• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Preface
 1. Religion au point de vue de...
 2. Clef esoterique du Judaisme...
 3. Origine primitive de la tradition...
 4. Lois de Nago ou Cosmogenese
 5. Astrologie ou Signe du...
 6. Dualite universelle et opposition...
 7. Temple Voudo : son symboloisme...
 8. L'Arche du temple voudo
 9. Resume historique de la tradition...
 10. Du Royaume de Juida
 11. Conclusion
 Back Cover








Les daïmons du culte voudo
CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077416/00001
 Material Information
Title: Les daïmons du culte voudo
Physical Description: xi,523 p. : ; 22cm.
Language: French
Creator: Holly, Arthur C
Publisher: Imp. Edm. Chenet
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1918
 Subjects
Subjects / Keywords: Voodooism   ( lcsh )
Black race -- Religion   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par l'ésotériste haïtien, Her-Ra-Ma-ëL pseud. (II Rois VIII-19).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 1474628
System ID: UF00077416:00001

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
        Front Cover 3
        Front Cover 4
    Preface
        Page I
        Page II
        Page III
        Page IV
        Page V
        Page VI
        Page VII
        Page VIII
        Page IX
        Page X
        Page XI
        Page XII
    1. Religion au point de vue de l'esoteriste
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    2. Clef esoterique du Judaisme Africain
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    3. Origine primitive de la tradition africaine : Daisme et Azraelisme
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    4. Lois de Nago ou Cosmogenese
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
    5. Astrologie ou Signe du temps
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
    6. Dualite universelle et opposition raciale
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
    7. Temple Voudo : son symboloisme et rituel
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
    8. L'Arche du temple voudo
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
    9. Resume historique de la tradition africaine
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
    10. Du Royaume de Juida
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
    11. Conclusion
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
    Back Cover
        Page 536
Full Text

































A".


_


__




IF__- a -


I


UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


__
--


_ r __ II













NOTE-PR FACE

"----------$--------

L'Essor du 26 Novembre 1917
a publish l'extrait suivant du
c Bulletin de Notre Dame du
Perp6tuel Secours v 6dit6 au
Cap-Haitien ;
i'... De sorte que les petites
resources des pauvres gens
sont, divorces par e
^ /" DEMON VOUDO ".

Sans vanterie, ni fausse honte, ni. pusillanimity, je
declare queje suis isoteriste-- c'esta-dire un initie aux
sciences don't les racines plongent dans I'antiquit6 itio-
pio-egyptienne, lesquelles sciences permettent de re-
connaitre dans les Bcritures sacerdotales les principles cos-
mogoniques, de degager d'un symbol, d'un signe, d'une
lettre donn6s la valeur de l'id6e, son sens mentaphysique
ou sce'; caractere strictement scientifiqit@
En cette quality et en quality d'Haltien, 'ai pour devoir
de ne pas laisser s'egarer plus longtemps l'opinion sur une
question qui interesse au plus haut pint notre Collec-
tivit6,-- eu. gard a ses origins ethniques et aux lojs
/ ineluctables de l'her6dite atavique.
SNous sommes des Africano-latins. Mais notre civilisa-
tion latine est toute en surface ; le vieux fonds africain-'
s'6tend, se prolonge en nous et nous subjug a4 un tit f;
point qu en bien des circonstances, nous nous sentons
mus par des forces myst&rieuses,- demm6e, que notre
sensibility et notre volonte subissent d'&tranges 6mois
S lorsque, dans la nuit silencieuse s'elargissent les rythmes
inegaux, tant6t mnlancoliques, tant6t passionn6es, tou-
jours plein d'effets'magiques des danses sacr6es u VouDo.
Par une sorte de dilettantisme, les Haitiens possedent
1'art ~~,!nt de se tromper eux-m6mes.








Tel qui se montre a la galerie en des attitudes jfsuiti.
ques et ne manque de vocif6rer contre les pratiques su-
perstitieuses, croit a 'efficacite des fetiches, se livre
m6me a la plus grossinre, a la plus dangereuse des su-
perstitions.
A force de contrefaire ses id6es et ses sentiments, de
feindre de s'adapter avec aisance a une esthetique d'em-
prunt, 1 Haitien en est arrive a perdre sa personnalitr en
tant que type social. Inconsciemment, il mele sa voix a
]'erreur doctrinale drigee centre les traditions de sa race ;
il s'hulnilie et se discredite lui-mmine en se portant td-
moins charge dans cette grave accusation formulee par
le blanc contre l'esprit moral et la manifestation des
idees mystiques de ses ancetres nigres don't le groupe-
ment constitua jadis un jalon lumineux et le centre le
plus vivant et le plus fecond de l'humanite religieuse.
Aujourd'hui, un monde nouveau, apres le grand cata-
clysme, est en voie de construction. G'est le moment,
plus que jamais, de s'efforcer de laver le culte ancestral
de la souillure don't on s'est pin a le couvrir. En cela,
il y va beaucoup de lhoniieur de la race africaine en g6-
n6ral -t grandevnt de la dignity de notre post&t.ie, a
nous Haitiens.
II ne se peut pas, en effet, que cette posterite,- in-
suffisamment informee sur la part contributive -- dans
l'ordre du progress redevable' a 'intelligence negre, sur
le role brilliant et utile qu'elle a jou' dans le develop-
pement de la civilisation ait a rougir en quoi que ce
soit de 1 Africanisme.
Son salut ne sera re'llement assure qu'a partir du
jour oil, se degageant de tout vain scrupule et Lcartant
tout respect human, elle se resignera a perpetuer le culte
purified du VOUDO. et laissera monte vers EiACHBAI et
le puissant DAMBiu ALA! I 'hvmne e l, priere sortie du
fond de son cceur.
.C'est en vain que des proc d~; lt-ocrites on violent
ont ete mis en ceuvre V pour enveioppera de tCnbr:es les
phases brillantes de 1'evolution mental ud Ntgre. II est




-lII --

hors de-conteste que I'antique civilisation Ethiopio-egyp.
to-assyrienne doit etre inscrite a son compete.
( Essaie XIX-19).

Des milliers d'annees avant I'avenement du Christ, des
theologiens, des philosophies negres, groups ensemble,
,avaient 'rige des especes d'academies yoar etudier les
problems du monde physiqueet de la destinee humaine.
Toute la legislation theocratique de loise, c'est-a-dire
le code social et religieux inscrit dans la Bible, porte
l'empreinte des formules sacrees de la foi negre a laquel-
le le mari de Sephora I'Ethiopienne a e6t initie durant
son sejour tant en Ethiopie qu'en Egypte par son beau-
pere Pethro, Negre authentique s'il en fut jamais.
Puisqu'il ne saurait etre question de discuter les rap-
ports du Judaisme avec le Christianisme, qui done sera
assez audacieux pour nier la filiation qui existe forceme-nt
entire la doctrine du Messie et les traditions africaines ?
Et j'ajouterai mnme que les sacrileges amputations et
epurations operees sur le texte biblique, les nombreuses
Versions -qu'on a publiees, tout cela a ete uniquement
fait en vue d'effacer l'empreinte originelle jugce com-


promettante
pager et de ra


pour les dogmes qu'il conv
ivir a la Race Noire la place


'enait de pro-
qu'elle doit


occuper dans le developpement de la pens&e humaine.
J'ai ecrit ces pages sur lesquelles j'appelle les medita-
tions des gencratons actuelles et a venir sans me preoc-
.cupper de la responsabilite que j'encours de battre en
breche certaines idees et des croyances inveterees, es-


timant que, de ces meditations, peut resulter
plus de foi en nous-iimmes et en nos destinies
rompues mais qu'il n'est pas impossible de
pi nous savons nous y prendre.


La formation de l'idee religieuse
ces sur la constitution du monde
la mort, etc,


uno peu
inter-
renouer


implique des croyan-
, sur Iame, sur la


Les patietites observations de l'espace celeste et des astres
qui le peuplent ont donne naissance a cet animisme
suivant lequel des etres surnaturels, occultes dirigent les






-IV-


movements de ces astres, De la, I'intuition -primitive
qui conduira aux contemplations generatrices des 16gen-
des et des mythes. De lA aussi la genese des sciences
d'observation en t6te desquelles il faut placer l'astrono-
mie. Tout le systime hieroglyphique de l'Egypte est
base sur le rapport symbolique qui existe entire les di-
vers etres et les forces cosmiques, entire les etres et les
lois de la creation.
Les croyances sur l'Ame, sur la inort ont engendre na-
turellement le culte des tr6passes, entrainant A sa suite
la divinisation des ames humaines.
Ces ames divinisees ( ou canoniskes ) par la mort,c'est
ce que les Grecs appelaient Dai'mon ou Heros et que les
Latins designaient sous les noms de Lare, Mdnes,
Genies.
Toutes ces manifestatations du sentiment religieux ne
vont pas sans un ensemble de rites, de ceremonies cul-
tuelles, sans des symbols appropries et sans le deploie-
S ment d'un apparel propre a chapter I'imagination et ne-
cessaire au recrutement du plus grand nombre possible
de neophytes.
Pourquoi done refuser d'appliquer au Voudo ce prin-
cipe 6sot6rique d'apres lequel le visible est 1'analogie de
l'invisible, et que toute chose dans le monde physique
a son semblable dans le monde des idees ?.
On se rappelle avec quel entrain heroique l'Occupation
donna l'assaut aux placides sanctuaires des temples afri-
cains ( houmfors ,- avec quelle energie elle en opera le
sac.
Le butin sous les aspects inoffensifs d'objets sacr6s et
accessoires du rite. (tambour, canatis-in, collections de
pierre a tonnerre, ect.) ont 6te emballes avec mille autre
brinborions A destination des Etats-Unis d'Amerique,
afin de servir de pretives et d'illustration A l'etat d'in/-f
rioriti mental ofu vit le people d'Haiti et justifier par
ainsi l'application des measures les plus invraisemblables.
Elle n'a vu dans ces objets mat6riels que le caractere
ext6rieur, les qualities physiques. A ce compete, elle au-
rait pu agir de m6me vis-a-vis des eglises catholiques




-- V -s--


en invoquant comme pretexte que le sacerdoce romaine
implique l'adoration des images de pierres et de bois.
La-bas, en effet, toutes ces curiosities ont ete exposees
dans divers musees sous l'6tiquette vague et tendancieu-
se a dessein de ( barbarie on Superstitions africaines ),-
comme si de pareilles babioles qui, au moment oui j'e-
cris,se rencontrent dans les centres tres polices, pouvaient
etre consider&es comme des signes de barbarie ou des in-
dices de regression !
Une fois qu'on s'est engage dans la voie de l'injustice
et de l'iniquite, du mensonge et de l'ignominie, il n'est
guere facile de battre en retraite ni d'avouer qu'on s'est
fourvoy : il faut marcher d'erreur en erreur jusqu'a
la chute finale.
Donc, sur la fois de ces documents tout- A fait vaporeux,
voici qu'un professeur de t'Universite de Chicago, Mon-
sieur TOM PEETE CROSS, part fougueusement en guer-
re contre nous. Comme un epileptique en proie A une
cruise de delerium tremens, il s'est misea vomir routes sor-
tes d'injures sur les Haitiens sans se rendre compete que
ses efforts d'eructations ne salissent que lui.
Cet article enfielle pour ne pas employer une ex-
pression plus naturaliste a &t6 public' dans le Chi-
caco Herald du 26 Novembre 1916


Chose .trange I malgre le rappel a l'ordre et a un peu
plus de tenue de quelques-uns de ses confreres juste-
ment etonnes de cette charge echevelee dans le vide,
'ecrit grotesque et nauseabond de ce professeur a eu
quelque 6cho grace a sonallure tapageuse et m6chante,
son apparition ayant a peu pres coincide avec l'adop-
tion des measures de violence combien fatales a la Re-
publique et d'oi elle devait sortir humili6e et amoin-
drie.
Contre 1'entite religieuse'realisee de longue date par
la Collectivite nigre, contre sa libre floraison d'ou nai-
traient pour elle les plus grandes possibilities de gravir,
avec toutes les suretes necessaires, les degr6s sup6rieurs
de l'6chelle du progress s'est dressee une coalition po-
litico-sociale don't les tendances et l'activite sont visible-
ment inspirees et dirigces par le sacerdoce blanc.






Le mime esprit.de duperie et d'6goisme, le m nme
r6ve d'h6g6monie manifesto avec tant d'aprete en d'au-
tres domaines, se sont, a cette occasion, donn6s libre
course. Sous F'empire de ces indignes preoccupations, la
Bible a et6 miise A I'envers. Non content d'interpoler
affreusement le texte, d'en donner des versions inexactes,
I'glise coop6rera A la disparition d'une masse incalcu-
lable de livres hebraiques, afin d'aneantir les documents
quj pourraient aller a I'encontre des fins qu'elle vise.
De l'origine 6thiopo-egyptienne du judaisme, le mot
d'ordre fut d'effacer les traces par tous-les moyens possi-
bles. L'esprit obtus de la plupart des aristocrates de la
peau, malgre l'evidence des faits, semble se refuser, de
nosljours mmtes, A admettre que le cerveau'du Negre
puisse embrasser certain ordres de speculations.
Sbus le regime ou nous vivons, on feint d'ignorer les
superiorites intellectuelles et morales sur lesquelles on
passerait volontiers le rabot egalisateur a moins qu'on
ne les soumette A quelque autre procCde plus radical de
refoulement ou d elimination.
Lorsque, par les revelations qui vont suivre, j'aurai
rappele que la Bible, quant au fond, nous appartient, et
que le sacerdoce qu'elle a institute a etC, de propos de.
libere, corrompu par les hommes de la race blanche ;
lorsque j'aurai administre les preuves de l'origine afri-
caine de la science spirit de nos jours en plein progress
et fixed ses rapports avec les verites de la plupart des dog-
mes cathpliques telles que la resurrection du Messie, ses
apparitions a ses disciples, ses guerisons miraculeuses etc;
lorsque dans le domaine scientifique, dans celui des arts
et des m~tierskj'aurai fait toucher du doigt l'importance
et l'originalite des conceptions vqrsees au tresor common
des connaissances humaines par I'antiquite negre, les
repr6sentants actuels de la race seront-ils amen6s enfin
a fire leur examen de conscience et, mus par un sen-
timent de legitime fierte, eclaires par les faits de 1 histoi-
re, prendront-ils la ferme resolution de se reformer en
haussant leur vie A la hauteur de ce pkstigieux passe ?9.
Voici que les prejuges cyniques, I'orgueilleuse ambi-
tion et le parti-pris affiche par quilques irr6ductibles




--vii-

adbtracteurs m'obligent a descendre dans les bas-fonds oh
croit l'espkce auquelappartient le professear Tom Peete
Cfoss. C'est vraiment a contre-coeur que je l'ai suivi
sur Ce terrain.
Le sort l'a voulu, come nous l'a reproche l'ex-
C6sar de la Germanie,- que nous fussions, nous autres,
Nbgre de la RWpublique d'Haiti, a 16gerement teint6s de
la civilisation franCaise. >
Cela revient A dire que les Haitiens, d'une maniere
general, aiment les choses belles et agreables, admirent
le savoir et ceux en qui reside ce savoir. Nonirbreux sont
les Haitiens don't I'esprit ne s'est ouvett et d velopp6
que grace au contact soit direct, soit 'indirect du blanc.
Ceux-la qui out eu la bonne fortune d'avoir vecu a l'e-
tranger ont vu et retenu pas mal de choses.
Chez les blancs, au sein de la masse populaire, da.ns
les classes instruites aussi bien que dans le monde des
savants, il existe des cerveaux 6troits et arrierks come
abondent des esprits large, genereux, puissamment com-
prehensifs.
Chaque jour, chaque heure, nous tirons un immense
profit moral, intellectual de ces derniers, du fait qu'une
organisation cerebrale sup6rieure les predispose A la sym-
pathie et que ce-tte sympathie suscite de leur part des
sentiments nobles et altruistes.
J'autre part, ii n'existe pas un seul Haitien qui n'en-
tretienne avec des blancs des rapports cordiaux, des re-
lations courtoises.
Nos. habitudes d'esprit et notre education ont 6te plus
fortes que la vieille formule dessalinienne. Si je relegue
done l'arriere-plan les considerations mesquines et
grotesques qui se rattacheit ia la question de couleur. ii
ne pourra paraitrtre range que je m'eleve energiquement
centre tous systems, contre routes visees qui ne ten-
draient a rien moins qu'" l'irremissible subalternisation
de l'entite racial don't je porte le stigmate.
ArriBre.donc tous ceux qui, sous le masque d'une
fausse science ou sous le manteau d'une inintkgrale.reli-
gion,ou sous couleur d'un flacieux humanitarisme, cult
tivent des doctrines propres a engendrer, avec la passion





V-VIIl-l


de la domination, la haine au lieu de l'aniour, a entre-
nir et fortifier l'erreur au lieu de la pure et simple v-:
rite.
Qu'en plein XXe siecle un professeur de l'Universit
de Chicago envisage avec des idees basses aussi r'tr cies
les rapports entire blancs et noirs, que le d6reglement
des consciences, la frenisie du meurtre et de l'assassinat
agitent hideusement les muscles et les nerfs des adora-
teurs du system de Lynch, ce sont la des phenomenes
manifestes de regression sur lesquels la parties saine de
l'humanite ne peut h6las que gemir en attendant l'heure
de la revanche.
Je souhaite toutefois qu'au-dessus de la m6lee social
,actuelle, nouvelle caracteristique de la barbarie blanche,
le type human de notre hemisphere achieve son deve-
loppement dans le sens de la measure, guide par l'6toile
de la fraternity et de la philanthropie; c'est-A-dire sur le
module ideal des Ombres augustes que rappellent les
noms a jamais illustres des Lincoln, des John Brown,des
Beecher Stowe, des Sumner, des Wendell Philips.
Pour la Patrie, pour les Aieux, pour la Race, develop-
pons le genie que le'Createur a place en nous ; replions-
nous sur nous-memes ; dechirons le voile qui obscurcit
notre horizon ; sanctifions nous dans la communion de
nos Invisibles ; purifions les symbols et les formules de
notre antique tradition religieuse et faisons-en un corps
de doctrines, la boussole enfin qui reglera la march
vers un avenir plus assure des generations qui nous suc-
c6deront.
Si le VOUDO apparait de prime abord, comme etant
peu en harmonies avec les dogmes constitutes par toute
autre religion c'est par ce que son culte, pratique os-
tensiblement par des gens encore trop pres de la nature,
attend de l'esprit et des mains d'autres son esthetique.
Mais qu'bn se le dise et que bien on le retienne.
Si le Christianisme n'est apres tout, qu'un n6o-juda-
isme, le VouDo d'ou" sont issues l'une et 1'autre forme
religieuse peut-il rien perdre de sa pehmlinente dignity: ?




-iX-

Ce livre n'a point t6 conqu-comme on pourra le croi-
re, dans un espriLde dispute ou de controverse,-encore
moins ave l'intention de ruiner l'orthodoxie de F'Egli-
se. Son but principal et m6me unique, je le repete, c'a
"* 6t de marquer le point de depart .des croyances mora-
rales et religieuses de 1'Humanite noire et leur parfait ac-
cord avec les idees sociales propag6es et mises en oeuvre
par le Christ.
Je vois se cabrer les uns et sourire les autres.
Quelle aberration clameront les d6vots et les Tartuf-
fes. Quelle audacieuse impi6t& que de m ler Ja divine
personnel du Christ & une superstition aussi grossiare
qu'immonde !
Bive a ses pieds comme le boulet du format, I'Africain
traine apres lui la criminelle et implacable accusation
d'offrir des sacrifices au DEMON. "
Pour le guerir de ces goUts bizarre comme pour ex-
tirper en nous la manie de nous entre-fusiller, on prend
possession des territoires ; on soumet les individus a une
forme legerement modifiee de lesclavage. Et les jour-
naux stipendies des grands centres de chanter en chaeur
les bienfaits de la civilization chassant les ten6bres de
la ba'barie! i .
Le nbgre a qui le blanc fait accroire qu'il lui apporte
l'ionneur et le bonheur se preoccupe-t-il de ce que de
lui on peut penser la-bas dans les papers qui parent ?
Telle est la gen6se de la plupart des legendes don't le
N6gre est le heros ridicule ou sauvage selon la fantaisie
de l'6crivain.
L'africain, c'est-g-dire le Voudoique offre des sacrifi-
ces aux DMONS dit-on.. ..
Qu'est-ce que le sacrifice ? Qu'est-ce le demon ?
Deux questions qu'il ne me pplairait pas de vous en-
tretenir ici bien que je les eusse 6tudiees avec detail au
course de cet ouvrage.
11 convent cependant de remarquer que, selon les ages,
selon le temperament des peuples, selon les conceptions
religieuses admises,selon le degr6 de civilisation, les for-
mes et les moyens a l'aidde dequels l'homme manifesto





-- N-


sa veneration envers la Divinit6 qu'il ainde. ou qu'il re
doute varient a lFifini. Ils vont, da sacrifice humain
pratique par le paglnisme, et par evoluion a.sez rapid,
A celui du belier, du taureau, du cabrit oU du coq blanc.
Non I Non! Le culte voudoique ne recile aucune prati-
que honteuse ou diabolique.
Pour honorer les morts et se les rendre propices, pour
obtenir la remnission. deo leurs pech-s, le manager Maraga
ou le servzwct-io, l e ,repsdes ,dines ou celui des prisonniers
suffisent:
Je m'empresse d'ajouter,- ce qui ne saurait echapper,
a personnel, -- qu'o cote-dc .toute rCeligion dominant se
dressent des groupenents dissidenLts, des.sectes qui, par
une perversion dtu sens reiigieuNx, croient qu'il est possi-
ble, tout en honorant la Divinirt, de se concilier les favecrs
des esprits inferienrs et malfaisants, deSatan, en un mot.
Pour n'en dire davantae,. des t'res, des pratiques non-
seulelnent iiniorales, miais encore abomtinables peuvent
souiller la religion repute !a plus pure.
E definitive ji'ai de fortes raiso1 pour affirm!er que le
Neagre teinii au vra. cilte Voudo, colnfornmment aux pu-
res traditions, n'entretient aucune relation avec Satan.
Les demons auxquels on lui reproche de sacrifier ne
sont point les esprits tnbebreux, partant malfaisants. Ce
sont plut6t les Dalmons selon la conception des Grecs,
c'est-a-dire des ((espF~rs lboelilx)>. La sorcellerie, la base
magie sont incomnpatibles avec les grands principles pre-
conises par la morale voudoYque.
En veaut-on une preuve saisissante tiree de notre histoi-
re mime ?
Toussaint-Louverture et Dessalines qui certainement
etaient des pratiquants n'ont jamais manque de fire une
guerre acharnee Li certaines sectes sur la morale desquelles
ils savaient pertinemment A quoi s'en tenir.
C'est apparemment 'a 'une de ces sectes rmaudites
qu'apparrenaient les tantes (( JEANNE ) et consorts qui,
accuses de sorcelierie, furent jug3s confornmmnent a la
loi, coiidamnnes et exseuts, .- homnmes et femmes,- it
y a de cela SS ans ( 13 Fvrier Ic0 ,6)





X1 -


Je prie le lecteur d'excuser cette Mdgression puisqu'au
flit, il ne s'agit pas de defendre le VOUDo centre i'all&-
gation des pratiques diaboliques qui lui sont imputees.
Puissent mes faibles efforts contribuer a degager des


scores qui


souillent, la pure essence des


croyances


voudoiques !
7 1


II n en raucra pas civantage, a mon avis, pour que
s'evanouissent le-s ca!omnies insenstes et 'injuste me-
pris des pharisiens. Luira ce jour, j'en ai !e ferme es-
poir,- jour de ia Resurrection come ont lui les jours
de la liberty. les jours de 1'fnddpendance.
Et alors, des profonidurs de nos values, dtes corges de
nos montagnes, des forkts don't les arbres seculaires ont
abrite les reunions sacrees de nos Ancetreis, aux temps
piques, montreront dans I'air, m61es a des effluves mys-
terieuses, les chants d'alligresse des legions d'Invisibles
qui veillent sur nous -. come naguere ils inspirerent


et protegerent efficacement les Fondateurs invincibles de
notre Independance, heureux de nous voir retablir la


chaine d'union et de fraternite entire


noirs et mulatres,


dans un ina!terable sentiment de piete, d'amour envers
la Divinity. envers les Ancetres et envers la Patrie im-
mortelle et revivifiee.


Decembre 1917
Port-au-Prince ( Haiti )


A, C. H.
Esole'risle haitien.












SCHAPITRE PREMIER ,

LA RELIGION AU POINT DE VUE DE
L'ESOTERISTE.
( PRUNCIPES ET SYMBOLISM )

<( Malheur "a vous, docteur de la
Loi parce que, ayant pris la
C CLEF DE LA CONNAISSAN-
cE )), vous n'y etes point en-
tre vous-memes, et vous avez
encore empeche d'y enter ceux
qui voulaient ie faire.
( LUC XI-52 ).
( Le Christ, )

EXPOSE PRELIMINAIRE

Beaucoup de personnel et surtout les moins
renseign es, ce sont avisees d'exprimer leurs
idWes. leurs opinions an sujet du culte tradition-
nel de l'hommre noir. Mais aucun de ces kerivains
n'a envisage la question sous son veritable as-
pect, parce qu aucnn d'eux n'6tait muni des
connaissances et qufalites necessaires pouvant leur
permettre d interpreter le symbolisme de la RELI-
GION UNIVERSELLE.
En effet, j'estime, pour ma part, que l'Initie-so-
t6riste seul est a~ m6me de reconnaltre les

, PRINCIPES--FORCES
qui forment la base immuable de la religion.
Par c Priticipes-Forces p, on doit entendre les








LOIS UNIVERSELLES
lmanifestles dans la Cr6ation. lPar Initie-esole-
risle >, nous e,;tendons celui qui possede la <( clef
des connaissances secrtles ) don't pale le Christ et
qui, par l'interpretation exacle des signs, des gestes
des symbols et des ll !s conventionnels qui sont
commune la notation des pri'nlcipes-forces, arrive
a en degagcr la VKlITE VOILEE. ( Luc viil-10-Jean
xvi-24-30).
Et n'est <, VE aTIp, au point de vue Osoterique,
que les idees ayant pour points de depart une ana-
logi maee mai on un principe susceptible d'6tre
verified math 'matiquement ou logiquemeit dans 'or-
Sde des phcnomenes natlurls : i il est vrai physi-
quement, veritable moralement et sans mensonge,
logiquement. v
En d'autres terms, la foi esoterique s'eleve sur
L EVIDENCE OU SUt' les (EUVRES ACCOMPLICES. -
< Si vous ne croyez pas en moi, evidencec) cro-
yez du moins a mes euwures afin que vous con-
naissiez et que vous croyiez que le PNre principle )
est en moi et que je suis en lui ). ( In. x-37 )
Sous le rapport des interpretations 6soteriques,
la plupart des chr6tiens modernes il faut la-
vouor avec regret sont souvent fort ignorants.
Et c'est grace a cotte ignorance qu'ils deviennent
fanatiques, sectaires et intolerants ( Luc ix-49-50 ).
Etant admis qu'il n'y a qu'un Dieu, qu'une crea-
tion, c'est-a-dire qu'une humanity, ii ne pent etre
deduit de ce postulatum au tre chose que l'munite en
ce qui touche la re6velation et la croyance reli-
gieuse ( Malch n-10 ). Ie caractere primordial,
essential de la Religion, c'est d'etre universal. Elle
a ete de tous les temps et de tous les lieix pace
que l'homme est une synthese physique et morale,
le seul Temple vrai et vivant de Dieu : (( Je mettrai
mes lois dans leurs (sprits et je les 6crirai dans
leurs coeurs, et je scrai leur Dieu, et ils seront mon
people et auciun deux nenseignera plus son pro-
chain, ni son frbre ; car lous me connaltiront depuis





i--


Ie plus petit jus I i 'aui p~Ius rand d'entre eux. ( Heb: vuI-10-i1 )
Le calle n'est pas la religion, pas plus que le cle-
ricalisme nene sauail l re con1fondu avec l'esprit re-
ligieux Le culie est que Ilenveloppe exterieure de
la relgicn : c'est, en some, la deification des
attributes du Createur sous u.e forme symboliqne
( In. iv-20 )
Or, ces attribuls du Cr6ateur sont manifestos
dans la nature. L Le visible est I'expression ana-
logique de invisible ) ( In. xiv-6-11 ).
Tout culte, toi .e initiation don't l'explication on
le seas infimne, esotlerique, ne repose pas sur ce
pr'incipe fundamental est sujet a caution : il est
Sheirodoxe
Telie est du moins la conception qu'en font les
esotlristes qui, par leur doctrine, se rallachent
aux Nazar'ens et aux Ess6niens primitifs
Los N zare(&ns sont des inities qui, dans un age
tres recule, de6inrent ia clef secrete des temples
ethiopio-egyptiens.
Les reiarsentat de la tradition du Voudo per-
ptaIent le c:ulte syim)oique de ces austeres inities,
en premier lieu, dans le mystere dit c POISSON-
NA. )
En pD~etrant dan; on temple africain, -es re-
gwrds se portent tout de suite sur le dessin de ce
G GRos-PoissoN )> symiiblique des Nazareens sur-
nommes (( marins-pecheurs n .
Le mystere traditionnel des Nazareens se rap-
porte au tcu te du Soleil dans la maison zodiacale
des ( Poissons C'est par ainsi que poisson et so-
leil sont devenus des lermes synonymes en esote-
rimeC. Eni hebre hibratiqe, symbolique, le signe
Da qui designe le Soleil personnifie oar le roi
David, dssigrne en memme lemps le poison Dah). )e
meme, le sigie N qui forme un mot hebraique qui
designe tout ce qui brille et eclaire, le /f, leflam-
beau, la lampe, designe le soleil ; il designe aussi
tout ce qui foisonie, qui pullule I'espcce poisson.







Ce gros poisson-NA, PSt la baleine dn J o-Na
.Le culte solaire des Nazareens devin d ins ta
suite, le culte du ( Serpent Da >, culte qu'on a re-
trouv6 chez les Da-zi ous de I'Inde, ennemis des
Aryas blancs, les envahisseurs.
Le symbol du Serpent-Da, Serpent sur laperche,
se voit encore au temple voudo.
II est designed aussi par le vocable < AY-Zn-Tarn-
can ). Le.culte solaire, sous l'embleine du Serpent-
Noir, se modilia et devint le culte du
Lion-Couch -Baisse
L- C-1B
du judalsme. ( Gen. XLIX- 9 ),
La divinity africainii Le-C Ba est represented par
le ( Grand-feu des bois ) qui est symbolique du
Soleil.
Dans le mot c< Jn-Da y on retrouve'le radical Da
qui design ia la fois le Soleil, le poison des Na-
zar'ens et Da-vid roi de Juda.
Revenons un peu a ces Nazareens.
Quelle 6tait leur doctrine ? A quelle race appar-
tenaient-ils ?
Que nous serious heureux si nous pouvions re-
tracer avecexactitude toute l'histoire de ces inities.
Car 'histoire, tant profane que religieuse, semble
avoir pris routes les precautions pour ne pas par-
ler de ces homes d'une facon tries praCise,.
On sait cependant qu'ils form'rent une society qui
itait la d6positaire d'une science secrete et gar-
dienne d'une tradition religieuse.
Ce qui entoure comine d'un brouillard I'hisfoire
des Nazareens, c'est d'abord le fait que (( NAZA-
REEENS ) n'est pas le terme qui servait 'a designer
cette sociWti.
Graice it la prevoyance de nos ancutres et i la
fidelity de la race africaine a conserve ses tradi-
tions, nous pouvons reconnaitre, sous certain
mots, les traces des idCes morales de ces homes.
En effet, de nos }ours encore, ii existe parmi les






Voudoiques une society secrete comnposee d'inities
d'elite, quantau moral,*qui perpetuent les mysltres
du culte des ((PoIssoNs-NA)" )
Cette socie6t s'appelle les

AUN-THOM-BHA.
Dans cette formule, interpretee en diverse. sens
Set selon les rigles de 1'esoterisme, se trouvent con-
signes tous les preceptes moraux des adorateurs
du ((Poisson Na ), les Nazareens primitifs qui n'e-
talent autres que des Negres ethiopiens.
.Nous allons essayer de meltre ces interpretations
a la portee du lecteur profane,- surtout celle qui
nous interessent lout particulierement.
Les interpretations se font dans le sens de droite
a Jgauche et vice versa, selon qu'il s'agit de la for-
mule entire ou des radicaux qni la component.
c La premiere interpretalion, de droite a gauche,.
comme le veut la langue hebraique, est la suivante:
Nous renversons les radicaux pour faciliter le
lecteur qui n'a pas 1'habitude de lire de droite A
gauche. .
AUN-THOM-BHA.
ABH-MOTH-NUA.
ABH. Ce radical exprime toutes les idees de
sympathie,. de hbenveillance, d'inclination ; en unR
mot, l'action de se donner, d'aimer, J'amour fra-
ternel ou paternel.
C'est, au propre, d'apres le sens des lettres sym-
boliques qui le composerit, une Existence (H-E) d6-
sireuse de se repandre au dehors de soi-mime (ab).
-C'est I'oppose de I'adh qui exprime l'tue ion d'at-
tirer A soi; 1'amour' rflechi, 1''goisme. 11 s'agit de
]a valeur des prefixes lalins ab et ad.
Dans le sens particulier, restreint, Abh design
l'amour paternel, la paternity, tout homme premier
A Ia tete de la famille ou bien de la collectivite Done
Abh-be designe le patriarche professant I'amour
fraternel, la charity. l'altruisme. Ne pas ecrire AB.




*'"-Ji0---

MOTH. .. Ce mot est aujourd'hui le verbe Mourt1
qui 'exprime au propre, 'action de triompher, de
surmonter la pesanteur o l'inertie de la matiere,
de mou-vementer. Au figure, c'est F'action de domi-
ter la matiere, de vaincre I'existence terrestre, de
maitriser l'instinct et les passions materielles, d'O-
tre au-dessus de I'anitnalitd.
Done ces patriarches qui pratiquent la charity et
I'amour fraternet, sont des homes DISCIPLINES,
MORAUX qui ont subjugu6 les passions charnelles.
NUA. C'est ici un radical compose (double] et
syncope qui replace deux radicaux confondus en
un seul : NUA pour 1ou-Na.
NOU .Ce mot d6signe toute chose Neu-ve on
Nou-velle. De la, le verbe Notih qui exprime le de-
placement,1'entrainement vers les chosesnou-velles,
l'action de se rendre dans unlieu nb-u-veau, d'aller
-a une habitation nou-velle, de porter ailleurs les
bonnes ~ouvelles, d'6vang6liser.
Cela est figturd par le thrist d6leguant ses disci-
ples pour ( aller annoncer I' vangile o ; c'est A dire
ela bonneparoles de son avenement. (Luc XI)
Ces p'atriaches, charitable, disciplines et de hau-
te morality sont des voyageurs ; des messagers de
bonnes nouvelles qui vont par tous les lieux faisant
le bien et pratiquant les idees morales dela religion.
Sls donnent 1'initiation secrete aux autres homines
qui ont les qualities requises.
NUA. Ce mot au figure s'interprete taller de
l'dme a sa patrie nouwelle apres I'ensevelissement du
corps dans le TOMBEAU.
Cette interpretation est tire du mot cmoth- qui
exprime le passage ( motio)) une autre vie, le trd-
pas, la mo(r)t.
Le mot mot transpose tom d6signe le tom-beau.
NA . Ce radical transpose an nous indique
ce qui se passe aupres du tombeau.
Le radical An peint I'An-goisse de celui qui a




-* 11-

perdu une personnel chere. On interpreted An par
sanglots, an-helement. Porte a la puissance du
verbe, an exprime action de plaindre et de gemir.

Le radical Mot transpose Tom, et porte6 la puis-
sance du verbe, exprime l'action de jeter la poussi~-
re; et au figure, I action de separer l'impur du pur,
de couper, d'enlever, d'amputer ce qui est mau-
vais, de se depouiller de ses restes mortels, de la-
ver les peches.
Dans cette derniere acception, le radical Tm se
refere au bap- Tm de la repentance Cet 6tat de con-
trition de I'dme est represented par le signe An qui
d&signe le moi, l'ipseite, l'ego, la sphere de l'activit6
morale propre a soi-meme. En hebreu, An-i signi-
fie, je, 101.
Done ces v6nerables patriarches, cultivant la cha-
rite etilamour fraternel, pr6chent qussi la doctrine
de la survivance de l'dme apres la mort et de la r6-
mission des pech6s par le bapidme.
11 suffit de rapprocher les radicaux Bha et Tom
pour avoir le mot Ba-p-Tnm.
Le radicalNa, diminutif de Nua, signifie eau. Ainsi,
Bha-Thm-Aua s'interprete BAPTEME A I'EAU.
Ainsi done des milliers de siecles avant l'avene-
ment du Christ, la secte des

AUN-THoM-BHA,

composer de Nazareens; c'est i dire de Negres
theoologiens et philosophes, pratiquaient les rites
du bapteme, prechaient I'amour et la charity, et en-
seignaient la doctrine de la survivance de 'dame.
Ce sont des chretiens avant la lettre, les precur-
seurs du Fils de Dieu.
Telle est la premiere analyse de la formule.

Passons maintenant a une nouvelle interpretation.
Ces hommes, doues de vertus austeres, sont des
SOLARIENS au propre come au figure.







Ils s'intitulent les Enfants (n) du Soleil (Au), c'est
a dire Au-n.
Du radical Au sont sortis une multitude de mots
r6pandus dans toutes les langues et qui se rap-
portent a l'Au-rore et par extension au Soleil, 'a
1'Or pur.
De Aun a etd former le vieux mot franqais Auo-


ner, le SOLEIL.
Par transposition de Aun en nua, et par
cope de Nua en Na, on obtient qe dernier
qui signifie Soleil, et par extension, adorateu
leil, et aussi tre solarien : d'oui le Na-go, ui
africain pour designer le NEIGUS et la secte
reenne,
Voila degages et nettement fix6s l'origine
logique airisi que les principles de la doctri
rale et relisieuse des N~eres Nazareens, les


la syn-
radical
r du So-
n term
Na-za-

etyrmo-
ine mo-


Aun-Thom-Bha.


Pour adorer le Soleil, ces Negres se prosternent
a terre, les mains tendues vers 1 Orient. C'est ce que
signifie AUNTHOMBHA : Tom-ber devant le grand (n)
Soleil (Au), lenfant (n) qui Tom-be bas devant I'Au-
rdre, devant le Grand (n) Orient (Au). (Luc 17-16 ).
Le signe final n est diminutif de m qui design
ce qui est grand magnuss), magnifique. Ce signe
ici est un suffixe augmentatif qui signifie grand ex-
treme. Done Au-n : Grand Orient, Grand Soleil de
la Franc-maQonnerie.
Le signed ti tout seul, comme nom, sigaifie pro-
duit fruit, enfant. AU-n, Enfant du. Soleil. Done la
Frahc-ingonnerie remote aussi a ces inities, les
*i


Les Nazareens AUN-THoM-BH.~ nos ancetres nous
ont legua deux autres formules qui ne doivent ja-
mais Otre articulees separernent. Elles forment a-
vec la premiere que nous avons deja analysee,-


4


- 4


E/ V





o-13 --

du moins pour les profanes,- les noms des trois
freres.Mais pour les inities, il n'est pas question de
frie~es, il sagit d'autre chose que nous allons ex-
poser.
Les Aunthombha, en tant qu'adorateurs du Soleil,
ont de facon plus explicfle- consign leur doctrine
morale dans la formule suivante, nom de l'un des
fretres

Dfi-VlI-IA.

11 nous faudrait un long chapitre pour examiner
cette formule au point de vue de la THEOLOGIE.
Sans trop nous attarder dans l'analyse hieratique,
nous donnerons les interpretations Csoteriques ou
vulgaires sans commentaires.
La formule se decompose comme suit :
41
DE-VI De- Vi-SE
E E-XISTENCE
I FILS
A A LPHA OU DIEU.
Par DE-VI-EA-I-A, il faut entendre la Devise
(D-Vi) de 1'Existence (E) des Fils (I) de l'Astre (A)
c'est-a-dire le Soleil.
Ainsi, par De-Vie-Ai on entend le centre du ciel
(Ai) vid (Vie) la mort (De)-cis. Cela s'entend que
par la mort (De) on va ( Vie ) se fixer au ciel-Soleil
(Ai).
Les autres interpretations reclament des transpo-
sitions et des compositions des signs et radicaux
Le radical AI, a la puissance du verbe, signifie se
fixer dans un endroit determine, centre du ciel, les
astres du ciel; et, dans un sens degenere, se fixer
dans une region Isolde, une ILE
Par une second transposition: De E-Vi-Ai, it faut
entendre de-truire ( De ) I'Exislence (E.) afin que
I'Ame ( Vi ) aille se fixer dans sa patrie cdleste (Ai).
C'est a dire non se suicide, mais s'user, se sacri-





--14-

fier (D ) l'Existence matdrielle ( E ) au profit de la
,i-e morale (VI) pour m6riter le Ciel (Ai).
Nous omettons la troisierne transposition pour
passer a un example de decomposition du second
radical Vie en Io-ou.
On formulera :
D-VI t -OU-Al,
Cela s'interprete: a son detriment ( D ) outrer
(On) 1'Existence (E) de soi-meme ( 1 ) an profit du
Ciel,(Ai). C'est a dire passer (On) son Existence (E)
en sacrifice d'amour pour le bonheur d'une person-
ne ou Individu (I) afin de gagner le paradise celeste
(AY).
Tels sont la DEVISE, le ((Code morab), les princi-
peside vie superieure, vie d'amour, vie de sacrifi-
ces de soi-meme en faveur du prochain, chez les
Aun-Thom-Bha.
SSe referart a ce precepte, le Christ Nazarien di-
ra :
( Personnel (I) n'a un plus Grand (On ) Amour
(Vi) que celui de donner (D) son Existence (E) pour
ses amis (A)>. (Jean XX-V/-13).
Relativement au troisieine frere, il a ete consti-
tui un adage creole :
PLI-PITI-PLI-FOR.
Cela s'entend que le (( plus jeune ) des trois freres
est le o plus fort ).
En eflet, la legende voudoique nous dit que ce
((jeune frere)) impose sa volonte a ses deux autres
freres qui sont obliges de se courber et d'obeir.
Les inities confirment cetfe declaration et ils en
donnent pour raion ce que nous exposons ici.
En effect,
THUO-BAL
I est le nom de Celui qui disait a ses apotres ; ( m'appelez Maitre et Seigneur, et vous dites vrai.







MAITRE (Tuteur) T
SEIGNEUR BL
On peut aussi formuler-
SEIGNEUR BL
VRAI (True) T..
SSi done je vous ai lav6 les pieds, moi qui suis
!e Seigneur et le Maitre, vous devez aussi vous la-
ver lespieds les uns'les autresD. (Jean X111-13-14).
Voici la clef: Celui qui lave les pieds, c'est le souil-
lon, ( le plus petit g en rang social. Celui qui est
le Maitre et le Seigneurest le plus fort en dignity.
Le radical Bh-L, en hebreux, design lhomme le
plus l6eve en rang social, et quelque fois, Dieu lai-
meme. En separatt les signes Bh-L, on reconnait le
radical Bh du Patriarche et le signe L du Seigneur,
le Lord de i'Anglais.
En effect, Theo-Ba-L est le nom du

PETIT-GRAND-INVISIBLE
L'Enfant-Dieu, Mercure ; Fils unique du Soleil qui
'rgit la Societe des Aun-Thom-Bha incomparable-
ment ferus du ((SPIRITISMED.
Pour tout esprit impartial et intelligent, le SPIRI-
TISME est le fond secret du urai christianisme. Tous
les recits qui se placent apres la mort du Messie
out rapport aux ph6nomr nes spirits. C'est un af-
freux mensonge que de declarer qie le cadavre du
Messie ressuscita. 11 s'agit de son Ego revetu de son
corps lumineux on astral.
Le fait que St. Thomas l'a touch tangiblement,
et le faith aussi que le Messie a mange du pain et
des poissons ne constituent pas des preuves de la
resurrection de son cadavre.
11 s'agit d'un simple cas de a maltrialisation D
bien connu de tous les spirits praliquants.
Revenons a THiA-BA-L qui est le seul Maitre et
Seigneur reconnu des Aun-Thom-Bha
Ce Maitre est ici un Invisible que l'on consult






par voie de mediumnisme pour connaitre sa volon-
ie qui fait Loi pour tous les nembres de la'socie-
. te. (liath XXIII-8-12).
Le Messie, avant de quitter la terre, avait fait la
promesse a Juda, le NMgre, qu'il review irait a lIi et
ferait sa demeure sienne, moyennant l'observance
des preceptes d'amour des Aun-Thom-Bha.
(Jean XTIV- 18-29).
Le serment d'initiation--apres de terrible epreu-
ves, consiste a s'engager a n'acconmplir qu'une
volonte-en depit de la inort ou de la vie-celle de
Theo-IaL. Et a considerer tous les homese, h
quelque race qu'ils appartietnent et a quelque rang
social ou ils se trouvent cornme des Frres egaux
et bien-aimes en THEOBAL. Et encore a ne pas pro-
faner les titres de Maitre, de Seigneur, tie SaintetP
et de Bon on les donnant aux homes. (Marc X-8
1. ath. XXIII )
Que faut il entendre par
Theo-al ?
Cette formule est interpretee de plusieurs faQons:
le Seigneur ( BL ) Dieu ( Theo ) ; le Seigneur herilier
de Dieu.
Le Fils (Ba) Messager (L) de Dieu (Theo) ; I'En-
fant (Ba.) aild (L) de laSphere (0) de l'Amei univer-
selle ( Th ) personnifi6e en Tha-oth chez les Egyp-
tiens.
Cette AME universelle, c'est le Coecr-Soleil qui
rayonne par son jeune .gargan-ail le Messager
Me'cure dominant le vent.
Ce Dien est designed par les Voudoiques sous le titre
JUSTE THEO-BaL fant, herilier de
(TOUTES CHOSES).
(Psm. 1-7-13 Jean II- 35).
Voiia ce que la tradition secrete des Africains
vo(doliques a conserve en fait de souvenirs d s
premiers inities, reunisen society pour la defense ,de
la morality, de la religion et pour lapaix parmi
les races de la terre. Ce sont les Au ~-T[oM-Bi A
fondateurs du Judaisme ci-apies les NA-ZAREENS.







JUDAISME AUN-THOM-BAH


REGI PAR
JUSTE-TH t0-BA.


Aux yeux des traditionnalistes ce mot JUSTE est
plus qu'un qualificatif. C'est un ( mot de passe '
parmi ces adorateurs du Soleil-Radiant. (Psme I1
et 1/I)
Les inities a ce culte repellent ce mot par un geste
symbolique. Ils presentent l'Index et touchent suc-
cessivenrent l'Oeil et l'Oreille droite.


INDEX
CEIL
OREILLE


(ae pour ou)


En voici 1'explication :
Le signed OU est syncope 0 en Oeil, organe qui
est I'hieroglyphe de la LUNE et le signe de recon-
naissance de Gabriel.
Le signed D est l'image du pavilion de l'oreille et,
le signe de reconnaissance dukSoleil.
Le signed I represente la main, signed de recon-
naissance de L'Ange de la face solaire, St. MICHEL,
qui rigit les attributes de Mercure.
Le Judaisme est done le culte qui d6ifie la Tri-
plicitd :
Soleil-Mercure-Lune.

C'est de 1A quest sorti le dogme de la TRINITE:
chretienne.
Primitivement, en Ethiopie, le Soleil est repr6-
sente par la lettre T. C'est ainsi que D et T permu-
,tent pour designer le Soleil don't I'hirvoglyphe est
une TENTE, le Domicile des Negres primitifs. Ainsi
le geste symbolique, T pour D, donne le mot .


I
ou
D.




- 8--

I-OU-TO,


Le signed I fait J ; et Ou a 6t6 syncope
Done JoUTOJ'UTU, J'UTUS, JUST.
La lettre S est venue par euphonie.


U.


C'est ainsi que les terms ct Homme juste) ou
a homme de bien s sont synonymes: de Nazar6-
ens. De dire Christ Nazar'en on Christ a HOMME
JUSTEI O (( HOMME DE BIEN D, cela signifie la mrnme
chose.
Si nous Drenons la formule I-Ou-Do on arrive


aussi
Le
fie pa
reens
FILS


A Juda.
radical Da qui d6signe le Soleil est personni-
[r Da-vid. Dans un language figuratif les Naza-
, adorateurs du SOLEIL, sont designs les
DE DAVID, term qui 6quivaut L l'expression :


FILS DU SOLEIL


c'est-a-dire Au-n.
David, en appelant son Fils son Seigneur, affirme
par IA que Dame-Soleil reconnait son Fils, Mercure
conmme le Fils Hiritier de Dieu : THno-BAL ( Marc
X11-36). *
La formule 1-Ou-To est celle qui represente un
symbol place sur l'autel des Aun-Thm-Bha.
C'est la couleiure noire, symbolique de la VIE,qui
prend le signed To du Soleil; et le Serpent blanc de
L'EXISTENCE qui prend le sigre Ou. Ces ophidiens
sont attaches sur la perche v6gdtale.


1 PERCHE
OU SERPENT
TO COULEUVRE.
Les esoteristes font une difference entire
PERCHE ET CROIX.


La Perche
pour former
cet attribute


est droite avec une traverse en
le sigie T du Soleil. La couleuvre
represent le regne vegetal r6gi


tete
avec
par




-bmg--

Mercure dans la sphere du Soleil. I1 faut done di-
re c Christ sur la perche v parce que ce bois droit
symbolise le regne v6getal repr6sentd par le baton
du caducee de Mercure.
La Croix figure, par ses quatre extr6mit6s, le
quaternaire physique ou terrestre. Elle se rapporte
aux quatre points cardinaux. 11 faut dire
JESUS SUR LA CROIX

parce que J6sus est le g6nie du monde physique,
du regne mineral. C'est, en d'autres terms, la
CRoIx de
Sh-DHA--K-TAN-NI

transposition de SATAN-NIBHO avec le signe K du
regne mineral, intercale. Ces deux genies sont ceux
qui rdgissent la n6cropole.
Quand on invoque a Jesus sur la Croix i on in-
voque le Dieu du NMant, le maitre Cimetibre : Ni-
Bho et la FORCE AVEUGLE personnifi6e en Satan.
Quand on invoque le invoque le Fils du Soleil qui est la source de vie
et de lumibre. C'est Lui, le seul Fils de Dieu qui
nous sauve ...
La Couleuvre sur la Perche est adore par toute
I'Ethiopie et 1'Egypte. C'est IA que Moise a pris sa
kCOULEUVRE D'AIRAIN SUR LA PERCHED
La Bible nous enseigne que le Christ, pendu au
Calvaire, est la mrme figure de la Couleuvre sur le
Tan de Moise. (Jean 11-14 )
Nous savons que ce symbol est diroitement lie
A la tradition de la Negresse de Moise, parce que
J6thro (Pethro) est Nazareen ; c'est A dire qu'il est
sacrificateur a Madian. Cela s'entend qu'il offre des
holocaustes par le feu symbolique du Soleil.
(Exode XVIII).
Grace a l'initiation de Moise au culte dvi






SERPENT-DA sur le TAU
Israel sera acquis au judaisme traditionnel.
(Nbres XXH-8-9).
Le faith que St. Michel dispute centre Satan pour
le cadavre de Moise, cela indique positivement que
le Legislateur avait re(u le Bapteme judaique ou
solaire. St. Michel est I'Ange judaique.
(Ep Jude 1-9 ).
D'abord, les Israeoites imitrrent les Aun Thom-
Bha en se reunissant en socie6t exclusive pour per-
petuer les secrets de la religion traditionnelle.
C'est ainsi que vers le IIe siecle avant 1',re chr6-
tienne, apparait la secte des

ESS3NIENS
la plus instruite de la nation juive et depositaire de
la TRADITION ORALE de Moise.
C'est a cause de cela que D6m6trius de Phalere
s'adressa a eux pour la Version grecque du Sepher:
paraphrase approuvee par les soixante-dix juges
du Sanhedrin et design6e la (( Septante >.
On le sait, les Ess6niens conserverent pendant
longtemps les preceptes du judaisrne. Mais le temps
vint of ils modifierent leur conception au point de
-vue rituel : ifs abandonnirent le miel, l'huile et le
poisson nazareen en faveur d'une

OBLATION SALE
du culte lunaire. En d'autres terms, ils abandonne-
rent le culte du SOLEIL RADIANT pour celui de l'as-
tre nocturne et solitaire : la LUNE.
Alors ces Esseniens durent changer de nom : ils
devinrent les

GA-ZA-O U.






Cette expression signifie en hebreu, celui (2)
qui observe (Ou) et qui garde ( Ga ) les lois de Dieu
(Za) ; en un mat

SERVANT DE DIEU.

Sous cette nouvelle appellation, les radicaux GA
et OU designent la Lune et l'eau de mer.
Mais quoique l'interpretation soit au point de
vue moral-tout a fait correct, en principle, I'as-
tre mort et tndbbreux quest la Lune n'est point
Dieu dans l'acception g6ndrale donnee a ce vocable.
Car Dieu est Lumiere et Vie, deux choses qqe la
lune ne possede pas. (Jean VIIl-12 XII-46).
Le radical Ga- comme aussi le signe Ou, desi-
gnent, en hebreu, l'Oeil. Par Ga-Ou on doit en-
tendre '
CEILDENUIT.

C'est ici le volte-face d'Jsra6l qui abandonne le

VRAI-D1EU-LUMINEUX
DA-I

pour s'adonner au culte des tenebres.
C'est Ia la raison pour laquelle le CHarST-LuI-
NEUX dcclarera ( qu'il a 6te envoy aux brebis per-
dues (Ou) ete-ga-rees (Ga) de la maison d'Israel ;

(Math. XV-24).

BREBIS EGa-REES GA
MASON D'ISRAEL (h-ou-se) OU

C'est de ce radical Ga que sont sortis les mots
GAD et enisuite GOD, GOTH, employes pour designer
le dieu lunaire de l'homme blanc, et non le Dieu
universal que signifie THEo-BAL.


-- I --




-22-


D'ailleurs la formule GA-ZA-OU est une modifi-
cation de la formule africaine:

A-GA-O0U

divinity place dans les Verseaux Zodiacaux oh l'on
voit la Lune dechue.
A-GA-OU est personnifi6e par A-gar (A-Ga) avec
son Ou-tre d'eau ( Ou ) sur I'epaule parcourant le
desert de Paran. Elle a 6te chassee, elle est done
dechue comme concubine d'Abraham.
-Ce changernent de nom 6tait n6cessaire par le
fait que le mot >Essen), par sa signification radica-
le, etait en opposition avec le nouveau culte adop-
te par ces inities. Le mot Ese s'ecrit correctement
zE-SSE pour A-SA, et s'interprete pour le vulgaire,
talon ou pied. Cette parties du corps correspond,-
par analogie-- au pied du Zodiaque, c'est a dire au
signed des
POISSONS.

Done Esseniens et adorateurs des ((PossoNs-NA-
ZAREENSS sont des terms equivalents.
La formule A-SA repr6sente pour les initits i'As-
ire (AS) des Aun ( A ); c'est a dire I'Astre adore
par les enfants (n) du Soleil (Au) les

AUN-THOM- HA.

Les Esseniens etaient des hommes aussi austeres
que les Nazareens. Ils menaient 6galement une ex-
istence fermee. Ds qu'ils eurent di d ,l'astre soli-
taire o de la nult, la lune, ils se mirent a pratiquer
l'ac6tisme. On rencontre ces Ga-a--Ou, qui sont
des FAUX ESSINIENS, dans les environs du Mont
Moria en Ethiopie, du c6te d' lexandrie en Egyp-
te. Ce soot euxqui out donn6 la VERSION GRECQUE de






L'ANCIENNE BIBLE.
Enfin, on les trouvera du c6te de la Mer Morte
en Palestine.


Ils se tenaient plut6t dans les bourgs et
ges, s'adonnant A l'agriculture en dehors
vocation theologique.


les villa-
de leur


Le fond isoterique de la th6ologie de ses initi6s
est contenu sous les voiles de la Cabbale qui n'est
autre chose qu'une science morale et social base
sur la cosmogonie que Moise a tiree du judaisme.
On y parole de la COURONNE de KETHERI ou Cer-
cle zodiacal dynamism par ( Chocmah v la Sagesse
de Saturne, et par Binah, I'Intelligence de Jupiter.
Le Pantheon se termine par le ((royaume de Mal-
chat ou MONDE PHYSIQUE, la Terre.
Leur Trinit6 prend les attributes de Gloire ( So-
LEIL), Victoire (LUNE) et Justice (MERCURE).
On revient, come on le voit, A THEOBAL le Jus.
TE.
Apr6s 1'epoque des Ess6niens vient celle du

Christianisme

don't les pr6ceptes confirment le Judaismne.,
C'est d'abord St. Paul, ci-devant Saul de Tarse,
Initid z il du judaisme qui nous r6v&le t qu'il est
evident que le Seigneur est sorti de la

TRIBU DE JUDA


A laquelle Moise et ses successeurs n'ont
tribune le sacerdoce.> (Ep. Heb. XVII- 14)


.Et l'on veut que
daisme apres cette
i n y a pas eu de


pas at-


St. Paul ait abandonn6 le Ju-
formelle declaration. Non I
t conversion v de St. Paul, mais






plutot de ( confirmation ) de sa doctrine judaique.
La chose est si vraie que cet ap6tre ira prOcher
la a doctrine du Christ ) pendant plusieurs ann6es
sans avoir reiu au prealable des instructions venant
des autres ap6tres. (Ep. Gal. 1-13-24).
Et quel ap6tre a mieux expose la doctrine du
Maltre que ce ( zeld initid judaique ) ? N'a-t-il pas
eu I'occasion de reliever St. Pierre, le pretendu
premier ap6tre, des sa premiere rencontre avec
celui-ci ?
A part ladoctrine judaique du Messie, celui qu'on
a appeal ( NAZAREEN ), il y a le geste symbolique
du mystere de la survivance de I'ime apres la mort
auquel le Christ -procede apres sa resurrection ;
geste qui ne nous laisse aucun doute que le Mes-
sie fut un initie Aun-Thom-Bha.
En effect. le Messie ressuscitd se trouve pres de la
mer de Thiberiade. L, il rencontre les apotres
marines qui se livrent a la peche. Ils ont pass! la
nuit sans rien piendre. Le Maitre, qu'ils ne recon-
naissent pas juqsu'ici, leur ordonne de jeter les fi
lets. Lorsqu'on les ramene, ces memes filets sont
tellement charges de POISSONS qu'ils menacent de
se rompre.
Apr6s avoir choisi les cent-cinquante gros pais-
sons ), le Messie les fait r6tir sur la

((BRAISE SYMBOLIQUE DU SOLEIL'.

Ce geste ouvre aussitdt les yeux des ap6tres qui
reconnaissent le

qNazareen de la Tribu Juda).

Voici l'interpr6tation du symbol contenu dans
le verset : < Quand ils furent descendus a terre ils
virent la braise (Aun) qui elait li et du poissonmis
dessus et du pain. ) (Jean XI-9)






BRAiSE symbole Soleil) AUN
GROS POISSONS (Thons) THOM
PAIN (Bread) BHA
Au point de vue symbolique, voici ce qu'il faut
reconnaltre .

GRO3 POISONS POISONS
BHAISE DU SOLEIL NA




A.
POI SO NSIIA.

Le texte ne le dit pas, rhais Maitre et ap6tres ont
assurernent mange de ces gros poissons r6tis arro-
ses d'huile, et le pain avec le miel.
Disons en passant, que le cadavre du Maitre &-
tait rest cadavrq. Ce qui le prouv'esest qu'on ne
le voyait pas physiquement tout le temps et a vo-
lont6.
11 se materialisait et disparaissait aussit6t.
Ici, c'est la troisieme et derniere fois qu'il s'teait
manifested ses ap6tres.
L'acte de manger de < Gros- poisons r6tis o p-
ches sur.le rivage est celui des Aun-Thonm-Bha que
I'on d6signe au temple africain par le surnom

C -NA-.ID

Cela s'interprete manger (ID-edere) cetac4(Cd) des
eaux (Na). Dans cette formule le radical Na se rap-
porte A tout ce qui se rapporte t V'eau : nacelle, na-
vigation, navigateur, natation, et par extention les
grandeseauxha-viguables ofi se tiennent les c6taces.
Le texte met dans la bouche du Maitre:
< Venez et diner 1 Et aucun des disciples n'osait
lui demander : Qui es-tu ? schant que c'Otait le
Seigneur. (Verset- 12).





20---

VENEZ (Come) C
SEIGNEUR (na-zar6en) NA
di-NER (id manger) ID.

Telle est la signification du << geste symbolique v
du Christ qui, en compagnie de ses apdlres, les ma-
rins pecheurs, mangent de

GROS POISSONS-NA
arros6s d'huile, de pain avec du miel, pr6s de la
mer de Thiber'iade. Personnel chez nous n'ignore
que vers ini-Fevrier-Mars, jusqu'a la PAque, les
adeptes du VouDo, eux aussi, mangent, en cer&-
monie, avec 1'igname, primer de la saison, de
gros poissons arroses d'huile d'olive.
Et bien I voici que Ie Christ ressuscite ( PAque)
conduit, comme tous les autres inities Nazareens,
et confirm du meme coup, ce mystere symboli--
que duo

POISSON ZODIACAL,

du feu solaire et de' 'huile de l'onction mercurien-
ne.
La 16gende perp6tuee au temple africain com-
porte une variante. Elle raconte qu'un poisson fut
pkch6 don't la grosseur 6tait telle que le hamecon
se brisa, et qu'on fut oblige de recourir au harpon
pour le repecher.
Tout le monde present en mangea; et cela, il en
resta une certain quantity qui dat etre sale par
un certain,

HIBHO-0EANAN

De 1 est sorti I'usage de manger des poissons sa-
1s pendant ia semaine sainte.
Ce myslere est celui qu'en VOUDO on appelle






CA SS Il

expression creole qui est la traduction de hame-
fon brisi. Dans le texte modifi6 de la Bible, il ne
sera pas question de hamefon bris. mais de filet
rompu, ce qui ne modifie e in rien unit de la ques-
tion. (Luc T-6)
Au surplus, ce qu'il faut retenir de ce symbolis-
me, c'est son analogie avec le term final de la vie.
La maison des PoissoNs est le lerme final du zo-
diaque, analogiquement, le terme finale I'existence.
Alors le filet ou hamegon qui repr6sente le lien
qui maintient I'dme au corps, se rompt.
C'est ce que le Crtist announce A ses disciples par
son 4 geste symbolique de poisson sur le feu:
son lien est brise et son Ame va s'en aller & sa pa-
trie nouvelle ( DE-VIE-IA ); abandonnant son ca-
davre au niant du tombeau (THOMI-BHA).
On se rappellera que le Christ avait compare sa
s6pulture aux trois jours que fit Jona dans le ven-
tre du Cetac;e (Math. XII-40).
C'est ainsi que les chr6tiens primitifs marquaient
leurs tombeaux, non pas avec la croix qui n'est
pas un symbol judaique, mais-par le dessin de
deux poissons, run au pied et I'autre A la t6te;
symboliquement represents par deux anges ou
deux- homes aux vktements brillants qu'on vit au
tombeau du Christ. (Luc XXI-.4).
Cependant, c'est bien ici qu'appartient la croix
qui, par ses quatre extr4mites, symbolise I'dme-
inertie du monde quaternaire.Mais le Christianisme,
entendu comme religion du salut universal, role
sur les chiffre 1, 3 et 7. Or, A ce point de vue, le
symbol du Christianisme est la perche droite on
le T 6thiopien oiu se trouvent trois extrnmit6s don't
deux se balancent a gale distance de celui du mi-
lieu. Ce pilier droit du signe T dtsigne MERCURE ;
lesextr6mit6s 6quidistantes representent B droit, Il'
Soleil sa mere, et a gauche, la Lune son p6re. Ces






astres, c'est ce que personnifient les deux larrons
t c6te du Christ pendu sur une perche, le bdlon du
regne v6g6tal de Mercure.
Le symbol du Christ, bas6 sur le chiffre 7, est
le cand61abre A sept branches. Celui qui.a pour'ba-
se le chiffre 1, 'e*t ce bougeoir a longue manche
.qu'on avoit-A l'autel pendant les ceremonies.
Or, pas de'chiffr e 4 qui est celui de l'antagonis-
me; chiffres des mysteces terrestres. Les mysteres
du Fils unique, Maitre de touleschoses reunies en syn-
theses harnmonieuses, sont representies par le signed
de.l'unite-synth'se I, le signe de l'unit" ternaire CH;
on re signe de l'unile seplenaire Z.
Pour revenir sur la questn de la mort, de la
resurrection et de l'ascension, nous dirpos que ce
Smystre coincide avec la rentrie du soleil dans le

.B 1ie r Zodiacal.

C'est l'poque ou le chretien fMte laYPAque, la r6-
surrection de -Christ. .
Retenons dorne une fois pour toutes ces points de
contact : c'est a cette meme epoque. qne les gar-
diens de la tradition VovDo, comme les Nazareens,
come les Judiques. come les Essniens pri-
mitifs, .comme le Christ et ses ap6tres mangent les

S- I POISSONS -NAN.
Nous pouvons ajouter les

AUN-THOM-BHE

parce que n.ous en ayons Ja preuve.
S'il existe un point sur lequel aucun doute n'est
possible, cest- que ces theologiens 6taient g6n6-
ralement des nau-tonniers (Aun), Ils avaient l'ha-







bitude de se r6unir sous ( Bha ) un aulne (Aun )
don't les branches couples ( Tam ) et dessechees
'eur servaient A allumer'le fe., le feu du Soleil,
c'est "a dire le feu d'Aun, au propre et au figure,
pour rotir leurs poisons.
L'aulne est un arbre qui croit le long des rivages
de la mer.
Par AUN-THON-BAh, il .faut. entendre aussi
aulne ( Aun) coupe (Tam) bas (Bah); c'est A dire
au ras du sol,
Toussaint-Louverture dira: < On a coupd l'arbre,
mais le sracines, 6tant profondes, germeront. ,
Par sa bouche exhalait le souffle mystdrieux et pro-.
phetique des A UN-THOM-BHA.
killeurs, le Christ se revele aussi un Aun-thom
Blha dans ce passage allego'rique :
( Abattez ce temple, faisant allusion i son corps,
je le rebdtirai dans trois jours.- (Jean 11-19-21),

TEMVPLE symbole du Soleil) AUN
ABATTRZ (failes tlo-ber) TM
Bd-TiR BHA.

Pour le profane qui ignore le sens esot6fique des
mots, on formula :

TEMPLE AUN
ABATTRE TM
coRPs (Body) / BHA.

Pour bien saisir loute la portee de cette all6go-
rie, ii faut comprendre que Jo Messie est le Fils (n)
du Soleil, c'est a dire Au-n; ;celui qui se qualified le

BO80 VERT.





-380--
Mettre A mort le Christ, fils du Soleil, e'6tait ana-
logiquement abattre l'arbre, I'AULNE.
De meme que le Christ r6ssuscit6, c'6tait analo-
giquement l'aulne renaissant de la terre.

(Luc XIII-31).
Le radical MT diminutif de MOTH, transposition
de Thorn, exprime le movement spontan (MAotio)
de la germination, et toute chose qui s'llve, monte,
ressuscite. Donic, it n'y aucune exag6ration a affir-
iner que le Messie a confirmed, consacrd, sanctifie par
sa resurrection la vieille doctrine de la secte reli-
gieuse negre des

AUN- THOM-EHA
don't les symbols liturgiques tels que les i Gros
Poissons o des Nazar6ens, la (Couleuure sur le Tau
du judaisme subsistent encore jusqu'a nos jours.
Relalivement & Moise, nous avons affirmed, qu'il
reiut- son initiation an Nazardat chez J6thro que
les voudoiques appellent

PETO,.

Nous I'affirmons, parce que c'est chose facile a
prouver que tes inities aux mysteres de Pethro pos-
s6dent la clef sectrte du PEITATEUQUE.
Cette clef du Sepher, la G6nese nous le ver--
rons dans notre-second livre- a son systieme et'son
m6canisme dans la constitution m6me du Monde.
C'est la une cosmogonie qui part du

Moade Intellectuel Zodiacal.
come ARCI-E UNIVERSELLE.







-- 31 -

Le monde natural preside par la Lune, Soleil
et Mercure y est represented par les personnages
alligoriques d'Adam Eve et Abel.
Moise personnifiera en Laban de Nacor le globe
terrestre, reprisentera le feu intra-Lerrestre par
Jacob A I'emboiture disloquee par Satan an Gne de
Jabbok, representera le regne mineral par les idoles
terraphim de Rachel; le regne ve6gtal' sera sym-
bolise par Lea aux beaux yeux et ses mandragores
a l'epoque de la moisson ; le regne animal se rap-
portera A la passion desordonnee, bestiale, de Ru-
ben qui souille la femme de son pere.
Jacob domine Rachel, Lea et Ruben comme le
feu intra-terrestre regit le rigne mineral, le regne
veg6tal et le regne animal. Laban les englobe tous.
Nous verrons plus loin que le pantheon du cul-
te Voudo resulte de la deification de ces memes
forces cosmogoniques.
Ce cqlte reconnait un Etre Supreme, Invisible
et Universel qui preside a la Creation par une
Femme Conservatrice

ABBA-CHO-LO ET BA-CHO-LO

Ce culte reconnait aussi les ZElohim .ou dieux
secondaires du monde physique, agissant au nom
du grand Souverain universal.
Ces iElohim sont de quatre ordres et regis-
sent respectivement les 4 elements. ls siegent aux
quatre points cardinaux.
Ce sont ADOUM-GIDI au nord, rkgissant les mon-
tagnes de grossespierres,- ZOCLIMANan sud, r&-
gissant le feu des salamandres; HAZA-GON a l'est,
regissant les sylphes de Fair: et AGOUE, A l'ouest,
regissant les eaux.
D'apr6s St.-Irenee,les Quatre Evangelistes et lPurs
animaux symboliques taureaux, lion, ange et aigle
se rapportent au mnie system.







A part les dieux sculpteurs du monde physique,
les AElohim de Moise, la tradition africaine recon-
nait les
LOIS ET LES GUiDES

Lois et GUIDDS sont-ils une invention de l'es-
prit arriedr des negres ?
II y aurait temerite a l'affirmer
Les LOIS se rapportent aux manifestations des
attributes uuiversels du Crdateur. Elles ont comme
analogie superieure les SIGNES FIXES du firmament
zodiacal.
Au temple initiatique, le Dieu Createur universe
est personnifie par une FEMME qui tient un gros
JLivre. ( Luc 1V-17 ).
Dans ce Livre ou Manuscrit se trouvent consigns
les recits symboliques, allegoriques qni se rappor-
tent aux attributes donnas aux constellations zodia-
cales. C'est le secret du Livre d'Esaie ofi il est
question, au premier chapitre, de la

MERE NOURRICE UNIVERSELLE

Par GUEDI ( gede ) l'Africain design le me-
dium, le prophete ou le VOYANT ( Sam: IX 9 ).
La racine G-DE se trouve dans le mot Gui-DE..
parce que le prophete est un GUIDE.
Primitivement GD faisait GT, racine qu'on ren-
contre dans GUET-TER, c'est-A-dire VOIR." Les
GEDES, propheies ou voyants, sont inspires par les
influences plan6taires au nombre de sept ( voir 2e.
volume ).
-La doctrine morale et fondamentale du Voudo,
r6sulte dorc d'un ensemble dle conceptions cosmo-
goniques, des rapports des forces naturelles avec
1'homme, des rapports entire l'homme et la divini-
t6. Dieu est l'objet absolu de la foi africaine.





33-

11 est conqu comme une intelligence infinie, su-
preme et creat'ice qui est la Cause de l'harmonie
universelle. Cette Cause Intelligente dirige tout en
vue du bien collectif et se manifeste dans le monde
sous la forme et espece, PROVIDENCE,concretisee
en l'adage haitien bien connu: a BON DIE BON ,.
Une autre des croyances fondamentales est celle
que nous avons ddeja mentionnee et qui a trait A la
survivance de l'me apres la mort.
Le culte des <( lares ancestrauix ) et les (EUVRES
DE CHARITE sont, comilxe nous 1 avons vu, carac-
teristique de l'ame negre, soit qu'on remote :ia
nos onigines ethiopio-egyptiennes, soit qu'on con-
sidere les diverse manifestations de la vie psycho-
logique du negre a des epoqdes plus rapprochees
de tous, soit enfin que nous nous rappelions la
coutume abolie depuis 4'Occupalion ameiicaine, des
reps offeits aux moris ( manger les morts ), aux
( prisoutiuiers >, aux invalides qui, hieir encore,
encombraient les abords de nos eglises( manger les.
amies ) collation sous les especes pain et cafe .
Au d.essus de ces usages traditionnels A carac '6
re nettement RELIGIEUX, il faut placer le 1( MAN-
GER MA-RA-A ) service en 1 Honneur' de'la Me-
re Creatrice universelle et le ( manger des saints )
en honneur des Intelligences-Lois ou maisons zo-
diacales, personnifiees par' les douze tributs dIsrael
et les douze ap6tres du Christ.
On peut juger de 1 importance que donne A ces
oeuvres la doctrine du Christ en parcouralt le chL-
pitre XXV, de St -Matthieu, versets 31 A 46.
Le Divin Messie jugeant les peuples, rejettera
aux enfers ceux qui ne !'ont pas visit quand il
etait MALADE ou en PRISON; et qui n'ont pas donned
l'habit A sa veuve et ses orphelins; et qui ne lui a
pas donne6 MANGER et a BOIRE quand it avait fain
et soif.





-34 -

[Dit-il, pace que vo is n'avez pas fait ces choses
' ceux de vos freres qui etaieit ainsi reduits, vous
ne l'avez pas fait A moi-mmni-. Le secret philoso-
phique de ce passage est que le Christ,qui person-
nitie la Vie univeiselle, est en toutes les creatures
de Dieu.
Or, ces pratiques traditionnelles dela foi des Aun-
Thom-Bha peuvent ktre regulaiisees, maisen aucun
cas eiles ne devraient elre interdiles.
Le Messie a aussi confirm par sa VIE SYMBO-
LIQUE les
LOIS ET LES G:DS


Ces Ge6ds-prophetes sont assujetlis A une 6chel-
led'influences graduees. Leur symbol hierarchis6,
au temple africain, sont les ( tambours .~ don't tine
6tude complete se trouve dans notre second livre.
Le lecteur sait quel role jouent dans I'histoire
des mystires religieux les accessoires ou attributes
du culte.
Au premier rang de ces accessoires nous appa-
raissent la MUSIQUE et les DANSES RHYTHMEES Ol
symboliques.
Les danses du culte Voudo sont toutes des
DANSES SYMBOLIQUES qui 6tablissent en quel-
que sorte l'harmonie des rapports entire le corps
human et les lois cr6atrices. Pour les bien inter-
preter, il faut connaitre la correspondence analo-
gique qui existe entire les diff6rents organes et les
signes zodiacaux.
Ainsi, la < danse des 6paules se rapporte au
mystere du Cancer zodiacal ou tr6ne la LUNE SOUS
la formule Mai; c'est-a-dire EAU. Ce mystere est
represented par toutes ses femmes dans la Bible qui
portent UN VASE D'EAU SUR L'EPAULE telles Rebec-
ca et Agar.
La (danse de venture) est celle d'Elizabeth don't le
c ventre tressaille h. Ce mystbre se rapport a la Ba-







lance zodiaca'e, don't la terre est I'analogie C'est le
mystere de la g6nerationj perp6tuelle.
La (< danse des hanches ,, c'est le mystAre du
rapport conjugal et cette danse se rapporte au
Scorpion perontnifi par les danses des filles de
Scilo enlevees par les benjamites. ( Juges XXI-21 ).
Les profanes sont scandalises, comme Mical a
l'6gard de David, relativement a ces danses qui
sont qualifies INDB:SCENTES et VILES. Mais St.-Paul,
parlant aux Corinthiens qui personnifient ces mys-
teres, dira : <( -NMis Dieut a choisi les chose FOLLES
du monde pour confondre les sages; et Dieu a
choisi les chosfes faibles du monde pour confondre
les fortes ; et Dieu a choisi les CHOSES VILES du
monde, et LES PLUS MEPRIS[ES, memes cells
qui ne sont point, pour an6anlir celles qui sort >.
( I Cor : 1-28).
Mical fut frapp6e de sterilite pour avoir m6prise
son mari quand il s'6tait livre" cette DANSE INDES-
CENTE. ( 2 Sam: V1-14-20 ).
D'autre part, les chreliens modernes par un
stipude esprit de d6nigrement, ridiculisent le culte
divin de l'Africain accompli au rylhme des tam-
bours et de ces danses symboliques, comme si
c'etait 18 quelque bizarrerie particuliere aux ngres.
Cela d montre combien peu ils lisent la Bible.
N'est-ce pas an rythme des fambours que Moise
et Aaron rendaient des actions de graces a l'Eternel
pour la delivrance d'Israel ? Il y a plus: les
TAMBOURS-PROPHETES )) 6aient battus par des
FEMMES par example par la soeur d'Aaron, Marie
la PROPHETESSE et son escorted de femmes.
Les-Versions modernes diront des ((TAMBOURINS);
mais le texte primitif dira TAMBOUR COmme cela se
trouve dans certaines autres versions.
( Exode XV-20-21 ),
Cette particularity femme battant tambour -







client a ce que le mot qui designe le tambour en
language africain ( oum ) signifie medi-UM, la ma-
trice ( womb ) et la femme ( woman ).
Ce proceed rituel est simplempnt dumod,. II n'en
saurait etre autrement, pnisqu'on peut faire re-
monter le culte Voudo A plus de 3.600. ans avnnt
I'ere chretienne.
A l'epoque ou nous nous plagons, la race noire
etait maitresse dn monde. Elle avait porter sa con-
quete jusqu'au midi de I'Europe. C'est en Allema-
gne, sound HERMANN ler, que la race noire subit"
sa premiere defaite apres I'avoir domineY et aussi
toutes les autres races branches quine possedaient
encore aucune civilisation appreciable. Cela est
confirmed par le savant FABRE D'OLIVET dans son
a Etal social de 1 Homme i.
L'origine du culte est bien anterieure a la Ile. dy-
nastie de MENE I.Jusqu'i la XIIe dynastie, il n'y
a eu quedes Pharaons negres on chez qui dominant
le sang ethiopio-6gyptien.
C'est a cette derniere 6poqie que se rapporte le
regne combien glorieux D'USERTESIN 1 qui, d'a-
pies sa silhouette sculpted sur une des pyrami-
des fut uu Ires vilain negre au physique. Mais
c'etait un monarque tres remarquable au point de
vue des idees et B ceux de ses nobles ambitions,
de sa valeur morale et de sa haute intellectuality.
II fut, en eflet, le protecteur passionn6 des Arts,
des Lettres et des Sciences.
En definitive, le culte africain ne parait grossier
et ridicule que parce que ce culte a conserve sa
forme primitive quant aux dispositions et arrange-
mentsexterieurs. Si nos bravescampagnards avaient
reCu l'instruction le negre etant predispos&
comme il l'est pour la musique ils eussent pu
perfecttonner, moderniser leurs proced6s rituels...
Nous demandons pardon au lecteur de cette di-
gression. II s'agit, en effect, des







- 37 -


O-. (D IL Z J _. 3rLS

Interpretes come des mnanations de

FORCES COSMOGONIQUES

ils constituent la base de la religion africaine et
celle des ecrits de \loise. C'est a ce titre quenous
n'avons pas hesiter A declarer que le Legislateur-
Initie, don't la race captive en Egypte n'avait ni
culte ni lois, mais adorait le veau d'or et fabri-
quait des briques sous le fouet de I'esclavage -
est un produit direct et indiscutable de la th6olo-
gie negre.
Le code civil. et religieux que presentent ses
6crits W'est qu'une paraphrase ideographique des
principes-foices et des formules sacrees du naza-
reat negre, auquel il a 6t6 initie, comme nous l'a-
vons deja dit, chez Pethro, son beau-pere.
Moise, dans son Sepher, avoue avoir pris con-
naissance des Iniscriptions au temple de Jethro.


I1
des
tes


cite lelivre des GiNIRATIONS D'ADAMet Ie livre
PROPHITIES. Origene a bien comprise ces veri-
et il ai declare que Moise credit en copiant.


La Bible elle-meme nous dit que Jethro a
titue tout I'organisme social et religieux du
pie d'Israel ( Exode XVIII ).


cons-
peu-


Nous verrons par la suite que cette base cos-
mogonique du culte africain ne diff-re pas de
celle de la religion catholiqne tenue pour ortho-
doxe. Ici < catholique ) ne signifie pas < roma-
Euisme ), mais (( universal a
Et que dit le Christ sur ce point special et de
toute premiere importance ?
Le Christ, ainsi que nous venons de le prouver,
n'a pas eu a inventer de toutes pieces une autre
religion.







Avec une supreme evidence, il a fait
que la base de sa doctrine repose.sur les


ressortir


FORCES CREATRICES UNIVERSELLES

dans la serie des phenomenes don't le

CIfL ET LA TERRE

sont come le theatre,
Ainsi qu'il l'a dit lui-meme, il nWa fait que con-
firmer la religion don't la doctrine general se trou-
ve indiquee dans la declaration suivante :
( Ne pensez point que je sois venu abolir les

LOISET LES PROPHITES.


Je suis venu, non pour les abolir,
accomplir. .


mais pour les


Et pour que I'on sache, en toute exactitude, ce
qu'il entendait par Lois ET PROPHETES il declare
que ien, pas mime un iota ou trait de lettre, ne
sera change dans les Lois ET PROPHETEStant que
dureront le
CIEL ET LA TERRE

( Matt:V. 17-18 )


Ic, les mots speciaux, indicateurs,
arreter attention de l'esoteriste sont


qui doivent
les mots


CIEL ET TERRE
Par ( CIEL ) on doit entendre 1'Espace, le Fir-
mament oct regnent les ASTRES FIXES. Tout ce qui
se rapporte a ces constellations fixes doit itre aussi





- 39


un principle universel, fixe. D'ou l'idee de LoT.
La ( TERRE v est consideree come une PLANE-
TE-SYNTHESE qui resume toutes les autresplanetes.
Les masses moldculaires, de par certaines lois
magnetiques, s'influencent r6ciproquement.
Et on n'a pas Wet longtemps a s'apercevoir qu'il
existe une correspondence, des rapports secrets
e ftre les rignes de la Terre et les movements on
phases des autres plariees.
C'est ainsi que Saturne et Jupiter don't les al-
tributs sont Volonte et Riison pour Saturne, Inte-
ligenrce et Mtemoire pour Jupiter, sont repre-
sent6s, par analogies. dans les Etres volontaires et
intelligents de la terre, c'est-A-dire dans les deux
castes primitives de l'humanit6. V6nus qui repre-
senle Ia transition psycho intellectuelle domine le
reone des etres ailes don't le type est la colombe
de I'arour et de la ficondite.
Le Soleil de VIE domine le regne du principle
mobile, le regne animal ; Mars regit le feu intra-
terrestre; Mercure, le rgne v6getal.
Tel est l'ensemble des elements qui constitute le
septenaire planetaire represented par la Terre.
Done, le mot ( TERRE ) c'est la serie des plano-
tes qui ontl'espace come champ de manoeuvre
etd'evolution. Done TERRE est ici un mot employee
comme on emploie la parties pour le tout.
(La clef des connaissances secretes, don't parole
le Christ dans -tepassage que nous avons' cite au
commencement de ce ch;pitre, c'est la faculty d'in-
terpre'er, grace aux donines de rastrologie egypto-
chaldeenne, les -signes, les gestes, les mots sp6ciaux
dans leurs rapports avec les constellations ou mai-
sons zodiacales et les sept planeies errantes Luc
XI-52.
Chaque livre de I'Ancien Testament content une
histoire analogique avec une maison zodiacale. De
mime l'attribut psychique d'une planete ast iden-




40

tifihe a la psycologie du prophei"e qui est sous Iin
fluence de la planete.
Daniel, par example qui personified le feu intra-
Lerrestre sous l'influehce de Mars, sera Ilhomme
qui habite la fournaise sans etre incommode.
Le prophete Osee (Au-Zee ) qui represente l'in-
fluence du soleil s'exercant daRs le domaine de la
sensibility animal, est ce prophete qui recherhera
les plaisirs de la chair dans le commerce avec les
femmes prostitutes ou vendeuse de chair sensible..
Les personnel bibliques-tant~t vrais tant t mytho-
logiques, remplissent des roles allegoriques: c'est
1li leur trait caracteristique.
Pour qui possede la clef 6soterique de la tra-
dition du negre voudou, ii est possible de recon-
naitre que les douze enfants de Jacob personnifient
les douze attributes donnes aux sigues fixes zodiacaux
et que les douze ap6tres representent ces memes
douze trones d'Israel. (Gen. XLIX-LucXXII-28-30)
Pour comprendre tous ces rapports, ii faut
cependant pouvoir reconnaitra-nous l'avons deja
dit-certains signes," certain mots speciaux ".
Les lecteurs profanes voient ces "signes-lettres ",
il entend ces mots speciaux sans se douter de
leur sens et de leur portee. Et par ce fait s'accom-
plit a leur regard la prophetie d'Esaie : ils verront
sans uoir et its entendront sans entendre ). ( Esaie-
VI-9 )
Ce meme voile symbolique envelope aussi le
Nouveau Testament.
Les chretiens.modernes du XXe siecle se four-
voient quand ils 6tudient les St s Evangiles selon
le texte littoral seulement, perdant Le vue ce fait
que le Messie exprimait toujours les divers points
de sa doctrine par des analogies ou des simili-
tudes ( Jean XVI-25)


Apres chacun de ses exposes,
I'habitude de dire: Que celui qui
pour ouir, entendent. Nous verronm


le Maltte avait
a des oreilles
s dans la suite





- 41 -


que cette sentence est celle par laquelle les I-OU-
DO se reconnaissent.
Alors les disciples lui dirent :
a Pourquoi leur parles-tu par les similitudes ?
Parce qu'il vous est donned de connaitre les
mysteres du ROYAUME DES CIEUx ( Lois ) mais cela
ne leur est point donn C'est a cause de cela
a qu'en voyant ( GIEDE ) ils ne voient point et qu'en-
tendant ils n'entendent et ne comprennent point
( Matt. XII-9 13. )
Justement dans cepassage se trouvent contends
des ( mols speciaux ) et des c( lettres signes ) qui
indiquent formeilement l'origine et les fortes atta-
ches nazareennes du Christ.
Ils ne voient point et n'entendent point."
Le mot Ils donnent le signe I
Le mot Voir (" OU
Le mot entendre DO
Ces twois mots sp6ciaux donnent la formule

I-O .U-3DO

enveloppee dans le geste faith avec 1'INDEX ( I) pour
designer son OEIL (OU) et son OREILLE (DO).
D'oiU le terme ((VOIR) se rapportant aux yeux
et (ENTENDRE )> se rapportent B l'oreille.
Le signed D est l'image du pavilion de I'oreille et
signifie come verbe, ENTENDRE ).
Le signe OU se rapporte a l'OEIL et marque comme
verbe l'action de voIR.
Que represente symboliquement la formula

I- OJ CDO


Ce terme d6signe les INITIES ( I) qui
(OU) et ENTENDENT ( DO) les mystere
dans les phenomenes de la nature.


VOIENT
s inclus






Leschretiens modernes nient-cela ne suffit pas-
que la morale des St.s Evangiles presente des
rapports avec la cosmogonie. Et a ce point de vue,
ils critiquent I'Egypteofi ils supposent qu'on adorait
les astres, les crocodiles et les legumes.
Cependant, si nous interrogibns le Nouveau
Testament au point de vue de I'6sotBrisme, nous
verrorrs que la meme base cosmogonique du ju-
daisme y est renouvelee.
Le GLOBE TERRESTRE est personnifi& par Eli-
sabeth et la RONDITI resultant de sa GROSSESSE,
laquelle tressaille comme- sous I'action d'un mou-
vement sismique; le REGNE VE~AGETAL nous est
offer par Zacharie offrant le PARFUM VEGETAL de
1'atnne; le RoGNE ANIMAL, par Jean Baptiste
< le poilu c; c'est-a-dire, I',tre v6tu de PEAU DE
BETE.


Les
signees
que par


INFLUENCES PLANETAIRES sont con-
dans les MIRACLES op6r6s tant par le Messie
ces soixante dix disciples. (70=7+Q-- 7 )


Le mot a Miracle > a une signification toute par-
ticuliere pour l'6soteriste : il s'applique aux taits
de transmutation et de transformation dans le do-
maine physique de la TERRE. Par extention <( mi-
racle ) signifie Terre; et Terre, les SEPT PLANETES
representees chacune par les dix disciples.


Les ( ACTES ) des
particulierement.


ap6tres s'y


rapportent tout


Si les LOIS sont en r
XES, les ( ACTES ) se r
planetaires-
St. Paul ici personified
ou le Christ. C'est a ce
MIERE s'incarne en lui


elation avec les SIGNES FT-
ipportent aux MOUVEMENTS

la synthese mercurienne
point de vue que la LU-
sur la route de Damas.


La vie de St Paul a,personnifiU tous les attributes
donnes aux plan6tes.





- 43 -


Nous n'avons pas besoin de repeter que les
douze ap6tres sont assis sur les douze trones des

MAISONS ZODIACALES

Tout-culte offre. outre ses donn6es immediate,
ce qu'on appelle une
ARCHE SACRED
Cette Archeou THOLUS doit representer les trois
attributes primordi;-ux de ja Divinite : RAISON ou
Volonte du tPAr',, INTELLIGENCE ou la Mere, ME-.
MO1RE'ou le Fits.
Moise incarne le principle mile VOLONTAIRE
de Saturiie par I'empire de la Verge d'Aaron ; I'IN-
TELLIGENCE receptive de Jupiter se traduit sym-
boliquement par line URNE d'or fin ou 6tait la
manne ; la MEMOIRE du Fils unique, heritier de.
routes choses, est represented par les ECRiTURES sur la
table d'alliance ou grand manuscript.
Ce symbol est place au delA du voile dans le

SAINT DES SAINTS
Nous, de la tradition judaique, n'acceptons pas les
interpittations que les Israelites ont donned a ces
symbols. L'URNE appartient a Saturne dans la
nuee et par consequent le porter d'eau: Cette
Urtre doit etre.d'argent pur. La VERGE qui repr6-
sente le signe(I)est a Jupiter, la Femme lumineuse
on Ignee dominant les eclairs et la foudre.
En deca du voil dans le LIEU SAINT, se place
le symbol du TERNAIRE represents par

LUNE-SOLEIL-MERCURE

La lune est figuree par les PAINS RONDS, sans
levain, dit pain de proposition. Aujourd'hui,'c'est




-44--

I'HOSTIE RONDE et BLANCHE dans l'ostensoir qui re-
pr6sente la lune.
La Dame-Soleil-TA, est representee parla TABLE
d'holocauste, aujourd'hui appM16e AUTKL.
Le lumineux MERCURE est represente par les
LUMINAIRES de l'autel, le cand6labre a trois, a cinq
ou sept branches.
L'Eglise inoderne a suivi les Israelites qui recon-
naissent un Diei mAle et ascete. St JOSEPH et sa
VERGE, comme Aaron, representent I'influence mAle
de la lune ; MARIE monte sur son ANESSE repre-
sente le soleil qui dornine la FEMME et le rigne de
la sensibilt6 ANIMALE personnifiee par la FFMME de
Potiphar qui demand a Joseph de COUCHER AVEG
RLLE ). C'est la meme figure de St Joseph et de
Marie. Mais Joseph en Egypte, d'accord avec ce
que nous avons dit, a pour symbol l'ean dans une
COUPEd'ARGENT et non une verge. Cette verge est
le FEU d& la femme de Potiphar qui reclame de
Joseph de l'EAU CALMANTE.
Mercure est ce Fils unique du Soleil, le Fils bien-
aime de la Dame aureolee de David.
Tous les peuples et toutes les races ont divinise
les astres en general. Mais chacune de ces agglom6-
ra'ions avec son idiome particulier possede ses
((VOCABLES SPECIAUX. D Et suivant le d6gre de
perfection de la langue, des arts et I'avancement
de leur science, chacune a cre6 un symbolisme-
des terms plus ou moins parfaits--bas6s sur l'ana-
logie et les lois du language
Enl d'autres terms, les ridicules idoles des pre-
miers Ages de I'humanit6, les terraphim de Rachel
sont aujourd'hui revenues les magnifiques statues
de 1'Eglise moderne et cela, grAce a une conception
esth6tique plus parfaite, en raison du go it qui s'est
affin6, et aussi par suite de educationn scientifique.
En definitive nous pouvons conclure que la base
morale de la religion universelle est IMMUABLE,
PERMANENTE; mais son symbolisme- les FOR-







MES EXTERIEURHS DU CULTE-penvent subir des va-
riations infinies. Enun mot, e CHRiSTIANISME, BIENEN-
TENDU, est au si vieux que la Iune,le soleil et la lumi6re
C'est poulquoi le Christ lui meme declare:
J'ouvrirai ma bouche en similitude et J'annon-
cerai les chooses qui ont 6te cachees des la CREATION
DU MONDE. ) ( Matt. XI1I-35 )
Le mot ((ca he)) ici signifie < symbolis6e qui IM-
PLIQUE, COMPORTE Une REPREI-ENTATION ANALOGiQUE
quelconque. i'etude de la Bible confirme absoln-
meit note [naniere de voir. Ides recits, composes
en des lieux different par des homes de races
differentes, et A des epoques tries eloignees les unes
des autres, varient consildrableme.nt, mais le FOND
on VERITE EISOTERIQUE est rest6e le m6me.
Part example, Adam qui represente I'influence
male de la lune; Eve, I'influence geni6ratrice du
soleil, leurs enfants qui personnifient, l'ut le regne
v6getal, l'autre le regne vulnerant on mineral,
sont le. memes principles represents par le minle
St Joseph, li femme Marie, le bon berger, le niou-
vel Abel, qui est le Christ.
Kain et Is- Ca-riot sont les memes meurtriers de
ces deux (( bons bergers ).
Si 1 on s'attache exclusivement A la lettre du
texte, au sens littoral, externe de la Bible, ce Livre
ne tient ni au point de vue de la chronologies, ni
au point-de vue de la science positive et philoso-
phique.
II y a plus : la morale elle-meme, par certain
endroits, est offusqu6e ainsi que la raison et
le pur sentiment human. Ce Dieu de la Gen6se,
par moment, est in dieu execrable et inexorable
qui ne le cede en rien A Satan. Marcion-un sa-
vant qui s'est beaucoup occupy de la Bible-n'a
pas hesit4: a declarer qde Moise 6tait inspire du
demon. Origene lui m6me avouait que si l'on
prenait l'histoire de la creation dans le sens litt6-
ral, elle est absurde et contradictoire.
( Philocal, page 12)




- 46-


C'est a ce texte < absurd et contradictoire
TEXTE LITTERAL que nous devons toutes ces
qui Qnt fait le desespoir de l'humanite.
Si, au contraire, I'on s'etait evertu.e A
preter le sens intime, le sens analogique,
occulle,- enfin
LE SENS 'a0TER!QUE


> a ce
sectes

inter-
le sens


de la Bible, 1'humanit6 n'eut connu ni paganisme,
ni romanisme, ni protestantisme, ri voudou--mais
I'UNITE DE LA FOI RELIGiEUSE avec sa et la, des
nuances presque imperceptibles
Maiheureusemnent, des preoccupations d'ordre
politico-socio-religieuse empecherent les, hommes
d'accepter -cette pure et ideale viilre.
De 'ces considerations qui precedent, il r6sulte
que la
VERITE MORALE

do la Bible reside dans les manifestations multiples
des phenomenes de la Nature qui n'est qu'un ex-
pose de forces, de puissances, de DIVINITI.
Et sur cette
ASE ESOTERIQUE

que nous croyons itideniable, irrefutabfe, indiscu-
table, nous allons prouver que la foi religieuse de
nos ancetres africains a, COMME PRINCIPE, le prin-
cipe fundamental sur lequel est institute la Foi CHRt-
TIENNE.
Avant d'entrer dans cette etude comparative que
nous pious proposons de faire, it est bon d'avertir
le lecteur que nous heurteron A de gros obstacles.
Cela tient a ce que le sacerdoce blanc avait pre-
vuqu'un temps viendrait ou la critique serieuse des
textes bibliques finirait par rejeter le sens littoral
exterieur, pour reconstituer les principles moraux
contenus dans le vaste symbolisme universel.






--'47 -

Al'ors pour obvier a cet inconvenient et an6antir
cette possibilitY, un grand rFmu-menage fut ope6r
dans les textes. Ce sacrilege commenga avec les
Esseniens qui ne donnerent qu'une paraphrase des
livres de Moise. Cette version grecque a 6t6 si sou-
vent et si violemment critiquee que l'6glise elle-
meme ditta mettre de cote pour la remplacer par
une autre. En effet, ce qui 6tait adroite (le soleil )
passa a gauche et ce qui etait a gauche ( la lune )
passa a droite. La lune, male de sa nature, a pris
dans le symbolisme la place dil soleil naguere
considered comme femelle ; le BLANC se substitua
au NOIR.
Des chapitres de la Bible out 6te d6coupes et
transposes; des livres ont et6 suprimes come
etant APOCRyPHES, et d'autres augmen6es et corrig6s
en vue de la NOUVELLE THESE A SOUTENIR.
Quanf aux interpolations, elles foisonent dans le
texte sacr6.
On a si souvent remanie ce texte que la lecture
d'un chapitre prend I allure d'un veri:able coq a
a'ne.
On doit se rappeler, A cet eflet, qu'en l'an 384 le
pape Damas. en depit des protestations generales,
ordonna a St Jar6me de modifier les textes des
Quatre Evangiles pour les mettre d'accord avec
les dogmes de son Eglise.
A cette proposition St J6r6me repond an pape:
( C'est 1a un pieux labeur, mais ct'est aussi utne
perilleuse hardiesse de la part de celoi qui doit
Rtrejuge par tous de vouloir changer la I:ngue
d'un vieillard et de remener A l'enfance le mo ide
deja vieux.
< Quel est, en effet, le savant et memel'ignorant,
qui, lorsqu'il aura en main un exemplaire nouveau
.apres l'avoir parcouru seulement une fois, VOYANT
QU'IL EST EN DESACCORD avec celti qu'il est
habitue a lire, ne se mette aussitot a pousser des
cris, pr6tendant que je suis un sacrilege, un faus-




- 48 -


saire parceque j'aurai os6 AJOUTER, CHANGER
CORRIGER quelque chose dans les livres anciens
Le motif qui me console A ex6cuter cet ordre
c'est que vous qui Otes le souverain pontif m'OR-
DONNEZ DE LE FAIR >.

C (Euvres de St Jer6me >.
Edition ben6dictin---1693 tome I Coll: 1425.


En
ob6it
siens


depit
au
dans


de la voix de la conscience, St. Jerome
pape. Voila le blanc solidaire avec les
le bien comme dans le tral.


Apres St. Jr6ome, don't lBa ( Vulgate ) fut rejet6e
come d'ailleurs il l'avait prevu, vient le Concile
de Trente de trop sombre memoire-qui d6clara
le texte de St. Jer6me ( errone et insuffisant ). Ce
Cohcile apportera au texte de Lt Vulgate d'autres
modifications qui ont considerablement retreci la
doctrine lumineise et universelle du Messie. Enfin,
Sixte-Quinte rejettera le texte du Concile don't la
physionomie lai aura paru encore trop Jupita-
rienne,et, a nouveau, ce dernier texte sera modified
en 1590.
Est-ce tout ?....-Clement VIII ne sera pas satis-
fait de ce dernier texte et en fera, a sa guise, une
nouvelle traduction.
Fatigue, enfin, d'avoir a remanier un texte qui
laisse-en depit de tout-percer les OREILLES DE
L'ANE JUDAYQUE et qui ternoigne avec evidence de ]a
FAILLIBILITE des hommes quels qu'ils soient
on arrivera en dernier resort ou en derniere res-
source, si vous aimez mieux, a INTERDIRE l'usage
de la Bible aux ouailles.- Comment, on preche
le Christianisme et le seul livre qui en parole est
proscrit ?
a< Nul livre, s'6crie Mr. Loisy, n'a kte aussi sou-
vent copies et recopie que la Bible .
Et c'est ce livre quson offre A l'humanite beate







comme 6tant sorti de la main de Dieu lui-m6ine
ou come etant inspire d'une faeoninfaillible par
1'ESPRIT DE VERI'IE !
A travers ce labyrinth, l'6soteriste trouve qnand
metne a se frayer un chemin. II est seulement
condamne a un travail qui reclame plus de patien-
ce que ne peut avoir un b6nedictin, puisqu'il lui
faut rechercher les choses 1 oui logiquement elles
ne devraient pas se trouver.
Prenons au hisard le Livre qui se rapport au
Sagittaire, le GUERRIER DESTRUCTEUR, livre qui
contient l'histoire de Samson luttant contre les
Philistins qui personnifient le Scorpion.
Cette maison du guerrier exterminateur est de-
signee par le SAMECH, c'est-a-dire lesigneS qui desi-
gne le SILex et le SABRE. Observez le mot hebreu
SAM-ech et le nom de SAM-Son qui renferment les
deux, le radical SAM.
Et bien On a trouv6 le m yen de placer ce rkcit
dans le livre des Juges qui renferme les allegories
de la maison zodiacale de la Vierge d&esignee par
le signed I. C'est analogiquement placer la cuIssE
la oif doit se trouver I'ESTOMAC..
Tous les ch pitres de la Genese ont eu a subir
le meme traitement dicte par des preoccupations
indignes.
La Tour de Babel a 6te bAtie avant le Deluge et
non apres. Le fait est prouve par la tradition
africaine qui en a conserve le recit.
Il s'agissait d'un Observatoire construit par les
Astrologues egypto-chaldeens pour 6tudier le course
des astres r6pandus a travers l'immensit6 et non
pour le vain plaisir o< de mooter au ciel ).
Les Pyramides, probablement de date ant6rieure
aL la Tour de Babel, s'emblent n'avoir pas eu
d'autres destination.




'-- 50 -

Sous le b6n6fice de ces reserves, nous sommes
pr6t maintenant a pen6trer dans le TEXTE INTIME
de la Bible.

Pour cela il nous faut saisii la

CLEF ESOTRIQUE.


- III- II-I-CF









CHAPITRE II



LA CLEF ESOTERIQUE

DU

JUDAISME AFRICAIN
aw~m.. aum i~u -.-Ui 4












IA CLEF ESOTERIQUE
DU JUDAISME.

f CI-DEVANT IOU-DO, CI-APREnS VOUDO



Nos Ancetre negres, astronomers ou astrologues
comme l'on voudra, apr-rs avoir du haut de leurs
Observatoires et des Pyramidos considered. observe
et calcule le course des astres, imaginerent des
signes pour representer les constellations et les
mondes errands, c'est-a-dire les planeles et aussi
pour noter leurs rapports entire eux, les rapports
entire leurs evolutions et les mysteres de la vie.
Is grouperent ces signes en hierarchies.
Chaque hierarchie eta"t r gie par une tripl;cit6
r6alisee analogiquement dans le Roi o, Pe e, la Ri-
ne ou Mere et le Valet-messager ou le Fitl;-disp o-
sition que nous rencontrons'dans nos cartes ajoue.r.
Dans le mystere initiatique, il est etabli un pi in-
cipe Absolu, stable, invariable, le PNre qui partaga
son influence avec un principle actif, mobile, va ia-
ble, la M~re; puis un troisieme principle neutre, (pas-
.sif, le Fils qui tst la synthese du Pare et de la MeBre.
L'Enfant, en tant que synthese de' 'Absolu et
du principe actif Matertnel, est dit ar Hritier de toules
choses ) etant Fils unique. ( Math. XI-27. )
C'est ce qui resort, par example, de I'analysl
hi6ratique de la vieille formule mystique negre,

AUN-TEOM-BHA

En renversant, Comme nous l'avons fait precedem-
ment, le radical Bha, on trouve le principle AB-so-
lu dans le radical ABH.





- 52


Le principle mobile ou actif apparait dans I'inter-
pretation du radical THOM, transpose MOT qui ex-
prime la force MOT--rice qui engendre le mouve-
ment, l'activit6.
Enfin, le principle passif, c'est-A-dire le neu-tre,
qua.tt B sa volont6 'propre, se trouve dans le radi-
cal AUN, transpose NAU.
Au point de vue astrologique, le radical Bha d6-
signe la Blancheur, la Beant6 et dans son sens d6-
gener6 la violence, attributes dela Lune, laquelle nous
donne 1'eau et la matiere vulnerante du regne mi-
neral.
Le radical ( MOTH i designe le Mouvement qui
constitne la vie, le principle de la maternitY, attribnt
essentiel de la MOTH-er, ou la MAT-er. Comme
racine compose TO-M s'interprete la Torche Mou-
vante ou mobile, le Soleil; parce que les astrologues
primitifs, come bien d'autres apres eux, cro-
yaient'que le Soleil se d6plagait. La Bible, elle au-
si, propagea cette erreur jusqu'au temps de Gali-
d16e.
Enfin. le radical AUN, transpose NAU, a former le
grec o NEOS qui exprime,toute idee de nou-veau-
t6, de jeunesse, de fraicheur, de grace, d'enfance,
et par extension, celui qui doit obeissance, qui'est
NEU-tre.
De Aau est venu ( NManias )jeune gargon.
Ce ( bel enfant ou jeune garcon obeissant est
le lumineux Mercure qui gravite dans la Sphere du
Soleil. En lui on reconnait le valet ou serviteur elu
de la Divinit6. ( Math. XXII-17.)
Analogiquement ou figurativement, Mercure est
l'enfant, le jeune gargon sorti du sein du Soleil
consid6r6 la MATRICE UNIVERSELLE.
La formula (aAun-Thomr-Bha)), quant aux princi-
pes g6n6raux, constitute une cld d'interpr6tation u-
niverselle. Elle s'applique aux phenomenes de tous
ordres.





"*- J53-_

Dans la Chimie, c'est l'alcali, l'acide et le sel
produit. Dans la mecanique c'est la machine, c'est
le fe( avec sa puissance motrice, c'est l'article pro-
duit.
Dans la suite, les successeurs des Aun-Thom-Bha
inventerent une autre formula pour repr6senter la
triplicite Lune, Soleil-Mercuie qui ont respective-
ment leur analogie dans l'eau pour la Lune symbo-
lis6e pir la coupe de libation; dans I'animal domes-
tique, pour le soleil, represents par I'anesse noire ;
dans le -gne veg6tal, attribu6 ai Mercure.
Dans cette nouvelle formule, Mercure prend le
signe 1 de I'unite-syntese; la lune, le signed du ma-
le, le pronom OU qui s'interprite ((celui)); le foleil
le signe DO de la Dame et de la 'Domesticite. En
h6breux, le signed I) d6signe la main et par exten-
tioi I'AIDE, le SERVITEUR, I'ANIMAL DOMESTIQUE en
general, plus particuliirement 1'fue ou le chameau.
Soit:
Mercure unit6-synthbse- I
Lune male OU I-OU.DO
Soleil Dame et Ane DO

Marie sur I'Fne personifie le soleil' le Christ-Ho-
zanna sur l'ne represente Mercure et sa merre so-
larienne.
Analysons brievement les signes de la formula

I-O T.-D3O

DO repr6sente ici, le principle actif, generant c'est
a-dire feminin. Ce signe, a ce point de vue, s'inter-
pr6te le FEU, parce qu'il replace le signe T de la
TO-rche solaire.
C'est ainsi qne D designe le principle qui excite
au movement, I'id6e de ce qui Determine, qui AIDE
qui DONNE, qui porte SECOURS. Dans cette derniere
acception, le signe D s'interprete main ( id ).




-.5'-


Dans la langue hebraique pour former les verbes,
on ajoute au signe et aii radical le signe OU. Ainsi
DOU, syncope DO signifie au propre %( main en
action)). C'est 1'origine du verbe anglais ( to do >
pris dans sopi acception general, ACTION- DE FAIRE,
d'executer.


OU. Ce signe,
7


come


toutes les voyelles
1 1


h6bral-
.


ques, sarticuie suivant la position au a point
voyelle .
Place en tete, c'est 0, au milieu c'est OU, et com-
me ((patach)) place en bas, c'est A. C'est ainsi que
le radical DOU et le signe OU syncop6 0, s'articu-
lent indifferemment DOU, DO, DA phez les peuples
judaiqpies.
Ie radical DA, come NOM s'interprete femme, la:
DA ME. Comme cette DAME montre sa A main ea
action elle est surnomme : -
Dame qui aide, prete secours.

( LA DAME du SECOURS)

QU-- Le priccipe male est reprAsente par le si-
gne OU. Pour le reconnaltre, il fatt Ii donner sa
valeur de consonne qui est W ou V. Ces deuix lpttres
sont entrees dans la composition de mrots: War et
Vir qui se rapportent ai HOMME et I'EAU L'homme
est le PORTEUR d'EAU, c'est-a-dire du princip, f6-
condant sous forme de liquid s6iminale.


Il n'y .a pas, peut-etre, de
autant d'interpretations dans la


signe qui
langue t


renferme
iebraique.


Ce signed qu'on interprete \par CELUI finira par
designer la FEMME, celle qui porte l'OU-verthra ca-
ract6ristique du sexe feminin sound le nom de VOU
qui est le nom meme la premiere femme EV.


Le signe
OUrie don't


OU est
la femme


persoinnifi6 par
fut enlev6e par


le
D


patriarch
AVID.


Get acte est symbolique de la formule.






-- 55 -


Le signe OU de I'homme se reunit au radical DA
(le la fernme [par le signe I symbolique d'un baton,
du phalis. C'est ainsi que toute la formule s'inter-
prete e action de procreer .
Apr&s I'acte. de David, Bath-.hebalihlui envoya
dire : (Je suis enceinte ) ( 2 Sam XI. )
De la est venu le surnom attache A la tradition.
Judaique. i'
d LA GRANDEf OSTITUME

On reu nit le signe OU aux signs D et C de la
femme pour designer les choses qui se rapportent
a I'enfantement.
Ainsi DOU designe les contractions musculaires
propres a la pArtuvition, les DOUleurs et le rallical
COU se trouve en ac-COU-chement.
Done, DOU, DO, DA, dVsigntent essentiellemnent
la femme, la femme-mrere qni a pratiqu i I'acre
conjugal et subi l'accouchement. En cetle quality,
Marie qui est sortie du Judaisme prend le vocable

MATER-DO-LOROSA

celle qu'on invoque pour assisted les femmes en
-couche.
Pour detruire ce symbolisme antique on ptarera
de conception immaculee et d'accouchement sans
douleurs, deux negations sacerdotales-
1. Le principle neutre, l'unite passive, est repr6-
sentL par le signe I. Cette unite dite lodique dif-
f6re de l'unite absolue en ce que la premiere est
une unit collective, subordonnie a I'ensemble des
autres. C'est la son caractere essential.
Du signe 1 'Africain a fait les mots IO et laille
qui marque le pluriel. Le premier lo, a la valeur
du pronom EUX, et par laille, il entend ( a gogo
c'est-a-dire beatcoup.




-56


Tous les signes de Mercure desiginert 1'unite
plurlelle. C'est a ce point de vue que la robe mul-
ticoliire de SCIMBtHI est son symbol et que son
siine Z prend le chiffte 7. L'unit6 ternaire est


rep isent6e :
Lune et soleil.


)ar Mercure et ses pere


et meire,


L'unite septenaire est repr6sentee
reunissant les attributes qui soit les
et ceux des six autres planetes.


par Mercure
siens propres


C'est a ces multiples points de vue de synthise-
unite, ternaire et sepienaire, que le Christ au
sujet des attributes de Mercure dira que DIPU lui a
remis toutes choses dans sa MAIN ( Matt XI-27 )


Main
t-OU-tes
Dieu


(id)


OU
DO


La robe du Christ est de TRois
au MILIEU du BLANC et le NOIR.


Jaune.
Blanc
Noir

COULEURS. JAUNE


La MAIN, d'apres
renferme tout.


la science


de la chiromancie?


Les versetssuivants se rapportent. a la ROBE MUL-
TICOLORE, robe symbolique de ( toutes chooses D de

SC-1M-WHI
Sachant que le PPRE lui avait remis TOUTES CHOSES
entire ses MAINS.


Sachant
Choses et mains
Toutes et ses (pluriel


Pere


( P-Bh


im
Bhi)


SC-IM-BHI


Et qu'il
D1EU, It
pris. un


etait venu de Dieu et qu'il S'EN
se leva du SOUPER et o6ta a OBE
LINGE il s'en CGIGNIT ( jean XI1l-3-4


allait a
et ayant
),


"`








Souper
Ceignit
Un
Linge
Robe


( madras)
( ha-bit )


M
Bhi


Sc-im-bhi


Par SC-IM-BHI, on doit entendre un ha-BIT
(Bhi) faNit de beaucoup (im ) de SCI-ssures (sc)
ou de pieces decoupees.
Le texte modified de la Bible dira que la robe dn
Christ 6tait d'une seule piece et sans coitnure.,
Jean XIX-23.
L'esotlrisme nous revele que la robe Mtait sym-
bolique de ]'influence de la Iine repre-enite par
la couleur blanche, de l'influence solaire repre-
sentee par le noir et l'infiuence mercurienne, par
le jaune.
Toutes choses I


Lune ou Pere
Soleil ou Dame


OU
DO


Le jaune est la couleur de l'INCONSTANCE parceque
celte couleur represente ce qui va a toutes choses
La Lune domine et r6git la race blanche.
Le soleil est le Dieu de la race noire.
Mercure, ne de la lune et du soleil, c'est-a-dire
du blanc et de la n6gresse, est un MULATRE.
Le Japonais et leChinois sorrt lesprodnits des pas-
teurs semetiques avec les negres eLhiopio-egyp-
tiens.
La race blanche a refuse d'adorer le Fils mu-
latre du soleil. Cependant, D1EU le Pee entend que
blanc on negre n'aillent a Lui que
par son Fils : Celui qui croit an
FILS ( ) a qui Dieu a remis
TOUTES CHOSES--a la vie (Do )
mais celui qui ne croit pas au Fils
(I) ne verra ( Ou ( point la vie (D)






Fils I
Verra ( ceil ) OU
Vie (soleil ) DO
mais la'colere deDieu demeure surlui (Jean III-36 )
Par I-OU-DO on doit eatendre une-~personne
jaune (I ) qui concilie en son 4tre le blanc ( OU)
et le DArky ( Da ), le mulitre.
Sans qu'on s'en doute, la guerre europeenne
-est un effet de cette colere de Dien contre la race
blanche qui rejette le ( MULATRE-D[VIN ).
La fprmule I-OU DO est reserve aux grands
Initis, en tate desquels il faut placer le pape.
Iisfont ungeste symbolique quitraduit cette form
ule.
II s'agit de presenter TROIS DOIGTS de la main.
Dans le nom de chacun de ces trois doigts-- se
trouve un signe de la formule :
Index I
p-OU-ce .OU
me-DNus D
Eu faisant ce signed, le Clirist disait a ses aptores :
FA1TS ceci-montrants les trois doigts--en MEMOIRE
de MOL. .( Luc XXII-19 )

Moi. I
Ceci (pronom ) OU
Faites (to do ) DO
-C'est en vertu de la puissane del'Africanisme tradi-
tionnel, que le pape distribute ses' benedictions.
Envoici la preuve:
Le nom divin I-OU-DO ne doit pas etre profamer.
Le Christ lui m6me avec menace avait d6fendu aux
ap6tres de le prononcer devant les non-inities.
Marc VIII-30
C'est ainsi qu'on a dcart6 le signe symbolique
du Maitre (I) pour ne donner au people qiue
SOU-DO.





-59.-


Le mot OU-DO a deg6n6re, et OU a form& les
consonnes W et V comme nous l'avons deja dit.
Done OU-)O fait aujourd'hui WOUdo et VOUdo.
Le pape, comme on 'le voit, est le plus grand des
( vouuroisants ). Est-ce done a ce titre qu:eleVeoudo
est un cute sauvage et barbare qu'il faut extirper,,
sans merci ? .
A la formule OU-DO s'attache un symbol trds.
primitif deja cite d'une couleuvre noire ( Da-rk).
Mais corrompant ce simple symbol, un serppnt
blanc venimeux, tel celni qui ravageait les Israeli-
tes an desert ( OU ) fut substitute a la.couleuvre
primitive.
Au temple OU-DO on. voit ces denx ophidians
blanc et noir points sur les panneaux del 'autel-
Apres I'anatheme d'Esdras, a 'tepoque die la: cp-
tivite, les negres judaiques qui ava~ent 6ie' chases
par son edit se refugierent i Samarie ou ils prirent,
le nom de Samaritains et modifierent leur formula
par necessity socio-politique, come suit :

DAME-Soleil. . Damr
Blanc-Lune Bha
GarQon-Mercure ( lad ) Ldh

C'est ainsi que les Serpents-Couleuvres OU--DO
sont aujourd'hui les Serpents DAM`BHA-LAH.
,Christ-Mercure est represented par un BATON ou
uile PERCHE.
Sur ce baton ou perche, s'enroulente en sens' op-
pos6, les deux Serpents. C'est ,le caducee qui prend
la formule


C'est aussi celui du Serpent, d'airain de Moise et
celui du Christ sur la Perche ayant a ses c6tes les
deux larrons. ( Jn 111-14. )





-60-


Les gens ignorants, voyant lesSerpents syinboliques
du Judaisme au temple Voudo, en ont colicut qie
le negre adore le diable, Satan sous ce symbol.
Quelle aberration !
Ce'serpent noir est 1'expressionla plus exacte, la
representation la plus orthodox qu'il y ait di Fils
de Dieu descend du Ciel et qui a 6t6 pendu sur la
Croix.
C'est la BIBLE ELLE-MEME qui nous le dit.
L'Afric'ain nomme sa couleuvre sur le Tau

Ai-ZN-TAU-CAN
C'est-a-dire. le Fils ( n) du Soleil (z) descend du
Ciel (at) et mort (Can) sur la Perche ( Tau). Stric-
tement, CAN designe ce qui est DESSECHE par la cha-
leur ou le feu, come une branch d'arbre couple
et exposee au solely.
C'est ceite couleuvre qui sauve les Israelites au
desert, alors que les serpents venimeux les d6vo-
raient. 11 iaut dans ce symbol, opposer le C de la
Couleuvre Christique au S du Serpent Satanique.
Enfin, c'est cette couleuvre sur la perche identified
en Christ qui est appelee a sauver l'humanit6.
( Nbre.-XXI-7-9-Jean Ill-13-18 )
Les Serpents Couleuvres OU-l-DO sont une con-
ception ethiopienne.
L'Egypte qui vie t ensuite en matiere d'initiation
a formulW ce mystere comme suit:


S Le principle
Le principle
Le principle
soit,


male de la Lune
actif, femelle du Soleil
neatre Mercurien


BHA
TA
LAH


BAH-TA-LAH
Nous allons maintenant nous livrer a une analyse
de ces radicaux au point de vue hieratique pour
demontrer le mode de fonctionnement de la clef
6soterique judaique.







D'abord l'interpr6tation demotique on vulgaire.
La formula s'ecrit : BATTA-LA.
Par BATTA I'Afiicain d6&igne tout objet propre
a frapper,
On interprete BATTA, comme nom, par le mot
fouet on baton.
Le mot LA exprime, comme nom, un objet qui
est long et petit; comme verbe, il exprime ce qui
s'6tend, s'allonge, la latitude; une courroie, une
petite corde, un LA-sso.
Ainsi BATT.-LA est un fouet fait de longest, de
courroie, de plusieurs petites cordes a uxquelles
est attache un petit morceau de plomb ou de ter.
C'est le in arlinet arme6 qui sert a la flagel-
lation des esclaves en Egypte. Les Isra6lites le
nomment ( OQREB E ce qui signifie ( scorpion ),
parceque c t insect iuflige la douletr par sa QUEUE
AlMEE. < I Rois XII-11 .
Ce martinet armed est tenii par un commander
que l'Africain appelle
HO- OU
Par HO on designe ce qui est mile, la Lune,
l'HO-mme. I1 signifie come relation IL, don't I'ac-
cusatif en anglais est HIM
Par GOU on design celui qui comnande, le Gu-
bermator des Latins et 16 GOU-verneur des Fran-
ais.
Doic
HO-GOU-BATTA LA
Homme Gouverneur qui tient un martinet' arni,
un fouet fait de plusieurs PETITES CORDES.
Dans les hiiroglyphes egyptiens on pent voir le
type de cet home arm6 de ce martinet.
Au point de vue sacerdotal on hi6ratiques, la for-
mule renferme d'autres interpretations.
Nous allons r6duire chacun des radicaux don't
est compose la formule






BHA-TA-LAH

BHA- La racine symbolique -BHA' en hebreu
exprime toute idee de cause, de votont6 efficient,
de force f6condante
De la, Ba, dans les idiomes antiques, pour dA-
signer l'616ment aqueux comme principle de fruicti-
fication universelle, et toutes les idees de germi-
nation, de paternity, de desir, de possession.
Cet element est regi par la Lune.
L'id~e d'eau dans la racine BHA est dans le mot
hebraique BHAR qui signifie FONTAINE.
Au BAR on consomme les BOISSONS.
L'id6e de paternity se touve aussi dans le mot
BHL, un Maitre, un Seigceur, un Pdtriatche, un
BAtonnier, le Pere ou Dieu Stupreme.
Le radical BHA a pour attribut la Bpaute et la
Violence; I'action de BA-ttre, l'action de renm porter
la VICTOIRE par le combat. De IA BHA est repr6-
sente par un HOMME COURONNE, comme roi, come
vainqueur, comme laur6at.
Toute chose ronde se rapporte a ce radical,
comme aussi tout ce qui se r Le radical BHA, par extension, signifiera EAU
QJI LAVE, nettoie et blanchit.
Ce radical finira par designer le BLANC. Dorc
BHA=PATRIARCHE BLANC.
TA- La racine TO design au propre ce qui
tient au feu, a la chaleur, la zone TO-rride, uine
TORCHE et par extension le Soleil.
Port6 A la puissance du verbe, TO signifie bruler,
NOIRCIR TORRJFTER.
Le signe T est l'image symbolique de la TENTE
pour se preserver de l'ardeur du soleil, et par ex-
tension, T d6signe le TOIT, I'asile de I'homme.
L'idde de toit, de maison, est associee a cell de
CAPACITY, de CONTENANT, d'ESPACE, de PROTECTION.







C'est ainsi que TA, ce qui porte, content et pro-
tege designe la MATERNITE.
TA d6signera aussi la femme en g6n6ral, celle
don't la nature intime est figurativement un con-
tenant, une capacity, une enceinte, un Temple.
En effet, FEMME, ESPACE et TEMPLE sont terms
synonymes en occultisme.
Enfin le TOIT renferme, toujours par extension,
l'idee de resistance, ce qui fait r6fleter la lumiere,
la reverberation, ce qui brille, le flambeau, la Tor-
che, le SOLEIL,
Le radical TA dans le sens de Torche, de Tison,
d6signe ce qui est touched par la chaleur, par le feu,
ce qui est BRULE, CARBONISE: d'ofi le NOIR ou la TA
CHE.
Done TA design une femme salarienne c'est-A-
dire une NOIRE,brulee par le soleil une ETHIOPIEENE.
t Cant. 1-5 v
Ce qui confirm notre dire. c'est le fait dans la
plus antique Ethiopie, la Femme de haut rang so-
cial, une sorte de patricienne etait design par le
term TAROKHI.
Ce nom est aussi celui de Jupiter dans ses attri-
buts de FEMME SAVANTE DU TEMPLE.
11 est bon de connaitre les radicaux qui ldesignent
la femme a plusieurs point de vue.
La femme de souche africaine est repr6sent6e par
les radicaux MA,BA, TA, DX, CA. Ces radicaux d6-
signent rbspectivement la Mulatresse (MA) a la n,-
gresse d'ebene, la Cananite ( CA).
Pour indiquer la femme blanche europ6enne, it
faut ajouter ou intercaler le signe H qui se rappor-
te a la lune; sauf pour le sigue C don't le contrai-
re est S.
Encore une second fois, nous attironsl'attention
du lecteur sur ces deux signes qu'on ne doit jamais
confondre dans les interpretations hieratiques:
CAM et SEM. C-S.





-64 -


Ainsi MAH, BXH, THA, DHA, SA : femme blan-
che du plus pur des MAH-eutres chez les Allemands
au plus sombre jaune du ble recolte (S) des SlAves
(SA ).
LAH- Au propre LAH signi-fie jeune garcon, le
mot LAD de I'anglais.
Le signe L est l'image du bras deployed demi.
Le bras ainsi etendu implique aide. secours. L'etre
qui aide, c'est le serviteur, le valet, le gargon.
La racine LAH come verbe hebraique exprime
I'action d'ENVOYER, de d61eguer,- toute espece de
Legation, de mission a remplir.
Par I ce radical s'interprBte :
<( MESSAGE >.
Cet sonnifie ce jeune garcon nazareen, Fils divin de Ma-
rie, le CHRIST.
Le radical LA designe aussi toute chose HUILEU-
SE OU GRAISSEUSE.
La GRAISSE se dit LARD.
Par association d'id6e, la GRAISSE ou I'HUILE e-
veille dans la pensde le rite sacerdotale d'onction,
de consecration faite avec I'huile,
Paraphrasant ce radical LA sous ces deux accep-
tions particulieres, le Christ. dira :
c L'espritdu Seigneur est sur moi ; c'est pourquoi
w il m'a OINT et m'a ENVOYE pour annoncer I'e-
vangile -. (Luc IV-18).
Le signe L developpe aussi les idees deLIAlsoN, de
rapport, de Lien, ce qui rassemble plusieurs choses
en une seule. C'est ainsi que le mot africain LIA d6-
signe l'homme don't la nature est mixte, une natu-
re m6-Lang6e, le sang de plus d'un, le mu-LA-tre.
Or, s'agissant de mulatre issu de mere SALARIEN-
NE, le pere ne peut Otre qu'un BLANC.
Les signes et radicaux symboliques, voit-on, sont
susceptibles de multiples interpretations. C'est en







cela que reside la plus grande difficult de l'hebra-
isme primitif, egyptien : nmi rnme signe s'emploie
pour d6sigerjI' une infinite de choses.
Nous auro s a d(onner; plus loin, de nouvelles
interpret;lions a la for mule


BHA TA LAH


Nois prions le lecteurt de noter' que nous venons
de donner I'origine pantheistique des trois races.
BH, BOREEN; TA, TACHONITE oU ethiopienne;LAH
Levantin ou Asiatique.

Classification des Signes
et des Radicaux.


Les signed sont divisees en trois categories:
mires ou divins au nornbres de trois ; les simples
lettres : les doubles ou racines.


fes
ou


Les racines sont simples, composees ou doubles
et syncopees: suivant qu'elles sowt forme&s de deux
signes, ou d'un radical diminufif de quatre signs,
ou d'un radical synth6tique et syncope, comme Nua
pour Nou-Na.
LES SIGNES ET LES RADICAllX. SIMPLE ET
DOUBLES, SEULS NOUS INTERESSENT ICI.,
Les signes simples representent 1-s etoiles fixes
Les raciness, les signes vocaux, representent les 6-
toiles errantes on planwIes.
Ces signes symboliques nous sont fourntis jajour-
d'hui par les lettres et par le- radictanr de la lan-
gue hPbraique qui a te l'idimtne pr)imitit de 1 Anti-
que Egypte.
Dans un recit vrai on fabulenx, Cas << signe -let-
tres sont inseres, caches dans des <(tnois sptci;tux
don't l'assemblage forme des < Sentences d'allure
banale la plumpart du temps.


w







Tel est a peu pr6s la disposition que nous ren-
controns dans les vers ascrostiches.
Nous donnons I'application de ce systime d'oc-
cultation.
LUNE.

La lune avons-nous vu, regit l'eau fecondatrice.
Elle est designee par le radical BHA.
Elle sera done rapresentee, analogiqueement, par
l'homme qui porte le liquid seminal. En hibreu ..
HOM signifie abime ou lune. En initiation, lume est
done du sexe masculin.
Cet home sera un BLANC parce que la lune, otis
l'avons dit, eveille la representation de l'eau qui
lave, nettoie, purifie et BLANCHIT
Cet homme blanc sera just parcequ'il repre's ,nte
la 1li, un principle qui ne varie pas, un principe
absolu, eternel.
A ce point de vtie on lui donne le signed E quii
represent I'E Q u I T E. 'EQUILIBRE. C'est le
vrai signed d'Adam qu'on a passed Eve, parceqn,'-
elle a etd mise sous leisigne de la lune. A ce tire
E marque le f6minin quaid primilivenient c' tait la
marque du masculin. E rept senate I'EAU qui re-
cherche toujours son nivean,son Equilibro; et I
represent le FEU, le principle Igne du Sol-il.
L'homme Equitable exercera une function de tout
premier ordre, celle de magister, d- roi, de patl i-
arche, de pere nourricier.
Cet homme sera celibataire, pratiquu't I'asce-
tisme, parceque la lune est l'asire solit ~ire de la
nuit. C'est a ce point de vue que le sacerdc blfanc
dans le culte lunaire command Fascetisi se, im-
pose le c61ibat. On fera de Joseph un Eu nique par
discipline sinon physiquement du corps.
Cet homme premier tiendra en main uIne hon-
eette. une crosse, un baton on Verge, syrmbole du





- 07 --


comlmandement-et de son 6minente dignity de roi,
de patriarche ou d'6evque. Quelquefois cet!e Verge
sera ornbe de fleurs blanches, tell la verge
fleirie d'Aaron et de St Joe (Nbres-XVIl-1-8.)
Enfin cet homme porters: un turban blanc, une
coiffure blanches a l'egyptienne, ou une couronne
de fleurs blanches.
La couronne, les colliers, les bracelets sont des
ornements symboliques de la lune.
Les anneaux d'argent ports au med6us gauche
sont en honneur de la lune.

SOLEIL.

Le Soleil TA, force comburante, r6git 1' 1 ment
feu. Sous l'action du principle chaleur, le liquid se-
minal est conduit au terme foetal.
En d'autres termed TA designe la couveuse qui,
apres 1'acte de f6condation, fait eclore 1'oeuf humain
C'est ainsi qu'en esoterisme feu et fmnime sont
synonymes, et le principle fen ainsi que la femrme
prennent le signed I, principle Igne.
Conform6ment a ce que nous avons dit plus
haut, le Soleil est reprise it6 dans les ternples an-
tiques par une FEMME TRES NOIRE, une Etiopienne
pur sang qualifiee par le vocable Im-Ta; c'et-a-dire
beaucoup (im) tach6e (Ta) brulee par le soleil,
noire d'ebene.
En hebreu IM est un affixe qui marque le pluriel
et s interprete beaucoup, tas, les.
L'Eglise moderne, dirigee par le blanc auquel il
repugne de fire genuflexion devant I'irnage d'nne
negresse ne trouva rien de mieux que (F interpreter
faussement le mot IM don't le senw, apres elle, serait
sans signification que cet affixe n'avait pas-
Par Im-Ta-Macula il faut entendre au propre
MARQUE NOIRE-BEAUCOUP On I'a Iranspos IMN-MAcU-
LA-TA, pour traduire TA par vierge, MACULA par





-.68


tAche et IM par SANS. L'erreur est dansTa et Im.
TA, designe la femme qui a une Table, c'est-a-
dire une famille. Elle est done fine mere.
Et cette mere est de race solarienne.
VM


Le Soleil est donc FEMELLE au point de
tiatique; et ce, d'accord avec la Bible
question de la (( FEMME REVETUE DU SOLEIIL


viie ini-
oui il est
, ( Apoc.
XII. )


Cette femme revetue du Soleil sera une fernme
pleine de coeur, une sentimentale, excessivtinent
impressionable ; parceque le Soleil a son ana-
logie dans le COEUR dd l' tre human; et aussi par-
ce que le principle par excellence que cel te fmme
represent est celui de la Maternit6.
Au point de vue initiatique ou symbolique, le
noir est la couleur de la JUSTICE misericordieuse.
(Apoc.VI 5.).


C'est a ce titre que
la robe noire.


les gens de Justice portent


C'est une erreur de considered le noir comme-
symbole de deuil. Le noir, au contraire, est sym-
bolique de vie, de resurection, d'iminortalite.
C'est le blanc, couleur amorphe et negative, si
nous pouvons ainsi dire, qui represent la MORT.
Les tentures funebres noires et blanches symbo-
lisent la VIE par la MORT.
Relativement a l'idee morale qui sattache a
cette femme revetue du soleil, les symbolistes
different d'opinion.
Curtains allegoristes disent que Dame-Soleil est
une ( VEUVE D parcequ'on voit son jeune garlon
Mercure don't le pere est absent.
D'autres symbolistes la representent coinme une
grande prostitute ethiopienne, riche et de haute
situation social; mere d'un fils naturel don't le
pre ( lune) est un blanc revetu de la dignity royale.








D'autres encore pritendent que cette Dame-So-
leil a enfante aulogniiquement, c'est-a-dire par
I'effet d'un miracle, sans les oeuvres d'un maria,
c sans tache ) suivant l'expression consacree par
1'Eglise,


La premiere opinion est colle ies Inities
titulent les ( Enfants de la Veuve ).
La sconde est ceele consignee dans le
la visit de la reine d'Ethiopie a Salomon,
Sage ( I Rois X ).
La reine de Ch6ba, autrement designee
du Midi la nigra sed pulch i4na eu
lomon un fils natural qui est Chiram ou H


qui s'in-

recit de
le grand

la reine
tt de Sa-
[iram.


It-


Cette meme interpretation, nous la retrouvons
consign6e dans les rapports du r&i David avec
Bath-Chebah. ( II Sam Xt )
Marie qui se sauve pour aller a la montagne de
Juda est censee rencontrer un poux, comme Ruth
avait trouve Booz.


Chez un people don't le nom
gorie qui se rapporte au Soleil
sur une interpetationimrnorale:
grande Dame don't le Fils est son


Alors un jeune
le symbol. Cela
souille le lit de so
Renversant les
Lot, souillent le 1
vre leur pere et
les f6conder.


m'echappe l'all6-
-Merciure se base
Le SAleil est cette
marl.


bouc qui saillit sa mIre en est
est represents par(( Ruben qui
n pere. ) Gen'49-4.


r61es on
it de leur
dans cet


dira que les FILLES de
mere. Elles avaient eni-
elat, elles l'ont porter a


Cette derniere fable se rapporle plus particu-
lierement a la Dame-Terrestre ( Gen. 19--,3 )
La Prostitue de la tradition Africaine a travers
les siecles donne la main a la captivate et infidele
( Choucouin) la d6!iciense creation poetique d'Os-
wald Durand notre Poete National.







Enfin, 1'Eglise rowuaine impose le dome tire de
la troisieme interpretation; doguie de la conception
A \par l'operation du St. Esprit : Marie Mere-Vierge
Immaculee c'est-a-dire << sans tache ) d'apres ia
traduction erronee que nous venous de critiquer
( Luc 1-54)
Le Soleil, consider coinme le coeur, le centre
du sentiment, est invoqua avec fo.veuti sous le, vo-
cable de
NOTRE DAME DU SACRE C(EUR

Le Soleil, avec la IpetiTe planete Merciir dins sor
sein, 6clairant l'humanite chaque jour, c'est A-dire
perpetuellemeutsont represented par une
DAME AUREOLEE

du granVi cercle solaire tenant un jeune ga rcor
doucement appuy6 sur son sein.
Qui ne reconnait dans cette gracieuse image celle
si populaire, si misericordieuse de la
a DAME DU PERPETUEL SECOURS >

Maisle blanc, pour raison d esthetique sa is doute
n'a point voulu Af'SOMBRIR ce tableau.
Son pinceau sacrilege l'a indignemnent pollue,
polluant du meme coup la JUSTICE integral et la
VERTUE de Marie. Ainsi a etL ma pmlle, blachi
la face de la
SDAME ETHIOPIENNE

Ce subterfuge n'a pas ernpeche celendant qie
dans certain temples B l'etranger la Da ne et
son Garcon ) soient represents at natural avec
leur couleur authentiqua, c'est a-dire celle de la
plus pure teinte NOIRE d EBENE.







MERCURE
LAH. -Ce mu-La-tre Mercure est represented
dans les temppar un candp-LA-bre. (Apoc. I-0O)
Co radical Lah ayant la valoir LAE (H-E) syn-
cope Le design au propre uine FORET, et an figure,
la Liberle
MNrvrcii'e est tin forestier. II est personnifit par
Chiram ain Liban, envoyant des poutres a Salo-
mon ( I Rois V 7-10 )
Le radical LE prend la valeur de Li qui designe
la LUMIERE, le Li-ght des anglais. Une fort en feu
qui donne une tries vive lumiere, est le symbol
primitif d'Ethiopie pour represented le Soleil et son
Fils Lumineux. A ce symbol, nos ancetres don-
nent la formule suivante :
Les poutres de Bois B
Le feu et la CHalcur C-CH
La Lumiere resplendissante LE
L--C-CH-BA
C'est cette lumiere resplendissante de Papa-IL-C-
Ba qui terrassa Saul de Tarse, allant a la ville du
Soleil, c-a-dire DA-mas. ( Actes IX-3 ).
Dans cette Lumiere, it entendit la voix du Christ.
On doit savoir que le radical Ch, dans ce nom
divin, a la meme valeur que le Lh.
Les deux se rapportent a la main. Et la main,
par extension, d6signe ce qui est touch, travaill6,
frotte ; ce qui est frotti ( chrestos ) est poli, et ce
qui est poli, brille et reflete la Lumire. Voila par
quel proced6 les radicaux LH et CH se valent.
Par Christ ou Chresto.:, on doit entendre celui
qui a 6t4 frotte avec l'huile sainte de la condecra-
tion mercurienne. C'est A ce titre que le Fils de
Marie est design (( l'Oint de Dieu. ))
Rapprochant les dedlx r;idicaux LE-CH on les
interprete ( Envoye et Oint de Dieu ( Luc IV-18. )
Pour revenir au radical LAH syncopIV Li. nous
dirons qu'i' exprime la vigueur, le mnoiiv ment







inn6 qui se constate dans le regne vbg6tal, lequel
regne obeit aux influences de la planete Mercure.
C'est ainsi que LH designera tout ce qui est ver-
doyant, recent, humide, frais,jeune ; tout ce qii
est lascif et prolifique ; tout ce qui est beau et
doux au toucher.
Done, Mercure et Christ ont tobs deux mnme o'i-
gine, memes caracteres, memes attributes.
Tous deux sont des D6legu6s divins, Messies.
LAH, come Mercure le doux fils de Marie ct de
St. Joe, se quarifie le ((Bois-VERT ) (Luc 23-31 )
IdentifiU comme il 1'est dans ses attribu's'murlli-
ples les plus divers, le Christ se present A norus
symboliquement engendre par la Line et le Soleii.
Et alors, que peut-il etre, sinon mulatre ? 11 e:t
mulatre parce qu'en sa quality de Fils de L)ieu,
il represente la synthese du Soleil-Feu et de la
Lune-Eau. L'etre human qui reunit en sa nature
le sang du blanc et le sang de la nigre-se, c'est
le mulatre.
L'analogie du Soleil, quoique en sens inverse, est
la Terre. L'analooie de la Lune est dans 1'etendue
des eaux superieures ( nuages et vapeurs ) et infe-
rieures( mers et rivieres ) L'analogie de Mercure,
fils du Soleil, est dans le regne viegtal, issue de la
Terre par les racines et des eaux, par les feuilles.
Done Mercure et le regne vegetal constituent la
manifestation d'un meme mystere place dans deux
hierarchies evolutives diff6rentes. G'est a ce tire
que le mulatre portera comme symbol une perche
designee (( piquet .
II offrira aussi le parfum tire des arbres aroma-
tiques.
Avec ce ( piquet ), le bAton taille en poite, le
Forestier gravit les montagnes escarpees de Juda
etdu Liban. On a l'analogie des (( piquets ) dans
l'histoire d'Abimelec qui, avec les homimnes de son
armee, taillent les branches d'arbres [ our alltrmel-
tre le feu (soleil) A la Tour de Sichem. (Juges IX 48)





- 73 -


11 suffit al'initi6 de savoir que le Fils de Marie
re~nt t toutes choses et qu'il se qualified ( la graine
du froment le a fruit de la vigne ) et le ( bois-
vert ), pour reconnaltre comme l'evidence m6me
que ce Fils de Dieu represente Mercure et qu'il est
mulatre. c'est-a-dire, l'etre synthese don't nous
avons montre I'origine.
C'est a ce point de vue que l'Enfant de Marie
est ador6 par les

TROIS CASTES DE L'HUMANITE

repi6sentees par les trois Mages.
Le blanc Melcheoir reconnait dans cet Enfant-
dit u uie parties de lui-meme.
11 lui donne la myrhe symbolique de la mort
representee par l'astre dteint, la Lune.
Ensuite, ce blanc d6sappoint6 regarded l'Enfant
d'u-n ( mauvois ceil ) Ici, wil est I'hieroglyphe
de la lune. C'est ce que signifie le nom du mage
blanc : ( mauvais oeil MalDchok mot hebreu si-
gnifi;rnt vomissement excessif: GRAND (Mal) VOMIS-
SEMENT ( DCH ) da a la < Jettator ).
On a modifiU MALDCHOK en MELCHEOR.
Tout enfant qui deperit par indigestion gastro-
intestinale, est dit (( DCHOKE ).
Si I'on annongait la venue d'un autre enfant di-
vin, les blancs qui le visiteraient feraient la meme
chose que le blane Melcheoir. Aucun dieu d'apres
le blanc ne saurait avoirdu sangnegre. Cependant,
c'est bien 1'Africair qui a donn6 le christianisme
au monde.
Le Mage negre, Caspard, present la couronne"
d'or de la reine d'Ethiopie, parce que cet Enfant-
divin, de par son sang solarien africain, celui de
sa mere, est I'heritier du tr6ne du Midi.
Enfin, le mulatre AL-thazar, modifi6 Balthazar
offre le t parfum v, 1'encens du regne v6g6tal,





74 -


parce qu'il reconnait le mulafre dans ce Fils de St.
JOE le blanc et de Marie, i'Ethiopienne.
Done blanc, negre et mulatre co-existent en (Cet
HIritier Composite >.
C'est la Justice de Die'u instituant l'human.it
noire et I'humanite blanche co-heritieres de son.
Royaume par ce


synthlse de deux branches de l'humanite.

Un Dieu blanc on un Dieu negre ne'saurait agir
avec impartiality et en toute equity. Le juge se
place entire les deux, et it ecoute chacun des parties.
Le mulAftre est leJUGE-NE. Et Dieu a donned ce
titre' a son Fils unique en plaant la balance de
Themis dans sa main (Apoc. VI-5)
Le Fils est represented par le pilier de la Balance,
il est DROIT,'il est JUSTE, ii tient le MILIEU entire
deux extremes ; c'est-a-dire entree le BLA.C et le
NEGRE.
En vertu meme de la doctrine en parties alteire
- de-l'Eglise, ce MAssie doit- tre-NoiR et CREPU s'il
est ne autogeniquement, sa mere e6ant la negresse
solaire.
En. aucune f (on il ne saurait etre un blanc.
'Daccord ave3 I'opinion courante a l'epoque de la
naissance de l'enfant de Marie, nous croyons qu'il
a pour pere St Joseph, le blanc. Car it n'est pas
raisonnable de supposer que tout le monde a cette
epoque ait pu ignore le fait niiraculeux de la
naissance d'un enfant sans pere.
L'e texte de la Bible ne nous permet pas de
supposed que Marie et les gens de 'son temps
croyaient autrement.
N'est-il pas J6sus, le Fils de Joseph, don't nous
connaissons le PERE et LA MERE.
( Jean VI-42)







r N'est-ce pas le FILS du CH:RPENTIER ?.
Sa merte ne s'appe!le-t elle pas Marie, et ses
fires et sceurs ne sont-ils pas tous parmi nous ?
D'ofu Ini viennent :
TOUTES CES CHOSES ( Matt. XII-55)
Ainsi parle:t les Ecrif,'res.
Noi-s soulignons a dessein l'expression ( routes ces
Choses >; car au point de vue esote iquH, elle a
une importance capital. .r
Le symbol que donne la tradition a cette ex-
pression, nous I'avons deja dit ail!eurs, c'est la
robe ml icilore de Joseph en Egypte, robe de
tones cho es quanrt aux couleurs ( Scimbhi) re-
presenitant 1 unite-synth"ee qui est exclue chez le
bianc pur sang et e n gre pur- sang.
Par ( routes choses ) il faut entendre <((mlange))
et l'etre don't le sang est milarlng, c'est le mulAtre.
Les trois Evang6listes sont d'accord pour rap-
porter le fdit que personne lne dontait que le Messie
fut le fils de Joseph. (Luc II-23)
Admettons par impossible que tout le monde
se soit trompe au sujet du pere veritable du Christ,
il nous resterait le temoignige de Marie sa mere
Marie, en effect, une fois s'oublie-parait-il,. et
avoue elle meme que St. Joseph est le PERE de son
enfant ( Luc 11-49 ).
De ce que, dans la nature, it est centre les lois
de la ge6nration que l'etre human procree AUTOGE-
NIQUEMENT, d'accord avec le principle esoterique,
nous croyons que l'Enfant de Marie, s'il est un 6tre
en chair et en os, doit avoir un.pere et une mere
en chair et en os.
S'il s'agit au contraire d'un mythe, nous ne fai-
sons pas de difflculte pour croire ce qu'on voudra.
Nous venons de donner un apergu des sp6cula-
tions philosophiques qui s'attachent aux formules e-
soteriques.
Chaque formule-clef possede au moins sept inter-
pr4tations reposant sur les sept parties du discours.




-Pj? % I


Quand on poss6de tout cela, on a en main la
clef de voute de la Religion universelle.
II existe en outre, un rapport g6ographique en ce
qui touche les formules.
C'est ainsi que l'on parole de
GEOGRAPHIC ESOTIRIQUE
qui a pour base non la description des regions du
Globe, mais le rapport analogique qui exisle entire.
les regions de la terre et les manifestations d-s lois
universelles de la creation.
Le sujet est trop complex pour etre aborde ici.
Jetons cependant un coup d'oeil sur la formula

B-T--L
qui nous interesse ici.
On se dirigera soit vers Be-TH-ueL, soit vers

BTH-L [dhem]

C'est A just titre que l'Ecriture anrnongait que le
Christ sortira de la race de David (Soleiljudaique)
et du bourg de
Be-T-L ( hem] (Jean VII-42)

Joseph et sa femme enceinte s'en allerent, en ef-
fet, a B-TH-L (ehem) pour etre enr6gistres. La sut
vint I'accouchement de Marie dans une creche.
( Luc II).
Allons jusqu'. B--TH-L ( hem ) et voyons ce
qui est arrive, et que le Seigneur nous a fait con-
naitre. Is allrent done en hate et ils trouverent
Marie et Joseph et le petit enfant qui 6tait couches
dans la creche ,. (Lue 1I-15-16).
Voila un passage qui justement renferme des
t mots speciaux o ayant pour 1'6sot6riste qui voir et
ENTEND, une signification symbolique.






Nous nous contenterons d'en reliever seulerent
trois.
Ainsi

Joseph- patriarche porter de Bdton.. .BHA
Marie- solarienne selon le judaisme .. TA
Enfant- coUCH ( aL-longe) ... LA

Done la naissance du Messie confirm la formule
de 1'Arche egyptienne. C'est pourquoi, lorsqu'on
parole de la famille du Christ, on a coutume de dire
qu'elle a e16 appelee d'Egypte ).
Arrive a l'Ige d'homme, le Messie fera un geste
symbolique qui relieve sonattribit de

HOME GOUVERNEUR

qui BAT avec le MARTINE1, le fouet a queue. En ef-
ftt, entree dans le temple de Jerusalem apres son ac
clamation comme ( fils du Soleil ) c'est-- dire Ho-
Za-Na fils de David monte sur l'Ane de la tradition
judaique, il y rencontre un tas de vendeurs qui
deshonnoraient le temple.
< Et ayant faith un FOUET de petites cordes.

Fouet .. . Batta
petites cordes LA

II les chassa tous du TEMPLE et les BREBIS et les
TAUREAUX. ( Jean 11-15 ).
Pour bien saisir la port6e esoteriqi.e de ce verset,
11 nous sera permis de fournir quelques renseigne-
ments.
Selon le rite, on sacrifice Ala lune des taureanx tout
blincs Le signe don't le taureau est 1'hi6ioglyphe
est le Bh.
De ce signe Bh proviennent le mot franmais Boeuf,
les mots anglais Bull ou Bullock.


-77






Au Soleil, on sacrifice le cab'it ou chevre noire,
celle don't les LONGS POILS sont portes par David.
(Sam, XIX-13)
q Cabrit tout noir ) se dit Touch ,n h6breu sym-
bolique. Mais dans le texte qui nous int6resse le
Soleil Ta, la femme est represented par le mot TEM-
PLE NOus avonsdbji donned le rapp rt qui existe en-
tre le temple, I'espace et la fernmme.
, En I'honneur de Mercure <( 'Oint on fife toute
chose huileuse ou grasse.
On brule B son intention la gzrji se de, ag eaux
ou brebis tachetes, noir et b anc Le mot 'jui d&,i-
gne la graisse des aniimaux designe en meme tem ,s
la brebis tachetee et le nom esoterique du Messa-
gor aile, fils du Soleil.
En effet, le radical Lab a former comme il a ft6
dit, le 'mot Lard. Ce radical la v-leur de La le-
quel, transpose AeL sigtiifie la brebis tachetee.
Done les mots speciaux du verset sont :


Taureatu- Boeuf
Temple-Femme
Brebis--grasse


BHA
TA
LAH


HO GOU BHA TA LAH.


VoilA la divinity palenne de l'Egypte confirmed
par le Christ.
Toute la Bib'e est srt,,eplible de ce mole d'inter-
pretation que de serieuses considerations ethniques
et d'ordre politico-sociale ont fait mettre de c6t1
au point qu'aujout d'hui bien peu peuvent y recourir.
Car il ne faut pa- que l'on sache que la Bible, quant
au fond, est d'origine negre.
I1 ne faut pas qu'il soit reconnu que le Mess;ie-
mnultre est venu confirmer la tradition africaine des


AUN-THOM-BHA.







II est apparent que la race blanche, sauf quelques
nobles excentions-esten proie a une jalousie ou-
tree co:tire la race africaine.
Un accord general s'est fait parait-il qui domine
toules les divergences, tous les antagonismes ;
il s'agit d'aneantir la race infame en informant tons
les temoignagrs de grandeur de l'antique civili-
sation Ethiopo-Egypto-Assyrienne.
Et se delectant dans une revanche barbare et sa-
taniqcne, elle massacre la race de couleur sur toute
I'etendue de la terre, employant tantot onvertement
les moyens les plus violent, tant6t agissant sour-
Snoisement dans les tenebres, mais toujours avec
6fficacite au point de vue des resultats.
L'Eglise moderne elle-mme,, feint de ne pas la
connaitre, cette interpretation secrete, par ce qu'elle
est de nature A renverser les dogmes sur lesquels
sont etablies ses assises seculaires.
Ce secret s'est troiv6 en possession de St. Jerome
qui est redevable de son initiation anx rabbins
juifs vers le 1V siedle. Ce Pere du romanisme a
laisse echapper dans ses ecrits certaines decla-
ra'ions comprometantes qui ne laissent aucun doute .
qu'il fut un 6sotlriste accompli Parmi bien
d'autres no';s relevons sa dAclaration suivante : < La
Genise, le plus difficile et le plus obscur des Livres
sacres, renferme autant de SECRETS QUE DE MOTS;
et chaque MOT RENFERME PLUSIEURS. )>
Pour qu'un MOT renferme plusieurs mysteres,
faut-il bien que ces mystires soient repr6sentes
par les LETTRES qui composent ce mot. Done MOT
ici signifieiformule symbolique, composee de lettres-
signes. ( Schur6 : Les grands initi's-page 155 .)
C'est a ces titres et quality que le Pere doit d'a-
voir ete choisi pour modifier le texte des Evangiles
( Etant du serail D il en connaissait les moindres
detours.




-80 -


St. J6r6me, en effet, s'est ingenie A remplacer
tous les a mots spkciaux D par d'autres mots don't
la premiere lettre ne correspondaf~ pas du tout
a la formule esoterique. Ici meme nous avons une
autre example de ce system : taureau pour boeuf,
brebis pour volailles. Mercure etant <( PLUMEUX ), it
ne r6clame pas l'animal poilu.
Pour les vrais inities, le texte biblique ne peut
etre jamais correct et precis au point de vue du
choix des mots, de la forme grammaticale, voire aus-
si sous le rapport de la ponctuation.
C'est un texte non litteraire et d6pourvu au sens
propre du mot, de valeur historique intrinseque. Ce
texte, purement et simplement, est un texte symbo-
lique.
St. J6r6me a sacrifi6 ce dernier caractere en fa-
veur des deux autres don't c'est chose facile de re-
connattre l'6tat negatif.
Pour avoir, de propos deliber6 et syst6matique-
ment pollu6 ce texte, St. J6r6me, comme il I'avait
pr6vu, a ete lobjet de l'anatheme de tons les ini-
ti6s de son epoque. Sa ( Vulgate fut condamn6e;
mais l'inquisition et I epee de Constantin la main-
tinrent.
De nos jours encore, les disciples et initi6s de
St. Jer6me continent a donner des ( Versionscor-
rigees i) du texte Sacre., Et I'on constate avec peine,
sinon avec indignation que. grace a ces sacrileges
souvent repetes, la vraie Bible disparait de plus en
plus.
Comparez les textes hWbraiques, grecs, latins avec
les diff6rentes versions en langues modernes et ii
sautera aux yeux qu'ils ne s'accordent pas.
Relativement a l'interpretation de la Bible selon
le sens inl!ime et symbolique, nous avons le t6moi-
gnage de Richard Simon qui en parole savamment
dans son ( Histoire Critique ). 11 cite a cet effet un
extrait de deux grammairiens juifs qui sont des ju-
daisants : Jona et Juda Huig.





-- 8 -


Ce dernier initi6 c parole dans son ouvrage d'abord
des lettres qui sont CACHCES et de celle qui
sent AJOUTEES pour derouter le chercheur profane.
Le plus grand secret de la langue h6braique, dit-il,
consiste A savoir distinguer ces sortes de LETTRES
qui sont du CORPS DES MOTS SPECIAUX de celles qui
n'en sont point. II assure que le secret de ses LET-
TRES est connu de peu de personnel et il relieve en
cela l'ignorance des rabbins de son temps qgi, fau-
te de cette connaissance, ne pouvaient RJDUIRE
LES MOTS A leurs v6ritables RACINES pour de-
couvrir le sens intime. ( Hist. Grit.: livre I chapi-
tre XXXI.)
On comment certainement une grossi6re erreur
quand on suppose que P'hebreu est la langue ra-
ciale du people juif. Nous aurons & revenir plus
loin sur ce chef. En attendant nous d6clarons que
l'h6breu est lidiome primitif des Egyptiens. Et
que pour 6gnrer de plus en plus l'opinion en ma-
tikre d'ex6g6se on soumit aussi a une veritable
inquisition bous les 6crits des initi6s judaiques en
language symbolique. C'est ainsi que !'ann6e 1490,.
6poque a laqnelle des centaines de milliers de
livres hdbraYques ont ete livr6s aux flames, restera
une date m6rnorable dans les annales religieuses,
epoque que dominant les sombres et hideux h6ros
qui ont pour noms Torquemada et Lope de Ba-
rientos.
L'incendie de la Bibliotbeque l'Aragoncomme ce-
lui de la Bib'ioth6que d'Alexardrie constituent des
pertes a jamais irr6parables pour l'esprit human.
Et tout cela a t6 l'ceuvre du BLANC INTELLECTUEL
C'est bien dans un but social et pour I'int6rdt
exclusif d'une race, qu'on a dctruit ces muses de
l'antiquit6 savante,
Apr6s avoir d6truit les temples et martele les
inscriptions, on jettera sur la langue la plus sa-
vante que l'hurnant6 ait connue, un discredit oL;-
trageant.







L'Eglise moderne, pour ne pas voir phlir ses
ridicules et trop etroites pretentions, a proscrit les
langues 6thiopique et h6braique.
Cependant le livre d'Hanoch qpi renferme les
mn.nes doctrines des apotres est ecrit en langue
ethiopique Ces manuscrits remontent A des siecles
avant l'ere chr6tienne.
L'hebreu est la langue dans laquelle la Bible fut
&crite. Mais par une de ces aberrations don't 1'E-
glise est coutumiere, connaitre I'hebreu est, a ses
yeux, un danger, un peche affreux- qui conduit
tout droit aux flammes de 1'Enfer. L'Evangile de
St.-Matthieu, ecrit en hebreu, a ete jet6 aux flarn-
.nes et on a donna 6 a sa place ce qu'on a voiilu,
pretextant que ce manuscript compor ait des
choses que I'on a ajouteos pour conduire 1'hu-
manite aax enfers.
L'Eglise moderne veut et entend que 1'Antiquite
kgyptienne, en dehors du culte des crocodiles, des
ibis et du Doeuf Apis, etc, n'ait rien connu de ce qui
touche a la religion, a la haute th6ologie, a la
Morale.
Quand St JBrome s'avisa d'aller apprendre l'h6-
breu pour mieux Studier la Bible, son Eglise, avec
ensemble, s'eleva contre lui.
Cela est si vrai que Ruffin,un grand fanatique et
z616 dfenseur du romanism-, l'a fort malmene pour
s etre lIyri a ce genre d'6tude. Ruffin le traite d'IM-
:PIE )), lui rappelant a qu'Oiigene ne s'est jamais
oublie au point de traddire I'hebreu, et que les Juifs
et les apostals seuls peuvent entreprendre pareille
besogne ) (Rich Simon livre II)
Ruffin a pleinement raison.
Des l'instant ou l'on se met a etudier l'hibreu, on
voit de suite toute l'etendue de I'immoranlit6 du sa-
cerdoce blanc qui a tout fausse pour conque.rir et
maintenir cofte que cofute sa predominance.
Et si l'on a un rest d'amour propre et de con-




--$83_


science on ne peut que s'~loigner de cetle eglise qui
trompe l'humanite. II est permits d'etudier toutes
leslangues mortes saufi'hebreu qui est lasouche pri-
mitive de toutes les langues savantes ? Cela n'est-
il pas assez significatif?
St. Jer6rme devient ((UN IMPIE)) et ( UN APOS-
TAT )) des qu'il veut lire la Bible dans le TEXTE
ORIGINAL ? C'est encore asSez significatif, renver-
sant meme.
Les Israelites, eux aussi furent pris par la conta-
gion d'une folie pareille.
Sous la conduite d'Elqieu et d'Esdras ils entre-
prirent d'eflacer l'origine judaique et egyptienne
de leur culte.
Is firent donc, grace aux I POINTS-VOYELLES )) de
profondes modifications dans le texte du Sepher
retronve a Jerusalem apres la captivity. Pour 6tre a
leur aise dans cette entreprise sacrilege, its chas-
sent par un edit tous les nigres judaiques, notam-
ment les Samaritains.
Le Sepher alors subit des suppressions, des trans-
positions et quintite d'interpolations. C'est pour
celte raison que cette transcription d'Esdras n'a-
vait pas obtenu la faveur de tous les inities juifs de
son epoque. Ceux-ci pr6f6r&rent encore la version
des Samaritains qui est au point de vue symbolique,
plus orthodox.
Cependant, en depit du texte alter~, l'initie eso-
eriste peut aisement decouvrir tous ces trucs et
reconslitner l'integriti des (Ecritures) en s'eclairant
d'autres ttxtes. Car, tantes les histoires contennes
dans la Bible, de a Genese a I'Apocalypse ne ren.
ferment qu'une VERRITE ESOTERIQUE exprimr'e
sous de MULTIPLES ASPECTS SYMBOLIQUES. Donc, ce
(jui a e16 corrompu dans certaines parties peut e-
tre purge par comparaison avec le reste et par sui-
te dun examen critique des autres parties du mai-
me texte.
Telle est la ( Clef des connaissances o de la tra-
dition africaine- du
VOUDO,







JUIF ET JUIF


[-HOUS--1-OUC

fI nous faut ici donner une explication sur le
mot traditionnel Juif".
II y a deux categories de Juifs.
Le Juif blanc I-OU-SH-
Le Juif negre I-OU-CH
Si I'on ne fait pas de difference entire SH et CH dans
les langues modernes, au point de vue symbolique,
la difference est cell du BLANC et du NOIR, de la
lune et du soleil.
Le signed SH qui vaut SElt dsig le ou signifle
june.
Le signed CH qui vaut le CAPH design le midi
du ciel, le soleil.
Il y adonc Juifs adorateurs de la lune, et Juifs
adorateurs du soleil. Certaines tribus africaines de
la C6te d'Or fournirent pendant longtemps des
prototypes de juifs n6gres. Ce sont les traditions de
ces egres transplants en lHaiti qui permettront
de r6tablir dans l'avenir la chaine qui relief le
voudoisme au Christanism3.
Ayant ignore l'origine du mot Voudo per-
sonne n'a pu expliquer l'origine du culte tradi-
tionnel de l'Africain. Le n6gre d'anjourd'hui courbe
sous le poids des influences adverses-pour ne
pas dire une honteuse oppression de la race
blanche-ne reconnait menme plus le nom par
lequel il est designed dans la tradition.
Ce nom est 1-OU Darn qui s'interprete, en term
vulgaire, JUIF Mais ici iil s'agit des Juifs AUT N-
TIQUES don't le Christ est dit le Roi "




- 85 -


Parl-OU-DAI-n il fautentendrelesENFANTS (n)
SOLEIL ( DA ) de Juda (I-OU ); les Judaiques,
Juifs solariens


du
ies


Le mot
grec a fait
de la C6te


Juif vient de P'hibreu I-OU-DA don't le
I-OU-DA-IOS, Juif. La tribu africaine
d'Or s'appelle Iribu de Juda ou Juida.


A un moment donnA I OU-DA devient OUDA
d'oui est venu Vouda Voudo.
La horde d'esclaves de Moise s'intitulait Juif
parce qu'elle observait la strict ordonnance ju-
daiqne lue la femme ethiopienne avait donn6e a
Moise. Apres la mort de Moise et celle de Sephora
la horde indomplable voul: s'organiser a sa fagon.
Et le temps vint oi les Hebreux adoptifs, pour
rendre hommage au genie de la mer Rouge grace
auquel ils parent s'echapper de l'Egypte, d.ifiera
le DIEU DES EAUX Sous le vocable E-SOU ou 1-SOU
et meme IE-SOU.
Cela s'interprete la femmi( I ) et I'homme (E )
sorties (S ) des eaux ( OU ). Moise surnomme le
Fils (I ) ou l'Enfant (E) sauve ( S ) des eaux (OU)
est dit le iepresentant de ce genie! A la suite de
ce volte-face, la bande 6 nancip6e s'intitula IS-rael
du radical IS en IS-ou. Mais I'habitude etait deja
acquise de designer le pe:mple de Moise sous l'ap-
pellation judaique de juirs.


Aujourd'hui, en HIEBREU SYMBOLIQUE, il
de recinnaitre quand le mot JUIF design
quand il designe les vrais judaiques.
Israel se done la formrile I-HOU-diin
racteriser les Juifs lunaires.
S'agit-il au contraire des juifs solariens,
judaiques, on formule I-OU-Dain,
Observez les signes H et M dans la
formule et la presence da radical Ain
seconce formnule-


est facile
Israel et

pour ca-

d s juits

premiere
dins la


Le radical Hu signifie le mtle de la lune.
nissant ensemble H et M on retrouve le mot


HO M,







ablme de la lune et le pronom masculin anglais
HiM,
Le signe M se rapport a 1'EAU qui est designee
MAl.
A l'opposO de la Lune et de 'eau se trouve le si-
gne A qui d6signe l'Astre de I'Aurore'
Le signe I du bdtoir vgetal, r:presente le dieui
Mercure. Done AI-n ce sont les ENFANTS du SOL:IL
MERCURE opposes aux enfants ( imi) du MALF (Hotu)
Ce sont les I-Houdim juifs lunaires qui ont tue
le Roi.des I-OU-DIin; cest-a-dire des juifs Sola iens.
La tradition isra6lite est surtout designed pas
I-Shoudisme et IESouisme.
La tradition africaine est designee I-Choudisme.
Ici CH est dur.
Soyons, nous les nogres judaiques, adorateurs du
FILS de la FEMME, Da-.
Et qu Israel continue son culte du FiLS de I'HOM-
ME, SE-I.
Da-I est la Femme aux grosses mamelles
SE-1 est l'Homme auxgrossesfesses ou SAi-llies.


eb~llrc -~--~641 __




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs