• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Abacou-Azur
 Babeque-Buyaba
 Cabacu-Cyr
 Da-Duvivier
 Eau-Eveque
 Fabre-Furel






Group Title: Tome II
Title: Dictionnaire géographique et administratif universel d'Haiti ..
ALL VOLUMES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00025083/00001
 Material Information
Title: Dictionnaire géographique et administratif universel d'Haiti ..
Physical Description: 4 v. : illus., pl., maps. ;
Language: French
Creator: Rouzier, S
Publisher: C. Blot
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1892]
 Subjects
Genre: dictionary   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: Vol. 3-4 have title: Dictionnaire géographique et administratif d'Haiti.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00025083
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000587095
notis - ADB5794
oclc - 07011638
lccn - 01016525

Table of Contents
    Front Cover
        Page III
        Page IV
    Title Page
        Page V
        Page VI
    Preface
        Page VII
        Page VIII
        Page IX
        Page X
        Page XI
        Page XII
        Page XIII
        Page XIV
        Page XV
        Page XVI
    Abacou-Azur
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 32a
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 52a
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Babeque-Buyaba
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 68a
        Page 69
        Page 70
        Page 70a
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 88a
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 116a
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    Cabacu-Cyr
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 154a
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 172a
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 186a
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 192a
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 200a
        Page 201
        Page 202
        Page 202a
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 272a
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 276a
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
    Da-Duvivier
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        291-292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
    Eau-Eveque
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
    Fabre-Furel
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 376a
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
Full Text









DICTIONNAIRE
GEOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATIF
UNIVERSAL
IDr'IIAITT






















EN PREPARATION :


LES TOMES II & III
DE CE DICTIONNAIRE



PRIX DE L'OUVRAGE COMPLETE: 10 $



SE VEND CHEZ L'AUTEUR
& Port-au-Prince (Haiti), rue du Centre


8-56~3 ,)A s. 1MPR1kRR1iA CHARLES LOr, RUE BLEUS 7.











DICTIONNAIRE


GEOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATIF

UNIVERSAL


D'HAITI
I iLT7JSTr1E

Comprenant un article general sur File d'Ha'iti,
la Republique dominicaine;
des notices g6ographiques, topographiques, statistiques administrative, com'.erciales,
domaniales, agricoles, maritimes, militaires, rurales, postales,
t6legraphiqires, industrielles, descriptives, historiques, politiques, financibres,
economiques, ecclesiastiques, civiles,
judiciaires, biographiques et litt6raires, sur les d6partements,
les arrondissements, les communes, les quarters, les postes militaires, les hameaux
les fortifications, les provinces, districts;
des notices d6taill6es sur les habitations, les montagnes, les planes,
les forts, la geologie, les eaux minerales, les mines,
les fleuves, les rivieres, torrents, ravines et lacs, les baies, les ports et les golfes, les d6troits,
iles et ilots, presqu'iles, isthmes, caps, phares et les rues, etc., eti;.
et sur les curiosities naturelles et historiques, etc., etc., et tous les tapifc3s enut e ;
.-. -. .' ? :
Avec gr)avures, illustrations, plans, cartes et oues dtns'~(i s.'.B ----, ,
et une carte coloricee d ee tile d'Haiti /' '
0OU


GUIDE GENERAL EN AIAITI

par .. :N.,:,
S. ROUZIER







PARIS
IMPRIMERIE BREVETEE CHARLES BLOT
7, RUE BLEUE, 7



















PREFACE





Les Haitiens connaissent peu Haiti : les strangers la connais-
sent mieux qu'eux. Un ge6nral d'armee serait bien en peine de
dire, aujourd'hui quele souvenir de ces faits est lointain, par
quelle route Bergerac Trichet, entoure d'ennemis, en evacuant
les rives de 1'Artibonite le 3 avril 1809, regagna Port-au-Prince
avec sa troupe, et comment, et a quelle occasion, Lys, en par-
tant de la Crete-Brulee le 12 juin 1809, parvint devant la
Sourde.
Pendant I'insurrection de Miragoane en 1883, se rappelait-on
que Dessalines contourna l'6tang de Miragoane 83 ans aupa-
ravant, lors de la guerre civil entire Toussaint-Louverture et
Rigaud ?
Certainement non!
Un depute ne connait pas la commune qu'il represente au
Corps legislatif.
Des commandants d'arrondissements et de communes ne
connaissent pas les arrondissements et les communes qu'ils
administrent. 11 y a d'honorables exceptions.
11 faut un temps tres long pour etudier une locality don't
l'histoire n'est pas ecrite. Qu'on cite un nom de ville, de quar-
tier, de poste militaire, de section rurale ou de fortification, on
n'en connait pas l'histoire, la situation, les ant6c6dents, les
resources, la production, les caracteres. Dans ces conditions,
comment faire promouvoir le bien? On va a tatons. Aucun bien







VIII -
n'est realis6. Est-ce qu'un medecin peut ignorer les functions
des organes?
On ne sait pas oh la riviere de la commune qu'on habite prend
sa source, ni oi elle se jette.
Au moyen du Dictionnaire geographique et administratif
d'Haiti que j'offre aujourd'hui au public, le gouvernement, les
administrateurs civils, financiers et militaires, les conseils com-
munaux, les deputies, les s6nateurs, les directeurs de douanes,
Jes prepos6s des administrations, les inspecteurs des circons-
criptions scolaires, les professeurs, les 6coliers, les proprietaires
de biens ruraux, tous les fonctionnaires en ge6nral, les consuls
d'Haiti a l'6tranger, les consuls strangers en Haiti, les geolo-
gues, les min6ralogistes, le clergy, les directeurs des postes, les
notaires, les arpenteurs, les tribunaux et les juges, les ama-
teurs et les tourists, les voyageurs, les marines qui fr6quentent
nos ports, les commergants haitiens et les strangers qui sont
en relation avec Haiti, etc., etc pourront connaitre chaque
locality du pays et son histoire particulibre, et avoir tous les
renseignements qui peuvent leur etre utiles, chacun dans sa
sphere. C'est un guide en Haiti, aussi complete que possible, et
pouvant etre perfectionne avec le temps.
Grace aux plans des principaux ports de M. L.-G. Tippenhafter,
aux dessins de M. Bouzon, et aux vues photographiques de
M. Lherisson-Parisot, cet ouvrage present un grand interit a la
marine et a la navigation. Je les en remercie particulierement.
11 est certain que cette premiere edition doit contenir des
erreurs, des redites et des omissions. On me les pardonnera
quand on saura les difficulties qu'il y a a se procurer des docu--
ments, apres tant d'incendies qui ont promen6 leurs ravages
(tans toutes nos villes.
C'est ici l'occasion de payer un tribute de reconnaissance a
M. 0. Gervais (1), alors employee superieur au MinistBre de
l'lntrieur, qui, sachant le parti que j'en tirais, mettait a ma
disposition avec une bonne grace rare en Haiti, tous les docu-
ments et les etats qu'il savait m'etre utiles. Peu de temps apres,
les incendies de juillet 1888 ne les ont pas epargnes au Minis-
tere de 1'Interieur.

(1) M. O. Gervais est mort en juillet 1890.







IX -
Je prie toutes les personnel qui s'interessent a ce livre de me
signaler les erreurs et les omissions pour les faire disparaitre
d'une prochaine edition.
Je crois avoir fait un livre utile it tout le monde, et que le
temps me permettra d'achever, de perfectionner. Avec le per-
cement de listhme de Panama, ce livre devenait necessaire :
il fera connaitre, appr6cier et aimer Haiti. 11 rendra des ser-
vices signals dans toutes les branches de l'administration et
de l'activite publiques. Plus il sera repandu, plus t6t il me sera
donned de corriger les fautes que doit comporter cette premiere
edition, et de l'augmenter meme.
J'ai puise generalement dans tous les auteurs qui ontecrit
sur la geographie et sur l'histoire du pays. Ce livre est plut6t
leur ouvrage que le mien. Toute la valeur de mon travail con-
siste dans l'arrangement, la coordination, la concordance des
descriptions et des faits que j'ai classes suivant l'ordre que
j'avais en vue. Je n'y ai rien mis de mon cru, on si peu que
rien. Je me trompe : j'y ai mis tout mon cceur, toute mon ame.
L'article Haiti est la geographie la plus complete qui ait paru
jusqu'ici : j'y ai ajoute tous les tariffs appliques dans la repu-
blique d'Haiti.
Les statistiques et les tableaux que j'ai fournis se rapportent
plus essentiellement a la republique d'Haiti, et si j'ai du decrire
les rivieres, les montagnes, les provinces, les districts, les vil-
lages et les villes les plus importantes de la Republique domi-
nicaine, c'est pour etre complete; c'est aussi parce que les
Haitiens y ont laisse des traces de leur administration, des
souvenirs et une histoire qui se conservent en depit de la
politique. Cette parties de mon travail a e6t beaucoup facilit6e
par la g6ographie de M. Dantes Fortunat, par la Resefia general
geografico-estadistica de Jose Ramon Abad (Santo-Domingo,
Garcia hermanos, 1889), et par un ouvrage allemand de M. L.
Gentil Tippenhatier, actuellement a l'impression.
Je n'ai pas cru devoir faire preceder ces lignes de l'introduc-
tion traditionnelle, et augmenter par a1 la grosseur des volumes
deja fort considerable. Ma preface d'ailleurs en est bien une.
,Le lecteur qui a besoin d'un renseignement, n'aura qu'd se
reporter aux mots d4sir6s par ordre alphab6tique.
Je fais un vceu, et il ne sera pas sterile, c'est que chaque
QS









locality d'Haiti en lisant son histoire, en se connaissant pour
ainsi dire soi-meme, se dise : < Voici en quoi j'ai contribute au
bien on au mal, a la paix ou la guerre, ala security on "a
insecuritye, a la misere ou a la richesse du pays. Desormais
profitons des legions du passe, et soyons unies quand mdme
pour le plus grand bien de la patrie commune. ,
Haiti, riche par les tresors enfouis dans son sein, mais pauvre
par ses revolutions, redeviendra la Reine des Antilles.
Je serai assez r6compense de mes peines.
J'aurai honored Haiti, ma mere, selon mon coeur.

S. ROUZIER.
Port-au-Prince, 1891.




















HOMMAGE

AU PAYS
ET

AU GOUVERNEMENT D'HAITI














































































































"`"


















































































































I I; -- -















































h





































































































P.









































































































































































r









LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE Port-au-Prince, le 12 avril 1890.
SAN 87 DE L'INDEPENDANCE.
REPUBLIQUE D'HAITI



Section de la C. Generale. LE SECRITAIRE D'ETAT AU DEPARTMENT
No 802. DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE,





A MONSIEUR S. ROUZIER,



Port-au-Prince.


Monsieur,



J'ai l'avantage de porter A votre connaissance qu'une com-
mission a-ete nommee a l'effet d'examiner l'ouvrage don't vous
avez communique la preface a Son Excellence le President de
la Rdpublique.
Vous voudrez bien, Monsieur, mettre a la disposition des
membres de la Commission le manuscrit de votre naire gdographique et administratif universal d'Haiti ), afin
que ces messieurs puissent, apres examen, dresser au Ddpar-
tement un rapport circonstancid sur l'ouvrage.

Agreez, Monsieur, 'assurance de mes meilleurs sentiments.



D. S. RAMEAU.


a








Port-au-Prince, le 6 mai 1890.


Au SECRETAIRE D'ETAT DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE.



Monsieur le Secretaire d'Etat,


Conformement A votre dedpche en date du 12 avril dernier,
au no 777, par laquelle vous nous informez que M. Rouzier,
ayant communique Son Excellence le Prdsident d'Haiti, la
preface d'un ouvrage qu'il se propose de publier sous le titre
de illustre ), le Conseil des Secretaires d'Etat consulted, il a etd
ddcidd que cet ouvrage serait examine par une commission,
selon que l'auteur en a exprime le d6sir, et vous nous avez
choisis pour former cette commission avec mandate de vous
dresser un rapport A son sujet.
Nous penetrant de la haute pensee que vous avez exprimde
de la part du gouvernement, en faisant appel a notre impar-
tialite pour vous donner nos appreciations sur le travail
soumis A notre examen, nous avons l'honneur de vous exposer
que M. Rouzier s'est empress, avec courtoisie, de mettre a
notre disposition chez lui le manuscrit de son ouvrage qui se
compose de neuf cahiers de 200 pages environ chacun, pou-
vant se rdduire a 3 ou 4 volumes de 4 A 500 pages.
Dans son ensemble, l'ouvrage present un dictionnaire par
ordre alphabetique contenant les noms des villes, villages,
quarters, posies militaires, sections rurales, habitations,
rivieres, etc., etc., les noms d'hommes cedlbres d'Haiti, avec des
notices historiques, des renseignements precis sur toutes les
localitis, sur les productions du sol, la population et la super-
ficie, la description gnedrale de l'ile, ses bassins, ses ports de
mer ouverts au commerce stranger, ses recettes generales pro-
venant des biens du domain, des revenues de nos douanes,
des timbres, de 'enregistrement, etc. Ce dictionnaire, qui a
coi2td A son auteur quelques annees d'un travail opiniatre,
e







xv -
selon son aveu, trouve son utility dans les notes particulibres
qu'il a recueillies avec un soin tout special sur la topographic
des lieux, leurs richesses mindrales, et la diversity des pro-
ductions vegStales, sur l'ordre administratif, l'etat civil, la
justice, les tribunaux, sur les cultes, la division diocesaine,
paroissiale, sur les ministries de la religion, et m6me sur les
personnages devenus cedlbres pour notre histoire national.
Tout dans cet ouvrage atteste la scrupuleuse attention qu'a
mise l'auteur dans ses recherches pour s'attacher aux choses
les plus directement en rapport avec nos usages, nos moeurs,
nos lois, notre etat social. Ce qui complete l'importance de ce
dictionnaire et le rend interessant, c'est que M. Rouzier y a
intercald des plans, non seulement de nos vastes planes, mais
de nos difftrents ports de mer et de nos miles adjacentes, des
photographies de nos principles villes et des panoramas de
nos campagnes.
Cet ouvrage est A la fois original et instructif par la multi-
plicite et la clarte des explications, la variedt des mots qui ont
passed dans notre literature national, la diversied des rensei-
gnements que l'auteur a puisds aux sources les plus authen-
tiques de la tradition orale ou de notes officielles.
En resume, ce dictionnaire, dans tout ce qu'il renferme, est
un ouvrage precieux et utile A tous les points de vue.
Depuis qu'on a introduit d'une manibre sdrieuse cans nos
dcoles nationals l'Vtude de 'histoire et de la geographic
d'IHaiti, un outrage dans le genre de celui qui est soumis A
notre examen, devient un puissant auxiliaire pour la connais-
sance exacte des lieux et des. faits historiques qui s'y ratta-
chent. Le dictionnaire de M. Rouzier trouvera avecjustice une
place distinguec dans nos bibliothbques scolaires, a c6te de la
geographic de notre jeune et intdressant concitoyen M. Dantes
Fortunat, geographic actuellement en usage dans nos col-
leges.
Comme vous le comprendrez, Monsieur le Secrelaire d'Etat,
nous avons envisage l'ouvrage dans son ensemble, et nous
avons 'honneur de porter A votre connaissance que, dans
notre opinion, M. Rouzier est digne A tous regards de la haute
et bienveillante attention du gouvernement qui, comme nous
avons lieu de l'esperer, est appeled proteger et A encourage
totes les productions de l'esprit qui ont un cachet haitien et
I qui sont reconnues d'utilitd publique.
*







XVI-
Dans cette pensee, nous avons l'honneur de vous presenter,
Monsieur le Secrataire d'Etat, l'assurance de nos sentiments
distingues.

TH. MARTIN.

L. ADAM FILS.

J. DucIs VIARD.
J.-L. DOM1INIQUE, avocat.

ED. LESPINASSE.



(Ce rapport a ete public dans le No 11 du journal Haiti
illustree du 2 juillet 1890. Imp. Vve J. Chenet, Port-au-
Prince.)


0















A


Abacou (1'). No 1. Sixieme section rurale de la commune de Port-
Salut, arrondissement des Cayes. Ecole rurale. Ce mot est une altera-
tion du mot indien Bocao, bouche.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habi-
tations : Balix 4 carreaux de terre, Dumont 5, Bois-carr6 50, Cambefort
23, Gardere 13, Balix Macaya 1/2, Bergerac 3.
Abacou (1'). No 2. Septieme et derniere section rurale de la commune
de Port-Salut, arrondissement des Cayes.
Voyez : D6troit de l'Ile-a-Vache.
L'Etat y possede 2 carreaux de terre sur l'habitation Ducoing.
L'Abacou est pour le d6partement du Sud ce qu'est l'Arcahaie pour le
d6partement de l'Ouest, ou encore ce quest le Borgne pour le departe-
ment du Nord : un grenier d'abondance, un centre de production im-
portant.
Sa population est laborieuse et active.
Situe sur le bord de la mer, ses products trouvent un d6bouche facile
dans toutes les villes du littoral du Sud.
La pointe de l'Abacou s'avance dans la mer; elle est tris difficile a
doubler par les navires qui remontent de l'ouest. Elle est A 18 1/ 30"/de
latitude N..et h 760 12' 55" de longitude 0. du meridien de Paris.
Histoire. -- Le commandant du port des Cayes, Kerpoisson, faisait
noyer en 1803, au delay de la pointe de l'Abacou, entire les Cayes et le
Port-Salut, tous les indigenes revolt6s qui lui tombaient sous la main.
En 1869, les navires du gouvernement capturerent en cet endroit
plusieurs barges de la revolution charges de denrees, qui furent
confisquees.
Abandonnez-Gerard. Chemin de la plaine des Cayes qui conduit de
Carrefour Canon A l'habitation Castel pere. Voyez : Castel pere.
Abeille (1'). Cinquieme section rurale de la commune de Torbeck,
arrondissement des Cayes. Ecole rurale. I y a les habitations Bara-
teau, Jean Mondongue, etc.
Abeille (1'). Habitation situee dans la section rurale de la Gascogne,
commune de Mirebalais, sur laquelle l'Etat possede 130 carreaux de
terre occup6s par des fermiers. On y cultive du riz, du coton, du' cafe,
de la canne a sucre et des vivres. Chapelle rurale.
Abilard. Habitation situ6e dans la section rurale de la Riviere
Mancel, commune de Gros-Morne. L'Etat y possede 5 carreaux de terre
occupies par des fermiers.








2 ABER- ABRI
Abert. Voyz : Bois d'Abert.
Abraham. Habitation situee dans la section rurale du Fond-des-
Negres, commune d'Aquin. *
Abreuvoir (I') ou Bassin-Cheval. Grand bassin en maqonnerie conte-
nant 2.690 barriques d'eau de 60 gallons, situ6 rue de 'Abreuvoir a
Port-au-Prince, pour l'usage des chevaux. II a et6 construct sous la
colonies franQaise. En 1890, le Conseil des Secretaires d'Etat avait auto-
ris6 le Ministre des Travaux publics a le transformer en un square. Le
Senat s'en emut et demand au Ministre a conserver I'Abreuvoir pour
les cas d'incendie.
Abricot. Voyez : Cholette Abricot.
Abricots (les). Commune de 5e classes de arrondissement de la
Grande-Anse. Contient 4 sections rurales qui sont
La lre, de l'Anse-du-Clerc;
La 2S, de la Seringue;
La 3%, des Balisiers;
La 4e de la Riviere h Couleuvres.
Le bourg des Abricots est situd sur la route de Jeremie a Tiburon,
sur le bord de la mer, entire deux collins. 11 tire son nom de la prodi-
gieuse quantity d'abricotiers qu'on trouva dans ce canton lorsque les
etablissements en furent commences. Moreau de Saint-MAry rapporte
qu'une opinion religieuse des Indiens naturels de 'ile avait place dans
ce lieu le paradise, oui les ames des hommes justes et bons venaient se
nourrir du fruit du mameys ou abricotier. Mais comme le mancenillier
y croissait aussi, ces insulaires pensaient que l'ame du m6chant se nour-
rissait de son suc veneneux.
En 1789, le bourg des Abricots ne comptait que 17 maisons, et
dependait de la paroisse de Dalmarie: ses 6tablissements ont augmented
depuis l'Independance. Toutes les denrees qu'on exploit dans l'6tendue
de cette commune aboutissent au rivage, et trouvent un debouch6 sur
la place de Jrdemie. De nombreuses sources arrosent les habitations de
I'interieur et des mornes. La Riviere a Couleuvres, bien nommee, enla-
cant de toutes parts les longues et large vallees qui sillonnent la
champagne, developpe partout les 616ments de f6condite qu'elles contien-
nent; elle a un course de 16 kilomntres. A 3 kilometres de son embou-
chure elle regoit la riviere des Balisiers et des Cartes ou Cap.
La commune produit en moyenne par an :
150.000 livres de cafe,
1.500 ) cotton,
50.000 cacao,
150.000 ,, campeche,
des bambous, des vivres, du poisson sec et des fruits.
Population : 8.000 ames environ. Jours de march : les samedis.
II y a eu, en 1890, 316 naissances, don't 9 legitimes et307 naturelles,
3 deces, pas de marriage. Un deputy.
Le port n'est pas ouvert au commerce stranger. Mauvaise rade.
L'habitation Sp6back, situee aux Abricots, appartenant a l'Etat, fut
mise en vente par la loi du 7 novembre 1812.
e







ABRI ACHA 3
L'Etat possede actuellement dans ce village 60 emplacements occup6s
par des fermiers dans les rues du Portail, de l'Embouchure, du Fond-
Coco et dans la Grande Rue.
Le tribunal de paix relieve de la jurisdiction du tribunal civil de J6-
remie. Ecoles relevant de la circonscription scolaire de Jeremie.
La loi du 25 avril 1817 et celle du 20 novembre 1821 fixent la
distance 16gale de cette commune a la capital a 66 lieues. Les Abricots
sont 6loignes de Jer6mie, le chef-lieu, de 7 lieues 1/2. Les routes sont:
h l'est, celle de Jor6mie par le Trou-Bonbon; a l'ouest, celle de Dalmarie,
et au sud cells qui conduisent dans l'interieur et dans les mornes.
La post arrive de J6remie, de Port-au-Prince et du Nord le mardi
matin, et report le lundi suivant.
II y a une compagnie do gendarmerie, une de police administrative,
une d'artillerie de J6remie, une police rurale, et la garde national a
pied et a cheval.
L'dglise est une halle en bois couverte de tole, sans plafond. En 1892,
'lEtat donna 500 gourdes pour l'agrandir.
Fete patronale le 25 aout, a la Saint-Louis.
Le conseil communal reooit des subsides de l'Etat, ses revenues etant
insuffisants pour s'administrer.
Le poste militaire de l'Anse-du-Clerc est situe dans la section rurale
de mnme nom de cette commune.
Le premier citoyen qui ait repr6sent6 cette commune a la premiere
Chambre des communes en 1817 fut Labissiere.
IHistoire. Les Abricots ont 6te le theatre de luttes sanglantes entire
les revolutionnaires de 1869, appel6s Cacos, et les partisans du president
Salnave, d6sign6s sous le nom de Piquets. Ces derniers finirent par s'y
fixer. Salnave en avait fait un point de ravitaillement pour ses d6fenseurs
dans la Grande-Anse. Les Piquets n'en furent chassis qu'en mars 1870,
apris le triomphe de la revolution des Cacos et la mort de Salnave.
Siffra et Delgrace, deux chefs piquets qui avaient commis routes sorts
de crimes dans cette lutte sanglante, reussirent a se sauver dans les
bois, lorsque Brice vint reprendre les Abricots au nom de la revolution
triomphante.
Abricots (les). Voyez: Glaude Boisrond.
Abricots (les). Monticule situ6 a Cerca la Source, pres du Grand
Chemin de Hinche.
Acacia. Habitation situde dans la section rurale du Bac Coursaint
n 1, commune de la Petite Riviere de l'Artibonite.
L'Etat y possede 16 carreaux 1/4 de terre occupies par des fermiers.
Acajou. Pointe la plus occidental de l'ile de la Gonave, en face de
l'Anse-a-Veau.
Acama. Yoyez : Rio Acama.
Achard. Habitation situee dans la 3e section rura!e de la commune
de Petit Trou de Nippes.
L'Elat y possede 5 carreaux de terre.







4 ACHE ACUL
Achere. Habitation situ6e dans la section rurale du Bas d'Ennery,
commune d'Ennery.
L'Etat y possede I carreau de terre occupy par un fermier.
Acuba. Voyez: Jacuba.
Acul (1'). Quatrieme section rurale de la commune de Gros-Morne,
arrondissement des GonaYves. Ecole rurale.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habi-
tations : David 86 carreaux de terre, Remonsin 9.
Acul (1'). Position situee sur le rivage pres des Cayes.
Le 8 juillet 1799, le ge6nral Moise est oblige de s'y retrancher avec ses
6.000 homes, a la suite du combat de Faucher, oui Rigaud repoussa
son arm6e avec 3.000 hommes. Apres cet echec, le ge6nral Toussaint-
Louverture rappela Moise (le 9 juillet), et donna le commandement en
chef des troupes du Nord h Dessalines.
La riviere de l'Acul arrose a l'ouest la plaine des Cayes. Ses eaux
sont abondantes. Elle sert de limits aux communes de Port-Salut et de
Torbeck don't elle est distant de 3 kilometres.
Acul (1'). Anse situee sur le rivage de Leogane, non loin du fort Qa-Ira.
La petite riviere de l'Acul se jette dans la mer entire Leogane et Grand-
Goave.
Le 19 f6vrier 1794, les Anglais marcherent contre l'Acul de Leogane
avec deux pieces de canon de 5 pouces et demi et deux pieces de 4.
Seconds par le marquis de Montalambert, du colonel Spencer et du
capitaine Vincent, ils enleverent le fort sur les republicans apres un
combat de trois heures. Un jeune noir republican don't l'histoire n'a
malheureusement pas conserve le nom, fit sauter la poudriere du fort
qui tua 60 soldats anglais.
En mars, 1.500 republicans essayerent de reprendre le fort sur les
Anglais. Le marquis de Montalambert les repoussa, leur tua 300 hommes
et leur prit une piBce de canon.
En 1799, apres la bataille de Faucher, le general Laplume se retira
en desordre a I'Acul de Leogane. AussitOt que l'arm6e du Sud se fut
emparee de Bellevue, Dessalines donna ordre A ses troupes d'evacuer
l'Acul et Ldogane sur le Port Republicain (Port-au-Prince). Toureau
montra de l'h6sitation en ne sachant pas profiter de la premiere victoire :
I'armee du Sud s'en indigna et demand a marcher centre l'Acul que
l'ennemi n'avait pas encore abandoned. Toureau fut contraint de ceder
au veu de ses troupes. II confia a Petion un faible detachement avec
ordre d'attaquer l'Acul par les hauteurs. P6tion rencontra en chemin un
poste ennemi qui arreta sa march. Il fit savoir h Toureau qu'il allait
enlever ce poste avant d'assaillir l'Acul. Mais celui-ci, toujours hesitant,
lui expedia l'ordre de rentrer a Bellevue.
Le 22 d6cembre 1803 au matin, les troupes franchises debarquerent
a l'Acul pour combattre les independants.
L'habitation de 1'Acul, ou Beauharnais, fut mise en vente par la
loi du Sdnat du 16 mars 1812 pour l'etablissement d'une monnaie na-
tionale.








ACUL ACUL 5
Acul (1'). Voyez: Bas de 1'Acul, Bale de l'Acul.
Acul a Conit (1'). Point sur lequel prend sa source la riviere de Caracol.
Acul des Pins (1'). Troisieme section rurale de la commune de
Ouanaminthe, arrondissement de Fort-.Liberte. Elle a 6te subdivisee en
1874 en donnant naissance a la section rural de la Savane au lait.
Ecole rurale. 11 y a l'habitation Baupuy.
Acul des Savanes (1'). Deuxieme section rurale de la commune de
1'Anse-a-Veau, arrondissement de Nippes. Ecole rural.
I y a l'habitation Desbois.
Le sol est charge de fer, et l'on y trouve une pierre qui a du brilliant
et qui coupe le verre comme le diamant; il y a aussi des gisements de
carbon de terre.
Acul des Savanes (1'). Riviere qui donne son nom a la section rural
pr6cedente et qui se jette a l'Anse-a-Veau.
Acul du Carenage (1'). Voyez: Carenage.
Acul du Nord (1'). Commune de 5e classes de I'arrondissement du Ca p
hailien. Contient 6 sections rurales qui sont:
La I'e, du Camp de Louise;
La 2, du Bas de l'Acul;
La 3e, du Mornet;
La 4e, de la Grande Ravine;
La 5e, de la Coupe h David;
La 6C, de la Soufriere.
Population: 5.000 Ames. Climat doux et sain. Anciennement ce bourg
servait d'embarcadere au fond de la baie de l'Acul oui il est plac6. La
baie du Camp de Louise est situ6e dans celle de l'Acul qui regoit les
embouchures de la riviere du Maho et de la Riviere Salee. Le village est
assis sur un terrain mouvement6 donnant du jaune de Sienne, de l'ocre
rouge et violette. La source Barrique sert a l'usage des habitants: elle
est abondante, saine et intarissable.
Dans les hauteurs de la riviere de l'Acul on trouve du marbre.
De nombreuses sources arrosent les habitations de l'int6rieur qui
produisent en moyenne par an:
125.000 livres de caf6,
1.500.000 livres de campeche,
de l'huile de palma-christi et d'excellent sirop.
On y 61eve beaucoup d'abeilles.
Debouch6 : Cap-haltien. Jours de march : les samedis.
L'Acul du Nord est a 4 lieues du Cap-haitien et a 2 lieues de la Plaine
du Nord. Un deputy.
La distance legale de cette commune a la capital est de 57 lieues.
Il y a en moyenne par an 200 naissances, 135 d6ces et 26 mar s.
Les routes sont: cells du Cap-haitien a l'est, et celle de Linr a
l'ouest. a
Le port de l'Acul du Nord n'est pas ouvert au commerce stranger.
Une seule fois, et momentan6ment, les navies strangers venaient y d6-
barquer leurs cargaisons et des munitions : c'6tait pendant l'insurrection








6 ACUL- ACUL
de Salnave au Cap, en 1865. Le 22 octobre, le president Geffrard y 6tablit
son quarter general. L'insurrection vaincue, le port fut de nouveau
ferm6 au commerce stranger.
L'ilet a Rat qui se trouve dans la baie de FAcul est a 190 48' 53" de
latitude septentrionale et 740 48' 35" de longitude occidental du meri-
dien de Paris. I1 y a encore dans cette bale qui donne face au nord
I'ilet a Sable, les Trois Maries et divers hauts fonds.
Fete patronale le 8 septembre a ]a Nativite de la Vierge.
Les revenues du conseil communal de l'Acul du Nord etant insuffisants,
PEtat lui donne des subsides pour s'administrer.
Le tribunal de paix relieve de la jurisdiction du tribunal civil du Cap-
haitien; les ecoles relevent de la circonscription scolaire du Cap-hai-
tien.
L'Etat possede dans ce bourg 37 emplacements occupies par des fer-
iniers, rues Saint-Theodore, Saint-Augustin, Saint-Frangois, Saint-
Mathieux, Saint-Jacques, rue du Cimetiere, rues Fermee et de Traverse.
Les biens reserves de la commune sont l'emplacement d'un presbytere
h bAtir, l'Pglise, le bureau de la place et la prison.
Les principles habitations sont: Lenormand..., Lafond, Vaudreuil...
Le tombeau de l'ex-president d'Haiti, Pierrot, se trouve sur I'habita-
tion Lafond.
Hisloire. Christophe Colomb entra dans la bale de l'Acul le 21 de-
cembre 1492, ce qui lui fit donner le nom de Port de Saint-Thomas. Le
temps n'a pas respected cette denomination.
Le 22 aofit 1791, a 10 heures du soir, les esclaves se mirent en r6-
volte centre les Franqais et brulelrent tout, on donnant ainsi le signal de
l'insurrection dans le Nord. ls mirent i leur tIte Jean Franqois, qui eut
pour lieutenants Boukman et Flaville.
A la fin de 1793, Toussaint-Louverture prit possession de l'Acul
du Nord au nom de PEspagne qu'il servait.
En octobre 1801, lors de l'insurrection de Moise au Cap, les re-
voltes se prononcerent en sa faveur a l'Acul : Christophe march contre
eux. Quand il atteignit l'habitation Vaudreuil, il rencontra l'avant-garde
des revolts se dirigeant sur le Cap: il l'attaqua et la culbuta.
En f6vrier 1802, a l'arrivee de l'expedition Leclerc, la division
Hardy d6barqua a la baie de l'Acul, et march sur le Cap.
On pretend que c'est a l'Acul que se montra la lepre pour la pre-
miere fois dans le pays, en 1709.
La culture de indigo batard ou marron fut commencee pour la
premiere fois, au 17" siecle, par un habitant colon de cette commune.
Acul du Pare (1'). Morne situe au N.-E. de la Crete-a-Pierrot, en avant
du chemin des Petits Cahos.
La division du general Hardy, revenant des Cahos en mars 1802, s'y
6tablit pour assieger la Crete-a-Pierrot.
Acul du Petit-Goave (1'). Poste militaire de l'arrondissement de
Leogane, situe sur le rivage dans la section rural de la Plaine no 1,
commune de Petit-Goave. Ecole rurale. Chapelle et calvaire.
Le port est bon et assez profound, mais il ne sert qu'aux petites em-
barcations. Du temps de la colonies, on y avait project l'6tablissement de
e








ACUL AGOU 7
la ville de Fort-Royal avant la foundation de Port-au-Prince. Il est situ6
sur la route de Miragoane. Beaux champs de cocotiers. La route du
Petit-Goave est excellent; bien entretenue, elle serait carrossable.
C'est h P'Acul du Petit-GoAve que MM. Simmonds freres, nego-
ciants frangais etablis depuis longtemps au Port-au-Prince et h Paris,
ont fond Pl'usine la plus important du pays pour la preparation des
cafes. Depuis lors, ce centre s'est beaucoup developp6.
Pendant que I'armeo de Rigaud retraitait dans Ie Sud, en mai 1800,
Dessalines, arrive sur le morne qui domine Petit-Goave, se disposait a
6tablir des embuscades entire l'Acul du Petit-Goave et le Pont de Mira-
goane, mais le colonel Faubert prevint ses intentions en ordonnant a
cent homes d'aller occuper l'Acul. L'arm'e de Dessalines couronnait
d6jh tous les mornes qui dominant l'Acul et le fort Resolu.
Acul Jarreau (1'). Troisieme section rurale de la commune de Limbe,
arrondissement de Limb6.
Acul Samedi (1'). Ancien poste militaire de l'arrondissement de Fort-
Liberte, situe dans la section rurale du meme nom, entire Ouanaminthe
et le Fort-Liberte. Erige en commune de 5a classes par le decret du gou-
vernement provisoire du Nord date de Saint-Marc du 3 aout 1889. Un
d6pute.
Le premier citoyen qui ait represented cette commune a la Constituante
siegeant aux Gonaives se nomme A. Fanor fils.
Population :5.000 ames. Une seule section rural.
Les eaux des montagnes de l'Acul Samedi forment la riviere Marion.
La compagnie de gendarmerie a 6t6 cr6ee par laloi du 10 septembre 1890.
Acul Samedi (1'). Troisieme section rurale de la commune de Fort-
Liberte. Dans cette section rurale so trouve la commune du meme nom,
situee entire Ouanaminthe et le Fort-Libert6. Ecole et chapelle rurales.
L'Etat y possede des terres inoccupees sur les habitations : Dufay,
Sandre, Verron, Loiseau, Tournier, Dumas, Guitonneau, Emilin, Dufort,
Fauconnette, Bricourt, Croisev6, Gaston, Larue.
En janvier 1793, le general Laveaux enleva un poste de Jean FranCois
et de Biassou, etabli a 1'Acul Samedi.
Adam. Voyez : Ravine de Jean Adam.
Adamany. Yoyez : Saona.
Adrien. Habitation situee dans la section rurale de la Riviere h Cou-
leuvres, commune des Abricots.
L'Etat possede 6 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Agard. Voyez : Petite Place Agard.
A-gauche. Riviere tributaire de la Gascogne.
Agnant. Yoyez : Saint-Agnant, Soutagnant.
Agnes. Yoyez : Source Agnes.
Agoust. Habitation situde dans la commune de Dondon.
En 1791, les esclaves revoltes centre les Frangais l'occuperent.







8 AGRA AINA
Agrane. Savane situee dans la section rurale de Narang, commune
de Maissade.
Agua. Montagne du Cibao Central au N. de la plaine d'Azua et A I'E.
de Saint-Jean.
Agua. Voyez :Mucha Agua.
Aguacate. Petit hameau dominicain devant lequel passe la riviere
,Yasica.
Agua Dulce. Quarter de la commune de Saint-Christophe, entire cc
village et la mer, du nom de la riviere suivante.
Agua Dulce. Petite riviere de la R6publique dominicaine, qui se jette
dans l'Ozama.
Agua Dulce. Petite riviere qui se jette dans la mer des Antilles entire
la Nigua et le Nizao.
Agua hedionda. Sources de petrole prBs d'Azua.
Aguahidionde. Quatrieme section rurale de la commune de Iinche,
bornee par les communes de Saint-Raphael, de Maissade, de Ranquitte
et de Cerca la Source.
Elle a ete subdivisee en 1875 en donnant naissance a la section rural
de Cerca. Ecole rurale. Aguahidionde est un poste advance de la ligne
frontiere.
Il y a les habitations : los Tablones, Rio Honda, los Anones, los Car6s
oi il y a des coupes de bois d'acajou.
Aguahidionde est aussi une riviere qui se jette dans le Guyamuco, tri-
butaire de l'Artibonite.
Aguava. Voyez : Grand-Goave.
Aigrettes (les). Pointe situ6e entire l'Anse du Milieu et les Anglais
dans le department du Sud.
Aigron. Habitation situee dans la section rurale de la Riviere des
Negres no 1, commune de Saint-Louis du Nord.
L'Etat y possede 21 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Agujero Azul (el). Baic formee par la mer des Antilles dans la Repu-
blique dominicaine.
Aguilas (las). Baie form6e par la mer des Antilles dans la Republique
d ominicaine.
Aimable ou Mable Leclerc. Habitation situee dans la section rurale
des Gris-Gris, commune des Cotes-de-Fer, appartenant a l'Etat. Conte-
nance inddterminee.
Ainard. Habitation situee dans la commune de l'Arcahaie.
En 1802, Lamartiniere, combattant pour lesFrancais, y surprit Larose
et Destrade, deux des chefs de bandes des insurges des mornes de
l'Arcahaie, leur tua beaucoup de monde et les dispersa. Destrade et les
siens, poursuivis avecvigueur, abandonnIs de Larose, furent constraints
de gagner le sommet des mornes des Crochus.


0







ALAT ALLA 9
Alathe. Habitation situee dans la section rural de la Grande Mon-
tagnc-Roue de Cabrouet n0 3, commune de Verrettes.
L'Etat y possede 3 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Albanel. Habitation inoccupee, situee dans la section rurale des
Perches, commune-des Perches, appartenant a 1'Etat. Contenance inde-
terminee. C'6tait une ancienne indigoterie don't on voit encore les
ruines.
Alcarrizos (los).Petit village de la commune de Saint-Christophe, sur
la route de Bonao.
Alexandre. Nom d'une rue au Mole Saint-Nicolas, dans laquelle l'Etat
possede 8 emplacements occupies par des fermiers.
Nom d'une rue h Ennery, dans laquelle l'Etat possede 7 emplace-
ments occupies par des fermiers.
Nom d'une rue a Terre-Neuve, dans laquelle l'Etat possede 11 empla-
cements occupies par des fermiers.
Nom d'une rue aux Gonaives, danslaquellel'Etat possede 22 emplace-
ments occupies par des fermiers.
Nom d'une rue h Saint-Michel du Nord, dans laquelle l'Etat possede
14 emplacements.
Nom d'une rue 5 Saint-Louis du Nord, dans laquelle l'Etat possede
des emplacements occupies par des fermiers.
Nom donned a une rue dans presque toutes les villes de la republique,
en l'honneur du president Alexandre Petion, notamment h Miragoane.
Alexandre. Habitation situee dans la section rurale de la Savane
Carrbe, commune de Gros-Morne. L'Etat y possede 5 carreaux de terre
occupies par des fermiers.
Voyez : Fort Alexandre, Fort National.
Alexis. Voyez : Lexis.
Alexis. Habitation situee dans la section rurale de Laville, commune
de Plaisance.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Alexis Louty. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de
Laplata, commune de Port-de-Paix. L'Etat y possede des terres. Conte-
nance indetermin6e.
Algodon (el). Montagne dependant de la chaine Hilera Central. Hau-
teur, 520 metres.
Allard. Habitation inoccup6e, situee dans la section rurale des
Perches, commune des Perches, appartenant a l'Etat..Contenance
indeterminee.
Allard. Habitation situ6e aux portes du bourg de Saint-Louis du Sud.
Le 2 juillet 1800, I'armee de Toussaint-Louverture, apres s'etre
emparee d'Aquin, march sur Saint-Louis du Sud, et vint camper sur
l'habitation Allard. Dessalines, le commandant en chef, se disposait a
occuper le bourg quand Toussaint lui fit connaitre que des ndgociations









allaient 6tre entam6es avec le g6n6ral Rigaud : il suspendit sa march.
De part et d'autre on etait fatigue de la guerre civil. Les negociations
n'ayant pas about, Dessalines somma le bourg de se rendre a
discretion. Les debris de la legion de Jacmel qui l'occupaient n'oppo-
serent aucune resistance. Gauthier, qui commandait encore a ces
intr6pides soldats don't le chiffre avait 6te r6duit de 1.800 h 150, vint
sur Phabitation Allard oh il lit sa soumission.
Allegre. Habitation caf6iere situ6e dans la section rurale des Palmes,
commune de Petit-Goave.
L'Etat y possede 9 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Allemand. Habitation situde dans la section rurale de Bassin, com-
mune de Marmelade.
L'Etat y possede 9 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Almacen de Yuna. Poste militaire, petit hameau de la province de la
Vega (Republique dominicaine), ou 6etaient emmagasines les products de
a Vega descendus par le fleuve Yuna. Les foundations d'un grand depbt
y sont encore visible. D'Almacen, les products etaient apportes a la cote
par des canots.
Alpartagal. Montagne situee pres d'Azua, pres de laquelle jaillit une
source sulfureuse appelee Fuente Azufrada.
Alphonse. Habitation situee dans la section rurale de l'llet h Comes,
commune de Limb6.
L'Etat y possede 7 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Alta Gracia. Eglise A Santo-Domingo.
Alta Gracia. Montagne de la Republique dominicaine. Les mines d'or
de cette montagne ont donned sur 26 tonneaux : 14 onces 2 pennyweight
et 20 grammes par tonneau.
Altamira. Petit village situ6 sur la route de Santiago, du district de
Puerto-Plata dans la Republique dominicaine, dans une belle valley
tres fertile, au pied du Pedro Amarra, et non loin de la Quebrada Honda.
Population : environ 200 ames.
Eglise.
En 1824, le president Boyer y fit diriger un grand nombre d'immi-
grants cultivateurs am6ricains de la race noire.
Altarie. Habitation situee dans la section rural de Grand Cahos,
commune de la Petite Riviere de l'Artibonite.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers. On y
cultive du caf6 et des vivres en abondance.
Alta Vela. Ile adjacent d'Haiti, ainsi nommbe par Colomb en 1494.
Elle est a 8 kilometres au S.-S.-O. de la Beate, district de Barahona, et
a 3.200 metres dans sa plus grande longueur et autant dans sa plus
grande larger.
Le detroit d'Alta Vela est situe entire cette ile et 'ile de la Beate; il a
11 kilometres de large et est profound.
Il y a de bons bois de construction, du guano et des salines. Dans le
temps, quelques chargements d'une substance phosphatique furent pris
'e


ALLEY ALTAR


10









sur l'ile. Cette matiere, tres abondante, n'est pas a base de chaux. C'est
un phosphate de magnesie, d'aluminium h trois bases, qui trouve son
emploi dans l'agriculture, mais qui n'obtient qu'un prix tres bas, vu
qu'il ne s'assimile que tres lentement. L'ile est former uniquement
d'une roche eruptive couverte par les schistes siliceux et depourvue de
tout produit de madrepores des dpoques modernes; il ne s'y trouve
done ni sulfate ni carbonate de chaux. Vue de la mer, elle a l'aspect
d'ua navire A voiles deployees. Une compagnie americaine y exploit le
guano depuis 1861. I1 n'y a pas d'eau potable. Belles pecheries. Voyez :
Dessin A la Beate.
Altos (los). Montagne dependent du Cibao pris de Banica, dans la
province d'Azua, ou I'on distingue le month Cucurruchu (1.530 metres).
Amadou. Habitation situde dans la section rurale de la Gascogne,
commune de Mirebalais, sur laquelle l'Etat possede 10 carreaux de
terre occupies par des fermiers. On y cultive des vivres.
Amandier. Voyez : Fevre Amandier.
Amarra. Voyez : Pedro Amarra, Tres Amarras.
Amazones (les). Troisieme section rurale de la commune des Cotes-
de-Fer, arrondissement de Jacmel. Elle a e6t subdivisee en 1875 en
donnant naissance a la section rurale de Bras Gauche de la ineme
commune. II y a les habitations : Jackson....
Amelie Delaire. Habitation situee dans la section rural de Port-a-
Piment, commune de Jean Rabel.
L'Etat y possede 99 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Amerlin. Habitation situee dans la section rurale de Bras Gauche,
commune de Chardonnibres.
L'Etat y possede 59 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Amina. Petit village situe sur la route de Santiago a Laxavon, sur la
rive droite de la riviere Amina, pres du confluent de cette riviere et du
Grand Yaque. II possede une chapelle, et depend du district dominicain
de Santiago. Son etablissement remote a l'annee 1765. 11 y a beaucoup
de hattes dans le voisinage. Cochons marrons.
La riviere Amina passe a Postrero et se jette a gauche dans le Yaque
du Nord. A son tour, elle recoit les eaux de la Guanajuma a gauche, de
la Jigua a gauche, de l'Hinova et de la Cabima. Elle est encaissee par
des rives de 25 pieds de hauteur.
Amirante. Riviere tributaire du Macoris.
Amon. Habitation inoccupee situee dans la section rurale des
Ecrevisses, commune de Yalliere, appartenant en parties h l'Etat.
Contenance indeterminee.
Ana. Voyez : Dona Ana.
Anacaona. Voyez : Grotte d'Anacaona, Madame de Leogane.
Anacaona. District minier de la Republique dominicaine qui recele de
For. En 1888, le gouvernement a ced6 A la West Indian Gold Mining


ALTO ANAC


i1








12 ANAM ANGL
Corporation (limited), London, les mines d'Anacaona avec 120.000 acres
de terre de mine.
Anama (1'). Petite riviere de la R6publique dominicaine qui se jette
dans le Soco, dans la province de Seibo.
Anamulla et Anamullita. Petites rivieres qui se jettent dans la baie
de Samana entire l'embouchure de la Yuna et le cap Engafio.
Ananas. Habitation caf6iere situee dans la section rurale du Bas du
Cap Rouge, commune de Jacmel, entire Ferre et Berry.
Anavase. Habitation situde dans la section rurale de la Bande du
Nord, commune du Cap-haltien.
L'Etat y possede I carreau de terre occupy par un fermier.
Anchas. Voyez : Hojas Hanchas.
Andral. Habitation situee dans la section rurale de la Grande Gosse-
line, commune de Jacmel, sur laquelle l'Etat possede 2 carreaux de
terre occupies par des fermiers.
On y produit beaucoup de vivres et de cafe6.
Andraud. Habitation situde dans la section rurale des Moustiques,
commune de Jean Rabel, appartenant en parties a l'Etat. Contenance
indeterminee.
Andre. Port situ6 sur la c6te sud de l'ile. Les habitants du bourg
dominicain et de la plain de los Llanos embarquent leurs denrees 5
l'embouchure de la riviere de Macoris et au port d'Andre dans la mer
des Antilles.
En face de ce port se trouve lile du meme nom sans importance.
Andrea. Voyez : San Andrea.
Andubert. Habitation inoccup6e, situee dans la section rurale de
Moka Neuf, commune de Sainte-Suzanne, appartenant en parties a
l'Etat. Contenance indeterminee.
Andureau. Habitation situee dans la commune de Bainet.
Ange (1'). Habitation cafeiere situde dans la section rurale de la
Ravine Seche, commune du Petit-Goave, sur laquelle l'Etat possede
1/2 carreau de terre occupy par un fermier.
Angebault. Voyez : Camp Gibault.
Angeles (los). Usine central de la commune de San Pedro de
Macoris.
Anglais (1'). Habitation situee dans la section rurale de la Colline
a Mongon, commune d'Aquin.
Vue superbe sur la plaine d'Aquin.
Anglais. Voyez : Bourg anglais, Calin Centime.
Anglais (les). Commune de 5 classes de l'arrondissement des
Coteaux. Elle a ted successivement 6rigde en poste militaire, et, en
dernier lieu, en commune en 1881.
0







ANGL ANGL 13
Contient 3 sections rurales qui sont:
La Ire, de Verone;
La 2, d'Edelin;
La 30, de Cosse.
La loi du 25 avril 1817 et celle du 7 octobre 1821 classaient ce bourg
au nombre des paroisses de la republique.
Le village est bati sur le bord de la mer dans la plain des Anglais,
ainsi nomm6e a cause des frequentes descentes qu'y faisaient les bati-
ments de guerre de cette nation pendant l'occupation francaise. Le
port, non ouvert au commerce stranger, offre un bon mouillage. La
mer y est toujours houleuse. Temperature agr6able. II est situe sur le
terrain de l'ancienne habitation sucriere du Gravier, entire les Cayes et
Tiburon, tout pres de la petite riviere des Anglais qui est poissonneuse
et qui fournit des carpes excellentes. Cette riviere prend sa source sur
le morne la Cahouane.
La riviere est gueable un peu partout, sauf dans ses debordements.
On la nomme aussi Riviere Dlain.
Les Anglais d6pendaient autrefois de l'arrondissement des Cayes.
Population de la commune : 6.000 ames.
La distance legale a la capital nest pas fix6e, mais elle est d'environ
70 lieues.
De nombreuses sources arrosent les habitations de l'interieur et des
mornes qui produisent du caf6, des campeches, des vivres, des fruits,
du sirop, des bois de construction et des poissons sees. Chasse superbe.
Jours de march : les samedis. Un d6put6.
D6bouch6s : les Cayes, J6r6mie et Port-au-Prince par cabotage.
La poste arrive aux Anglais le lundi a midi par les Cayes et Tiburon,
et report tout de suite par un courier special.
Fete patronale : le 8 decembre, a la fete de 'Immaculee Concep-
tion. Les Chambres out vote en 1887 un subside de 1.200 gourdes pour
l'achivement de son 6glise, et en 1892 l'Etat a donn6 500 gourdes
pour le meme motif.
11 y a dans la commune : une compagnie de gendarmerie, une de
police administrative, une de l'artillerie des Coteaux, et une garde
national a pied et a cheval.
Le tribunal de paix relieve de la jurisdiction du tribunal civil des
Cayes; les ecoles relevent de l'inspection scolaire de Tiburon, et les
fonctionnaires sont pays par l'administration financibre des
Cayes.
L'Etat possede dans ce bourg 17 emplacements rue Piverger, 21 rue
Jean-Pierre, 65 rue Cornet, 9 rue Saint-Antoine, 12 rue Vaval et 1 rue
de la Place.
Les revenues du conseil communal 6tant insuffisants, l'Etat lui vient
en aide pour pouvoir s'administrer.
Le colonel Nicolas Regnier, qui s'est signal dans les guerres de l'In-
d6pendance, y est ne.
En 1869, les Anglais ont 6te tour a tour pris et repris par les Cacos et
par les Piquets. La population avait consid-rablement souffert de ces
desordres.


0







14 ANGL ANSE
Anglais (les). Ravine situde au N.-O. du fort du Blockhaus dans la
commune de Saint-Marc.
Anglais (les). Fort situe a I'entree du Mirebalais sur un morne
level.
Anglaise (1'). Habitation situ6e dans la section rurale du Morne
Rouge, commune de la Plaine du Nord.
L'Etat y possede 28 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Angolina. Hameau situe dans le territoire de Cotui sur la route de
la Vega, province de la Vega (Republique dominicaine).
Angostura. Petite riviere tributaire de la Yasica.
Anguilles (les). Ravine qui arrose la plaine des Cayes.
Anibaje. RiviBre d'eaux minerales situee pres de Santiago de los
Caballeros, qui se jette dans le Yaque du Sud. Mines de carbon de
terre tres 6tendues. Les sources de la riviere contiennent du soufre.
Animijo (el). Petite riviere de la R6publique dominicaine qui se
jette dans le Guayubin, dans le district dominicain de Monte-Christ.
Anivain. Habitation situ6e dans la section rural de la Petite
Riviere de Bayonnais, commune des Gonaives.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
On y produit du coton et des vivres.
Anne. Voyez : Sainte-Anne.
Annette. Vieille forteresse demantel6e, situee sur l'habitation du
mi-me nom dans la section rurale du Haut du Cap, commune du Cap-
haitien.
L'Etat y possede 4 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Anonciado. Riviere dite Passe de Carrefour Bruile, situee dans la
commune de Cerca la Source, 2 section rural.
Anones (los). Habitation de 700 carreaux do terre, situ6e dans
la section rural de Aguahidionde, commune de Hinche, apparte-
nant h M. Amilcar Basquiat. Il y a d'anciennes coupes de bois d'acajou.
Anse (I'). Batterie situ6e au Fort-Dauphin, aujourd'hui Fort-Liberte;
fut armee par le gouverneur Laveaux en 1796.
En fevrier 1802, h l'arrivee de l'expedition Leclerc, le general Hocham-
beau s'en empara, et passa au fil de l'6pee trente soldats indigenes qui
s'y 6taient enferm6s. Il march ensuite sur le Fort-Dauphin.
Anse (1'). Voyez : Grande Anse, Bas de l'Anse, -- Petite Anse,
Petites Anses, Belle Anse, Rossignol Belle Anse.
Anse a Caiman (1'). Plaine situ6e dans la commune de Dame-
Marie.
Anse a Canot ('). Anse situee a 5 lieues de Bainet, en allant i
Jacmel.
Anse a Cochon (1'). Poste militaire situ6 sur le bord de la mer dans

e









la section rurale de Fond Cochon, commune de Jer6mie, entire cette
ville et les Abricots, dans l'arrondissement de la Grande Anse. Ecole et
chapelle rurales.
Pendant l'insurrection de Miragoane en 1883, un petit vapeur au ser-
vice du gouvernement, apres un choc qu'il eut devant 1'Anse h Cochon
pendant la nuit avec un des grands vapeurs de la Compagnie anglaise
du Royal Mail, venant de Kingston au Port-au-Prince, efit pu etre
broye. Le petit vapeur eut le temps d'aller s'echouer l'Anse a Cochon,
apres avoir perdu trois hommes de son 6quipage. On voit encore sur le
rivage la carcasse de ce petit vapeur.
Le President d'Haiti rendit compete a l'Assemblee national, dans I'ex-
pose general de la situation de 1884, de l'dtablissement de ce post
militaire.
Anse a drick (1'). Premiere section rurale de la commune des
Coteaux. Le poste militaire de la Roche h Bateau se trouve dans cette
section rurale.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur l'habitation
Carpentier, soit 21 carreaux de terre.
Anse a drick (1'). Premiere section rurale de la commune de
Port-Salut, arrondissement des Cayes. Ecole rurale.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur l'habitation
Colin :3 carreaux de terre.
Anse a drick (1). Deuxieme section rurale de la commune de Port-
Salut, arrondissement des Cayes.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habita-
tions : Douyon, 5 carreaux de terre; Carpentier, 2 carreaux.
Quand on a traverse l'Anse a drick par mer, en venant des Coteaux et
de la Roche h Bateau, on rencontre le bourg de Port-Salut.
Anse a Foleur (1'). Ancien quarter 6rige en commune de 5e classes
de I'arrondissement du Borgne par la loi du 14 septembre 1885. Elle a
quatre sections rurales qui sont :
La lro, de Molas;
La 2e, des Cotes-de-Fer;
La 3e, de Fond Lagrange;
La 4e, du Bas de Sainte-Anne.
Elle est assise sur une etroite bande de terre adossee centre une
chaine de collins.
Cette commune etant plus rapproch6e de Port-de-Paix que du Borgne
don't elle fait parties, le gouvernement, pour ce motif, lavait placee sous
le commandement des autorites de Port-de-Paix, avant qu'elle ne ffit
erigee en commune.
Le tribunal de paix relieve de la jurisdiction du tribunal civil de Port-
de-Paix, et les 6coles de la circonscription scolaire de Port-de-Paix.
Fete patronale : le 24 juillet, a la Sainte-Anne.
En 1892, l'Etat donna 500 gourdes pour la chapelle et le presbytere a
r6parer.
Population de la commune : 5.000 ames.
De nombreuses sources arrosent les habitations de l'intOrieur et dos


ANS SE ANSE


15









mornes don't les productions sont : le caf6, lo campeche, les vivres, le
sirop et les fruits.
D6bouch6 : le Cap-haitien. Jours de march : les samedis. A cause
du sel don't la terre est impr6gn6e, le cocotier tale partout ses palmes
vertes.
Le terrain sur lequel ce village a et6 bati parait avoir et6 rogne par les
ravages de la mer toujours houleuse en cet endroit. Le sol renferme de
l'antimoine et des ocres de diverse couleurs.
Le port de l'Anse A.Foleur n'est pas ouvert au commerce stranger
on apergoit le canal de la Tortue A quelques encablures du rivage.
La loi n'a pas encore fixed la distance de cette commune a la capital :
elle est de 53 lieues. Elle est distant du Borgne de 5 lieues.
La garnison se compose d'une compagnie de gendarmerie, d'une
compagnie de police administrative, d'une compagnie de lartillerie
du Borgne et de la garde national A pied et A cheval.
La Riviere Sale, situee A un quart de lieue du village, sert de limited
aux deux departements du Nord et du Nord-Ouest. Elle est gu6able un
peu partout. La riviere du Bas de Sainte-Anne se trouve aussi dans cette
commune.- Un d6pute.
L'Etat y possede des biens urbains, notamment rues du Cap-haitien,
de Sainte-Marguerite et de R6signe.
Le premier citoyen qui ait represents cette commune A la Chambre
des representants en 1886 est M. Policarpe Bernard.
Anse a Galets (1'). Voyez a la suite de l'article: Gonave. Belle craie
dans la vallee de la ravine de I'Anse a Galets.
Anse a Juifs (1'). Anse situee pres du bourg des Coteaux.
Anse a 1'Inde (1'). Montagne qui encadre la ville de Saint-Marc.
Anse a Piquirois (1'). Voyez : Gonave.
Anses a Pitres (les), ou Mouillage haitien. Poste militaire de l'arron-
dissement de Saltrou, situe dans la section rural de Bois-Sec, com-
mune de Grand-Gosier, A l'extremite de la frontiere sud-est. La limited
de l'arrondissement de Saltrou au sud-est est l'embouchure de la riviere
des Pedernales ou des Anses aPitres, en suivant la rive droite de cette
riviere, et en se dirigeant vers le nord jusqu'a la crete de la montagne
la Selle.
Dans la seance de la Chambre du 2 septembre 1891, le deputy Estri-
plet deposa un project de loi pour l'rrection de cc poste militaire en
commune de 5e classes.
La riviere des Pedernales se jette A la mer pres do ce bourg.
Un Frangais, M. A. Mallet, a fait depuis dix ans un bien immense A
la population en y creant des etablissements agricoles, malheureuse-
ment ruins par les revolutions, et releves avec une perseverance au-
dessus de tout eloge.
Hisloire. Pendant le siege de Jacmel en 1800, la frigate ameri-
caine le Gdniral-Green mouillait aux Anses a Pitres. Toussaint-Lou-
verture y envoya un parlementaire charge de prier le commandant
d'etablir sa croisiere devant Jacmel. Peu de jours apres, la frigate in-
terceptait les communications entire Bainet et la ville assi6g6e.
e


16


ANSE '- ANSE









Le 8janvier 1870, le president Salnave, fuyant la revolution des Cacos
triomphante au Port-au-Prince, se present avec sa suite aux Anses a
Pitres, et voulut forcer le passage les armes a la main. Le general
dominicain Cabral gardait un poste entire Las Damas et le Petit Trou oiu
etait Baez. A l'endroit appele la Cuaba, un combat s'engagea entire les
hommes de Cabral et ceux de Salnave. Apres une lutte de cinq heures,
Salnave et son monde furent faits prisonniers et conduits a la Salina,
d'oiu Cabral inform le government de la revolution de cette impor-
tante capture le 10 janvier 1870. Les prisonniers furent conduits au
Fond Ravet oii leur remise a et6 faite au general Montmorency Benjamin,
secr6taire d'Etat de la guerre. Le 15 janvier au matin, les gendraux de
la suite de Salnave, Alfred Delva, Jean-Baptiste Errie, Saint-Lucien
Emmanuel furent executes a la Croix-des-Bouquets, et Salnave conduit
au Port-au-Prince oi il recut la mort sur les ruines du palais national,
aprBs un jugement sommaire.
Anse aux Burgaux (1'). Voyez au Faux Cap dans le dessin de la Beate.
Anse aux Sables (1'). Voyez : la Gonave.
Anse-a-Veau (1'). Commune de 3e classes, chef-lieu de l'arrondissement
militaire et de la jurisdiction scolaire et judiciaire de Nippes. Le chef-
lieu de l'arrondissement financier est Miragoane.
La commune content 7 sections rurales qui sont:
La Ire, de Barreau;
La 2e, de l'Acul des Savanes;
La 3e, de l'Azile;
La 40, de la Ravine Sable;
La 5e, de la Colline h Mongon;
La 60, de Ladounette;
La 7e, du Sault de Baril.
L'6tablissement de cette ville remote a un siecle et demi. II y a la
basso et la haute ville; cette derniere est la moins prospere. Son nom
lui a etd donned h cause du Morne a Veau sur lequel on l'a etablie. La
haute ville est dominee sur la mer par une batterie sans canons. C'estle
fort Saint-Laurent, construit en 1820 par le general Saint-Laurent Le-
blanc. Plus haut, le vieux fort Sainte-Anne domine la ville. L'air y est
pur et sain. Son 6glise a Ut6 batie en 1740; elle est sous le vocable de
Sainte-Anne. La ville est triste.
Son port, non ouvert au commerce stranger, offrait jadis un mouil-
lage a des batiments assez forts, mais ii ne peut plus recevoir aujour-
d'hui que do faibles embarcations. En 1800, sous Toussaint-Louverture,
il etait ouvert au commerce stranger : il s'ensable chaque jour davan-
tage. II n'y aura bientot plus de mouillage meme pour les petits bateaux,
si l'on n'y porte remede. Un bane de madrepores place son entr6e
s'etend de plus en plus, et la vase et le sable charries par la petite riviere
qui s'y jette la comblent a linterieur, et boucheront sous peu le goulet
par lequel on p6netre dans le port. Ces banes de madrepores defendent
les petits navires mouilles dans le port contre les vents du nord si dan-
gereux dans ces parages; mais il faudrait les contenir dans les limited
necessaires.
2


ANSE ANTSE


17









<( Un commandant de l'arrondissement de l'Anse-i-Veau a tue cette
ville, nagutre si commercante, rien qu'en transformant en champ de
manoeuvres un bois de bayahondes qui arretait les alluvions de la riviere
de 1'Acul des Savanes, la contenait dans son lit et I'emp6chait d'obstruer
le port. Au lieu d'avoir son centre commercial sur la place du march
de la haute ville, comme autrefois, sur un terrain sec, dans un site
salubre, balay6 par le vent de mer, l'Anse-A-Veau se d6veloppe main-
tenant comme un serpent le long de la route de Miragoane aux Cayes,
de Champ Fleury au Morne Rouge, sur un terrain d'alluvion, dans un
site malsain, pen aere; le port s'est ensable et les vaisseaux l'6vitent :
un marecage a remplac6 le bois de bayahondes et le champ de ma-
noeuvres des milices locales. Tout cela se voyait encore en 1877.
Jusqu'alors on avait gemi sans pouvoir reparer lc mal fait quinze ans
auparavant par un administrateur militaire vaniteux et rancuneux. >
(Les Constitutions d'Haiti, du docteur Janvier, page 600.)
L'Anse-a-Veau correspond au point le plus occidental de File de la
Gonave : la pointe de 1'Acajou.
La section rurale du Sault de Baril renferme une cascade splendid.
Sur la route de l'Anse-a-Veau au Petit Trou se trouve un petit tang
dontl'eau est saumatre, sans doute parce que les filtrations de la mer
S'alimentent.
Dans la section rurale de 1'Acul des Savanes, le sol est charge de fer;
on y trouve aussi une pierre qui a du brilliant et qui coupe le verre
comme le diamant.
Dans la section rurale de l'Azile, il y a des gisements de carbon de
terre, de marbre, de quartz et des ocres.
Population de la commune, y compris les sections rurales : 10.000
ames. II y a eu, en 1890, 696 naissances don't 135 legitimes et 561 natu-
relles, 37 deces et 11 marriages. Un deputy.
La commune produit en moyenne par an : 1.500.000 livres de caf6,
5.000.000 de livres de camp che, 10.000 livres de coton, beaucoup de
vivres, des fruits excellent de toutes sortes, le plus beau sirop de petit
moulin de la r6publique, des vases de terre cuite, dits cruches, les seuls
qui maintiennent l'eau fraiche, et du tafia. On y trouve aussi du sable,
des pierres a batir en abondance et une belle terre d'ocre servant a
fabriquer les poteries. Debouches : Port-au-Prince, Miragoane et
Petit-Goave.
Jours de march : les samedis.
De nombreuses sources arrosent les habitations de l'interieur et des
hauteurs. La ville reclame une fontaine. Fete patronale: le 26 juillet, h
la Sainte-Anne. En 1892, l'Etatdonna 800 gourdes pour reparer le pres-
bytere.
La garnison de l'Anse-a-Veau se compose du 16e regiment d'infanterie
de ligne, d'un tiers du 1o' bataillon du 2e regiment d'artillerie de ligne,
d'une compagnie de police administrative, de la police rurale et de la
garde national a pied et a cheval.
Le tribunal civil de l'Anse-a-Veau comprend dans sa jurisdiction les
tribunaux de paix des communes de Miragoane, de BaradBres, de Petit
Trou de Nippes et de la Petite Riviere de Nippes, et ceux des posters
militaires de l'Azile, de la Grande Rivire de Nippes, du Pont de Mira-


ANrSE ANSE


18









goAne, de Saint-Michel du Fond des Negres, de Grand Boucan, de la
Grande Ravine et de Charlier. En 1887, il a rendu 77 jugements don't
23 au civil, 34 au correctionnel, 12 au criminal et 8 au commerce. Le
tribunal de paix en a rendu 103.
L'inspection scolaire comprend les memes communes et les memes
postes militaires.
La loge de 1'Anse-a-Veau s'intitule : la Pratique des Vertus no 17 de
l'Orient d'Haiti.
La poste arrive de Miragoane et du reste du Nord le dimanche, et
continue pour Baraderes, Pestel, Corail et J6remie : elle revient le jeudi
soir, retournant au Port-au-Prince.
La distance legale de cette commune a la capital est fix6e a 31 lieues
par les lois du 25 avril 1817 et du 20 novembre 1821.
Entre l'Anse-a-Veau et la Petite Riviere de Nippes il y a environ
3 lieues. Six lieues separent Anse-a-Veau du Petit Trou de Nippes
chemin plat et aride.
La Grande Riviere de Nippes se jette entire l'Anse-a-Veau et la Petite
Riviere de Nippes. Elle est gueable partout, sauf dans les d6bordements.
Les routes sont : celle de Miragoane, A l'est; celle de Petit Trou de
Nippes, a l'ouest, tantot sur le bord de la mer, tantot dans les mornes;
celle de Cavaillon par la Ravine des Citronniers; celle d'Aquin, autre-
fois voiturable.
L'Etat possede dans cetle ville un emplacement dans la Grande Rue,
et 5, rue du Bord-de-mer, occupies par des fermiers.
Les postes militaires de l'arrondissement de Nippes qui se trouvent
dans cette commune sont: l'Azile et la Grande Riviire, ce dernier dans
la section rural de Ladounette.
Les resources du conseil communal etant insuffisantes, le budget du
Department de l'interieur lui vient en aide.
Histoire. Deux jours aprBs la bataille d'Aquin (7 juillet 1800),
Dessalines, apres avoir laisse sous les ordres du general de brigade
Laplume le rest de son armee, partit d'Aquin pour l'Anse-a-Veau
avec 800 hommes. Un space de 10 lieues spare ces deux villes. Des-
salines, a cause du d6bordement des rivirres, passa la nuit sur l'habi-
tation Piemont, a 2 lieues de l'Anse-a-Veau. Dans la journee du 7, les
Rigaudins avaient 6vacu6 la ville apres l'avoir livree au pillage. Dessa-
lines y en ra le jour suivant. Beaucoup de cultivateurs et de bourgeois,
fatigues de la guerre, vinrent lui faire leur soumission. II envoya a
Toussaint-Louverture les plus influents : c'etait les envoyer a la mort.
Une goelette sortie de Petit Trou, croyant la ville encore au pouvoir de
l'arm6e du Sud, vint mouiller dans la rade de l'Anse-a-Veau : elle fut
prise et livree au pillage.
Le 9 juillet, a 4 heures de l'apres-midi, Dessalines march sur le
Petit Trou de Nippes.
En 1801, le port de l'Anse-a-Yeau 6tait un des neuf ports d'impor-
tation et d'exportation de la colonie.
En 1802, A l'arrivee de l'exp6dition Leclerc, Memzelle qui com-
mandait a l'Anse-h-Veau, se soumit aux Francais. Pen aprBs, Bardet,
l'ancien chef de bataillon qui avait livre aux Frangais le fort de Bizoton,
lors de l'arrivie de l'exp6dition Leclerc, ayant 6t6 arrit6 au Petit Trou
S


ANSE -~ ANSEi


19










de Nippes par le ge6nral Laplume, en decembre 1802, fut noye dans la
rade de l'Anse-h-Veau. Beaucoup d'hommes de couleur, accuses come
lui de conspiration centre les Francais, furent arretes comme ses com-
plices et executes. L'un d'eux, Gerin, qui fut un des heros de la guerre
de l'Ind6pendance dans le Sud, ne dut son salut qu'h la protection d'un
officer indigene, Segretier, qui favorisa sa fuite.
Le 16 janvier 1803, Geffrard s'empara de 1'Anse-a-Veau sur les
Franqais: la garnison franqaise fut passee par les armes presque en
entier. L'adjudant ge6nral Bernard qui y commandait se sauva h
J6remie dans un petit batiment.
C'est a l'Anse-a-Veau que Geffrard, alors colonel, fut nomme par
Dessalines general de brigade et commandant en chef du deparlement
du Sud.
Les Frangais marcherent en nombre sur 1'Anse-a-Veau et surprirent
les independants. Geffrard prit sa ligne de bataille et support le choc
de l'ennemi avec intrepidite. Mais linfanterie indigene fut bientot mise
en pleine deroute, et Geffrard, poursuivi jusque dans les marais de
1'Anse-h-Veau, faillit 6tre pris par plusieurs cavaliers qu'il abattit a
coups de pistolet. Ii n'atteignit la riviere de 1'Anse-h-Veau qu'en passant
' travers bois, et se precipita dans la riviere. Son cheval fut tu6 sous
lui. II gagna a la nage la rive opposee. Ses troupes continuant h fuir
ne purent Utre ralliees qu'au delay de !'habitation Cuperier, a 12 lieues
du champ de bataille. Le general Darbois entra aussit6t h l'Anse-h-
Veau et envoya une garnison Miragoane.
Le 12 octobre 1806, Gerin accepted a l'Anse-h-Veau le commande-
ment en chef du movement insurrectionnel centre Dessalines don't il
etait le ministry de la guerre.
Etienne-Elie Gerin, surnomm6 par les soldats Cotes-dc-fer, B cause
de sa bravoure dans les combats, 6tait ne aux Cayes le 19 decembre 1757.
II requt de sa famille une certain education. Habitant les Baraderes
oi il exergait la profession de caboteur, il fut un de ceux qui, avec
Jourdain, refuserent, le ler septembre 1790, de preter serment de respect
aux blancs, prirent les armes et s'emparbrent de Petit Trou. Ministre
de la guerre de l'empereur Dessalines, il prit une part active dans la
revolution qui renversa ce chef; s6nateur sous la republique, il so
retira mecontent a l'Anse-a-Veau aprss la nomination de P6tion a la
presidence, place qu'il ambitionnait. Lh il se livra a des projects et h
des actes qui attirerent I'attention de Petion. Celui-ci donna ordre au
general Bruny-Leblanc, commandant l'arrondissement de Nippes,
de surveiller ses movements. Gerin crut voir dans les measures prises
par le general Leblanc le dessein de l'arriter; il appela a son secours
les grenadiers qui formaient habituellement sa garde, les range en
bataille devant sa maison, etse mit en 6tat de defense. Une 6chauffourde
s'ensuivit le 10 janvier 1810, et le general Gerin, sur le point d'etre fait
prisonnier, se fit sauter la cervelle. Les gen6raux composaient a cette
epoque leur garde d'une compagnie de grenadiers qu'ils choisissaient.
Depuis laffaire du general Gerin, le nombre en fut reduit a 15 homes
pour les g6enraux de division, et a 10 pour les generaux de brigade.
Aujourd'hui les g6neraux de division et de brigade ont un nombre tres
restreint d'aides de camp et de guides.
e


20


ANSE AINSE









Le 23 novembre 1810, le 16e regiment de 1'Anse-a-Yeau fit defection
en faveur de Rigaud pour la scission du Sud. Le general Bruny-Leblanc
se laissa entrainer.
Le 14 mars 1812, Leblanc se prononce en faveur du president
Petion. Cette defection amene la reunion du Sud au giron de la
republique.
Acao, commandant de l'arrondissement de Nippes, a ]a pretention
de remplacer Pierrot au pouvoir; chef influent des Piquets dans le Sud,
il les mit sur pied pour escalader le pouvoir. La ville de 1'Anse-h-Veau
lui est hostile : il tente l'arrestation du colonel Christian, commandant
de la place, don't il craint l'influence. Celui-ci s'enfuit et reussit a
s'echapper : ses amis prennent la defensive. On se bat dans la ville.
Pierrot est renverse du pouvoir: le general Riche lui succede. Le
nouveau president expedie le general Samedi Telemaque avec des
troupes au secours de la ville de 1'Anse-A-Yeau : Acao ne peut plus
letter, ses munitions etant 6puis6es; il abandonne le fort Saint-Laurent
oi il se tenait le 9 mars 1846, et se refugie sur I'habitation Brossard,
oh, traque, il se donne la mort dans la nuit du 11. Le general Pierre
Philippeaux est nomme commandant de l'arrondissement de Nippes.
L'arme populaire venant de Jer6mie fit son entree a l'Anse-a-Yeau
le 25 fdvrier 1843, le jour meme de la bataille du Numero 2.
Pendant la revolution des Cacos, de 1868 h 1870, l'Anse-a-Veau
fut pris et repris tour a tour par les Cacos et par les Piquets. Le general
piquet Siffra y a commis d'enormes d6pr6dations.
Le premier citoyen qui ait represented la commune de l'Anse-i-
Veau h la premiere Chambre des communes en 1817 fut Erasme Anglade.
Le g6nDral Fabre Geffrard, qui a 6et president d'Haiti, est n6 a
l'Anse-a-Veau le 23 septembre 1806, ainsi que Pierre Monplaisir Pierre,
Senqque Pierre, les deux freres Piquant, Hugon Lechaud, qui ont 6td
secretaires d'Etat.
Le tombeau de Jean-Louis Francois, mort en 1806, se trouve au pied
de l'arbre de la Liberte. Sous Rigaud il combattit le parti colonial, les
Anglais et Toussaint-Louverture. En 1802, lorsque P6tion se declara
independent, it s'insurgea avec lui au Haut du Cap. II etait alors officer
dans la 13e demi-brigade colonial. Quand Geffrard penetra dans le
d6partement du Sud a la tete de ce corps, il passa colonel. En 1803, au
Camp Gerard, il reaut de Dessalines le brevet de ge6nral de brigade.
Plus tard il fut faith divisionnaire. A sa mort, le bruit court qu'il avait
etd empoisonne par Jacques Ier; le m6contentement qui couvait dans
les campagnes eclata aussit6t. Un habitant, Pico Germain, voisin du
fort des Platons, prit les armes et s'empara du fort pendant une fete.
Mais Geffrard, en revenant de l'Anse-h-Veau oh il avait ete rendre les
honneurs a Jean-Louis Francois, l'en chassa et le reprit. Pico, mis en
fuite, fut tud dans les mornes par un nomm6 Blaize.
Anse de la Caldera (1'). Voyez : Caldera.
Anse de la Saline (1'). Point situe a droite en entrant dans la baie de
Jacmel.
Anse d'Hainault (1'). Commune de 3 classes et chef-lieu de l'arrondis-
S


ANSE -- ANSE


21










segment militaire de Tiburon, par consequent residence du commandant
de I'arrondissement.
Elle content 7 sections rurales qui sont :
La 1', de Grandroigt;
La 2e, de Boudon;
La 31, de l'llet a Pierre Joseph;
La 40, de Mandou;
La 5e, de Forgue;
La 6, de Belair;
La 7e, de Carcasse.
En 1817, l'Anse d'Hainault 6tait de6j classes parmi les communes. Ce
village est situ6 sur l'anse qui portait le nom d'un colon don't l'habitation
etait dans le voisinage : il a 6t6 substitu6 A celui de l'llet a Pierre Joseph
lors de l'dvacuation des Anglais en 1798. Son port ayant eit ouvert au
commerce stranger, le village avait pris beaucoup d'extension. La loi
du 25 avril 1826 ferma le port: le territoire de l'Anse d'Hainault d6pen-
dait dbs lors de Padministration financiere des Cayes. II relive aujour-
d'hui financiBrement de celle de Jer6mie. Rouvert par les lois du 20 sep-
tembre 1831 et du 8 novembre 1876, referm6 par celles du 27 septembre
1836, 2 octobre 1849 et en 1879, le port de l'Anse d'Hainault, en defini-
tive, est rested un port d'echelle depuis la loi du 18 septembre 1885 qui
permet aux navires strangers d'aller d'un port ouvert prendre leur
chargement de retour en bois de campeche, sous la surveillance d'un
employ de administration de J6remie, moyennant que, leur charge-
ment une fois pris ou complete, ils viennent au port ouvert le plus
voisin, qui est JerEmie, prendre leur expedition. Tout navire stranger
qui relieve d'un port ouvert au port de l'Anse d'Hainault, paie le droit
d'echelle suivant
Ceux de 100 tonneaux ou au-dessous. 25 "
100 h 200 30 a
) 200 a 300 35 0
300 A 400 40 ,
> au-dessus de 400 tonneaux. 50
Sa population, y compris celle de ses sections rurales, est de 12.000
ames. Il y a eu, en 1890, 140 naissances don't 5 l6gitimes et 135 natu-
relles, 14 d6ces et 17 marriages. Un deputy.
Fete patronale : le 24 juin, h la Saint-Jean-Baptiste. En 4892, I'Etat
donna 800 gourdes pour reparer l'Fglise.
II a 6t6 alloue une some de 4.000 gourdesaubudget de 1886-87 pour
l'achevement de la fontaine, car on est oblige d'aller puiser de l'eau h un
quart de lieue, et plus loin dans la secheresse.
De nombreuses sources arrosent les habitations de 'interieur.
La commune produit en moyenne par an:
500.000 livres de caf6,
300.000 cacao,
2.500.000 a ,) campiche,
du bambou, des bois de construction iavale, des vivres et des fruits en
abondance et des cornichons. Traces de mines de cuivre.
Ses debouches sont Jer6mie et Port-au-Prince. Les campeches s'ex-
p6dient en Europe et surtout aux Etats-Unis.
Jours de march : les samedis.


22


I ANS -- ANSE










Eaux min6rales, ocres rouges, minerals de cuivre, marbre, silex pyro-
maque.
La riviere Ilet est un bon bain d'eau douce.
La garnison se compose du 19e regiment d'infanterie de ligne, de la
moitie du 2 bataillon du 2o regiment d'artillerie de ligne, d'une compa-
gnie de police administrative, de la police rurale, et de la garde natio-
nale a pied et a cheval. Le 19e regiment se distingua devant Jacmel en
1888, lors de I'affaire M6risier.
Le tribunal de paix de l'Anse d'Hainault relieve de la jurisdiction du
tribunal civil de Jerdmie. Les dcoles de la commune relevent de lins-
pection de Tiburon.
La poste venant des Abricots, de Jeremie, Port-au-Prince et le Nord,
arrive le mardi soir, et report le lundi suivant pour les memes destina-
tions par un courier A pied, et pour Tiburon et le reste du Sud par un
autre courier, de poste en poste.
La loi du 25 avril 1817 et celle du 20 novembre 1821 ont fix6 sa
,distance l1gale a la capital a 75 lieues.
La loge de l'Anse d'Hainault est : 'Amelioration des Mcours n 14,
relevant du Grand Orient d'Haiti.
L'Etat possede dans ce bourg 84 emplacements, rues de 1'Egalite, de
Saint-Pierre, de la Libert6, du Portail Grandroigt, du Portail Gaillard,
,et Grande Rue. De plus, il possede des terres occupies par des fermiers
sur les habitations : Pelegrin ou Pelerin 4 carreaux de terre, Mercier 15,
Boudon 18, Dupoux 5, Lazarre 5, Dabnous 5, Fromentier 5, Rigosse 5,
Menadier 5, Erne 5, Camp Cheval 5, Coune 5, Mazembic 10, Fleury 23,
Lambail 5, Poyen 5, Gravelas 5, Lexis 5, Jardineau 5, Georges 5, Gau-
thier 5; et des terres non occupies sur les habitations : Fort Coyongo,
Genievre, Sarasier, Source Planche, Chapelain, Bceuf, Lafond, le fort
Noel sous lequel on passe en sortant de la ville pour aller a Tiburon.
Les rochers connus sous le nom de Baleines, pres de l'Anse d'Hai-
nault,sont a 180 29'54" de latitude nord et 76 55'6" de longitude ouest.
Les posters militaires de l'arrondissement de Tiburon qui sont dans
cette commune sont les Irois, dans la section rurale de Belair, et la
Grosse Chaudiere.
Les resources de la commune etant insuffisantes, le budget du minis-
tere de l'int6rieur vient en aide au conseil communal pour lui permettre
de s'administrer.
Histoire. Jean-Baptiste Perrier, dit Goman, 6tait chef du 26 batail-
lon de la 19e demi-brigade cantonnee a l'Anse d'Hainault. Sous pr6-
texte qu'il n'dlait ni sold, ni habill6, et profitant de l'absence de la
18e demi-brigade de Je6rmie qui etaitpartie pour Port-au-Prince en 1807,
a l'occasion du siege de cette ville par Christophe, il quitta, sans ordre
superieur, le lieu de son cantonnement, pour venir, avec son bataillon,
fire ses reclamations a Jer6mie. Mais, connaissant son caractere indo-
cile, et surtout les mauvais antecedents de ce chef, les habitants de
J6r6mie le recurent a coups de canon. Battu, mitraille et mecontent,
Goman se jeta dans les bois de la Grande Anse oi il devint le chef d'une
bande de brigands qui commirent les plus grandes depredations dans
les campagnes de Jerdmie et dans les bourgs de la c6te. II avait pour
lieutenants Jason Domingon, J.-B. Lagarde, Csar Nouvelet, Say D6sor-


ANSE ANSE


23










meaux, Saint-Louis Botteaux, etc. Christophe nomma Goman comte de
Jer6mie. II1 fut livre en 1820 par Gilles Benech apres treize ans de resis-
tance, et fut tue dans les hauteurs de l'Anse d'Hamault.
Le ler f6vrier 1843, le general Lazarre, qui commandait l'arrondis-
sement, y e1ve l'6tendard de la revolution, et se joint aux r6volution-
naires parties de Praslin. A la tate de l'arm6e populaire, il se rend a
J6r6mie. En son absence, le colonel Cazeau des Cayes s'empara du bourg
le 6 f6vrier pour le gouvernement du president Boyer. Les citoyens de
J6r6mie lui envoybrent une deputation pour le gagner a la revolution.
II la congedia en repondant qu'il tenait a suivre les instructions de son
commandant d'arrondissement, le ge6nral Borgella, qui commandait
les Cayes. Cependant, se voyant pret h 6tre abandonn6 de ses soldats,
le colonel Cazeau fut oblig6 bientot de quitter 1'Anse d'Hainault pour se
rendre aux Irois, et l'armee populaire de Jeremie entra dans le bourg.
Quelques citoyens de l'endroit se signalerent par leur desinteresse-
ment et leurs services. Ce furent MM. Lebreton, Stanislas Tabuteau,
Fourneaux jeune, Mouras pere, Clette, Isme Paret, Salbs, Codiau,
Bellefleur, Jambon et d'autres. Le premier avait mis sa vie et sa fortune
en jeu. II paya de ses fonds l'arme au moment de son depart pour
Jer6mie.
L'Anse d'Hainault a 6t6 le theatre, plus tard, de luttes sanglantes
lors de la revolution des Cacos en 1869. Les Piquets reussirent a s'en
emparer sur les Cacos, et n'en furent d6finitivement chassis qu'en mars
1870, trois mois apres le triomphe de la revolution et I'ex6cution du
president Salnave au Port-au-Prince.
Anse du Clerc (1). Poste militaire de l'arrondissement de la Grande
Anse, dans la section rurale du mime nom de la commune des Abricots,
entire ce village et le Bonbon sur le bord de la mer. Ecole rurale.
Ce petit village a duf son accroissement a l'insurreclion de Goman.
On en avait fait dejh a cette 6poque un poste militaire 6oi les habitants
du canton se r6unissaient pour opposer en commun une defense aux
insurges dans des blockhaus. 11 y a une anse qui offre un bon mouillage
aux caboteurs.
La loi du 25 avril 1817, et celle du 17 octobre 1821 le classaient au
rang des paroisses de la r6publique.
La rivi re de l'Anse du Clerc dans ses debordements menace d'emporter
le bourg si on n'en d6tourne le course funeste. Elle a 8 kilometres de
long; elle vient mourir dans une embouchure fort marecageuse.
La poste arrive de Jer6mie le mardi et report pour la m6me desti-
nation le lundi suivant par un courier local a pied.
Il y a les habitations Gauthier, Buron, Jean Kina, Croisade, etc.
Voyez : Dame Jeanne Cassee.
Anse du Clerc (1'). Premiere section rurale de la commune des Abricots,
arrondissement de la Grande Anse. Ecole et chapelle rurales.
Il y a l'habitation Croisade.
Anse du Milieu (1'). Anse situee entire la pointe de Burgau et la pointe
des Aigrettes dans l'arrondissement de Tiburon.
Anse Inaccessible ('). Point situ6 a droite en entrant dans la baie de
Jacmel.


24


ANSE -- ANSE








ANSE ANTI 25
Anselme. Habitation situee dans la section rurale de Fond Lagrange,
commune de 1'Anse a Foleur.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Anselme. Habitation situee dans la section rurale de la Montagne,
commune de Jacmel, sur laquelle l'Etat possede 5 carreaux de terre
occupies par des fermiers.
On y produit beaucoup de caf6 et de vivres.
Anse Rouge ('). Quarter de l'arrondissement des Gonaives, cr66 par
le decret du gouvernement provisoire du Nord, preside par le general
Hippolyte, et date de Saint-Marc du 3 aofit 1889. Petit village sur le bord
de la mer.
Anse Salee (1'). Anse situee sur la cote des Anglais.
Anse sans fond (1'). Voyez la carte de la B6ate.
Antilles (les). Groupe d'iles americaines, d'une etendue considerable,
situe dans les eaux de l'Atlantique, entire l'Amerique du Nord et l'Ame-
rique du Sud. On les comprend parmi les divisions de l'Amerique du
Nord.
Situation, 6tendue. Les Antilles forment, en avant du golfe du
Mexique, une longue chaine qui commence au S.-O. de la Floride,
vis-a-vis de la pointe du Yucatan, court h l'E.-S.-E. sur une longueur
de 22 degres entire le 230 et le 18e parallele, puis se recourbe an S.-E.
et au S. entire le 620 et le 64e meridien, pour venir se terminer au golf
de Paria sur la c6te nord de l'Amerique meridionale, vis-a-vis du delta
de l'Orenoque. Cette chain, don't le developpement n'est pas moindre
de 3.450 kilometres, constitue les Antilles proprement dites, que l'on
distingue en Grandes Antilles dans le N.-E. et en Petites Antilles
au S.-E.; mais on comprend aussi dans les Antilles, d'une part un
certain nombre de petites les (Curacao entire autres) qui couvrent la
cbte du V6nbzu6la (autrefois la CGte Ferme), d'autre part un group
distinct de petites miles basses, d'ilots et d'6cueils, qui s'6tend sur une
longueur de pres de 900 kilometres au nord des Grandes Antilles, et qui
porte les noms particuliers de Lucayes ou miles de Bahama. Au total,
tout ce systime d'iles est compris entire les 10e et 27 degr6s de latitude
nord, et en longitude entire 62 et87* 20' h l'ouest du meridien de Paris. II
forme, avec les Lucayes, une ligne sinueuse parallele h l'ISTHME AMEICAIN,
et qui semble, comme celui-ci, rattacher l'une A l'autre les deux parties
disjointes du continent. Entre la chaine des Antilles et l'isthme, le golf
du Mexique et la mer des Antilles ou mer des Caraibes, deux parties
d'un meme bassin, qui communiquent par le canal de Yucatan, forment
une belle M6diterran6e, comparable, pour 1'6tendue, et presque pour la
forme, h la Mediterran6e europeenne.
Denominations diverse. Outre la distinction fondamentale que
nous avons mentionne, en Grandes et en Petites Antilles et en iles
Lucayes, distinction qui repose sur la disposition meme du group et la
grandeur relative des iles qui le composent, d'autres denominations
sont en usage parmi les marines des diverse nations europdennes. Et
d'abord, les Anglais appliquent au group tout entier le nom de West
Indies, ou West India islands.
(Jr;i';^ yill 74 7!wcn i ite" -









On sait que Colomb, lorsqu'il mit le pied sur le sol americain,
le 12 octobre 1492, crut, d'aprbs les idees cosmographiques du temps,
Utre arriv6 aux premieres iles de l'Inde : de l le nom qui fut employee
alors pour designer ces contrees nouvelles et l'appellation d'Indiens
appliquee aux aborigines. Ces terms se sont maintenus malgre leur
absurdity, et c'est ainsi que le nom de West Indies (Indes occidentales)
est rest chez les Anglais applique aux Antilles. Le nom de Grandes
Antilles s'applique aux quatre grandes iles du Nord: Cuba, Haiti, la
Jamaique et Porto-Rico; le reste de la chaine, qui ne comprend que des
miles relativement peu 6tendues, est compris sous le nom de Petites
Antilles. Les Espagnols distingubrent de bonne heure les iles du Vent,
Barlo Vento (d'oiu le vent souffle) et les iles sous le Vent, Soto Vento. La
premiere denomination s'applique a la parties oriental de la chaine,
c'est-a-dire aux Petites Antilles qui vont du nord au sud, depuis Porto-
Rico jusqu'a la Cote Ferme: cette denomination vient de ce que les
vents alizes, qui regnent dans ces parages, soufflent constamment de
l'est, c'est-a-dire des Petites. Antilles par rapport au reste du group.
C'est par la mime raison que les iles plus occidentales, couverles par les
premieres, furent appelees iles Sous le Vent. Les Anglais rendent cette
expression par leeward (qui recoit le vent), et comprennent sous le nom
de Leeward islands, non seulement les Grandes Antilles, mais aussi la
moitie septentrionale de la chaine des Petites Antilles, et les iles du Sud
qui longent la Cote Ferme; etils appellent Windward islands miless
du cotd du vent) la moitie meridionale de la chaine des Petites Antilles.
On a aussi appele la chain des Petites Antilles miles Caraibes, a cause de.
leurs premiers habitants. Quant au nom meme des Antilles et a son
origin, nous y reviendrons plus loin.
Dans les deux tableaux suivants nous avons range les Antilles d'abord
selon leurs groups naturels, puis par nationalities, c'est-h-dire d'apres
les Etats europeens et americains auxquels les miles appartiennent.

TABLEAU GEOGRAPHIQUE DES ANTILLES
1. Grandes Antilles.
Cuba. Haiti.
Petites iles de Cuba. Gonave.
Isla de Pinos. Tortue.
Grand Cayman. Jamaique.
Petit (little) Cayman. Porto-Rico, ou Puerto-Rico.
Cayman Brac.
II. Petites Antilles, ou Iles Caraibes.
Iles Vierges. Nevis.
Bibque, ou ile des Crabes. Antigua.
Culebra. Montserrat.
Savana. La Guadeloupe.
Saint-Thomas. La Desirade.
Saint-Jean. La Petite Terre.
Tortola. Les Saintes.
Virgin Gorda. Marie-Galante.
Anegada. Dominique.


26


ANTI ANTI








ANTI ANTI


Santa-Cruz, ou Sainte-Croix.
Sombrero.
Ile du Chien,
Anguilleta.
Anguilla.
Scrub.
Saint-Martin.
Saint-Barth6lemy.
Barbuda.
Saba.
Saint-Eustache.
Saint-Christophe, ou Saint-Kitts.


Testigos.
Los Frayles.
Margarita.
Tortuga.
Orchilla.


La Martinique.
Sainte-Lucie.
Saint-Vincent.
Grenadines.
Bequia.
Cannouan.
Carriacou.
Grizon.
Grenada.
Barbades, ou Barbadoes.
Tabago, ou Tobago.
La Trinite, ou Trinidad.


III. Chaine du Sud (cote de V6nezul1a).
Los Roques.
Islas de Aves, ou iles aux oiseaux.
Buen Ayre.
Curagao, ou Curazao.
Oruba, ou Aruba.

IV. lles Lucayes, ou Bahama.


Grande Bahama.
Grande Abaco.
Moose.
Iles Berry.
Iles Bemim.
Andros.
Espiritu Santo.
New-Providence.
Eleuthera.
Cat Island.
Petite San-Salvador.
Watling.
Rum Cay.
Long Island.
Great Exuma.


Great Guanacay.
Crooked Island.
Acklin.
Planas, ou Caye Frangaise.
Samana.
Marignana.
Les Caicos.
Grande Caicos.
East Caicos.
Providentiales.
West Caicos.
Ambergris.
Iles Turks.
Inagua.
Petite Inagua.


TABLEAU POLITIQUE ET STATISTIQUE DES ANTILLES
I. Iles espagnoles (Grandes Antilles).


Cuba ............. ......
Isla de Pinos.. ...........
Vieques (iles Vierges).........
Porto-Rico...............


Superficie
en kil. carr6s.
118.833
2.330

9.314
130.477


0


Population

1.414.500
300

615.600
2.030.400








28 ANTI ANTI

II. lies frangaises (Petites Antilles).

Saint-Martin partiese N. de File). 52 2.850
La Guadeloupe.............. 1.603 120.000
La Desirade...... ... ......27 1.500
Les Saintes................ 14 1.500
Saint-Barth6lemy. ...... 21 2.900
Marie-Galante ............ 149 13.000
La Martinique............... 988 150.700
2.854 282.450

III. Iles anglaises.
A. Grandes Antilles
Jamaique .............. 11.007 506.154
Les trois Caymans ...... 584 2.400
B. Petites Antilles:
Miles Vierges (Tortola, Ane-
gada, Virgin Gorda)..... 165 6.651
Saint-Christophe.. ...... 176 28.169
Anguilla...... 91 28169
Sombrero ................ .
Antigoa.......... .. .. .280 35.157
Barbuda ..... .......... 194
Nevis ... ..... .......... 118 11.735
Montserrat.. ........... 122 8.693
Redonda ............. ..
Dominique.............. 754 27.178
Sainte-Lucie. ....... ...... 647 31 610
Saint-Vincent. 339 35.688
Grenada ................. 344 38423
Grenadines.... 86
Barbadoes .............. 430 162.042
Tabago..... ......... 311 11.054
Trinidad.... .......... 4.544 109.638
C. Lucayes ou Bahama, avec
Caicos et Turks Islands. 15.580 43.885
35.773 1.064.500

IV. Ites danoises (Petites Antilles).

Saint-Thomas (Iles Vierges)... 86
Saint-Jean ... 55 37.821
Sainte-Croix ... 218
359 37.821

V. Ile vanrzudlienne (Petites Antilles).
Marguerite ........... .... 12 39.000








ANTI ANTI


VI. lies hollandaises.
A. Petites Antilles :
Saint-Martin partiese Sud).... 47 2.820
Saint-Eustache ............ 20 5.543
Saba...................... 13 1.883
B. lies de la cote de VY6nzuela :
Buen Ayre, ou Bon Air..... 335 3.870
Curagao et Petit Curacao.... 550 21.319
Aruba........ ............. 165 4.185
1.130 39 620
VII. Ile indcpendante d'Haiti (Grandes Antilles).
R6publique d'Haiti............ 26.000 994.000
doininicaine....... 49.074 300.000
75.074 1.294.000
Recapitulation :
Iles espagnoles ................ 130.477 2.030.400
Iles franQaises...... ......... 2.854 282.450
Iles anglaises ................. .35.773 1.064.500
Iles danoises ................. 359 37.821
lie v6n6zuelienne ........ .... 12 39.000
lles hollandaises .............. 1.430 39.600
Ile independante d'Haiti ..... 75.074 1.294.000
245.679 4.787.791
Constitution gdologique (Nature du sol). --Le terrain des Petites
Antilles, depuis la Trinite jusqu'a file Saint-Eustache, vers le 17e degr6
et demi de latitude, est de formation volcanique, quoiqu'une parties
d'entre elles ait et6 recouverte de d6p6ts calcaires. Les Vierges et les
Lucayes sont calcaires. Quant aux Grandes Antilles, le noyau parait en
Rtre une roche granitique surmontee de terrains de transition calcaire
et schisteux. On trouve dans les miles volcaniques des pierres ponces,
des laves, des basaltes. On y compete sept bouches de foyer qui conservent
des vestiges de leur ancienne activity, tels que les exhalaisons de fumee
qui sortent des crateres, et d'oi r6sultent continuellement la formation
d'une quantity de soufre considerable, des eaux thermales qui jaillissent
dans tous les groups de leurs montagnes; enfin des tremblements de
terre agitent souvent la contree.
L'aspect ge6nral de l'archipel est montueux ; tant6t les cimes sont
aigues et dicharnees, tant6t arrondies et boisees. Les Antilles volca-
niques offrent des montagnes isolees, coniques, pyramidales don't les
sommets se percent dans les nuages. Leur surface est hach6e, couple
de ravins profonds, h6rissee de rochers. Elles sont entourees de ports
nombreux et commodes; les cotes sont escarpees, les mouillages sirs.
Les Antilles calcaires pr6sentent des plateaux ondules, divises en large
terrasses et atteignent a peine, dans leur plus grande e61vation, la moiti6
de la hauteur des months volcaniques; les ports y sont sans abri, l'ap-
proche en est difficile, la cote 6tant bordee de r4cifs et de brisants.


29










Dans les iles volcaniques le terrain est argileux, arrose par une multi-
tude de torrents, et convert en grande parties de bois imp6intrables;
les iles calcaires sont a peine arrosees par quelques ruisseaux. La terre
est sans cesse alteree. I n'y a point de forces; la secheresse y est favo-
rable a la sant6 des hommes, et nuisible la richesse des cultures.
Climat. L'archipel est compris dans la parties de la zone torride
situee au nord de l'equateur entire le 10e degree de latitude septentrionale
et le tropique du Cancer. Les rayons du soleil y tombent presque per-
pendiculairement; la temperature n'est cependant pas aussi ardente
qu'on pourrait le supposed. La chaleur est toujours temper6e par les
vents d'est ou vents aliz6s. Ces vents, qu'on appelle brise de mer, soufflent
chaque matin, s'accroissent a measure que le soleil monte sur l'horizon,
et tombent tout a faith vers le soir, en sorte que plus le soleil est l6ev e,
plus le vent a de fraicheur. L'air qui le soir et pendant la nuit reflue de
l'O. vers lE., et que I'on nomme brise de terre, ainsi que la rosee abon-
dante que produit cette brise, procurent la fraicheur des soirees et des
nuits. On ne connait aux Antilles que deux saisons bien marquees : la
limited en varie suivant la latitude, mais on peut dire que la saison
seche commence en moyenne a la fin d'octobre et dure jusqu'en avril;
puis vient la saison des pluies. Ces pluies, legeres et f6condes en avril
et mai, sont diluviennes en aoUit et jusqu'en octobre. Lorsque les terres
sont bril6es et crevassees par la secheresse, les benignes ondees qui
varient de la fin de mars au mois de.mai, et tombent par grains vers le
milieu du jour, ont bient6t raviv6 le sol aride par une v6g6tation rapide
et abondante. Ces grains sont des pluies d'orage qui durent une demi-
heure ou une heure au plus, et qui tombent presque tous les jours vers
midi en avril ou en mai; c'est ce qu'on appelle les pluies du printemps.
L'hivernage est dans cette region tropical la saison des pluies et des
chaleurs etouffantes; aussi a-t-il toujours pour cortege des maladies
mortelles aux hommes, aux bestiaux et aux plants, et le d6sordre des
e16ments qu'il bouleverse d'une maniere effrayante. C'est alors que le
tonnerre gronde d'un bout h I'autre de l'horizon, et que les tremble-
ments de terre, les raz de mare et les ouragans viennent effrayer les
hommes et ravager le sol. Le thermometre atteint pendant I'hivernage
le maximum de sa hauteur, 34 h 36 degrees.
Dans les raz de maree, la mer, violemment agitee dans son interieur,
s'e1lve a une hauteur considerable, vient se briser avec force sur les
cotes qu'elle submerge et y exerce des ravages qui forment un contrast
frappant avec la tranquillity apparent de 1'atmosphBre. Ce ph6nomene
n'a lieu que lorsque les vents de 'O. ou du S. regnent: ce n'est pas
seulement quand ils soufflent avec violence, ni lorsque les lots sont
souleves par la tempete. Les navires qui se trouvent alors pres des cotes
ou dans les rades foraines, chassent sur leurs ancres, sont entrain6s
malgre la bonte du mouillage, et viennent se perdre sur les rochers du
rivage, s'ils n'ont pu prevenir le danger en gagnant le large des les pre-
miers instants de l'agitation des flots. Le flux et le reflux sont presque
insensibles aux Antilles, tandis que sous les memes paralleles, a la cOte
de Guinee et sur cell du golf Arabique, ce ph6nomene est tres remar-
quable. L'archipel est d'ailleurs sujet h de frequents tremblements de
terre. II n'y a pas d'ile qui ne conserve le souvenir de quelques 6poques
oh elle en a 6prouv6 de d6sastreux. Le lr novembre 1755, jour du fa-


ANTIT -- AN1TI


30









meux tremblement de terre de Lisbonne, qui fut ressenti i la meme
here en Afrique et le long des cbtes de l'Ocean depuis Gibraltar jusqu'au
Danemark, on observa aux Antilles qu'au m6me instant, pendant le
temps le plus came, et a quatre minutes d'intervalle, dit-on, de
l'6branlement de Lisbonne, la mer monta considerablement, inonda
toutes les c6tes situdes au vent, et que plusieurs miles eprouverent des
oscillations violentes; ce qui indiquerait un foyer commun sous la mer.
Quoique les raz de maree et les tremblements de terre surviennent iso-
lement, ils escortent ordinairement ces coups de vents terrible que
l'on nomme ouragans. Ils n'ont lieu que du 0 juillet au 21 octobre; on
les redoute comme la calamity la plus affreuse. L'ouragan est annonce
par les signs les plus effrayants : une nuit profonde envelope l'hori-
zon; les nuages, rassembles, condenses, immobiles, semblent peser sur
la terre ; l'atmosphere est accablante ; le vol des oiseaux est rare etpres
de terre; ils semblent fuir le danger qui les menace. Tout est more;
la nature entire parait souffrir.
L'epoque de l'hivernage passee, les vents d'est reprennent leur course.
On respire un air pur et sain, la temperature n'est plus si ardent,
l'atmosphere est moins humide, le tonnerre ne gronde que rarement, on
n'a plus h redouter les convulsions de la nature. Decembre, janvier, fe-
vrier et mars sont les mois les moins chauds de l'annee. Pendant leur
durce, le thermometre ne varie que de 21 h 24 degres dans sa moindre
hauteur, et de 27 i 29 quand il atteint le maximum. Cette saison, la plus
eloign6e des fortes chaleurs, est aussi la plus favorable pour border
dans ces contrees, et l'Europeen doit avoir la precaution de fixer son
depart de preference au mois de novembre, afin de pouvoir s'acclimater
avant les grandes chaleurs de l'hivernage.
Le ciel des Antilles est le plus radieux de la terre ; celui d'Italie, dans
les beaux jours d'6te, peut seul en donner une idee. Durant la saison
seche, cette serenite est continuelle. Les nuages, peu frequents, ne sont
que passages ; constamment isolds, ils n'occupent qu'un point dans
l'espace du c6te de l'est, et sont toujours plus has et plus denses qu'en
Europe. Le ciel n'est voile que momentanement, meme pendant l'hiver-
nage, et ce n'est jamais que pendant tres peu d'heures du jour ou de la
nuit qu'on y est prive de la vue des astres. La longueur des jours diffhre
peu de celle des nuits.
La combinaison de la chaleur et de l'humidite du climate des Antilles
fait leur insalubrite. L'humidite est surtout pernicieuse la nuit, et nul
ne s'expose impunnment a coucher dehors, ou h se mettre au travail un
peu trop avant le lever ou apres le coucher du soleil. Cet effet combine de
l'humidite et de l'extreme chaleur amollit, detend et altere les fibres,
tant chez les hommes que chez les animaux; il rend paresseux, inerte,
flegmatique, et rdduit promptement h un 6tat complete d'atonie. En
peu de temps tout tombe dans le relachement, au moral comme au
physique. Non seulement l'humidit6 decompose, corrompt tous les mets
et toutes les viandes avec une etonnante rapidity, mais encore elle fait
eclore des myriades d'insectes de toute espece, qui deviennent un nou-
veau fleau pour les Europdens. Son action est tellement corrosive,
qu'en tres peu de temps elle ronge par la rouille tous les metaux sus-
ceptibles de s'oxyder. Le bois d'Europe le plus dur, le chene, ne lui
oppose qu'une resistance bien faible; les affi3ts de ce bois, neufs, bien
S


ANTI ANTI


31









ferr6s et bien conditionnes, tombent en poussibre apres clre rests
deux ans au plus en plein air aux batteries. Mais la nature, qui r6pare
toujours ses propres destruction, produit en abondance dans les
Antilles une varie6t considerable de bois infiniment plus durs, plus
forts, plus serres que ceux d'Europe, et propres h resister longtemps a
l'action desorganisatrice du climate.
Vegetation et culture. La nature est toujours en action sons le
climate humide et brflant des Antilles; la vegetation ne s'y arrete jamais
et les feuilles nouvelles remplacent successivement cells qui tombent.
Le sol y est infinirnent plus productif que celui d'Europe, mais le climate
semble repousser toutes les plants venues de cette parties du monde.
Celles qu-on parvient a y fire croitre a force de soins y degenerent, de
meme que les animaux d'Europe; tandis que tout ce qu'on envoie
d'Afrique et de ]'Inde y acquiert le developpement le plus parfait. La
plupart des productions les plus riches des Antilles leur viennent de ces
deux contrees; tres peu de soins suffisent pour les faire prosperer. Le
choix des terrains, les engrais, les arrosements, la taille et la greffe sont
h peu pres inconnus; la nature et le climate sont seuls charges de la
vegetation. Les Europeens ont introduit dans les colonies la culture de
la canne a sucre, du caf6ier et de Findigotier. On croit ceperidant
qu'une espece. de la premiere de ces plants y etait indigene. Ils y cul-
tivent aussi le cotonnier, le cacaoyer, qu'ils ont trouve en Amerique, de
mAme que le tabac. Les products de ces vegelaux forment la base du
commerce des Antilles avec 'Europe. On y dleve egalement le gin-
gembre apporte des Indes. Le manioc, les patates, les ignames, les
bananes, le mais, servent la nourriture de l'homme, de meme que
l'arbre h pain et le jaquier, acclimates depuis la fin du xvIIe siecle, La
sapotille, le coco, la mangue, I'acajou (cassuvium), le tamarin, la cale-
basse, la pommecannelle ou sapotille hlrissee,l'oranger, le mamei,l'abri-
cot, l'aguacat ou avocat, la goyave, la papaye, le corossol, la pomme de
liane ou grenadille, les ananas, sont des fruits naturels a ces climats; la
plupart flattent agreablement le palais et sont tries salubres. On mange
la pousse du palmiste, a laquelle sa forme a fait donner le nom de
chou, et les gourmets se nourrissent avec sensuality d'un ver blanc qui
vit dans le bois de cet arbre. On a porter aux Antilles, depuis les der-
nibres annees du xvIIm siBcle, le giroflier, le muscadier, le cannellier et
le poivrier. Les plants potagrres telles que les choux d'Europe, les
asperges, les laitues, les chicorees, les pois, les haricots, les courses, les
melons, les concombres, y viennent en grande abondance. Le melon est
tris gros et d'un gouft exquis. Le piment ou poivre de l'Inde ou du Bre-
sil, si necessaire dans ces climats pour donner du ton a l'estomac, est
tres commun. L'artichaut reussit dans les mornes a l'abri de la grande
chaleur, et on trouve aussi dans quelques miles la fraise, qu'on ne cultive
pas dans les jardins. L'herbe de Guinee ou grand millet est cultiv6e
pour les chevaux, qu'on nourrit au vert toutel'annee. Parmi les plants
m6dicinales que les Antilles produisent en grande quantity, on distingue
la casse, le copahu, qui donne un baume precieux, le ricin ou karapa,
la spigele ou brinvillirre, l'ipicacuanha, blanc et gris. Les fleurs sont
moins communes aux Antilles qu'en Europe, parce qu'on ne prend pas
la peine de les cultiver. On y voit venir sans soins des roses, des jas-
mins de touted iespece, des girofl~es ou violiers, et des tubereuses


32


ANTI ANTI













pa60. S



A 0 R QDD OoCARTE GENERA.LE
DES

~CrILLE'SJ~ Ir~
E_3'/ I 4
G(0 L F0 loo


S 4 I c A)..........c(A) os. F

/~~~~~~~~ IA/ I] X a( ~Ic )3
Fr .:i I\-- --- - -T- - -
~1 ----- I S I r' Z~.. A H AV A IN E -I
4 .,-,~~~.


('01 Fl" R.. 0~


i Z~_Cc r ,Ill



II (: '& I' IiI
--'-c ~T;--,L- jnr l Li

0 L F E
O~tAA'G R' A."'~ -'
-7- \5vierp.L
OI A Tl' D- El
I ,11 ., I O ,I 411)R v







A5
D, A,

A'i-
-`7 -Irr p l
-i, /l('illl~l -A, 6 t: C -7/
0 f ;A Al ..Ice
L 's, -------
/(Jl Ir _~7- ~ -l T ;:F'l~ 3
~I_____~J~L_,i, C-- t-----i~i uoV'BTEI
j V -E N 7 U E L A~ 'I~1 I









doubles. Les c6tes des miles, plus particulibrement celles Sous le Vent,
et tous les endroits marecageux, sont presque partout converts de man-
gliers ou pal6tuviers. Ces arbres laissent tomber jusqu'a terre leurs
branches qui y prennent racine, y poussent de nouveaux jets, et for-
ment en peu de temps une fort impe6ntrable. Le corossol des marais
et une foule d'autres v6getaux viennent reunir leurs tiges a des lines
sarmenteuses, et augmenter le mephitisme de ces terrains inond6s, en
y interceptant l'air necessaire a la vie des animaux. De tous les
arbres v6n6neux, le plus dangereux est le mancenillier, qui se plait sur
les boards de la mer. On trouve le gaiac ou bois saint, le sandal ou 1' ri-
thale, le campiche, l'acajou ou mahogany, l'acajou h planches ou cedrel,
le myrte piment, I'acacia i bois dur, le courbaril, le fromager, le ro-
couyer, le sablier, le bois de fer, le savonnier, et une infinite d'autres
arbres remarquables. Des fougeres arborescentes, des sensitive, et une
foule de plants curieuses par la singularity de leur feuillage on l'agr6-
ment de leurs fleurs, remplissent les forts. Le bambou croit avec
beaucoup de facility, et ii est d'une grande utility.
Animaux. La volaille est g6neralement meilleure aux Antilles
qu'en Europe. Les perroquets de diverse espbces ornent les bois. Les
reptiles ne peuvent manquer sous un pareil climate. Les abeilles donnent
un miel tres aromatique, les guepes y sont armies d'un dangereux
aiguillon. Les moustiques sont un insupportable fleau. Les fourmis et
les termites causent de grands ravages dans les maisons et les planta-
tions. D'enormes araignees et divers insects sont a la fois repugnants
et dangereux. Le climate n'est pas favorable aux quadrupedes venus
d'Europe; ils s'affaiblissent et d6g6nerent rapidement. Le pore seul est
meilleur qu'en Europe.
A fl'poque de leur decouverte, les Antilles n'avaient qu'un petit
nombre de mammifcres, notamment des agoutis et des sarigues. La mer
abonde en zoophytes. Le corail noir, et surtout le corail blanc, sont tres
communs. On les peche pris des cotes et l'on en faith de la chaux. L'ar-
chipel est extremement poissonneux; on y trouve a peu pres toutes les
especes de poissons d'Europe, et beaucoup d'autres particuliers a ces
parages. Les rivieres d'Haiti seules nourrissent des caimans.
Population. -Les insulaires que les Espagnols trouverent, h l'6poque
de la decouverte par Christophe Colomb en 1492, tant a Cuba qu'en
Haiti, dans les Grandes Antilles et aux Lucayes, etaient d'un caractere
doux et timide. En moins de dix ans toute leur race fut extermin6e.
Les Petites Antilles, au contraire, etaient habitues par les Caraibes, race
d'hommes courageux et robustes, qui faisaient de fr6quentes incursions
chez leurs' pacifiques voisins et devoraient leurs prisonniers (Voyez :
Caraibes). Ils se defendirent vaillamment contre les Europ6ens; d'ail-
leurs, comme les premiers conquerants ne cherchaient que de For et
que les Petites Antilles n'en produisaient pas, on les laissa tranquilles
tant que l'on ne songea pas a s'etablir a demeure dans les iles. Mais
les Franeais, les Anglais et les Hollandais 6tant venus dans le xvie siicle
former des colonies aux iles du Vent, les Caraibes disparurent graduel-
lement. Vers la fin du xvIIe siecle, on voyait encore a Saint-Vincent
quelques families qui portaient ce nom, mais qui etaient r6ellement
issues d'un melange de vrais Caraibes et de negres. Aujourd'hui cet
archipel est peupl6 d'Europeens, de creoles, de gens de couleur et de
3


ANTI ANTI


33









negres. Nous avons vu par les tableaux donn6s plus haut que, sur un
superficie approximative de 245.679 kilometres carries, ce qui represent
presque la moitie de l'etendue de la France, l'archipel nourrit seulc
ment 5.000.000 d'habitants. C'est une population faible, environ
pour un kilometre carr6. On calcule que les negres, aujourd'hui affri
chis dans toutes les colonies, constituent les trois quarts de la popul
lion; le rest se compose de mulatres et de blancs.
Historique.- Les Antilles, jetees en une longue chain en avant d
continent am6ricain, furent les premieres terres reconnues lors de 1,
d6couverte de l'Am6rique; c'est h une des iles Lucayes que Coloml
vint atterrir, le 12 octobre 1492, apres sa traverse de l'Atlantique. Le
nom d'Antilles qui a et6 donn6 i ce vaste archipel, et qui par hasard
semble se rapporter a sa situation en avant du continent, ante insult.
n'a pas du tout cette origin; il se rattache i l'obscure lgende d'une i
Antilia place au loin dans la mer Atlantique par les cosmographes et
les portulanes de la fin du moyen age. M. de Humboldt et d'autres ont
fait sans beaucoup de resultat de longues recherches sur cette ile Antilia
(Alex. de Humboldt, Examen critique de l'hisloire de la gdographie du
Nouveau Continent, I, 250, et II, 173, 1835; d'Avezac, dans les miles de
l'Afrique de I'Univers pittoresque, p. 24, 1848, etc.). Ce n'est pas
Christophe Colomb qui a introduit le norn d'Antilles dans la g6ogra-
phie moderne, fait justement remarquer M. de Humboldt. La pre-
miere application du nom Antilim insult aux lies d'Amerique est un
trait d'erudition de Pierre Martyr d'Anghiera. Christophe Colomb
revint de son premier voyage le 15 mars 1493; et dans la premiere
decade des Oceanica, adressee au cardinal Ascanio Sforza en novem-
bre 1493, on trove deja : ((In Hispaniola Ophiram Insulam sese reperisse
refert (Colonus), sed cosmographicorum tractu diligenter considerate,
Antilie insulae illae et adjacentes alie... ) (Dec. I, lib. I, p. 1.)
Plus tard, Vespucci, dans sa pr6tendue second navigation de 1499,
nomme Antiglia l'ile que Colomb a decouverte il y a peu d'ann6es ,,
c'est-'-dire Haiti. Au seizieme siecle, les iles Caraibes, au S.-E. de
Porto-Iico (Borriquen), prenaient, dans les tableaux de positions geo-
graphiques qu'on tentait d'annexer aux traits de geographie, la deno-
mination d' Anttiglia insult .. Et ailleurs l'illustre auteur de l'Exa-
men critique dit encore : ( Il est assez extraordinaire qu'apres un long
oubli pendant toute la duree du seizieme siecle, un nom qui avait paru
pour la premiere fois sur une carte de 1436 ait enfin prevalu en Europe.
Ce nom 6tait sans doute plus sonore que celui d'iles Camercanes que
nous connaissons par le Br6viaire geographique de Bert et par le voyage
d'un religieux carmelite, mais don't j'ignore absolument 1'etymologie.
C'est la grande cel6brit6 des cartes de Cornelius Wytfliet et du Theatrum
Orbis terrarum d'Ortelius, qui a probablement le plus contribute h fixer
le nom. des Antilles sur les cartes d'Amerique. )
Le d6veloppement ulterieur de la colonisation europeenne aux
Antilles a 6t6 bien resume par M. Jules Duval dans son beau livre sur
les Colonies et la politique colonial de la France, Paris, s. d. (1864),
p. 135 :
( Dans le movement d'expansion qui depuis le xvte siecle porta les
puissances maritime de l'Europe occidental vers le nouveau monde,


ANTI ANTI


34







ANTI ANTI 35
chacune d'elles comprit que larchipel des Antilles etait l'avant-scene
du continent americain, et vouluty prendre pied. Guides par Christophe
Colomb, les Espagnols s'installbrent h Saint-Domingue, h Cuba, a la
Jamaique, a Porto-Rico, i la Trinite, miles les plus importantes par leur
etendue ou les plus voisines des terres oi ils esperaient rencontrer
For, l'argent et les diamants, seuls objets de leur poursuite. A ces
tapes, ils demandbrent des vivres, de l'eau et du bois, plutbt que
des champs de colonisation. Un siecle apres, les Anglais survinrent,
Sglanant oil les Espagnols avaientrecolte, s'installant avec plus de rdso-
lution et de suite, parce qu'ils ne comptaient point sur le Perou ni sur
le Mexique pour s'enrichir. Aux miles posseddes par droit de premiere
occupation, ils ajouterent bientot les conquites de la guerre, et succes-
sivement devinrent les maitres de la moitie de l'archipel caraibe. Au-
jourd'hui, sur quarante iles, vingt leur appartiennent, commandoes par
]a Jamai'que a l'ouest, ia Trinidad au sud, la Barbade a l'est, Antigua
au nord. Les Frangais, dtablis h Saint-Christophe d as 1625, arborerent,
en moins d'un quart de sibcle, leur drapeau sur la Guadeloupe, la Mar-
tinique, Sainte-Lucie, la Dominique, Saint-Domingue, qui devint la
reine des Antilles, Grenade, Saint-Vincent, Tabago et quelques autres.
Sur les traces de leurs rivaux, les Hollandais accourureut, et trouverent
place h Saint-Eustache, aux Iles Vierges, a Curagao, a droite de la route
qui les conduisait a la Guyane et au Brdsil, leurs plus importantes pos-
sessions. A leur tour, les Danois acquirent Sainte-Croix ainsi que Saint-
Thomas, un ilot sterile que personnel ne leur disputait, et qu'ils ont su
rendre f6cond par la liberty commercial. Les Suedois, ne trouvant plus
rien h prendre, acquirent des Francais l'ile de Saint-Barthelemy au prix
d'un droit d'entrepot a Gothembourg; de plus, en 1815, ils acheterent
la Guadeloupe aux Anglais, qui s'en trouvaient momentandment les
maitres, march que rompirent les ev6nements de 1815.
((A la rivalit6 d'ambition, qui fut le premier mobile de ces occupa-
tions, faites un peu au hasard et sans aucun plan preconQu, s'ajouta
bientot l'influence des interits militaires et commerciaux, pour trans-
former les haltes et les comptoirs en places fortes. Dans cette chaine
qui s'arrondit en arc sur I'ocean Atlantique depuis la pointe de la
Floride jusqu'au cap Paria, chaque anneau devint un poste herisse de
defenses, dispose pour la surveillance et l'attaque, tout en favorisant un
cabotage d'ile en ile propice h la contrebande et au traffic avec les navires
europeens.
( Grace au triple movement de la guerre, de la navigation et du
commerce, les populations se grouperent, des cites se construisirent,
et de proche en proche la colonisation rayonna dans les campagnes.
Aujourd'hui les cabanes de bois des premiers jours sont revenues des
villes qui ont grand h l'ombre des citadelles; les rares pionniers au
d6but out donnd naissance a de nombreuses gendrations, et les petites
miles que dedaignaient les compagnons de Colomb, n'ont cesse d'etre des
points d'appui pour les combats aux epoques de guerre, des theatres de
concurrence agricoly et commercial aux epoques de paix. Le rl61e de
l'archipel des Antilles a grand surtout depuis que les principles pro-
ductions des miles, le sucre, le caf6, le tabac, le cacao, apres etre restees
longtemps des denrees de luxe, ont penetr6 dans la consommation
populaire. -










Antilles (Mer des), ou Mer des Caraibes. Bassin compris entire la
longue chaine des Grandeset des Petites Antilles, l'isthme americain et la
cbte nord de l'Amerique m6ridionale; il s'6tend a peu pres du 9g au 22s
degr6 de latitude N., et en longitude du 63e au 90e degr6 1/2 0. de Paris.
Du S. au N. la larger du bassin varie de 890 a 1.330 kil.; de l'O. a 1'E.
la longueur depasse 2.775 kil. La mer des Antilles communique avec le
golfe du Mexique, qui en est une expansion, par un detroit de 183 kil.
de large (appele sur quelques cartes canal du Yucatan) entire le cap
Catoche du Yucatan et la pointe occidentale de 'ile de Cuba; la com-
munication de la mer des Antilles avec la haute mer a lieu par qua-
torze ou quinze detroits principaux, depuis la Trinite jusqu'ah ile de
Cuba.
La mer des Antilles est plus profonde que le golfe du Mexique: on
trouve des fonds de 4.200 metres dans la parties occidentale, au nord de
l'isthme de Panama. On pourrait distinguer deux bassins separs : celui
de l'ouest, qui est limit par la cote meridionale de lile de Cuba, et
celui du nord ayant a peu pres la forme d'une ellipse comprise entire
les Grandes et les Petites Antilles d'une part, et les cotes de la Colombie
d'autre part. Le relief y est assez tourment6; au milieu de cette confusion
d'iles, de bans, de lignes multipliees, on voit, a peu de distance des
cotes, des profondeurs de plus de 1.000 metres qui semblent reveler des
ravins ou des crevasses fortement accentuees. On dirait que l'espace
sous-marin a une physionomie pareille au continent amdricain meri-
dional, bouleverse par de frequents tremblements de terre. Les quelques
rares documents fournis sur le bassin oriental indiquent une regularity
plus grande; on y rencontre le trait caracteristique de la depression
commune h toutes les mers interieures : une concavite don't la rapidity
de pente va croissant des bords jusqu'au centre. Le milieu est inconnu;
il est cependant permis de conjecturer qu'il doit s'y trouver des fonds
voisins de 4.000 metres, aussi bien que dans l'Ocean. L'archipel des
Petites Antilles forme une sorte de barriere entire la mer des Antilles et
I'Ocean, representant assez bien les sommets emergeants d'une chain
de montagnes, don't les deux versants est et ouest auraient leurs pentes
submerges avec une inclinaison peu diff6rente.
Antoine. Pointe situee h l'extremite de la baie de Petit-Goave, laquelle
s'ktend jusqu'au Tapion.
Antonio. Voyez : San Antonio de Guerra,-- San Antonio dcl Yuna.
Aquin. Arrondissement militaire de 3e classes du department du Sud.
Comprend les communes d'Aquin, chef-lieu, de Saint-Louis du Sud et
deCavaillon, avec 30.000 ames. Ses limits sont, & l'ouest, cells de l'arron-
dissement des Cayes, et du point nord et sud du Tapion de Cavaillon,
se dirigeant a l'est par la crete de Plaisance, passant au nord de la
source de la petite riviere Mahol, viennent au sud de la section rural
de l'Azile aboutir l'endroit ou la riviere Mahot se jette dans la Serpente,
et suivent alors la rive sud de cette riviere jusqu'i la source de celle du
Fond-des-Negres (riviere Brinballe). De la, suivant encore cette riviere
jusqu' l' endroit oi elle se jette dans celle des C6tes-de-Fer, elles vont
se terminer h l'embouchure de cette riviere. De sorte que cet arrondis-
sement se compose de tout le ddveloppement de la c6te, depuis l'embou-
*


A4NTI AQAUI


36










chure de la rivibre des C6tes-de-Fer jusqu'au Tapion de Cavaillon, ayant
a l'ouest l'arrondissement des Cayes, a 1'est celui de Jacmel, et au nord
celui de Nippes (Loi du 17 octohre 1821).
Les postes militaires de cet arrondissement sont: le Vieux Bourg
d'Aquin, Laborieux et la Baie des Flamands, tous situes dansla commune
d'Aquin, le premier dans la section rurale de la plaine d'Aquin.
L'Etat possHde dans l'arrondissement d'Aquin 90 biens urbains,
70 habitations, 79 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
La garde national a pied de l'arrondissement se compose de
2.600 hommes, et la cavalerie de 600 cavaliers.

Aquin. Commune de 3e classes, chef-lieu de l'arrondissement mili-
taire et financier et des jurisdictions scolaire et judiciaire d'Aquin.
Relieve de l'evvcche des Cayes. Fete patronale :le 7 mars, a la fete de
Saint-Thomas d'Aquin. Son 6glise est neuve. En 1892, l'Etat donna
1.500 gourdes pour construire un presbytere.
Contient 12 sections rurales qui sont:
La Ie, de la Plaine d'Aquin;
La 20, de Jonc-Dodin;
La 3e, de 1'Hermitage;
La 4e, des Flamands;
La 5e de Mal-h-Caife;
La 6e, de la Grande Colline;
La 7", de l'Azile no 1;
La 8e, de l'Azile no 2;
La 9e, de Fond-des-Blancs;
La 10e, de Fond-des-Nbgres;
La ile, de Frangipane;
La 12e, de la Colline h Mongon.
Les postes militaires de l'arrondissement se trouvent tons dans cette
commune; ce sont: le Vieux Bourg d'Aquin, Laborieux et la Baie des
Flamands, le premier dans la section rurale de la Plaine d'Aquin.
Population entire : 12.000 ames. 11 y a en moyenne par an 480 nais-
sances, 257 deces et 27 marriages. Un d6put6. Jours de march :
les samedis.
Des sources nombreuses arrosent les habitations de l'interieur, et la
rivibre d'Aquin contribute a la ferlilite du sol. Le territoire fait parties de
l'ancienne habitation Bodequin, dontl'embarcadere porte encore le nom,
ainsi qu'un fort etabli sur la rade par feu le g6n6ral Francisque.
Aquin produit en moyenne par an :
Cafe : 350.000 livres reQues par terre;
135.000 > des communes del'arrondissement.
Campeche : 20.000.000 p par terre;
500.000 n des communes de l'arrondissement.
D6bouch6s: les Cayes, l'Europe et les Etats-Unis d'Amerique.
La commune d'Aquin est r6put6e pour ses chevaux, ses moutons, ses
huitres, ses truffes et ses oranges qui sont les meilleures du pays. Il y a
de bons bois de construction, de fer, de lance, le tendre-a-caillou, le bois
trois-paroles, le satanier, le chene h glands, le laget on bois-dentelle, le
gaiac, le br6sillet. On y construit des bateaux servant au cabotage et on
fabrique des chapeaux de paille et du sel a manger.


37


AQUI AQUI








38 AQUI AQUI
Le port d'Aquin est tres dvase, et les navires d'un certain tonnage
sont oblig6s de prendre mouillage au loin. Saufcet inconvenient, le port
est sutr. Accessible seulement par une belle entree au sud, il est garanti
des vents du large par le rocher le Diamant qui coupe la passe en deux,
et sur lequel vient se briser l'effort des lames (1). Les pal6tuviers qui
bordent la baie sont charges d'excellentes huitres qu'on dit superieures
a toutes celles du pays, et qu'on recolte toute l'annee. Le Diamant est a
180 13' 45" de latitude nord et 75 48' de longitude occidental.
L'ile de la Grosse-Caye est situee en face de la baie d'Aquin, et la
pointe du Morne-Rouge est au sud. Le port fut ouvert au commerce
stranger par la loi du 21 avril 1807. La loi du 17 d6cembre 1808 le ferma.
Sur les r6clarhations faites par le general Vaval, commandant de l'arron-
dissement, au nom de ses concitoyens, il fut de nouveau ouvert au
commerce stranger par la loi du 4 septembre 1812. Referme aux bati-
ments nationaux et strangers au long course, par la loi du 25 avril 1826,
a partir du 1je juillet suivant, il fut de nouveau rouvert par la loi du
20 septembre 1831. Le 27 septembre 1836 une nouvelle loi vint le
refermer. Depuis 1843 il est rested definitivement ouvert au commerce
stranger. Chaque fois qu'une loi prononcait la fermeture de ce port, le
territoire d'Aquin rentrait dans l'administration des Cayes.
Pendant I'exercice budgetaire de 1885-86 ce port a import pour
6 123.106 45 de marchandises etrangeres.
Les recettes se sont levees a 83.644 28, come suit :
Importation......... .. ...... .. 5.785 78
Tonnage de voiliers. ........ ..... 7.848 99
Pesage................ ......... ...... 59 09
Wharfage ........... .............. ..
Visites sanitaires. . . ... 148
33 1/3 0/0......... ... ..... .. .... .. 4.614 08
50 0/0.............. ..... ............... 6.920 99
Tonnage des steamers...... ............ ...... 148 25
Ancrage... .... ... ...........
Visa consulaire..... ........ ........
A m endes......... .......... ..... ....... .
Exportation.... .. ..... .. .. 41.766 27
Echelle. .... .... 40 4
Pilotage... .... .. .. .. ....... 314 n
10 0/0........ ............ .... ... .... ........ .212 04
50 0/0.......... ... .... .... 8.424 06
Statistique......... .................... 235 34
Biens domaniaux.................... .
Timbres............ 647
poste......... .. .
mobiles. ............. .. ..... 163 80
Enregistrement....... ..... ..... 427 13


(1) ............. Aquin,
Plage faite a la houle.
(SOLon MENos.)










Hypotheques .................. .... ......... 50
Produit des greffes. ......... ............... 172 50
Diverses recetttes... ............... ....... 1.089 38
1 0/0 Ier douzieme pour pensions civiles...... 626 08
83.644 28
11 a exported des denrees pour une valeur de 4 177.373 68.
Les depenses faites i Aquin pour le department des Finances se
sont 6lev6es a 48.227, savoir
Chap. 1. Sect. 2. Appointements ................... 6.087 ,
) 1. 3. Indem nites........... ........... 8 0
2. 1. Location.......... .. ............ 1.224
> 2. > 2. M ateriel .............. .......... 76
Les d6penses du d6partement de la Guerre dans cet arrondissement
financier se sont l6ev6es i 4 18.803, comme suit :
Chap.1. Sect. 1. Appointements de l'armee.......... 7.510 50
1. 2. Solde.............. ......... .. 4.344 75
1. 3. Ration ...................... .... 3.282 ,
2. 1. Pension-indemnit ................. 1.245 ,
) 3. 1. Location.......... ......... 1.032 ,
3. n 2. M ateriel ........................... 81
S4. 1. Appointements des hopitaux ....... 275 0
S5. 1. arsenaux....... 836 25
2. Mat6riel des arsenaux............ 66 50
5. 3. Ration des arsenaux ............... 130 ,
Les d6penses pour la Marine se chiffrent par 1.003 25, comme suit:
Chap. 6. Sect. 1. Appointements des ports........... 606
) 6. 2. Mat6riel des ports............... 147 90
6. 3. Rationdes ports ................... 182 ,
) 6. 5. Materiel de la marine.............. 7 50
6. 6. Ration de la marine.............. 59 85
Les d6penses pour le department de l'Intdrieur par 4 15.004, comme
suit :
Chap.2. Sect. 1. Traitementdes magistrates communaux 2.403 50
5. 1. Location ....................... 480
2. 2. Appointements du conseil communal.
8. 1. Appointements de la police adminis-
trative ... .................... 7.164 ,
8. 4. Materiel....... ............. 37
8. 5. Appointements des geoliers.Entretien
des prisonhiers....... ...... 719 50
9. 2. Construction. Re6dification ......... 4.200
Les d6penses pour l'Agriculture sont de 4 9.696, comme suit
Chap.1. Sect. 2. Appointements des chefs de sections. 9.216 ,
1. 2. Appointements des inspecteurs de
culture.......... ... ...... 480 ,
Les dIpenses pour la Justice sont de 4 13.278 85, come suit :


AQUI AQ4UI


39










Chap. 1. Sect. 1. Appointements des tribunaux... ... 11.540
1. 2. Tournees des commissaires.......... 50
1. 4. Frais de justice ................... 80 85
2. 2. Location ....... ................. 1.608
Les depenses pour l'Instruction publique s'elivent h A 15.474, comme
suit :
Chap. 1. Sect. 1. Ecoles et pensions.. .. ........ 10.898
S2. I1. Location.... ....... .. 3.120
9 2. 2 2. Materiel ................ ..... 50
3. 1 4. Corps surveillant........ ... 1.356
3. 2. Depenses extraordinaires ......... 50 )
Les d6penses pour les Culles a 1.777 50, come suit :
Chap. 1. Sect. 4. Traitement des curds.......... .... 937 50
,) 1. ) 6. Location ................. .. 8 840 )
Le conseil communal d'Aquin s'administre depuis peu d'ann6es sans
le secours de l'Etat. En 1889-90 les recettes ont 6te de 4 1.848 11 et
les depenses de 4 1.825 01.
Les navires pris par le pilote a une lieue au large patient :
Ceux de 50 A 100 tonneaux ................... 1 50
S 101 a 200 ............ .. .. ...... 2 50
201 300 ..... ... . .. 3 50
301 .400 .................. .. 4 ,
Au-dessus de 400 .. .................. 5 ,
A la sortie :
Ceux de 50 a 100 tonneaux ............ ........ 2
101 a 200 ) .... ...... 4 ,
201 a 300 .... ... .......... 6 ,
a 301 h 400 ) .................. 8 )
Au-dessus de 400 ....................... 10
La moitie du droit de pilotage est payable au pilot et I'autre moitie
au Tresor.
Le commandant du port regoit de chaque navire stranger pour sa
carte de sortie 4 2.
Les ecoles de la circonscription d'Aquin ont pris un developpement
extraordinaire de 1883 a ce jour sous l'intelligente direction du general
Delice Lerebours, inspecteur de ces 6coles.
Comme on l'a vu plus haut, l'Etat posside dans l'arrondissement
d'Aquin 90 biens urbains, 70 habitations, 79 carreaux de terre occupies
par des fermiers.
Le montant des fermages des biens ruraux est de 4 237.
Dans la ville seule les biens domaniaux comprennent plusieurs
proprietes baties et non bAties; d'autres tombent en ruines, dans les
rues Nicolas, Alexandre, Saint-Thomas, du Commerce, du Gouverne-
ment et de 1'Egalite.
Aquin n'a pas oublie les bienfaits que son ancien commandant
d'arrondissement, le g6n6ral Dossous, a procures A son agriculture.
Les Loges sont la Runion Intime no 13, et la Vall6e d'Ebron n 52,


40


AQUI AQUI










relevant du Grand Orient d'Haiti. Voyez, pour les chapitres, a l'article
Haiti, au tableau des Loges.
La garnison se compose du 15a regiment d'infanterie de line, d'un
tiers du 1or bataillon du 2e regiment d'artillerie de ligne, d'une compa-
gnie de police administrative, d'une de police rurale, et de la garde
national a pied et a cheval.
Le fort du Bonnet-Carr6 se trouve sur le territoire d'Aquin.
La poste venant de Port-au-Prince et du Nord arrive par MiragoAne
le dimanche soir, et report le mercredi soir pour les memes destinations.
Une ligne telegraphique tcrrestre doit bient6t relier Aquin a la station
t6ldgraphique du cable sous-marin du M61e Saint-Nicolas, et avec Port-
au-Prince, le Cap, Gonaives, Saint-Mairc, Jacmel, les Cayes, Jeremie et
la frontiere dominicaine : elle -vvait commencer fonctionner a partir
du "er mai 1889.
On a trouv6 a 3 lieues d'Aquin des gisements de houille. Ceux des
sections rurales de l'Azile et du Camp-Perrin sont les portions connues
du meme bassin houiller. Les dchantillons d'Aquin denotent une
quality moins friable que celle du combustible mineral de l'Anse--VYeau.
AM. Gros, agent d'une compagnie formee par M. Holt de Londres, avait
apporte en janvier 1883 un appareil de sondage pour etudier les mines
de carbon d'Haiti. II dtait parti pour Aquin avec M. Eugene Nau pour
examiner les dedpts houillers decouverts dans le Sud. Le port d'Aquin,
qui comble la lacune existant entire Jacmel et les Cayes, prendrait,
sous l'impulsion d'une exploitation active de ces mines de carbon, un
ddveloppement considerable, et cette industries ramenerait l'aisance.
La plaine d'Aquin measure 8 kilombtres de large et 20 de long. La
Colline a Mlongon offre une vue gendrale sur cette plaine qui measure
60 kilometres carries.
Batie sur un sol d'alluvion oil la pierre manque, la ville devrait etre
pourvue de rigoles indispensables a son assainissement. Une fontaine
est de toute necessity. On est oblige d'aller chercher l'eau potable assez
loin, et cependant la ville est inondee a chaque retour de la pluie. Elle
est dtendue et possede de grandes maisons don't plusieurs sont en
ruines, des emplacements vides en grand nombre; elle a etd fortement
endommagee par les ouragans de 1878 et du 9 septembre 1737. Le
19 avril 1891, la place de la Fusion fut inauguree en presence du presi-
dent Hippolyte. Le commerce de bois de campeche donne un pen
d'animation a la locality. Jusqu'aux portes de la ville, on rencontre des
bouquets de canne a sucre qu'on passe au petit moulin : le sirop qui
en provient est consomme presque exclusivement par les habitants.
La route d'Aquin a Miragoane par les sections rurales du Fond-des-
Negres, par laquelle passent beaucoup de voyageurs qui viennent
acheter des marchandises au Port-au-Prince, a souvent besoin de
reparations. Dans son programme de gouvernement, le general Legitime
proposal la creation d'une voie ferrde de Miragoane a Aquin.
La route d'Aquin a l'Anse-h-Veau 6tait voiturable.
La distance ldgale d'Aquin avec la capital est fixee par la loi du
25 avril 1817 a 35 lieues.
Le tribunal civil d'Aquin, en 1887, a rendu 87 jugements, don't 30 au
civil, 42 au correctionnel, 9 au criminal et 6 au commerce. Le tribunal
de paix en a rendu 121.


AQUI AQUI


41









Sur les cotes d'Aquin se trouve un etang appele Etang sald, qui a
une lieue de long sur une demi-lieue de larger moyenne : il commu-
nique avec la mer dans la baie d'Aquin.
L'habitation Fodoas, situee a Aquin, fut mise en vente par la loi du
Senat du 7 novembre 1812 pour la creation d'une monnaie nalionale.
Les caf6ieres J.-B. Anglade et d'autres habitations situdes dans d'autres
communes furent mises en vente par la loi du 10 mars 1814 pour
relieverr la culture et pour augmenter le nombre des propri6taires.
SHistoire. Christophe Colomb mouilla dans le port d'Aquin en 1494:
les naturels du pays appelaient ce lieu Yaquimo. Alfonse Ojeda et
Americ Vespuce y vinrent aussi le 5 septembre 1499, apres la fameuse
expedition qui enleva a Colomb l'honneur de donner son nom au
nouveau monde qu'il avait decouvert. Ils y retournerent en 1502, mais
alors AmBric Y.spuce, brouill6 avec Ojeda, l'avait fait mettre aux fers.
Les Espagnols y batirent une ville qu'ils nommerent Villa nueva de
Yaquimo, et qui fut surnomm6e Port du Brdsil, h cause de la grande
quantity de bresillet qu'on y Irouvait alors. En 1610, cette ville etait
dejh abandonnee par eux. Vers f1660, les boucaniers allerent s'y etablir,
et leur prononciation en fit Aquin. Ils fondirent alors le bourg d'Aquin,
Cloigne de la ville actuelle d'environ une lieue et demie. Ce premier
hourg dtait situ6 sur la rive gauche de la riviere d'Aquin; il fut trans-
f6re en 1714 a l'endroit connu aujourd'hui sous le nom de Vieux Bourg,
parce qu'en 1804 le gouvernement haltien en ordonna la translation a
la ville actuelle situee a l'ancien embarcadere d'Aquin, ainsi que le
project en avait ete former en 1768. Le ge6nral Borgella, alors comman-
dant de place, en est en quelque sorte le fondateur.
Aquin donna le jour a Hugues Montbrun don't le nom remplit les
premieres pages de l'histoire d'Haiti. 11 naquit le 12 juin 1756 sur une
habitation pres d'Aquin. II1 fut lev 'a Bordeaux oil il avait e6t envoy h
Pl'ge de 5 ans. De capitaine au regiment des dragons d'Angouleme, il
devint en 1792 chef d'un balaillon de volontaires nationaux du depar-
tement de la Gironde, et passa ensuite Saint-Domingue en quality
d'aide de camp du general Desparbes. Nomme gouverneur general de
l'Ouest, il se livrait dans son commandement a des operations mercan-
tiles qui d6plurent aux officers sous ses ordres, et qui occasionnerent
des troubles a Jacmel ou commandait Beauvais.Montbrun accusa celui-
ci d'en Wtre le provocateur et lui ordonna les arr~ts. Beauvais ayant
d6sobei i cet ordre, les soldats de la legion qui s'etaient prononces, les
uns pour Beauvais, les autres pour Montbrun, allaient en venir aux
mains, lorsque les officers invoquirent la mediation de Rigaud. Celui-
ci, assisted de Pinchinat, ota le commandement de l'Ouest a Montbrun
et le confia Beauvais. Arrete ensuite et envoy en France par Rigaud,
quoique Laveaux ffit alors gouverneur de Saint-Domingue, Montbrun fut,
apres deux ans de detention, juge par un conseil de guerre et acquitt6.
11 prit de nouveau du service en France, et il parvint au grade de ge6nral.
Il mourut en 1831 commandant du Chateau-Trompette a Bordeaux.
La commune d'Aquin a vu naitre aussi Julien Raymond, homme
de couleur, qui pr6senta en France, en 1785, des memoires au marechal
de Castries, ministry de la marine et des colonies, pour obtenir l'egalite
des droits politiques entire les affranchis de Saint-Domingue et les


4'g2


A Ouul -'AQUIT










blancs. Ce mime citoyen faillit devenir la victim de Page et de Brulley
sous la Convention, et fut ensuite membre de la Commission civil
don't Southonax etait le chef en 1796. Instruit et d'une parfaite educa-
tion, Raymond jouissait d'une haute consideration dans tous les cercles
patriotiques de Paris. I1 recommandait dans sa correspondence aux
affranchis d'etre attaches a la France et laa revolution, de ne jamais se
ranger sous les bannieres des planteurs centre la metropole, de suivre
la march des evenements, de revendiquer les droits de l'homme a
chaque occasion favorable, et d'attendre avec patience le temps de la
delivrance.
Aquin donna aussi le jour a Piverger, officer distingue de l'arm'e
de Rigaud.
Le 26 novembre 1789, les blancs penetrerent dans la demeure d'un
nomme Labadie, homme de couleur, d'Aquin, lui donnerent vingt-cinq
coups de fusil, I'attacherent a la queue d'un cheval qu'ils lancerent au
galop dans un chemin pierreux. Le fougueux animal ne s'arreta que
sur I'habitation de leur victim, a 3 lieues de la ville. La famille de
Labadie, aprbs avoir ete insultee, donna des soins h ce corps dechire et
sanglant qui dchappa miraculeusement h la mort. Labadie mourut bien
longtemps apres cet ev6nement. A cause de la sagesse et de la purete
de ses moeurs, Labadie 6tait appele le V6ndrable dans tout son canton.
Les blancs l'accusaient d'etre complice de Ferrand de Baudieres, du
Pctit-Goave.
Le citoyen David Saint-Preux, orateur vehement, un de ceux qui
furent expulses de la Chambre des communes le 14 aoUit 1833, repre-
sentait la ville d'Aquin oii il naquit. Pendant la revolution de 1843,
David Saint-Preux etait detenu dans la prison d'Aquin, d'oiu il reussit a
s' chapper pour aller rejoindre le general Riviere HIrard h l'Anse-h-Veau,
en march sur Port-au-Prince.
Le premier citoyen qui ait represented cette commune h la premiere
Chambre de 1817, fut Baudouin, qui la presida.
Aquin renferme les restes des gendraux Vaval et Francisque,
anciens commandants de l'arrondissement.
En 1791, les affranchis d'Aquin 6taient si nrmbreux et si puissants,
que les blancs qui y habitaient n'avaient jamais ose envoyer des d6putes
a l'assembl6e colonial du Cap. Les affranchis y fusillerent un grand
nombre de blancs sans forme de proces, pendirent des femmes et des
vieillards infirmes blancs.
En 1792, vingt-sept mulatres pris sur un batiment allant chercher
de la farine pour la ville d'Aquin, furent noyes.
En juillet 1800, tandis que Rigaud retraitait daus le Sud devant
Dessalines, apres le combat de Treme, le colonel Dommage, pros
d'Aquin, a la tete de 2.000 hommes, s'elanqa sur lui. Rigaud, la tete
de 700 homes, I'attendit de pied ferme, et les recut A la pointe de ses
baionnettes. Dommage prit la fuite; la terreur se saisit de ses soldats
qui jetirent leurs fusils en criant: Sauve qui peut! Dessalines, indign6,
ordonna h la division du colonel Laurent de croiser la baionnette sur
les fuyards pour les arreter et les contraindre i retourner au feu. Ce
fut en vain : les fuyards, qui n'avaient pas le courage de faire volte-face,
se pr6cipiterent avec fureur sur les balonnettes de leurs compagnons
d'armes, et s'ouvrirent un passage. Dessalines ordonna de serrer les


AQUI AQUI


43








44 AQUI AQUI
rangs et d'attaquer 1'ennemi. Rigaud venait de ranger ses soldats en
bataille a l'entrde de la ville. Les troupes du Nord attaquerent au pas
de charge. La fum6e devint si epaisse que les combatants cesserent de
se voir. On se fusillait h bout portant. Cependant, continuant de c6der
a la force numerique, Rigaud retraita. Gabard se pr(cipita sur ses
canons, s'en empara, et fit balonnetter les artilleurs sur leurs pieces.
En meme temps, Clervaux, apris avoir tourney les Rigaudins, se present
sur le champ de bataille avec 4 000 hommes. L'infanterie du Sud,
ecrasee sons le feu de 6.000 hommes, prit la fuite. Rigaud, don't le
cheval, le chapeau et les habits etaient perches de balles, se mit a la tfte
de sa cavalerie qui n'6tait plus que de 50 dragons, et charge les troupes
du Nord. II se retirait vers le fort du rivage, apres avoir traverse la
ville, quand Dessalines lanCa contre lui toute sa cavalerie, forte de
1.500 homes. Le chef d'escadron Desravines, a la atte de cette cava-
lerie, tailla en pieces les dragons du Sud. Rigaud faillit plusieurs fois
etre pris dans la deroute. Un capitaine des dragons de l'Artibonite,
nomm6 Charlotin Marcadieu, allait lui donner la mort, lorsqu'il le
reconnut: il laissa tomber son sabre et favorisa sa fuite. Tous les
fuyards qui s'6taient precipit6s vers le rivage de la mer pour atteindre
les embarcations des Cayes furent fails prisonniers par la cavalerie.
Dessalines, apres avoir lance la poursuite de l'ennemi la division
Laplume, ordonna a ses troupes de bivouaquer. II etait midi. L'armbe
se livrait au repos, quand, tout h coup, les sentinelles donn6rent
I'alarme, et les cris : Aux armes aux armes retentirent dans le bourg.
C'6tait un corps de 300 homes sortant de l'Anse-A-Veau, command
par le colonel Piverger qui, croyant le bourg d'Aquin au pouvoir de
Rigaud, etait venu silencieusement se ranger sur la place d'armes, vis-
h-vis de la maison qu'occupait Dessalines. Les Rigaudins, en un instant,
furent enveloppes de routes parts et se defendirent avec un rare cou-
rage. Quand la cavalerie les charge, ils prirent la fuite. L'adjudant
general Blanchet et le colonel Batichon atteignirent les bois et echap-
perent a la mort. Mais Piverger, quoiqu'il efit un bras fracass6 par une
balle, continue de combattre vaillamment. 11 allait etre victim de la
fureur des soldats quand Dessalines se precipita vers lui, lui fit un rem-
part de son corps, et s'ecria: ( Ne lui arrachez pas la vie, c'est un
brave! > Dessalines le prit sons le bras, le conduisit au balcon de la
maison qu'il occupait, I'entoura de consideration et de soins. Tout a
coup un coup de fusil part : la ball siffle aux oreilles de Dessalines :
c'etait un officer du Nord qui, voulant abattre Piverger, avait failli tuer
son general. Cet officer fut arrete et mis au cachot. On n'entendit plus
parler de lui.
La bataille d'Aquin fut le dernier combat de la guerre civil de ce
temps.
Deux jours apres la bataille d'Aquin (7 juillet 1800), Dessalines, apres
avoir laisse sons les ordres du general de brigade Laplume le reste de
son armee, partit d'Aquin pour l'Anse-h-Veau avec 800 hommes. 11 prit
ce bourg ainsi que le Petit Trou de Nippes, revint a Aquin, d'oi il
march sur Saint-Louis du Sud.
A l'arrivbe de l'exp~dition Leclerc, en 1802, Aquin suivit Fexemple
des Cayes : le colonel Nerette se soumit aux Francais. En d6cembre de
la meme ann6e, ce Nerette, homme 'de couleur, fit fusilier sur la place









d'armes d'Aquin un joune homme do couleur, Herald Charlemagne,
parce que celui-ci avait dit a un blanc qui le menacait de le faire flagel-
ler, que son regne finirait bientot. Pen apres, Ferbosse, homme de
couleur, ancien officer de l'armee de Toussaint-Louverture dans la
guerre civil centre Rigaud, s'6tant faith battre par LUveill6, officer noir,
sur l'habitation Lorquet, les Francais d'Aquin l'accuserent de trahison.
Quoiqu'il fdt grievement blessed, ils le noyerent dans la rade. Ferbosse
commandait 'h Jeremie un bataillon de la 4e colonial, lors de l'arrivee
de l'expedition Leclerc.
Le general Andre Rigaud, en apprenant le movement oper6
Aquin contre le giuvernement du president Petion, quite son com-
mandement de la Grande Anse et se porte dans la plaine des Cayes le
31 octobre 1810. Plus de 3.000 cultivateurs viennent l'entourer. Voltaire,
qui vout rester fidble ~ Petion, est abandonne, et se trouve seul dans
cette plaine avec son frere Rameau. Apres la mort de Rigaud, le general
Borgella fut normm chef du gouvernement du Sud. Le 16 mars 1812, so
trouvant a Aquin, il proclama sa soumission au president Petion.
Aquin prit les arms en 1844 contre le president Riviere He6rard;
Jacques Acao, le chef de ce movement, avanqait jusqu'aux portes de
la capital, et ne fut arretL que par la nomination du general Guerrier a
la presidence.
En avril 1848, une conjuration eclata a Aquin contre Soulouque.
Louis Jacques en 6tait le chef. Plusieurs villes du Sud y adhtrbrent,
entire autres Miragoane, oi commandait le general Carri6 fils. A cette
rouvelle, le canon d'alarme est tire au Port-au-Prince le 16 avril. Sou-
louque et Similien, seconds des Zinglins, executerent un coup d'Etat
au palais national meme.Une parties de la garde, soudoyee par Similien,
fait feu sur les ge6nraux et fonctionnaires reunis dans ce palais: les uns
sont noyes dans leur sang; les autres, pourchass6s de toutes parts,
echappent a la mort en sautant par-dessus les grilles du jardin. Le chef
piquet Jean Denis prit Aquin sur les rebelles: cent quatre-vingts negres
qui se trouvaient parmi eux, comptant que la vie leur serait laissde en
consideration de leur couleur, furent garrottes et egorges.
Pendant la revolution des Cacos, en 1869, Aquin fut tour a tour
attaqu cet pris, tantBt par les troupes du gouvernement, tantot par les
bandes de la revolution. Le ge6nral Brice surprit les Piquets par mer,
en aouit, et les tailla en pieces. Saint-Vil John, qui y commandait pour
le president Salnave, retraita en desordre au morne Ocro (Voyez ce mot)
qu'il abandonna peu apres. 11 fut jug6, condamne et fusille a Port-au-
Prince pour n'avoir pas suffisamment r6siste a l'ennemi.
Le 2 juin 1883, pendant l'insurrection de Miragoane, Aquin se
prononca contre le gouvernement du president Salomon, mais cc mou-
vernent n'eut pas de suite.
Aquin. Voyez : Bac d'Aquin, Plaine d'Aquin, Baie d'Aquin.
Arabie. Voyez : Fond-Arabie.
Arbol Gordo. Village dominicain, situe sur les rives de la Jayna, pro-
vince de Santo-Domingo. Prss de ce village s'etendent des masses de
fer qui apparaissent de nouveau plus has dans la Savane de Santa-Rosa
et au S. de Yamasd.


AQUJI ARBO


A 5.









Arcadins (les). Deux petits ilots situes en face de la pointe de la sec-
tion rurale des Vases, commune de l'Arcahaie, et la Grosse Pointe qui
est le cap le plus meridional de 1 ile de la Gonave. Le principal, sur
lequel le gouvernement, en 1878, a fait placer un phare metallique t
feu blanc fixe, par MM. Haentjens frires, concessionnaires des phares
de la baie de Port-au-Prince, est situed 180 47' 35" de latitude nord, et
750 3' 33" de longitude ouest du meridien de Paris. (Voyez : Arcahaie.)

Arcahaie (1'). Commune de 5e classes de l'arrondissement de Port-au-
Prince, situee entire cette ville et Saint-Marc, au bord de la mer, sur la
rive gauche de la petite riviere qui porte son nom, dans la plaine de
1'Arcahaie.
Contient 8 sections rurales qui sont :
La 1re, de Boucassin n 1;
La 2e, de Boucassin n 2;
La 3e, des Vases;
La 40, de Fond-Blanc;
La 5e, des Delices;
La 6e, des Matheux;
La 7e, de Fond-Baptiste;
La 8e, de Mont-Rouis.
Les postes militaires de Boucassin et de Williamson et le quarter de
Cabaret se trouvent dans cette commune don't les limits s'arretent i
celles de Port-au-Prince h l'E,, a celles de la Croix-des-Bouquets au N.,
a celles de Saint-Marc & 1'O. le long de la riviere de Mont-Rouis, et a la
mer au S. Le village etait regulierement bati, mais il fut incendid en
1802. Durant la guerre civil de Christophe et de Petion, il etait aban-
donnd. Sa reconstruction ne commenca qu'en 1820, et la loi du 17 oc-
tobre 1821 le classait deja parmi les communes; mais jusqu'en 1843
l'Arcahaie n'dlisait pas de depute a la Chambre des communes. L'eglise
est construite en magonnerie : elle est sous le patronage de saint Pierre
don't la fele se c61bre le 29 juin. II n'y a pas de presbytere. L'eglise
Saint-Paul africaine methodiste episcopale de Port-au-Prince y a une
station. Quelques autres edifices publics et des maisons particulibres
out dt6 reconstruits. ( La justice de paix, le bureau de la place, l'dcole
des filles se sont effondres; il ne reste plus que la prison qui est dans
un 'tat piteux de delabrement: il y a lieu d'y faire des reparations
urgentes pour sauver ce qui reste de ce batiment. Les soldats de garde
ne sont pas abrites en cas de pluie : ils se casent comme ils peuvent. )
(Rapport de l'ingenieur Ldon Latortue, Moniteur du 25janvier 1890.) En
1891, la prison a et0 restauree; mais il n'y a pas de bureau d'adminis-
tration financiere. Un reglement de police de l'Fpoque defend de cou-
vrir les maisons en chaume; les maisons de cette nature sont releguees
sur la ligne qui touche aux anciens fosses, fouilles du temps de la pos-
session anglaise. Les routes publiques sont en mauvais 6tat.
L'Arcahaie tire son nom de la province de Cayaha, dependante du
cacicat de Xaragua.
Population, y compris celle des sections rurales : 20.000 ames. II y a
eu, en 1890, 960 naissances, don't 35 legitimes et 925 naturelles, 82 d6ces
et 16 marriages. On y compete 100 protestants. Un depute.
La plain de 1'Arcahaie, place en amphithitre le long de 1. mer, a


ARCA AC


46








ARCA ARCA 47
- viron 20 kilombtres de 1'E. a l'O. en commenoant sur la rive de la ri-
're des Bretelles, sur 7 kilometres et 2.50 dans sa larger du N. au S.
a done 300 kilometres carries. Elle est tres productive en toutes
..es de vivres que ses habitants, tous de bons marines, transportent au
i, par mer, dans leurs barges, aux populations des cotes avoisi-
S.ates. Les bananes de l'Arcahaie sont r6putees les meilleures en Haiti.
)n y fabrique beaucoup de sirop et de tafia. Les montagnes produisent
un caf6 excellent et bien prepare. Deux briqueteries L vapeur et une a
oras, appartenant L MM. Fatton, Menos et Guignard, y fonctionnent
regulierement sur les habitations la Bauderie et Garescher-Raboteau.
Les principaux embarcaderes sont : Boucassin, Garescher, Prince,
.langer, les Vases, Williamson et Mont-Rouis.
Le port de l'Arcahaie n'est pas ouvert au commerce stranger.
Principal debouch6 : Port-au-Prince.
L'Arcahaie produit en moyenue par an
200.000 livres de caf6,
20.000 cotton,
100.000 >> campeche,
des bois d'acajou, de la cire, du miel, de l'amidon. On y construit des
barges pour le cabotage.
En 1824, le president Boyer fit diriger dans la plain de l'Arcahaie un
grand nombre d'dmigrants cultivateurs am6ricains de la race noire. --
Jours de march : les samedis.
Les habitations Poix-la-Gendrale et Poix-la-Ravine, situdes dans la
commune, etaient reservees pour utility publique et ne devaient pas &tre
vendues en 1826 pour le service de l'Etat. L'habitation Guiton, aux Bois-
Blancs, 6tait aussi r6servee parce qu'elle servait de lieu de paturage aux
chevaux des chasseurs a cheval; mais plus tard elles furent vendues.
L'Etat possede dans la commune 29 habitations, 172 carreaux de terre
occupies par des fermiers, rapportant 4 633 par an, saus computer les
habitations non arpentees. II possede aussi beaucoup d'emplacements
dans le bourg.
De nombreuses sources arrosent le territoire de la commune qui
recoit aussi les eaux de la Riviere Blanche, des rivieres de Courjol,
de Torcelle, des Bretelles et de cells qui portent le nom des sections
rurales. Toutes ces rivieres sont gueables.
La garnison de la commune se compose d'une compagnie de gendar-
merie, d'une de police administrative, de la police rurale, d'une compa-
gnie de l'artillerie de ligne de Port-au-Prince, et de la garde national
a pied et a cheval.
Le fort de Boucassin es trouve dans cette commune.
Le tribunal de paix de l'Arcahaie, et ceux du quarter de Cabaret et
des postes militaires de Boucassin et de Williamson qui se trouvent dans
la commune, relevent de la jurisdiction du tribunal civil de Port-au-
Prince.
Les 6coles relewvnt de l'inspection scolaire de Port-au-Prince.
Les fonctionnaires sont pays par administration financiere de
Port-au-Prince.
La Loge de l'Orient de l'Arcahaie s'intitule : la Judee no 37, relevant
du Grand-Orient d'laiti. Voyez, pour les chapitres, i l'article IHati au
tableau des Loges.









La poste arrive de Port-au-Prince le dimanche matin, continuant pour
Saint-Marc et le Nord, et revient le jeudi matin suivant.
Les mines de fer, de soufre et de cuivre sont abondantes dans les
montagnes. Sur le rivage on trouve un beau sable blanc et des coquil-
lages de toutes couleurs. On trouve aussi des pierres de taille et du
marbre.
La loi du 20 novembre 1821 fixe la distance precise de cette commune
a la capital at 11 lieues. Par terre il y a 15 lieues.
A part les routes de Port-au-Prince et de Saint Marc qui sont large
et belles, il y a cells qui conduisent a la Croix-des-Bouquets et dans
les hauteurs. Plusieurs points en bois, toujours en mauvais etat, les
d6corent.
Les Arcadins, deux petits ilots sur Fun desquels un phare metallique
de 30 pieds de hauleur a feu fixe blanc, rayonnant a 6 miles, a eit
constrait en 1878 par 1IM. Haentjens freres, concessionnaires des phares
de la baie de Port-au-Prince, sont situes a pen de distance en face de
la pointe de la section rurale des Vases, dans la commune.
Les resources du conseil communal sont insuffisantes : 'Etat lui
done des secours pour pouvoir s'administrer.

Histoire. Le 22 mars 1792, Lapointe, home de couleur, souleva
les ateliers de l'Arcahaie contre los Franqais, depuis la hatte Aubry
jusqu'a l'extr6mited des Vases. Les r6volt6s pe6ntrerent bientot dans le
bourg, tuant la plupart des membres de la municipality qui deliberaient
sur les moyens a prendre pour se defaire des hommes de couleur. Ils
tubrent et pillrrent tout, n'epargnant que deux maisons appartenant a
des planteurs qu'ils appelaient de bons blancs Borel, maire de Port-
au-Prince, pour se venger du massacre des blancs de l'Arcahaie par les
noirs, dirigea contre ce bourg une troupe commander par Canteloup,
ennemi implacable des affranchis. Lapointe fit arrcter Canteloup qu'il
rembarqua avec son regiment pour Port-au-Prince.
En novembre 1793, Lapointe livra le bourg aux Anglais. Thomas
Brisbane en prit possession au nom du roi George. Lapointe rebut des
colons 100.000 piastres en recompense de sa trahison. Les Anglais y
r6tablirent l'esclavage. Toussaint-Louverture ne put jamais pen6trer
l'Arcahaie du temps de la domination anglaise. Lapointe repoussa tou-
jours toutes ses attaques et administrait admirablement ce canton qui
fournissait chaque annee a cette epoque plusieurs millions de livres de
sucre brut et plus de cinq millions de caf6. Il est vrai que l'esclavage y
florissait.
Le 7 mai 1798, a, midi, Lapointe evacua enfin l'Arcahaie. En se reti-
rant, il detruisit tout: fortifications, casernes, rdcoltes, munitions et
chevaux. II se retira au Mole Saint-Nicolas: Dessalines prit possession
de l'Arcahaie pour les Francais.
En juillet 1802, a l'arrivee de l'expedition Leclerc, le general Boudet
envoya le colonel Valabrigue prendre possession de l'Arcahaie. A l'ap-
proche des Francais, le general indigene Charles Belair arreta tous les
blancs, evacua le bourg avec la 7 derni-brigade, apres l'avoir incendid,
et se retire dans les mornes de Matheux avec toute la population. Vala-
bregue s'empara de l'Arcahaie sans coup ferir.
En 1802. une conjuration y xclata, dirigde par Guilhoux. La meme


48


ARCA ARCA-










annee, les mornes de l'Arcahaie se mirent en insurrection centre les
Frangais. Destrade, leur chef, reussit repoisser le general Pageot a la
digue des Matheux. Rochambeau envoya Lamartiniere, le heros de la
Crtte-h-Pierrot, combattre les insurg6s. Lamartiniere vit fuir les chefs
insurges, et Destrade se retira a Couyau. Apres avoir etabli plusieurs
postes dans les mornes, et laisse l'ordre A ses soldats d'agir severement
contre les revolt6s, il se retire A l'Arcahaie. Etant revenue bient6t dans
son camp, il y recut la more. Les deux officers frangais, Poix et Robe,
qui commandaient le bourg, apprenant la mort de Lamartiniere, l'6gor-
gement des officers blancs de la 3e, I'incorporation des soldats de ce
regiment dans les bands insurgees, s'dtaient resolus A se defaire de
quelques d6tachements de troupes coloniales qui s'etaient refugi6s
dans le bourg apres la deroute de Cortad. Le commandant Poix leur
ordonna de se rendre, les uns au Boucassin, les autres aux Vases, afin
de les affaiblir pour les faire desarmer par les troupes blanches de la
68e. Les indigenes refuserent d'obeir, se doutant du project des Frangais.
Alors les soldats et les bourgeois blancs se reunirent au bureau de la
place autour de Robe et de Poix. De leur c6te, les indigenes s'armerent
et prirent une attitude menacante. Un capitaine indigene, Pierre
Grenau, demeure fiddle aux Francais, saisit au collet un grenadier de
la 3e et le train au bureau de la place. Celui-ci, effray6 de voir de
nombreuses cordes de potence etalees devant la galerie, prit la fuite,
revint dans le camp des indigenes, et raconta a ses camarades ce qu'il
avait vu. Robe vint apporter aux soldats leur sold arrie6re : un coup
de fusil parti des ranges lui brisa la tete. Aussit6t le carnage le plus affreux
commenca dans le bourg; le canon gronda; les blancs et les indigenes
se battirent corps A corps dans les rues, dans les maisons. Les Frangais
se barricaderent dans l'dglise, et fusillerent les indigenes a travers les
fenetres. Ceux-ci prirent d'assaut le fort Poix don't ils massacrerent la
garnison; ils canonnerent et mitraillerent le fort Guilleme; mais les
Francais marcherent sur eux et les chasserent du fort Poix. Les Francais
demeurerent maitres de 1'Arcahaie qu'ils evacubrent bientot leur tour
devant le flot des revoltes; leurs femmes et leurs enfants s'embarquerent
dans des barges; mais ces embarcations se trouverent tellement char-
gees qu'elles sombrerent pour la plupart. Le commandant Poix avec les
bourgeois blancs se retirirent au Boucassin, A 3 lieues du bourg, sur la
route de Port-au-Prince, et se retrancherent au Cabaret sur l'habitation
Garescher.
En janvier 1803, Dessalines prit possession de l'Arcahaie, et en
chassa Larose qui refusait d'obeir A son autorite.
Le 28 avril 1803, le vaisseau de guerre frangais l'Hermite bombarda
1'Arcahaie.
En mai 1803, Dessalines y convoqua un congress qui decrdta, sous
sa presidency, la creation du drapeau haitien. II arracha au drapeau
tricolore la couleur blanche pour enlever aux FranQais tout espoir de
traiter avec les indigenes, en leur faisant de nouveau lapromesse trom-
peuse de la liberty. Les couleurs bleue et rouge qui representaient
l'union du noir et du mulatre furent placees verticalement, le bleu fixed
A la lance et le rouge flottant a l'extremit6.
En 1807, Potion enleva l'Arcahaie sur Christophe.
*


ARC~A ARCA


49










Jonette, qui avait 6te envoy par le cabinet franqais en 1816 avec
Esmangart et d'autres pour traiter avec Haiti, etait un ex-colon des
montagnes de l'Arcahaie. II avait ete un des conseillers de Leclerc et
de Rochambeau.
Le 10 janvier 1859, Geffrard prit possession de l'Arcahaie sans resis-
tance avec les troupes de la revolution inauguree aux Gonalves contre
Soulouque (Faustin Per).
Le 11 decembre 1869, les Cacos de Saint-Marc s'en emparerent
pour marcher sur Port-au-Prince contre le president Salnave. Le 16, le
general Nissage Saget, le chef des Cacos, y etablit son quarter general.
Le lendemain, les gendraux Buisrond-Canal et Brice quittent l'Arcahaie
pour venir operer leur fameuse descent au Port-au-Prince.
Le g6n6ral Lorquet revenait de l'Arcahaie le 16 avril 1876, lorsqu'il
fut tue au Port-au-Prince.
L'imperatrice Adelina, femme de l'empereur Faustin jer, est nee a
l'Arcahaie, sur l'habitation Manegue.
Arcahaie (1'). Petite riviere qui arrose la commune de ce nom : le vil-
lage est plac6 sur sa rive gauche; elle a un course de 20 kilom. de long, et
se jette dans la mer apres avoir servi h irriguer la plaine en grande
parties.
Archer. Habitation situee dans la section rurale de la Petite Riviere
des Bayonnais, commune des Gonaives.
L'Etat y possede 12 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Archin. Yoyez: Trou Archin.
Ardinette. Habitation situee dans la section rural de Roucou, com-
mune de Limonade.
L'Etat y possede 30 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Areinos (los). Riviere tributaire du Cevico, lequel se jette a droite
dans la Yuna.
Areinos (los). Riviere tributaire du Payabo, lequel se jette ) droite
dans la Yuna.
Arena. Pointe situee au sud de la Republique dominicaine.
Argant. Habitation situee dans la section rurale du Bas-des-Gris-Gris,
commune de Bainet.
Argant. Habitation situee dans la section rurale des Gris-Gris, com-
mune des CStes-de-Fer, sur laquelle l'Etat possede 28 carreaux de terre
occupies par des fermiers.
Les limits communes des deux communes de Bainet et des COtes-
de-Fer passent, come on voit, par l'habitation Argant qu'elles parta-
gent en deux portions: l'une appartenant a Bainet, et I'autre aux C6tes-
de-Fer.
Argout (d'). Habitation situ6e dans la Plaine du Cul-de-Sac. commune
de la Croix-des-Bouquets. Elle porte le nom de son ancien propri6taire
le come d'Argout, gouverneur de Saint-Domingue en 1777. Elle fut mise
en vente par la loi du 10 mars 1814 pour reliever la culture et augmenter
le nombre des propri6taires.


50


ARCAC~ ARGO







ARMA ARTI 51
Armand. Habitation situde dans la commune de Torbeck; 56 car-
reaux de terre.
Arnaitre-Bas. Habitation situee dans la commune de Port-de-Paix.
Arnaud. Habitation situde dans la 2e section rurale du Morne-a-Beuf,
commune de Port-d-Piment.
Arnaud. Habitation situde dans la section rurale du Haut, au delay de
la Savane-a-Roche, commune de ia Petite Riviere de l'Artibonite, pres
de la chapelle erigee dans la section rural.
Arnaud-Castillon. Habitation situee dans la section rurale de l'Islet-h-
Cornes, commune de Limbe.
L'Etat y possede 7 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Arpargatal. Petit hameau dominicain du district de Barahona, press
duquel serpente le Yaque du Sud.
Eaux minerales.
Arreguy. Habitation situee a 3 lieues de Jacmel, sur la route de Port-
au-Prince, dans la section rurale du Coq-qui-chante, commune de
Jacmel.
En 1799, le commandant Gauthier, camp pour Beauvais a Denard,
voyant les troupes du Nord venir renforcer Nerette i Tavet, abandonna
son camp de D6nard pour s'etablir n Arreguy. Des lors Beauvais se r6-
solut a supporter a Jacmel un sibge regulier de la part de Toussaint-
Louverture.
En 1869, pendant la revolution des Cacos, il y a eu B Arreguy plusieurs
combats centre Cacos et Piquets.
Arriba. Voyez: Guaba-Arriba, Yasica-Arriba.
Arrier. Habitation inoccupee situee dans la section rurale des Ecre-
visses, commune de Valliere, appartenant a l'Etat. Contenance ind6ter-
minee.
Arroyo Grande. Petite riviere qui se jette dans la mer des Antilles, a
'E. du Nizao.
Arroyo Mingo. Voyez: Mingo.
Artibonite (1'). Un des cinq d6partements de la republique d'Haiti.
Population: 125.000 ames.
Son 6tendue est de 100 kilom. environ de longueur, sur 24 dans sa
plus petite larger.
Six senateurs.
Il fut longtemps appel6 department de Louverture, du nom du gdenral
cn chef de l'armee de Saint-Domingue, et fond6 le 13 juillet 1801 par
l'assemli6e central de Saint-Domingue.
I1 se compose actuellement de 5 arrondissements, savoir : celui des
Gonaives, celui de la Marmelade (en vertu de la loi du 17 d6cembre 1879),
celui de Saint-Marc, celui de Dessalines, et celui de Hinche (en vertu du
d6cret du 3 juillet 1889 du gouvernement provisoire du Nord).
La ville des Gonaives est le chef-lieu de ce d6partement.
Le territoire de ce ddpartement est traverse par des chaines de
9








52 ARTI ARTI
montagnes des Cahos g6ndralement petries de pierres a feu, ou formdes
de lits de roches d'origine aqueuse, et par une parties des Montagnes
Noires. Le fleuve Artibonite, don't les frequents debordements fertilisent
la vaste plaine du meme nom, sillonne ce d6partement du S.-E. h 1'0.,
ainsi que les rivieres de Saint-Marc et de l'Ester. Ses c6tes sont peupl6es
de sardines et d'huitres tres estim6es par la consommation locale. Les
abeilles pullulent. On y exploit des salines. Elevage de betail.
Sources thermales, mines, grottes. Chasse superb.
Riz, cafe, coton, campiche, vivres, fruits et legumes de toutes sortes.
Hamacs tissues a la main, et singles de coton.
Le department de l'Artibonite est borne au N. et a 1'E. par celui du
Nord, au S. par le dpartement de l'Ouest, et a 1'O. par la mer. Les caps
principaux sont la pointe de Saint-Mare et celui de la Pierre. Les babies
sont celles des Gonaives, de Saint-Marc et de Grand-Pierre. Les planes
sont celles des Gonalves et de 1'Artibonite qui se suivent, et celle de
Hinche.
Histoire. En 1789, les hommes de couleur de 1'Artibonite adres-
serent une petition h l'assembl6e de Saint-Marc pour reclamer leurs
droits politiques. Cette petition fut non seulement rejetee, mais les
blancs exigerent d'eux le serment civique avec la formule d rester
soumis aux blancs, d'observer le respect qu'ils leur devaient, et de verser
pour eux jusqu'A la derniere goutte de leur sang. Ils preterent tous ce
serment, except un seul qui fut mis en prison. Is se reunirent alors
dans la savane de Plassac contre leurs oppresseurs. A cette epoque,
beaucoup de families de couleur avaient leurs biens confisquds.
En 1790, un homme de couleur de 1'Artibonite, nomme Joly, riche
habitant, excitait le respect de toute la province par son noble caractere.
II avait requ avec splendeur sur son habitation M. de Bellecombe, a
l'arrivee de ce gouverneur dans la colonie. Bellecombe, grand admi-
rateur de la valeur des hommes de couleur, avait voulu descendre chez
un mulatre de distinction. Cette demarche avait horriblement froisse
les prejuges creoles, et avait suscite a Joly de nombreux ennemis, meme
dans sa caste. Un mulatre l'accusa d'avoir et6 le chef du rassem-
blement de Plassac. La mardchaussee fit une visit domiciliaire chez lui,
et, sans preuves, le jeta en prison comme conspirateur ainsi que ses
quatre fils.
Le 23 octobre 1802, Dessalines leve 1'dtendard de la revolte contre les
Frangais dans l'Artibonite, s'empare de la Petite Riviere, et se rallied h
Pdtion, h Christophe et a Clerveaux.
AprBs le movement parti de Saint-Marc contre Christophe en 1820,
des deput6s viennent au Port-au-Prince faire la soumission du depar-
tement de l'Artibonite au president Boyer. Celui-ci le fit envahir le
5 octobre.
Une ville du d6partement de l'Artibonite, Gonaives, son chef-lieu,
a eu la gloire de voir signer dans ses murs l'acte de l'Independance
haitienne par les heros de 1804. Cc sera son 6ternel honneur.
Artibonite (1'). Fleuve don't le course est plus long que celui de toutes
les autres rivieres d'Haiti. On l'appelle aussi la Grande Riviwre. Les
Indiens Pappelaient Hatibonico. IL se nomme Joca depuis sa source
jusqu'a Banica. Son course de l'E. a l'O. a plus de 60 lieues en ligne
*














































- ~-1
---


POINT SUSPEND SUR L'ARTIBONITE


-- ---~




\ .. -


NKJ j-


A r7 IFR IMP


--- 1... --- ---


I '


, t~


2__

---- --- ----
/ _L--~


........


7 ~--5-__L
- --
I-


- --- --
--~ I
--


--111~~









droite depuis le Mont Gallo dans le Cibao oui ii prend sa source. Grossi
d'une multitude d'autres rivieres et de ruisseaux qu'il rencontre avant
de se jeter a la mer dans le golfe de la Gonave, tels que le Libon,le
Guayamuco, le Bayaha, les rivieres de Banica, de Lascahobas, le Rio-
Canas, le Tomonde, la riviere des Indiens, la Tumbe, le Fer-h-Cheval,
le Boucan-Carr6, etc., ce fleuve arrive h la frontiere haitienne, traverse
Bani, Banica, Mirebalais, Hinche, Dessalines, la Petite Riviere de l'Arti-
bonite, les Verrettes et Saint-Marc, augmented de nouvelles eaux de la
riviere des Capucins, etc., et court a travers les planes qui portent son
nom, qu'il arrose en les serpentant, ainsi que cell de Banica, puis se
pr6cipite la mer au S. de la Grande-Saline. Ses inondations sont tres
fr6quentes : elles font le meme effet que le Nil en Egypte. Mais c'est
toujours une occasion de d6couragement chez les cultivateurs. De
novembre ar mai, I'Artibonite n'a que 2 a 3 pieds d'eau de profondeur,
mais dans la saison pluvieuse l'eau s'eleve prodigieusement.
L'entroe du fleuve, a la Grande-Saline, comme celle de la RiviBre-
Salee, devient chaque jour plus difficile. Les grands navires qui mouil-
laient jadis dans l'Artibonite par 15 et 20 pieds d'eau, sont aujourd'hui
obliges de rester dehors, exposes au danger d'etre surprise par un coup
de nord sur une rade foraine. L'enlevement de la barre qui obstrue
cette entree est a desirer pour faciliter la navigation sur le fleuve que les
chaloupes a vapeur remontent jusqu'h 40 lieues.
En 1878, le gouvernement y fit construire un pont en fer avec
tablier en bois, ayant 100 metres de long sur 9 de large, d'une seule
portee, a la passe Sond6e.
Le bassin total de 1'Artibonite couvre 8.000 kilometres carries.
Le 19 septembre 1877, le gouvernement passa un contract avec
M.D6sire Lefebvre, un FranQais,pour l'etablissement d'un service public
de bateaux h vapeur sur l'Artibonite, et lui accord la concession des
terrains de l'Etat situes sur les deux rives du fleuve pour la coupe des
bois. M. Lefebvre s'engageait a 6tablir des fermes-ecoles oi l'Etat avait
le droit d'envoyer 200 eleves agriculteurs. Le concessionnaire a ce6d ses
droits peu apres a la Compagnie fluviale et agricole de l'Artibonite, ayant
son siege social a Paris. Les bureaux, chantiers, forges et magasins de
la Compagnie sonta la Grande-Saline.
Le bac d'Aquin s'etend sur les rives de l'Artibonite. De cet endroit, la
limited commune des arrondissements de Mirebalais et de Saint-Marc
remote le fleuve en suivant ses sinuosites jusqu'a la hauteur de la
commune de la Chapelle.
En juin 1809, l'armie de Petion merchant contre Christophe ne put
franchir l'Artibonite a cause des pluies qui. en avaient grossi les eaux.
Le passage a gue fut tented sous le feu de l'ennemi par Petion qui, avec
le gros de l'armee, s'6tait port a Dubuisson pres de Mirebalais, et par
G6rin a la tete de la colonne de droite. II fallut y renoncer. C'est alors
que Petion envoya a la Sourde une colonne commandee par Lys, en
meme temps qu'il se dirigeait lui-mime sur Saint-Marc.

Artibonite (1). Vaste plaine du dppartement de ce nom, arros6e par
la riviere du meme nom, et par plusieurs autres moins grandes, telles
que la Courte Haleine, FEster. Elle parait 6tre former par des depots
de ces rivieres,puisz 'on rouv n' do fondeurd-fi iff-


33 4


ARTI ARTI









rentes couches ou ]'on a distingu6 des feuillages et des branches d'ar-
bres.
Le sol est riche en productions min6raies; il renferme le cuivre, le
fer, le mica, le kaolin, des schisles ardoisiers, des pierres de taille, des
carrieres meulieres, le cristal de roche, l'amdthyste, l'ocre rouge, le
quartz aurifere, le soufre, des dalles, la houille et le gypse. On y trouve
des sources d'eau thermale kt des grottes a stalactites et a stalagmites.
Autrefois on y fabriquait beaucoup de sucre et une toile de cotton
grossiere don't on faisait des hamacs et des vetements pour les cultiva-
teurs, et des sangles.
Le chbne des Antilles et le pin d'Occident prosperent sur les ondula-
tions.
On y produit beaucoup de coton, de riz, de mais, de campeche, et
toutes sortes de vivres, de fruits et de legumes. Les chevaux de la
plain de l'Artibonite sont excellent. Les habitants sont paisibles et
industrieux.
La plaine de I'Artibonite est evaluee a 800 kil. carries : elle pourrait a
elle seule nourrir le pays de ses products et en exporter. La plaine des
Gonaives lui fait suite au N. Les deux planes reunies out une superficie
de 1.200 kil. carries.
Plusieurs puits aliment6s par les filtrations de I'Artibonite fournis-
saient autrefois de l'eau t 12 pieds de profondeur a plusieurs habita-
tions. Le puits de Bertrand Saint-Ouen a edt nettoyd en 1861 par le
government. II y a aussi des mares auxquelles les bestiaux vont se
ddsaltrer. Le canal Bertrand, aujourd'bui combl6, arrosait beaucoup
d'habitations, meme pendant les eaux basses de l'Artibonite.
En 1861, le president Geffrard dirigea sur cette plain un grand noin-
bre d'dmigrants cultivateurs venus des Etats-Unis pour la culture du
coton.
En 1800,1a plane de l'Artibonite fut ravage par une affreuse inonda-
tion du fleuve. Du 2 au 8 octobre, des pluies abondantes tombbrent nuit
et jour,et enfin, dans la nuit du 11 au 12, le fleuve sortit de son lit avec
une horrible violence. La plupart des etablissements, sucreries et autres,
furent emportes par les eaux. Beaucoup de cultivateurs perirent, ainsi
que presque tous les animaux. Toussaint-Louverture y accourut au
secours des habitants. It p6n6tra non sans danger dans la plaine encore
inondee, et prodigua des consolations aux families qui avaient 6te rui-
ndes. I1 prit une measure gendrale relativement aux indemnites i accor-
der 'i tous ceux qui avaient souffert de ce debordement.
Les premieres luttes pour l'independance haitienne commen-
cerent dans cette plaine sur l'habitation Plassac, en 1789.
Le fameux combat de la Crete-h-Pierrot, et l'6vacuation de ce fort
en 1802, faits d'armes admires par les tacticiens les plus competent
dans les choses de la guerre, ont eu pour th6tre la plaine de l'Arti-
bonite.
Plus tard, en 1807 et en 1809,les armies de Christophe et de
Petion se rencontrerent sur cette terre tant arrosee du sang des
Haitiens.
Le bassin de l'Ardibonite comprend les planes du Mirebalais et
de l'Artibonite; il est former par les Montagnes Noires, le Mont Terrible
.l.eA Puerto, et est baigiraaiar 1.mer deas n illes.


v'4


ARTI ARTI










Voyez : Plaine de l'Artibonite, -Petite Riviere de l'Artibonite.
Asile. Voyez : Azile.
Asra. Habitation situee dans la section rurale de Haut-Cahos no 2,
commune de la Petite Riviere de l'Artibonite.
L'Etat y possede 1/2 carreau de terre occupy par un fermier.
Assaut. Habitation situ6e dans la section rurale du quarter de la
Chapelle, commune de la Chapelle.
L'Etat y possede 7 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Assuei. Voyez : Etang Saumatre.
Astillero. Petit ruisseau situ6 dans la presqu'ile de Samana.
Atalaye. Voyez : Saint-Michel de l'Atalaye.
Atrel. Habitation situee dans la section rurale de la Riviere Mancel,
commune de Gros-Morne.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Aubas. Carrefour et habitation situes dans la plaine des Cayes. Le
fameux chef de Piquets, Saint-Mable, qui avait fait tant de mal aux
Cacos des Cayes, s'est bruil la cervelle le 9 janvier 1870 au carrefour
Aubas.
Aube. Habitation situee dans la section rural de la Grande Gosseline,
commune de Jacmel, sur laquelle l'Etat possede 1 carreau de terre inoc-
cupe.
Aubert. Habitation situoe dans la section rurale de Polveau, commune
de Port-de-Paix.
L'Etat y possede 43 carreaux de terre occup6s par des fermiers. En
1802, la division du general Humbert traversa cette habitation, et
march sur le Port-de-Paix.
Aubert. Voyez : Coupe Aubert.
Aubert-Trois-Rivieres. Habitation inoccupee, situee dans la section
rural de Chansolme, commune de Port-de-Paix, sur les bords de la
riviere les Trois-Rivieres. L'Etat y possede des terres : contenance
ind6terminee.
Les deux habitations qui portent le nom d'Aubert dans la mime com-
mune de Port-de-Paix, quoique situees dans des sections rurales diff6-
rentes, appartenaient au mine proprietaire, un colon blanc du nom
d'Aubert.
Le 21 f6vrier 1802, Nicolas, Louis poursuivit, depuis l'habitation
Payette Petite Place jusqu'h la passe Aubert-Trois-Rivieres, une
colonne de 500 hommes du general franqais Debelle qui s'etait 6gar6e
dans les bois, retraitant sur Port-de-Paix, et la defit compl tement.
Deux cents hommes furent envoys du Port-de-Paix au secours de la
cologne frangaise. A leur approche, Nicolas Louis mit le feu aux cannes
de 'habitation pendant que les Frangais les traversaient, et se retira
dans les mornes. Les flames et la fumee mirent le desordre dans leurs
rang, et beaucoup tomberent encore sous les coups des indigynes. Ils


55


ASIL AUBE









56 AUBI AULI
rentrerent au Port-de-Paix au nombre de cent, proteg6s par le renfort
qui 6taitvenu h leur rencontre. Ils etaient ecrases par la fatigue, cou-
verts de boue et de sang, ayant la physionomie trouble, ressemblant
a des hommes 6gares.
Aubin. Habitation situee dans la section rurale des Gris-Gris, com-
mune des C6tes-de-Fer, sur laquelle l'Etat possede 3 carreaux de terre
occupies par des fermiers. On y produit beaucoup de caf6.
Aubin. Habitation situee dans la commune de Cavaillon.
Aubrets (les). Village situe dans la commune des Baraderes, sur le
versant du morne Jean-Frangois, dependant du morne Trois-Freres. Ce
village est habit par une race d'hommes de couleur qui vivent dans la
plus complete independence ; ils chappent a toute autorite en se dero-
bant au fond des rochers inaccessibles.
Aubry. Habitation situee dans la commune de l'Arcahaie, section ru-
rale des Vases.
Autrefois c'etait une hatte, oh I'on gardait des animaux, et on disait:
Hatte Aubry.
Le 22 mars 1792, les ateliers des esclaves de cette habitation furent
souleves par Lapointe, chef des r6voltes indigenes, contre les Frangais.
Aubry. Habitation situee dans la plaine du Cul-de-Sac, commune de
la Croix-des-Bouquets, pres de la Source-Puante.
En 1799, pendant la guerre civil de Rigaud et de Toussaint-Louver-
ture, celui-ci tomba sur I'habitation Aubry dans une embuscade que lui
avaient dressee les hommes de couleur de la plaine du Cul-de-Sac. La
voiture du general en chef qui le precedait et qui etait vide, fut trans-
percee de balles.
Aubry. Habitation situde dans la commune de L6ogane; fut mise en
vente par la loi du 10 mars 4814 pour reliever la culture et augmenter le
nombre des proprietaires. Elloe tait abandonnee.
Audige. Habitation situde dans la section rurale de la Petite-Rivicre
de Bayonnais, commune des Gonaives.
L'Etat y possede 43 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Audige. Voyez : Fond-Audig6.
Audouin. Habitation situee a une demi-lieue de Port-de-Paix. Le
1e juin 1865, le ge6nral Nissage Saget, merchant contre le Port-de-Paix
pour le gouvernement du president Geffrard, campa sur cette habitation,
apres avoir repousse les partisans de Salnave dans deux rencontres
lune au Bassin-Bleu, lautre a la Passe Janson sur les Trois-Rivieres.
Aufort. Habitation situee dans la section rural de Laplata, commune
de Port-de-Paix.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Auguste. Morne situe entire Pestel et Corail.
Aulier. Habitation situte dans la section rurale de Bassin, commune
de la Marmelade.
L'Etat y possede 4 carreaux de terre occup6s par des fermiers.









AURI AZIL 57
Aurins (les). Deuxieme section rurale de la commune de Tiburon.
Ecole rurale.
L'Etal y posside des terres occupies par des f.rmiers sur les habita-
tions : Felicite, 20 carreaux 1/2; Bompart, 5 1/2; Petite-Plaine, 27;
Honfroy, 1/2.
Ausson. Habitation caf6iere situde dans la section rurale des Sour-
qailles, commune de Petion-Ville.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers. Contenance in-
ddterminee.
Austin on Ostin. Habitation situee aux Vases, en plaine dans la com-
mune de l'Arcahaie, a 3 lieues du bourg. Belle riviere. YVoyez : Ostin.)
Aux Pins. Cinquieme section rurale de la commune de Petit Trou de
Nippes. II y vient beaucoup de pins, ce qui lui a value son nom.
Aux Sources. Habitation situde dans I. ntion rurale de la Plaine de
l'Artibonite, rive droite, commune de la Grt. "--Saline.
L'Etat y possede des terres occupies par d' fermiers. Contenance
indeterminde.
Avance. Voyez,: Davance.
Avarena. Petit cap situe dans la baie d'Ocoa. La Cordillere du Sud
finit a l'E. a cette pointe. Sur la cbte, entire le cap Beate et la punta
Avarena, ]a brise de mer vient du N.-E. h partir de 2 heures du martin
jusqu'd 8-heures du soir; ensuite elle tourne vers lE. et de 1'E. au S.
jusqu'h minuit. Dans cet endroit il regne peu ou point de brise de
terre.
Avijas. Petite rivibre de la Republique dominicaine qui se jette dans
le Macoris, dans la province de Seibe.
Avocat (1'). Voyez: Brabant l'Avocat.
Avons. Habitation situde dans la section rurale du Haut-Cahos n 1,
commune de la Petite Riviere de 'Artibonite.
L'Etat y possede 2 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Avons. Habitation sitUee dans la section rural du Haut-Cahos n 2,
commune de la Petite Riviere de 1'Artibonite.
L'Etat y possede 2 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Ces deux habitations n'en formaient auparavant qu'une seule, avant
la subdivision de la section rurale du Haut-Cahos no 1, qui a donned
naissance h celle du Haut-Cahos no 2.
Azile (1'). Poste militaire de l'arrondissement de Nippes, situe dans
la section rurale du meme nom. 11 y a une chapelle oiu le cure de l'Anse-
h-Veau va quelquefois officer. Ce poste militaire est i 4 lieues de
1'Anse-h-Veau, et ah gale distance de l'embouchure de la riviere d'Aquin.
11 fut bAti en 1729 dans un terrain assez plat puisqu'on y voyageait en
voiture depuis 1'Anse-a-Veau jusqu'a Aquin, en parcourant une route de
10 lieues.
Azile (1'). TroisiBme section rurale de la commune de l'Anse-h-Veau,









58 AZIL AZOR
arrondissement de Nippes. Ecole rural et chapelle. II y a les habita-
tions Maliver, Morisseau, Moyen, Courlois...
( La valley de l'Azile, de 1'Anse-a-Veau, une des plus fertiles en pro-
ductions do toutes sortes, laisse pourrir ses excellent caf6s, ses deli-
cieuses oranges, parce qu'elle ne peut aller vendre ses recoltes qu'a
Aquin ou qu'a l'Anse-a-Veau. Or les ports de ces deuxvillessont situes
au moins h six lieues du centre de la vallee de 1'Azile, et une bete de
charge partant de Morisseau, de Moyen ou de Courtois pour se rendre '
l'Anse-a-Veau, traverse huit ou dix fois les passes de la riviere de Nippes
et cells de la riviere de 'Acul-des-Savanes, lesquelles, nulle part,
n'6taient pontees en 1877. Des obstacles similaires se rencontraient sur
la route d'Aquin. La troupe normal gdographique de la vall6e de
l'Azile, on doit la chercher ou la creer dans la direction de Baraderes. ,
(Les Constitutions d'Haili, Louis-Joseph Janvier, page 599.)
En 1886, le general Prudent, commandant de l'arrondissement de
Nippes, jeta un pont qui porte son nom sur la riviere de Nippes.
Azile (1'). Nos I et 2. Septieme et huitieme sections rurales de la com-
mune d'Aquin. A bien prendre, les deux n'en font qu'une. Elles sont
situees au milieu de montagnes aux forces variees. C'est une veri-
table oasis pr6sentant le plus champetre des sites.
Avec ses toits de ( tache >,
L'Azile apparait
Pres d'une fort.
(SOLON MENOS.)

Ce centre forme un bassin de plusieurs lieues carries, eloigne de la
mer, dans les points les plus rapproches, d'environ 15 20 miles.
Plusieurs course d'eau le traversent, sans computer les nombreuscs
sources qui l'arrosent. Quelque colon, ennuy6 d'une vie agitee, vint sans
doute demander i ces solitudes une paix inconnue, et elles devinrent
I'asile de bien des miseres. Au centre de ces lieux paisibles, entoures de
hautes montagnes, se trouvent deux chapelles. Le sol de ces sections
rurales, comme celui des plateaux de nos montagnes, est compose
d'une argile assez compact, en ge6nral rougie par loxyde de fer. On
rencontre des affleurements de carbon, et dans le lit de la riviere, ca
et la, des morceaux de houille entraines par le courant.
Une des limites de l'arrondissement d'Aquin vient au sud des sections
rurales de 'Azile aboutir l'endroit ouu la riviere Mahot se jette dans la
Serpente, et suit alors la rive sud de cette riviere jusqu'a la source de
celle du Fond-des-Negres. De la, suivant encore cette riviere jusqu'a
lendroit oiu elle se jette dans celle des Cotes-de-Fer, a l'embouchure de
laquelle elle va se terminer.
L'Etat possede dans ces sections rurales des terres occupies par des
fermiers sur les habitations: Honor5 Leli'vre 20 carreaux de terre,
Tremaux 195, plus 5 a la vacance, Granier aine 30 don't 3 occupies. Les
habitations Granier jeune et Balthazar sont inoccupees.
Azile Boutou (1). Voyez : Boutou.
Azor. Habitation situne dans la section rurale des Amazones, com-
mune de Jacmel.






AZOR AZUA
Azor-Mazembi. Habitation situde dans la section rurale de Haul'
Grelandiere, commune de Saint-Louis du Sud.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occup6s par des fermiers.

Azua de Compostela. Cette ville, situde sur la rive droite de la Via
dans la Republique dominicaine, sur la route de Saint-Jean et celle de
Neybe h Santo-Domingo, a pres de deux lieues du rivage de la baie
d'Ocoa, a replace l'ancienne ville de Compostelle fondee en 1504 par
Diego Colomb, et qui fut renversde par le tremblement de terre du
48 octobre 1751. Ce terrible e6vnement ayant amene la mer jusque
dans la ville, elle fut abandonnee, et I'on fonda alors la ville actuelle a
10 kilomrntres dans l'interieur.
Le 6 septembre 1883, un ouragan y fit de grands dommages.
Avant I'expulsion des Francais de la'partie de lEst, on y comptait
300 maisons; mais elles furent incendiees par ordre de Dessalines h son
retour du siege de Santo-Domingo. Azua est le nom indien que portrait
le territoire de cette commune, ancien chef-lieu de l'arrondissement du
mime nom sous la domination haltienne, dans l'ancien department
du Sud-Est, et actuellement chef-lieu de la province d'Azua. On y fabri-
quait de tries beau sucre et en grande quantity dans les premiers temps
de la colonisation; on voit encore les restes d'une sucrerie pres de la
riviere d'Ocoa, et I'aqueduc don't I'eau faisait mouvoir le moulin.
Aujourd'hui encore, de petits etablissements fabriquent de tres beau
sucre brut, et le sirop sert a confectionner un tafia ou rhum tries
renomme. Les oranges et toutes les autres productions du regne v6ge-
tal y sont de la meilleure qnalit6.
La plaine d'Azua produit des bestiaux, des anes r6putes les meilleurs,
des bois d'acajou, de fustic, de gaiac et de construction, come tous
les centres de la Republique dominicaine. Usines centrales : la Concor-
dia et l'Azua. Il y a des eaux thermales sulfuieuses dans les montagnes
de Viajama, qui ont paru apres le tremblement do terre de 1751, et des
mines d'or dans la commune. Les sources sulfureuses d'Azua sont
situdes a 35 kilom:tres de la ville, dans une contree montagneuse. Une
d'entre elles est si abondante qu'on l'estime a 500 pieds cubiques par
here : elle est legerement chaude. Le gofit et l'odeur prouvent la pre-
sence du soufre. Une autre source, moins abondante, a quelques pas do
la premiere, fournit une eau acidulee, libre de soufre et agreable au
goit. A 50 metres de cette derniere existed une autre source. 11 y en a
beaucoup d'autres dans la commune.
L'exploitation de la mine d'or a ft6 abandonnde depuis longtemps. Il y
a aussi une source d'huile de petrole a Higuerito, pres d'Azua; c'est avec
cette huile, bruile dans une assiette a soupe, que le professeur de
chimie du lycee de Port-au-Prince preparait le carbon en 1843. A
9 kilometres d'Azua on trouve, dans un endroit tres accessible, une
grande masse de p6trole.
II y a quelques annees on y avait creuse plusieurs puits; ce travail
fut abandonn6e la suite de la mort du concessionnaire. L'huile est
lourde et a une bonne intensity de lumiere; elle est exempt de naphte,.
ce qui est du probablement aux qualities eliminantes des calcaires et du
gravier qui se trouvent a la surface du sol.
Jaspe, porphyre, platre, talc, chaux, marbre, albatre, soufre.







AZUA AZUA.
Climate sain. La region autour d'Azua est pauvre en pluies. Fernand
Cortez, le conquerant du Mexique, fut greffier de la municipality de
l'ancienne ville de Compostelle, avant d'avoir suivi Diego Velasquez a
Cube.
Toussaint-Louverture, en allant prendre possession de la parties de
'Est, en 1801, sortit de Saint-Jean et arriva A Azua le 12 janvier. 11
trouva la ville dans une parfaite tranquillity : il continue sa march
avec une rapidity prodigieuse, faisantjusqu'a 25 lieues par jour.
En 1805, I'empereur Dessalines s'en empara.
En decembre 1821, l'6tendard haitien fut arbor avec des transports
de joie a Azua, a l'exemple de Santo-Domingo, pour la reunion de la
parties de l'Est a la republique d'Haiti. Le general Bergerac Trichet fut
immediatement envoy Azua par le president Boyer pour dejouer les
projects desFrancais qui tentaient de s'emparer de cette parties. Le colo-
nel Fremont lui succeda dans ce commandement. En 1822, I'adjudant
general Voltaire y commandait.
En 1830, lorsque l'Espagne envoya reclamer la remise de la parties
de l'Est h la republique d'Haiti, le president Boyer exp6dia un regiment
a Azua pour s'opposer a une invasion des Espagnols.
Le port d'Azua fut ouvert au commerce stranger en 1822; mais la
loi du 25 avril 1826 le ferma a parlir du ler juillet suivant. Dbs lors, le
territoire de cette administration rentrait dans celle de Santo-Domingo.
En ce moment les strangers le frequentent beaucoup. La loi du
18 octobre 1822 portait cette commune a la 5e classes pour le commerce
et a la 6 pour les arts et metiers. Celle du 19 avril 1825 la portait
h la 5- classes, et, plus tard encore, elle fut definitivement place a la
6 classes.
En 1844, le president Charles HBrard (RiviBre), dans sa champagne
centre la parties de l'Est, s'arreta a Azua, attendant des moyens d'attaque
pour continue sa march. Pendant qu'il etait dans cette ville, le people
prononqa sa decheance au Port-au-Prince, et fit nommer le general
Guerrier president d'Haiti le 3 mai. Le gindral Thomas Hector offrit a
Herard de forcer l'entree de la capital et de le maintenir au pouvoir;
mais l'ex-president se soumit a la volonte du people et demand 'a so
retire a l'etranger. II rebroussa chemin et s'arreta sur l'habitation
Drouillard d'oi il s'embarqua pour la Jamaique oi il mourut.
Soulouque, president, fit son entr6e a Azua le 6 avril 1849 et s'y
arreta, se plaignant des intrigues des Franqais en faveur des Domini-
cains. Le 5 avril 1849, Geffrard fut atteint d'une balle a la jambe devant
Azua.
La garnison d'Azua se compose des bataillons Ligero et Regulares,
et Chavalos.
De nombreuses caravanes de pacotilleurs d'Azua viennent souvent
acheter au Port-au-Prince, malgre les difficulties et la longueur de la
route.
Population de la commune : 10 000 ames.

Azua. La plaine d'Azua comprend l'espace qui est entire la riviere de
Neybe et l'Anse de la Caldera. Elle communique au N. par une gorge
avec les savanes de Farfan et de Saint-Jean. Elle a 1.500 kil. carries de
surface. Le territoire est d'une fertility 6tonnante, malgre la secheresse






AZUA -- AZUA 1
qui y regne habituellement. On y fabrique de beau sucre brut et on y
61eve beaucoup de bestiaux : les coupes de bois d'acajou y sont tr's
rdpandues, comme partout dans la Republique dominicaine.
Dans la plaine d'Azua coulent la Jura, 48 kil. de long, et la Tabara
avec la Viajata et Ia Sajanoa. 37 kil. de long. La premiere sort du
Cerro Viejo et la deuxieme de la Loma Viajama; les deux se jettent dans
la baie d'Ocoa.

Azua. Azua forme aujourd'hui une riche province de la R6publique
dominicaine. Les communes qui en dependent sont : Azua, chef-lieu,
San Juan de la Maguana, Cercado, las Matas de Farfan, San Jose de
Ocoa et Banica. Climat salubre.
Population de la province : 36.000 ames.
La montagne d'Azua et le Laho se trouvent pres de San Juan de la
Maguana. Le Mont Cibao y projette ses rameaux. Les rivieres qui arro-
sent cette province sont le Guarico, ]a Panduf et las Cuevas, qui se
jettent dans le Puerto-Medio; le Navero etle Calio de Juan, qui sejettent
dans le Yabano. Le Yaque del Sur arrose la parties orientale de cette
province.
Riches vallees. Sources minerales frequentees. Mines in6puisables
de sel gemme; diamant, opale, talc, amiante, jais, porphyre, marbre,
emeraude, rubis, albatre, platre, p6trole.
Bois d'acajou, chene roble, noyer, bois de fer, immortel, sabine,
baumier, bois marbrd, mapou, cotonnier.
Ramier. spatule, flamands, paon royal, perroquet, perdrix, tourte-
relle, caille, canard, oie, h6ron, onocrotale, plongeon, fregate, vanneau,
martin-pecheur, faisan, pintade.
Chevaux, bocufs, anes, cabrits, pores.
Abeilles de Castille; cire, miel.
Un ddcret du Congres national dominicain (1881) concede aux muni-
cipalites de la province d'Azua les droits de sortie des animaux pour
Haiti, moitie pour l'instruclion publique, et I'autre moilie pour l'edifi-
cation des 6glises des dites localities.
En 1882 la douane d'Azua a accuse h l'exportation 23 navires.
1 0/0 MOle............... .......... 152 64
2 0/0 rechargement................... 305 29
Voici les quantities des products exports :
Sucre, quintaux ...................... 53.845 8
Acajou, billes.................. .. .. 13 580 8
Cire, livres ........... .......... ... 1.528
Peaux de boeuf..................... 595
Caf6, quintaux ...................... 8
Espeuille, pieds...................... 922
Galac, pieds....... .............. 1.351 "
Acajou, fourches, pieds.............. 2.457
Miel, gallons............. .. .. ... 10.270 ,
R6sine, lives ....................... 12.557 ,
Tabac, quintaux................... 1.540 ,
Valeur des exportations........... 6. 141.743 51




62 AZUC B_.--
Pendant la meije annee 1882, les importations se sont r6sumdes
comme suit:
Nombre de navires, 40.
Droits de vigie........... ........ 16 ,
Medecin........ ....... ....... .. 10
Ancrage ....... ... ........... 44 67
Entree.... .... .. ... 44 57
Interprete...... .................. 16 )
Tonnage.......... .......... 744 50
MoCle......... .............. 908 32
Permis de co ................. .... ... 477 36
2 0/0 rechargement.. ... ... 2 270 60
2 0/0 sur vapeurs .... 908 32
6 0/0 additionnels .... 2.718 21
Valeur des importations............ 90.382 68
Azucar. Voyez : Pilon de Azucar.
Azufrada. Voyez : Fuente Azufrada.
Azur. Voyez : Croix (la).



B


Bab6que. Un des premiers noms de Pile d'Haiti chez les naturels de
cette ile avant la decouverte. II signifiait : terre oil i y a beaucoup de
villages et d'habitations.
Babesica. Riviere qui regoit les eaux du Berbisi et qui prend sa
source dans le Laho, dans le district de Barahona, et se jette dans
l'Etang Sale.
Babin. Habitation situee dans la section rurale de la Grande-Mon-
tagne-Roue-de-Cabrouet n" 2, commune de Verrettes.
L'Etat y possode 14 carreaux de terre occupies par des fcrmiers.
Babiole. Petite habitation de plaisance, situde sur la route de Tur-
geau, en face de Wante, dans les environs de Port-au-Prince. 11 y a
deux belles maisons de champagne appartenant aux heritiers de
Mine Vve Bonnet.
Bac (le). Norm d'une rue de la Petite Riviere de l'Aribonite. L'Elat y
possede 9 emplacements occupies par des fermiers.
On designe aussi par ( le Bac ) tous les endroits oil il y a un bac sur
les rivieres, comme par example h Je6rmie.
Bacassan. Voyez : Bac-a-Saude.
Bac-A-Saude ou Bacassan. Onzieme et derniere section rural de la
commune de la Grande-Riviere du Nord.
Bac-Coursaint. No" I et 2. Premiere et deuxibme sections ruralcs de









la commune de la Petite Riviere de PArtibonite, arrondissement de
Dessalines. Ecole rurale.
Ces deux sections rurales n'en faisaient qu'une trop etendue avant
1874. Le ge6nral Lundi Jean Noel, commandant de l'arrondissement
de Dessalines h cette epoque, insistabeaucoup aupres du gouvernement
pour la faire subdiviser, afin de faciliter le service de surveillance de la
police rural.
Le no 2 est done une subdivision du no 1, consacree en 1874.
L'Etat possede dans le n0 I des terres occupies par des fermiers
sur les habitations : Mang6 8 carreaux de terre, Blain 38, Acacia 16 1/4,
la Coupe Tete Pitraille 2, Bidone 10, Tassy Renal 7, Grand Rac 1.
Dans le no 2, sur les hanitations : Grassette 5, et Pin inoccup6e.
Bac d'Aquin (le). Habitation situee sur la rivibre de l'Artibonite.
De cet endroit la limited commune des arrondissements de Saint-Marc
et de Mirebalais remote le fleuve en suivant ses sinuosit6s, jusqu'a la
hauteur de la section rural du Quartier de la Chapelle. Cette limited
des deux arrondissements part du pont de F'Estere.
On appelle aussi le bac d'Aquin : le bac des Bas.
.Lors de la prise d'armes des Nordistes, les troupes du gouvernement
sous les ordres du secr6taire d Etat de l'interieur O. Piquant, cantonnees
au Bac d'Aquin et au carrefour Mapou (Pont de l'Estere), interceptant
toute communication directed des Nordistes entire les arrondissements
des Gonalves, de Saint-Marc et de Dessalines, ont et6 vigoureusement
attaquees dans 1'ordre suivant : a 7 heures du matin, trois divisions
des Nordisles des Gona'ves, de la Petite-Riviere et de Marchand ont
ouvert le feu sur le Pont de 1'Estere. Apres cinq heures de combal,
la division des Gonaives fut mise en deroute, laissant 10 morts et
6 bless6s sur le champ de bataille. La division de Marchand vint a son
tour attaquer le Pont de l'Estere : 12 morts et autant de bless6s ont etc
le prix de la journee oil le 3c regiment se distingua particulierement.
La division de Saint-Marc et de Verrettes eut le meme sort au delay du
Pont Sonde, et prit honteusement la fuite devant les mitrailleuses du
"ouvernement; elle ne se reconnut qu'au delay de la rive gauche de
libonite. (Bulletin diu Gouvernement.)
entot les Nordistes revinrent bien arms, et culbuterent les L6gi-
es.
on. Yoyez : Lasailly Bacon.
onnais on Baconnoir. Petite riviere du Petit Trou de Nippes.
Habitation situee sur la limited des communes de I'Anse-a-Veau et
atit Trou de Nippes.
Badeau. Habitation situee dans la section rurale de Trou-Coucou
2, commune de la Croix-des-Bouquets.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers. Contenance
indeterminee.
Badeau. Habitation situee dans la section rural de Camp-Perrin,
commune des Cayes.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.


BAC -- BADE


63









Badon on Baydon. Habitation situee dans la commune de Char
donnieres.
Badon ou Baydon. Habitation situde dans la commune des Anglais.
L'Etat y possede des terres. Contenance indeterminee.
Baez. Pic de montagne dependant du Cibao central.
Bagatelle. Habitation situee dans la commune des Coteaux.
C'est sur cette habitation, qu'en janvier 1803, Dejoie fit savoir au
commandant Ferou que Rochambeau avait envoy Il'ordre dans le Sud
de faire disparaitre la plupart des officers noirs et jaunes de quelque
influence. Ferou se prononga des lors contre les Frangais.
Cette habitation faisait anterieurementpartie de l'arrondissement des
Cayes, lorsqu'elle fut mise en vente par la loi du 10 mars 1814 pour re-
lever la culture et pour augmenter le nombre des proprietaires.
Bagatelle-Villa. Belle et vaste propri6te de champagne situee au Port-
au-Prince, derriere le Petit Seminaire, college Saint-Marthial, apparte-
nant h M. J.-J. Audain, le doyen de la press haitienne. Il y a un petit
thietre en bois, le seul qui existed actuellement au Port-au-Prince, et
peut-etre dans toute la republique. Les artistes qui arrivent h la capi-
tale y donnent le plus souvent leurs representations.
Jardins particuliers de fruits, de e1gumes et de fleurs.
Bagnotte. Habitation situee dans la section rurale de Petit-Boucan,
commune de Leogane.
Baguati. Riviere qui se jette dans la Jimenoa, laquelle sejette dans le
Grand Yaque.
Baguati. Riviere tributaire du Bao, lequel se jette dans le Grand
Yaque.
Baguette. Quatorzieme et derniere section rurale de la commune de
Jacmel, situ&e sur le bord de la mer. Elle est une subdivision de la sec-
tion rurale de la Montagne, meme commune, consacree en 1874. Ecole
rurale.
En 1800, l'escadre de Toussaint-Louverture, commandee par
capitaine Boisblanc, appareilla de Leogane, 6vita les croiseurs an
et alla mouiller dans la petite baie de Baguette, au S.-O. de la ha
Jacmel, coupant les communications de la ville assi6gee avec Bail
En 1799, les chefs de bandes Lafortune et Conflant occur
les mores de Baguette et obeissaient h Toussaint-Louverture
Beauvais.
Les pilots de Jacmel vont prendre les navires a la hauteur
baie de Baguette.
-En 1503, Christophe Colo:nb mouilla la baie de Baguette.
Baguette. Voyez : Baie de Baguette.
Bahiaha. Voyez : Bayaha, Fort-Libert6.
Bahon. Voyez : Bail-y-Bahon.
Bahoruco. Premiere section rurale de la commune de la Petite-
Rivibre-de-Nippes. Ecole rurale.


64


B3ADO BA1 10II









L'Etat y possede 10 carreaux de terre occupies par des fermiers sur
l'habitation Rousseau.

Bahoruco ou Maniel. Montagne d'Haiti. Le Bahoruco, la Selle et
le Mexique forment pour ainsi dire la meme chaine de montagnes.
Apres s'etre dirig6e de l'O. a l'E., elle va se terminer au S. a la pointe
de la Beate. Les portions planes qui sont au pied du Bahoruco, A l'E. et
a 1'O,, comprennent une superficie de 1.000 kil. carries. Si elles 6taient
livrbes a la culture, on en pourrait retire les memes products que dans
la plain d'Azua et de Neybe. Au S.-O. du Bahoruco on a trouve de l'or.
Les rivieres'Nizaito, le Cito, le Nayabuco y prennent leur source et
se jettent dans la mer des Antilles.
Une des limits frontieres de l'arrondissement de Jacmel passe a l'E.
par la montagne de Bahoruco.
Le Bahoruco servit de refuge aux Indiens autochtones apres le
massacre op6r6 sur eux par Ovando dans la plane de Leogane, en 1505.
En 1519, un Indien convert au christianisme, Henri, fuyant la
tyrannie de Valenzuela, son maitre, se retira avec quelques-uns des
siens dans le Bahoruco oil ii se retrancha. Valenzuela vint l'y attaquer
avec douze Espagnols. Henri en tua et blessa six, mit en fuite le reste,
et fit prisonnier Valenzuela qu'il renvoya gendreusement. L'autorite
envoya des forces centre Henri, mais sans jamais le vaincre. Il s'ecoula
treize ans pendant lesquels Henri, devenu cacique, fit respecter son
Etat, comprenant le Bahoruco, la haute plain de Neybe et l'Etang qui
prit de lui le nom d'Henriquille. II avait 400 guerriers arms h ]'euro-
peenne. En 1533, Henri fit la paix avec les Espagnols. On lui envoya
Las Casas, son ancient ami, qui le conduisit a Azua avec les siens.
Henri signa le trait h Santo-Domingo, et choisit pour residence le
canton de Boya don't ii fut declare prince hedrditaire, exempt de tribute.
En 1785, le gouverneur de Bellecombe reconnut I'independance d'un
nomm6 Santiago, chef d une bande d'Psclaves marrons qui appelaient
ce lieu Doco; le gofuverneur lui aba- .,na sur les confins de la parties
espagnole un vast territoire -? les montagnes de Bahoruco. Le
gouverneur de Santo-Domin don Isidor, reconnut aussi l'indepen-
dance de ces hommes qui .aient eu la volonte et le courage de resister
a la tyrannie. On estima_ qu'il y avait h cette 6poque dans ces monta-
gnes 133 individus ind6pendants des deux sexes. II y avait parmi eux
des homes de 60 ans nes sur les lieux. Ils avaient convenu de se reti-
rer de ces montagnes pour aller habiter une commune de la parties
francaise; mais bientot apres le trait fait avec eux, ils changerent de
dispositions h cet regard, sans avoir neanmoins jamais inquiete les habi-
tants, come ils le faisaient auparavant. Durant le course de la revo-
lution de 1789, le nombre de ces independants grossit considerablement.
Pendant l'occupation de lile par l'arm6e francaise, le g(n-ral Kerver-
seau envoya au Bahoruco des forces qui les en delogerent.
Ils passerent presque tous alors dans les montagnes de Saltrou. En
1793, Memzelle etait leur chef. Borel, le colon, l'excita ravager le
Pays-Pourri.
En 1799, Lamour Derance, guerrier savage et indomptable come
ses devanciers, occupait aussi avec ses bands les montagnes de Baho-
ruco dans l'independance de toute autorit-, Apr1s la chute de Rigaud,
5
S


BAIIO BAHO


65









don't il etait le partisan, Lamour Derance, fuyant lcs vengeances de
Toussaint-Louverture, en 1801, s'etait retire des hauteurs de Grand-
Fond avec sa bande jusqu'aux limits de la parties espagnole, dans les
montagnes de Bahoruco. II vint assaillir Marigot qu'il enleva aux
Franqais.
En 1802, hl'arrivde de l'expedition Leclerc, il revint au Grand-Fond
e't prit parti en leur faveur contre Toussaint-Louverture. Mais apres
l'affaire de la Crete-h-Pierrot, quand il apprit au Port-au-Prince, ou il
se trouvait, la deportation de Rigaud, il regagna ses montagnes inacces-
sibles, n'ayant plus confiance dans les Frangais; il resolut de se tenir
sur ses gardes et de commencer les hostilitBs contre eux a la premiere
occasion favorable.
Le president Petion, en 1810, r6ussit par sa douceur soumettre les
ind6pendants de Bahoruco a la r6publique, sous les ordres du colonel
Lafortune, leur chef, qu'il eleva a ce grade, et auquel il confia le com-
.mandement de la commune de Saltrou.
SOn croyait qu'il n'existait plus d'independants au Bahoruco, parce
qu'ils ne font pas de mal; mais en 1860, M. Bobadille, chef militaire de
Neybe, capture deux negres marrons, un homme et une femme,
descendus de ces montagnes pour marauder dans la plaine, et 6gares
dans sa commune. II les dirigea a Santo-Domingo oi ils ne tarderent
pas a mourir de chagrin, malgre tons les soins qu'on en prit. Leurs
parents et leurs amis dans la montagne, ne les voyant pas revenir,
allaient en grand nombre pousser des cris en gesticulant sur un pro-
montoire en face de la plaine, agitant des branches de feuillage, en
maniere de signal. Le docteur J. B. Dehoux, d'Haiti, a fait une conference
I Paris en 1883 sur ces negres marrons, dans une stance de la Socie6t
d'anthropologie.
Rien ne prouve qu'il n'existe plus d'independants au Bahoruco. On
les appelle des Viens-Viens.
Baie-a-Tortue (la). Baie situde sur la c6te du department de l'Arti-
bonite, entire celle des Gonaives et la Grande Saline; elle fait face
au N.-O.
Vis-a-vis se trouve le recif de l'Ile aux frigates.
Baie d'Andres (la). Baie dans laquelle se jette la riviere la Bruyelas,
dans la R6publique dominicaine.
Baie d'Aquin (la). Voyez : Aquin.
Baie de Baguette (la). Voyez : Baguette.
Baie de Bainet (la). Voyez : Bainet.
Baie de Barahona (la). Baie situee sur la c6te meridionale de l'il
d'Haiti, entire la pointe de Barahona et celle d'Avarena, au S.-O. de la
baie de Neybe. Elle a fort peu d'etendue. C'est le port de mer de Neybe,
situe, comme on sait, dans l'interieur.
Baie de Caracol (la). Baie siluee entire la pointe Jacquezy et celle de
Caracol dans l'arrondissement du Trou.
Christophe Colomb lui donna le nom de Port-de-la-Nativite. Elle est
large et belle, et fait face au N. Plusieurs course d'eau s'y jettent.
*


i66


BAIE BAIE









l'entre en est obstruee par un long haut fond s'etendant de 1'E. a I'O.
qui ne laisse acces qu'aux navires de faible tirant d'eau.
Dans le voisinage il y a des coupes de bois d'acajou. L'embarcadere
de la commune de Caracol, oi l'on embarque les denrees des quarters
avoisinants sur deux points eloignes l'un de l'autre de 360 toises, est
situe dans la baie de Caracol.
(Voyez la carte au mot Caracol.)
Baie de Cavaillon (la). Yoyez : Cavaillon, Baie du Mesle.
Bale de Cayemite (la) ou Durot. Baie situee sur la cote occidental
du department du Sud, entire les lots Fourcault et la presqu'ile des
Baraderes, dans la commune de Pestel.
Les caf6s de ce canton avaient la reputation d'etre les plus beaux de
'ile et les plus productifs. Les arbres donnaient en moyenne jusqu'd
cinq lives chacun. Voyez la carte au mot Cayemites.
Baie de Cromwell (la). Voyez : Saint-Louis du Sud.
Baie de Dalmarie (la). Voyez : Dalmarie.
Baie de Henne (la). Ancien quarter de l'arrondissement du Mble
Saint-Nicolas, situe sur la cote occidentale d'Haiti, entire la pointe du
Paradis et celle de Henne, faisant face au S.-E., dans la section rural
de Citronniers Marre Rouge, seule section rural de la commune de la
Baie de Henne. La terre y est fort peu cullivee cause de sa mauvaise
quality.
Le village est assis au fond de la baie de Henne sur une bande de
terre former de dedpts ar6naces. Un petit ruisseau se jette sur le rivage.
Par la loi du 3 juillet 1889, le gouvernement provisoire du Nord en
fit une commune de 5" classes. Le premier citoyen qui ait repr6sent6
cette commune h la Constituante aux Gonaives pour f'lection du gend-
ral Hippolyte a la presidence fut Tertullien Champagne.
Le tribunal de paix et les ecoles relevent, le premier de la jurisdiction
;du tribunal civil de Port-de-Paix, les seconds de I'inspection scolaire
de Port-de-Paix. Les fonctionnaires relevent de administration finan-
ciere de Porl-de-Paix.
L'Etat possede dans cette commune 14 emplacements dansla Grande
1lue, 12 rue Saint-Joseph, 11 rue Saint-Michel, 6 rue de la Place, 10
rue de la Liberte, 16 rue du Fond-Roulette, occup6s par des fermiers, la
plupart sans tire.
D6jh, en 18K7, les habitants de la Baie de IIenne, presque tous des
pecheurs et des marines, avaient faith une petition aux Chambres pour
demander l'drection de leur quarter en commune de 5" classes. La
Chambre des communes vota un project de loi leur accordant leur
demand, lequel project a 6et re.jet par le Senat sur l'observation de
J'executif, vu l'exiguite des resources financieres du pays.
La Baie de Henne est renommee pour ses poissons secs, ses salines
productive, ses chevaux, sos gibiers. L'embarcadere sert aux habitants
et aux products de Bombardopolis.
Commerce de campeche. Construction do bateaux pour le cabotage.
Debouche : Gonaives.
Population de la commune : 5.000 Ames. La garnison so compose
*


BAIE BAIE


67









d'une compagnie de gendarmerie cre6e par la loi du 40 septembre 1890,
d'une compagnie d'artillerie, d'une de police administrative, de la police
rurale et de la garde national h pied et h cheval.
Baie de Higuey (la). Voyez : Higuey.
Baie de Jacmel (la). Yoyez : Jacmel.
Baie de J6remie (la). Voyez : J6remie.
Baie de l'Acul (la). Voyez : Acul.
Baie de l'Ecu (la). Deux petites babies situees sur la c6le entire Port-
de-Paix et Jean-Rabel, dans le department du Nord-Ouest, donnant
face au N.-O. Ce sont le Grand-Port--l'FEcu et le PetiL-Port-h-l'Ecu.
L'entr6e en est 6troite, et Iinterieur peu 6tendu. -Les navires sont
obliges de mouiller au milieu de la baie, parce que le fond du rivage
s'etend assez loin sans eau.
Raquettes, opuntia, ga'ac, ebene, gris-gris.
Sources d'eau ferrugineuse.
! Les salines naturelles du Grand et du Petit-Port-a-l'Ecu produisent au
printemps un sel tres blanc et d'une cristallisation reguliere.
Christophe Colomb, apres avoir atteint la baie du Mole Saint-Ni-
colas, s'y rendit le 8 decembre 1492. II parvint a communiquer avec les
habitants de File au moyen d'une femme que ses agents avaient
gagnee.
Voyez : Grand-Port--1'Ecu, Petit-Port-h-'Ecu, Ecu, -- Port-h-
l'Ecu.
Baie de Limonade (la). Voyez : Limonade.
Bale de Mancenille (la). Grande baie situ6e entire la pointe de Jacques
et le Fort-Libert6, dans le department du Nord, faisant face au N.-O.
Les rivieres du Massacre, limited dans le Nord des deux republiques
d'Haiti et dominicaine, et de Laxavon se jettent dans cette baie h
quelques lieues h I'E. du Fort-Liberte. Autrefois la riviere du Grand
Yaque s'y jetait aussi, mais son embouchure actuelle se trouve plus au
sud, et ses eaux inondent une grande portion de terre de la baie de
Mancenille.
On exploit sur ses bords des forOts d'acajou de la Republique domi-
nicaine.
En juillet 1695, vingt-quatre voiles anglaises et espagnoles, portant
4.000 hommes, aborderent a la baie de Mancenille et furent rejointes par
2.000 Espagnols sortis de Santo-Domingo, pour combattre les Franqais.
Ces allies culbuterent les Frangais, s'emparIrent de Port-de-Paix et ra-
vagerent le Nord.
En fevrier 1802, la division Rochambeau, de l'expedition Leclerc,
atteignit les rives de la baie de Mancenille au fond de laquelle est
batie la ville de Fort-Liberte.
En octobre de la meme annee, lors de insurrection de Petion, de
Clerveaux, de Christophe au Haut-du-Cap, 800 indigenes de la 7e colo-
niale furent noy6s par les Frangais dans la baie de Mancenille. Le com-
mandant Philippe Guerrier, alors chef du 3e bataillon de la 70, se sauva
miraculeusement, et alla rejoindre les insurges. II devint president
d'Haiti en 1844.


BAIE BA1E


68



































Kilom lres
0 7 2 3


4... 1


PLAN DE LA BAIE DE HENNE
dessine d'apres des documents in6dits
poar
I. C..Tippenhia er


JZes sorndes sonr eaprirmees en me Pr.









En 1888, pendant la prise d'armes des Nordistes, les navires du
gouvernement, bloquant le Cap, allaient prendre mouillage dans la baie
de Mancenille.
Baie de Miragoine (la). Voyez : Miragoane.
Baie de Monte-Christ (la). Yoyez : Monte-Christ.
Baie de Neybe (la). Voyez :Neybe.
Baie de Petit-Goave (la). Voyez : Petit-Goave.
Baie de Port-au-Prince (la). Voyez : Port-au-Prince.
Baie de Saint-Louis (la). Voyez : Saint-Louis du Sud, Baie du
lesle.
Baie de Saint-Marc (la). Voyez : Saint-Marc.
Bale de Samana (la). Voyez: Samana.
Baie des Baraderes (la). Voyez Baraderes.
Baie des Flamands (la). Voyez : Flamands, Baie du Mesle.
La baie des Flamands est un poste militaire do l'arrondissement
d'Aquin, situ6 dans la section rurale des Flamands, commune de Cavail-
lon. Le fort Gaube, place h l'E. de la baie, command la rade des Cayes.
Baie des Fleches (la). Baie situde dans la baie de Samana. La riviere
Yuna s'y jette par plusieurs embouchures, ainsi que le Naranjo, et
plusieurs autres rivieres. Voyez : Samana.
Baie des Gonaives (la). Voyez : Gonaives.
Baie des Irois (la).Voyez : Irois.
Baie des Moustiques (la). Voyez : Moustiques.
Baie des Perles (la). Baie situee dans le voisinage de Savana-la-Mar,
sur la cote S. de la baie de Samana (Voyez ce mot).
Baie de Tiburon. Voyez : Tiburon.
Baie d'Ocoa (la). Baie situee sur la cbte mdridionale de File, centre les
points d'Ocoa et de Viejo; elle faith face au S.-O. Ses eaux sont pro-
fondes.
Plusieurs rivieres s'y jettent, entire autres la riviere Ocoa. Les salines
de la baie d'Ocoa fournissent du sel a Bani.
Baie d'Orange (la). Premiere section rurale de la commune de Saltrou,
arrondissement de Jacmel. Elle a et6 subdivisee en 1875 en donnant
naissance a la section rurale de Corail-Lamothe. Ecole rurale.
C'est r'ellement le pays des oranges; il y en a partout et de toutes
sortes.
L'Etat y possede 35 carreaux de terre occupies par des fermiers. On y
produit beaucoup de caf6; les habitants sont de bons chasseurs, ils sont
eveilles et laborieux.
Baie d'Orange (la). Autre baie situee 1'O. de l'lle-h-Vache, pros des
Cayes. Les pilots du port des Cayes vont prendre les navires h la baie
d'Orange.


BAIE BAIE


69








Baie du Camp-de-Louise (la). Voyez : Camp-de-Louise.
Baie du Cap-haitien (la). Voyez : Cap-haYtien.
Baie du Fort-Liberte (la). Voyez : Fort-Liberte, Baie de Mance-
nille.
Baie du Grand-GoAve (la). Yoyez : Grand-Goave.
Baie du Mesle (la). Grande et belle baie situde entire la pointe a PIaulin
et les ilots appeles les Magasins, dans l'arrondissement des Cayes. Elle
fait face an sud. La baie du Mesle, cells des Flamands, de Cavaillon
et de Saint-Louis forment une seule et vaste baie, don't les deux pre-
mieres sent des ports bien abrites de l'arrondissement des Caves.
Voyez : Petite Baie du Mesle.
Baie du M8le (la). Baie situde dans le department du Nord-Ouest,
entire le cap Saint-Nicolas et le Cap-h-Foux.Elle a environ cinq miles et
demi de longueur sur trois et demi de larger. La presqu'ile du MOle
couvre le port et la baie au nord.
Baie du Pare (la). Voyez : Gonave.
Baie 6cossaise (la), ou de Cobsec. Baie large et de forme triangulaire,
situee a l'E. de 'ile, entire le Yieux-Cap-Francais et le Cap Cabron, dans
la Republique dominicaine.
Les rivibres Nagua et Boba s'y jettent.
Baie (la Grande). Baie situee sur la cote S.-E. de 'ile de la Gonave,
et au N.-O. de la Petite Gonave.
Baie Racrot (la). Baie situde entire les points du Lagon et des
Pieges, dans la commune de Saltrou. Elle est de peu d'etendue, et faiL
face au S.-O.
Baiklet. Voyez: Bekly (Carte de Caracol).
Baillac. Habitation situee dans la section rurale des Sarrazins, com-
mune de Mirebalais, sur laquelle l'Etat possede 5 carreaux de terre en
friche, et 5 affermes h des particuliers. Coton.
Baillando. Rue i Saint-Marc, dans laquelle l'Etat possede des empla-
cements occupies par des fermiers.
Baillergeau. Habitation situee dans la section rural de Martissant,
commune de Port-au-Prince.
Bailly. Habitation situde dans la section rurale du Haut-du-Cap, com-
mune du Cap-haltien.
Bail-y-Bahon. Neuvieme section rurale de la commune de la Grande-
Riviere du Nord. Ecole rurale.
L'Etat y possede 10 carreaux de terre occupies par les h6ritiers du ge-
neral Seide Thel6maque, fermiers.
Bain-Domingue. Propriedt situee pros du fort Sainte-Claire i Port-au
Prince. Sources d'eau chaude. Guildive.
Bain Leclerc. Voyez: Source Leclerc.

*


70


BAIE BAIN





































































Echcllede oooo mtres.
f.--- ..-.. ...-- ..--. -- -
SWOO -dooo oo-6iClrer.
ia Mdridden, de Orcernic/. .









Bainet. Commune de 50 classes de l'arrondissement de Jacmel. Con-
tient 9 sections rurales qui sont :
La re, de la Br6silienne;
La 2e, de Trou-Mahot;
La 3", de la Vall6e;
La 4e, de Gandou;
La 5e, du Bas de la Croix;
La 60, du Bas de Gandou;
La 7, du Bas des Gris-Gris;
La 8e, du Bras gauche de Bainet;
La 9e, des Orangers.
Population: 12.000 ames. --Un depute.
En 1890 il y a eu 1.509 naissances don't 355 legitimes et 1.154 natu-
relles, 45 deces et 120 marriages.
La baie de Bainet, large et profonde, est situee entire le cap de Bainet
au S.-O. et le morne de la Croix 'a 'E.; elle fait face au sud. Elle a
3.000 metres d'ouverture sur 1.860 de profondeur, sans aucun r6cif sur
une c6te qui en est remplie. C'est de la que lui vient le nom de Baie
nette, deg6ner6 en Bainet.
L'dglise est en construction: en 1892, 1'Etat lui donna 3.000 gourdes.
Fete patronale, le 29 juin, h la Saint-Pierre.
La garnison de la commune se compose d'une compagnie de gen-
darmerie, d'une de police administrative, d'une d'artillerie de ligne de
Jacmel, de la police rural et de la garde national a pied et a cheval.
Des sources nombreuses arrosent les habitations de l'irt6rieur et des
mornes, et les rivieres de Bainet et de la Croix ou de l'Azur, de Corail
leur donnent une grande fertility.
Le soltres accident6,contient de la steatite,des ocres et des tuffeau:,
de la bonne craic des deux cotes de la rivibre, des grottes et des ca-
vernes curieuses.
Bainet produit en moyenne par an:
1.500.000 livres de caf6,
1.200.000 > campeche,
15.000 coton,
des bois de construction varies, des abeilles, des pintades sauvages,
d'excellent tabac, et des vivres en abondance.
On y fabrique des chapeaux de paille et des pipes de terre.
D6bouche natural: Jacmel, par terre et par mer.
La Loge de l'Orient de Bainet s'intitule : Le Triomphe de la Pers6ve-
rance no 43, relevant du Grand Orient d'Haiti.
Les habitations caf6ieres Villard et Montra dans cette commune furent
mises en vente par la loi du 10 mars 1814 pour reliever la culture et
augmenter le nombre des proprietaires.
La loi du 25 avril 1817 et celle du 20 novembre 1821 fixent la distance
legale de cette commune a la capital a 25 lieues.
En 1824, le president Boyer fit diriger a Bainet un grand nombre
d'immigrants cultivateurs americains de la race noire.
La Grande Riviere de Bainet ou 1'Eau Moreau, qui tarit quelquefois, a
pour principaux affluents: les rivieres de l'llet (a 7 kil. de son embou-
chure), de Massacre, de Boucan-Belier, des Orangers (h 5 kil. de son
*


BAIN BAIN


71








72 BAIN BAIN
embouchure), du Petit-Bras et de PimentBre. Elle vient des hauteurs de
Petit-GoAve, d'une lagune appelee l'Etang Durissy, se rencontre pres
de Bainet avec une autre lagune nommee Lagon, et s'en spare a
une court distance pour se jeter dans la baie au S. de Bainet. Le Lagon
est form de sources souterraines qui percent a une petite distance du
village; ces sources sont alimentees par les eaux qui viennent des hau-
teurs de la section rurale de Gandou en passant sous terre. Les eaux du
Lagon sont charges d'une quantity immense de varechs oui vivent en
grand nombre toutes sortes de poissons d'eau douce.
L'Etat possede dans cette commune 36 habitations, 624 carreaux de
terre occupies par des fermiers, et estimes ~ 1.866 gourdes par an.
Le tribunal de paix de Bainet relieve de la jurisdiction du tribunal
civil de Jacmel; les ecoles, de la circonscription scolaire de Jacmel;
les fonctionnaires sent pays par I'administration financiere de Jacmel.
Le conseil communal reooit une subvention du budget du minister
de l'Interieur pour pouvoir s'administrer, ses recettes etant insuffisantes.
La poste arrive de Jacmel le mardi par un courier h pied, et report
tout de suite pour la meme destination.
Histoire. Les premiers etablissements de la commune de Bainet
remontent au temps de la Compagnie de Saint-Domingue qui 1'avait
dans son territoire. Son sol est montueux et entrecoup6 par des ravines
profondes.
-En 1791, les affranchis de Bainet etaient si puissants que les blancs
qui l'habitaient n'avaient jamais os6 envoyer de deputies a l'assembl6c
colonial du Cap.
Polvereal fit emprisonner Faubert, commandant de Bainet, pour
avoir d6fendu aux esclaves, devenus libres par l'acte d'emancipation
g6n6rale, en 1793, de sortir des limits de son commandement.
Lors du siege de Jacmel par Toussaint-Louverture, en novembre
1799, la garnison de Bainet sous les ordres de Geoffroi, colon blanc,
assaillie de toutes parts par les insurges de Lafortune, Conflant et Gilles
Bambara, evacua le bourg et rentra a Jacmel. Peu de jours apres,
Bainet fut reoccupe par Borgella, jeune officer de l'armee de Rigaud.
AprBs l'evacuation de Jacmel, le 22 avril 1800, Dessalines, guide par
le commandant Conflant, s'enfonqa dans les gorges des montagnes, re-
solu a s'emparer de Bainet avant d'atteindre le sud. A la tete d'une
nombreuse arme, il traversa la Grande-Colline, et laissa h sa gauche le
post Larivoire qu'occupait l'ennemi. Apres avoir atteint le pied de la
montagne de Grand-Goave, il gravit de nouveau la Grande-Colline, tourna
Larivoire, et campa dans le grand chemin de Bainet.
Dans la nuit du 22 au 23 avril, les Rigaudins evacubrent le camp
Larivoire; ne pouvant se diriger sur Bainet don't les environs 6taient
inondes des masses de Dessalines, ils se replierent sur le Grand-Goave
par la Grande-Colline. Toutes les redoutes qui couvraient le bourg de
Bainet ayant et6 enlevees, Dessalines march sur cette place le 24 avril
A la t6te de 12.000 homes. 11 n'y avait Bainet que 150 homes du
3* regiment du Sud; cette garnison, trop faible pour soutenir un siege,
evacua le bourg apres l'avoir brfile, et culbuta la 10e du Nord, composer
de 2.000 hommes, qui avait tented de lui barrer le passage. Le lende-
main, la 10 prit possession de la place qui n'etait qu'un monceau de
ruines. Les Rigaudins avaient pris la route des Cotes-de-Fer.









Dessalines et Laplume se mirent a leur poursuite avec 4.000 homes;
ils rencontrerent h une lieue de Bainet le bataillon du 3e du Sud,
retranche dans le grand chemin. Les Rigaudins chargerent a la baion-
nette; ils virent l'armee de Toussaint-Louverture prendre la fuite, lais-
sant 200 hommes sur le champ de bataille. Les Rigaudins reprirent
position dans leur retranchement. Dessalines march de nouveau contre
eux avec 8.000 hommes. Devant le nombre, ils retraiterent pour se
rallier i une lieue du champ de hataille. Dessalines entra Bainet pour
laisser ses troupes se refaire un peu. De la, il partit le 28 avril et se
dirigea sur Grand-Goave oiu 6taient 6tablis les postes avances des Rigau-
dins.
En decembre 1802, le colonel Gilbon commandait les insurg6s
des mornes de Bainet contre les Francais.
Voyez : Baie de Bainet, Cap de Bainet.
Bajabonito. Riviere de la Republique dominicaine oui se jettent, dans
le district de Puerto-Plata, les rivieres (a gauche) Perez, 'Oran, la
Quebrada Honda, la Lavas ou Lajas, le Capitan, le Cardovin et (a droite)
l'Obispo. Elle a un course de 62 kil.; on l'appelle aussi Isabelle; elle des-
cend du pied du Chicharron (chaine de Monte-Christ), arrose les parties
occidentales du district de Puerto-Plata, le cote E. de celui de Monte-
Christ, et se jette dans l'ocean Atlantique au port de Colon. La Loma
Vesada se pursuit au deld de l'embouchure du Bajabonito jusqu'h la
Loma Rusia. La presence de l'ambre a etd denoncee dans le Bajabonito
le 21 mars 1888 h 1 mille de l'embouchure de l'Obispo, puis au N.-N.-O.
jusqu'h l'arroyo Seco et de sa confluence avec le Rio Maimon jusqu'd
la c6te. Du premier point a l'O. jusqu' la deuxieme passe du Bajabo-
nito, 5 miles, jusqu'a la cote Nord.
Bajada Grande (la). Montagne d'oiu prend sa source la riviere de
Boca-Cachon, dans la republique d'Haiti. C'est la montagne des Grands-
Bois.
Bajotte. Habitation inoccupee situde dans la section rurale de la
Plaine-Celeste, commune des Grands-Bois.
L'Etat y posside 1 carreau de terre occupy par un fermier.
Balan. Habitation situee dans la commune de Quartier-Morin, sur
laquelle l'Etat possede 5 carreaux de terre occupies par des fermiers.
Balan. Habitation sucriere situde dans la plain di Cul-de-Sac, sur le
bord S.-O. de l'Etang-Saumatre, commune de la Croix-des-Bouquets.
C'est l'endroit le plus convenable pour debarquer les bois d'acajou
transports dans l'Etang par canots de ]a parties de l'Est, et destines '
etre embarques au.Port-au-Prince pour l'Mtranger, parce que c'est le
point le plus rapprochd de la capital. Chaque fois qu'il est question
d'etablir un chemin de fer dans la plaine du Cul-de-Sac, on parle de
Balan comme tete de ligne.
Balance. Morne situe pres de la Soufribre. (Voyez ce mot.)
Balandra. Voyez : Samana.
Baleines (les). Pointe oui commence la baie de Dalmarie, pour aller
reconnaitre le cap Dalmarie, dans l'arrondissement de la Grande Anse.
0


BAJA BALAIJ


73







74 BALE BALT
Les rochers-connus sous le nom de Baleines, pres de l'Anse-d'Hai-
nault, sont i 18 29' 54" de latitude N. et 760 55' 6" de longitude 0. diu
mruridien de Paris.
Balinette. Habitation situee dans la section rurale de Bayes, com-
mune de Mirebalais, sur laquelle l'Etat possede des terres occupies
par des fermiers. Contenance indeterminde. On y produit du coton, du
caf6 et des vivres.
Balisiers (les). Troisieme section rurale de la commune des Abricots,
arrondissement de la Grande Anse.
Balisiers (les). Riviere de la commune des Abricots, qui se jette dans
la riviere des Abricots a 3 kilom. avant son embouchure. Son course est
de 4 kilom. de long.
Baliverne. Cinquime .section rurale de la commune de Dalmarie,
arrondissement de Tiburon.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habita-
tions : Cambon, 10 carreaux de terre, Goueselle 37, et un rest inde-
termine.
Le poste militaire de la Petite-Riviere de Dalmarie est situ6 dans cette
section rurale.
Balix. Habitation situde dans ]a section rurale de l'Abacou n 1, com-
mune de Port-Salut.
L'Etat y possede 4 carreaux de terre occup6s par des fermiers.
Balix 1Macaya. Habitation situee dans la section rurale de l'Abacou
n' 2, commune de Port-Salut.
L'Etat y possede un demi-carreau de terre occupy par un fermier.
Ballard. Habitation situ6e a Trianon, commune de -lirebalais.
Ballemet. Habitation situee dans la commune de Mirebalais.
En d6cembre 1802, le colonel Paul Lafrance qui commandait h Mire-
balais pour les Francais, accompagne de David Troy, noir, ancien offi-
cier de Rigaud, tres attache au parti de la France, dirigea une de ses
colonnes sur l'habitation Ballemet pour enlever les denrees qui y etaient
emmagasinees.
Guillaume Fontaine, que Dessalines avait etabli a la Petite Montagne,
poussa une reconnaissance jusqu'a Ballemet; il dut so retire apres
avoir fait sur les Francais une decharge meurtriBre de mousqueterie.
Ballotte. Habitation inoccupee, situee dans la section rural de la
Marre-a-Savon, commune de Bombardopolis, appartenant l'Etat.
Contenance indeterminee.
Balmetre ou Balometre. Habitation situee dans la section rural de
Bayes, commune de Mirebalais.
Balsamo. Pointe et baie situees pris de la baie de Monte-Christ.
Balthazar. Habitation situ6e dans la section rurale de Laurent, com-
mune des Cayes.
L'Etat y possede 12 carreaux de terre occup6s par des fermiers

*







BALT BAND


Balthazar. Habitation situee dans la section rurale de l'Azile, com-
mune d'Aquin.
L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers. Contenance
indeterminee.
C'est la meme habitation que la prec6dente, don't une parties tombe
dans la section rurale de Laurent, et une autre parties dans celle de
1'Azile, dans les deux communes contigues des Cayes et d'Aquin.
Baiza. Petit course d'eau qui se jette dans la mer a l'E. de Monte-Christ.
Bambou Trinquant. Habitation situee dans la section rurale de Haut-
Cahos, commune de la Petite-Riviere de l'Artibonite.
L'Etat y possede 5 carreaux de terre et un reste, occup6s par des
fermiers.
Bamby. Fort situe en avant de la Grande-Riviere du Nord sur le
sommet d'un morne presque inaccessible. Les Espagnols s'en etaient
empares. Moise, lieutenant de Toussaint-Louverture, attaqua ce fort le
3 janvier 1795 et ordonna aux troupes branches du Dondon d'y monter
a lassaut. Les soldats de ce corps, sans repondre au feu de l'ennemi,
le fusil sur le dos, grimperent le long du morne, a travers la mitraille
et les balles de la fortification qu'ils enleverent a la baionnette.

Bananier Colas, Habitation inoccupee, site dans la section rurale
de Fond-Ramier, commune de Port-de-Paix, appartenant i l'Etat.
Contenance indeterminee.
Banao. Village d'environ 1.000 habitants, construit par Christophe
Colomb en 1494 pour la surveillance des mines d'or decouvertes dans.
ses alentours. Commune relevant de la province de la Vega (R6publique
dominicaine). II est place sur les bords de la riviere de Jayna. Aux alen-
tours, les chaines de montagnes du Cibao sont etroites et basses; les
vallees sont longues et large. Un chemin qui mene a travers la gorge
de montagnes qui joint les vallees de Jayna et de Maimon, passe a
Banao et atteint, dans Ja savane de Laguneta, un point 1leve. Mines
etendues de cuivre.
Banes (les). Voyez : Quartier des Banes.
Bande du Nord (la). Poste militaire de l'arrondissement du Cap-hai-
tien, commune du Cap-haitien, situd dans la section rural du meme
nom. Ecole rural.
L'Etat possede dans cc post militaire des terres occupies par des-
fermiers sur les habitations : Rival, 35 carreaux de terre, Jouissan,
Morne Roc, Petit Quartier, Duclos 4, Grand Coco, Matailler Charbon-
nier 15, Platon Franqois 50, Dupre 2, Bois-Roi 4 1/2, Belle Moise 50,.
Saint-Martin-Grands-Bois 50, Bois-Philippe 500, Petit Lambert 200,
Bertrand 1 1/2, Labory 6.

Bande du Nord (la). Premiere section rurale de la commune du
Cap-haltien. Le poste militaire de la Bande-du-Nord s'y trouve. Le fort
Belair qui a jou5 un si grand rble dans les guerres de l'Independance,.
et en dernier lieu pendant I'insurrection de Salnave en 1865 au Cap-
haitien, se trouve aussi dans le territoire de cette section rurale.


75.









L'Etat y possede des terres occupies par des fermiers sur les habita-
tions : Petit-Jardin, Grand Coco, 1 1/2 carreau de terre, Meranne 5,
Motion 5, Grand M6disant, Gourleau 4 1/2, Dames Religieuses 6,
Anavase 1, Dubuisson, Coco-Bois 6, la Manauve 1, Marchand, M6tailler3,
Orf6vre 12, Rival 5, Petit-Faine 3, et Navarre.
Bandolle. Habitation situde en plaine du Cul-de-Sac, commune de la
Croix-des-Bouquets.
Bani. Ce village de la Republique dominicaine est plac6 au milieu
d'une plaine don't la surface est d'environ 300 kilometres carries, et a
500 metres de la rive gauche de la riviere de Bani, sur la route d'Azua
a Santo-Domingo. Cette situation est l'une des plus agreables pour la
vue et pour la sante; le voisinage de la riviere et l'616vation de cette
plaine en rendent 'air tres sain. Le Mont Tina projette ses rameaux
jusque dans cetle plaine.
Le 6 septembre 1883, un ouragan occasionna de grands degats dans
ce village.
La commune relieve de la province de Santo-Domingo. La riviere de
Bani se jette a la mer au S. du village. Des hattes sont 6tablies dans la
plain qui-mesure 50 kil. de long sur 5 a 15 de large, et don't la popu-
lation est assez considerable. Elle fournit le bel acajou de Nisao, du
gaiac, peu de cafe, du sucre, des cuirs, et du sel que l'on tire des salines
de la baie d'Ocoa. Les Anes de Bani sont reputes parmi les meilleurs.
Le territoire de la commune est tres fertile.
Or, diamant, jaspes de diverse couleurs, porphyre, gres d'un grain
fin, marbre, talc, platre. Il y a des mines de cuivre t Recodo,dans cetto
commune. On y exploit du gypse et de l'albatre.
En 1824, le president Boyer y fit diriger un grand nombre d'6migrants
cultivateurs americains de la race noire.
La loi du 19 avril 1825 portait cette commune & la 6e classes pour les
patentes. Le premier citoyen qui l'ait representee a la Chambre des
communes au Port-au-Prince, apres la reunion de l'Est la republique
d'Haiti, fut Echevarria. A cette ,poque, le colonel Hogu commandait h
Bani.
Les Haitiens y avaient fonda la loge maconnique la Philanthropic
n 10 du Grand Orient d'Haiti.
Bani (el). Petite riviere qui so jette dans la mer des Antilles, a l'E. du
Nizao.
Banic. Petite riviere qui se jette dans la Petite-Riviere de Saint-Marc.
Elle tarit.
Banica. Village dominicain de la province d'Azua, qu'il ne faut pas
confondre avec Bani. II a ete fond6 en 1504 par Diego Velasquez qui
commandait alors la parties sud de File, et qui chassa les Indiens refugids
dans la montagne de Bahoruco. Apres avoir ete le conquerant de l'ile
de Cube, il prepara la conquete du Mexique.
II est assis non loin du confluent du Tosino avec l'Artibonite dans la
parties la plus riche du pays en sources minerales sulfureuses. A cette
6poque, ce bourg etait sans doute bien peuple; depuis, il a dechu
come tous les etablissements des Espagnols dans cette parties rappro-


BAND BANI


76









chee des frontieres haitiennes. II est place sur la rive gauche de l'Arti-
bonite dans une savane qui est tries jolie. 11 n'y a qu'une vingtaine de
maisons couvertes en tache de palmiste. On eleve beaucoup de bestiaux
dans la plaine de Banica, et industries il y a quelques annees, utilisait
les eaux de l'Artibonite pour le transport des bois d'acajou qu'elle retirait
de cette commune et des communes avoisinantes. A 8 kilometres de
Banica, sur la pente d'une colline au milieu d'une fort, se trouvent quatre
sources d'eaux thermales sulfureuses, voisines les unes des autres, qui
ont la propriete de guerir beaucoup de maladies qu'on pourrait croire
incurables si des malades n'avaient dui leur complete guerison a leurs
eaux bienfaisantes. Leurs propriet6s sont a peu pres les memes que
celles des eaux de Capoix Port-a-Piment. Comme ces dernieres, elles
manquent d'un 6tablissement convenable et d'un bon m6decin pour
diriger le traitement des malades qui y vont malgr6 cet inconvenient.
L'dpoque la plus convenable est d'octobre mai, a cause des pluies
considerables des autres mois. La premiere des quatre sources, appel6e
Taureau (anciennement Grand Bain), mugit comme un taureau. L'eau
est chaude : on y peut fire cuire un ODuf. Elle marque 21,3 Celsius.
La deuxieme, du nom de Saint-Joseph (anciennement Petit Bain), faith
entendre un 1Wger murmure : on ne s'en sert presque pas h cause de la
crainte qu'inspire le limon qui la tapisse. Elle marque 16,30 C. La troi-
sieme, dite Cantine (anciennement mime nom), est la plus agreable.
On y prend son bain avec delices dans une maisonnette construite
dessus. Elle measure 13,80 C. La quatrieme, la Santa-Lucia (ancienne-
ment Bain des Rois), est tide et convient aux maladies des yeux. Sa
temperature est de 12,5 C.
Apres avoir pris un bain a ces sources, on eprouve une grande lassi-
tude et le besoin de se reposer: l'appetit vient. Pendant les plus
grandes chaleurs, la temperature de 1'air en cet endroit ne s'eleve pas
au-dessus de 28,80 C.; dans la nuit elle s'abaisse jusqu'a 17,5 C.
L'analyse chimique n'a pas constatd des sels acides ni d'acide sulfu-
rique, ni des sl61nites, ni du fer. Aux parois de la source se precipitent
des fleurs de soufre en grande quantity. L'eau est tres claire, mais elle
a un mauvais gout et une puanteur desagreable qui se repand au loin.
11 y a du sel de Glauber et une petite quantity de petrole. En 1766, on
avait construit autour de ces sources des baraques pour les baigneurs;
ces baraques pouvaient contenir 60 personnel. Ces sources sont tries
frequentees. La force salutaire des eaux se fait sentir dans les longues
fievres intermittentes, les obstructions, le scorbut, les maladies de
l'estomac, la pituite, la goutte, le rhumatisme, les affections des reins,
l'asthme, la paralysie et les affections cutandes. Les eaux purgent lege-
rement.
Pres de la commune de Cerca-la-Source, arrondissement de Valliere,
a Banica, dans la section rurale des Ecrevisses, il y a une grotte ayant
deux ouvertures et plusieurs compartments. II en sort une forte odeur
de soufre et de guano. On l'appelle l'Eglise : on pretend y avoir vu la
sainte Vierge.
A quelques lieues, sur le territoire haitien, se trouve le fort Biassou
qui domine Banica. Au pied du fort coule l'Artibonite.
La vie est h bon march h Banica oiu toutes les provisions sont abon-
dantes.
*


BANI BANI


77








78 IBANI BARA
Dans le territoire de Goaba ((Goave) dans cette commune, on trouve le
porphyre, l'agate, l'albatre, le jaspe de toutes les nuances, le soufre
oen abondance.
Sous le president Boyer, cette commune n'6tait pas admise a 6lire un
.d6pute a la Chambre des representants. Elle faisait parties du departe-
ment du Sud-Est.
Les planes de Banica, de Saint-Jean et de Hinche, appelees aussi
Vall6e de Saint-Thomas ou de Goave (Goaba). ont 800 kilometres carr6s
de surface. Les bestiaux qu'on 616ve dans ces gras paturages forment
aujourd'hui la principal branch d'industrie de ces lieux. Les coupes
de bois d'acajou sont abandonnees ou ipuis6es.
La riviEre qui est propre a la commune prend le nom l'Onc6ano, et
se jette dans 1'Artibonite.
En 1795, le major g6n6ral anglais Forbes y 1leva des fortifica-
tions. La garnison 6tait commander par William Cookburn.
En juillet 1796, Toussaint-Louverture enleva Banica aux Anglais,
qui ne tarderent pas a revenir reoccuper la place.
11 y a a Banica un meridien qui date de 1795.
Banica. Voyez : Onceano.
Banilejo (el). Chaine de montagnes ddpendant du Cibao central (Repu-
blique dominicaine), d'oii prend sa source la riviere Yuna.
Bao (el). Nom de la riviere de Cibao. Chasse de cochons marrons.
PrOs de cette riviere se trouve une montagne tries escarpee sur laquelle
-s6journaient beaucoup de negres marrons qui recueillaient de l'or sur
Je more. II existed une mine d'or tres riche a partir du bord de la
ariviere jusqu'au mur de cloture de l'ancien cloitre des Franciscains.
Voyez : las Posas.
Baos (los). Riviere tributaire de la Maguana (San Juan).
Baptiste. Habitation inoccupee situee dans la section rurale de la
Plaine d'Orange, commune de Bombardopolis, don't un reste indeter-
min6 appartient a l'Etat.
Baptiste. Habitation inoccup6e situ6e dans la section rurale de Fond-
Jean-Noel, commune de Marigot, de la countenance de 300 carreaux de
terre, appartenant h l'Etat.
Baptiste. Voyez : Saint-Jean-Baptiste, Ravine Baptiste.
Baquet. Habitation cafe6ire situee dans la section rurale de l'Etang-
de-Jonc, commune de P6tion-ville.
Barade. Habitation inoccup6e situde dans la section rurale de l'Ilet-
a-Cornes, commune de Limb6, appartenant l'FEtat. Contenance ind"-
terminee.
En 1793, Biassou, jaloux de Toussaint-Louverture, faillit le fire
assassiner par le brigadier Thomas,'commandant du camp de Barade.
Ils combattaient tous les deux dans les rangs des Espagnols.
Barade. Habitation situde a l'entrde du defile celebre de la Ravine h
Couleuvres, prEs des Gonaives. Position formidable par ses fortifications
naturelles.









Le 22 fdvrier 1802, Rochambeau, en merchant de Saint-Michel centre
la Ravine i Couleuvres, s'arreta h Barade, a l'entrde du defile, du c6td de
la montagne. Toussaint-Louverture march a sa rencontre, des Gonaives,
avec 600 hommes sous les ordres de Monpoint et de Magny.
De Cocherel a la Ravine a Couleuvres il y a tiois lieues;le chemin est
beau et plat. II voulait occuper la gorge par laquelle Rochambeau
devait deboucher dans la plaine.
II accelera la march de ses troupes, traversa le ruisseau de la Croix,
et atteignit a la chute du jour I'entr6e de la Ravine. A dix heures du
soir, il pe6ntra dans la gorge.
Le 6 f6vrier 1879, le general Mont Morency Benjamin y prit posi-
tion avec une troupe de rebelles qu'il souleva contre le president Bois-
vond-Canal.

Baraderes (les). Commune de 0 classes de l'arrondissement de Nippes.
Content cinq sections rurales qui sont:
La 1re, de Desobert;
La 2e, de la Grande-Riviere;
La 3e, du Fond-Tortue;
La 4", de Laurent;
La 5Y, de la Riviere-Salee.
Population : 6.000 ames environ. II y a eu, en 1890, 355 naissances,
4dont 40 legitimes et 315 naturelles, 25 d6ces et 14 marriages. Un depute.
La ville des Baraderes, situee sur la rive droite de la riviere dos Bara-
dieres et d'une petite riviere qui prend sa source a Malthon, a 2 kil. dans
l'interieur, entire Petit Trou de Nippes et Pestel, a pris naissance dans
les troubles de la revolution de 1789, pendant lesquels on y avait cons-
truit un fort.
Aux Baraderes, ville
Ceinte de course d'eau,
Ainsi qu'un radeau
Sans cesse immobile,
Et que, pour cela,
Quelqu'un I'appela
La Venise de 1'Ile.
(SOLON MENOS.)
Les lois du 25 avril 1817 et du 17 octobre 1821 la classaient deja
parmi les paroisses. Son accroissement a continue pendant l'insurrec-
tion de Goman, malgre les incursions des insurges. La place est facile
a defendre. On y p6netre par mer en cannot en montant la rivibre.
Une baie magnifique offre un abri aux navires contre les vents du
nord qui rbgnent une grande parties de l'annie sur ccs cotes. Plusieurs
ilots qui s'y trouvent, appeles Porny, miles a Cabrits, Breyard, Laurent,
Lezard, Jeudi, n'empechont pas que le mouillage soit tres suir. La baie
content beaucoup de poissons. Elle s'6tend entire la presqu'ile des
BaradBres et le Petit Trou de Nippes. Les carets y abondent, don't les
ecailles trouvent un grand debit h prix eleven dans le commerce. La
riviere des Baraderes s'y jette. (Voyez : Baie des Baraderes.)
Les Baraderes que le gdn6ral Alib6o Fdry appelle
o. Docan Baradere
Oni on lui servit un repas
Digne d'un tel embarcadere,
produisent en moyenne par an :
0


BARA -- BARA


79









2. 00.000 livres de caf6,
2.000.000 de campfche,
3.000 de coton.
beaucoup de vivres, de fruits, et de poissons sees tres estimes.
C'est la commune la plus productive de l'arrondissement.
La plain comporte 10 kilom. carries.
Debouch6s : Miragoane et Port-au-Prince par mer. Le port n'est pas
ouvert au commerce stranger.
Les Baraderes fournissent encore de beaux bois de construction : on
y a trouv6 de l'heone. II y a des carrieres de gypse, des ocres jaunes
et rouges, et une grotte a stalactites, dite de Mapou.
Le village est expose aux debordements de la Grande-Riviere qui cause
souvent des inondations : elle prend sa source dans les hauteurs de
Plaisance (Cavaillon), et se jette a la mer dans la baie des Baraderes. II
est arrive souvent que l'eau s'6leve dans les rues jusqu'a 8 pieds au-
dessus du sol pendant 48 heures. Les habitants sont obliges alors de se
retire sur le terrain de la Nouvelle Ville, conc6d6 par le gouvernement
du president Boyer parce qu'il est situe sur une hauteur. Un point pour
relier les deux portions de la ville est de toute necessity.
Climat humide et frais.
Le conseil communal ne s'administre qu'avec le concours de l'Etat,
ses recettes etant insuffisantes.
L'eglise date de 1830; elle a ete re6difiee, et est place sous le patro-
nage de saint Pierre, don't la fete est le 29 juin; actuellement elle est
en v6tuste, ainsi que le presbytere. En 1892, lEtat leur consacra
1.000 gourdes h cet effect.
La garnison se compose d'une compagnie de gendarmerie, d'une de
police administrative, d'une d'artillerie de ligne de 1'Anse-a-Yeau, de la
police rurale et de la garde national a pied et a cheval.
La distance legale a la capital est fixee 40 lieues.
La poste arrive de Port-au-Prince le lundi; elle revient au Petit Trou
deux heures apres.
Le tribunal de paix des Baraderes relieve de la jurisdiction du tribunal
civil de l'Anse-a-Veau; les ecoles, de la circonscription scolaire de
l'Anse-a-Veau. Les fonctionnaires sont pays par l'administration finan-
ciere de Miragoane.
L'Etat possede dans ce village 16 emplacements dans la Nouvelle Rue,
4 au Portail du Cimetiere, et 32 dans la banlieue, occupies par des fer-
miers.
La Loge de l'Orient des Baradbres est le Mont Carmel no 32, relevant
du Grand Orient d'Haiti: elle a et6 detruite.
Histoire. Le ge6nral Elie Etienne G6rin, qui fut ministry de la
guerre de l'empereur Dessalines, habitat les Baraderes oui il exerrait la
profession de caboteur. II fut un de ceux qui, avec Jourdain, refuse-
rent, le Ier septembre 1790, de preter le serment de respect aux blancs,
prirent les armes, et s'emparerent de Petit Trou de Nippes.
Pendant la revolution des Cacos, ce bourg fut le theatre d'6vene-
ments sanglants. Siffra, un des chefs piquets les plus f6roces, s'en em-
para, et y commit toutes sorts de depr6dations. Brice l'y inquieta
beaucoup. (Voyez : Vencendron.) Delgrace Jacquet, un autre chef


80


B3ARA BARA









piquet, fat arrete h Nicolo, dans les hauteurs des Baraderes, en avril
1870, quatre mois apres le triomphe de cette revolution, et l'execution
du president Salnave. II a 6te fusille6 Jer6mie en inai.
Le general Dardignac, qui mourut h Jacmel le 3 aout 1889, est ne
aux Baraderes, ainsi que Solon M6nos qui a e6t ministry de Legitime.
-.En 1876, le general Ag6nor D6brosse campa centre le pr6si-
dent Domingue dans le fort des Baraderes; il evacua le fort en presence
des forces envoyves centre lui, et se donna la mort au Grand-Boucan.
Baraderes (les). Riviere sur la rive droite de laquelle est assis le vil-
lage des Baradbres dans la baie duquel elle se jette. Elle d6borde sou-
vent et cause des inondations.
Baraderes (les). Presqu'ile situee dans le ddpartement du Sud, arron-
dissement de Nippes, plus particulierement appel6e le Bec-du-Mareouin,
a cause de la resemblance de la pointe avec le bec d'un marsouin. Elle
a 20 kilomitres de longueur S.-O. et N.-E., sur une larger qui varie
depuis 750 jusqu'h 3.000 metres.
On y trouve de tres beaux bois de construction et de campeche. Les
pecheurs du post militaire de Grand-Boucan, de l'arrondissement de
Nippes, situe dans la presqu'ile, et ceux des rives de la baie des Bara-
deres, y font, au commencement de 1'annee, la grande peche des pois-
sons qu'ils salient et qu'ils dessechent au soleil, et qui servent a la con-
sommation int6rieure come ceux que l'on retire des c6tes de la
Gonave.
La presqu'ile du Bec-du-Marsouin est h 180 33' 40" de latitude N. et
73 55' 27" de longitude 0., pris a la pointe Est. (Voyez : Bdgouin.)
Baraderes (les). Isthme qui reunit la presqu'ile dcs Baraderes a la
Grande Terre, entire la baie des Garqons et le fond des Baraderes; il
spare la baie des Baraderes de celle de Cayemite. On l'appelle aussi
l'isthme du Bec-A-Marsouin ou le D6troit. II n'a qu'une larger de
0.7 kil.
Baraderes (les). Voyez : Petit Trou de Nippos on des Baraderes.
Barahona ou Baraona. Petit village situe au fond de la baie du
meme nom, sur la cOte meridionale de l'ile, dans la llRpublique domini-
caine, l'embouchure de la riviere de Neybe, district de Barahona. Le
6 septembre 1883, un ouragan y fit de grands dommages.
Population : 3.000 Ames.
La baie s'etend de la pointe de Barahona i cell .d'Avarena, a
l'ouest de la baie d'Ocoa, et pres de celle de Neybe. Barahona est le port
de mer de Neybe. La riviere de Neybe pourrait facilement tre rendue
navigable A une grande distance. Le port de Barahona avait fix6 l'atten-
tion de Toussaint-Lou\erture qui y faisait commencer on 1802 l'6ta-
blissement d'un bourg par des troupes du Sud, lorsque l'expedition
francaise part. On y embarquait beaucoup de bois d'acajou provenant
des montagnes de Bahoruco. Ces coupes de bois no paraissent pas etre
6puisees.
Sel gemme, talc, platre. Bestiaux. Cire, miel.
Aujourd'hui Barahona est un district maritime de la Republique
dominicaine, contenant 9.000 Ames. II a 4 communes qui sont : Bara-
6


3ARA BAR3LA1


81








82 BARA -- BARB
hona (chef-lieu), las Damas, lHenriquillo et Neybe. Le village de Bar-
bacoa s'y trouve. Siege d'un tribunal civil. Le port est tries frequent.
Les miles de la B6ate et d'Alta-Vela dependent de ce district.
En 1882, la douane de Barahona a accuse h l'exportation
1 0/0 Mole. ..................... 10 76
10 0/0 rechargement........... .... 21 52
Les quantit6s de products sont:
Acajou, billes.......................... 97.060
Espinille, pieds... ....... ... ...... .. .... 2.000
Galac, tonneaux ............... ............ 448
Acajou fourches, pieds............. .... .. 8.000
Fruits, tonneaux. ............ ...... ...... 80
M iel, gallons................ ........... 7.000
Valeur des exportations : 10.345 70.
Pendant la meme annde 1882, les importations se sont resumees
come suit
Nombre des navires, 8.
Droits de vigie................. ............... 8 ,
Pratique...................... 22 10
Medecin ..... ..... ................ .. ..... 4
Ancrage.. ....... ... ........... 22 10
Entre........................ ................. 22 10
Interprete................... .... ... ......... 8 ))
Tonnage, .......... ......... ...... 368 08
MOle ............. ............ .... 43 11
Permis de cote.. ....... .... ......... 195 03
2 0/0 rechargement ............. ........ 105 11
2 0/0 s/ vapeur.......... ..... 44 79
6 0/0 additionnels.. ................. 310 84
Barahona. Petite rivibre qui se jette dans la mer des Antilles entire les.
embouchures du Yaque du Sud et du Nayauco.
Barahona. Yoyez : Baie de Barahona.
Barateau. Habitation situde dans la section rurale de Pelit-Borgne,
commune de Port-Margot.
L'Etat y possede 15 carreaux de terre occupds par des fermiers.
Barateau. Habitation situde dans la section rurale de l'Abeille, com-
mune de Torbeck.
Barba. Yoyez : Santa-Barba.
Barbacoa. Petit hameau situC au board de l'Etang-Sale, dans la Repu-
blique dominicaine, district de Barahona.
Barbacoa. Montagne d6pendant du Cibao central. Hauteur : 1.615-
metres.
Barbalaco (el). Riviere tributaire a gauche de la Maguana (San
Juan).
Barbancourt. Habitation situee dans la commune de l'Arcahaie.
*




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs