons faith connaitre. Enfin nous pouvons assurer que
I'emploi d'un meilleur systrme de culture et de pratiques
plus raisonnables en economic rural a dejh faith diminuer
extraordinairement les 6pizootics, qui elaient, pour les
Mleveurs de bestiaux, une plaic toujours saignanle. Lors-
que, en 1831 (1), nous 6numerions les causes de leur
mortality, nous u'osions esp6rer que nos idWes seraient
confirmeesd'une maniere aussi complete qu'elles paraissent
l'Ntre d'apres le passage suivant, extrait d'un document
official (2). (c Dans un pays oiu de frCquentes 6pid6mies
( deciment la population, ou les transitions brusques de
(C temperature sont presque continuelles, il est natural
a que les epizooties se presentent souvent : rien ne se
a fail cependant pour les eviter et les combaltre. Aprs



(l) IHistoire dconomique politiqre et statistique de I'ile 'ic Cuv:,
page 76.
(a) Notice sur les -ult',/rtes et la rro li tin de la .MllrtiniqueL el d.: la
Guadeloupe, i81 .


37J ,


\GR ICUL il I"t.








.AGRICI LTURE.


( avoir fail Iravailler peniblement les animaux h I'ardeur
d du soleil, on les ramene dans une enceinle pleine d'un
. fumier fangeux, d6couverle ct sans abri centre les
torrents de pluie, ou centre I'humidite des nuits. Les
a savanes, prairies naturelles qui servent de paturages,
a demeurent abandonnees a la nature, sans que I'homme
a se donne la moindre peine pour faire ecouler les eaux
a ou pour arracher les mauvaises herbes qui croissent
a de toutes parts en abundance; le plus souvent on est
a oblige de fire paitre les troupeaux au milieu de mares
1 houeuses, d'oii s'exhalent des miasmes deletres, et si
un animal tombe malade, viclime de semblables influen-
( ces, la crovanceau poison s'est tellement enracinde dans
SI'esprit des colons, qu'ils n'essayent pas meme de lui
a donner des remides. D'aillcurs il n'exisle pas, dans
a toute la colonie, un seul vtelrinaire que l'on puisso
< consuller (1). A la Guadeloupe, on prend bien plus
de soin des troupeaux. Beaucoup de proprielaires les
renferment toules les nuits, ainsi que les jours pluvieux,
dans des pares ou Mlables couverles ce bien a&eres, les
mettant par ce moyen a l'abri des intelmperies de Pair.
La mortality est beaucoup moins grande, el, par suite, la
croyance au poison beaucoup moins g6ndrale dans cotle
ile qu'a la Martinique. Les colons, instruits par les conseils
des va6trinaires europeens, ne voient pas de synmptmes
d'empoisonneiiient dans routes les maladies quelles qu'elles
soient, et ils font ce qu'ils peuvent pour diminuer le


(i) Idl Martinique, p. 5o.


374









nombre de ces maladies, en combattant les causes qui
les produisent (1).
Nous avons tracB cetle lgere esquisse des fermes a
bestiaux de Pile de Cuba, afin que Pon puisse en deduire
quelques-unes des principles causes qu'elles renferment
de leur decadence progressive, independamment de quel-
ques autres que nous aurons bien t6t occasion d'indiiuer.
Dans les premiers temps, la disette de bras et la fertilize
que presentail le sol de Pile rendaient preferable de nourrir
des troupeaux tres-nombreux, parce que le peu de soins
qu'ils entrainaient leur donnait de grands avantages.
Cependant l'exlension accord a ce genre de culture,
et Purgence qu'il y a d'adopter un system agronomique
de grande production et d'economie, devront engager
a accueillir toutes les bonnes mnthodes que Pexperience
a enseignues aux habitants d'autres pays pour 'elcve des
animaux, et a profiter des circonstances naturelles et favo
rabies que 'ile presente, tant par la facility des irrigations
que par Pabondance des vlegtaux qui servent d'aliment
ou de paturage. Nous donnerons, dans une autrepartie de
cet ouvrage, la listed des plants indigenes, tant annuelles
que vivaces, don't les animaux s'y nourrissent, ainsi que
d'un grand nombre d'autres qui servent aussi a les
alimenter par leurs feuilles et par leurs fruits : ces details
pourront Wtre utiles pour 'Ptablissement des prairies
artificielles.
Parlons maintenant des proprie'es de culture, au pre-


(i) Id. Guadeloupe, p. 54, 6o.


375


AGRICULTURE.








AGRICULTURE.


mier rang desquelles ii faut placer les sucreries et les
cafiteries. Les premieres ne sont pas seulement agrono-
ipiques, puisque dans Pile de Cuba le sucre se fabrique sur
les memcs habitations oi se cultive la canne, et il y en a
beaucoup dans lesquellcs on profile encore de la milasse
pour la distillation du tafia. On cultive aussi, dans hes
sucreries et les caf6teries, le ma's, un peu de riz, les
bananes, le yucca, Pigname, la patate; les cafeteries reu-
nissent d'ailleurs, en general, tous les fruits et Ilgumes
alimentaires du pays; les products en sont destinds a
I'usage de la maison; quelques habitations, particulierc-
ment favorisecs par leur position, ont coutume de vendre
le surplus de la recolte de ma'is et de riz (1).
Une parties considerable des terrains consacres a ces deux
grande cultures est maintenue a Petat.primitif do bois,
indispensable pour Pusage de i'habitation et pour lappro-
visionnement en combustible des sucreries. C'est dans ces
forkts touffues que se trouvent les bois precieux de 'ile de
Cuba, don't plusieurs sont inconnus en Europe, et qui
formeront une branch important d'exploitation rurale,
d&s que les cultivateurs se d6cideront a P' ablissemenl de
grandes pepinieres et. la replantation des forlMs natu-
rellcs. Par des cedules royales de Pan 1622, du 4 octo-
bre 1784, par un reglement de 1789, et par d'autres
ordonnances rendues dans I'intervalle, on a fix6 le mode

(i) On cultive encore, dans l'interieur de Pile, une autre cedralc,
savoir, le froment : la recolte en est fort nedioucre et couvre a peine
les'frais de culture; d'apr&s la statistique de 1828, elle ne se montc
qu' i 1o iarrobes.


376








AG RICULTURE. 377
A suivre dans la coupe des bois A Pusage de la marine, plant
dans les forces faisant partic du domaine royal que dans
celles des particuliers.
( Ledit reglement limitait strictement et grevait de
( stipulations nombreuses et minutieuses Pusage des bois
a de construction..., 6tablissant des visits, des employes
et des punilions pour en assurer Pobservation (1). Le
tribunal de commerce de la Havane fit, le 22 et le 31 mai
-1798 des representations sur le prejudice que desem-
blables precautions causaient a Pagricullure et au droit de
propri6te, puisque ceux a qui les terrains appartcnaient ne
pouvaient ni en disposer, ni etendre la culture, ni empe-
cher le premier venu de couper du bois dans leurs forkls.
Par suite de ces justes reclamations et des renseignements
que Sa Majeslt demand aux capitaines gen6raux, come
d'Espeleta et don Luis de las Casas, elle daigna rendre
lordonnance royale du 14 fevrier 1800, annoncant Plta-
blissement d'une commission qui s'occuperait des regles
que Pon pourrait adopter pour satisfaire aux besoins de la
marine, sans prejudicier aux droits des particuliers, a
I'agriculture et au commerce. L'ordonnance royale du
30 ao6b 1805 reunit toutes ces conditions, laissant aux
proprietaires des terrains leur usage libre et exclusif, et
leur permettant, par consequent, d'en faire tout ce qui
leur parailrait le plus convenable.


(i) Tels sont les terms derexorde de la cddule royale du 3o aot 1 805.
I1 est, certes, agriable de lire ce language plein de franchise, par lequel
le government reconna3t et avoue les vices des anciennes measures.








AG RICU.LT URE.


II a e6t publiC quelques catalogues des arbres qui crois-
sent dans les forkts de Pile; le premier, et le plus complex,
est celui du Portugais don Antonio Parra, qui a paru a Ma-
drid en 1799. Ces listes joignent au nom que ion donne
aux arbresdans lepaysP'usagequel'onen faith, mais aucune
d'elles n'offre la concordance des noms vulgaires et scien-
tifiques. Nous avons donned, dans quelquc numdro des
Annales des sciences, le nom usitl en botanique de plu-
sieurs espces, et, dans 'Histoire economique et politique,
un catalogue assez ktendu que nous ins6rerons, come
nous 'avons dit plus haut, avec des corrections el des
additions, dans le present ouvrage.
Independamment de ces cultures principles, on con-
nait encore dans Pile celles de I'indigo, du colon el du
cacao; mais celles-ci existent en fort peu de districts, occu-
pent une 6lendue de terrain fort reslreinte et produisent,
par consequenl, de tres- faibles recoltes; toutefois celle du
colon augment dans la parties orientale de Pile, puisque,
durant I'annIe 1839, on en a export plus de 82,000 ar-
robes; le cacao, qii est fort tardif, a commence a donner
desproduits, il ya douzeans, et quant a I'indigo, lesessais
que lon en a fails ont souffert de grades vicissitudes,
tant pour en 6tablir la culture c. 1'extraction que pour les
rendre gen6rales.
Don Gregorio Balaustre. en 1797, l'adminislrateur des
posies, don Jos6 Fuertes, en 1802, et don Pedro Bo er,
en 1817, 6tablirent quelques petites plantations, el fireni
P'extraction de I'indigo par la methode de la fermentation,
mais sans en obenir des rCsullalsassez satisfaisants pour en-


37 0









gager les propriktaires A se livrer h celte pr6cieuse culture.
En 1827, nous proposAimes d'essayer, dans lejardin bora-
nique,cellcde la bonneespce, c'est-k-direde Guatemala (In-
digodisperma) (1), etd'ex rairedela mali're colorante, par
la mlthode de la feuille seche, employee sur la c6te de Co-
romandel; les rsultals en furent reconnus, a Madrid, par
don Jos6 Casaseca, professeur de chimie au Conservatoire
des arts, come ktant d'une qualit6superieure, et Sa Ma-
jeste daigna rendre un decret royal, pour encourager cette
branch lucrative et la faire adopter a M. le surintendant
des finances (2). On continue, en effet, sous notre direc-
tion el plus en grand, les essais qui avaient elt fits de la
culture et de la fabrication des deux especes, dans les ter-
rains destines pour cela aux environs de la Havane, et les
r'sultals en furent salisfaisanis; on en obtint toutes les
donn6es pratiques incessaires pour rediger une instruction
que nous inserAmes dans les Memoires de l'institutionagro-
nomique. Des I'an 1828, don Pascual de Pluma et don Jose
Dau avaient rep6Wt les anciennes experiences, par la mB-
thode de la fermentation de la feuille de l'espece sauvage;
don Pedro Bru fit de mrme a Cuba, et plus tard don Diego
Fcrnandez Herrera, par la m6thode de la feuille seche et
don Jose Policarpo Columbie de Baracoa. Tous ces essais


(i) On peut lire, sur Fhistoire de 'indig, dans File de Cuba, notre
memoire imprinim dans le nuimdrro 17 des Inniales des sciences, et celle
de la methode sdcllc, ainsi que d'autrcs observations sur ce sujet dans
les n8 2, I8, 19.
(2) Les experiences du professeur et l'ordonnance du roi se trou-
vent dans le n" 33 du meme journal.


AGRICULTURE.


379









38(0


confirmerent I'assertion que la culture de I'indigo peDt eire
reunie aux autres cultures de I'ile de Cuba et donner des
produits d'une dMfaile avantageuse au march. Seulemcnt
ii est necessaire qu'independamment des privileges qui
lui sont accords, le gouvernement de 'ile adople d'autres
measures encore pour I'6eablir sur des bases solides, pour
6viter des pertes aux fermiers et pour pourvoir d'ouvriers
intelligent les propri6tes sur lesquelles on voudrait I'en-
treprendre (1).
A ces cultures on pourrait en ajouter beaucoup d'autres
encore; par example, le nopal de la cochenille, la vanille,
la malaguelte ou piment de Tabasco (2), le curcuma (3),
les 6piceries des Indes orientales, et plusieurs planes a
huile indigenes ou dcja parfaitement acclimatles, ielles
que la pistache de terre (mani), le Jatropha (4), le palma-
christi, le sesame, Ie tournesol, le Moringa pterigosperma,
Gaertn., I'Alevrites triloba de I'Inde (5), lecaoutchouc du


(I) Ces measures out At4 sagement indiquees par M. Casaseca, dans
son mlmoire annexed A l'ordonnance royale; elles se reduisent & Peta-
blissement d'une fabrique d'indligo pour le compete du government
et devant servir de fabi iqule module; ce plan a etc favorite avec zile
par la surintendance de 'ile.
(2) Don S6bastien de Laza a de~jA faith une plantation de ce ve6gtai,
avec des graines recueillies au jardin de botanique.
(3) Nous avons entendu parler de quelques petites semailles faites
dans ]'le et qui ont bien rdussi; mais nous ignorons le nombre de pro
pridtaires qui les ont faites.
(4) Voyez le memoire de don Jose Joaquin Navarro, insdr6 dans le
n* 41 du Recueil de la SocieLe patriotique.
(5) Ces deux espkces ont dIt les objets de plusieurs experiences que
nous avoids faites dans Ic jardin; on en trouve les rdsulltats dans le nu-


A. lC, I.II UtEl'.








AGRICULTURE. 381
Mexique (1) (Castillea elastica, ct lieaucoup d'autres qu'il
serait trop long d'6nunirer ici, mais auxquelles le climate
et le terrain se present admirablement bien.
Nous ne devons pourlant pas negligcr de parler d'une
autre branch interessante d'industrie agricole que nous
avons reussi a introduire pour la premiere fois dans Pile
de Cuba; et, bien qu'elle n'y soit pas devenuc g6nerale,
nous ne disesperons pas de l'y voir etablie par la suite.
Nous entendons par lal'introduction du mirier de la Chine
(Morus multicaults) et I'Nducation des vers a soie, au sujet
desquels nous avons public le r6sultat de nos experiences
dans les Memoires del' institution agronomique, ainsi qu'une
instruction ou manuel A Pusage des cultivateurs. Ce md-
rier croit admirablement bien sous le ciel des tropiques et
se prete aussi fort bien au genre de culture recommandi
par M. Perrottet, qui a introduit cet arbre en Europe.
Nous n'exposerons pas ici les experiences que nous avons
faites sur le ver A sole; nous les avons consignees dans les
mimoires susdits, et elles ont et rcpLtdes, depuis notre
absence, par le laborieux professeur don Pedro Alexandro


mero de ddcembre 1829 des Annales des sciences, et dans les actes de
Ia SociCte patriotique ~ qui ils furent presents pendant le course de la
meme annde. La graine nettoyee du M1oringa pterigosperma, Garetn.,
nous donna 23 p. o/o d'huile, et celle de l'Alevrites triloba 42 p. o/o.
Avec ces donnees nous avons calculd qu'une caballeria contenant
7,460 plants du premier pouvait donner 58o arrobes d'huile, et la mdme
dtendue de terrain, avec 18o plants du second, 9oo arrobes.
(i) Sur la culture dans le jardin botanique et sur les experiences
que nous avons fAites avec la gomme, on peut consulter le numdro sus-
mentionne du mois de ddcembre.








382 AGRICULTURE.
Auber. Nous ferons remarquer seulement que la nature de
ce climate, en activant le d6veloppement des ceufs de la
phalene, proportionnellement a la vegetation pernianente,
a donn6 naissance a une espece de ver extremement pre-
coce, qui permet d'obteuir plusieurs r6coltes de soie par
an. Les circonstances dans lesquelles se trouvent les colo-
niesdes Antilles, qui touchent a I'Ppoque d'un changement
d'organisation social et 6conomique, par suite de I'eman-
cipation des esclaves, que beaucoup d'entre elles ont in-
troduite, donnent a l'industrie de la soie Plimportance
qu'elle merite, dans uu climate si favorable au m6rier el au
ver. II serait possible, ainsi que Ia faith remarquer un sa-
vant agronome et homme d'Etal francais (1), que cette
industries fet destined a remplacer aux Antilles la culture
de la canne a sucre, car elle offre une occupation rirs-
conforme aux habitudes et au caractere de la race africaine,
qui, en sortant de son ancienne condition, montre une
repugnance invincible a continue le penible travail des
sucreries. Quant a nous, nous ne cessons do nous felicitcr
de la double introduction que nous avons faite dans Pile
de Cuba, et don't les resultals ont Wte si heureux, sinon
pour l'elaboration de la soie, du moins pour la culture du
morier de la Chine, sur de vastes terrains, culture qui a
sauv6 un nombre considerable d'animaux durant les
grandes sechercsses des dernieres aun6es, en leur procu-
rant, par les branches tendres et touffues de ces arbres,


(r) M. de Gasparin, seance de l'Academie des sciences de Paris;
janvier 1842.









une nourriture abondantc et saine. la junte d'encourage-
ment connaissait sans doute l'importance de cette culture,
puisque, en 1835, elle offril une prime au proprietaire qui
planlcrait 6,000 pieds de celte cspkce de murier.
L'education des abeilles et le produit dela cire sont une
branch d'industrie rurale du plus eminent interet, si l'on
consider les grands avantages qu'offre leclimat, la vge'ta-
tion conslanle del'ile(1), lepeude fraisqu'entraine Pentre-
tien dece insecte, l'abondancedes bois convenables, e don't
I'usage est pernis i ceux qui rdcoltent la cire, enfin le debit
assure qu'elle trouve dans les ports du golf de Mexique,
par suite de son excellent quality. Toutefois education des
abeilles, qui commenac en 1764, par de petilsessaims tires
de Floride, apr6s avoir pris un grand accroissement, dans
les premieres ann6es, est restee depuis cc temps a peu pres
slationnaire. La m6thode que I'on suit est tres-loignee de
la perfection; car on regarded cette industries come une
branch secondaire, et elle n'cst exercee que par des culti-
vateurs pauvres, qui ignorent les progress modernes, et
qui n'auraicnt pas le moyen de les adopter s'ils les con-
naissaient (2).

(i) Parmi les fleurs desquelles les abeilles retirent la cire et le miel,
nous nous bornerons i citer les suivantes: oreadoxa regia; cette plante
porte des fleurs dans tous les mois de I'annee mais elles sont plus
abonddntcs en octobre et en novembre; convoul\'ilis imoinosperinm fleu-
rit en novemnbre et ddcembre et done un miel exquis; cipania, en
fevrier, et quelques personnel en preffrent le miel; palma; bidens leu-
cantha ; convolvulus batatas; musa sapienlium, m. troglodytarunt; te-
coma pentaplhylla; ehrelia bourr e ria.
(2) Inddpendaininent de Pabeille commune, on trouve encore dans
1ile celle que l'on appelle abeille crdole ou de la terre. C'est une nou-


383


AGRICULTURE.








AGtRICULTURE


La culture des 16gumes et des racines nutritives que le
sol produit en si grande abondance, ainsi que celle des
arbres fruitiers, sont r4unies dans les maisons des villes
et des villages, sur de petites propri6t6s connues sous les
noms de sitios de labor ou estancias.- Ces terrains sont
tant6t cultives par les proprietaires eux-memes, tant6t
affermes, et leurs products, au nombre desquels il faut
computer le pain de cassave, la volaille, les oeufs et lair, sont
destines a la consommation des villages d'alentour.
Le tabac est cultivedans des terrains sp6ciaux; car, dans
le temps de l'Mtablissement, on choisit pour cette plante les
bords des rivi&res appel6s vegas; mais depuis on a destined
et Pon destine encore a cette mOme culture des terrains
fort eloign6s des rivieres, mais on leur conserve toujours
la meme denomination de vegas.
Les especes de viegeaux propres a la nourriture de
I'homme, qui se cultivent, soit dans les grandes, soit dans
les petites propriets, sont fort peu nombreuses el peu
variees. Si I'on desire connaitre quelle cst a cet regard l'N-
tendue de la culture de Pile de Cuba, on peut consuller
notre catalogue.
Les terrains nouvellement defriches jouisseut pendant


velle espice, du genre nelipone, que Mac-Leay a appelde cubense. Elles
construisent leurs ruches dans les rochers, dans les troncs d'ar-
bres, etc.; mais leur cire est tris-noire, et nous croyons qu'elle n'a pas
encore dtd bien examine, non plus que la substance appelde cire a ca-
cheter des ruches (lacre de colmenas).
On pent consulter, sur l'education des abeilles de 1'tle et sur le com-
merce de la cire, les memoires publids par les seigneurs don Thoms;
RomaV en 1796 et don PedroBoloix en 1815.


38.A









longues annees de la ferlilite que leur a procure, dans
I'origine, la d6pouille d'une v6getation antique et touffue.
La couche de terreau vegetal pur est d'une epaisseur con-
siddrable et conserve aux terres leurs precieuses qualiths,
pendant tout le temps qu'on les destine a la culture, puis-
qu'il est d'usage de les abandonner quand il est epuise. Les
colonies etrangeres offrent peu d'exemples d' ne semblable
fertilize; on y Iransplante ordinairement la canne, tous
les trois ou quatre ans, dans de nouvelles lerres, ou bien
l'on rleablit la richesse du sol par d'abondanls engrais.
Cc dernier systeme esl en usage h la Jamaique, a Antigoa,
a la Barbade et dans d'autres possessions anglaises; mais h
la Trinit6 on suit une pratique similablle a celle de Pile
de Cuba ; car, la ausi, la feriilite de la terre est Idle,
qu'elle donne des recolles de canne pendant vingt ann6es
de suite et plus. lalgre cela, i en juger par les resultlas,
qui sont conforiieis aux principles de la science, ii est
beaucoup plus productif de conserver au terrain une ferti-
lit6 constant, par le moyen des engrais, que de l'appau-
vrir par une culture beaucoup plus coonomique i la verite,
en apparence, mais qui, en reality, rend beaucoup moins
de profit. Ainsi I'on volt que, tandis qu'h Cuba on regarded
come une bonne ricolle celle de 3,000 arrobes (de
12 kil.) ie sucre par caballeria de terre, les Anglais a la
Jama'ique font souvent produire plus de 5,000 arrobes a la
m6me etendue de terre; car la les palurages occupant la
plus grande partie dela propri6te et toujours une portion
plus considerable que la canne. La quantilt de produit
rendue par cette plante, sous le ciel des tropiques et sur une
AGC IIC UL UR 25


AGRICULTURE.


385








AGRICULTURE.


elendue doni ne de terrain, est de 41 1 50 fois plus consi-
derable que celle du froment en Europe.
La canne a sucre donne des products extremement
inegaux, selon le terrain, l'poque, la saison et PAge de
la plante (1). Une caballeria de terre bien soign6e donne
3,000 pains de sucre terre de plus d'une arrobe chaque.
II y a des exemples d'une production plus considerable
encore : dans I'annee 1830, deux pieces de terre (2) ont
produit, l'une a raison de 7,072, et I'autre a raison de
6,861 arrobes par caballeria; mais ces cas sent rares el
ne se repetent jamais sur le meme terrain. D'apr&s les
donnees que don Hilario Cisneros Saco rassembla dans
le department oriental par ordre de la Socicet6 cono-
mique de Cuba, qui avail eu la bonte de les demander
pour salisfaire a plusieurs questions que nous lui avions
adressees, une caballeria de bone terre planl(e en cannes
donne les products suivanis :

4,000 arrobes de sucre terre,
ou 4,800 h de moscovade,
et 4,000 cruchons de mdlasse, qui donnent
4,000 de tafia.

(i) La canne de la premiere coupe s'appelle cania de plant, celle de
la second soca de plant, celle de la troisieme et des suivantes soca ,
et en general on appelle canne vieille (calia vieja) cellequi a souffert
plus de deux coupes.
(2) La premiere, dans le district de Macuriges, dtait d'une demi-
caballeria de terre et faisait parties de la sucrerie de don Josd de la
Vega, dans la premiere coupe d'avril; la second, dans le mIme dis-
trict, de dix-sept cordes carre'p dani la mucrerie de don Bernard
Gayol.


386







AGRICULTURE. 387
Entre les carries de cannes, on fail une recolle abon-
dante de mais ou de haricols.
On remarque dans les autres Antilles les mines diffe-
rences dans Ic produit des cannes scion les (errains.
Les commnissaires cnvooys a la Marlinique, il y a quel-
ques annees, n'ont pu reunir leurs remarques en une
seule appreciation (1), et, en consequence, ils out pr6sent6
coinme la moins inexacle celle de 8,000 barriqucs de
sucre, soit 4,000 A 4,800 kilog. pour Ic produit moycn
d'un carre de terre contenant 1 hectare 29 ares. Celle
fertilitl parait 0ire gale h celle de I'ile Bourbon et plus
grande que celle de Cayenne. Celle de la Guadeloupe
est semblable h celle de Marie-Galande (2) ; les nombreux
ruisseaux qui descendent des montagncs couverles d'ar-
bres augmentent la fertility du sol; d'apres cela, le pro-
duil de I hectare de cannes plantecs s'&lMve a 10 on
12 barriques de sucre, savoir des premieres pousses, de
8 A 10, et des seconds pousses, de 4 A 6 barriques;
ce qui equivaul a 3,800 et 4,500, 4,800 el 5,600 kilog.
pour la quauli6l mnoyenne de sucre produite par 1 hectare.
Les frequentes skcheresses qui disolent la Grande-Terre
rendent sa fecondile moins considerable que celle que
nous venons d'indiquer; le produit moyen d'un hectare
de canne ne depasse pas 5 a 6 barriques, on 2,500 a
3,000 et 3,600 kilog. Ces quanlitls reduisent la produc-
lion gen6rale dela colonie a une mnovenen de 3,500 kilog.


(i) Notes cities page 6.
(i) Notep cities page. i.








A










par hectare; elle est, par consequent, moins considerable
que celle de la Martinique, don't la fertility se retrouve
dans plusieurs iles voisines el particulierement dans celle
d'Anligoa : on cite avec raison les progr&s que cetle
derniere a fails en agriculture depuis I'emancipation.
La le produit en sucre d'une acre (un peu plus de 40 ares)
de bonnes cannes plantles est de 2,500 kilog., de rejetons
1,250, de mauvaises cannes planlees 1,250, et de mauvais
rejelons 625; d'oh il suit que la production moyenne est
de 1,400 kilog. par acre, soit 3,500 kilog. par heclare.
Ces donnees, et d'autres que nous pourrions citer,
doivent servir a prouver combien le sol de I'ile de Cuba est
plus fertile que celui du reste des Antilles, el c'est ce don't
conviennent les strangers cux-m~ies qui onl eu occa-
sion de se convaincre des qualities de ce sol vraiment
privileges (1).
Le cafe rend, dans Pile de Cuba, de 600 a 800 arrohes
par caballeria; .mais, d'apres 'opinion d'un cultivateur
instruit (2), le terme moyen ne depasse pas 500 arrobes.
La production moyenne, dans la province de Cuba,
s'elive a 1,600 arrohes par caballeria ; quelques cafeleries
rendeut a raison d'une livre par arbre, et, dans d'autres,
7,000 pieds de caliers ont produit 800 arrobes de fruit.
On cultive en outre, entre les ranges de cafiers, toute
espece de legumes et de plants potagercs.

(i) Notes cities page 9.
(a) M. Noa, qui, d.ns sou mnmoire couronn en 1899, suppose que
e produit moyen de o200,000 cars est d 2.50oo arrobes, et qu'une
cabh.lltn ii ne content que 41,ooo dc ces ailbrjs


:388


AGRICULTURE.








AGRICUL'I BE. 389
Le labac rend 0i charges de feuilles, lesquelles, a
6 arrobes par charge, font 360 arrobes. Les observations
r6unies a Cuba donnent environ 400 quintaux de fenilles
de toutes classes, produites par les o00,000 plants con-
teuus dans une caballeria.
Le cacao, d'apres les calculus de M. Pistolet (t), produit
a raison de 5 livres par pied, et, come on peut cultiver
5,000 pieds dans une caballeria, cela fail 250 quinllaux
pour produit moayen.
Quant a I'indigo, on a fail Irop peu d'exp6riences
pour pouvoir calculer son prodnit. D'apres les operations
du licenci6 don Jos6 Maria Dan, d'une caballeria planlee
de lespce indigene, on pent recolter, a la premiere
coupe, une quantilt de planes qui rendront 1,458 livres
d'indigo par la nmehode de la fermentation. Les expe-
riences files plus nard par M. Herrera on( fourni une
proportion de 1,000 livres par caballeria. A Cuba, a
raison de 1,500 i 1,800 livres.
Le colon donne, dans le d&pariement oriental oh il
se cultive, 6,000 livres d'excellente quality par caballeria,
et dans les intervalles que laissent les arbres, on cullive
du mais el des haricots.
Le maris, don't les rkcoltes varient considerablement ,
rend a raison de 140 200 pour 1. Le terme moyen de
la production peut s'evaluer a 200 fanagues ou quintaux
de grain. Les 6pis acquierent une grosseur considerable,


(i) Vovez une notice sur cellcU lt l''c dLans le n' 3 des Annales des
>Ycienccs page 5 i.









contenant jusqu'h 500 grains chacun. On faith loujours
deux recoltes par an I'une des grains semis en mai, on
avant, si les pluies commencent plus t6t, I'autre de ceux
que l'on seine en octobre ou novembre. Dans quelques
endroits, on faith une Iroisieme recolte dans I'inlervalle
des deux autres, maisqui ne m6rite pas qu'on s'en occupe,
ce que 'on comprendra en se rappelant que le main's a
besoin de plus de quatre mois pour parvenir a sa parfaile
ma unriti.
Le riz exige le mnme temps; il rend a raison de 150 A
200 et plus pour 1. On peut 6valuer a 2,000 arrobes
le produit moyen d'une caballeria ; et dans les terrains
fertiles, recemment dcfrichbs, de la Vuelta de Abajo,
3,000 arrobes et davanltge.
Le sagou (marantha indica), qui est pen cultive et
dcvrait I'dtre beaucoup plus, a rendu, "a San Antonio, a
raison de 150 quinlaux de farine par caballeria, laissant
la terre pleine de racines pour se reproduire h I'infini.
En d'autres endroils, ou la terre etait excellent et nou-
velle, on a recoltu par caballeria A raison de 6,480 arrobes
de racines qui produisent pour le moins 1,320 arrobes
de farine.
Les bananiers ne se plantent pas dans des champs
6tendus, mais dans des values resserrces, dans de petites
pieces de terre, ou entire les carris de cafiers, a des in-
tervalles plus grands que s'ils etaient seuls; aussi prC-
sentent-ils des recolles tris-varikes par rapport a l'6{endue
ile terrain qu'ils occupent; toutefois on ne peut les estimer
a moins; d1 -20,000 rigimes par caballcria de bananiers.


390


AGRICULTURE.








AGRICULTURE. 391
Des fermiers instruits de Pile ont calcul| que le produit
de 600 pieds de bananiers peut nourrir pendant une
annke entire une famille de dix personnes, de sort
qu'une caballeria suffit pour la subsistauce de cent soixanto
personnel pendant une annie entire (1). Dans une des
Antilles francaises, deux carries de terre ou 6 arpents,
plants en bananiers, ont rendu, tous les lundis, 1,500
lives de substances nutrilives pendant neuf mois enters;
et de tels fails sont si frequents dans ces ties, qu'ils ne
valent pas meme la peine d'en parler (2).
Le manioc doux, que I'on mange cult, rend A raison
de 2,000 arrobes par caballeria, et la mtme -tendue do
terrain plante de la variWlt aigre, qui sert 'a fair le pain
de cassave, vaut de 700 a 800 piastres fortes, ce qui est
le double de 'autre, lequel ne vaut que 350 a 400 pias-
tres. Un proprielaire de I'lle a confirm depuis noire
calcul en fixant le be6nfice au moins a 388 piastres
fortes (3).
Nous n'avons pu nous procurer des renseignements
exacts sur les autres productions de l'ile. Quant a cells
don't uous avons parle, nous pouvons estimer la produc-
tion par caballeria a la valeur suivante, d'apres les prik
qu'elles out sur le march, savoir:


(i) Memoires de la Socicte patriotique de la Havane, n' 14 de 1i
scconde series, p. 99.
(2) Schoelcher, loco citato, pag. 268.
(3) Memoires cites, p. io3.









AGRICULTURE.


Le sucre.. . 2,500
ca6...... 750
a tabac. ..... 3,o00
, cacao . ... ,000
I'indigo ...... 2,000
le mals, deux rec. .1,500
, riz . . . 1,000
a sagou .... . 1,500
les banances . .. 2,500
le manioc .... 1,000


piastres par



))






)j
))
'
,
,
,
,
a

a


caballeria.


,
))'





n
))
)}




))
n,
n,
,,
,1


AGn Id'tablir quelques comparisons curieuses et uliles
cntre la valeur des produils de la terre dans cette ile et
dans ics principaux pa s agricoles de I'Europe, nous gallons
r'duire les diverse donnees que nous avons recucillics
dans les auleurs, a ma sure agraire de Cuba, exprimbe
conformrement aux calculs que nous avons fails plus haut,
en varas provinciaux, et non en varas de Burgos, auquel
cas une caballeria est gale a 13,7 hectares de France ou

32,7 acres d'Anglelerre, ct non, come on Pindique dans
les livres, i 13 hectares ou 32 1/5 acres, en supposant le
vara de Cuba egal A cclui de Castille. D'apres ces dounnees,
il resulle qu'en Angleterrele produit moyen annual d'une
caballeria repr6senec une valeur de 164 piastres en fro-
ment, de 202 en orge, de 210 en herbages et de 643 en

jardins potagers ou en pAlurages, situ6s aux environs des
villes. Les terrains qui tiennent inmmediatement h Londres

donnent des products considerable, par example, la recolle
d'une caballeria de terre sem6e en raves vaut 1,597 pias-


392








AGRICULTURE. 393
tres, en chicor&e 4,795 p., en celeri 7,990 p., en choux-
fleurs 9,55 p., etc. En France le produit moyen peuts'e-
valuer a 79 p. par caballeria; dans le d6parlement de la
Seine a 160 i., et dans le voisinage des grades villes A
213 p. En Hollande, d'apres une evaluation de M. Rad-
cliff, le produil d'une caballeria est de t-L8 A 197 piastres.
Le prix des terres varie beaucoup, non-seulement en
raison de leur quality, mais encore d'apres leur plus ou
moins de proximile des villages, de la c61e ou des districts
de grande culture. L'accroissement de la population a une
si grande influence sur ce prix, que la valeur des terres
double ou triple d'une anrne a lI'aulre, et qu'elles parvien-
nent en peu de temps a presenter un prix courant quaranic
ou cinquante fois plus fort que celui qu'elles avaient lors
des premieres repariitions. En 1776, quelques terres fer-
tiles sur la c6te seplentrionale, canton de Cacaragicaras,
furent evaluecs a 300 piaslres la lieue carree. En 1830,
elles le furent h raison de 400 p. la caballeria pourcelles de
premi&requalil6, et de 200 p. pour cells deseconde quality;
puis, deuxou trois moisapres, on en vendit quelques portions
a 450 piastres. En 181 5, quelques terrains dans le district
de Cabanas, faisant parties de la propri6le appelee la Domi-
nica, a 22 lieues de la Havane, furent values a 300 p. la
caballeria, et, eu 183L, ils furent vendus a 2,000 p. Sur
la c6te septentrionale les terres domaniales appelees San
Juan de la Mar, a 17 lieues estde la Havane, furent repar-
ties a raison de 700 et 400 p. la caballeria. Les terres pour
sucreries, dans les bons districts de culture, valent de 2,500
1 3,000 p. la caballeria. Les terres A tabac de Vuella de








AGRICULTURE.


Abajo se payment 1,000 p. la caballeria et 6 onces d'or de
pot-dc-vin (regalia); les prix sont bien moins considera-
bles pros du centre inhabit de 'ile. On peut estimer a
4,000 p. la valeur de la lieue carr6e d'un halo on corral
dans I'interieur, A 6,000 sur la c6te septentrionale et a
3,000 sur celle du sud, terme moyen d'un grand nombre
(d'valuations que nous avons vues (1).
Si un terrain pcrd, par le defrichement, ses beaux ar-
bres, il gagne par la disposition qu'il offre a la culture.
Cette difference est fort difficile A evaluer, parce qu'elle
depend de la nature de la propri6le que l'on a l'intention
d'y 6tablir, et de plusieurs autres circonstances. Un agri-
culteur intelligent a faith le calcul suivant de ce que produit
la distribution d'une ferme de 1,600 caballerias, savoir :
700 caballerias a t00 p. font 70,000 p. 500 caballerias a
300 p. font 150,000 p., et 400 caballerias a 500 p. font
200,000 p. formant entire elles un capital de 420,000 p.
produisant, h 5 p. 0,'0 seulement, un revenue annuel de
21,000 piastres.
Les defrichements se font, dans l'ile de Cuba, en com-
mencant par couper les petils arbres et les arbustes avec le
couteau (machete), puis on abat les gros avcc la hache. On
fend les troncs en travers, on amoncelle les branches, et
au bout de quelques jours on met le feu a toules ces d6-
pouilles de la (oret. Quelquefois la personnel charge du


(i) Dans le ddpartement oriental, la plus grande valeur des terres
est de i,ooo p. la caballeria; dans celuidu centre, on en trouve 300 p,
a la distance de i 5 licues de la capital, et les plus :loignees se
parent 2oo et 1 oo p.
I


394










ddfrichement laisse les troncs Ilendroil ou ils sont tom-
bes ; d'aulres fois, ii lui est ordonne de les rassembler par
piles pour les broler. La premiere m6thode s'appelle defri-
cher a rumba y deja, et cofte en general on tiers de moins
que la second, qui se dit A tumba y limpia. Ces limpias ou
netoyages se font ordinairement, come nous venons de
le dire, par le moyen du feu, afin d'oblenir en peu de
temps une r tendue de terrain propre a ensemencer. Ainsi
'ou sacrifice tous les arbres, et i'on fail tomber sous la ha-
che exterminatrice, pour emre sur-le-champ devores par les
flames, de vigoureux cddresel acajous, de superbes aca-
cias, d'antiques gaiacs et bois de fer, et unefoule d'aulres
arbres precieux, que le feu consume en pen de jours. Les
coupes de bois, soil pour I'usage des sucreries, soil pour
la carbonisation, sacrifient aussi des arbres du plus grand
prix qu'il serait impossible de remplacer dans le course de
quatre generations. Par suite de semblables devastations
et du systWme improvoyantqui les dirige, on voit se trans-
former en planes sterile et dcssechees des terres aupara-
vant grasses et couvertes de vegetation ; des proprieles
imporlanles s'abandonnent faute de combustible, le prix
des materiaux nccessaires pour en elablir de nouvelles
augment aussi peu a peu la temperature dcviendra plus
chaude, les rivieres aux environs des villes se dessecheront,
les abondantes et bienfaisantes ros~es. qui, dans la saison
seche, supplant au manque d'eau dans les campagnesboi-
.ses, disparaitroit, faisant prir les plants et les animaux,
dtcpuis le mois de novembrejusqu'au mois de mars; landis
que, dans les grades chalcurs, on ne jouira ni du ziphyr


395


AGRICULTURE.







396 AGRICULTURE.
vivifiant des bois, ni du doux parfum des fleurs sauvages.
Enfin, si lon detruit les arbres, une scene de solitude et
de mort remplacera le riant spectacle d'une nature jeune
et agreste, qui promettait de recompenser avec usure les
travaux d'une industries bien dirigee. Ce n'est pas sans
raison qu'un fermier intelligent a dit, en parlant de cette
ile, que jusqu'd ce jour on n'y a suivi d'autre system que
celui de la destruction (1).


DB L AGRICULTURE DANS L'ILE DE CUBA.- DEFAUTS CAPITAUX.
-OBSTACLES QUI S'OPPOSENT A UNE REFORM.


Dltournant nos regards des bois devastis pour les diri-
ger vers les champs cultiv's, et sans nous arreter pour le
moment a considerer quelles sont les classes de personncs
qu'ils emploint, si ce n'esl pour autant qu'elles consti-
tuent une force productive, il est facile de voir que le
system de culture est loin d'avoir adopted les principles de
la science et invoque le secours des moyens materials qui,
dans d'autres pays, augmentent la production en dimi-
nuant le prix. La charrue, la houc ou guataca et le grand
couteau ou machete, soul, pour ainsi dire, les seuls instru-
ments, tant de la grande que de la petite culture. La
premiere est la plus imparfaite que l'on connaisse; elle
resemble a celle don't on se sert encore en plusieurs pro-
vinces d'Espagne el en quelques dparlcments de la France.


(,) M. Dau, Mdmroircs citds ci-dessus ,no 32, p. 13.
I








AGRICULTURE. 397
C'est une espkcc de crochet avec un soc cannel et poibtu,
plus deux morceaux de bois places sur les c6t6s et que l'oi
appelle oreilles; Ie timon est long el tout d'une piece jus-
qu'au joug des animaux, sans couteau ni versoir. Cel
instrument si imparfait ne fait que grater la terre a une
profondeur plus ou moins grande, mais ne la relourne
point, pour imiter P'ouvrage de la pelle qui enterre les her-
beset amnneea la surface la couche inf6rieure afin de I'ex-
poser a I'air, de la mrler avec Pengrais etde I'am6liorer. En
outre, celle charrue, tout imparfaile qu'elle est, n'est pas
m6me d'un usage aussi g6n6ral dans Pile qu'elle devrait
I'Ptre; on ue 'applique pas au sarclage des champs de
cannes, de mais, etc., parce que le manque de regularity
de ces plantations ne le permet pas, et quand, d'ailleurs,
cela se pourrait, il faudrait, pour cela, une charrue d'un
autre genre, conduite par un laboureur habile. Pendant
notre residence dans le pays, nous sommes parvenu a in-
troduire, dans la ferme du gouvernement que nous diri-
gions, I usage de la charrue Dombasle et de plusieurs
160gres charrues americaines, ainsi que de la charrue a
'butter ayant deux versoirs, de la houe a cheval, du culti-
vateur anglais a cinq socs triangulaires, de la herse rhom-
boidale, enfin de quelques autres instrument Is perfection nes
sur I'emploi desquels nous avons donned les instructions
necessaires (1). Plusieurs fermiers ziles et inlelligents out
adopt une parties de ceux-ci et notammnitt la charrue de
Roville, don't le gouvernement favorisa I'importation,


(I) le,,zN~nriir e dlf I'i,,sriiiIion agv~lnor unique 2.








AGRICULTURE.


Pexemplant de tous droits d'enrce ; mais pour en rendre
I'usage g6n6ral, ainsi que celui d'auLres instruments, il
faudra que les travaux dans ces propriiles, soient orga-
nis6s d'une mani6re toute different, ainsi que nous gallons
bient6t I'expliquer.
Le second instrument, c'est-a-dire la hone, que lon
appelle dans le pays guataca, est non-seulement d6fectueux
par lui-meme, mais encore, par I'applicalion g6nerale
que l'on en faith aux terres de toute esp6ce, it produil
un travail au plus haut point inegal et imparfait. Enfin
le machete, utile peut-ltre pour faire les defrichements
legers et pour d6barrasser le champ des plants ligneuses
et grimpantes tenaces, est demesurement fort et pesant
pour faucher le gazon, arracher les debris des gramindes
et autres plants herbac6es; ii fend et enleve Pecorce des
arbres quand on s'en sert pour la taille.
Ces d6fauts des instruments de travail, qui influent
tant sur I'imperfection des cultures coloniales, sont com-
muns aux autres Antilles, oi ce n'est que depuis un
petit nombre d'annces que Pon a commence h tenter une
reforme. A la Martinique, IPusage de la charrue est fort
restraint. et ce retard est dil h divers motifs. Dans certain
endroits, les rochers qui recouvrent le sol en rendent
I'emploi difficile; dans d'autres, c'est Pinclinaison du
terrain, et dans la plupart Pinfluence d'un mode de tra-
vail different et le d6faul de laboureurs babies; d'un
autre cote, le prix l6eve de ces charrues, et le mauvais
succes de quelques experiences que I'on en a faites, ont
encore enmpechb leur adoption. Les charrues sans arant-


398








AGRICULTURE.


train, construites a Bordeaux par M. Hallie, ont donnC
d'excellents resultats, et leur prix n'16ant pas Ires-consi-
derable, I'administration locale a demanded pour dies la
reduction des droits d'enlree, lesquels, ainsi que nous
I'avons dii plus haut, ont ct6 enti'rement supprim6s dans
File de Cuba depuis plusieurs annees. A la Guadeloupe, on
se sert genralement d'unecharrue simple que I'on construct
dans I'ile, en y adaplant des socs francais. A l'aide de
cet instrument, tire par deux ou trois beufs, et qui est
pourvu de deux versoirs, on ouvre les sillons pour planter
la canne avec beaucoup de promptitude et d'6conomie
dans une terre deja labouree.
Dans les colonies anglaises, Plmancipation ayant rlduit
de plus d'un tiers le nombre de bras consacrbs A la culture
de la terre, les proprielaires ont eu recours a des instru-
ments pour supplier au manque de travailleurs; et pour-
lant I'usage de la charrue est encore loin d'y WLre general.
A Antigoa, on a introduit une charrue d'un prix assez mo-
dique; mais les negres s'opposent a cette invention, de
sore qu'avec les instruments perfectionnes on est oblig de
faire venir d'Angleterre et d'Ecosse des laboureurs qui
sachent les employer, ce qui en rencherit considerablement
I'adoption. On a payejusqu'a 1,500 et 1,800 fr. par an quel-
ques-uns de ces laboureurs ilrangers, frais excessifs que
les grands proprietaires sont seuls en etal de supporter.
Enfin un de ceux-ci, voulant introduire la charrue dans
sa propriety, a fail transporter des chcvaux de labour
d'Angleterre A Berbice, et I'on attend mainlenant le r0-
sullat do son experience.


399








1o00 AGRICULTURE.
II parait que l'adoption d'autres expedients pour eco-
nomiser des bras offre moins d'inconvenients, quoique,
pour les essais que l'on a fails dans les proprietis de ces
miles, on ail d6pens6 plus d'argent que pour routes les
propri6tks r6unies de la Grande-Bretagne (1). 11 suffira
de citer le chariot que I'on appelle en anglais cane carrier
(porteur de cannes), qui sert a transporter les cannes
du champ au moulin, et qui est en usage a la Trinite,
h la Guyane et sur d'autres points : ii a Wtc introduit a
Cuba par les soins du seigneur don Juan Monialvo y
O'Farril, ind6pendamment des machines adoptees pour
la fabrication du sucre, toujours dans le but d'economiser
des mains, et don't nous parlerons plus bas.
Si, de l'examen des instruments, nous passons a la
preparation des terrains, nous ferons remarquer, en pre-
mier lieu, la faute capital que I'on fail en n'employant pas
d'engrais, ou bien en ne les employant, g6neralement
parlant, que dans de rares occasions et alors fort mal.
Cette parties de l'economie rurale, quoique necessaire et
presque indispensable, n'est pas d'une pratique aussi
facile qu'elle pourra le paraitre, a la premiere vue, a ceux
qui ne sont pas verses dans la science de Pagriculture,
parce qu'elle suppose une connaissance parfaite de la
quality des divers terrains, des engrais et de la manikre
de les obtenir en abondance et a des prix modCres.
L'ile de Cuba, par le secours nalurel dc sa v6g6tation


(i) VoN ez les details sur I'abolition, puiblis par ordre lu ministry
de la marine et des colonies, troisime vclilion. Paris, i84,.










riche et perpetuellc, et par celui qu'elle pourrait oblenir
en profitant de tout le fumier joint aux immense residus
de ses vastes fabriques, dcvrail avoir tous les I16ments
nkcessaires pour conserve la fertilitC i ses terres. Plu-
sieurs ecrivains et colons de i'ile de Cuba ont donned,
a ce sujet, des conseils important, et notre intention
est d'ajouter, a ce que nous avons deja dit dans d'autres
ouvrages que nous avons publiCs sur la Havane, diffe-
rentes notices recenles sur les pratiques de quelques-unes
des Antilles, et qui sont dignes d'etre imilees.
La diminution du produil des cannes, apres plusieurs
recoltes faites sur le meme terrain, a engage les proprie-
taires des lies franchises, tanl6t a chercher de nouvclles
terres, tanl6t h relablir la fertility de cells qui avaient
dej Wti cultivCes. A cet effet, quelques-uns d'entre eux
ont imit le ssvstme des pares volants de la Jamaique;
en consequence, ils recucillent le fumier des animaux
qu'ils y rassemblent, et le m6lent avec une espece de
marne qui abonde dans les environs des montagnes vol-
caniques. Dans le voisinage de la mer, ils emploient le
varech et la vase. On essaye encore d'augmenter la qua-
lit6 fertilisante des tas de fumier en les arrosant d'eau
salee. Enfin quelques colons de la Martinique et de la
Guadeloupe emploient en guise d'engrais la more pourric
pulvyrisee, quand ils peuvent s'en procurer au prix de
10 francs le quintal ancien. On s'est servi aussi de pou-
drette et desang dessechi, quc I'on faisait venir de France;
mais leur usage a beaucoup diminue. Le fumier, qui
parait devenir le plus general depuis quelques ann6es,
AGRICULTURE. 26


I3 1


AGRICULTURE.










est celui qui provient des parcs mobiles, m616 avec les
feuilles de la canne, don't on favorite et accelhre la d6-
composition par le moyen de la lessive de Jauffret (1).
Toutefois ces utiles pratiques ne sont pas aussi g6nurales
qu'elles devraient I'Ntre, bien que de leurs progres depen-
dent le r6tablissement de la fertility de ces terres et
I'augmentation considerable de leurs products, au point
que quelques essais, fails h la Guadeloupe, de cultures
de cannes fumes avec de l'engrais frangais, ont produit
du sucre dans la proportion de 9 a 10,000 kilogrammes
par hectare, correspondent h 12,000 arrobes par cabal-
leria (2).
L'agriculture de Cuba souffred'un autred6faut encore,
savoir, de laculture conslantedela mme plantesur lemrme
sol, jusqu'A ce qu'il soil appauvri, c'est-a-dire le manque
d'un systcme de rotation de recoltes alternatives appro-
pri6es au climate et a la nature du terrain. Cet important
perfectionnement, qui incontestablement, exige une
grande intelligence et des eludes suivies dans le culti-
valeur, a ite h peine essay, dans 'ile de Cuba, sur
de bones bases pour les cultures annuelles, et pas du
tout pour la culture permanent de la canne. La fertility
et l'abondance des terrains disponibles paraissent avoir
dispense, jusqu'h present, de chercher le moyen d'obtenir
des recoltes abondantes sur le mnme sol sans l'appauvrir;


(1) Pour la composition de cctte lessive on peut lire le journal in-
titule I'Vcho des Halles, Paris, 26 fevrier 1837.
(2) Notes citl'es p. 54.


,02"


AGRICULTURE.








en consequence, on a cu recourse au systme d'abandonner
les champs lomb&s en cet Mtat; its devicnnent alors de
sliriles savanes on de pauvres pAlurages, et l'on faith
passer la culture de la canne a des terres vierges nouvellc-
ment defrichees. D'apres des calculs faits a la lavane (i),
on consacre annuellement, dans i'ile, mille caballerias de
terre ddfricheec de nouvelles plantations; cent sont brO-
16es pour donncr un peu de fertility aux savanes, et mille
autres sont mises en coupe pour fournir le combustible
necessaire aux sucreries; c'est-a-dire que, tous les ans,
on sacrifice deux mille cent caballerias pour n'avoir pas
adoplt dans la culture un sysltme de rotation qui conscr-
vAt la fertility des terres, assurAt d'abondants pAturages
aux bestiaux et fournit le combustible don't on a besoin
pour la fabrication du sucre. L'auteur d'un manuel pour
la culture de la canne a sucre (2) a propose de serner,
aprbs la canne, des palates, des pommes de terre ou des
malangas. Celle recolte faite an mois d'avril de l'annke
suivante, on preparerait les lerres pour y semer du mais
en mai, ou du riz si le terrain est bas, ou bien du sesame.
En septembre, nouvelle preparation de la terre pour des
patates, en enterrant dans les sillons les restes de la pre-
cedente recolte, et en les laissant routes, ou une grande
parties, pourrir dans la terre, qui se labourcrait en y enfon-
cant toutes les tiges des palates qui sont en grande abon-
dance: c'estainsi que I'on disposerait et que I'on fumerait

(i) M'moires indiqu's, n" 19, second strie, p 35.
(i) Id. n n 23, p. 387.









A


A403


AGRICULTURE.









Ic champ pour recevoir une nouvelle plantation decannes,
pour laquelle on prdfererait la canne rouann6e, qui parait
mieux reussir que celle d'Otaiti dans les vieilles terres.
Nous ne ferons aucune observation sur ce systcme de
rotation, que nous nous bornons a citer en passant,
come une preuve que la ndcessit6 de recourir h cette
pratique fixe deja attention des habitants, ce qui est par
cela meme un veritable progress.
Aux ameliorations que reclame de la maniere la plus
urgent Petat de industries rural de Cuba, on peut en
ajouter d'autres que nous avons deja indiquees et que nous
avons recommand6es en detail dans plusicurs 6crits ; tels
sont I'introduction de nouvelles cultures avantagenses,
un soin plus grand des troupeaux, et surtout des bceufs,
une plus grande Mtendue de pAturages dans toutes les pro-
prietes, en y consacrant une portion de terrain plus consi-
derable que celle que 'on accord a la plante que 'on y
cultive spkcialement; enfin la multiplication des trou-
peaux de moulons, que l'on peut etablir facilement en
beaucoup d'endroits de Pile, et qui seront eminemment
utiles, tant sous le rapport de leur lane etde leur suif,
pour P'industrie et le commerce, que par leur chair pour
la consommation interieure du pays.
Un obstacle tres puissant que 'ile presentait pour le
progres de agriculture venait de la rarely( des voices de
communications et du mauvais elat de cells qui existent.
Beaucoup de colons cessaient de cultiver dans leurs terres
Ic riz, le mais, et d'aulrcs plants, parce quc la chertl
excessive des Iransports en augmentait A tel point la va-


404


AGRICULTURE E.









leur, qu'il leur devenait impossible deles vendre aumarch6.
Le transport des productions de la terre, soil en voiture,
soit par des btles desomme, revient, danscerlains districts
de Pile et cerlaines saisons de Pannee, a un prix si exor-
bitant, que cela parailrail incroyable en Europe. Une
caisse de sucre qui, au prix moyen, ne valait en 1830 que
20 piastres, avec la caisse, et qui aujourd'hui ne vaut que
la moitic, coote au fermier, pour transport depuisla vallec
delays Guinesjusqu'a la Havane, distancede 11 lieues seule-
men 4 piastres, et 5 dansla saison despluies, c'est-a-dire de
20 a 25 p. 0/0; le transport de celte den re en sacs el h dos
d'animal se compile i raison de 1 piastre par charge de dix
arrobes, ce qui equivaut a 10 p. 0/0. Une pipe de tafia,
partag6e par barils et dout la valeur ktail.de 15 piastres,
coOtait 10 de transport ou 67 p. 010; le caf, 6 r6aux par
quintal pour fair 11 lieues, soit 12 p. 0/0; le tabac, do-
puis la Vuella de Abajo, a raison de 6 piastres la charge,
ce qui, scion que le tabac 6tait des qualitcs dites calidad ou
injuriado, correspond 5 13 1/2 ou a 30 p. 010. Quelques
products d'un volume considerable et de peu de valeur
payaient de transport plus qu'ils ne valaieni, tels que la
melasse, qui, A 3 r6aux par baril, payait 300 p. 110, et
d'autres en proportion.
Ces calculs se rapportent a l'a nnie 1830, alors qu'ils
furent fails. Dans ces derniers temps, les productions de
Pile de Cuba out considerablement baisse de prix, et il
devient, par consequent, de plus en plus urgent de s'oc-
cuper de la construction des routes et des differents
moyens de transport. Cette n6cessitl est reconnue depuis








.


403


AGRICULTURE..









AGRICULTURE.


plusieurs annbes, et dans l'ordonnance royale, si sage, qui
crie Ic tribunal de commerce de la Havane, cet objet lui
est recommended comme un des plus importanls don't il ait
a s'occuper. Ces tribunaux, appeals consulados, tlaient en
meme temps charges des encouragements a donner a i'a-
griculture et b l'industrie. En consequence, celui de la
Havane nomma, en 1795, une commission prise dans son
sein, et charge d'examiner les moyens les plus convena-
bles et les moins onereux pour former des chemins, tandis
quc les habitants les plus distingues de Pile lui vinrent en
aide en publiant, par la voice de la press, leurs idWes i ce
sujet (1). Les deux m6moires qui parurent a celle epoquc
ont le m6rite de considercr les questions sons leur veritable
point de vuc par rapport a cette ile. Celui de M. Calvo
commence par poser d'abord les trois questions suivantes :
lod'oii tirera-1-on l'argent necessaire pour la construction
des routes? 2 Quelle devra etre la direction qu'on leur
donnera pour qu'ellcs puissent etre a peu press egalement
avantageuses a toulcs les fermes? 30 Quelles precautions
faudra-t-il prendre pour que les chemins soient bons, so-
lides, qu'ils soient acheves en peu de temps et au meilleur
march possible? Le memoire de M. Jauregui, redigi sur
un plan moins vasle que le precedent, analyse la question
sous un point de vue semblable; ii propose d'autres moyens


(i) Les seigneurs don Nicolas Calvo et don Juan Tomas de Jauregni.
Dans le n* 2 des Mllemoires de la Societe, on trouve un autre memoire
sur les chemins ct sur le courage des ports redige par don Jost d1e
Arazoza et dans le n'6 encore un de don Alonzo Benigno MuiDos, qiui
content des idtes et des calculs fort utiles.


400









AGRICULTURE 107
et indique la maniere de couvrir les frais et d'6tablir les
chemins. II n'entre pas dans le plan de notre ouvrage
d'examiner si ce sont vraiment ceux qu'il convient d'adop-
ter, ou s'il vaudrait mieux, comme nous Ie pensions, suivre
le systeme des companies particulieres; toutefois on ne
saurait nier que les auteurs de ces m6moires ne se soient
montres parfaitement penl rs du sujet qu'ils trailaient.
Depuis lors, la Societl patriotique a appele iallention
sur la solution de ces ,ndmes problimes, et, par son zile
gen6reux, elle est parvenue h r.unir les idees de plusieurs
6crivains sur cet utile sujet (1). En attendant, le grand
progres du systerme de communications publiques dans
Pile de Cuba date d'une 6poque tr6s-recente; ii est du a
I'beureuse inspiration qu'eut SonExcellence M. le comic
de Villanueva, intendant de la Havane, et, A cetle 6poque,
president de la junte d'encouragement, de construire un
chemin de fer de la capital a la fertile vallie de Guines,
et s'elendant immediatement A la c6te du sud et aux dis-
tricts de grande culture a Iest. Mottant les districts les
plus riches de Pile en communication avec les deux c6tes,
ii eviterait aux navires la dangereuse navigation du cap
Saint-A ntoine et ferait de la Havane un entrep6t pour le
commerce de la Nouvelle-Espagne, comme si elle ktait
situde sur la c6Me opposee. Un seul regard jelt sur la carte
suffira pour faire comprendre I'importance polilique et
commercial de ce sysltmc, prepare il y a deja fort long-

(i) Mimoires des seigneurs don Josd Antonio Saco, don Tranqtiilin
Sandalit de Noa et'autrc imnprimin dans 1.6 Collection des aite de
la Suciete.










temps, project en paric par le moyen d'un canal navigable,
mais don't la rdalisation dlait r6servye a l'epoquc actuelle,
grace au moyen plus avantageux et plus expeditif des rails
m6talliques et des locomotives a vapour (1). L'exemplede
'Pcstimablejunle fut immedialement suivi par des compa-
gnies de particuliers actifs, et aujourd'hui non-seulemeni
on a presque achev6 toutes les lignes continues que nous
avons indiquees au sud, vers l'esl, dans la direction du
centre de Pile et des ports de Malanzas et Cardenas, et vers
l'ouest, aux riches districts de San Antonio, Artemisa et
Puerto de la Guira (2), mais encore on travaillehconstruire
des communications du m0me genre vers d'autres parties
de Pile. Outre cela, on a ktabli, sur les deux c6tes, des
lignes de bateaux a vapeur qui les parcourent regulieremen t
dans toute leur longueur, mellant fr6quemment en relation
les districts eloign6s, que la nature du climate et du terrain
isolait presque enti6rement dans la saison des pluies.
Parmi les grands obstacles que les colons instruits
trouvent a introduire sur leurs terres quelques reforms
qu'ils out projet6es, ii faut computer le manque de contre-
mailres intelligent et capable de diriger les travaux se-
condaires. Ceux qui existent aujourd'hui sont ignorants,
exccssivement attachbs a leur m6ihode routiniere, et on
ne saurait plus satisfaits d'un ordre de choses qui les main-
tient dans une independence presque complete des pa-

(t) Rapport presented a la commission de recherches. La Havane,
1836.
(2) Rapport de la commission du chenmin defer de Nuevitas, Puerto
Principe, 836.


408


AGRICULTURLi.










Irons, a qui ils ont coutume d'imposer la loi. Par ces
motifs, au lieu de s'inltresser aux r formes, ils cherchent,
par tous les moyens possibles, a les decr6diter. D'un autre
c6lt, la classes des ouvriers occupies a la culture de la terre
ne manquera pas non plus d'offrir de grands obstacles a
Introduction du nouveau systeme d'agriculture perfec-
tionnee, parce que le negre esclave, 6tant mal dirige,
est grossier dans sa maniere de travailler; il ne distingue
pas la perseverance et Passiduite de la force matlrielle,
el c'est toujours celle-ci qu'il emploic. quand ii a l'inten-
tion de mieux faire, soit de son plein gre, soit par I'effet
de la crainte. La culture vaste et uniform qui se fail dans
les sucreries el les cafetiries, et les vices qui se son( intro-
duits dans son regime, sont cause que ]'on se sert de
masses d'ouvriers, come on ferait de machines de force,
et qu'on ne laisse rien ou fort peu de chose au jugement
et a la prevoyance. 11 faut esp&rer que le temps produira
un changement avantageux dans les bras employs a la
culture ; car, meme avec ceux que I'on possHde a present,
la variCt6 de travaux exigeant de la provision que les
esclaves execulent dans les petites fermes permet de de-
viner ce don't ils seraient capable s'ils etaient mieux
dirig6s.
Le gouvernement espagnol, depuis les premiers temps
qui suivirent la decouverte, a ete, pour ainsi dire, a
Pafffit pour d6couvrir quels elaient les besoins de la Ha-
vane et pour lui accorder tout ce qu'elle demandait
comme preuve de ce que nous venous de dire, nous
croyons qu'il ne sera pas inutile d'indiquer succinclement


f ..,i,.;.--- ---


409


AGRICULTURE.








AGRICUL'I URE.


ici les principaux decrcts rendus par les monarques cspa-
gnols, et qui ont profit, soil directement, soil indirec-
tement, a I'agricullure de Cuba.
A peine y cut-on comment la culture de la canne et la
fabrication dusucre, vers I'an 1523, que leroi Philippe IP
declara que le trdsor royal preterait 4,000 piastres aux
personnel honorables qui voudraient dtablir des sucreries et
qui s'engagera'ent d rendre celte some dans deux ans (1).
Quatre ans apr's, on permit rIintroduclion, dans Pile, de
1,000 negrcs pour alleger les travaux des Indiens (2), et
cette grAce fut reitrdee dans plusieurs occasions. Par des
ordonnances royales du 25 juin 1758 et du 4 decembre
1760, les recolles furent exemptees du payment des droils
d'armada armadilla, ainsi que d'almojarifazgo. Lors-
que, par codule royale du 8 novembre 1761, des droils
ditsd'alcabala furent eleves au taux de 6 p. 100, on laissa
celui du sucre h 4 p. 100. Le peu de success des premieres
recoltes de cafe donna lieu aux d6crets royaux des 18 jan-
vier et 15 avril 1773, accordant a cette feve l'exemption
de tous droils jdisqu'a la fin de I'ann6e suivante; celte
exemption fut ensuile prorogee, et le gouvernement su-
preme demand des renseignements sur le produil des
r6colles, afin de calculer les nouveaux moyens d'eucou-
ragemn ut que 'on pourrail adopter (3). En consequence ,


(i) Herrera, decade 3, livre 4, chapitre dernier, 'Urrutia, Md-
moires.
(2) Idem, livre 3, chapilre3.
(3) Des les premiers temps qtui snivircnt la ddcouverte de 1'Ame-
rique, le gouvernemc nt c.spagi nl adopta ties jesil rs i flicaces pour


410








AGIICULTURE.


411


par la cedule royale du 3 mai 1774, I'entree en Espagne
et I'exportation de l, pour les pays strangers, du caf6,
du sucre, de la cire, de l'ecaille de (ortue et des peaux
furent declarees libres. Chacun des produils de Pile devint
successivement 'objet de graces speciales, ainsi qu'on peut
le voir par les ordonnances royales du 12 juin 1774, des
8 juillet et 23 decembre 1776, du 25 aout 1789, du
5 octobre 1795, du 10 avril 1796 et du 29 janvier 1804,
a i'gard de la cire; du 20 mars 1778, du 2 mai 1779 ,
du 14 mars 1786, du 22 decembre 1788, du 8 juin 1816
et du t10novembre 1829, a l'dgard du sucre, du caf6 et
du colon, du bois, du tafia et de Pindigo. La celebre
ordonnance du 22 novembre 1792 dispense de tous
droits d'aleabala et de dimes le caf6, le colon et I'in-
digo de Cuba, pendant dix ans, a computer, d'apres 'or-
donnance du 29 octobre 1800, de la premiere rbcollc
que le cultivaleur en ferail, et ces privileges furent d6cla-


cncoiurgcr agriculture et le commerce. La disposition royale din
6 mai 1497 s'exprime ainsi : a Et il est de notre grdce et volontd que,
it sur les marchandises qui se transporteront ainsi a nos ro)taumes
a desdites Indes, il ne soit percu aucun droit, mais qu'au contrairc
it ells soient ddchargies librement, et que sur cc dichargement il
cc ne soit percu aucun droit de douane, d'alninjarifazgo de portage,
cc d'amirauti, ni autre droit (quelconque ni dalcabala sur la pre-
a mitre vente qui s'y fera; et de ienme nous voulons que ceux qui
it achetent des marchandises quelconques pour les envoyer et trans-
c porter auxditcs Tndes, pour I'apjprovisionnement et les besoins du
a pays et des personnel qui s'y tiouveront, ne payment aucun droit
a d'almojarfazgo, de douane, de portage, d'amiraute ni autre droit
t pour le chargemeut desdites marchandises, etc. (Collection de do-
cuments annexds au tome 1 I des Vo)oages et dccouvertes des Espagnol.
par mer, p. 196.)








AGRICULTURE.


r&s perp6tuels en 1804. L'exportation des products, moyen
le plus direct pour encourager Pagriculture, fut aussi
favorisee par diverse measures continues dans les ordon-
nances royales des 23 f6vrier et 4 aoit 1796, du 18 no-
vembre 1797, du 20 d6cembre 1802, des 2 ct 12 sep-
tembre 1803, et dans celle du 22 avril 1804, don't nous
avons deji parl qui ktendit au sucre Pexemption de tous
droits et des dimes sur les sucreries qui s'6tabliraient A
Pavenir, et, quant h cells qui existaient dejh, ne les exi-
gea que sur l'augmentation que les recoltes futures
6prouveraient, en comparison de cclle de Pannke alors
courante. Ind6pendamment de ces grAces, on en accord
plusieurs autres concernant directement ou indirecte-
ment I'agriculture, come, par example I'exemption
de droits d'entr&e pour des machines, instruments ct ou-
tils de labourage et de fabrication, destin s h l'usage des
fermes ou plantations de colon, et, s'ils 6laient de con-
struction national, pour toutes les fermes quelconques;
I'exemption des droits d'alcabala en faveur des colons eta-
blis sur les terres de titre, par l'ordonnance du 22 oc-
tobre 1777; et celle que contenait la celbre ordonnance
royale pour encourager la population blanche, publi6e le
21 oclobre 1817, qui accord, tant aux Espagnols qu'aux
ktrangcrs qui viendraicnt s'6tablir dans cetle lie, 'exemp-
tion, pendant quinze ans (), du payment de la dime

(t) L'article 9 de la cedule royale dit expressement que I'exemptin
des dimes, pendant quinze ans devra courier du jour de la signature
du ducret. c'est-a-dire du decret qui rggle I'etablissement de claque
colon; cependant les traductions franchises et anglaises qui out kt:t


412









des products de leurs terres et de 'alcabala sur la vente
de ces memes products, rcduisant les premiers au taux de
l'autre, c'est-h-dire h 2 1/2 p. 100 seulement pour les
annues suivantes. Ces privileges furent etendus aux an-
ciens habitants, dans le cas ou ils se consacreraient au
defrichement des terres ou a la culture des terres en
friche, en les destinant a quelque branch nouvelle; enfin
on exemptait d'alcabala Palienalion des terres boisees des-
tinees a de nouvelles cultures; on reduisait a un scul
droit celui qui devait payer les ventes a cens rcservalif,
tandis que les terres situees h 20 lieues de la capital en
demeuraient cntierement exempts, d'aprcs les ordon-
nancesroyales du 22 fevrier 1818 et du 6 aotl 1819.
L'etablissement de nouveaux villages conformement
aux bases philanthropiques de la cedule royale citle ci-
dessus, les repartitions de terres graluites ou avec exemp-
tion de droits, le bon accueil que les autorits de Pile ont
fait a ces en treprises, les secours et la protection que 'on
a accords aux nouveaux colons, et esprit d'hospitalite
qui caracterise les habitants de Pile, sont des causes puis-
santesquidevrontaccelererlesprogresdel'agricultureetdu
commerce intlrieur. C'est dans le meme but que les So-

imprimees en regard de la cedule royale, en espagnol, disent du jour
de la signature du present deret, ce qui fait iue I'on a cru ge'nrale-
ment, dans les pays rangersr, que la grace accordce expir.it dans
I'anne 1832, et que, par consequent, les colons qui viendraient
avant cette annee, mais apres la date de la cedule, n'eu profiteraient
qu'en parties. Comme cette erreur dans les traductions pourraitconti-
nuer i empechcr les progres de la population blanche, il nous a paru


113


AGRICULTURE.










ci6tls patriotiques de ia Havane oni provoque et recom-
pens6 les measures qui leur ont 6tc proposes; des m6moires
lumineux ont el decrits sur toutes les branches de l'indus-
irie rurale; ils sont pleins d'observations et de fails inte-
ressants (1). Malgre tant d'efforls reunis, si I'agriculture
a faith des progr6s quant a son extension, elle est restke
stationnaire quant aux diverses- m6thodes de culture et
au regime 6conomique et administratif des propriees.
Dans le m6me louable but, un jardin botanique fut elabli
a la Havane en I'ann6e 1817, et une chaire de botanique
agricole en 1825 ; mais le peu d'elendue du terrain que
I'on y consacra ne permettait pas d'y introduire les m&-
thodes de grande culture. Celle-ci 6tant done bornee a de
petites experiences, el, la chaire, A I'exposition des prin-


(r) II existe plusieurs ecrits, les uns imprinmds, les autres presents
a des corporations, par don Francisco Arango, Fun des premiers pro-
moteurs des idees utiles dans cette tie. Les mnnioires sur le sucre,
composes par don Nicolas Calvo (publics en 1793), don IgnacioEche-
goyen (en 1839) et don Alejandra Olivan (en 1829); sur les ruclhes,
par don Tomas Romay (en 1797), don Pablo Boloy (en 185 ) et don
Jose'Arango ( 1817 ); suir le cafe, par don J. G. Jove (en i815), par
don A. Dumont (en 1823), par don Manuel del Camino et don Tran-
quilino Sandalia de Noa (en 1828), par le meme Noa et don Fran-
cisco de Paiula Serrano (en 1829); sur les fermes d'elive de hestiaux,
par don Juan Antonio Morejon (en 18oo) el par don Esteban de
Zayas (en i813); sur le cotton, par don Vincent Fernandez Tejeiro
(en 1818); sur indigo, pardon Pedro Boyer (dans la mrme annee)
et par don Juan Xaverio Arambarri (en 1828); sur le tabac, par le
susdit don Francisco Aranjo et par don Jose Fernandez, Madrid
(en 1821) et par plusieurs anonymes. Dans laseconde seriedes md-
moires de la Socie't patriotique et dans les Annales des sciences de
l'agricullture, dti commerce et des arts on en trouve plusicurs aulres,
plus ircents. et sur diverse branches de culture.
,i


414


AGRICULTURE.









cipes Il6mentaires de 'agriculture, on put I la v6ril6
concourir a repandre les lumieres, a r6veiller activity6 et
I'intlert en faveur des ameliorations, a augmenter de
nouvellcs especes et vari6l6s la sphere de Pagricullure de
Cuba i mais on ne fut point en 'tat de donner des exem-
ples pratiques pour sa r6forme, ni d'offrir des modules du
syst6me agronomique que nous avons indique.
La presence des colons sur leurs terres (1), afin que,
transforms en agriculteurs instruits, ils poussent d'eux-
inmes vers les r6formes qui les int6ressent plant, serait
inconteslablement du plus grand advantage, tant pour
leur fortune pcrsonnelle que pour les progr&s de la cul-
ture; mais ces progress ne seront que parties ainsi que les
ameliorations qu'ils obtiendront, parce qu'il est extreme-
ment coiteux de faire des experiences, parce que toute
innovation 6prouve de grands obstacles, et parce que Pin-
cerlitude des r6sultais cnchaine la volonl6 des personnel
les plus resolues. D'un autre cot6, on a besoin ainsi que
nous Pavons dit plus hant, de contre-maitres babiles, et
ceux-ci ne peuvent so former que dans une propriete bien
adminislree dans toute l'elndue du term.
Une ferme module serait, a notre avis, la veritable et
unique cole d'agriculture perfectionnee. La on pourrait
6tablir, des le principle, le nouveau systeme agronomique
qui embrasse la culture de la terre Pel've des bestiaux et

(i) Cette ide dont les avantageP n'ont pas laisse d'etre demontres,
fut deji recommandee, en 1794, par les seigneurs don Rafael Mon-
talvo et comte de Casa Bayoua (lkimoires de la Socite- patriotique,
no 35).


415


AGRICULTURE.










le regime 6conomique de complabilite; ( car le but de ces
( institutions, dit un sage agriculteur (1), n'est pas seu-
a element de fire 'essai des fails agricoles que I'on an-
c nonce come dignes d'examen, mais encore de presenter
cc aux cultivateurs quelles seraient la march et I'histoire
c de leurs propres fermes, dans le cas oiu ils voudraient
a suivre leur example; elles doivent par consequent,
c inspire la conviction des avantages que la culture ou
le systeme en question offrirait a cclui qui l'adoptc-
a rait. v
Convaincu de ces sages principles, le gouvernement
paternel de S. M., toujours attentif aux besoins de l'ile
de Cuba et pret A lui accorder tout cc qui peut lourner
a son avanlage, decrkta, le 22 avril 1829 (2), et confia
a S.E. Pintendant, come de Villanueva, le soin d'etablir,
dans les environs de la Havane, une institution agro-
nomique ou ferme module, dans laquelle on pourrait faire
I'essai de nouvelles cultures, ameliorer celles qui seraicnt
deja connues, en y appliquant un systmme scienlifique,
et oil Pon consacrerait a I'Ntude des sciences naturelles
la place qui leur convient dans une institution de cc
genre, afin de faciliter acquisition de toutes les connais-
sances thioriques et pratiques qu'exige la science dif-
ficile de I'agronomie. Une petite parties de cc plan put
seule se realiser sur un terrain peu considerable, qui fut

(i) Tableaux sur Pagriculture de la France par M. Lullin de Chl-
teauvieux ; tableau 23(BibliothUque de GenBve, mai u83o).
(2) Voycz l'ordonnance royale, pleine de principles Inmineux, dans
le numuro d'aolt 1829 des Annales des sciences.


416


AGRICULTURE.








AGRICI LTURE.


i17


accord dans les environs de la ville, pour y faire diverscs
experiences; et, en effect, on y cffeccua, au moyen des
instruments araloires que l'on avail fait venir d'Europe,
la fabrication de l'indigo, la culture du mirier des Phi-
lippines, da chauvre du Senegal (hibiscus cannabinus) ct
de plusieurs autres plants; nous avons fail connailre lis
rIsullals de ces experiences dans le journal special deja
cit6 (1). Notre retour en Europe, en I'an 1835, paralysa,
pour le moment, celle heureuse impulsion donnee aux
observations agronomiques, d'une application immediate
pour la prosperity de I'ile. Mlais par bonheur les gernics
qui furent jeles alors n'ont point 'el perdus, puisque au-
jourd'hui les homines les plus instraitsde la Ilavanie s'..c-
cupent a Irouver les mo.ens de former une grande ferrni
module, don't I'ulililt a etc reconnue, de mume qu'aux
Antilles francaiscs, oil un tcrivain de mdrile les recom-
mande ( come absolument nicessaires dans chacune des
( colonies, pour qu'elles se liennent au courant des nou-
( veaux proccdds chimiques el 6conomiques et qu'elles
; profitent des dkcouverces de la science en Europe (2). ,
Ces indications et beaucoup d'autres encore que nous
pourrions donner sur ietat de I'agriculture a Cuba,
prouvent la n6cessit6 d'une grande rWforme, que no par-
viendront a effecluer ni les exemptions et Icle fianc!iises
les plus paternelles, ni les primes offerles i tell ou telle
branch de culture, ni les expiricnces et les essais faits en

(i) InLcm'ires de institution aranonique de ila HIwaane.
(Q) M. cMo n u de Jounrs, lJcche chess stati'tiqutes sur l'Tedclanage
colonial, Paris, I84S., page eC 1.
A G ICI' 1. UR F 27









petit, ni les m6moires les mieux rediges. Le mual tire son
origine de plus loin, et la n6cessit6 d'y porter un prompt
rem6de est bien connue des proprietaircs de toutes les An-
tilles en gnoaral, mais surlout de ceux de I'ile de Cuba,
qui se sont, de tout temps, distingubs par une connaissance
profonde de leurs intfrcts et par une louable activity a
mettre en avant et a adopter toute espkce d'amdliorations.
Or, en remarquant que, nonobstant les qualitls don't ils
brillentetles circonstances heureuses que le climatleur pr -
sente, la culture des champs et toutle system 6conomique
et rural sont dpplorablement arri&res; en rinflchissant
que Pimperfection avec laquelle on pratique la facile ex-
traction du sucre de la juteuse canne, aux Antilles fran-
caises, a laisse rivaliser avec elle la fabrication, bien plus
difficile, du sucre d'une racine annuelle, insipide, telle
que la betterave; que, sousle ciel le plus propice du monde
pour la vegetation et sur des terrains d'une admirable fer-
tililt, on n'obtient pas assez de viande pour nourrir les
habitants, on est force de croire qu'a c6tl de tant die
causes de productions et de richesscs il existe quelquc
circonstance qui entrave son libre developpement, et qui
s'oppose (ant aux progres de la science appliqu e qu'i Peta-
blissementdes principles rationnels sur lesquels doivent se
fonder une bonne culture et une bonne economic rural.
Nos lectcurs prevoient sans doute deja la raison que
nous gallons en donner; car, sans computer qu'elle est bien
conuue et douloureusement deploree par les proprietaires
qu'clie opprime, nous I'avons, en outre, deja indiquee en
plusicurs endroits de cet ouvrage. Notre conviction, au


418


AGRICULTURE.











sujet de cette cause qui paralyse tout progris un peu vasle
dans les Antilles, ne date pas d'une epoque recent; elle
a commence, au contraire, le jour oil, admirant ls
dons que le ciel repandait sur ces regions priviligibes,
nous avons remarque le contrast qu'ils offraient avec
cette institution si avilissanule pour Phumanilt, avec P'es-
clavage. Le moment etant arrive de faire connaitre notre
opinion sur cette grave question, nous n'eprouvcrons au-
cune crainte, si nous sommes assez heureux pour que nos
raisons soient lues'et m6dit6es; car, ainsi qu'on P'a pu voir
dans I'introduclion de celte partic de Phistoire physique
ct polilique de Pile de Cuba, noire plume est guide,
moins par un sentiment de haine pour I'esclavage, quo
par un d&sir ardent de l'amelioration social des deux ra-
ces, egalement compromises par cette fatale condition ;
savoir, les blancs et les nogres qui babilent les Antilles.
Nos observations et les etudes pratiques que nous avons
faites, pendant le long space de douze ann6es durant
sequel nous avons habitl Pile de Cuba, nousontdonn I'in-
limeconviction (1) ~ qu'un system d'agriculture ct d'"co-

(r) Rapport particulier fait h S. E. le surintendant desfinances de
'lle de Cuba, le io mai 1831, dans l'aff ire de la repartlition des terres
pour la culture du labac. Nouu avons cru devoir consigner ici nos
principles, tant parce qu'il est nccessaire de les connialre pour la
question que nous cxamninons que pour que lon sache qu'ils ne sont
pas les fruits d'une conviction nouvellement acquise, mais d'une per-
suasion ancienoe, qui n'a jamais 6td d&mentie, non plus que ne le
furent les reflexions que nous fimes en 18,5 aux Etals-Unis, sur la
libcrti accordee aux negres. On peut voir, i ce sujet, I'ouvrage que
nous avons public i Paris, en 1837, sous le titre de Cinq miois ain.
Etats-Unis, page i63, de I'Fdition franchise.


419


AGRICULTURE.







AGRICULTURE.


nomie rural fonde sur des principles scientifiques sera
absolument impossible h organiser dans ces conriecs,
a tant que la culture du sucre s'y fera par les bras d'es-
a claves, et que ce ne sera que lorsqu'elle sera faite par des
c homes libres qu'elle pourra acquerir un accroissement
a heurcux et rapid. Cette opinion paraitra illusoire A
quelques personnel et simplement consolante 4 d'au-
f Ires; cependant ceux qui savent considerer l'agricul-
t lure sous son veritable point de vue, ceu( qui connais-
c sent I'influence qu'elle exerce sur la morale privee ct
a sur les coutumes des peuples qui s'y livrent, ceux enfin
Squi, n'ignorant pas que ces saines doctrines out 6te
a sanclionnes par l'experience chez les nations les plus
a civilisees de l'Europe, fixenl leur alttenlion sur Ic triste
a tableau que presentent les champs dans I'ile de Cuba,
( confesseront lout cc qu'il y a d'absurde dans un sys-
Stnime et de prkcaire dans une existence en opposition
c directed avec les lois de I'honn6tete et de la justice, seules
a bases solides de toute institution durable.
o L'introduction d'un syslume d'agriculture perfec-
a tionnec est difficile A obtenir dans les grandes planta-
( tions de cannes et de cafiers cultiv~es par des esclaves,
, parce qu'il est impossible d'attendre des soins, de l'in-
a telligence et de I'amour pour le travail d'etrcs degrades,
a qu'un syst.me absurde fail regarder conmme d'autant
a plus uliles qu'ils sont plus stupides. Or, si I'abrutisse-
r ment et la degradation morale sont consid6res come
( des qualitls indispensables dans les grades habitations,
" pour maintenir les negres dans la paix et l'obNissance,


420









Sn'est-ce pas la priver l'agricultur< des elements les plus
" essentials de sa prosperity, qui sont L'intelligeace et
c application? Si la crainle du chatiment replace le
ft stimulant de la recompense, pourra-t-on jamais esperer
SP'amour du travail chez des homes qui n'y trouvent
c que des tourments et du malheur? D'un autre c6te,
a Introduction des esclaves dans les proprieles de Pile de
ft Cuba rend necessaire celle d'autres hommes plus con-
a nus par leur cruaute que par leurs connaissances, et
a qui, devenus contre-maitres, exercent une autorit6 ab-
solue, abusent de celle que les patrons leur accordent,
', delournent les fonds, ruinent les recolles et savent
< mtime inlimider les propri6eaires et les maintenir dans
, la nkcessit6 de souffrir de parcils maux, par la crainle
Sde tolmber en d'aulres plus grands et plus irriemdiables
l par le changement de ces employes. De (out cela resul(e
a que les defauts qui les caracterisent generalement ren-
, dent impossible l'introduction d'aucunc r6forme ra-
t lionnelle, puisqu'ils inventent toules sorts de moyens
a pour decrediler celle que l'on voudrait essayer et fati-
a guent la patience du propriClaire le plus decidement fa-
, vorable aux ameliorations. ),
Telles furent les observations qne nous consignAmes, ii
y a plus de huit ans, dans un rapport adresse au gouver-
nemncit pour hclaircir une grave question d'coonomie qui
n'est pas encore resolue : aujourd'hui nous pourriuns y
ajouter beaucoup d'auires rflexions resullain de la suite
de nos eludes thoriqucs et praliques sur les conditions du
travail en general et de agriculture en particulicr; miais,








4


421


AGRICULTURE.










heureusement, cela nous parall inutile, allendu que, d'une
part, le progres que les opinions que nous professions on
fait, depuis notre depart, chez un grand nombre d'habi-
lants de Pile de Cuba, tandis que, d'autre part, la convic-
tion qu'ils ressentent et qui devient de jour en jour pl:s
gendrale, que le moment approche oui I'introduction des
negres d'Afrique devra cesser, les front necessairement
penser h substiluer, h ces bras, d'autres cultivateurs, non
pas de la mrme race negre, comme les proprietaires des
Antilles anglaises et franchises s'obstinent a le faire (tom-
bant ainsi dans une erreur nouvelle semblable a celle de
lesclavage), mais qui seront des colons blancs, actifs,
honnetes, laborieux, et capable de resister au climate,
d'ailleurs fort doux, decelle region. Des hommes de talent
et de pr6voyance, presque lous natifs de l'ile de Cuba, out
eclairci la question du travail libre dans des 6crits remar-
quables of des fails toujours importants viennent a l'appui
de la justesse du raisonnement. En attendant, comme ce
n'est pas ici le lieu convenable pour traiter un problkme
aussi important, nous nous contenterons d'indiquer les
tires de ces outrages (1) et le judgment qu'ils porlent sur
la cause qui empbche tout progr6s, toute r6forme radical
dansle systeme agricole et economiquc de ces possessions
dans les Antilles.
Les colons des Antilles franchises ont rencontre un


(i) Memroire de don Jose Antonio Saco, Madrid; divers articles de
M. Daudans la second sdrie des Memoires de la Socitte patriotique
de ir ia' ane etc.


422


AGRICULTURE.









obstacle semblable i varier et h perfectionner les travaux,
malgr6 la necessilt, qu'ils savaient etre urgente, de re-
nouveler et d'augmenter la population de leurs terres,
depuis que la suppression de la traite eut 6tl decrtele
en 1818 et effectube en 1830 ; mais rien n'a pu reussir a
changer les anciennes habitudes du negre, ni Popiniatre
routine du contre-mailre (1). Enfin la puissance invin-
cibledes coutumes enracinees avecl'esclavage, influeaussi,
come une force d'inerlie tenace, dans les colonies
anglaises, et s'y joint a une autre cause encore, cause
qui product un triste et fatal effet sur la culture de la
canne; c'est celle qui, procedant du umme principle de
1'esclavage, degrade et avilit le travail le plus repandu
dans ces miles, de sorte quelesceau d'ignominiedont ilest
marque relieot la nouvelle g6enralion negre, ni'e sous
'Pre de la liberty, qui s'efforce en vain de Pennoblir.
Nous pr6voyons que cette blessure social que I'esclavage
a portee a la culture de la canne sera mortelle pour cette
culture dans toutes les possessions des Antilles.


DES FERMES POUR L'ELEVE DES BESTIAUX.


Independamment des causes que nous avons indiquees
plus haut, causes spkciales a celte nature de proprietes,
qui influent sur leur decadence et qui r6sullent de 6'ten-
due excessive des terrains, du manque total de culture,
de l'abandon des ouvriers et de 'iluprevoyance des ele-


(i) Notes officiellescitee page 45.


423


AGRICULTURE.








4-2 1 AGRICULTURE.
veurs, il en existed d'autres, encore plus fatales s'il est
possible, et qui, jusqu'a un certain point autorisent
celle mnme imprivoyance el cette indifference. Nous vou-
Ions parler du systime generalement adopt par les pro-
pri6taires de ces grandes fermes lorsqu'ils les donnent a
bail.
Les baux sc font a raison du nombre d'animaux que
continent la ferme, le preneur s'engageant a payer an-
nucllemrent 2 ou 3 piastres par tote d'animal et h y laissor
le mmee nomhre qu'il y a trouv% h I'expiration de son
bail, qui est de cinq ans. Par consequent, le nombre qui
se Iroure en sus, h celle 6poque, lui apparlient et, sous
ces conditions, ii dispose des produits annuels, bous les
frais d'entretien et de conservation restant pour son
compile, ainsi que le payment de la dime, des premiers
fruits, de l'alcabala de vente, et, dans le cas oui il con-
duirait lui-mteme les troupeaux au march, les droits de
consommation et aulres qui seront details plus bas.
Malgri I'absurdie de ce sysltme, on a regarded, jusqu'a
present, I'organisation des fermes d'Oelve avec un cerlain
respect, coiime si elles ne reclamaient pas une r6fornm
promple et radical, que nous avons indiquee, quoique
inutilement, en 1831, et que nous avons recommandwe
avec force, depuis lors, dans un rapport qui nous fut de--
mande (1). Nous allows extraire de cc document, qui n'a
pas encore 6te publiC, les principles raisons sur les-
quelles se fonde noire conviction, oppose a la conserva-


(1) Cite plus Laut page 47.








AGRICULTURE.


tion des fermes d'elive, parce que lnus cro3 ons qu'elles
sound contraires aux progrWs de I'agriculture et h I'accrois-
sement de la population blanche, qu'elles rendent les ter-
rains inuliles a la culture, qu'elles s'opposent A la conser-
vaticn el au perfection nementdes races d'animaux, delrui-
sent leur fumier maintliiunnnl la difticultleet le peu de
sjretl des communications, encouragent cnfin I'indo-
lence des ileveurs et les vices qu'engendre l'oisivete, en
paralysant les forces induslrielles.
Le sysltme vicieux de garder en friche une lendue
considerable de terre porte un prejudice direct aux pro-
gres de la culture, puisqu'il diminue la surface cultivable
d'un pays et empche par consequenlt, la multiplication
des proprieits consacrces i agriculture. II est digne de
remarque que, quoique lile possede une si grande e(endue
de terrain exclusivement consacree h la reproduction
annuelle des animaux, et quoique celle elendue soit au
moins egale a celle qui est reservee a la culture la valeur
de ses produils ne passe guere en tout la huitieme parties
de celle qu'offrent les terres cultivees; si Pon compare
cctte valeur a celle des petites cultures qui se font dans
les sitios et les estancias, on trouvera que celle-ci est a peu
pros cinq fois aussi considerable que celle de ces immense
fereins. La culture du labac ne s'teen1 p.[s beaucoup,
faute de terrain convenable en dhliors desdites fermes, et
beaucoup de plantations manquenl de s'6tablir, parce
qu'on ne distribute pas la terre dans les districts les plus
propres pour assurer l'exportalion de leurs products. Les
mailres de ces grandes propriMt.'s demeurent indifferents


CI 'I' ' " ~Clll


425









aux prieres des cultivateurs, et ni IappAt de interest ni
le desir patriotique de cooperer an progris de Pagricul-
ture ne sauraient les decider h prendre un parti aussi ra-
tionnel que profitable.
La plus grande parties des fermes d'eklve sont situ6es
soit sur les cotes, soit dans des districts remarquables par
la bontd du sol et advantagee de la position; leur partage
appellerait les colons industrieux qui, aujourd'hui, ne
trouvent pas d'endroits pour s'6tablir. Le gouvernement
a r6alise quelques-nnes de ces entreprises, non sans de
grands sacrifices de sa part, puisqu'il lui a fall d'abord
acheter les terrains. Qu'elle serait bienfaisante et louable
la cooperation des riches proprietaires dans des dis-
tricts qui se recommandent par leur salubrit6, leur ferti-
lite, 'abondance des eaux et des arbres, la proximity des
pqrts, etc., districts dans lesquels le gouvernement ne
peut entreprendre de colonisation parce qu'il n'y possede
rien i
La faiblesse de la population et le peu d'extension de
Agriculture sont deux consequences qui dependent Pune
de Pautre et qui sont causees toutes deux par Pexistence
de vastes proprietes particulieres, demeurees incultes, oil
vivent errants un petit nombre d'animaux a demi sau-
vages, confics aux soins indolents d'une famille agreste,
stationnaire dans sa civilisation comme dans ses besoins,
qui ne contribute en rien aux progr6s industries du pays,
mais conserve au contraire, de generation en generation,
Aversion pour la culture et lattachement aux vices qu'en-
gendre PoisivetW. Les diverse consequences qui resultent


426


AGRICULTURE.








AGRICULTURE. 427
de la faiblesse de la population blanche dans Pile sautent
aux yeux de tout bomme judicieux, et, sousce seul point
de vue, les propri'ths qui deviennent des obstacles aux
progres des sciences nutritives de l'Etat devraient atti-
rer sur elles l'analheime de la destruction.
Le feu que lon met lous les ans aux savanes, sous le
prltextederenouvelerles paturages, estfuneste,parce que
non-seulement il detruit pour toujoursbeaucoup de planes
utiles qu'il serait important de conserver, mais encore
parce qu'il rend, chaque annee, le terrain plus compact
par les racines des arbusles que le feu ne parvient pas a
detruirc, plus sterile par ces momes raisons, et plus diffi-
cile a metlre en ctat de culture. II y a line opinion repan-
due parmi beaucoup de laboureurs, savoir, que, par suite
de I'endurcisscment extraordinaire du terrain et de sa
sterilit6, les savanes ne sont pas susceptible d'etre culti-
ves. En bonne agriculture ce principle est faux, mais il
ne 'est pas dans I'6tat actuel des moyens que possede le
pays, ct, meme en se servant des grands instruments
perfectionnes, il serait fort dispendieux de metlre en
production ces planes etendues et compacts, rendues
chaque fois plus inutiles a la culture et meme a PUl6cve des
animaux, qui dans la saison seche n'y trouveut rien a
brouter, et sont obliges de se nourrir de feuilles et de
fruits des arbres sauvages qui croissent dans ces districts
boises.
Le vice capital du systeme de baux accordant au fer-
mier tout l'accroissement des troupeaux en sus de leur
nombre primitif esl absolument contrairca la conservation









et au perfectionnement des races, puisque le fermier,au
lieu de garder sur la terre les meilleurs animaux, a un int&-
ret direct a les vendre durant lebail, ou lorsqu'il approche
de son terme, pour n'y laisser que les animaux maigres et
extenues. La dime produit le meme effet en enlevant la
portion correspondante h la valeur de cel imp6t, qui de-
vient doublement onereux par la maniere don't ii se per-
coit, tandis que le propriCtaire s'inquiele peu de placer
sur sa terre de bons animaux, don't les products doivent
profiter a d'autres avant lui; il s'ensuit que I'on ne pense
ni a conserver les bones races ni A perfectionner cells
qui existent, et personnel n'a jamais imagine qu'un pareil
system pfit offrir d'utilit6 quelconque. Ce qui nous auto-
rise a Ie penser, c'est de voir que les proprietaires de ces
fermes, bien satisfails de I'absurde system qu'ils suivent
dans leursbaux, n'ontpas pens h lec changer, el, tant qu'ils
ne s'y seront pas d6cid6s il sera impossible d'adopler les
modes de conservation et de croisement des races, objel
de la plus haute importance dans l'industric rurale des
nations civilisees de I'Europe.
C'est a ce mnme abandon qu'il faut attribuer la mau-
vaise quality de la viande que l'on mange a la Havane, la
petitesse des animaux, la rarete de la graisse et du beurre,
et I'ignorance total que I'on remarque quant i la con-
naissance et & la filiation des individus que I'on destine a
la propagation des espkces. Ces resultats sont encore la
suite du mOme abandon dans lequel on laisse les animriaL
dans les fermes ; car ii n'est pas possible d'obtenir la
graisse, la tendrete et les autres qualits que I'on a:p.i'pr


4'28


AGRICULTURE.








AGRICULTURE.


dans la viande, lorsque les animaux qui la fournissent
vivent dans un tat savage, exposCs aux intemperies
de I'air et a de perpt(uelles alternatives quaint a la quality
et a la quantity de leurs aliments et de leurboisson.
En soutenant que les fermes d'il've sont d&savantn-
geuses, parce qu'elles rendent inutile a agriculture le
fumier des animaux, on paraitra minutieux a certain
proprietaires, et, malgr cela, c'est une des causes les plus
dignes d'ltre prises en consideration. En effect, come
ii est incontestable que l'abondance des ricoltes tient i
I'abondance des engrais, que les moyens qu'un labourcur
posside pour s'en procurer, lorsqu'il n'a point recours
aux animaux de sa propre terre, sont rares et coultcux,
et quo la plus grande partie des animaux qui existent dans
Pile sont rasscmbles dans de vastes fermes incultes, on
pcut en conclure le grand accroissement que recevrail la
culture, si, en reuiissant a elle I'eleve, la quanti6l de
fumier qui maintenant se perd 6tail consacree a fertilizer
les champs. Et que I'on ne dise pas que les grandcs fermes
en profitent, par I'ide qu'il contribute a engraisser les
paturages naturels; il n'y a point d'agriculteur qui ne
sache que ce fumier, ainsi eparpillU, qui n'a point etL
melange par Ic labour, qui demeure expose 'action de
I'atmosphere, devient absolument inutile; ou bien, s'il
produit un effect quelconque, c'est celui de donncr un
mauvais goit aux herbes qui croissent dans les endroits
oi il a etc depos6 et d'en eloigner les animaux. D'un autre
co6t, en levant lesanimaux dans les proprieies de culture,
ils donneraient plus de fumicr qui serait tout profile; et


429









come, dans ce cas, ils payeraient les frais de leur en-
tretien, non-seulement par la vente de leur chair mais
encore par leur fumier qui fertiliserait la production des
plants don't ils so nourrissent, et d'autres encore, il en
r6sulterait que leur 0l6ve serait beaucoup plus irono-
mique et la vente beaucoup plus avantageuse. Chaque
animal produit au moins 80 quintaux de fumier par an,
y compris sa liti&re dans 'Ptable; que l'on calcule, d'apres
cela, ce que doivent produire tous les animaux destines
tant h la boucheric qu'au labourage, que Pon apprkcie
I'augmentation que I'application d'un agent si puissant
causera dans les recoltes, et Ion reconnailra que nos ob-
servations conire les fermes actuelles, qui rendent iuutile
un produit si important, miritent la plus grande attention.
Le dMfaut de commodity et de surely des chemins depend
en grande parties de la mcme cause; car, oi la population
manque, il est bien difficile de soigner les reparations
et fort aisW, en revanche, aux malfaiteurs de trouver oi
se r6fugier. D'un autre c6tl, s'il est agreable de voyager
en parcouranl de beaux villages, des terres cultiv6es
et de riches habitations, parce que ces centres de vie sou-
tiennent et favorisent Ie commerce inl6rieur et que les
jouissances sociales accompagnent Ic voyageur au milieu
d'une nature riante, il est, au contraire, on ne saurait
p'ns affligeant de traverser des bois impenetrables et des
savanes incultes don't lPtal sauvage semble oloigner da-
vantage I'bomme de la sociiAe et I'isoler de ses sembla-
bles, parce qu'il y est priv6 de toute espkce de secours et
de commodit6s, tandis que l'inquietude, la fatigue el I,


430


AGRICUI.TURP..







AGRICULTURE.


digoit s'emparent de son Ame. Par ces causes, la paresse
de voyager devient de plus en plus genarale; paresse aussi
nuisible aux proprie'ts qui ne sont jamais visiltes par
leurs maitres, qu'aux villas de passage, don't Pexistence
et la prosperity d6pendciit de la fr6quence des commu-
nications.
Les personnel instruites de la mani6re de vivre des
fermiers et eleveurs de bestiaux, au milieu de ces grandcs
fermes, ne douteront pas un instant de l'exactitude des
assertions que renferme ce chapitre. En effet, une exis-
'tence isolee, priv6e de tout stimulant quelconque a s'ap-
pliquer, Pabsence de relations sociales; un system d'in-
dustrie qui ne demand aucun effort de talent, parce qu'il
demeure loujours stationnaire; le manque des moyens de
sc procurer cerlaines jouissances qui adoucissent les
mmeurs et rendent la vie agr6able; le genre m6me des
occupations qui consistent h parcourir les bois et les sa-
vanes, a la recherche d'animaux errants, occupation inca-
pable d'elever les idees ou d'inspirer les tendres sentiments
qui naissent de la vie agricole; la propension naturelle de
Phomme au repos, quand de forts stimulants ne le r6veil-
lent pas; I'influence de la chaleur et de I'humidite exces-
sive des bois, qui abattent les forces physiques et font d'un
repos perpetuel un plaisir inconnu a I'horme actif qui
vil dans la sociei ; l'ignorance crasse dans laquelle les fer-
miers croupissent et qui, les privant de toules resources
naturelles pour se d6sennuyer, les font recourir au jeu ; ls
passions viles qui se development an sein de ces reunions de
famille, oh l'on ignore les lois du respect qui ne r6gnent


431







432 AGRICULTURE.
que lI oii un pere actif el vertueux fait consister son Iresor
le plus pr cieux dans le bonhcur de ses enfanls; cnfin le
m6pris et l'abandon des devoirs et des praliques de la reli-
gion, routes ces causes so r6unissent pour former uinc
action forte et incessante qui enracine 'ignorance, i-truit
la morale, nerve I'sprit, exaspere Its Anmes, engen'rec
Ics crimes et encourage les vices ISs plus ignominious.
Si de ccs rnclexions, qui prouveni les maux incontes-
tables que produiscnt !Is fcrmes d'clc've par elles-miimes,
nous passions au but qu'elles sont declinics A accom-
plir, savoir, A subvenir i l'alienialion du people, nous
avouerons qu'elles sont bien loin d'y parvenir. En effel,
I'approi isionnement de viande dans les villages est non-
sculemcnt de mauvaise'qualiel, mais encore insuffisant,
au point que la classes pauvre est obligee d'avoir recourse
au poisson ct h la viande sale venant de Petranger. Du
resle, quoique d'aulrcs causes coopIrcen aussi a diminuer
la quantity de viande du pays qui se present au march, la
cause principal e radical est Ic systnme vicieux d'eleve,
qui ne saurait ilre avanlageux quand les animaux ne
conlribuent pas i augmenter la quantilt de vogelaux don't
ils so nourrissent, plant parlour travail que par leur fumier.
En bonne agriculture, on regarded conmme egalement rui-
neux et absurd, soit d'elever des animaux seulement
pour les conduire a la boucherie, soil de n'cn prietndrc
retire d'autre profit que le fumier : influencee riciproque
centre la culture et les products animaux est la grande
base qui maintient I'quilibre dans les productions d'une
propricte bien regle ; mais celle influence riciproquc est







AGRICULTURE. 433
inconnue daus les ferns de lile de Cuba. 11 serait utile
d'ecrire une instruction pour d6montrer les avantages
que les grands et les petits proprietaires retircraient par
I'adoption de la methode de nourrir les ainimaux dans des
ieables ou dans des parcs enclos a l'anglaise. II est probable
que les petits, du moins, s'y decideraient, s'ils elaient
convaincus que, tout en conservant moins de terrain au
pAturage, ils nourriraient mieux un plus grand nombre
d'animaux et avec un aliment plus nutritif, qu'ils obtien-
draient une quantity considerable de fumier, eviteraient
beaucoup de maladies, surtout celles qui sont contagieuses,
et trouveraient une augmentation notable dans la quantity
et la quality de la viande et du beurre.
Dans l'ouvrage que nous avons public A la Havane en
1831, nous avons presented quelqucs calculs sur I'avan-
(age que les propriltaires et les fcrmiers pourraient alors
retire respectivement de cette nature de bins; ces calculs
(tlaient fondes sur des dounnes qui ont vari6 depuis, ce
qui nous dispense de les reproduire ici. 11 suffit, pour
I'objet que nous nous proposons, d'affirmer un fail des
plus tristes, savoir, que les terres destinies a I'iilve des
animaux, independamment des inconvenienis et des maux
qu'elles produisent, souffrent une deterioration ou perle
successive, dans leur valeur intrinseque, au detriment dos
propriltaires. Quant aux fermiers, les benefices nets qu'ils
en retirent sont diuninu6s; toutefois its savent bien s'en
dedommager, en enlevant, a la fin du bail, a titre d'aug-
mentation, les meilleures b tes, pour n'y laisser que celles
qui sont extenuees et maladies. Le proprielaire du fonds
AGh I U LT LIRE. A8










ne reconnaissant de son c6te aucune amelioration dans
les bAtiments ou dans les plantations, aucun fermier n'y
donne des soins, ou bien, si, par nicessit6 ou par un motif
de commerce, il en a faith quelques-unes, il ne manque
pas de les dteruire en finissant son temps, de sorte qu'il
rend au proprietaire une ferme extraordinairement dimi-
nude en valeur intrins6que, depuis le temps oi elle lui
ful loude. Ces pertes se repetent tous les cinq ans, et ainsi
l'on pent dire avec raison que, dans les baux de cc genre
qui se font dans l'ile de Cuba, les proprietaires signet,
de gaiete de coeur, la ruine progressive de leurs biens.
Telle est la cause principal de la perte que souffrent des
propri6tes qui, n'exigeant que peu de frais, sont suscep-
tibles de donner un int&r6t qui augmenterait toujours,
et qui, n6anmoins, diminue tons les ans, parce que le
capital lui-meme diminue dans une gale proportion (1).
De ce que nous venons de dire on peut tirer la conclu-
sion que nous avons indiquee plus haut, savoir, qu'il est
absolument impossible d'obtenir le perfectionnement des
races avec un systime aussi vicieux, attncudu que le fer-
mier, au lieu de conserver sur la terre les meilleurs ani-
maux, a au contraire un int6ret direct a les vendre durant
le bail ou a son expiration. En refl6chissant serieusement

(i) Parmi les grands obstacles qui se sont opposes au progr's de ces
fermes, il faut encore computer Fusage vicieux et destructeur de
les maintenir indivises entire beaucoup de proprietaircs, qui se nui-
saicnt mutuellement, se ruinaient en proces, sans se permettre la
just et reciproque jouissance de la proprietd qu'ils avaient heritde
dl leurs peres ou acquise par d'autres moyens, come n3)is Iavons
remarqud plus haut.


434.


AGRICULTURE.










a lout cela, ii parailrait que c'est aver intention que Iun
a choisi la m6thode la plus infaillible pour produirela ruine
des fermcs, et pourlant Itclle est la condition de P'homn:e
quand il se laisse entrainer par une aveugle routine, el
telle est la force de Ihabitude, meme dans les choses qui
nous sont d6savanlageuses, que nous n'avons pas eniendu
de plainles au sujet des perles que.ce sjsleme de baux occa-
sionne, tandis que les clameurs de certaines per:onnes
sont perpetuelles contre les imp6os, que I'administratioti
n'hesiterail pas a diminuer si elle 6eail persuadee que celte
measure obtiendrail un succes assure. Par un effel nices-
saire, la division de beaucoup de fermes a 616 le r6sullal
dle I'aneantissement auquel plusieurs baux successifs les
avaient reduites, et cela a produit un bien, parce que ces
vastes et riches terrains se sont Iransformes en sucreries,
en cafeteries, en haras, en planlalions de tabac el en
champs cultives, qui leur donnent d'ahondants products
avec d'inconlestablesavanlages pour la population et pour
le commerce.
La r6forme de cette branch, qui pourrail 6tre riche
dans I'ile de Cuba, exige 1 l'ltablissement de pilurages
naturels (1) subdivises en pares, et dans lesquels les trou-
peaux neresteraientque le temps nedcessaire pour consommer


(i) Quoiqpie, danq Ir syvt.mne de rotation, tn it a.ondal in6 les
prairies naturelles, lavaste ktendue du terrain de 1ile, 'n proportion
de sa population, la nature de ses grades cultures de canne el de cafd,
qui ne peuvent facilement se pr4ter A la rotation, permetteut d'6ta-
blir des prairies natirelleb a 1'anglaise, sans que leur existence fa; se
tort aux cultures annijelles.


135


AGRICLl.TURE.









436 AGRICULTURE.
I'herbe et fumer le terrain (1). Mais, demandent les lec-
veurs acluels, comment est-il possible de preparer, d'en-
semencer et de cultiver le terrain necessaire pour le nombre
d'animaux qu'exigent h la fois I'agriculture et la consom-
mation? A cela nous rdpondrons seulement dans les
paroles de Caton : En labourant, en labourant bien et en
fumant (2). Les seules villes de Londres ou de Paris
consomment plus de troupeaux que toute 'ile de Cuba;
et certes, en Angleterre et en France, on ne les voit
point errer dans de vastes terrains inculles. En restrei-
gnant I~elvec a l'espacu nkcessaire, ces vastes soliludes
oii vaguent aujourd'hui un petit nombre d'animaux mise-
rables, serviraient a la culture d'autres v6geiaux. Quant i
ceux qui pretendent que les savanes ne sont susceptible
d'aucune culture, nous ne nous faliguerons pas a leur
repondre, pour cherclier a les convaincre du contraire.
La cloture des terres est une measure si avantageuse,
qu'en Angleterre les terrains enclos produisent en pro-
portion dix fois autint que ceux qui ne le sont pas; et
non-seulement on a augmented par ai la consommation
des veaux, mais encore le poids des batufs, qui elail de
370 livres, s'est elev h 800, et celui des veaux de 50 i
140 livres dans l'espace de soixante-dix annhes (3).

(i) Voyez le rapport sur les cultures de la Janiaique, preseute au
tribunal royal de commerce par les seigneurs don Pedro Baudhuy et
don Bamonde Arozarena.
(2) Quid estagrum bene colere? Bene arare. -Quid secundum?
Arare. Tertio ? Stercorare.
3) Voyez les Ealments de la science des finances, par M. Canga Ar-
guiiellL's.








AGRICULTURE. r 37
2 La presence des proprie'aires sur leurs terres, qu'ils
ne devront jamais donner en bail aux conditions actuelles,
mais interesser au contraire le fermier aux profits de la
ferme et d l'amelioration des races. Dans ce dernier but,
il faut avoir soin de conserver les jeunes taureaux et les
vaches les plus convenables, tant pour la propagation des
betes de travail que pour la laileric, en eludiant les diffd-
rences, come on le fail en Angleterre, en Hollande et
dans d'autres pays. Quant aux croisements, ii s'agit de
corriger un defaut par I'exces contraire ; c'est en suivant
ce principle, counu depuis longlemps, que les Anglais
forment des races parfailrs, pregnant des types, minpri-
sables en apparence, quand on les consider chacun iso-
16meni, mais don't les defauts opposes se nculralisent, pour
ainsi dire, et deviennenl la source d'excellentcs quali6s.
Par les progres que l'on a fails dans l'dude des animaux
domestiques, on connail des moyens assez probables pour
oblenir un plus grand nombre de femelles et pour dis-
tinguer parmi elles les races laitieres (1). En outre scion
le syst6me que I'on suit pour la nourriture, on peut a son
gr6 faire en sore que le lait donna beaucoup de heurre
ou beaucoup de fromage. II faudrail repandre routes ces
connaissances parmi les eleveurs, afin qu'une branch si
arrierde pit faire des progress.


(i) On pent consulter a ce sujet les ouvrages modernes qui traitent
de l'd ve des animaux domestiques etles mrnimoires de M. Girou de Bu-
zareingucs, publids dans les Annales des sciences naturelles de Paris,
en 1828, et le no i dn British Farmer's magazine, oh le reverend Henry
Berry examine une quetilioni de la plus haiute importance.








i38 AGRICULTURE.
La race bovine de 'ile esl excellence el peut s'ameliorer
a peu le frais, c'est-a-dire avec un peu plus de soin ct
d'allentiun. Quant aux pores, I'esp6ce commune est tres-
petite el tres-peu charge de graisse, ce qu'il faut attri-
buer aux pays boises daus lesquels elle vii; mais il y en
a une autre qui est fort bonne, don't quelques individus
que nous avons vus dharquer la Puerta peuvent se com-
parer aux mcilleures races d'Europe. La conservation
(d'une (spece qui engraisse considArablement en peu dc
lemps, et I'inlroduction d'une autre qui abonde en chair
et qui a le traii de derriere court et fort, fourniraient
I'ile de graisse, de lard et de jambons, qui, aujourd'hui,
viennent de l'Ntranger (1).
3 Joindre d la culture l'deive des animaux, par les rai-
sons indiqubes an commencement de ce chapilre.
4o Faire en sorte que l'ddee des moutons, le perfection-
nement de la line et du suif, la fabrication du beurre et
du fromage, forment une parties essentielle de ce genre d'in-
dustrie. Ces Iravaux pourraient fournir de l'occupation
aux femmes et aux enfants, qui, aujourd'hui, ne font rien
dans les fermes.
5 Engraisser les troupeaux sur la meme propridtd, puis-


(i) 11 y a de grades races sur lesquelles nous avons dornn qnehlues
details dans un nmemoire prksente a S. E. le tuteur de S. M. A la fin de
Iannde S84i, et qui a dti imprimd a Madrid. Ces races engraisqent
facilement en Europe et se nourrissent de la m~me maniere que les
autres. Les individus de celte espece offriraient un autre advantage aux
fermiers, savoir la diminution des imip6ts qui se percoivent par teth
tels que les visais Iextraordinaire et le droit de tuerie.










que, une fois cleves, ii en colte fort peu de les engraisscr
et que par la on augmente les profits.
6 lablir un rglement equitable pour lespercepteurs
de la dime. Cet imp6t se prelevant seulement sur les males
don't on prend les meilleurs, le monlant s'en Wl1ve a beau-
coup plus que le dixieme. Nous ne dirons rien de l'abus de
laisser les animaux frappes par la dime pendant deux ou
trois ans sur la terre, abus centre lequel plusieurs palriotes
se soot l6ev6s, quoique les Bleveurs sachent fort bien se
dedommager du prejudice que cela leur cause.
7 Enfin dgaliser I'imp6t; measure g6nfrale qui con-
vient autant aux proprietaires qu'au tr6sor public; de ma-
niire que, pose sur la propriety~ territorial, it cessera de
peser inegalement sur les produits dcs fermes qui iprsen-
tent un revenue net si variable.
Parmi les heureuses innovations que reclame l'elve des
bestiaux, il faut computer Pusage du sel comme aliment,
usage adopt en Anglclerre, en Hollande, dans les can-
Ions suisses, etc., dans quelques deparlemenls de la France
et en Espagne pour les bWtes i laine (1). Cette substance
ameliore considerablement la quality et augmenle la quan-
tit6 de la chair et du lait, evite aux animaux beaucoup de
maladies et les rend plus vigoureux. Dans le cas oil Pon
adopterait cet utile usage, il faudrait modifier les lois fis-
cales en faveur des 6levours de troupeaux.

(i) 11 y a des fabricants qui, au tact seul, sans y voir distingn'ent
la laine des moutons auxquels on a donnt: beaucoupll de sel. Vuoyez les
4Annales admuinistratives el scientifiques d l'agrictdllure Ji iiLci. ,
n 28 et plusieurs ;illvt .iS vIC,Ig Jui attl, I-tnt It i m enic fait.


M39


AG RICUILTUt B.










Nous avons deja remarque que I'existence de hatos et
de corrales presque deserts est un obstacle aux progrbs de
la culture, surtout de celle du tabac, parce que Is proprie-
taires ne permettent pas d'etablir des plantations de cette
feuille sur le bord des rivi&res qui passent par leurs fer-
mes, sous pretexte que les planters profitent de leurs bois
et tuent a la d6rob6e le menu bMtail, commettant encore
d'autresdepredations qui, bien consid6eres, tirent, toutes,
leur origine du d6faut de cloture de ces fermes et du man-
que total de surveillance. Dans le temps de la regie, on d-
clara que tous les terrains haignes par les rivitres, dans
Icurs crues ordinaires, faisaient partic du domain royal
et scraient destines a la culture du tabac. Ce syslcme pa-
rait, au premier aspect, attentatoire h la proprietl particu-
liere: mais, si I'on reflechit que, lorsque les halos ct les
corrales furent concedes come grAces (mercedes), ils le
furent avec la condition que les proprielaires les maintien-
draient en Mtat de culture et garnis d'un nombre suffisant
d'animaux, sous peine de retour au domain, ainsi qu'il
conste par Iinstruction de I'an 1754; si a cela on ajoute
que le possesseur obtenait la preference quand il consen-
tait a cultiver du tabac dans les vegas que la ferme conte-
nait et qu'il n'"tait prive de leur usage que lorsqu'il ne
voulait pas les cultiver, .prefrant les laisser deserts (1),


(s) L'arlicle a8 de I'instruction provincial pour le gouvernement
porte : Demeurcront excepts de la rdpartition aux cultivateiurs, les
I( terrains situds sur le bord des rivieres, lorsqu'ils conticndront tiu
(f nomnbre considerable de palmiers ou d'autres arbres fruitiers 4qi1i
: s.rvent d'aliment nicessaire anx Iroupeaux ou aux porcs dleies


440


AGRICULTURE.










on decouvrira le fondement des dispositions royales dans
Pesprit mmine des anciennes concessions (1). L'ordonnance
royale du 30 aoit 1815, que nous avons cite plus haul,
accord aux propriltaircs des terrains boises une enliere
libcrte d'en fire ce qu'ilsjugeront convenable, soit de les
vendre, de les repartir et de les culliver, mais toujours
dans le but de les utiliser pour I'agricullure et la popu-
lation. C'est pour cela que Particle 4 du decret de Pin-
tendance du 27 juillet 1818 porte c que les possesseurs de
, plus de terrains qu'ils ne pourront en uliiser, etqui n'y
t auront d'autre titre que celui de la prescription, de-
t vront les vendre, les repartir ou les affermer dans le
t tcrme d'un an, et in l'a ant pas fait, ces terrains de-
a vront eIre consiieri's combine terrains vagues et incultes
, et come tels concedes 5 ceux qui les front connailre
a on qui les demanderont sous la condition de les cultiver
c et de les utiliser. Ces dispositions out pour but, d'a-
pr&s le dccrel susdit, la destruction des hatos et des cor-
rales et la repartition des terres A cens.
Divers avis de la surintendance, bien que la question


I( dans les firmes, de soi te cue, quand menie il y aurait au pied de
ft ces arbres des series on des coteta'x plropres ani tabac on ne les con-
K cedera pas. ,
(i) Quel fut le but de ces concessions? de peupler, d'lever des
(c animaux et. de ciltiver; de sorte que, du moment oh aucune de ces
conditions n'est remplie, ii est necessaire que les lerres reloiirnent
a leur premier propridlaire afin qu'il puisse en disposer comme it
( jugera convenable a ses vraisindriets et aux lois de I'Etat. w Termes
dui rapport do trdsor dans le decret sur les terrains doinaniaux ; ,lt-
moire de la society n0 22.


441


AGRICU LTUREI.








i 2, AGRICULTU IE.
n'ait pas encore tl suffisammen approfohdie, confirmed
les droits de la couronne aux lerres riveraines et aux ter-
rains bas que les rivibres baignent dans leurs crues; ils
proposent, en consequence, de les repartir sans consuller
la volonte des fermiers, autrement que pour leur accorder
la preference s'ils vculent les mettre en culture. Toutefois
des raisons nouvelles el incontestables, deduites de la loi,
des ordon nances royales et des resolutions postlrieures (1),
demontrent que ces rives font partic int6grante des fermes
d'levce,et que, parcons6quen, en en en pouillan t les posses-
scurs, on portrait atteinte au droit sacred de la proprie6lc
Ces motifs empechirent I'ex6cution de la measure prise en
faveur des planteurs de (abac el qui leur accordait Pusage
desdites terres riveraines, moyennant un loyer ou impot,
sans avoir regard aux raisons que ces derniers donnerent,
se fondant sur les lois cities ci-dessus, sur la puissance
imperieuse de IPhabitude et sur I'utiliil de la branch a
laquelle ils se consacraient. La scule chose que Pon put
fair en faveur de ces planteurs, ce fut de maintenir en
possession ceux qui cullivaient des vegas en quality de
proprielaires ou d'hkritiers d'a nciens possesseurs et come
simples fermiers des autres qui s'y elaient etablis avant
Pannee 1828, sous la condition de payer au fernier prin-
cipal la rente ou le droit convenu. Mais cette measure nc
confirmail point Popposition.de ceux qui ne voulaient
point repartir les vegas de leurs fermes; elle ne satisfaisail


(i) Rapport de la commission du tribunal de commerce sur cette
mati i e.










pas non plus les d&sirs du grand nombre de cultivateurs
qui les sollicitaient, et par consequent ne reniplit pas le
but auquel on tendail, qui etait de prodlgcr et de gdne-
raliser I'importante culture du tabac. II y a d'ailleurs
d'autres measures encore, (ant directes qu'indirecles, qui
seraient exigees, don't 'action tendrait au bien general,
en partant des bases 6lablies de la n~cessilt et de la con-
venance qui existent a changer Porganisation vicieuse des
grandes fermes d'&leve, afn d'utiliser pour la culture
I'immense Ctendue de terrain fertile qu'elles occupent.
Cetle reform, don't nous avons indique les bases, doit
commencer par I'arpentage, la classification et la rparti-
tion des terres, et cela nous parait d'aulant plus urgent,
que sans cela il ne sera pas possible d'entreprendre les
grands travaux de colonisation blanche, unique plancbhe
de salut pour l'ile de Cuba, nais par laquelle ce salul ac-
querra une certitude don't ne jouissent point les aulres
Antilles etrangeres. Nous allons maintenance passer au
calcul que nous avons faith (1), il y a plusieurs annees,
du capital agricultural que representent sur ce rich
territoire, les fermes consacrees a I'eleve des bestiaux.


DES SUCRERIES.

La culture de la canne a sucre doit se considered, en
premier lieu, moins sous le rapport de la valeur des capi-
taux qu'elle emploie et des produits qu'elle offre, que

(i) En i83o. Nous manquous de donnees oflicielles pour le rectilier,
a;ucun document n'ayiant etll ritiublie ce suijt.


AGRICULTURE.


443







AGRICULTURE.


sons celui de I'6tendue des proprieils dans lesquelles elle
se fail, de la cooperation des diverse branches d'indus-
trie qu'elle nOcessile et de Pinfluence que sa prosperile ou
sa decadence exerce sur routes les classes ie la sociWl!.
L'illustre baron de Humboldt, dans son ouvrage sur
Pile de Cuba a kcrit sur la culture de la canne et la fabri-
cation du sucre un chapitre qui sera toujours lu aver
intlrel; il y faith connaitre les principals ipoques de cette
branch de culture, I'evaluation de ses produils, compa-
res a ceux d'autres pays, I'importanle question des bras
qu'elle emploie dans les champs, la proportion de leur
nombre avec ceux qui s'occupent d'autres cultures ou
professions diverse; et enfin cet appreciateur exact des
forces industrielles a expos quel etait I'Mtat de la fabri-
cation a Cuba les vices qui la faisaient languir et les
moyens qu'il faudrait adopter pour lui faire fair des pro-
grss. La conviction meme des verilds qu'il public a fait
r6fkchir les proprihtaires de celle ile au sort qui menace
leurs terres, s'ils n'adoptent pas promptement un systime
de r6forme qui les melte h covert de la triple influence
qu'exerctnt sur eux l'industrie europcenne, la grande
production des autres pays et les lois reslrictives du com-
merce (1).


(i) Cette derni6re cause est digne de la consideration du gouvernc-
inent suplnime, et d'awlant Ilus qu'il n'est pas au pouvoir des culti-
vateurs de Cuba d'en modifier I'action. Le sucre de cette lie pourra
difficilement, ai l'avenir, sontenir la concurrence sur les march's
d'Europe, si par le moyen de quelque trailed en execution on n'll'tient
pas la diminution d d droits elcvrs qu'il ,iaye a l'entrde dans les ports.


444