Citation
Le Progressiste

Material Information

Title:
Le Progressiste organe du Parti progressiste martiniquais
Creator:
Parti progressiste martiniquais
Place of Publication:
[Fort-de-France]
Publisher:
Le Parti
Publication Date:
Frequency:
Weekly (irregular)
weekly
completely irregular
Language:
French
Edition:
1993, Jan.6, no.1451
Physical Description:
v. : ill., ports. ; 38-45 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Martinique ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )
periodical ( marcgt )

Notes

General Note:
Description based on: No 1039 (25 avril 1984); title from caption.
General Note:
subtitle varies

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
UF Latin American Collections
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
029299668 ( ALEPH )
14196110 ( OCLC )
87642378 ( LCCN )
Classification:
JL839.A8 P767 ( lcc )
324.27298/206 ( ddc )

Full Text
.. ........ '
O rgane du Parti Progressiste Mariniquais
Directeur Po litique: Aim6 CESAIRE
6 anvier. 1993 3 !15
Laihac amj'.aMartiniquec est le. trvil d(art
sih le travail des Martiniquai
- e oit n UiSe de voeux\N...
Le oin u"
(Camille DARSIERES)
SVoici le Grand Mlarch6 Euro1e
(Michel PONNAMAH)
LafbecirClation,... ..
qTue/es consequecs
(irrePe SUEDILE)I
- ,Cest le moment de doter, ..
~les D., O.EM. de" rnoyens
*isiution n els adapate s.
... (Rodoihe DESIRE) A ...... .
TOS E LUNDIS. A..1811..30,
t
REU ON.ESMIITNT A SEGD TRNLLE.............i.. ....




P. 2,- Le Progressiste- Mercredi 6 janvier 1993
BONNE ET VRAIE FRATERNITE
ET BO ANTIMAN POVWAZEN
A chaque debut d'annee, des voeux sont formuls par les. uns etles autres. Ceux qui les prononcent souhaitent toujours un mieux-tre A leurs interlocuteurs ou.proches. C'est dans ce contexte que je viens a vous pour ces quelques mots qui ne seront pas destin6s a quelqu'un en particulier mais a ma petite et mignonne Martinique.
Je'lui souhalte de ne pas ressembler A d'autres pays, qu'elle n'ait pas A voir couler le sang de ses enfants pour une simple question de principe ou d'ethnie;"
Jelui souhaite' d'entendre, d'ecouter, et d'informer ses enfants par le biais d'une ve"ritable information au service de leur 6quilibre psychologique.
Je lw souhaite d'entendre autre chose que:
- la guerre et les timides tentatives de paix;
- les propositions de cessez-le-feu ...........
timidement annonces et farouchement rejet6es quelques minutes aprbs;
-le SIDA, les risques de contamina- ..... tion, les mesures de protection;
- les ministres, les personnalites, les autorites qui seraient accuses de compromission ...
Et oui, parce que des messages d'angoisse, d'inquietde de peur d'un lendemain noir (Dieu seul salt si cette couleur effraie) nous sont transmis par les m&- i d ia s .!
C'est a croire que le monde ne serait que la Somalie, que Hafti, que la Yougoslavie, que la mort par le SIDA ou m~me que des lus ne meritent plus la confiance ii,: ,: d'un peuple. ....
Ceux qui ne peuvent pas faire la rguerre avec des armes a feux abattent .... achement ceux qui travaillent pour le pays, avec leurs plumes. Ces d~tracteurs1/ aont perdu toute notion du bien et du : m al et fo u illen t d an s les p lu s v ieilles ...... .... ......
valises a la recherche d'une erreur qu'aurait pu commettre quelqu'un aux fins de la denoncer. que ceux que tes enfants qui ont la profonde p our ((SIMEONX', qui, a leur
Certains sont m~me capables de chance die travailler arr~tent d'etre d'eter- sortie del a salle de cinema ont laiss prter leurs propres comportements de nels insatisfaits. Qu'ils justifient leur sa- parler leur coeur ..au b~n~fice d'EUZcrapules a ceux qui continuent de croire laire par rapport a celui des autres. Qu'ils i-HAN .. et de travailler pour le pays, et, ce, dans s'impr~gnent de ce que par le travail, Ou ~encore ceux cpi sont sortis joyeux, l'unique but de salir leur reputation et de FACTEUR DE PRODUCTiVITE, ils con- heureux de cette soirede bel-air/ aBasse leur nuire. tribuent a 'embauche de d'autres fr~res. Gondeau (Lamentin) le mardi 29-12-92..
SQu'ils sachent q u'en leur rappelant Ou encore ceux qui disent aux col- cela l'on n'essaie nlullement d'annihiler lectivit~s ((flarretez pas le travail comnmencd CHERE MARTINIQUE, MON BEAU leur vigilance a l' gard du patronat. parce que vous ne pourrez plus aider nos
PASjesuhit:45 OOO sportifsliCelcieS)).
PASjesohate* que les plus jeunes d'entre-nous se Ch~re Martini que, dis-leur ((QU IL
* que tes enf ants arr~tent de pleurer sentent plus responsables. Qu'ils conti- EST PLACE POUR TOUS AU RENDEZ et qu'ils cessent d'etre les souffre-dou- nuent de r( clamer l'attention des plus RENDEZ-VOUS DE LA CONQ uETE, et leurs du monde entier ... Farce que tu as grnd sans p our cela oublier de rester a que ton avenir depend de notre simplicit&, besoin que certains d'entre-eux poursui- I'ecoute des doleances des plus petits. La notre sdrednitd, notre courage et notre objectivetl.qh enrprs de prtcine vie de notre Martinique a besoin de la vitd ... Et, ca TOUS CEUX QUI CROIENT de defense de notre environnement. contribution de tout un chacun (un foot- EN DIE U, demnande-leur ve e ouin ordne agr ton nom je remercie ceux qui m'ont t6- Ja-lueDvRE
ve tes nfants pordonr..ane moign( d e la sympathie spontan( e et Le 5 Janvier 1993.




Le Proaressiste Mercredi 6 Janvier 1993.- P. 3
LE POINT, EN GUISE DE VOEUX
L'ann~e a t6 bien mauvaise pour notre Parti mais a comports des bases d'esp6rance qu'il faut nous garder de n6gliHger ou de sous-estimer pour nous raga liardir et repartir de l'avant.
La deuxi~me contre-performance des (Regionales, imm6diatement suivie de la f6rfaiture, du Parti Communiste Martiniquais se comportant avec nous comme si nos deux formations n'etaient pas li6es par un Pacte, de fait et, ce qui e0"t di tre plus liant encore, d'honneur, et lies par neuf annees de travail commun, solidaire, efficace, a t6tanis' bien des camarades et d6mobilis6 notre 6lectorat..
Et pourtant, 93 ne doit pas eAtre abord6 dans lepessimisme. Car un nuage ne saurait dissimuler la clarte de l'aurore qui renalt..
Si le P.P.M. n'est plus A la Direction des affaires, nine participe A la gestion regionale du fait du sectarisme de ceux qu'un accident de l'Histoire a mis au evant de la sc6ne, du moms, et c'est d'importance, nous sommes, avec Claude, A la Presidence du Conseil Genral. O-i nos camarades font demonstration de tout l'avantage qu'ily a, et qu'il y aura toujours, A rnfchir, decider, A agir en.parfaite concertation. La tr~s d^vidente difference, qui n est pas qu'une nuance entre la fa~on de faire des n Otres dans 1'Assemblee Departementale, et le comportement des apparatchik de l'HOtel de Cluny, est, A soi seul, la preuve que c'est la mpthode PP.M. qui est la bonne,. qui est la meilleure. Qui est la voie a .. suivre et a citer en exemple ceux qui veu- .. .-... lent construire dans.c.paysaux.mile.fa cettes. a.. abatir sur du solid, et sa tr~s giande Autonomiste ?
Et pinre3eCongr~s est ye- :force de proposition. Et, une fois cde p1 us, Carib~en ? Europaen ? U e e nue renouveler la s~ve. C'est vrai que, notre leader CESAIRE a trace la voie. La deux ? p.. .. routini~rement, noUs nous laissions al ler seule qui, en ce moment de notre His- Martiniquais et rien qeMrii ( duPati lPyavi pa de jens prt que Et Laseule cjiouvre de reelles pers- son avenirdans un grand ensemle? a oeuvrer, bourres d'idees, blindes de p~ectives d'avenir .. Qu'c i daora r pos vaie d
convctin. uiLa ortdan l'mfd Voici un peupleeambigu. C'est du notre peuple ? Qui Qui, sinon notre cement resignes, piaffaient de server : les. n~tre qu'il s'agit. Tendu. vers La reo- peuple li-m~me ?... ...
voici, dum, cetans en, poito d naissance de son identite, Mais assis dans Un prealable donc, qu'aucun Der.veil.e e jene toreur et de doter e un ociete :de consommation. Jactant mocrate ne devrait repousser: la consulP...uqe tretenire d'de volontiers d'independance, mais reven- tation du peuple martiniquais. Une connevs 'de jens d'de force dijun acreaci, e'ga ittedes droits, sultation directe, claire, precise. En sorte Gardons-nous de ne voir que cet! voire m~me, ,un peu p us que l' galit que notre peuple s': tant exprim ayant aspect de closes. .ortenir compte, de notre specificit&, mis fin aux interpretations plus oumomns
.iLe "P.P.M., a ce m~me 13e Congr~s,' fnd~pendantiste, ouais. Mais avec le fantaisistes, l'oni sache, clairetnoi a demontr6 magnifiquement sa capacity supplement colonial des 40 % mainti~nu, aller, et comment y aller.
Voici un peuple carib~en et fier de Un P.P.M.. meur tri en 92. Mais renl'te otle destin &conomique at force, en son essence, e e odmns
forge par ses relations tris~culaires avec Que 1993 soit, avec les atouts nou ... .... .... l'Europe. Qui, parce que cela sonne bien veaux, 1'annie de la remont~e.
GRAD CUTEPIT ade certaines oreilles, hurle NON a l'Eu- Notre pays le veut.
UTE RAINrope. Mais se mobiliSe, et de quelle belle Les militants y doivent oeuvrer.
et efficiente mani~re, pour exiger que .. cette m~me Europe-la lui achi~te, sans A chacune, a chacun, que 93ap 10 BAISIERl~siner, sa prodUction et toute sa produc- porte bonheur personnel et joie familiale.
. nd.endatist?IJnt~grationniste?Ca il DA SE S
A~ 00 t~~RADIO BA LISIER
1 ..:FMtre B on Ba a
79.50.:16 /79,50.50 """"




P.4 Le Progressiste Mercredi 6 Janvier 1993
ler JANVIER 199: LA .IBR E CIRCULAION.
QUELLES CONSEQUENCES?
.. i~iI ... .. versitaire concerne essentiellement les Les contr61es sont donc renforcset
t Qetudes de troisi~me cycle et nest facilitee demesures ont en ,que dans le cas de 1 acquisition d'un di- place tels que des rseaux t~l~matiques plome universitaire complet. '"chan i l Elle resulted de plusieurs mesures ,.'alertes sur les produits dangereux, ansi dont certacines t sonteaenellnceest ....que.. .es .changes ventuels de fonctionSa caractristique essentielle est i a s n li n.. t grec.natone ne toutefois son caract~re limited pour des A
ralsons de contr6e de l'immigration et Dnes-e pnce elaprnnaissa ee tion dur
sits e lttr cnte l dogu, 'imi- depisleo5reptembre 198 de liqaib et Lao qerueso dea u tror ilutede la s neurit i ouvrir un compte dans unbuepanbi an- chets jte ere n ent lemiLeestbe irculat des ahonve glaise et unePMF peut obtenir un crenditu vier aubeu aletn l'intrieur de l'Espace Europen estn audans Tou tabissement degcredit nd aee pent unopas et s le ra un compromis permettant de concilierl-0t Le principe est a reconnaissance on d'ux rmurs natnax. ~leS mouvementSd lutrcrdeS citoyenSl'imiet les neces-. depuis le 15setptembre 198 de Ia liberty La4usind rasotilsr
cogration nreies et la crnatin.- dtablissement et de a dbre prestation bien ce-trn prt pa avimest ttefis ration chdesnen i eun nt libfres, pluseau e cpges.
Elle est le re~sultat de Ia ConventionP P,
de Shengen signed en 1990 et instituant Ia ri t o ayscde caqere paysn eter es eplusoin autdeolient d'au mos udans son p s igine peut exercer son serve u lesrl es mmunau s turo pfaie inaire asoir e Dantemaikn activity dans les douze tats de Ia Com- L e demeretpa cein'est u forain Sche ngomien). ytmed munaut6 sans a utre procedure d'autori, en course ib~aiain e aisn
sation et sous 1 contWe de la seule auto
La libre circulation nepeut aller des rnangires pour laeivaileusdesretai~s t dsrtidant.de prnc vaablpurtoteen br qement.urot ecur e plusloinfaute de agroments, moins rise eon 'es tt lesilstossblede arleQui Pus est, il peut exercer soit pare r vols sulescmp trois partenaires A savoir le Danemark,
l'Irand et urtut l Ro.aum-Un. ile biais d une succurssale, soit comme le cabotgdeurlit;censtq'
simple prestataire de services, c est-A- pa ritirndrslerhrains ota7uqsdnmotumecm
matire,celui de la acirculationdes etatra gnie la ntt (cleet souCe principe valable pour toute en reme vaileurs,e a s des tudiants. treprise europeenne rsest manifestement
Slagisfsant des professions librales, ilest possible de parler de liberte" our es citpaeique.aPourace quiPcon1,0i Les assures peuvent souscrire un d etabissement des medecs, des den- contrat auprs de n'importe quelle comson duf rinaemen de prameel
fistes, des vmerisaio deS a Srmae ds pognie de a Communaut e valae est soues damheliorrc esi, aemet dares n ds l'epe cmau .t pvte t te e
etranges) Scieanc (stvliue es onc ranportdemarcandies ont.irclatin:etencre.mms nva.r l
gquivnes parfadsdilme tesi itemuret libres ce quisne) sup- port et l'a % (i(roport pour I I tre entendus .
6chanes decherceurs) se touven prie prastles contract dest prouit cu ir- LeCnsile.nr..sitrvn
qulfctos d'Administration riavaitPdurcid6qquecoe
Le cas de salari~ b~n~Collntgeeferait l'avancece desmosommese dpres
aOn eZfouls cetteheense cieesfetacheuser vc ueqesPA siuaio lEL cmr
1 an..........150 F 00 Ai lPEOUe LqES gratuiE, ubiqu
ABtiNNaMENTOESOUTeENd&aFRANindnaitteuetoutepeinemtruseeslairececlede
quiuScilmnorao e ~lcrenri as.de.l'assr.,.I1.ny.a.pas.1allFr0bn lecte ur Psofiacmndprgams................ an.............20eF0 (errdui, 23 Dcemre 1992) d
stt R envoez hoe buleti dIu mve t au 6 m................................................... Fa00c.un. Contract Emploi Solidarit.....(C.E.S.)
ge duo m.et sencdrvela oprulepa-uslrnverliese1raoutiers.........24 Fien pecpU eurtaalZpi
fion proPartionProgressisgea Marntnlqubus
- nin eevorarne leae- 9200aie evets etr ngrvnbourl
est d'ameorer 1 ene~gnemen de l Le88n-01d acadie ot crclto t noemis nahrl
gues trag~re), ch sqiue Ides d p aratPet.Mrsc.qinesp LEor etarprtorteSntus..




~Le Progressiste Meroredi 6 Janvier 1993 i ,
VOICI LE GRAND MARCHE EUR
la I oninces de l'histoire et aussi g6 tient lieu de v rit. 11 est donc bien place pour la volontd de rompre notre isolement par Pour certains d'entre nous, derriere port~e. rappo^rt au reste du monde oei la logique la ligne d'horizon de notre imaginaire, S'il d*nonce aujourd'hui, la fades blocs dconomiques r.gle les 6chan- sont d6j& embusqu6es les figures mons- veur du consensus identitaire, La r~surges internationaux, peuvent expliquer trueuses, tratogogiques de 1 Autre. Pour ence d'un courant populste .anmm par notre appartenance l'ensemble euro- d'autres, cette (ch ance, ouvre une 6re de des elites qui caressent de faqon r~dhibip6en. scepticisme,.d'attente ou parfois d'esp- toire et perverse, La tentationde ouer au
Certes, comme l'a montr6 le refe- rance. Blanc sur le dole N~gres"'c'estqu'il rendum sur la ratification du Trait6 de Quel que soit le camp auquel nous estime que la clre d~mocratiq r Maastricht, en septembre dernier, cette inclinons, la r6alite-du Grand March6 est vifi~e par 10 ansde dcentralisation reste communaut6 &conomique europenne est incontournable dans l'tat actuel de nos encore fragile, face aux menaces totalitailoin de faire l'unanimit6, institutions, et si nous voulons consoli- res.
Chez certains de ses ressortissants A der notre niveau de d velo pement. Le C'est dire l'importance du travail qui elle inspire m6fiance -, elle a fait tout rcent conflit bananierde novembre de clarification des lesitns su que nattre le syndrome de 1"'europessimisme" en est l'illustration. doivent ri r es appelant comme th!rapie, une exacerba- Nous entrons donc dans une phase questions aussivitales que celle de note tion du nationalisme voire la r6surgence de notre aventure collective et humaine appartenance ou non A 1 ensemble instide l'Etat-Nation. of i plus que jamais, nos actions, nos pro- tutionnel europen ou encore celle de
Pour d'autres, un surcroit d'Europe' jets, devronttrepenssen fonction d'ob- l' volution de nos propres institutions. ne pourrait que contribuer A la cohesion
de 1' actuel edifice, A la reactivation des jectifs qui, m.me lorsqu'ils sont hie rar- Louverre du Grand cohdrences locales, rdgionales ou natio- chissquant A Purgence deleur reaisa- Marche par delA les transformations nales. Voire internationales. tion, devront necessairement r pondre A conomiques qu'elle inaugure apporte
Dans le planning de la construction u des laments tanibles au dat sur ce europdenne, une 6cheance est fixee au C'est que la politique ALa Martini- qui ne peut etre n un eden, niun epouler janvier 93 et nous concerne : l'ouver- que est soumise A cet imperatif cat6gori- vantail, mais une r.alit pour l'instant ture duGrand March6 Unique. que qui a rsolument pris le pas sur les ineluctable.
LA encore, les comportements contingences inherentes au jeu de 1'alter- Bonne anne! n'ob6issent pas toujours A la iogique co- nance en Metropole ; l'int r~t bien comnomique ou mercantile. Les attitudes, les pris des Martiniquais prime le reste. On Michel PONNAMAH positionnements rel6vent de represenrta- oublie trop vite que c'est le P.P.M. qui tions, de croyances, oui la force du preju- nous a enseigne ce principe martiniciuais. 26 Dcembre 92
Au rendez-ous
46 \PANSION ie I ( M i I '2




P.6- Le 8rogressiste -Mercredi 6 Janvier 1993
E.qRM Si11..iN L~
POURROD OLPHE! DESIRE,
... .... ...LES DOM DE MOYN
Dans la proposition de reforme cons- La construction de l'Europe con- Enfin, le principe de lalibrecrculatitutionnelle, Monsieur Franqois MITER- cerne donc d~s le debut les D~partements tion des hommes a entratn Un.(complex RAND, President de la R6publique, d'Outre-Mer puisque ce Trait pr6voit de submersion chez nosppula leenvisage de toiletter l'article 72 concer- dans son article 227-2 de possibles d6ro- quel expliqueleurs
nant les Departements d'Outre-Mer, en, gations afin de tenir compte de leur re- la C.E.]E.
invitant le Comit6 Consultatif A exami-: tard de d~veloppement; ce quifut prci- Finalement, on peut direque Von ner la compatibilite de l'Assembl~e Uni-: s par 'arrtHANSEN en octobre 1978. assiste depuis quelques annes k une que avec le statut de department d'ou- Les Lois de d6centralisation de 1982/ mutaiou profonde. Les conditions core-mer. 1983 aff6rentes aux D6partements et nomruiquetpo
IL s'agit finalement de prendre actei Rgions d'Outre-Mer ont certes transf~r6 la mise n place du statute dpartenentaI
des nombreux dysfonctionnements qu'ai un certain nombre de comptences aux en 1945 ayant considrablement change, engendres la loi de decentralisation du; collectivit~s territoriales des.DOM per- ildevientvidentetimpratifdeprendre 31 dcembre 1982 en erigeant sur un. mettant ainsi un debut de responsabili- conscience qu'une amelioration insiumeme territoire deux executifs. sation de la democratie locale. Mais, elles tionnel
L'application du droit commun a ont aussi contribute A rendre encore plus plus alocaux.
ainsi eu un effet oppose A celui que sou- complexe organisation et la gestion terhaitait le legislateur quant A la r gionali- ritoriales en voulant calquer les reformes."
iiiiiDe ce contexte g~n~raI mal adapt,
de~coule uor'ua nva oauu
di icl
' icon ncture 6conomique paricli~rement ~ ~iiJ' ~diff icile dont nous commen ons & ressentir les consequences soiales en particulHer dans le i omaine de l'emploi. Cela
doit, je crois, nous inciter A faire face courageusement et lucidement A cette sitat ion en essayant de trouver les moyens
institutionnels, techniques, &conomiqlues,
financiers et politiques ad~quats pour
Sl'am~liorer.
IL s'agit de v~ritables d~fis A relever. ..
Notamment celui que nous fixe l'Europe
de rattaper dans lesl dix prochaines ann es..
un niveau moyen 6conomique europ~en.
Qun ndtrtrpr lfaut biencorndre, ce qui signifierait unie veritable gageure. Cela veut dire ne pas perdre lesi
acquis actuels, ne pas se laisser distancer ..
par les regions europ~ennes et conserver
Soit instituer un ex~cutif unified ..... ,d~veloppement. Pourqulu ot tuce faire, il convient
' d'anticiper et non plus d'attendre l'efsation, A savoir la coordination des int&' m~trop oiitaines s ur des territoi res ultra- .fondremnent des6ooie e O dont rets,,. de, plusieurs .d partements. Apr~s marins. ,. les difficulties ....financi~res actuelles des plu deix ans de pratique institution- Mais, c'estfinalemnent A artir de La collectivit~s locales ne sont que leS prenelle dans les d~partements d'outre-mer, signature de L'Acte Unique EurOp en en miers premices. Si cela d vatspronous assistons A afaillite financi~re des:, 1986 quonvaprndr conscienceedel'ap-, ure e domage con.d.rb.escau
collectivit~s territoriales, Laquelle n'est! partenance juridique des DOM Ala R&- s~s Anos economies les condamneraient p as due exclUsivement, comme on veut p ublique Franqaise et A La Communaut6 A une decadence defnitive. C'est La raiI e faire croire, A une mauvaise gestion E conomique Europ ,enne. En effet, l'b on pou auei import de recher... mais A un 6clatement et A un manque de jectif de r' aliser le marched uniq ue a mis' n her riee nt....._. __ ...... .... ..... ... des.solution approcohesio du pouvoir executif dan de n pieces les mesures d'adaptainato pres territoires o i un minimum de coherence nales prises efaveur, de .~ateet Le.ase.e.tr.a ~ lpe dans L'action A mener en mati~re de dave- d'Outre-mer depuis 1945. ment qui sont structurelles et non con..loppement e&onomique se r~v~le indis- Cetaniqeh rnied ahbe jntrle ovn ar 'be 'n pensa.e. cirulaionde mrhandises signifiai A mdication adapt~e et.globa.e Dants le
)ens ble. ...... .... .. ... ...erme la dispaiin d lo gani. ....ation ...... domiex utfl a inst i stut ne 'ao is t de as'..... ... .........,aon d lo .........
1 -L'ISTRIUEfran~aise du mrh eL aae ed 'xctflcl 'xsec edu s
- -par l'arbitra~e de 1962 du G~n~ral de sembl~es sur le m~me territoire, l'abLalidI96atasom es ,quatre Gaulle et qui r~servait 23dmrc6 snede structureS de concertation entre vieilles colon ies,, en Pd~partements !fran- national aux producteUrs des Antilles et les communes le dt~partement, :la region
_ais, Depuis un certain nombre de textes 1/3 aux_..... pro..c...ucteur..... Afiais.t.e.habe consulaires.... constituent
de Lis son.veus.r..er.e.sns.e.L.Pa ai.eur,..h.ronsa.ionfisal un frein important A la cohesion des efdarmntatlistin Cepndant..................... les...o afailli entrainerla suppression de loc- forts men~s au niveau localiet Ala coh&-u .....
l'adption de la Constitution de 198eIarsorepic l e co.e.i..~ dece.d...nt.tr. tirs
par he! Trait de Rome de 1957 qtui inclut locales; ;la loi de juitlet 1992 instituant un C'est pourquoi,; il faut d'abord reque EUrop~enne (CEE). .........pour dix ans. h e plan europ~en la sp~cificit6 des probl -.....




~Le Proqressiste, Meroredi 6 Janvier 1993 P. 7
C'EST LE MOMENT DE DOTER
INS TITUTIONNELS ADAPTES
SELDOM en dcembre 1989, .....- ......prga d'initentions ded vo
>2 ;~~. / programmedv~pe ment pour l ..partemnts d'OutreMe ettextejutifat1u~1gb~taxod
structurels europens (FEDER, FEOGA, FSE).
....... -LES:PERSPECT!VE
Le.mnt est donc venup Set pour l'Etat compte de notr .o..n....t g~ographiqud or n
sularit etde notre mal dveopemnt .... en nous donnant des moyns institutionnels suf permett d'oprer le mique tant attendu.
...... A cet gard, je nevosqedu
..possibilits soitenvisa danslecare de la Constitution.une..vo.u.ionnminiI E .mum qu purrat etre instton d'un executif unifia dont Sl'lection devra tenir compte des modalit s du scrutin regional et general, sion ne veut pas retombr dans le systme politique existat.av' a18 soit e pte d'expriences existnt das ii! -europeens tels 'Espagne et l'Jtalie qui ont adopt pour leur ties respivsl ... ...... .... .... ....... status respecti de Region et de Province
...... .... Autonome et rige...... r alors les DM en
R gions Autonomes qui, tout e asn
des.cmp.tnces&onoiques et fiscales :
;/ ....Ii estbie evident que ces collectivimsposes par les d~pee nts fas -declaration relative aux Regions ultra- t iouvelles, cre artir delarie
d'outre-mer, specificite fondee sur leur p~riph~riques de la Communaut&>d 72 moii de la Constitution implique caract~re insulaire et leur ..... ........situation g.......... ...o.........-.. Traite d'Union Europeenne du 7 Fevrier le m~mes" solidarites e&onomiques et
graphique ..... "linealesml uo 92 oilsque celles e xistant dans le sys-...
p e.Cette specificit .. est dailleurs re- ..... C'est d'ailleurs ;a partir ;de cett.t.m actue. Par conseq...... .."uent, i..... .... iapp ar- ...
iconnue au niveau communautaire par la reconnaissancequ.......abor le..P0-. tiendra..a ...Etat.et...la.C.EE.a.laque.le la
France est.liee par Traite de mette en .......place avec ces nouvellesarme sinstitutionnelleslemoesfnniretrgmnarspouvan dote ces Reginsul ;: :: tr.. a-pe riphe r iques e t insul a ires (concept [!'/i ~iii::qu'il faut bien avoir a l' esprit)deinrstructures et d'un environnement n~cs
.... .ainsi leur donner.....la..po ssibiit de rfattrape amynne des r~ions de la CEE,...... ...
kgrsdotre-mer e e Riions cntienals eurpnnes. La
* "discrimiation consistant selon: la Cour ::
* ~~Europ~enne de: Justice "dtater de 'a
man ire de ituatios idetzue:>
Ceipour: lever tout obstace pour le
~Par ailleurs, il fat bien atre cons.......cient qlue dans l a conjoncture e&onomiq ue actuelle, celui qu aarr~ter d ar des efforts et s'asseoir sur le bord de la ..
: soit &izger les D nRhin utnmsny a de salu u dans la mach n vnt/




P. Le Proaressiste Mercedi 6 Janvier 1993
LIE RPM. D lT TOUT FAIRE POUR ASSURER
ILA VICTOIRE DE SES CAN DIDATS
AUX ELECTIONS DE MARS. 993.
Dans trois mois environ, les Marti- rable A l'Assemblee Nationale. souhaitese presenter nouveau devant niquaises et les Martiniquais auront A Personne ne peut le nier. Mais, ii a les '1lecteurs. Note Sympathique etdychoisir leurs d eputs. Le Comit6 Natio- surtout oeuvr poUr le Developpement namique camarade Edouardlde LEFINE nal a d6ja donne ses preferences. Le Peu- de la Region-Nord Caralbe et meme ses a t6 pressenti pour se presenter en mars pie Martiniquais doit se mobiliser dS adversaires sont obliges de reconnaitre prochain. maintenant pour assurer le succ~s des son dynamisme et sa volonte de faire Pas de problme majeur & envisacandidats du Parti. avancer sa circonscription et la Martini ger conviendra de s'entendre pour Dans le Centre tous ceux qui specu- que. une candidature unique de la gauche, lent sur l'age ou la sant6 de notre leader Dan l Nod-tlnti ue le sinon il faudra, sans se faire la guere,or... .... ... .. .......... ............ t ans le, Nx ordl-A l ant qu le .. .
fondamental mettra tout e oeuvre pour que semeon, ....
faire une raison. Le Depute-Maire de Fort- ,mettr tout et o pour ques ire a ler urcar i ntALpsPquIeo qn a toujours madnested
de-France est en pleine forme et ii a le, S, q au r ne circonscriponaladroiteetencoremois ..... ^ .. s a 1 o y a u t e A 1 e g a r d d lu a r ni f a s s e 't r i o m .. .. ..
devoir imperieuxd etre present une fois, sa ya a g du a tout autre candidate qui pourrait tenter .... ... ''" ... .pner 1A Gauche ans cette Reglon ... ,.
de plus lors de l'election de mars pro- p dn ctRi de nousdivser pourgagner. chain car le Peuple Martiniquais a encore, Les Martiniquais savent bien que En ralit6 ii n'ya pasd'alternative besoinde lui. Aumomentoiila Droite' SALPETRIER est un homme serieux, res- pour n en France pretend remporter une large, ponsable et qu'il a surtout fait montre ido cosr C s dpute victoire, au moment off, ici dans notrei d'un esprit unitaire sans faille. Ce nest normal qi ou "a on pis esp.er pays, les forces reactionnaires et conser-I pas le cas du D6put6 actuel, qui une fois, battre nos candidats. Mais .eto s& vatrices pensent pouvoir redresser la tete,1 elu, s'est empresse de trahir la Gauche et rieusemen o s un candiaat plus r il est de toute evidence indispensable de mettre'toute son energie a casser luni- dible q E que CESAIRE qui est la conscience -du t6 de la Gauche. On sait que la majorite de le d-Caraibe. ....qu e ] i"". et le N(o o ra~ ...
People Martiniquais ecarte toute vell ete ceux jui l'avaient rejoint ont dejAi aban- Quptc q e renfot.d.u A cette droite retrograde, maisaussi fasse donne le navire, conscients qu'ils sont homme c Eu d LEPIE..n comprendre A d'autres que l'heure de sa mene, en bateau par un homme devorerit un lus Our la Martinique?
succession n'a pas.sonne. d'ambition et que i 'ambition a deja d~voEt d'ailleurs il est bon que chacun re. Les electeurs de, cette circonscrip tion Etqui peut prtendre 9ue SALPEsache qu'il y a au P.P.M. des hommes ontun imp ratif: Placer SALPETRIER en' TRIER ne seraitpas unbon defenseur des suffisamment comp~tents pour assurer tate de la Gauche au ler tour et assurer sa interts du Nord de la Martinique et de la la relive lorsque le moment viendra. v ictoire au 2e tour. NainMrin.uie
II y uPPMdshme aalsd ee epupemrriui essneacpto
LeP~ idetd osi ca u ePPMqiaue-siehedn otu d'espoi pornteMrii....... mot so aor ar L vc E cte einderi asrrIarlv
SAReDS..aiu.rvi.onicI i t unt n )OU nMltn




Le Progressiste Meroredli 6 Janvier 1993 P. 9
LE PROGRESSISTE A RENCONTRE RENE BIEN
II donne son sentiment sur la situa- cile, surtout de l'information facile A le comme elle l'est p as ces assoiffs de tion de la Marti e. enprofite pour vendre. pouvoir et d'argent facile, allant jusqu' dinoncer avec virlence une certaine Pour cela, iI importe de discerner p rrostituerl'information, pourvu que cela presse: "semant a' tous vents :injures, les vraisjournalistes, ceux qui informent, leur rapporte diffamations, abjections, .obscenitds". de ceux qui, sous le titre usurpS, n'ont D truire aini gratitement l'home qu'une loi : celle de detruire, d'abattre pour as sa mchancet irrductiL re ssiste: Le Secrdtaire du sans foi, pourvu que vienne le r~gne de la ble, est insupportable; chercer le d6iP. ourn tede esu Contolerable. Syndicat Force Wire), PrsidentduCon- mdiocrit& dont ils aspirent A tre les truirepouvend seil Economique et Social Rgional, Prisident princes! estassezdetous ces corru du Conseil d'Administration de la Caisse Ge- Tout ce petit groupe de haineux, teurs de ul ndrale-de Securite' Sociale de la Martinique qui, entre eux, s'appellent ,intellectuels,,, l'opinion, meur mtier, que vous ttes 4 la fois, quel constat faites- toujours en mal de society ou de revolu- qui ne supptent pas leur incapacity de vous de la situation actuele en Martinique et tion, se sont arroges le droit ,d'informer,, pouvoir joer un r6le determinant dans quel est votre souhait pour les Martiniquais? i leur mani6re, semant a tout vent: inju- notre socit6 martiniquaise.
res, diffamation, abjections, obscenites Ils ont peine A maitriser leur jalouRene FABIE : tout d'abord, mon en ciblant leur tir sur tous ceux qui-sont sie infantile,et leur haine n'est jaais souhaitle plus ardent pour 1993, que l'on en position de servir, de construire et de assez forte a l'endroit de tous ceux qi rerouve dans mes voeux, serait de voir faire progresser la Martinique! travaillent utilement pour le Pas. la Martinique d~barrassee de la Confu- Leur seule volont : c'est d cass, sion qui la trouble et qui La paralyse. Le de d"sunir tout btement, allant jusqu'A constat que je fais en cette in d annee, chercher a effriter le ciment indestructic'est quele Pays Martiniquais est malade ble qui a dfinivitement d6 por la de pr~ju&6s, iuse soigne A ,l'information meme cause les grands Fondateurs du rumeuro, il s'alimente de verites trich es. P.P.M., batisseurs dune
L'opinion s'en trouve d'boussol e, devenue elle-mme, ceux qui lui ontenfin fragilis6,jpar consequent gravement donna une ame purement martinquaise manipulabfe. too.
.Oui, mon souhait serait que la Heeusementque par iniff e, Martinique se donne le courage de se nossaesont or habitudede laisser ces gu6rir de ce mal, tout simplement, en ne, insignifiances. se satisfaisant plus deLin oEnfin, que ces crivassiers, auteurs du (show bbte, Martiniquais, au regrd
sans altitude,qi n'ont dans (ledessus ni
. .dans ((le dedansx rien d'autre que l'inhumain, sachent qu'ils sont en droit de
LES OEUXsublimer 1' "Ecriture melange ", ou de garder leur esprit originellement" ,
flflr~t~r~!~ maisqu'ilsn m'emp~heront pas d pr"....rer et d'a irer e u
' iiih...i ::iii iiiiiiiii I produit pur, me laissan t indifferent! tous][ Chersams Mriniquaise et Mar- ces Auteurs de Mtasse ...
.............
tiniquais, A chacun son metir, e suis untScommuniquant je fais passer des: mes-..
L'ann~e qui s'ach~ve, me semble-t- i i sage, mais toujours pour. P rassembler, il, nous laisse avec un sentiment profond touours pour contruire ... de 1INACHEVE, .. ... ... ... ......En tout cas, si j'avais voulu fare
Cette conscience de 'JNSATISFIT, .. i :Tout cela ils le: font depuis fort mal A tou ces inqUalifiables et les faire qui t~moigne du sens vrai de La RES- longtemp, imnpunement sous covert mourir de rage : j'adh~rerais au Parti de' PONSABILITE, est avant tout soUrce de leur pr~tendue libertede La presse, qui CESAIR-DAR SIERES, comme )e la fait, d' es poirs ..et d 'es... ..p rances q ue 1' armee" qui" pour ces messier de "La Jambette Beau- entrainant avec moi des adheions noucommence se char ,gera de f~conder. S~jor> n'aurait pas de bornes, velles, venant ainsi renforcr e P.PM. :
Nous sommes, le voyez-vous, ce Alors q u'on y prenne garde !quand qui demeure encore leseul arti capable peuple dont I'Histoire s'est burin~e de il n'y a pas de IrrntS; chacun peut pren- d'assurer/ AIa Martinique un avenr de ses contradictions et s'est pare de l~gen- dre des drits :. progri~s, et surtout, d' iviter A. notre pas des de pr~jug~s, de rumeurs. .. IL importe qu'il soit dit A ces quel- Ia debaicle dont r~vent tant d'irresponaMais la modernity des temps que ques &crivailleurS, impuissants de "ver- bles. 0
nous vivons, nous offre les moyens, et tus, quelques unes de leurs ((verites>. Pour en finir, je dirai que le constat
nou imoseded~clerlesv~ite tr- D'abord leur tactique est conned : que je fais de La situation actuelle c,'est uch~e is e .. ell d dclrle ~ts r- e consite en tout banalit A r~habili- que Ia Martinique est gravement divis&e
Puissons-nous noUs dOnner la vo- te toscexquisont pcdement et quelle a peur de son lendemain.
lonte et surtout le courage de Ies redres-' viLipend s, mepriss brises, toS fi- .. Notre salut est donc de. nous ras-. ser ; sinon de les combattre. gres de La politiqu d'autrefois, di~s lors sembler autour de nos valeurs: faisons-l
Puissons nous aussi agir pour gar- qu'il neler reste plus d'ongles, vite,..
de cete place, Laus ncu ~ ~iH lntre parce que gagnme Puis, dans le meme temps, faire Enfin Martiniquaises, Martiniquais,.
bai d aler vanu u 'ITU spectaculairemenit dans leur presse, la nous voici entr~s dans cette annie 93 avec MAIN terrible privilge qui fait de nous, promotion des intol~rants, des incondi- toutes nos apprehensions et nos interro-' entre e monde q ui rt et le monde qui ionnels, tout en s'acharnant sur ceux gations. pleure : ce monde qui toujours s'initer- qu'ils savent capables et ayant La comp6- Mais une ann&e nouvelle est touroge et force le pro ri s ten e ou fir pro reset a sL coh o r ot u e des a c e b is n
Que 1993 soit.en i.rement bonne.e.sion,. s a t n q a sp s l s b as, notre destin est dans nos heureuse A toute la' MARTINIQUE Leur unique dessei, c'est d'entre- mains..... Qu'elle La rende plus fraternelle! prendre de les abtr- oc essi Comme toujours dans les heures
Qu'ellesoi tl'ann~e nouvelle qui se c:ion, de mensonges de calomnies.difclsilmpreemtrenebe
gonfle d' assez de joies, de bonheur, et del Quelle ignominie, quelle terrible l'effort de tous et de se donner Ies moyens travailIore ofrir A tou!rsosblt d'une Martinique plus responsable d'elleBUNNE ANNEE!I Un jour, il faudra bien r~pondre de m~me.
tels agissements. Joyeuses fetes de fin d'ane A tos ReaFBE L'opinion peut-elle se laisser abu- Bonne et heureuse ann&ie 1993 A
President du ConSeil Economique ser plus lon8 temps sans reag.ir 7 toutes les martini quaises et A tous les:;
et Social L'opinion peut-elle se voir manipu- martiniquais.




P. 10 Le' Proaressiste Mercredi 6 Janvier 1993
AUREVOIR "ere. CR181"
EXE-MPLE D'ENTRE LES E.XEMPLES.
Ainsi donc, nous pourrons dire que, Son 'engagement n'tait pas geographi- sation de la Jeunesse Antidolonia~iste Seule, la mort aura distrait de nos corn- que. Ii etait sans fronti~re, partout oui 'i Martiniquaise, se consid~ra mObilis6; et bats, celui cjue tous, militants du P.P.M., alait arreter et combattre la gangrene. lmobilis aussi, lorsque, les m~mes caunous cette demi~re dcennie, Et c'est pour uoi l'on trouvait notre ca-" ses entrainant les mmes effets, nore avec at-ection et respectueuse amiti6, le, marade CRIOSI le plus resolument du P.P.M. fitlecoudea coude aveclesjeuneS ,pre CRIOSbh. monde A Fort-de-France, soutenant nos guadeloupens incarc~r~s, du GONG; et balisiers contre les adversaires montant Az avec Ies jeunes guyanais pourchasss, du I1 fut, partout, avec nous. l'assaut de la Municipalite de CESAIRE, MOGUIDE.
D que ces adversaires aient et des martini- II est des hommes qui dissimulent D~squ'AimeCESAIRE, auquel ii quais se trompant, de bonne ou de mau- leur engagement.
vouait un veritable cute, eut pousse le crii vaise foi, que ces adversaires aient et Eh bien, ce ne fut pas le cas de martiniquais, en Octobre 1956, en l'impe-' des satrapes prfectoraux missions en CRIOSI. Et nul n'a jamais pu pr~tendre rissable Iettre A Maurice THOREZ, o- haut lieu parisien pour tacher, et par tous ignorer ses positions, qu'i disait avec bert CRIOSI s'aligna, pret a monter au les moyens les plus bas, de mater CE- courtoisie, sourire aux l~vres. Mais avec front. SAIRE et de l'liminer de la sc~ne politi- une determination qui laissait compren- il fut de ceux qui, le 23 Mars 1958, que. dre qu'il eiitet6 vain de chercher ale faire fond~rent le Parti Progressiste Martini- Aussi bien A Fort-de-France qu'a quais, fier d'etre a lorigine d'une forma Gros-Morne donc, avec MAUGEE, qu'au 'age l'entama et le corps, evidemtion refusant l'allgeance aux Etats-Ma- Francois, avec Anastase MONTLOUIS- ment, ne rpondait plus a toutes ses exijors parisiens, et, dans le memetemps, re- FELICITE, qu'a Sainte-Marie, avec ERI- gences. Mais l'homme n'avait pas d6crovendiquant 1'ideal socialiste ; MEE, qua Sainte-Anne avec CLEORON che. C'est ainsi que, l'an dernier, en Mars
- il fut aux c6tes d'Aristide MAU- u'a Basse-Pointe ou qu'au Matn; qu'a 92, il vint ala Cantine, ici, a Trinit6, GEE, tout a la fois dans son travail del Trinite, aux cotes d'Auguste RJON aux soutenir la liste de son P.P.M. aux rgiopros6lytisme" progressiste a Trinit6, sa! prises avec la reaction la plus activist, nales Presence prcieuse qui, asoi seul, commune a laquelle ii &tait visc~rale-: ou, bien entendu, avec son vaillant et alertait les indcis. ment attache, veritable Senateur de la: vieux camarade Casimir BRANGLIDOR. Place Joyeuse, et dans les rudes batailles Partout, se donnant physiquement, avec Au revoir, .pre CRIOSDx. E pour tacher de decrocher de la droite la toute Y'nergie que les anciens ont con- d'entre les exemples. circonscription du Nord et la faire reve- nue en ce sportif emerite, taill6 dans le E ceelnd e porras, nir dans legairon de la Gauche, sa famille roc. par cet ped e o rsuitrred politique historique; Des combats de toute nature. notre pays, Nous, P.P.M., nous net'oublierons p.as
Mais... il.. n'"ti pas homas .cn Et nous pouvons temoigner que Ta..famiueleT qui sait notre affliction, tonner dans une fraction du pays marti- CR10SI, d~s les premieres heures de la accep tera nos sentiments de sympathie, niquais, Si large fut cette fraction. Non. repression contre les jeunes de l'Organi- nos fraternelles condol~ances.
POUR DES DEBATS SUR LE F.A.S.S.O.
Durant des d~cennies, les organisa- philosophie du F.A.S.S.O ? sai qu ^ecctd avi snMriiu
tions sydnicales de tous bords, les; partis Au fond, je pose aux maires la ques- sup rieur d' environ 40% au coit rnetropoiiusMatnqas lsascatos to.Avez-vous expliqu a vos adminis- politain, il est juste de se demander si families se sont battus pour exiger que :tr~s la signification de ce sigle ? nous ne sommes pas les dindons d'une les allocations familiales perques en Je ne parle pas d'explications parti- farce. Martinique soient identiques at celles sanes. LespjrobI~flmes pos~s par la supper~ues en France Hexagonale. Par exemple, les lecteurs savent- pression du F.A.S.S.O. sont r~els et nous
L'argumentation avanc&e tait uls q ue ce fonds tait aliment par l'en- interpellent. Un veritable d~batdoits'ounoble. A 1r poque, on disait que rien ne semnble des salaries du secteur priv6 vrir a travers toute la Martinique. j ustifiait ce traitement particulier qui nous comme du secteur public. ,Un debat conduit pas les municipa6tait impos&. Le Mantiniquais &tait aussi Avez-vous messieurs les maires lites en pre sence des assistances socia les, capable de g~rer son argent q ue n'im- ouvert le d~bat pour savoir si le F.A.S.S.O. des rep~resentants de la C.A.F., de la porte quel franqais de France. "Les vices symbolisait une solidarity entre les fonc- C.G.S .S., de la DISSES., 6taient diff~rents selon que l'on trouve a tionnaines, le secteur priv4 et les plus Ce d~bat g~n~ralis6 nous le souhaiGrand'Rivi~ne ou Ban~e Duc, maiS les d~munis ? tons le plus large possible. comportements se ressemblaient. Nous POur la FC.P.E. la suppression du Les medias, les autorit~s relig ieunous battions pour la dignit et c' tait F.A.S.S.O. est un drame pour" les enfants ses, le monde associatif doivent s'y inbien et c'tait beau. d~favoris~s. Ils seront dunement fnappes, vestir. II faut dire la v~rit aU peuple pour
Nous d~noncions avec nigueur le L'alimentation des restaurants sco- qu'il s'organise. Aujourd'hui il faut sad~tournement de fonds r~els ou suppo- laires si vilipend&ejp ar certains est un voir g~rer, savoir tenir compte de ses s9 pr ar une majitdemiequ gaedqubeeteonesn&Aa atouts, maitriser ses faiblesses pour avanrecevaient semble-t-il leurs amis sun les cantine l'enfant a heune r~guli~re, dans cer. fonds du F.A.S.S.O. des conditions d'hygii~ne g~n~ralement Messieurs les maires vous avez l'auCela nous choquait et nous avions tr~s satisfaites un nepas, contr616 par des torit vous avez les moyens.
raison.seulement, aujound'hui on peut sp( ialistes de la di~t~tique. "La F.C.P.E. vous demande d'orgaSe demander si nos reactions d'hien avaient Pour beaucou p d'enfants c'est le niser syst~matiquement l'information de al' poque t suffisamment mesur~es ou seul repas EQUILIt13RE q'il"eovn oscnioes
appropri~es, de la journ&. ""
N'aurait-il pas mieux valu analyser Aujound'hui l' galit des allocations
ce probl~me avec plus de hauteur. familiales qui nous est pnopos&e est-elle Le Vice-President de la F.CP.E.
Connaissions-nous suffisamment la si gale que nous le pensons. Quand, on H. CADIGNAN




Le Proaressiste Meroredi 6 Janvier 1993- P. 11
LES .VOEU.X DE LOUIS L.E PE
Mes chers compatriotes d'Outre-mer,
A bien des 6gards, l'ann~e 92 6cou16e restera, pour nous tous, Fransaises et Franqais d'Outre-Mer et de Metropole, 1'anne des solidarit6s:
- Solidarity internationale, particulirement exprim6e ces dernikres semaines aupr6s des populations somaliennes d6cimees par la famine et les guerres de clans; aupr!s des populations d'ex-Yougoslavie d6chir~es par la guerre civile et subissant l'horreur A laquelle m~ne lin,tol6rance.
- Solidarit6 nationale gnereusement exprim6e envers ceux d'entre nous qui, soudain, sont confront6s A l'adversite..
- Solidarity aussi tr~s logiquement exprim6e A l'6gard de ceux qui, dans les D partements, Territoires et Collectivi' t6s d'Outre-Mer onteu quelque epreuve A surmonter.
Je pense, notamment, aux Polyne-/ siens et Neo-Caledoniens, une fois encore douloureusement frappes par les cyclones; aux planteurs de Guadeloupe et de la Martinique, que les app6tits peu scrupuleux de quelques multinationales. menaqaient de priver d'une part des 16gitimes revenus esp res d'une production ,essentielle pour es Antilles.
Je pense 6galement aux hommes de la mer de Saint-'ierre-et-Miquelon, dont la participation A l'activite economique de l'archipel est empech6e par lincompr(hensibele xigence de voisins dont
1 'amiti6, jusqu'ici, ...n'avait pourtant pas fait d~faut. enoectr e eue
prises en faveur de1epo Al eno pour la relance &conomique en Guyn tl'alignement d.fii.if au pe ijuille prochain, .des petiosd'allocations familiales dansles quatre ....Dpartements d'Outre-Mer ?
PreuVes, s'il en 6tait besoin, de la vigilante attention que porte le GoUver-: nement A r6duire, autant qu'il est possible, les in~galit~s de d~veloppement d nos regions les plus dloign~es,
Cette enthousiasmante entreprise,: Alaquelle j'ai contribu et pour lqel je veux continuer d'oeuvrer, n'est pas close. Aussi, avec chacune et chacun d'entre vous, je formule aujourd'hui ;
- le voeu que soit maintenu notre ...":". ...
effort en faveur du rattrapage social, "d' quit que je sais par beaucoup parta- siasme et d'imagination dans 'Mlaboraobjectif conforme aux id~aux de justice et gas; ', tion des r~ponses cnrtsaxatne
- e voeu que, forte de l'expiec exprimes;
maneat.cus.a.eetalsto scosmote ;aesse et rease"cncr tis eha aatgeecr e lsme dans nos choix decisifs pour lve
pr.. oblmes'r A r~soudre" Ma pens~e, en cetinstant va:
: ..,,,... .. )i~i -!- le voeu que vos territoires demeu- ...-vers les plus discrets sans doute
4 ....rent ces espaces de droit et de libert6 qui d'entre nous, chercheurs m~connus des
4. font se tourner vers eux nombre de ceux Terres Australes et Antarctiques Fran~ai" : i~40 qui, autour de ~nous' sont encore, ....en ces ses. qui, igerpatcenaurgrdans un environnement d'une
......... ......i -. loas e vo6eutr qsuven la m~tropole sache se scientifique da lae r~enation
........ :..... ......... montrer sotidaire, toujjours de vous tous -vers tous ceux qui souffrent dans :
i.! qui,-bien que-gographiquement 61oi- leur chair,.,, nue
gn .s, participez.51 activement A notre vers les plus mnodestes d'entre vousi .... .... rayonnement conomique sportif et cul- aussi, Mahorais, Am~rindiens desfleu-!
! : : .. .. ..t u r e l y..... e s d e G u y a n e P o I y n e si e n s d e s a t o l l s l e s .. ... .
SAL/S/ER d'entre nous, d avoir A surmonter des .. reux m'a toujours beaucoup mu,
difficulties: A chacune et chacun a'entre ex
-s cscnserver notre d~termi- vous toutes et tous, j'adresse mes voeuxl 75 6/955nation, notre t4nacit6 A les vaincre; les plus sinc~res de bonheur et de sant6 : sachons fair preuve d'enthou- pour la nouvelle ann6e.




P. 12 LeProgressiste Mercredi 6 Janvier1 993
LES VOEUX DU PRESIDENT
DE LA REPUBLIQUE
irPERE QUE PERS.NNE NE'SOLNLE A S'4 14AQUtR
A .NOS. A CQ SAUX
Le 31 D&embre 1992, Monsieur Franqois MITTERRAND a.p.setr s o x aux citoyens ftanais.
apr esnte ses voeuxa
S(Mes chers compatriotes,
) Saluons, pour commencer lrannde, l'audace et la sagesse. La
sagesse est. Celle des chefs d.Etat.
am6ricain et russe, qui signeront
dans trois ours u n accord portrait
sur la reduction en dix ans des
deux tiers de leurs armes nucldaires '. strat6giques. L'audace est celle de
1'Europe, puisque, demain, l jan- I ,,vier 1993, les fronti..es
disparaitront entre les douze pays
de ia Communaut.
..Je vous en parlais, ces, derni. .es. x ann6es, comme on parle.d'une es.& 1. rance. EhI bien, demain, ce sera
fait. Les marchandises et les capi- taux, tout de suite, les hommes,
bient6t, circuleront sans obstacle du
nord de I'Allemagne au sud de l'Italie, de Londres A Athlnes ou de
Rome A Lisbonne. Par bonheur, la
g6ographie a plac6 la France Au
centre de cette Europe-lA. Elle Y
gagnera encore en influence.
) Le traits de Maastricht, dont la
mise en cuvre aura lieu, quoiqu'il.
advienne, au cours des prochains
mois, parach~vera ce vaste ensemble.i Par votre vote du :20: septembre ... .. .. 19,osaezdn A1Europe >! .. l' l qi I i m anquait,. : :':i!1.....
> Mais sil'ouest de notre continent va vers son unite, rest va ve .s[ sa diprin u ereprocheraA dseuesontmsprivds de : libertd de s'enfermer jalousement dans leur ind~pendance. Malheureusement, un nationalisme fondd ... .. sur des :concepts raciaux ou reli-... giu rvile ci et Ad'anciennes rivalit~s, parfqjs de vieilles haines, qu'on croyait 0tubli6& Tel est tecas. d e r'ex -Y o u go slav ie V o u s p o u v ez... ,_ mesurer, grice, awu images qui nous. .!!II 1 i parvien nent, I!ecaract~re impitoy- :.J l ,!! l
Bone avec son... atroc paurifications. ... *____ ....
$inLa uetiop os d Oitoe uniesn donton ner d tac'est aac -iec.rI dfedrcnNationsrsson
trgcnition, diloue, onr ai-o &ernf,,, -- esveadn s oiiu ,ueetfers ar sr
encusn. rsieciqmilld ent ur letain n s ufir ont as. nea rviler dtarrachse-pied. He A ,seendre ct e lutpes agrssions
n otr e s o n t : p r i e n a c c o m p lis s a n t .. ." i n e t g n r l c m f I l[ ctemisSion.......... ucun. aut..e pay n ... >Mes chers cornpatriotes, 1993 l'argent se ddtendra en Allemagne d' i6A "mouga d u doc
fourni un effort em abe Po -sera, aussi, 1'ann &e d'un grand ren- cela devient possible -et quand la mois .: .. .. vos-ou fie pis dez- vous: de politique intdrieure : rerise amdricaine sairea-.
..... :: :: les selections ldgislatives de mars.: l : 'arriv&e au pouvoir d'une nouvelle >> Un dernier m ot: j'cslr. que Sn' y eonsent :: i ra ueS ls Puisque :nous en: sommes A Ia quipe devrait y contribuer, vous personne nesonge .taquc Ntosuiseprnetare- proedes vceUx, je ferai celui-ci : cOmprendrez mieux pourquoi nous "o ac..u....socaux..La soii~arit6 ..sb.. ts A~ian t qele rfrne oitqe 'f vn maneunor ine cono : des Fran~ais entreeux, cnte bion1Ruropensi sengagent avec nous. Je firment sans jamais ropela soli- mique. Grace A ee Ia France ser potnse aaes nr ense souhaite que les ndgociations de datE nationale lorsque l'intret prete, avant ses concurrents, A en ... e....... ntre actifS e.tch m u ,
Geni~ve, qui se d~roulent actuelle- commun est en jeu. 'tirer le meilleur profit. enr rihs.tp..., ositeI meant, aboutissent au plus vite.,cient dices n e pocirt. ::Sinon, f'attends du Conseil de sdcu- >Je veillerai, en toUt cas, apr~s )> il est normal que le pouvoir en .cmn~entesceY. riEqlodne ddgager l'es- comme avant les dIections, au res- place paie dans l'opinion publique ... >Mes chers compatriotes, je vows
pac arie d Bsni, ins qe es ec ~rup~ex d ntr vi dmo le prix deson courage. On lui ren-, areseme v~ux de bonne et heuitin~raires qui permettront d'attein- cratique et j'esp~re que chacun d" utc lstr.Cetl ~le es n~ ospnce csi : dre les campS de :pisonniers et les :agira de m~me. De plus, dl~s que Mrai jesiseples sranCes avlerue moin &cuxs n :tores u :i,: vilsmrye om aaeo j'" aurai ire~u les propositions duMasjsasuelssufaes- aecmi eud nt q,
)) Quant aux :mesures A prendr csiEcnslai ou^r Iarvso hmgexclusions de tote patu dn ,mode Sml. au Ksovo, au,.... Sada et.. en MacE,,-, de Iau Coiuin ,je soumettai au sortes ont EtE Ia consequence ..du au Cabog,.n..ie pknt ]
dom, pur mp~he ..extnsio Parlement un projet visant A pro- ralentissement Economique en Occi- message d aFane tvospn du cofi.qiebasri..sBl mouvoir un :meilleur Equilibre des dent. Le gouverjement a tout fait seeAcuxq sufnttquot kasele remenat lesn du- pouvoirs et, A parfaire ce qu'on pour en ,'limiees dommages; 11 besoin d'amitiE,.... : Cosi escrt.Les quclques appelle r'Etat de diroit. compte que r'Europe de Ia Coin- Viea Rpbiu!Vive. Ia diansdosraer ~Apnr- D'ici IAi, le gouvernement conti- munautE, qui a d~Ason agriculture France! ...




Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID EZ50UK839_4O5E1Y INGEST_TIME 2017-03-20T17:28:38Z PACKAGE AA00053606_00002
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES